Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Thiry (Marcel), Le Tour du monde en guerre des autos-canons belges (1915-1918). Suivi de Lettres inédites d’Oscar et Marcel Thiry à leur famille pendant la Première Guerre mondiale

Bruxelles, Le Grand Miroir, 2003
Pierre Halen
p. 189-191
Référence(s) :

Thiry (Marcel), Le Tour du monde en guerre des autos-canons belges (1915-1918). Suivi de Lettres inédites d’Oscar et Marcel Thiry à leur famille pendant la Première Guerre mondiale, présentées par Lise Thiry. Bruxelles, Le Grand Miroir, 2003, 222 p.

Texte intégral

1Ce volume devrait ravir les amateurs de littérature de voyage : il remet à la disposition du public le récit que publia Marcel Thiry, au début des années 1960, à propos du « banal voyage » qui lui fit faire le tour du monde sous l’uniforme du soldat et qui, en 1924, lui avait déjà inspiré le célèbre sonnet Toi qui pâlis au nom de Vancouver, par quoi commence véritablement son œuvre littéraire. Ce récit haut en couleurs, mais peu dans le ton de l’épopée martiale, parut d’abord dans le quotidien Le Soir ; ensuite, augmenté, il connut une édition en volume (André De Rache, 1965). En réalité, ce n’était pas la première version publiée de cette histoire, puisqu’un premier livre avait paru en 1919 sous le titre : Soldats belges à l’armée russe, qui contenait la chronique rédigée pendant le conflit par Oscar Thiry, jusqu’à sa blessure, et poursuivie ensuite par son jeune frère Marcel. Ce même livre avait connu une deuxième édition (expurgée d’un chapitre croustillant) en 1923.

2Rappelons que les deux frères, engagés volontaires, s’étaient retrouvés dans le même régiment d’auto-canons, et furent embarqués pour le front de l’Est où ils se battirent aux côtés de l’armée russe, jusqu’au moment où celle-ci signa avec l’Allemagne une paix séparée. Oscar, blessé, rentra en France par la Suède. Marcel, avec les rescapés du régiment, rentra par le Transsibérien, la Chine, le Pacifique et les États-Unis.

3Cette réédition est suivie de la correspondance inédite, envoyée par les deux frères à leur famille. Sauf à l’un ou l’autre endroit (où Thiry mentionne l’existence de poèmes et d’un roman écrits durant cette période), ces lettres ne nous apprennent pas grand-chose : leurs auteurs les emploient surtout à rassurer leur famille... et à demander de l’argent, le conflit se prolongeant. On y perçoit néanmoins aussi l’ambiance du bataillon, et les conditions matérielles un peu particulières de cette existence, bien plus dangereuse et pénible, évidemment, que ces missives ne peuvent le dire. Elles ont en outre un intérêt littéraire évident : de place en place, on y découvre un jeune auteur qui s’essaie, se risquant dans une description, une phrase un peu plus ambitieuse, cherchant ce ton si particulier, de tendre ironie, qui sera plus tard le sien. Mais c’est dans la première partie qu’on rencontrera l’écrivain du voyage à proprement parler. Rappelons que la « matière russe » inspira de nombreux poèmes thiryens, mais aussi les romans Passage à Kiew (1927) et Voie-Lactée (1961).

4Le présent volume, hélas, est édité sans grande précaution philologique et sans l’appareil critique qui en aurait multiplié l’intérêt. Les coquilles sont nombreuses (Mamoucha / Mamouchka, par exemple), et l’on ne s’est pas soucié que le Docteur « Dos. » trouvait un peu plus loin son nom complet : « Dossin ». L’absence, par ailleurs, d’un commentaire historique et littéraire se fait sentir, à commencer par celle de notes explicatives concernant les lieux, les personnes, les contextes (il y bien a quelques notes en fin de volume, mais ce sont, littéralement, celles qui figuraient en position infra-paginale en 1961, sans mise à jour aucune). D’un point de vue littéraire, il y avait là en outre matière à une belle étude de « génétique » textuelle, du fait des diverses élaborations des mêmes faits, auxquelles il faut encore ajouter le « carnet » inédit dont Lise Thiry s’est servi pour ajouter l’un ou l’autre épisode non rapporté dans les lettres. Il ne manque pourtant pas, en Belgique, ou ailleurs si c’est nécessaire, de chercheurs sérieux dans le domaine : pourquoi ne pas recourir à leurs services ?

5On aurait aimé aussi quelques photographies d’époque, des fac-similés, des poèmes d’alors... Les deux frères n’annoncent-ils pas à leurs parents qu’ils ont déjà rassemblé à leur intention plus de 400 clichés ? Et ils ne sont pas alors au bout du voyage. Rappelons que Soldats belges à l’armée russe, dans l’édition de 1919, présentait 4 photographies, celle de 1923, 13 autres photos ; que la première édition en volume du Tour du monde en propose une trentaine (dessins et fac-similés compris).

6Que diable l’Académie royale, qui a soutenu cette réédition, ne compte-t-elle dans ses rangs un Émile Van Balberghe, qui nous eût ici, non seulement soigné le texte, mais aussi reconstitué le dossier complet de cette équipée, comme il l’a fait avec les lettres de Charles Warlomont. Hélas, mis à part le travail de Christian Delcourt pour l’édition en 3 volumes des Poésies complètes, l’édition des textes thiryens a souvent été traitée à la légère. Ce n’est pas un reproche adressé à Lise Thiry, du reste, qui, en plus d’une « présentation » des lettres, en trois pages, a opéré explicitement des sutures et des coupures qui sont signalées ; elle a, en outre, inséré des éléments textuels tirés du « carnet » (p. 221) ainsi qu’une évocation datant de 1923 et déjà publiée par la revue Marginales (« Ces années-là », p. 128 sq.). Tout cela rétablit les choses du point de vue de l’anecdote biographique. Il n’empêche : l’apport d’un professionnel aurait assurément été utile, non seulement pour mettre en valeur les éléments de ce livre, mais aussi pour renforcer l’image de marque des jeunes éditions du « Grand Miroir ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Thiry (Marcel), Le Tour du monde en guerre des autos-canons belges (1915-1918). Suivi de Lettres inédites d’Oscar et Marcel Thiry à leur famille pendant la Première Guerre mondiale », Textyles, 26-27 | 2005, 189-191.

Référence électronique

Pierre Halen, « Thiry (Marcel), Le Tour du monde en guerre des autos-canons belges (1915-1918). Suivi de Lettres inédites d’Oscar et Marcel Thiry à leur famille pendant la Première Guerre mondiale », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/684

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org