Navigation – Plan du site

Ruusbroec, en son temps et dans les siècles

Benoît Beyer de Ryke
p. 19-29

Texte intégral

1Pour un public francophone, le nom de Ruusbroec (plus connu sous la dénomination de « Ruysbroeck l’Admirable ») est inévitablement lié à celui de Maurice Maeterlinck, qui traduisit en français L’Ornement des noces spirituelles et consacra à son auteur plusieurs études. Pour un public néerlandophone par contre, Ruusbroec évoque avant tout l’un des premiers auteurs ayant écrit en flamand, au même titre qu’Hadewijch d’Anvers ou Jacob van Maerlant.

  • 1 Voir nos deux ouvrages : Beyer de Ryke (Benoît), Maître Eckhart, une mystique du détachement. Bruxe (...)

2Dans le premier cas, on s’intéresse surtout à l’influence de Ruusbroec sur la pensée et l’œuvre de Maeterlinck, au rôle qu’il a joué dans l’évolution de celui-ci vers le symbolisme. Dans le second cas, c’est le passé de la langue et de la littérature flamande qui retient l’attention. Le romaniste envisage Ruusbroec par rapport à Maeterlinck, le germaniste par rapport à la langue flamande. Les deux toutefois ne peuvent ignorer la dimension mystique de cet auteur, qui lui assure une place de choix dans l’histoire de la spiritualité chrétienne et mondiale. C’est également cette dimension mystique de Ruusbroec qui a suscité notre intérêt, envisagée dans le sillage de la mystique rhénane (Eckhart1), dont la pensée de Ruusbroec se démarque cependant par bien des aspects.

3Mais revenons à la « Belgique littéraire ». C’est donc à double titre que Ruusbroec intervient dans l’histoire littéraire belge : d’abord, en tant qu’auteur médiéval de langue flamande (dans la « Belgique avant la Belgique »), ensuite en tant que référence spirituelle et littéraire proposée par Maeterlinck à ses lecteurs francophones. Aussi nous paraît-il intéressant, dans le cadre de cette publication, de nous pencher à nouveau sur le grand mystique flamand, en son temps et dans les siècles. Nous commencerons par présenter Ruusbroec dans son époque et par rapport au courant dit de la mystique rhéno-flamande (expression quelque peu impropre qui cache des divergences que nous soulignerons entre le courant flamand et le courant rhénan, plus intellectualiste), ensuite nous évoquerons la postérité de Ruusbroec, avec ses temps forts, tout particulièrement celui de sa « redécouverte » par Maeterlinck.

Ruusbroec en son temps

Sa vie

  • 2 Sur Ruusbroec, voir Verdeyen (Paul), s.j., Ruusbroec l’admirable. Paris, Cerf, coll. Histoire, 1990 (...)

4Jan van Ruusbroec2, qui vécut de 1293 à 1381, est sans doute né dans le village de Ruisbroek, situé dans la vallée de la Senne au sud de Bruxelles, en Brabant. L’existence de Ruusbroec se partage en deux grandes périodes : une première à Bruxelles jusqu’en 1343, en tant que membre du clergé séculier ; une seconde à Groenendael où il vit jusqu’à sa mort, comme membre du clergé régulier. La vie de Ruusbroec nous est connue par la biographie que lui a consacrée, en latin, vers 1420 le chanoine de Groenendael, Hendrik Utenbogaerde alias Henricus Pomerius († 1469). Selon ce dernier, Ruusbroec quitte sa mère à l’âge de onze ans pour aller étudier chez son oncle à Bruxelles, Jan Hinckaert, chanoine de la collégiale Sainte-Gudule. Il y reçoit une instruction modeste. Denys le Chartreux, au xve siècle, le traitera d’ailleurs d’illitteratus. Maurice Maeterlinck, pour sa part, va même jusqu’à dire de Ruusbroec qu’« il ignorait le grec, et peut-être le latin ». C’est exagéré ! En fait, il connaît un peu de latin. Ce qu’il a appris lui permet d’être ordonné prêtre à l’âge de vingt-quatre ans et de devenir chapelain de Sainte-Gudule. Ruusbroec n’est pas un ignorant. Mais il n’a vraisemblablement pas suivi de cours universitaires, sans quoi il ne serait pas resté simple chapelain à Bruxelles jusque l’âge de cinquante ans.

5Ruusbroec est l’auteur d’une œuvre, entièrement écrite en moyen-néerlandais, comprenant onze traités mystiques et de nombreuses lettres. Pourquoi écrit-il en flamand et non pas en latin ? Tout simplement parce qu’il destine ses œuvres à un public laïc ou à des femmes religieuses qui ne comprennent pas le latin. De la période bruxelloise datent ses premiers ouvrages : Le Royaume des amants (Dat rijcke der ghelieven), L’Ornement des noces spirituelles (Vander chierheit der gheestelike brulocht), La Pierre brillante (Vanden blinckenden steen), Les Quatre Tentations, De la foi chrétienne et Le Livre du tabernacle spirituel (Vanden gheesteliken tabernakel).

  • 3 Ruusbroec parle plutôt de vie recueillie (innig).

6L’Ornement des noces spirituelles, le deuxième livre de Ruusbroec, est son œuvre la plus célèbre (célébrité accrue grâce à la traduction qu’en fit Maeterlinck en 1891). Écrit alors qu’il vivait encore à Bruxelles, l’ouvrage se présente comme un commentaire de la phrase de l’Évangile tirée de la parabole des vierges sages et des vierges folles : « Voici l’époux qui vient, allez au-devant de lui » (Mathieu, 25, 6). Le commentaire serré de cette phrase se développe au long des trois parties du livre, suivant la distinction traditionnelle des trois degrés de la vie spirituelle : la vie active, la vie intérieure3 et la vie contemplative.

7Ruusbroec s’inscrit dans la lignée de la mystique nuptiale héritée de saint Bernard pour laquelle le Christ est l’époux qui vient s’unir à notre âme qui est son épouse. L’essentiel de l’enseignement de Ruusbroec est dans cette rencontre de Dieu et de l’homme dans l’amour. Avec cette mystique amoureuse, il entend indiquer à ses contemporains le chemin d’une spiritualité saine et orthodoxe, opposée à la « mauvaise » mystique développée au sein de certains courants béguinaux suspectés d’appartenir au Libre Esprit.

  • 4 Voir Verdeyen (Paul), op. cit., pp. 17-22.
  • 5 Pour le texte du Miroir, voir Guarnieri (Romana), Il movimento del Libero Spirito. Testi e document (...)

8Ruusbroec s’emploie en effet à combattre l’hérésie du Libre Esprit. La secte des frères et sœurs du Libre Esprit – dont certains historiens doutent de l’existence en tant que groupe constitué – professe des thèses jugées déviantes. Les membres de la secte affirment notamment de manière trop nette la déification de l’homme, menaçant ainsi de faire disparaître la différence entre l’être humain et Dieu et, par conséquent, de mener au panthéisme. « Pendant que Ruusbroec vivait encore dans le monde, écrit son biographe Pomerius, il y avait une femme à Bruxelles qui inventa et propagea une doctrine exécrable. » Pomerius identifie dans l’adversaire hérétique que Ruusbroec poursuit de sa vindicte la célèbre béguine bruxelloise Heilwig Bloemaerts, plus connue sous le nom de Bloemardinne (vers 1280-1335). Il semble toutefois, comme le montre Paul Verdeyen4, que Pomerius se trompe en voyant dans Bloemardinne l’hérétique que Ruusbroec combat. Selon Verdeyen, Ruusbroec s’en prend à Marguerite Porète, qu’il ne connaît peut-être pas car il ne la cite jamais, mais dont il a très probablement lu l’ouvrage – écrit en moyen-français – Le Mirouer des simples ames dans une traduction latine : Speculum simplicium animarum5.

9Marguerite Porète est une béguine. Apparu à la fin du xiie siècle, le mouvement béguinal se développe surtout au xiiie siècle. C’est l’un des aspects de l’émergence des laïcs sur le devant de la scène spirituelle à partir du Moyen Âge central. Les béguines et les bégards forment des communautés de laïcs menant une vie semi-religieuse. Ils pratiquent la charité et nombre d’entre eux sont très vite gagnés aux doctrines du Libre Esprit. Les frères et sœurs du Libre Esprit appliquent une morale libertaire sinon libertine, récusant la notion de péché. Originaire de Valenciennes, Marguerite Porète est brûlée le 1er juin 1310 en place de Grève à Paris avec son livre Le Mirouer des simples ames anienties, ouvrage qui exprime certaines idées caractéristiques du Libre Esprit. Bien qu’influencé par ce livre, Ruusbroec y voit l’expression d’une mystique déviante car non ecclésiale : recherche d’un contact direct avec Dieu sans la médiation (liturgique et sacramentelle) de l’Église. Par ailleurs, il ne peut accepter l’idée que l’âme parfaite doive renoncer aux vertus et aux œuvres. Contre cette mystique extrême, Ruusbroec veut proposer une mystique équilibrée. Il souhaite développer en quelque sorte un mysticisme moyen ou médian.

10En 1343, alors âgé de cinquante ans, Jan van Ruusbroec décide de changer de vie. Accompagné de son oncle Jan Hinckaert († 1350) et de Frank Van Coudenberg († 1386), il se retire du monde à Groenendael (la « Vallée Verte »), dans la forêt de Soignes près de Bruxelles, où bientôt une communauté se forme. Pendant sept ans, ils vivent sans vœux ni règle monastiques. Cependant, dès le début, ils suivent les heures canoniales. Puis, en 1350, les membres de cette communauté adoptent la règle et l’habit des chanoines augustins. Ruusbroec n’en est pas le supérieur ; il ne dirige pas le couvent, mais il en est la figure centrale. Il écrit dans la forêt sur des tablettes de cire qui sont ensuite mises au net par un copiste de la communauté. Les œuvres que le « bon prieur » compose pendant cette période de Groenendael sont les suivantes : Les Sept Clôtures, Le Miroir du salut éternel, Les Sept Degrés de l’échelle d’amour spirituel, Le Livre de la plus haute vérité et Les Douze Béguines, son dernier texte.

  • 6 Sur la devotio moderna et son fondateur, Geert Groote, voir Debongnie (Pierre), « Dévotion moderne  (...)

11Sa renommée est grande ; elle s’étend à toute la Flandre et aux pays avoisinants. Johannes Tauler et Geert Groote sont censés lui avoir rendu visite. Pour Tauler, aucune source – à l’exception du témoignage de Pomerius – ne confirme ce voyage. Voici toutefois ce que rapporte Pomerius : « Le grand dominicain, le savant, le sage Johannes Tauler fit son pèlerinage à la Vallée Verte. Mais telle fut son admiration, son respect, son enthousiasme que ses visites furent très fréquentes. Il devint non seulement le pèlerin mais le disciple de Ruusbroec. Tauler se laissa guider par lui sur la montagne de la contemplation. » Si ces visites de Tauler prêtent à caution, par contre la visite de Groote à Groenendael est bien attestée. Ce dernier n’a d’estime que pour deux communautés, celle des chartreux et celle de Groenendael. Groote (né à Deventer en 1340) fut l’initiateur du courant de la devotio moderna6 et le fondateur des frères et sœurs de la Vie commune.

12Ruusbroec meurt à Groenendael le 2 décembre 1381 dans sa quatre-vingt-neuvième année. Son corps fut inhumé dans l’ancienne église puis, quatre siècles plus tard, en 1783, lorsque le couvent ferme ses portes suite à la décision de l’empereur Joseph ii de supprimer un grand nombre de monastères, il est transféré à Sainte-Gudule. Là, il subit les saccages de la période révolutionnaire : du 6 au 14 mars 1793, les sans-culottes français pillent Sainte-Gudule et profanent la châsse dans laquelle étaient conservées les reliques de Ruusbroec. Après la profanation, seuls deux os de la hanche sont retrouvés et on les entrepose un certain temps dans la salle des chapelains, puis ils disparaissent à leur tour sans laisser de traces. Ce n’est qu’en 1911 que l’on retrouve par hasard les deux os de la hanche, dans une armoire du grenier de la maison du doyen de Bruxelles. Le 5 février 1911, le cardinal Mercier authentifia ces reliques. Aujourd’hui, l’un de ces os se trouve toujours à la cathédrale de Bruxelles, tandis que l’autre a été donné à l’église du village natal de Ruusbroec.

  • 7 Voir Combes (André), Essai sur la critique de Ruysbroeck par Gerson. 3 vol. Paris, Vrin, 1946-1972.

13On s’explique mal que Ruusbroec, qui était beaucoup moins spéculatif et audacieux que les mystiques rhénans, ait donné prise aux critiques du grand théologien et chancelier de l’Université de Paris, Jean Gerson7, à l’extrême fin du xive siècle et de Bossuet au xviie siècle, lesquels se méprendront sur le sens de la spiritualité du prieur de Groenendael, y trouvant des traces de panthéisme. Le mystique flamand sera cependant béatifié en 1908, par décret pontifical (sa fête liturgique est commémorée – dans les diocèses flamands – le 2 décembre, date de sa mort).

Sa mystique

  • 8 Epiney-Burgard (Georgette), « L’influence des béguines sur Ruusbroec », dans Mommaers (Paul) et De (...)

14La mystique de Ruusbroec est très ecclésiale. Pour le grand spirituel brabançon, la rencontre directe de l’âme humaine et de Dieu doit toujours être liée à des expressions indirectes. La médiation de l’Église est nécessaire. Il a un grand souci d’apostolat et accorde par ailleurs beaucoup d’importance aux vertus de même qu’aux œuvres. Ruusbroec ne prolonge qu’en apparence le mysticisme spéculatif de Maître Eckhart. Il s’inscrit en fait davantage dans la lignée de la mystique amoureuse des cisterciens et des béguines (lesquelles, il est vrai, associent, à la suite de Guillaume de Saint-Thierry au xiie siècle, cette mystique nuptiale à une mystique de l’essence). Ruusbroec est l’héritier des béguines8 ; il ressent fortement l’influence de ces femmes spirituelles de nos régions qui, telle Hadewijch d’Anvers au xiiie siècle, expriment le contact de l’homme avec Dieu en termes « érotiques » inspirés de l’amour courtois. L’essentiel de l’œuvre de Ruusbroec porte sur un seul et même sujet : la rencontre amoureuse entre l’âme humaine et Dieu.

  • 9 Verdeyen (Paul), op. cit., p. 27.

15Ruusbroec insiste sur le caractère graduel du cheminement mystique. L’Ornement des noces spirituelles exprime très clairement cela. Ainsi qu’on l’a vu plus haut, il y distingue trois étapes ou trois stades : la vie active, la vie intérieure, la vie contemplative. Ruusbroec consacre un autre livre, La Pierre brillante, au seul dernier stade, celui de la contemplation. « Par son contenu, écrit Paul Verdeyen, La pierre brillante s’apparente étroitement aux Noces spirituelles. » On y lit tout à la fois un résumé et une explication de ce que Ruusbroec a écrit dans son chef-d’œuvre9. Le mystique brabançon accorde une grande place à l’amour comme vecteur de la relation entre l’homme et Dieu. Il y a là une inspiration augustinienne. Ruusbroec reprend aussi de la sorte le thème de l’âme-épouse tel qu’il a été élaboré au xiie siècle par saint Bernard dans son Commentaire du Cantique des cantiques. Ses Noces spirituelles s’inscrivent pleinement dans la tradition de la mystique nuptiale. Ruusbroec s’éloigne de la mystique apophatique eckhartienne selon laquelle l’union à Dieu se réalise par le détachement, au-delà aussi bien de l’union amoureuse que de l’union intellectuelle. Du reste, Ruusbroec rejette ce mysticisme purement spéculatif d’inspiration néoplatonicienne. Dans L’Ornement des noces spirituelles, il s’en prend à la vacuité eckhartienne, qui, selon lui, s’obtient sans la grâce. Dans les Douze béguines, il attaque les faux prophètes et la mauvaise interprétation de la pauvreté spirituelle (qui pourrait exister sans les vertus), en citant des passages du Sermon 52 d’Eckhart.

  • 10 Ibid., p. 67.

16Un disciple de Ruusbroec, Jan van Leeuwen († 1374) va lui aussi ouvertement critiquer les thèses de Maître Eckhart. Sans doute au service du duc de Brabant Jean iii avant son entrée dans la vie religieuse à Groenendael en 1344, van Leeuwen devint cuisinier du couvent, fonction qu’il remplira fidèlement jusqu’à la fin de sa vie, d’où son surnom de « bon cuisinier de Groenendael ». Ne sachant ni lire ni écrire au moment de son entrée dans la communauté, Jan van Leeuwen reçut sans doute sa formation littéraire et spirituelle de Ruusbroec. Si bien qu’il se mit lui-même à écrire des traités spirituels. Mais, comme l’écrit Verdeyen, « il dut le faire entre son four et ses marmites, et ses œuvres en portent des traces évidentes »10. Il y avait donc un peu de présomption de la part de ce cuisinier ignorant ou en tout cas peu formé quand il prétendait s’attaquer à la pensée du célèbre Rhénan, qui avait été docteur en théologie et maître à Paris ! Toujours est-il que Jan van Leeuwen composa tout un traité contre la doctrine de Maître Eckhart intitulé : Un livret sur la doctrine de Maître Eckhart, doctrine dans laquelle il erra. « Il y eut, écrit-il, un être diabolique nommé Maître Eckhart de l’ordre des frères prêcheurs. » Cet « Antéchrist aurait des disciples encore aujourd’hui ; il avait su séduire non seulement les âmes simples mais également des personnalités de haut rang ». Jan van Leeuwen considère Eckhart comme un partisan d’une mystique naturelle assez proche du Libre Esprit. Il reconnaît dans sa pensée ce que l’on appellera plus tard du quiétisme (à tort, car Eckhart n’a pas condamné les œuvres, comme le prouve le Sermon 86 sur Marthe et Marie dans lequel il fait l’éloge de Marthe qui, dans l’action, ne perd rien de la contemplation).

17On peut supposer que l’influence de Ruusbroec se fait sentir dans cette opinion très critique à l’égard de Maître Eckhart. Et certes, la mystique amoureuse de Ruusbroec est finalement assez éloignée de la mystique spéculative eckhartienne. Les mystiques flamands de Groenendael ne sont donc pas directement des héritiers des mystiques rhénans. On pourrait même dire qu’ils en sont les « ennemis mystiques ». De même, le courant de la devotio moderna, dont Ruusbroec est avec sa notion de ghemein leven (« vie commune ») une des sources les plus proches, est lui aussi très différent de la mystique rhénane car moins spéculatif.

18Il apparaît donc que la mystique rhéno-flamande (des béguines à la devotio moderna, en passant par Maître Eckhart, Tauler, Suso et Ruusbroec l’Admirable) ne forme pas un tout absolument homogène. Certes, des lignes de forces apparaissent, comme par exemple la poussée d’un individualisme religieux souvent urbain s’exprimant dans une spiritualité laïque à tendance mystique. Cependant, nombreuses sont les différences entre la théologie mystique des Rhénans et la mystique pratique de Ruusbroec et de l’école de Groenendael. En un mot, Ruusbroec n’est pas « notre Eckhart ».

Ruusbroec dans les siècles

La postérité

19L’influence de Ruusbroec s’est tout d’abord exercée sur ses collègues et disciples de Groenendael (« l’école de Groenendael ») : tous contemporains ou successeurs directs du grand mystique brabançon. Parmi ceux-ci, on peut citer Jan van Leeuwen, Willem Jordaens, Godfried Van Wevel, Jan Van Schoonhoven, Pomerius...

20La diffusion des textes de Ruusbroec a été rapide : de son vivant même, vers 1360, le bon prieur est entré en contact avec les chartreux de Hérinnes qui avaient lu certains de ses écrits et lui demandaient des éclaircissements sur des points équivoques de sa doctrine spirituelle. La diffusion de ses œuvres en moyen-néerlandais s’est faite surtout dans les couvents de chanoines réguliers et de chanoinesses régulières qui suivaient la règle de saint Augustin.

21Pour des raisons linguistiques évidentes, la postérité de Ruusbroec s’est manifestée essentiellement dans le Nord : les Pays-Bas et la région rhénane. Les principaux lecteurs de Ruusbroec ont été les chartreux et les adeptes de la devotio moderna dans le sillage de Geert Grote. Mais cela ne signifie pas que l’œuvre de Ruusbroec ait été ignorée des spirituels français, espagnols ou italiens. On sait depuis les travaux de Jean Orcibal que les grands mystiques espagnols, Thérèse d’Avila et Jean de la Croix, ont lu les mystiques rhéno-flamands. Cependant, il ne fait pas de doute que la critique de Gerson (qui dénonçait dans la troisième partie de L’Ornement des noces spirituelles une doctrine panthéiste de fusion de l’homme avec la divinité) a nui à la propagation de l’œuvre de Ruusbroec, particulièrement dans les pays de langues romanes.

  • 11 Par exemple, sur la première réception hollandaise de l’œuvre de Maeterlinck avant 1900 (y compris (...)

22Les textes de Ruusbroec ayant été écrits en moyen-néerlandais, ce sont les traductions latines et, par la suite, en langues modernes qui ont permis à sa doctrine spirituelle de connaître une diffusion européenne, franchissant la barrière linguistique du néerlandais. Dans ce mouvement de traduction, deux temps forts sont à retenir : d’une part, la traduction en latin par le chartreux de Cologne, Laurent Surius, dans les années 1550 ; d’autre part, la traduction en français du maître-ouvrage de Ruusbroec par Maeterlinck, qui a fait entrer le grand mystique brabançon dans le domaine littéraire et l’a fait connaître du grand public (pas seulement francophone, d’ailleurs11). Nous ne ferons qu’évoquer la première traduction, avant d’en venir de façon plus détaillée à celle de Maeterlinck et à la lecture qu’il a proposée de Ruusbroec.

23Certains traités du prieur de Groenendael ont été traduits très tôt en latin, notamment par Willem Jordaens et Geert Grote. Mais Laurent Surius fut le premier à entreprendre, en 1549, une traduction latine de toutes les œuvres de Ruusbroec, permettant ainsi au public cultivé de l’époque d’avoir accès à cet auteur. Le but de l’opération était en fait apologétique : il s’agissait de lutter contre le protestantisme en proposant une saine doctrine spirituelle catholique. La traduction de Surius fut imprimée à Cologne en 1552. Elle connut deux rééditions dans le courant du xviie siècle (l’une en 1609 et l’autre en 1692). Beaucoup de traductions plus tardives en langues modernes se baseront sur cette traduction, qui ouvrait à la doctrine mystique de Ruusbroec une aire d’influence sans précédent. Par ailleurs, divers ouvrages de Ruusbroec furent traduits très tôt, à partir du moyen-néerlandais, en haut-allemand. L’Ornement des noces spirituelles fut traduit vers 1400 en haut-allemand et en anglais. En français, la première traduction, sur base du texte latin de Surius, fut publiée dès 1606 à Toulouse (soit près de trois siècles avant celle de Maeterlinck !). Sur la première page figurent les indications suivantes : « Composé par le divin Docteur et très excellent Contemplateur Jean Rusbroche. Traduict en François par un religieux Chartreux de Paris. Avec la vie de l’autheur à la fin du livre. »

  • 12 En l’honneur de qui sera créée la célèbre organisation culturelle catholique flamande qui porte son (...)

24Avant d’en venir à Maeterlinck, un mot encore à propos des éditions flamandes de Ruusbroec. La première édition en néerlandais de L’Ornement des noces spirituelles remonte à 1624 et a pour responsable le capucin Gabriel d’Anvers. Ensuite, entre 1858 et 1868, le professeur et chanoine Jan-Baptist David12 travaille à la première édition complète, en six volumes, des œuvres de Ruusbroec en néerlandais. C’est sur base de cette édition que Maeterlinck fera sa traduction. Deux autres éditions intégrales de l’œuvre de Ruusbroec ont été faites par la Société Ruusbroec d’Anvers (Ruusbroec-Genootschap) : la première en 1932-1934, et la seconde en 1944-1948. Des membres de cette même Société ont entamé en 1981 l’édition critique des Opera omnia du grand mystique, dont la plupart des volumes ont paru à ce jour dans la collection du « Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis », chez Brepols à Turnhout.

Maeterlinck

  • 13 Cette traduction contribua grandement à la renommée de Ruusbroec dans le monde francophone et lui p (...)

25Abordons à présent la rencontre entre Maeterlinck et Ruusbroec, rencontre décisive tant pour le premier qui y trouva une puissante source d’inspiration que pour le second qui y gagna un surcroît de notoriété13.

26De Maeterlinck, André Gide écrivit un peu méchamment qu’il s’agissait d’un « homme du Nord très positif, très pratique, chez qui le mysticisme est une manière d’exotisme psychique ». Un mot d’abord pour rappeler qui fut cet « homme du Nord très positif », et ensuite nous envisagerons la lecture qu’il propose de Ruusbroec. Nous verrons ainsi quel type d’« exotisme psychique » Maeterlinck a pu trouver dans l’œuvre du grand mystique brabançon.

27À un correspondant du Figaro à Bruxelles qui cherchait à obtenir des informations biographiques sur lui, Maeterlinck fit un jour cette réponse : « je n’ai pas de biographie. Il ne m’est jamais rien arrivé de plus étonnant que ma naissance. »

28Né à Gand le 29 août 1862, Maurice Maeterlinck est mort dans sa quatre-vingt-huitième année, à Nice, dans sa propriété d’Orlamonde, le 5 mai 1949. Le poète des Serres chaudes et le dramaturge de Pelléas et Mélisande et de L’Oiseau bleu fut, on le sait, la figure de proue du symbolisme dans notre pays. Seul écrivain belge à avoir reçu le Prix Nobel de littérature (en 1911), ce Flamand francophone appartenait à une vieille famille bourgeoise et fut élevé au collège jésuite Sainte-Barbe à Gand, où il dira à la fin de sa vie avoir passé « les moments les plus désagréables » de son existence. Éduqué dans le catholicisme, Maeterlinck évoluera vers une spiritualité agnostique non orthodoxe aux yeux de Rome, qui lui vaudra une mise à l’Index en 1914. Ses humanités achevées, il se lança (comme il était normal de le faire dans ce milieu) dans des études de droit à l’Université de Gand. C’est en 1885 qu’il fit la découverte de Ruusbroec. Maeterlinck était alors un jeune bourgeois de vingt-trois ans, depuis peu docteur en droit et avocat stagiaire au Barreau de Gand.

  • 14 Le document porte en fait une date incomplète. Robert Van Nuffel a montré qu’il ne pouvait s’agir q (...)

29Sous le choc de sa trouvaille, Maeterlinck écrit à son ami Rodolphe Darzens cette lettre, datée du jeudi 24 décembre 188514 :

J’ai découvert (à peu près) un Ermite ou un Illuminé Flamand du xiiisiècle. Ruysbroeck l’Admirable, dont Ernest Hello a traduit en français – presque scandaleusement d’ailleurs – certains fragments d’après une vieille et inexacte traduction latine du texte flamand. Or j’ai retrouvé ce texte flamand original et authentique puisque c’est au cloître même de la Vallée Verte où le mystique est mort et enseveli. Eh bien, jamais je n’ai éprouvé une joie ni un étonnement pareil, c’est l’homme de génie absolu et dont l’œuvre est immense matériellement – autrement surtout – cela est tout le temps au-dessus de tout, et cela va jusqu’où l’on n’a jamais été ; enfin, en voilà assez. Je vous en parle donc pour vous en offrir, vaguement, des fragments, les mois où il manquerait de la copie ; j’ai traduit, intégralement, deux de ces 12 œuvres, Le livre des xii Béguines et L’ornement des noces spirituelles et de plus j’ai écrit une introduction assez longue, où j’ai reproduit les passages les plus étonnants de ses autres ouvrages.

30Plusieurs éléments méritent d’être commentés dans cette lettre. Tout d’abord, elle montre quel fut l’enthousiasme de Maeterlinck lorsqu’il découvrit l’œuvre du prieur de Groenendael, en qui il voit un « homme de génie absolu ». C’est sans doute la lecture d’À rebours (1884) qui mit Maeterlinck sur la piste de Ruusbroec. On y trouve en effet mention, dans la bibliothèque de Des Esseintes, de textes de « Jean Ruysbroeck l’Admirable, un mystique du xiiisiècle, dont la prose offrait un incompréhensible mais attirant amalgame d’exaltations ténébreuses, d’effusions caressantes, de transports âpres ». Ce qui explique que Maeterlinck adressa à Huysmans un exemplaire de sa traduction de L’Ornement des noces spirituelles, avec cette dédicace : « À Joris Karl Huysmans au Maître profondément admiré qui m’a mis sur la voie de Ruysbroeck. »

  • 15 Soulignons en outre que c’est sur base de l’édition flamande de David que Maeterlinck fera sa tradu (...)

31Notons que Maeterlinck considère dans sa lettre, à la suite de Huysmans (et de Hello avant lui), Ruusbroec comme un mystique du xiiie siècle, ce qui compte tenu des dates de la vie du prieur de Groenendael (1293-1381) est un peu fantaisiste. Ruusbroec est certes né au xiiie siècle, mais l’essentiel de sa vie se déroule au xive. Maeterlinck se vante un peu lorsqu’il déclare avoir retrouvé le « texte flamand original et authentique » de Ruusbroec « au cloître même de la Vallée Verte », car, en réalité, les manuscrits de Ruusbroec étaient depuis longtemps conservés à la Bibliothèque royale de Bruxelles15. Par ailleurs, il dit que le mystique est « mort et enseveli » à Groenendael : or, à l’époque où Maeterlinck écrit, le corps de Ruusbroec – ou ce qu’il en reste, suite aux profanations révolutionnaires – a totalement disparu. Il n’était plus depuis longtemps à Groenendael, car il avait été transféré à Sainte-Gudule, où il eut à subir les saccages des révolutionnaires en 1793 (seuls ont subsisté deux fragments d’os qui ont du reste disparu un temps avant de resurgir par hasard en 1911).

  • 16 Sur le travail de Maeterlinck en tant que traducteur, voir Pouilliart (Raymond), « Le traducteur », (...)

32Mais ce qui est plus intéressant ici, c’est la mention que Maeterlinck fait de la traduction d’Ernest Hello (1869), traduction à ses yeux « presque scandaleuse » qui a été réalisée sur base du texte latin de Surius dont nous avons parlé plus haut. C’est cette traduction qui se trouve dans la bibliothèque de Des Esseintes. Maeterlinck entend donner de l’œuvre du mystique de Groenendael une traduction plus fidèle, cette fois-ci non plus à partir du texte latin mais directement à partir du texte flamand16. Il prétend d’ailleurs (peut-être avec un peu d’exagération) avoir déjà traduit Le Livre des xii Béguines et L’Ornement des noces spirituelles et avoir écrit une « introduction assez longue » où il a reproduit « les passages les plus étonnants de ses autres ouvrages ». Nous avons ici en germe la traduction de L’Ornement des noces spirituelles qui paraîtra en 1891, précédée d’une volumineuse introduction.

  • 17 Hanse (Joseph), « De Ruysbroeck aux Serres chaudes », dans Bulletin de l’Académie royale, 1961, pp. (...)
  • 18 Sur le symbolisme chez Maeterlinck (et le lien avec Ruusbroec), voir Gorceix (Paul), Maurice Maeter (...)
  • 19 Maeterlinck (Maurice), « Ruysbroeck l’Admirable », dans Revue Générale, oct.-nov. 1889 ; repris sou (...)

33Dans la vie de Maeterlinck, la rencontre avec Ruusbroec s’avère déterminante. Tout d’abord, elle répond à la soif spirituelle de Maeterlinck qui avait été très déçu du christianisme appris chez les jésuites. Ici, il trouvait un chrétien mystique selon son cœur, s’exprimant de plus dans la langue flamande dotée à ses yeux de la « toute-puissance intrinsèque des langues immémoriales ». Ensuite et surtout, cette rencontre constitue un tournant dans son art, comme l’a bien montré Joseph Hanse17. Il y trouve ce qu’il y cherche, à savoir une forme de symbolisme à l’état originel18. Ainsi écrit-il dans sa première introduction à Ruusbroec, qui paraît dans la Revue Générale en 188919 : « Il est heureux que nous ayons eu un tel homme ; et depuis que je l’ai vu, notre art n’est plus suspendu dans le vide. Il nous a donné des racines. » Et ailleurs, de façon encore plus explicite : « En toutes ses œuvres, il [Ruusbroec] est hanté par cette évidence de l’universel symbolisme. »

34Ici, le lien est fait de la manière la plus nette entre la vision symbolique du monde et l’univers mystique. Maeterlinck donne de la prose de Ruusbroec un commentaire symboliste, frappé qu’il est par la force suggestive des images du prieur de Groenendael, parlant de sa « syntaxe tétanique » et de son style discontinu traversé par de « bleuissantes éjaculations » : les phrases y sont des « jets de flammes ou des blocs de glace ».

35De 1885 à 1889, Maeterlinck va s’atteler activement à la traduction de L’Ornement des noces spirituelles : l’ouvrage paraîtra chez Lacomblez, à Bruxelles, en 1891, avec une introduction conséquente. Il n’abandonnera pas par la suite son intérêt pour les écrits mystiques qu’il considère comme « les plus purs diamants du prodigieux trésor de l’humanité ». Dans Le Trésor des humbles (1896), il reprend dans un chapitre le début de son introduction à L’Ornement des noces spirituelles sous le titre « Ruysbroeck l’Admirable ». Et surtout, douze ans après sa découverte de Ruusbroec, Maeterlinck signera en 1897 un article de la Revue encyclopédique (qui consacre un numéro spécial à la Belgique) sur le thème de « La mystique flamande », dans lequel il envisage toute la constellation des mystiques flamands, de Grote à Thomas a Kempis, en passant par Gerlach Peters, etc.

36Dans la très longue introduction qu’il rédigea pour sa traduction de L’Ornement des noces spirituelles (laquelle introduction reprenait, en l’allégeant de certains passages et en l’augmentant d’autres, l’essai sur « Ruysbroeck l’Admirable » qu’il avait écrit deux ans plus tôt pour la Revue Générale), Maeterlinck propose un saisissant portrait de Ruusbroec et une analyse de son œuvre qui, s’ils ont certes beaucoup fait pour la renommée de Ruusbroec, en disent peut-être plus sur l’auteur des Serres chaudes que sur le bon prieur de Groenendael.

37Sans entrer dans le détail de cette lecture de Ruusbroec, nous voudrions – dans l’espace qu’il nous reste – rectifier quelques aspects erronés du portrait que nous donne Maeterlinck du mystique brabançon.

  • 20 L’Ornement des noces spirituelles de Ruysbroeck l’Admirable, traduit du flamand et accompagné d’une (...)

38Tout d’abord, on s’étonne que Maeterlinck n’ait pas eu connaissance de la biographie que Pomerius avait consacrée, vers 1420, au prieur de Groenendael et qui fut précisément éditée en 1885, au moment même où Maeterlinck entamait ses recherches. Par ailleurs, si Maeterlinck n’accorde que peu d’intérêt, et par conséquent peu de place, aux faits extérieurs de la vie de Ruusbroec – « La vie de Jean Van Ruysbroeck est, comme celle de la plupart des grands penseurs de ce monde, tout intérieure20 » –, ce qu’il en dit est malheureusement rempli d’inexactitudes. Ainsi fait-il naître étrangement Ruusbroec en 1274, ce qui compte tenu de sa date de mort (1381) implique qu’il aurait vécu 107 ans ! Mais donnons à présent la parole à Maeterlinck lui-même, qui s’exprime ici avec beaucoup de lyrisme à propos du grand mystique brabançon :

  • 21 L’Ornement des noces spirituelles, op. cit., p. 9.

Il vivait, nous dit-on, en sa cabane de Groenendael, au milieu de la forêt de Soignes. C’était à l’entrée de l’un des siècles les plus sauvages du Moyen Âge : le quatorzième. Il ignorait le grec et peut-être le latin. Il était seul et pauvre. Et cependant, au fond de cette obscure forêt brabançonne, son âme, ignorante et simple, reçoit sans qu’elle le sache, les aveuglants reflets de tous les sommets solitaires et mystérieux de la pensée humaine. Il sait, à son insu, le platonisme de la Grèce ; il sait le soufisme de la Perse, le brahmanisme de l’Inde et le bouddhisme du Thibet ; et son ignorance merveilleuse retrouve la sagesse de siècles ensevelis et prévoit la science de siècles qui ne sont pas nés21.

39Ce portrait présente beaucoup d’attraits, à commencer par sa qualité littéraire. Le seul problème est qu’il est totalement erroné. En effet, il commence par insister sur la soi-disant ignorance de Ruusbroec, en en faisant un quasi-illettré qui ne connaissait ni le grec, ni peut-être le latin, comme si cette « ignorance » était la garante d’une pureté plus grande qui lui aurait permis de recevoir en toute candeur « les aveuglants reflets de tous les sommets solitaires et mystérieux de la pensée humaine ». Il faut noter que Maeterlinck n’est pas le premier à insister sur cet aspect : Pomerius reprenait déjà ce topos classique dans les hagiographies, Denys le Chartreux parlait pour sa part de Ruusbroec comme d’un illiteratus, un « illettré ». Mais en fait, Ruusbroec, qui était prêtre, avait étudié la théologie. Or cette dernière ne s’enseignait qu’en latin. Comment Ruusbroec aurait-il pu ignorer cette langue ? Si Ruusbroec s’est exprimé en flamand plutôt qu’en latin, c’est parce qu’il voulait toucher tous ceux qui l’entouraient, religieux et religieuses mais aussi les laïcs qui précisément ne comprenaient pas le latin. Mais il n’était pas l’ignorant que l’on a voulu voir en lui. Par contre, il n’était pas non plus, comme Eckhart, un maître en théologie de l’Université de Paris. C’était un prêtre qui connaissait le latin et avait suivi une bonne formation de base à l’école de la collégiale.

40Autre aspect erroné dans le portrait de Ruusbroec par Maeterlinck : l’ermite solitaire dans sa cabane au milieu de la forêt de Soignes. Ruusbroec n’a jamais été un ermite. Il convient tout d’abord de rappeler qu’il a vécu en ville jusqu’à l’âge de cinquante ans, et qu’il était prêtre à Sainte-Gudule. Il ne menait donc pas à cette époque-là, en tant que chapelain, une vie érémitique dans une cabane au fond des bois. Mais il ne mènera pas non plus ce type de vie après, lorsqu’il décidera avec quelques compagnons d’aller s’installer à Groenendael. En effet, ils vivront en communauté et adopteront quelques années plus tard le statut de chanoines réguliers de saint Augustin. Ruusbroec n’a donc jamais vécu en solitaire complet et pauvre, ainsi que voudrait nous le faire croire Maurice Maeterlinck dans son étude. C’est une vision « romantique » et héroïque, qui est peu en rapport avec la réalité.

41Dernier point que nous envisagerons ici, le rôle que Maeterlinck attribue à la nature dans la mystique de Ruusbroec. Tout l’accent est porté sur le promeneur solitaire qui parcourt les sentiers de cette « obscure forêt brabançonne » pour y trouver son inspiration spirituelle. Or il convient de noter que c’est en ville, à Bruxelles, quand il était chapelain de Sainte-Gudule, que Ruubroec a composé ses œuvres mystiques majeures, et en particulier L’Ornement des noces spirituelles. C’est donc abusivement que l’on plaque sur ces textes l’image d’un Ruusbroec retiré dans son couvent de Groenendael. L’Ornement des noces spirituelles était achevé bien avant que Ruusbroec ne décide de se retirer dans la forêt de Soignes, et ce non pour y mener une vie solitaire mais bien une vie communautaire.

  • 22 Œuvres de Ruysbroeck l’Admirable. Traduction du flamand par les bénédictins de Saint-Paul de Wisque (...)
  • 23 Jan van Ruusbroec, Écrits i. La Pierre brillante, Les Sept Clôtures, Les Sept Degrés de l’Amour, Li (...)

42Maeterlinck ne fut ni le premier ni le seul traducteur de Ruusbroec en français, mais il fut le plus célèbre et aussi le premier à traduire directement du flamand. En effet, les traductions qui l’ont précédé partaient toutes du latin : c’est le cas de la traduction du début xviie siècle citée plus haut, c’est aussi le cas de celle d’Ernest Hello. Les premiers à proposer une traduction complète (à partir du flamand) des œuvres de Ruusbroec en français, sous le couvert de l’anonymat religieux le plus rigoureux, furent les bénédictins de l’abbaye Saint-Paul de Wisques22. Dans leur introduction, ils passent rapidement sur le travail de leur devancier : « traduction et introduction qui demanderaient d’ailleurs plus d’une réserve », se contentent-ils de dire. Une nouvelle traduction intégrale en français par Dom André Louf, avec une introduction signée par le Père Verdeyen, a été achevée à l’abbaye de Bellefontaine, à Bégrolles-en-Mauges (dans le Maine-et-Loire)23. Tout ceci témoigne du dynamisme de la recherche autour de Ruusbroec, qui s’accompagne de la volonté de faire connaître le mystique brabançon au plus grand nombre grâce aux traductions. Maeterlinck a joué un rôle déterminant en la matière. Il n’est pas le seul.

Conclusion

43Nous avons souhaité apporter ici, après un rappel historique sur la vie et l’œuvre de Ruusbroec, deux rectifications concernant le grand mystique brabançon.

  • 24 Sur cette question, voir Dierkens (Alain) et Beyer de Ryke (Benoît), éd., Maître Eckhart et Jan van (...)

44La première porte sur Ruusbroec en son temps. Lorsque l’on regarde les choses de loin, on a l’impression d’une grande unité dans cette mystique du Nord qui se manifeste du Moyen Âge central à l’automne du Moyen Âge (des béguines à la dévotion moderne). Mais lorsque l’on regarde plus en détail, on se rend compte qu’il existe des divergences, parfois profondes. C’est ce que nous avons voulu mettre au jour en adoptant une position un peu critique par rapport à la catégorie historiographique pratique mais contestable de mystique rhéno-flamande24. Comme nous l’avons résumé dans une formule : Ruusbroec n’est pas notre Eckhart. Même si tous deux sont des auteurs mystiques médiévaux du Nord de l’Europe et à ce titre partagent une culture commune, leurs approches de l’union à Dieu sont en fait assez différentes. Celle de Ruusbroec est fondée sur l’amour, celle d’Eckhart est intellectuelle.

45L’autre rectification que nous voulions faire porte sur la lecture que propose Maeterlinck de Ruusbroec. Étant donné le poids de cette lecture dans la réception de Ruusbroec (beaucoup de personnes ne s’intéressent à Ruusbroec que parce que Maeterlinck s’y est intéressé), il peut sembler utile de rectifier quelques erreurs grossières véhiculées par l’approche – fort belle mais pas assez scientifique – de Maeterlinck. Le portrait de Ruusbroec par Maeterlinck en solitaire ignorant dans sa cabane de Groenendael, au milieu de la forêt de Soignes, doit être corrigé. Ruusbroec n’était pas un ignorant. Il a passé la plus grande partie de sa vie en ville, et c’est à Bruxelles qu’il a écrit L’Ornement des noces spirituelles comme la plupart de ses grandes œuvres mystiques. Il n’a jamais été un ermite solitaire mais il a fondé, avec des compagnons, une communauté à Groenendael, laquelle a pris l’habit des chanoines réguliers augustins. Le mérite de Maeterlinck demeure considérable, car c’est lui qui a fait connaître à un large public le nom et l’œuvre (en tout cas une partie) de Ruusbroec. Mais il convient de nuancer le portrait qu’il fait du prieur de Groenendael afin de rétablir autant que possible la vérité historique.

Haut de page

Notes

1 Voir nos deux ouvrages : Beyer de Ryke (Benoît), Maître Eckhart, une mystique du détachement. Bruxelles, Ousia, coll. Figures illustres, 2000 ; Maître Eckhart. Paris, Entrelacs, coll. Sagesses éternelles, 2004.

2 Sur Ruusbroec, voir Verdeyen (Paul), s.j., Ruusbroec l’admirable. Paris, Cerf, coll. Histoire, 1990, 189 p. [nouvelle édition : 2004 ; la meilleure synthèse actuelle en français sur le bon prieur de Groenendael].Voir également Rocquet (Claude-Henri), Petite vie de Ruysbroeck. Paris, Desclée de Brouwer, coll. Petite vie de…, 2003, 171 p. [bibliographie récente] ; et aussi, Ampe (Albert), « Jean Ruusbroec », dans Dictionnaire de spiritualité, t. viii. Paris, Beauchesne, 1974, col. 659-697 ; Bonny (Johan), « Jan van Ruusbroec », dans La Vie spirituelle, n˚ 652, nov.-déc. 1982, pp. 666-694 ; Mommaers (Paul) et De Paepe (Norbert), éd., Jan van Ruusbroec. The Sources, Content and Sequels of his Mysticism. Leuven, Leuven University Press, coll. Mediaevalia Lovaniensia, series i, studia xii, 1984, 199 p. Pour une bibliographie récente et très complète, voir Schulz (Werner), « Jan (Johannes) van Ruysbroek (Ruusbroec, Rusbrochius) (1293-1381) », dans le Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon, version en ligne de ce dictionnaire (le BBKL) publié par l’éditeur allemand Traugott Bautz [http://www.bautz.de/bbkl/].

3 Ruusbroec parle plutôt de vie recueillie (innig).

4 Voir Verdeyen (Paul), op. cit., pp. 17-22.

5 Pour le texte du Miroir, voir Guarnieri (Romana), Il movimento del Libero Spirito. Testi e documenti. Rome, coll. Archivio italiano per la storia della pietà, t. IV, 1965, pp. 501-708. Pour la traduction latine médiévale en regard du texte en moyen-français : Guarnieri (Romana), éd., Margaretae Porete, Speculum simplicium animarum. Turnhout, Brepols, coll. Corpus Christianorum Continuatio Medievalis, n°69, 1986. Il existe plusieurs traductions françaises, voir : Le Miroir des âmes simples et anéanties. Trad. Huot de Longchamp (Max). Paris, Albin Michel, coll. Spiritualités vivantes, n°147, 1984 ; Le Miroir des simples âmes anéanties, trad. Louis-Combet (Claude), prés. Zum Brunn (Émilie). Grenoble, Jérôme Millon, 1991.

6 Sur la devotio moderna et son fondateur, Geert Groote, voir Debongnie (Pierre), « Dévotion moderne », dans Dictionnaire de spiritualité, t. iii. Paris, Beauchesne, 1957, coll. 727-747 ; Epiney-Burgard (Georgette), Gérard Groote (1340-1384) et les débuts de la Dévotion Moderne. Wiesbaden, Veröffentlichungen des Instituts für europäische Geschichte, n°54, 1970 ; Epiney-Burgard (Georgette), « Gérard Grote, fondateur de la Dévotion Moderne », dans Revue des sciences religieuses, n˚ 71/3, 1997, pp. 345-353 ; Epiney-Burgard (Georgette), éd., Gérard Grote, fondateur de la Dévotion Moderne. Lettres et traités. Turnhout, Brepols, coll. Sous la règle de saint Augustin, n°4, 1998.

7 Voir Combes (André), Essai sur la critique de Ruysbroeck par Gerson. 3 vol. Paris, Vrin, 1946-1972.

8 Epiney-Burgard (Georgette), « L’influence des béguines sur Ruusbroec », dans Mommaers (Paul) et De Paepe (Norbert), éd., op. cit., pp. 68-85.

9 Verdeyen (Paul), op. cit., p. 27.

10 Ibid., p. 67.

11 Par exemple, sur la première réception hollandaise de l’œuvre de Maeterlinck avant 1900 (y compris ses travaux sur Ruusbroec), voir Leijnse (Elisabeth), Symbolisme en nieuwe mystiek in Nederland voor 1900, een onderzoek naar de Nederlandse receptie van Maurice Maeterlinck met de uitgave van een handschrift van Lodewijk van Deyssel. Liège, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, fascicule 262, 1995.

12 En l’honneur de qui sera créée la célèbre organisation culturelle catholique flamande qui porte son nom, le Davidsfonds.

13 Cette traduction contribua grandement à la renommée de Ruusbroec dans le monde francophone et lui permit entre autres de faire son entrée dans l’Histoire des lettres françaises de Belgique des origines à nos jours de Maurice Gauchez (Bruxelles, La Renaissance d’Occident, 1922).

14 Le document porte en fait une date incomplète. Robert Van Nuffel a montré qu’il ne pouvait s’agir que du 24 décembre 1885. Cette lettre à une importance capitale, car elle apporte la preuve que la lecture de Ruusbroec a précédé l’écriture des Serres chaudes, et par conséquent que le mystique brabançon a exercé une influence directe sur l’écriture de Maeterlinck.

15 Soulignons en outre que c’est sur base de l’édition flamande de David que Maeterlinck fera sa traduction et non d’après les manuscrits (auxquels cependant, selon ses propres dires, il a toujours recouru).

16 Sur le travail de Maeterlinck en tant que traducteur, voir Pouilliart (Raymond), « Le traducteur », dans Hanse (Joseph) et Vivier (Robert), éd., Maurice Maeterlinck. 1862-1962. Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1962, pp. 431-489.

17 Hanse (Joseph), « De Ruysbroeck aux Serres chaudes », dans Bulletin de l’Académie royale, 1961, pp. 75-126.

18 Sur le symbolisme chez Maeterlinck (et le lien avec Ruusbroec), voir Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck et le symbolisme de la différence. Mont-de-Marsan, Éditions Interuniversitaires, 1997.

19 Maeterlinck (Maurice), « Ruysbroeck l’Admirable », dans Revue Générale, oct.-nov. 1889 ; repris sous forme d’extraits dans Maeterlinck (Maurice), Œuvres i, Le Réveil de l’âme, Poésie et essais. Choix de textes établis et commentés par Gorceix (Paul). Bruxelles, Éditions Complexe, coll. Bibliothèque Complexe, 1999, pp. 265-289.

20 L’Ornement des noces spirituelles de Ruysbroeck l’Admirable, traduit du flamand et accompagné d’une introduction par Maeterlinck (Maurice), préface de Brosse (Jacques), notice bio-bibliographique sur Ruysbroeck par Versluys (Luc). Bruxelles, Les Éperonniers, coll. Passé Présent, 1990, p. 21 [édition originale : Bruxelles, Paul Lacomblez, 1891].

21 L’Ornement des noces spirituelles, op. cit., p. 9.

22 Œuvres de Ruysbroeck l’Admirable. Traduction du flamand par les bénédictins de Saint-Paul de Wisques, 6 vol. Bruxelles, Vromant et Cie, 1917-1938.

23 Jan van Ruusbroec, Écrits i. La Pierre brillante, Les Sept Clôtures, Les Sept Degrés de l’Amour, Livre des éclaircissements. Présentation et traduction des quatre traités par Dom Louf (André), o.c.s.o., introduction de Verdeyen (Paul), s.j. Édition de Bellefontaine, Bégrolles-en-Mauges, Spiritualité occidentale, n°1, 1990 ; Écrits. ii. Les Noces spirituelles. Présentation et traduction par Dom Louf (André), o.c.s.o. Édition de Bellefontaine, Bégrolles-en-Mauges, Spiritualité occidentale, n°3, 1993 ; Écrits iii. Le Royaume des amants, le Miroir de la béatitude éternelle. Présentation et traduction par Dom Louf (André), o.c.s.o. Édition de Bellefontaine, Bégrolles-en-Mauges, Spiritualité occidentale, n°4, 1997 ; Écrits. iv. Les Douze Béguines, Les Quatre Tentations, De la foi chrétienne, Lettres. Présentation et traduction par Dom Louf (André), o.c.s.o. Édition de Bellefontaine, Bégrolles-en-Mauges, Spiritualité occidentale, n°5, 1999.

24 Sur cette question, voir Dierkens (Alain) et Beyer de Ryke (Benoît), éd., Maître Eckhart et Jan van Ruusbroec. Études sur la mystique « rhéno-flamande » (xiiie-xive siècle). Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, coll. Problèmes d’histoire des religions, n°14, 2004. Sur Ruusbroec, on pourra y lire les articles de Verdeyen (Paul), « Une remise en cause de la notion de mystique “rhéno-flamande” », pp. 207-210 ; Rocquet (Claude-Henri), « Ruysbroeck. Mystique nuptiale, mystique maternelle », pp. 211-226 ; Roland (Hubert), « “Un véritable esprit germanique” : l’assimilation de Ruysbroeck et de la mystique flamande par la propagande allemande », pp. 227-238.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Beyer de Ryke, « Ruusbroec, en son temps et dans les siècles », Textyles, 28 | 2005, 19-29.

Référence électronique

Benoît Beyer de Ryke, « Ruusbroec, en son temps et dans les siècles », Textyles [En ligne], 28 | 2005, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/426 ; DOI : 10.4000/textyles.426

Haut de page

Auteur

Benoît Beyer de Ryke

Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org