Navigation – Plan du site

Cent soixante ans sans la Flandre ou les trous de l’historiographie belge

Reine Meylaerts
p. 81-89

Texte intégral

Des cartographies actuelles et moins actuelles

  • 1 Casanova(Pascale), La République mondiale des Lettres. Paris, Seuil, 1999.
  • 2 On se référera à Robyns (Clem), « Translation and Discursive Identity », dans Robyns (Clem), ed., T (...)

1Au cours des dernières décennies, la recherche littéraire a vu un regain d’intérêt pour les « petites littératures », celles que Pascale Casanova définit comme des espaces littéraires démunis, dominés à l’intérieur de la littérature mondiale1. La position spécifique de ces petites littératures se dessinerait en d’autres termes à l’intérieur d’une perspective internationale — définie comme « mondiale » ou « globale » selon des appellations plus en vogue. L’international ne se comprend dès lors qu’en fonction du national : et l’espace littéraire international se constitue à partir des États-nations et des cultures nationales, liées entre elles par des rapports de concurrence et de rivalité. Le raisonnement qui sous-tend cette prise de conscience s’appuie sur le constat que les cultures et les littératures ne fonctionnent pas en isolement. Toute culture/littérature se définit en relation avec, voire en opposition à d’autres littératures/cultures2. L’analyse de ces pratiques d’auto-définition permet de soulever un ensemble de questions relatives au fonctionnement des champs littéraires, à leurs échanges inter- et intra-nationaux.

  • 3 Voir Lambert (José), « In Quest of Literary World Maps », dans KITTEL (Harald) & (Armin Paul) FRANK(...)
  • 4 Lire avec intérêt Lambert (José), « ‘Communication Societies’ : Comments on Even-Zohar’s ’Making of (...)

2Une perspective internationale, comparatiste, semble par conséquent inviter à s’interroger sur la définition des littératures (nationales). Depuis entre autres l’essor des études post-coloniales, l’association traditionnelle, héritée du romantisme, entre un État-nation, un territoire, une langue, une littérature et une culture, est devenue un des paradigmes de recherche les plus contestés. De manière plus générale, on souligne que la mondialisation appelle une redéfinition du concept de « culture (nationale) », entre autres par la remise en cause de ses assises territoriales3. Les nouvelles « communautés de communication » de la société globale sont en effet partiellement gouvernées par des principes autres que spatiaux4. Depuis l’internationalisation de la communication, on se plaît à accentuer que les espaces géopolitique, culturel, linguistique, littéraire… ne coïncident pas automatiquement mais sont impliqués dans des processus continuels de déplacement, d’unification, de fragmentation, de chevau-chement. La mondialisation a rendu de plus en plus insistante l’idée d’environnements multilingues où bon nombre d’agents culturels (producteurs littéraires, critiques, lecteurs, etc.) sont plurilingues et où les barrières linguistiques et géopolitiques perdent de leur pertinence.

  • 5 Le concept d’ « habitus » est développé par Pierre Bourdieu. Il désigne le système intériorisé de s (...)
  • 6 Une argumentation plus élaborée, mais qui ne se réfère pas au concept d’« habitus », se lit dans Py (...)
  • 7 Lope(Hans-Joachim), « Einleitende Bemerkungen », dans Lope, (Hans-Joachim), éd., Studia Belgica. Au (...)

3Mais pourquoi limiter cette idée des cartographies (politique, linguistique, culturelle, etc.) flexibles à une époque déterminée ? Les niveaux local, national et international sont en continuelle compétition et entretiennent des rapports de force variables et variés. Pour l’époque contemporaine par exemple, l’habitus5des professionnels de la communication internationale ne cesse d’être formé également à travers des structures nationales et infra-nationales comme l’école, la famille, le milieu social etc.6. Qu’en est-il des situations historiques ? Force est de constater que, jusqu’ici, la question n’a pas vraiment suscité beaucoup d’intérêt. Comment les cartes géopolitiques, linguistiques, culturelles, etc. se sont-elles recoupées et ont-elles évolué au cours de l’histoire ? Et surtout, dans quelle mesure de telles analyses permettraient-elles d’affiner nos vues sur le fonctionnement et la dynamique littéraires ? C’est l’occasion de déplorer à nouveau, avec Hans-Joachim Lope, le monolinguisme réducteur des études littéraires7. Implicitement ou explicitement, l’historiographie littéraire a en effet toujours préféré conceptualiser les littératures en termes d’espaces monolingues, nationaux. Or, les contextes (historiques) abondent dans lesquels les intersections, les chevauchements, les frontières floues entre les langues et les littératures… s’avèrent des facteurs clé du fonctionnement littéraire.

  • 8 Citons, à titre d’exemple, Quaghebeur (Marc), « Littérature et fonctionnement idéologique en Belgiq (...)
  • 9 Les modèles les plus utilisés dans ce contexte sont Even-Zohar (Itamar), Polysystem Studies (Specia (...)
  • 10 Voir entre autres Lambert (José), « De verspreiding van Nederlandse literatuur in Frankrijk : enkel (...)
  • 11 Voir mon article « La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l’entre-deux-guerr (...)
  • 12 Tack(Lieven), « Relations interculturelles belges dans les revues littéraires (1869-1899) », dans R (...)
  • 13 Grutman (Rainer), Babel en Belgique, mémoire de licence non publié (directeur José Lambert), Leuven (...)

4Ces observations semblent particulièrement pertinentes dans le cas d’environnements multilingues, comme la Belgique de la première moitié du XXe siècle. Objet de recherche des plus traditionnels ? Il n’en est rien ! Car il défie les oppositions univoques entre le national, l’intra-national, l’international, entre le monolingue et le plurilingue. L’homogénéité territoriale en termes de population, de langue et de normes socioculturelles y est relative ; beaucoup de messages transgressent les frontières linguistiques et socioculturelles. Une conceptualisation qui accorde l’attention nécessaire aux « intersections » permettra de corriger notre cécité intellectuelle, de questionner certains points aveugles de l’historiographie traditionnelle, et de compléter finalement notre compréhension du fonctionnement littéraire francophone et néerlandophone de l’époque. Depuis 1980, époque à laquelle Lope formulait ses critiques, on s’est penché sur les causes de cette vision réductrice8et nombre de tentatives pour la dépasser ont vu le jour. S’inspirant souvent de modèles fonctionnalistes systémiques9, elles ont été menées à partir de diverses perspectives comme l’analyse de traductions « intra-belges » (du néerlandais en français et vice versa)10, l’étude du fonctionnement des échanges intra- et internationaux dans la construction d’une identité littéraire « belge » ou autre11, la recherche des conditions de développement des pratiques discursives ayant trait à l’Autre12, ou encore une cartographie des nombreux médiateurs interculturels, de leurs trajectoires et des perceptions qu’ils suscitent dans leurs milieux13. Toutefois, nombreux sont les secteurs qui ont échappé jusqu’ici à ce type d’approches.

Une nation et ses langues

5Sous peine de devoir réduire la complexité de la problématique envisagée, notre étude privilégiera la piste des agents interculturels. Quels écrivains, critiques, traducteurs, consommateurs… naviguaient en quelque sorte entre les cultures pendant les années 1920 et 1930 ? L’analyse de leurs prises de positions, des tiraillements identitaires qu’ils ont éventuellement provoqués dans le contexte littéraire de l’époque, permettra de mettre le doigt sur un certain degré d’amnésie de l’historiographie et de souligner les conflits identitaires que peuvent véhiculer les différents concepts de « langue », de « littérature », de « culture » dans un environnement multilingue, « global » avant la lettre en quelque sorte. En effet, jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, il faut remarquer qu’à tout moment, la définition des « langues » (française, néerlandaise, wallonne, flamande, allemande etc.), des « littératures » (francophone, néerlandophone, flamande, belge etc.), des « cultures » (francophone, néerlandophone, flamande, belge etc.) et l’étude de leurs relations réciproques, étaient autant de sujet de frictions, de conflits à l’intérieur de la société belge.

  • 14 L’État-Nation est une forme d’organisation socio-politique développée pour remplacer les structures (...)
  • 15 Il suffit d’évoquer ici le célèbre article d’Edmond Picard de 1897 sur l’âme belge (voir l’introduc (...)
  • 16 Après 1918 s’y ajoutent la langue et la culture germanophones. Par souci d’économie, nous en ferons (...)
  • 17 Von Busekist(Astrid), La Belgique. Politique des langues et construction de l’État de 1780 à nos jo (...)
  • 18 Le 5 avril 1930 la néerlandisation de l’université d’État de Gand fut votée et en 1932, deux autres (...)
  • 19 Bruxelles restait une zone bilingue.

6Mais concrétisons. La Belgique, créée en 1830 selon le modèle de l’État-nation occidental14, était historiquement définie comme une terre de passage, comme un véritable carrefour européen des langues latines et germaniques15. Pourtant, cette mission éminente ne pouvait camoufler la recherche interne d’un équilibre précaire entre les cultures francophone et néerlandophone16. Lors de sa fondation, la langue véhiculaire officielle du pays était le français ; c’était la langue des élites, la langue de la promotion sociale et du prestige culturel, un idiome à rayonnement international. En réponse à l’émancipation démographique, politique et socioculturelle progressive des Belges néerlandophones dès la seconde moitié du XIXe siècle, les rapports de force entre les classes moyennes néerlandophones bilingues et les classes supérieures francophones commencèrent à se modifier. Les années 1920 et 1930 se révélèrent à cet égard un « moment charnière »17, où d’importantes lois linguistiques furent votées18. Ces lois touchaient à des domaines capitaux de l’organisation de l’État-nation et visaient à gérer l’administration centrale, l’enseignement et la justice selon le principe du monolinguisme territorial : le néerlandais au nord et le français au sud du pays19. La façade de l’unilinguisme officiel français de la nation montrait donc de plus en plus de lézardes.

  • 20 Sur les concepts de cultures ou littératures mineures et majeures, voir entre autres Deleuze (Gille (...)

7La Flandre demeura toutefois par la suite, tout au long des années vingt et trente une zone multilingue, où la langue vernaculaire des classes inférieures était le (dialecte) « flamand », où les classes supérieures étaient élevées et éduquées en français et où les classes moyennes étaient bilingues (flamand/néerlandais – français). Autrement dit, si les fondements légaux de la domination socioculturelle du français sur le néerlandais commençaient à être sapés, la domination symbolique du français sur le néerlandais continuait à faire partie des schémas d’évaluation des adultes (francophones) de l’entre-deux-guerres. La perception des hiérarchies linguistico-culturelles est notamment liée aux antécédents individuels et collectifs de chacun (famille, milieu social, enseignement etc.) et aux multiples jugements de valeur concernant les « langues » et les « cultures », qui structurent le discours social entre autres à travers ces institutions. Pour l’entre-deux-guerres, cela signifiait que le français ne disparaissait donc pas de la vie publique en Flandre. En dépit des dispositions légales, le français symbolisait toujours la science, la culture, le prestige universel et la promotion sociale. Le néerlandais, ou le « flamand », continuait à être synonyme d’infériorité culturelle et sociale. Il suffit de rappeler à ce propos que les classes moyennes et supérieures avaient, également en Flandre, suivi la majeure partie de leurs études secondaires et leur formation universitaire en français. Bref, pendant la première moitié du vingtième siècle, la domination symbolique du français sur le néerlandais faisait partie des schémas d’évaluation que les divers acteurs culturels (francophones et néerlandophones) avaient intériorisés à travers les structures sociales et le discours social. Il s’agit bien entendu d’un truisme : multilinguisme et multiculturalisme n’équivalent jamais à coexistence paisible des langues et des littératures ; toute autodéfinition littéraire et culturelle implique opposition, concurrence, rapports hiérarchiques. Quiconque désire ainsi étudier le fonctionnement des littératures à travers les positions des agents interculturels dans la Belgique de l’entre-deux-guerres, touchera au cœur de la problématique identitaire à l’intérieur d’un contexte géopolitique multilingue, mais relativement tendu à cause des luttes linguistiques entre une culture mineure néerlandophone et une culture majeure francophone20.

Ces écrivains flamands et leurs langues

  • 21 Voir à ce sujet van Vreckem (P.H.S.), De invloed van het Franse naturalisme in het werk van Cyriel (...)

8Commençons donc par rapprocher deux écrivains que les prémisses de l’historiographie monolingue ont jusqu’ici dissociés. Cyriel Buysse (1859-1932) et Camille Melloy (1891-1941) sont tous les deux nés en Flandre Orientale dans la seconde moitié du XIXe siècle. D’origine néerlandophone, ils furent formés par l’enseignement francophone : le choix d’une langue d’écriture leur était donc en principe ouvert. Buysse est entré dans l’histoire comme l’un des plus importants écrivains « flamands » du début du XXe siècle, tandis que Melloy jouissait d’une solide réputation en tant qu’écrivain « francophone belge ». Pourtant, tous deux ont connu des phases répétées d’écriture dans l’autre langue nationale et ont également déployé des activités de (auto) traduction. En fait, Buysse avait d’abord essayé de percer dans la littérature française (belge). Le succès se faisant attendre, il s’est rabattu sur le néerlandais. Pourtant, dans un premier temps, il continua à rédiger ses œuvres en français, pour les traduire ensuite lui-même en néerlandais21. Buysse soigna également personnellement sa diffusion en France, traduisant lui-même Zoals het was en français (C’était ainsi) pour la maison parisienne Rieder. Camille Melloy fit ses débuts littéraires au front de la Grande Guerre avec des poèmes néerlandais et français. Puisque, selon ses propres dires, il reçut uniquement des encouragements du côté francophone, il laissa tomber le néerlandais pour se transformer en écrivain flamand francophone. Toutefois, Melloy continua à traduire nombre de ses confrères flamands néerlandophones en français. Ainsi il développa une collaboration fructueuse avec Stijn Streuvels, contemporain de Buysse et un des doyens de la littérature flamande néerlandophone, pour la traduction de leurs livres de jeunesse respectifs. Melloy traduisit Prutskes vertelselboek (1935) de Streuvels en français (Contes à Poucette, 1935) tandis que ce dernier traduisit Cinq contes de Noël (1934) de Melloy en néerlandais (Vijf Kerstvertellingen, 1935). Bref, d’une façon ou d’une autre, Melloy, Buysse et tant d’autres étaient des littérateurs bourlinguant entre les cultures.

9Or, c’est précisément cet aspect qui, à l’époque, faisait l’objet de tiraillements identitaires tantôt de la part de certains milieux néerlandophones tantôt de certains groupes francophones. Faut-il s’étonner du fait qu’un des points chauds autour desquels se construisirent les oppositions concernait le choix d’une langue littéraire ? L’option entre le français ou le néerlandais n’était pas perçue comme neutre à l’époque, vu l’important potentiel identitaire conflictuel que peuvent véhiculer les différents concepts de « langue », de « littérature », de « culture » dans un environnement multilingue. Ainsi, certains milieux francophones conservateurs soupçonnaient un positionnement politique très sensible derrière la préférence de Buysse pour le « flamand », langue inférieure des classes populaires. Ce choix aurait signifié le soutien aux exigences d’émancipation sociolinguistique des néerlandophones. En 1932, Pierre Maes, critique flamand bilingue et traducteur français de Buysse, lui consacra un hommage funèbre dans une revue francophone conservatrice. Certes, cet intérêt de la culture majeure pour la culture mineure marquait une légitimité accrue de la littérature flamande néerlandophone aux yeux des classes supérieures francophones. N’empêche que, au moment où le principe de la territorialité (le néerlandais en Flandre) était désormais inscrit dans la loi, l’article corroborait toujours la perception négative du « flamand » comme langue littéraire.

  • 22 Maes(Pierre), « Portraits d’écrivains. Cyriel Buysse », dans Revue Belge, 15 août 1932, p. 315.

Le plus singulier aussi était que ce fils de bourgeois d’éducation française s’avisa d’écrire en flamand, langue décriée s’il en fut en ce temps-là, mais comme c’était du menu peuple au milieu duquel il vivait tous les jours et dont il voulait évoquer les mœurs dans son œuvre future, Cyriel Buysse l’adopta tout simplement comme langue de ses ouvrages, sans la moindre arrière-pensée de revendications linguistiques22.

  • 23 Nous empruntons l’expression à Klinkenberg (Jean-Marie), « La production littéraire en Belgique fra (...)
  • 24 Evidemment, pour beaucoup d’entre eux, c’était également un moyen de se démarquer des Français. Sur (...)

10En revanche, les mêmes milieux francophones conservateurs louaient Camille Melloy comme le type idéal d’un écrivain national « belge » : de langue française et d’inspiration flamande. La définition des lettres nationales selon la formule du « mythe nordique »23, avait été jusque-là l’expression à succès d’une littérature moulée sur le modèle romantique « une langue, une littérature, une nation ». Dans la mesure où elle faisait abstraction d’une littérature en langue « flamande », cette définition compromettait les tentatives d’émancipation culturelle et sociopolitique des néerlandophones, ce qui motivait son succès auprès des francophones24. Le parcours littéraire de Melloy, un Flamand néerlandophone s’étant converti à l’emploi de la langue littéraire dominante, formait aux yeux des dominants une illustration par excellence de la supériorité du français. La critique francophone se plaisait par conséquent à accentuer que l’option du français était un choix naturel, non forcé, une option d’intelligence et de prestige sans aucun dédain pour le néerlandais. Toutes ces affirmations représentaient autant de réponses implicites aux objections que certains milieux flamingants avaient formulées depuis plusieurs décennies à l’adresse de la langue et culture francophones, ceci afin de se construire une identité néerlandophone légitime, en opposition à l’identité francophone, nationale « belge ». Lisons l’hommage funèbre à Melloy prononcé par Henri Davignon devant l’Académie :

  • 25 Davignon(Henri), « Un poète de langue française. Camille Melloy. 1891-1941 », dans Bulletin de l’Ac (...)

Camille Melloy n’a cessé d’user couramment du flamand, traduisant ou écrivant directement en cet idiome ses propres œuvres, entretenant avec les écrivains de Flandre un commerce amical et spirituel basé sur un échange abondant en néerlandais. Le choix du français fut donc, de la part du poète, l’objet d’une prédilection spontanée, ne comportant aucune ignorance, aucun dédain de l’autre langue. Nous pouvons y voir une préférence de culture, le fruit d’un humanisme latin, l’orientation naturelle d’une âme par la tradition spirituelle du catholicisme lettré. […] Ni le poète, ni le prosateur et encore moins le traducteur n’ont sacrifié la vraie tradition de la langue française à des adaptations douteuses ou des assimilations hasardées. Ce Flamand, inexplicable dans son terroir et ses aïeux, est tout français d’accent, de rythme, de forme25.

  • 26 Marlier (Georges), « Les Écrivains flamands d’aujourd’hui », [coupure de presse non identifiée, s.d (...)

11Les langues littéraires n’étaient en effet pas égales l’une vis-à-vis de l’autre. Le ton défensif auquel les promoteurs du modèle « belge » avaient recours fait deviner dans quelle mesure ce type idéal d’écrivain national était en passe de perdre de sa légitimité au seuil de la seconde moitié du vingtième siècle. Le français comme langue littéraire supérieure de la nation entière — donc non territorialement limitée au sud du pays — subissait la concurrence, certes encore discrète, du néerlandais. C’est pourquoi les milieux francophones conservateurs de l’entre-deux-guerres applaudissaient aux contacts interculturels qui réservaient au français sa position privilégiée, comme les traductions d’œuvres flamandes néerlandophones en français, ou encore les anthologies ou histoires littéraires consacrées à la littérature flamande mais rédigées en français. Dans un compte rendu consacré aux Écrivains flamands d’aujourd’hui du Flamand bilingue Raymond Brulez, Georges Marlier estimait qu’il y avait « profit pour la cause de l’unité du pays ». « Ce que les malentendus linguistiques ont détruit, l’art est en mesure de le réparer ». Et Marlier de conclure par un vœu : « vivement de bonnes traductions à l’usage de nos compatriotes de langue française »26. C’étaient les agents interculturels comme Raymond Brulez, Camille Melloy, Pierre Maes et tant d’autres qui remplissaient ce genre de mission patriotique : les littérateurs francophones, souvent issus des classes supérieures, ne maîtrisaient en général pas suffisamment la langue mineure pour garantir les contacts interculturels. Les Flamands bilingues jouissaient par conséquent d’une bienveillance générale du côté francophone.

  • 27 Rency(Georges), « La vie littéraire, Georges Rodenbach (1855-1898), par Pierre Maës », [coupure de (...)

M. Pierre Maës (sic) est l’un de ces jeunes intellectuels — de plus en plus rares, hélas ! — qui aiment certes avec ferveur la Flandre et sa langue, mais comprennent, admettent que le Français (sic) mieux que le Thiois, est propre à faire entrer dans le grand commerce littéraire international des idées, les sensations, les sentiments des poètes nés au bord de l’Escaut. Il n’est pas de ces étranges patriotes flamands, de ces « nationalistes », […] qui reprochent amèrement à Rodenbach, à Verhaeren, à Maeterlinck, à Van Lerberghe, à Grégoire Le Roy d’avoir écrit en français et qui refusent de reconnaître que le succès de leurs œuvres a fait plus pour la gloire de la Flandre que le labeur obscur de cent écrivains s’exprimant, même avec talent, en néerlandais. Au surplus, M. Pierre Maës est bien loin d’ignorer ou de dédaigner les productions de notre littérature thioise. Il a traduit, et fort bien traduit, Le Bourriquet, un âpre et puissant roman de Cyriel Buysse, le Maupassant flamand. Voilà qui vaut mieux tout de même que de s’enfermer derrière la muraille de Chine d’un particularisme linguistique ridiculement suranné27.

12Les littérateurs interculturels incarnaient l’idéal nostalgique d’une Flandre francophone, d’une identité linguistico-culturelle « belge » sur le mode du mythe nordique, mise en péril par les « nationalistes », « étranges », « obscurs » et « obstinés » (« refusent de reconnaître »). La défense de l’idéal prenait appui sur la domination symbolique du français sur le néerlandais dont l’indécision terminologique (« Thiois », « flamand », « Flandre », « néerlandais », « thioise ») était à l’image de son statut morcelé, inférieur. Le français et le néerlandais s’opposaient respectivement comme la raison (« intellectuels », « comprennent et admettent », « idées ») et l’universalisme (« le grand commerce international des idées ») versus les passions (« reprochent amèrement », « ridiculement suranné ») et le particularisme (« labeur obscur », « s’enfermer derrière la muraille de Chine d’un particularisme linguistique »). Ainsi, tout au long de l’entre-deux-guerres, l’affirmation du français comme langue littéraire supérieure de la nation en général, et de la Flandre plus en particulier, était une des pratiques discursives qui structuraient le discours littéraire francophone dominant. Or, dans un espace multilingue où les barrières linguistiques et géopolitiques n’étaient pas étanches mais où la valeur symbolique des langues et des littératures en était d’autant plus antagonique, il aurait été naïf de supposer que ces débats et prises de positions ne laissent pas de traces dans le discours littéraire néerlandophone.

13En effet, un Flamand bilingue, professionnel de la médiation culturelle comme Melloy faisait l’objet d’une attention non moins suivie que controversée dans la presse littéraire néerlandophone. En 1934 par exemple, Melloy reçut le prix français Edgar Poe : une distinction de la Maison de Poésie pour un poète de nationalité non française. La critique néerlandophone saisit l’occasion de rendre hommage au poète, témoignant de la sorte du désir de s’approprier un auteur que les francophones considéraient au même moment comme un des leurs. Aussi le qualifiait-elle de compatriote (« landgenoot »), de « Flamand » (« Vlaming »), qui possédait toutes les caractéristiques du peuple flamand et qui puisait son inspiration dans le pays flamand. Aux yeux des dominés, le « peuple » — ou faut-il dire la « race » ? — et le « territoire » étaient en d’autres termes les éléments décisifs dans l’appartenance identitaire d’un écrivain flamand francophone. L’on tentait de camoufler ou de neutraliser l’aspect clé de la défense d’une littérature nationale « belge » dominante, à savoir la langue française. À cette fin, la presse néerlandophone accentuait par ailleurs les signes de respect pour la culture dominée : Melloy n’avait pas dénié sa langue maternelle, il portait un réel intérêt à la littérature flamande et entretenait des contacts étroits avec ses confrères flamands néerlandophones. Malgré ses activités littéraires en langue française, Melloy était donc toujours un « vrai » Flamand, sur qui l’attitude supérieure des dominants n’avait pas de prise. N’empêche que l’auteur continuait à faire figure d’exception à cause précisément de sa langue d’écriture : ce qui pour la culture dominante représentait l’identité par excellence d’un écrivain national, formait une sérieuse entrave identitaire pour la culture dominée. Elle compliquait surtout les références à la langue littéraire (le français) des représentants interculturels du mythe nordique. Aussi faut-il constater une certaine virtuosité dans la combinaison des étiquettes géolinguistiques. Dans la presse néerlandophone, Camille Melloy n’était pas désigné comme Flamand francophone (« Franstalige Vlaming »), expression d’usage dans les milieux francophones, mais comme Flamand écrivant en français (« Fransschrijvende Vlaming »).

  • 28 H.B., « Camille Melloy. Laureaat van den Franschen Edgar Poe-Prijs voor poëzie », dans De Standaard(...)

Wij, Vlamingen, kunnen er ons slechts over verheugen dat juist het specifiek Vlaamsche element in de dichtkunst van dezen Fransch-schrijvenden Vlaamschen geestelijke, in ruime mate heeft bijgedragen tot zijn literaire faam28.

14La langue littéraire d’un auteur flamand francophone prenait ainsi l’allure d’élément étranger, de caractéristique accessoire, secondaire à ses origines géographique et linguistique, à sa sensibilité artistique. Selon certains critiques, le français formait même la source d’un déchirement intérieur et un obstacle à l’authenticité artistique, une barrière entre le poète et la réalité. Aux yeux des dominés, la définition jusque-là la plus légitime d’une littérature nationale « belge » se présentait de la sorte comme une contradiction tragique dont souffraient l’auteur et son peuple. Pour certains, elle formait déjà une exception, voire un anachronisme, la preuve vivante de l’ancienne domination institutionnelle et symbolique du français sur le néerlandais. En somme, le fait d’écrire en français était une erreur initiale qui ne se réparait qu’en réécrivant ses œuvres en néerlandais. L’option évidente, « naturelle » en quelque sorte, n’était pas, comme pour les dominants, d’écrire en français, mais au contraire de retourner au néerlandais. Il faut donc constater que, des deux côtés, l’argumentation participait de la construction mythique. Pour convaincre l’adversaire de la légitimité de telle ou telle langue littéraire, l’on présentait comme « naturel » et « éternel », ce qui en fait était « construit », « temporaire » et « arbitraire ». Toutes les définitions identitaires des dominés visaient de la sorte à minimiser l’impact de la composante « langue de culture » (française) en faveur de celles du « territoire » (flamand), du « peuple » (flamand) et de la « langue maternelle » (flamande). Elles faisaient, certaines davantage que d’autres, écho au slogan « De taal is gansch het volk », par lequel les promoteurs de l’émancipation sociolinguistique des dominés tentaient d’associer la langue flamande au territoire flamand et de lui conférer un statut sociolittéraire à part entière.

  • 29 Pauw(D.O.P.), « Camille Meloy », dans Boekengids, 7, 1934, pp. 246 et 252. Pour des exemples sembla (...)
  • 30 Eeckhout(Joris), Literaire Profielen.V. Gent, L. Vanmelle, 1932, pp. 136-137 et 147.

Rechtvaardigheidshalve moet bekend dat hij, kind van een Vlaamsche moeder, schreef in een vreemde taal, - op ‘t kollege aangeleerd ! — die hij overigens hanteert als een geboren Fransman. Daar ligt iets tragisch in dat geval. De dichter zelf lijdt er onder — even als wij — maar die wonde willen we niet opnieuw doen bloeden. […] Melloy is een overtuigd Vlaming, op de hoogte onzer literatuur, bewonderaar van Guido Gezelle, Felix Timmermans en A. Coolen. […] De inspiratie van zijn werk is door en door Vlaamsch; hij zelf is diep geworteld in den Vlaamschen bodem, hartstochtelijk verdediger van de Vlaamsche rechten en de Vlaamsche kultuur. […] Franschschrijvend Vlaming is hij niettemin op en top Vlaming […]. Vlaanderen hoeft over Melloy niet te blozen. Wellicht verrast hij ons binnenkort met een Vlaamschen roman. God gave ‘t29.
Hoe viel ook maar gereedelijk aan te nemen, dat nog in 1930, in ‘t hartje van Vlaanderen, iemand te vinden was, die Fransche verzen schreef […]. Eigenlijk een anakronisme […]. Men noemde ‘t liever een sprookje, was ermee niet, eens te meer, het bewijs geleverd, dat, te onzent het onderwijs in de moedertaal, tot vóór zeer korten tijd, afgericht werd vooral op den omgang met “kleine luyden” (in al de rest zou het “deftiger” fransch voorzien!). In elk geval, een “rara avis” die Camille Melloy, want op den hoop toe blijkt hij ook goed beslagen in ‘t nederlandsch! (Vrucht alweer, ook bij hem, zooals bij ons allen, van lange en lastige zelfstudie; alle vlaamsche schrijvers kunnen prat gaan op een pijnlijk-verworven autodidaktisme!) […] ‘t komt me nochtans voor, dat, telkens weer, tusschen de realiteit en den artist, belemmerend staat de aangewende taal. […] Camille Melloy
— herschrijf dit boek (ik zeg niet: vertaal het), in de taal waarin gij het, een eerste maal, in uw onderbewustzijn opgeteekend hebt30.

15Il est par ailleurs piquant de constater que Melloy ne semblait pas dénier la perception « flamande » néerlandophone de sa personne ; tant dans sa correspondance que dans des interviews par exemple, il accentuait sa familiarité avec les lettres flamandes et avouait avoir le projet d’écrire en « flamand ». En même temps, il ne cachait pas ses activités, quelque peu compromettantes aux yeux de certains néerlandophones, de traducteur d’auteurs flamands :

  • 31 H.B., « Camille Melloy. Van een Vlaamschen pater die den Franschen Edgar Poe-Prijs voor poëzie won  (...)

Na den oorlog heb ik den schrijver van “Pallieter” leeren kennen. Ik houd zeer veel van hem. Ik vertaalde zijn “Driekoningentryptiek”, verschenen in 1931 bij Rex (Leuven) onder den titel “Triptyque de Noël” en ben nu ook klaar met de vertaling van “De Harp van St. Franciscus”. Van zijn kant illustreerde de Fé mijn “Louange des saints populaires” en “Triptyque de Noël”. Het is niet onmogelijk dat ikzelf een dezer dagen mij aan het schrijven zet in het Vlaamsch…31

16Pour les néerlandophones, comme pour les francophones, les langues (littéraires) étaient des instruments de combat socio-politique. Le choix en faveur du néerlandais était perçu et promu par ceux-là comme une mise en question des rapports sociolinguistiques existants, désavantageux. En opposition aux promoteurs d’une littérature nationale belge, unilingue francophone et d’inspiration flamande, les dominés, qui luttaient pour l’émancipation sociolinguistique des néerlandophones, arguaient par conséquent que l’inspiration flamande se rendait uniquement en langue flamande. Les catégories de « langue », « littérature », « territoire » et « peuple » « flamands » devaient en d’autres termes se recouvrir et proposer une alternative légitime à la définition concurrente associant la « langue française », « l’inspiration flamande », la « littérature belge » et la « nation belge ». En fait, tout au long de l’entre-deux-guerres, tant les néerlandophones que les francophones se disputaient le monopole de « l’inspiration flamande » et l’acception de l’étiquette « flamand » dans leurs définitions d’une identité littéraire légitime. Pour la culture dominée, la promotion d’une littérature « flamande » passait par la proclamation d’une unité indissoluble entre la « langue » et le « territoire », exigences qui cherchaient au même moment leur chemin politique. Les dominants, par contre, tentaient de dissocier le qualificatif « flamand » de toute référence à la langue dominée : « flamand » équivalait tout simplement à « francophone » et ceci sur l’ensemble du territoire national.

Conclusion

17Comment définir la littérature « francophone » / « flamande » / « belge » ? Qui est/était un écrivain « flamand » / « francophone » / « belge » ? Les réponses aux questions identitaires varient selon divers paramètres tels les époques, les espaces, les langues, les milieux littéraires etc. Pour ce qui est de l’entre-deux-guerres, bon nombre d’agents littéraires naviguaient entre les cultures et certaines pratiques discursives transgressaient les frontières univoques entre les langues, les littératures, les cultures et les espaces. Les cadres de recherche monolingues dominants ont tendance à ignorer le fait essentiel des options (hiérarchiques) entre les langues littéraires. Nous perdons de vue ces options parce que nous projetons sur le passé une absence de liberté culturelle et une conception territoriale des littératures. Bon nombre d’auteurs, considérés aujourd’hui comme des exceptions ou des curiosités parce qu’ils étaient bilingues, étaient à l’époque tout sauf des oiseaux rares. L’absence de contextualisation diachronique ne nous fait pas prendre conscience de choix qui semblent peut-être toujours possibles, mais qui à l’époque étaient contraignants et institutionnels. Ainsi, des cadres de recherche plus souples pourraient faire justice au fait que le « choix » d’une langue littéraire était en effet le fond du problème institutionnel pour les littérateurs interculturels d’avant 1950. Il serait donc déplorable que l’amnésie qui touche assez systématiquement l’aspect plurilingue de certaines époques et de certains milieux littéraires, prenne la forme d’une convention tacite, non thématisée et rarement questionnée, parce qu’elle risque de compromettre notre lucidité face à de nombreuses manifestations du fonctionnement littéraire francophone et néerlandophone et face à notre définition de toute culture « nationale » ou autre.

Haut de page

Notes

1 Casanova(Pascale), La République mondiale des Lettres. Paris, Seuil, 1999.

2 On se référera à Robyns (Clem), « Translation and Discursive Identity », dans Robyns (Clem), ed., Translation and the (Re)production of Culture. Leuven, The CERA Chair for Translation, Communication and Cultures, 1994, pp. 57-81.

3 Voir Lambert (José), « In Quest of Literary World Maps », dans KITTEL (Harald) & (Armin Paul) FRANK, éd., Interculturality and the Historical Study of Literary Translations. Berlin, Erich Schmidt, 1991, pp. 133-143.

4 Lire avec intérêt Lambert (José), « ‘Communication Societies’ : Comments on Even-Zohar’s ’Making of Culture Repertoire’« , dans Target, 10, 2, 1998, pp. 353-356.

5 Le concept d’ « habitus » est développé par Pierre Bourdieu. Il désigne le système intériorisé de structures sociales sous forme de dispositions durables. Sous l’influence de sa position sociale et de son passé individuel et collectif, tout agent culturel développe (et continue à développer) une certaine représentation du monde et de sa position dans le monde, une « identité sociale ». Voir entre autres bourdieu (Pierre), « Le Champ littéraire », dans Actes de la recherche en sciences sociales, 89, 1991, pp. 3-46.

6 Une argumentation plus élaborée, mais qui ne se réfère pas au concept d’« habitus », se lit dans Pym (Anthony), Negotiating the Frontier. Translators and Intercultures in Hispanic History. Manchester, St. Jerome, 2000, pp. 220-224.

7 Lope(Hans-Joachim), « Einleitende Bemerkungen », dans Lope, (Hans-Joachim), éd., Studia Belgica. Aufsätze zur Literatur- und Kulturgeschichte Belgiens. Frankfurt am Main-Bern, Peter Lang, coll. und Dokumente zur Geschichte der Romanischen Literaturen 6, 1980, p. 5.

8 Citons, à titre d’exemple, Quaghebeur (Marc), « Littérature et fonctionnement idéologique en Belgique francophone », dans Sojcher (Jacques), éd., La Belgique malgré tout. Numéro spécial de la Revue de l’Université Libre de Bruxelles. Bruxelles, U.L.B., 1980, pp. 501-525 ; Klinkenberg (Jean-Marie), « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique », dans Littérature, 44, décembre, 1981, pp. 33-50 ; idem, « La génération de 1880 et la Flandre », dans Weisgerber (Jean), éd., Les Avant-gardes littéraires en Belgique. Au confluent des arts et des langues (1880-1950). Bruxelles, Labor, coll. Archives du Futur, 1991, pp. 101-110 ; Lambert (José), « L’éternelle question des frontières : littératures nationales et systèmes littéraires », dans Angelet (Christian) e.a., éd., Langue, dialecte, littérature. Études romanes à la mémoire de Hugo Plomteux. Leuven, Leuven UP, 1983, pp. 355-370. Dirkx (Paul), « La traduction littéraire dans la Belgique du second après-guerre », dans Textyles, 14, 1997, pp. 181-192.

9 Les modèles les plus utilisés dans ce contexte sont Even-Zohar (Itamar), Polysystem Studies (Special Issue of Poetics Today), 11,1, 1990 et Bourdieu, op.cit. Pour une comparaison de leurs points forts et faibles respectifs dans le cadre « belge », voir mon article « “Enfin de nulle part et de partout”. Pour une historiographie belge qui ne va plus de soi ? », dans D’hulst (Lieven) et Moura (Jean-Marc), éd., Les études littéraires francophones : état des lieux. Lille, UL3, 2003 , pp. 185-195.

10 Voir entre autres Lambert (José), « De verspreiding van Nederlandse literatuur in Frankrijk : enkele beschouwingen », dans Ons Erfdeel, 23, januari-februari 1980, pp. 74-86 ; Capelle (Annick), « Translation in Nineteenth Century Belgium », dans Robyns, éd., Translation and the (Re)production of Culture, op.cit., pp. 7-17 ; Meylaerts (Reine), « Translation Policy in Belgium between the Two World Wars », dans Canadian Review of Comparative Literature, XXI, 4, December 1994, 717-734 ; Capelle & Meylaerts, « Interactions littéraires entre la Flandre et la Wallonie au cours des années quatre-vingt », dans Liber. Revue internationale des livres, 21-22, mars 1995, pp. 30-31; Dirkx (Paul), « Paris and Amsterdam as Translational Go-Betweens. The Evolution of Literary Translation in Belgium after World War II », dans Jansen (Peter), éd., Transaltion and the Manipulation of Discourse. Selected Papers of the CERA Research Seminars in Translation Studies 1992-1993. The CERA Chair for Communication, Translation and Cultures, 1995, pp. 9-24.

11 Voir mon article « La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l’entre-deux-guerres », dans Klinkenberg (Jean-Marie), éd., L’institution littéraire. Bruxelles, Le Cri, 1998, pp. 17-32 ; de même que mon ouvrage L’Aventure flamande de la Revue Belge : langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres. Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang - Archives et Musée de la Littérature, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, à paraître en 2004.

12 Tack(Lieven), « Relations interculturelles belges dans les revues littéraires (1869-1899) », dans Revue de Littérature Comparée, 1991, 3, pp. 379-396.

13 Grutman (Rainer), Babel en Belgique, mémoire de licence non publié (directeur José Lambert), Leuven, 1988 ; Meylaerts (Reine), « ‘De taal is gansch het volk’ : Vlaamse literatuur en haar Franstalige promotoren tijdens het interbellum in België », dans Neerlandica Extra Muros, XXXIV, oktober 1996, pp. 13-27.

14 L’État-Nation est une forme d’organisation socio-politique développée pour remplacer les structures de l’Ancien Régime. Elle essaie de faire coïncider un État (en tant que mode d’organisation politique), un territoire et une nation. Ce dernier concept se réfère au sentiment d’adhésion populaire, d’union nationale qui résulte dans ce qu’Anderson appelle une « imagined community » (Imagined Communities. London-New York, Verso, 1991≤). L’identification populaire à l’État-Nation se fait à travers des symboles nationaux comme la langue nationale, la littérature nationale etc.

15 Il suffit d’évoquer ici le célèbre article d’Edmond Picard de 1897 sur l’âme belge (voir l’introduction à ce numéro).

16 Après 1918 s’y ajoutent la langue et la culture germanophones. Par souci d’économie, nous en ferons abstraction ici : leur poids identitaire est plutôt négligeable dans notre perspective.

17 Von Busekist(Astrid), La Belgique. Politique des langues et construction de l’État de 1780 à nos jours. Paris-Bruxelles, Duculot, 1998, p. XII.

18 Le 5 avril 1930 la néerlandisation de l’université d’État de Gand fut votée et en 1932, deux autres lois réglèrent l’emploi des langues respectivement dans l’administration et dans l’enseignement primaire et secondaire selon le principe de l’unilinguisme territorial : le néerlandais comme langue officielle au nord et le français au sud. En juin 1935, une loi sur l’emploi des langues dans la justice stipula qu’en Flandre tous les procès devaient être traités en néerlandais. Ces lois étaient souvent violées, surtout à Bruxelles (Witte (Els), Politieke Geschiedenis van België van 1830 tot heden, vijfde, volledig herwerkte uitgave. Antwerpen, Standaard Uitgeverij, 1990, p. 186). Pour de plus amples informations on consultera von Busekist, op.cit.

19 Bruxelles restait une zone bilingue.

20 Sur les concepts de cultures ou littératures mineures et majeures, voir entre autres Deleuze (Gilles) & Guattari (Felix), Kafka. Pour une littérature mineure. Paris, Éditions de Minuit, 1975.

21 Voir à ce sujet van Vreckem (P.H.S.), De invloed van het Franse naturalisme in het werk van Cyriel Buysse. Brussel, T.U.B., 1968.

22 Maes(Pierre), « Portraits d’écrivains. Cyriel Buysse », dans Revue Belge, 15 août 1932, p. 315.

23 Nous empruntons l’expression à Klinkenberg (Jean-Marie), « La production littéraire en Belgique francophone », op.cit., pp. 33-50.

24 Evidemment, pour beaucoup d’entre eux, c’était également un moyen de se démarquer des Français. Surtout la génération léopoldienne en avait fait son image de marque.

25 Davignon(Henri), « Un poète de langue française. Camille Melloy. 1891-1941 », dans Bulletin de l’Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises, 20, 1941, pp. 122 et 125.

26 Marlier (Georges), « Les Écrivains flamands d’aujourd’hui », [coupure de presse non identifiée, s.d., s.l.].

27 Rency(Georges), « La vie littéraire, Georges Rodenbach (1855-1898), par Pierre Maës », [coupure de presse non identifiée], Archives et Musée de la Littérature, ML 3017 [s.d.].

28 H.B., « Camille Melloy. Laureaat van den Franschen Edgar Poe-Prijs voor poëzie », dans De Standaard, 30 juin 1934, p. 4.

29 Pauw(D.O.P.), « Camille Meloy », dans Boekengids, 7, 1934, pp. 246 et 252. Pour des exemples semblables, voir L.D., « Boekbespreking. Camille Meloy : Le Parfum de Buis. Poèmes », dans Dietsche Warande en Belfort, januari 1930, p. 91 ; de Poortere (F.), « Bij Camille Melloy », dans Nieuw Vlaanderen, 18/5/1935, p. 4.

30 Eeckhout(Joris), Literaire Profielen.V. Gent, L. Vanmelle, 1932, pp. 136-137 et 147.

31 H.B., « Camille Melloy. Van een Vlaamschen pater die den Franschen Edgar Poe-Prijs voor poëzie won », dans De Standaard, 9 juin 1934, p. 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Reine Meylaerts, « Cent soixante ans sans la Flandre ou les trous de l’historiographie belge », Textyles, 24 | 2004, 81-89.

Référence électronique

Reine Meylaerts, « Cent soixante ans sans la Flandre ou les trous de l’historiographie belge », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 18 juillet 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/728 ; DOI : 10.4000/textyles.728

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org