Navigation – Plan du site

La Grande Guerre des revues

Panorama des périodiques littéraires entre 1915 et 1920
Daphné de Marneffe
p. 54-71

Texte intégral

1L’impact considérable de la guerre 1914-1918 sur les mentalités a réorienté les préoccupations intellectuelles de toute une génération. On assiste simultanément au renforcement des nationalismes et à l’apparition d’une lame de fond pacifiste et internationaliste dont il ne faut nier ni exagérer l’importance. Par ailleurs, la Belgique d’après-guerre connaît de profondes évolutions politiques et sociales (association des socialistes au pouvoir – depuis août 1914 –, suffrage universel masculin, lois linguistiques). Les revues littéraires portent la trace de ces débats et de ces interrogations, tout comme la presse d’information. On se propose de dresser un panorama des différents réseaux de revues concernés, afin de montrer comment ces questions qui se nourrissent de l’expérience de la guerre sont non seulement en débat dans l’après-guerre, mais déjà d’une certaine façon pendant celle-ci, et parfois même avant. Le schéma joint en annexe permet de visualiser l’ensemble de la production littéraire de langue française pendant la guerre (nous avons procédé, pour ces revues, à un dépouillement exhaustif), tout en la situant dans une chronologie plus large, par rapport à quelques revues d’après-guerre, dont il sera aussi question.

  • 1 À l’exception de la petite zone de la Belgique libre, derrière le front de l’Yser (de Nieuport à la (...)
  • 2 Bertelson (Lionel), La Presse d’information. Tableau chronologique des journaux belges. Bruxelles, (...)
  • 3 Aron (Paul) et Soucy (Pierre-Yves), Répertoire des revues littéraires belges de langue française de (...)
  • 4 La Nouvelle Revue Wallonne. Littérature, art, sciences, tourisme (janvier 1918 – mars/avril 1919), (...)
  • 5 Le Melon bleu (ULB, réserve précieuse) provient de la bibliothèque de Max Elskamp. Selon les témoig (...)
  • 6 L’exemplaire de la revue Les Jeunes conservé à la bibliothèque royale (kbr III 64909 a) porte la me (...)
  • 7 Reparaît sous le tire Le Flambeau, revue belge des questions politiques et littéraires, entre janvi (...)
  • 8 Primavera. Œuvres littéraires des Jeunes (Bruxelles, 1917 – juin 1918), kbr III 46102 a.
  • 9 L’Essor (kbr III 99859 b). Quatre petites brochures imprimées (20 mai – 20 août 1918), qui portent (...)
  • 10 Le Mont sacré (5 mai 1918 – septembre 1918), dirigé par Madame Gillion-Winandy et Mademoiselle Mari (...)
  • 11 Sur Clément Pansaers et Résurrection, voir Roland (Hubert), La « Colonie » littéraire allemande en (...)

2Pendant ce conflit, la Belgique vécut l’expérience particulière d’un pays occupé1. La plupart des quotidiens et des périodiques, refusant de se soumettre au contrôle de la censure allemande, se turent pendant quatre ans. À Bruxelles et à Liège, plus aucun journal belge ne parut officiellement. Pour contrer les nouvelles répandues par les journaux « embochés », de nombreux organes clandestins virent le jour, comme la mordante Libre Belgique (tirée à 5 000 exemplaires) qui, malgré les poursuites et les arrestations dont ses membres furent l’objet, parut avec une étonnante régularité entre février 1915 et novembre 1918. D’autres périodiques imprimés à l’étranger (en France, aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne) passaient clandestinement en Belgique2. Les revues littéraires suivirent le même mouvement : une fois leur comité dispersé par les nécessités de l’heure, elles cessèrent de paraître, et l’activité littéraire entra en léthargie. Sur l’ensemble du xxe siècle, cette période de l’occupation (de novembre 1914 à novembre 1918) représente le creux le plus important dans la production des revues littéraires, et moins de dix nouveaux titres sont répertoriés3. Même en complétant cette liste par d’autres sources, la moisson est mince : trois revues « clandestines », quatre « censurées » par l’occupant, quatre publiées au front et une à Paris4. L’identification des petites revues littéraires « clandestines » est sujette à caution : anti-datées ou non datées, à tirage confidentiel, elles ont toutes les chances de disparaître sans laisser de trace. Seuls Le Melon bleu5 et Les Jeunes6 nous sont connues. Le Melon bleu est constitué de trois brochures rassemblant les exercices poétiques de jeunes anversois (dont Paul Neuhuys, René Vaes, Willy Koninckx) regroupés sous le patronage de Max Elskamp et de Marie Gevers. Dans chaque numéro, les poèmes sont accompagnés d’un commentaire critique de Jean Maris (alias Marie Gevers). À Bruxelles, le « Cercle d’art quand-même » émanant de la jeune génération fréquentant le cabaret du « Diable au corps » (dont Aimé Declercq, Charles Alexandre, Maurice Casteels) publie une petite revue d’art intitulée Les Jeunes. On y trouve le premier texte connu de Ghelderode, sous le nom d’Adolf Adhémar Martens (« Femme d’artiste », dans le quatrième numéro). Il faut encore citer une revue qui ne deviendra littéraire que par la suite : Le Flambeau, « revue belge des questions politiques », parue clandestinement à Bruxelles entre avril et novembre 19187. Rédigée par des intellectuels patriotes soucieux d’éclairer la situation sous les angles historiques, juridiques et politiques, elle s’insère dans le courant des journaux clandestins d’information, tels la Libre Belgique, l’Âme belge, la Revue de la presse, Ça et là – ce qui sort de notre propos. Les revues qui paraissent avec un numéro de censure affichent des préoccupations exclusivement littéraires, telles Primavera8 (revue poétique à laquelle collaborent notamment Robert Goffin, Francis André, Augustin Habaru) et L’Essor9 (publiant Jean Tousseul), toutes deux bruxelloises, sorties des mêmes presses, et qui partagent un grand nombre de collaborateurs. Il faut citer encore Le Mont sacré10, trois recueils de prose et de poésie dédiés au « Maître Georges Eekhoud », où l’on croise Jean Tousseul et Charles Plisnier. Dans ce tableau plutôt sage, Résurrection (décembre 1917 – mai 1918) fait figure d’exception. Pétri de convictions internationalistes et pacifistes – qui transparaissent dans ses poésies (Novénaire de l’attente et Méditations de carême) – Clément Pansaers y publia des vitalistes français (Jouve, Martinet, Vildrac), de jeunes auteurs belges (lui-même, Ghelderode, Verboom) et des expressionnistes allemands, en traduction (Carl Einstein, Stadler, Werfel, Wolfenstein, Walden, etc.). Alors précepteur des enfants du dramaturge Carl Sternheim, Pansaers est à la fois influencé et protégé par ce dernier. Chaque numéro de Résurrection contient un « bulletin politique » favorable à la création d’une fédération flamando-wallonne, ce qui correspondait parfaitement aux vues de l’occupant concernant l’organisation future de la Belgique. Ceci explique sans doute le soutien que Clément Pansaers reçut de l’autorité allemande pour sa publication11.

Revues du front

  • 12 Nous n’avons pas pu examiner la situation en Flandre, où la vie des revues est plus agitée, une fra (...)
  • 13 Bertrand (F.), La Presse francophone de tranchée au front belge, 1914-1918. Bruxelles, Musée Royal (...)
  • 14 Journal militaire officiel, 1916, première partie, p. 187. Cité par Bertrand, La Presse francophone (...)
  • 15 Bertelson (Lionel), La Presse d’information. Tableau chronologique des journaux belges, op. cit., p (...)
  • 16 Témoignage involontaire de Marcel Paquot sur ce point, dans son compte rendu de l’ouvrage de Bertra (...)
  • 17 Schaepdrijver (Sophie de), La Belgique et la Première Guerre mondiale. Bruxelles, pie-Peter Lang, 2 (...)

3En Belgique occupée, la vie des revues littéraire de langue française, très morcelée, est donc presque inexistante12. Il n’en est pas de même au front, où la presse périodique s’est considérablement développée à partir de 1915 (environ 150 titres)13. La plupart des journaux donnent la priorité aux renseignements provenant de Belgique occupée (village, ville, région, établissement scolaire) ou émanent d’associations ou de groupements d’intérêts (L’Amicale des instituteurs belges, L’Invalide belge, L’Universitaire, etc.). Il y a encore la presse officielle bilingue (Le Courrier de l’ArméeDe legerbode), les journaux religieux, les journaux humoristiques et quelques revues littéraires, développées par les écrivains du front pour lutter contre l’abrutissement intellectuel. D’emblée, ces publications tiennent compte des restrictions imposées par la censure militaire : elles ne contiennent ni information ni renseignement « de nature à favoriser l’ennemi ou à exercer une influence fâcheuse sur l’esprit des armées ou des populations »14. Le consensus établi autour de l’Union sacrée exclut tout débat portant sur des questions de lutte des classes ou d’autonomie régionale. Par exemple, la vente de L’Opinion wallonne – fondée à Paris par Raymond Colleye en février 1916 pour défendre le programme des Congrès wallons – est interdite au front15. Cela n’empêche pas cette revue d’y être lue16. Côté flamand, les flamingants catholiques actifs au front – rassemblés dans ce qui sera baptisé après guerre le « Mouvement frontiste » (frontbeweging) – entrent en clandestinité en 1917 pour poursuivre leurs activités17. Par ailleurs, il est impensable de débattre ouvertement d’une internationale pacifiste. De toute façon, pour beaucoup de soldats au début de la guerre, l’interpellation de Romain Rolland paraît hors de propos, comme en témoigne Max Deauville :

  • 18 Deauville (Max), « Dans la mêlée », dans Romain Rolland et la Belgique. Bruxelles/Paris, À l’enseig (...)

Tous ceux des générations d’avant la guerre […] avaient été fortement impressionnés par les romans de Romain Rolland. […] C’était un des grands hommes de l’époque. Et alors vint la guerre, et après vint aussi : Au-dessus de la mêlée. De ce livre, seul le titre avait pu parvenir jusqu’à nous, qui nous embourbions lentement dans la boue des Flandres, devenue notre patrie. Il était mal choisi pour nous plaire. Et nous qui étions dans cette mêlée, pour qui elle n’avait pas de secret, à qui elle n’épargnait ni ses horreurs, ni ses misères, ni ses découragements, ses laideurs et ses peines, ni même ses grandeurs, nous qui devions trouver dans nos propres cœurs, tous les jours, la force de tout supporter sans déchoir, comment aurions-nous pu accueillir autrement que nous le fîmes, ce titre qui à nos yeux présentait une attitude [sic]18.

4Comme nous le verrons, cet état d’esprit n’empêche pas les écrivains soldats du front de réfléchir aux implications et aux conséquences de la guerre tant sur le plan de leur vie personnelle que sur celui de l’avenir de la Belgique. Les quatre revues « littéraires » du front, que nous allons aborder plus longuement, en portent la trace.

  • 19 Le terme « jas » désigne le simple soldat dans l’armée belge. Quant au titre, Le Claque à fond, il (...)
  • 20 Massonnet illustre les œuvres de Boumal, Christophe, etc. Après la guerre, il réalisera le dessin d (...)

5L’humour est une des manières de prendre du recul par rapport à l’événement. Le Claque à fond, journal satirique, littéraire et artistique sans prétention, fondé au front en mai 1916 par et pour des soldats, en est un bel exemple. Sous-titré « joyeux quand même, paraît au front sans cri au b 229 », il s’attachait à divertir les hommes par de petites chroniques de la vie des tranchées, des blagues, un dictionnaire du parler « jas »19, etc. Cette double feuille manuscrite et illustrée, gravée à même la pâte et reproduite sur place au cyclostyle, devint rapidement le plus connu des journaux des tranchées. Son tirage passa de 250 à 1 700 exemplaires et l’entreprise fut largement bénéficiaire (plus de 1 500 francs redistribués aux soldats nécessiteux de la brigade). Il dut sans doute une partie de son succès aux magnifiques croquis de son directeur, André Massonnet20, ainsi qu’à la collaboration progressive de poètes soldats (Maurice Gauchez, Louis Boumal, Marcel Paquot, Herman Grégoire, Théo Fleischman, Marcel Wyseur, Léo Somerhausen, etc.) qui renforcèrent son côté littéraire. Il constitue un des témoignages les plus authentiques de l’état d’esprit et de la vie au front.

  • 21 Martial (V.-Vinicius) et Franken (Fritz), « Les écrivains belges et la guerre », dans Bulletin des (...)
  • 22 [Note aux auteurs], dans Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front, 2e année, fascic (...)
  • 23 Franken (Fritz), « Union sacrée », dans Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front, n (...)

6Beaucoup plus académique, Le Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front se présente dans son premier numéro (Noël 1916) comme « patriotique d’abord et de culture française ». Il vise à « glorifier nos morts », servir de trait d’union entre les écrivains et les artistes dispersés sur l’ensemble du front et « produire les jeunes talents qui cultivent la tradition des lettres françaises ». Fondé par le sous-lieutenant Louis Boumal (romaniste, professeur de rhétorique), le caporal V.-Vinicius Martial (littérateur et publiciste, membre de la ligue d’union flamando-wallonne, créée au sein de la ligue de Défense nationale peu avant la guerre), l’adjudant Lucien Christophe (littérateur) et le maréchal des logis Sam de Vriendt (artiste peintre de l’Académie d’Anvers), avec la protection de personnalités influentes (le Roi et la Reine, Émile et Marthe Verhaeren, les ministres de la Guerre et des Sciences et des Arts, Henri Carton de Wiart, le baron Empain, etc.), il est édité à Paris. Dès le début, les membres de la rédaction se disputent et Martial, resté seul aux commandes, met l’accent sur la dimension unioniste : il s’agit de « sceller moralement l’union entre Flamands et Wallons »21. Cette conception pétrit tout le contenu de la revue : poèmes et proses patriotiques, lettres de Flandre, études sur l’« âme du Nord », « Verhaeren et le génie franco-flamand », « Maurice Gauchez » (vu comme synthèse parfaite de la race belge), etc. Significativement, les conditions de collaboration stipulées dans les statuts du premier numéro (« ceux qui sont au front ou ont satisfait entièrement à toutes leurs obligations militaires ») s’élargissent après un an à « tous les écrivains belges qui adhèrent aux principes fondamentaux de l’œuvre : la bonne entente et l’union entre les forces morales du pays »22. Le lecteur d’aujourd’hui constate avec étonnement que malgré cette ligne patriotique, la question des revendications flamandes est abordée dans la revue. Il est vrai qu’au sein de l’armée, la réalité de la question linguistique s’est fait cruellement sentir et que des mesures ont dû être prises pour régler des problèmes de communication très concrets (cours de flamand pour les gradés unilingues, adjonction d’un traducteur dans chaque état-major). Un article de Fritz Franken (collaborateur traitant généralement de littérature flamande) intitulé « L’Union sacrée » tente d’exposer sereinement les données du problème et de montrer la légitimité des demandes flamingantes. Il rappelle que la flamandisation de l’université de Gand était en projet avant la guerre et qu’elle devra être réglée dès la libération de la Belgique, dans l’intérêt même de la sauvegarde de l’union sacrée. Il condamne bien entendu l’intervention allemande dans cette « question de politique exclusivement intérieure »23.

  • 24 Sur l’histoire, le contenu et le rayonnement international des Cahiers, voir l’intéressante étude d (...)
  • 25 Amis de jeunesse, Boumal et Christophe furent de l’aventure de Joyeuse (1910), qui fusionna en 1912 (...)
  • 26 On remarquera que Le Feu n’est pas reçu à l’époque comme un ouvrage pacifiste, mais comme le témoig (...)
  • 27 Principalement dans les ironiques « Propos d’un tondeur », où sont pris pour cible Loumaye, Cammaer (...)
  • 28 Sur la « nationalisation » progressive de Verhaeren, consulter Marx (Jacques), « Autopsie d’un poèt (...)
  • 29 Sénéchal (Cataline), La Littérature belge de langue française au service de la Patrie ?, mémoire de (...)
  • 30 À partir de janvier 1919, dans sa chronique des livres, Lucien Christophe recherche inlassablement (...)
  • 31 « In Memoriam » (Louis Boumal et Georges Antoine) et « Sur la mort de quelques amis » (Léon Christo (...)

7Dans leur titre même, Les Cahiers fondés par Marcel Paquot, Louis Boumal et Lucien Christophe (La Panne, juin 1918 – juillet 1920)24 affirment des préoccupations toutes différentes : publiés au front pour la défense et l’illustration de la langue française en Belgique, ils poursuivent des buts détachés de l’événement. Soldats et patriotes marqués par l’expérience de presque quatre ans de guerre, ses rédacteurs restent d’abord des écrivains25. L’accent étant mis sur la langue et la valeur littéraire, la revue s’ouvre de facto à des collaborateurs aux tendances politiques diverses. Malgré l’orientation de ses directeurs – Boumal psichariste et maurrassien, Christophe admirateur de Péguy – le second numéro des Cahiers publie un enthousiaste et courageux article consacré au Feu de Barbusse26, à l’époque éreinté par tous les critiques littéraires et taxé de défaitisme. L’ensemble des contributions traduit une résistance à toute instrumentalisation de la littérature. Y sont habilement dénoncés le « bourrage de crâne » patriotique, l’abondante production de poésie de circonstance et toute tentative de nationalisation de la littérature27. Dès le premier numéro, dans un long article, Lucien Christophe s’insurge contre ceux qui réduisent Émile Verhaeren à la dimension de « poète national »28. Administrés depuis La Panne par Léon Herbos, les Cahiers, d’abord tirés à six cent exemplaires sur cyclotype, sont bientôt imprimés à Dunkerque. Les collaborations d’aînés belges et français affluent (Fernand Séverin, Charles Vildrac, Luc Durtain, André Fontainas, Gustave Kahn, Léon Bocquet, etc.) et le succès est considérable sur tout le front occidental. En raison des nécessités du service au front, les échanges de vue s’effectuaient par correspondance et certains rédacteurs ne se sont jamais rencontrés. De manière générale d’ailleurs, pour les écrivains du front, les fréquentations littéraires se réduisaient à de rares conférences du Cercle « L’Art au front » et d’imprévues retrouvailles au café de l’Hôtel Terlinck à La Panne, ou au Cabaret d’Alveringhem29. Les collaborateurs réguliers des Cahiers sont surtout unis par leur attachement à la langue française classique et par leur expérience de combattant en première ligne. Ces deux critères jouent dans l’appréciation littéraire des œuvres. Le respect d’un français correct répond à la tendance d’écrire « en belge » ; et le témoignage sincère – même d’expression maladroite30 – vaut cent fois l’écrit opportuniste produit par un « planqué » de l’arrière. Malgré la perte de plusieurs membres de la rédaction en octobre 191831, les Cahiers se maintiennent et élargissent leur audience jusqu’après la guerre. En janvier 1919, Robert Vivier renforce l’équipe rédactionnelle qui se fixe à Liège. Les Cahiers défendent ouvertement l’appartenance des écrivains belges à la littérature française, comme en témoignent les rubriques sur les livres et les revues, et les sommaires où se mêlent des noms des deux nationalités. Littéraires avant tout, les Cahiers ont bénéficié en France d’une reconnaissance unanime, consacrée officiellement en mai 1919, quand Raymond Poincaré leur confie la publication d’extraits de son discours prononcé à la Sorbonne le 10 avril 1919 « À la mémoire des écrivains français morts pour la Patrie ».

  • 32 Cité par Somerhausen (Léon), « Maurice Gauchez. L’Homme », dans Les Chants de l’Aube. Londres, sept (...)
  • 33 Dès le début du siècle, comme en témoignent les trois tomes des Masques belges (Paris/Mons, édition (...)
  • 34 Voir Deauville (Max), Maurice Gauchez et la Renaissance d’Occident, tiré à part, s.l.n.d. (aml ml 3 (...)
  • 35 Il y est question de « ces provinces de Belgique et du Nord de la France qui furent un seul peuple  (...)

8Revue poétique fondée en 1912, les Chants de l’Aube reparaissent à Londres en tant que Cahiers d’exil, toujours sous la direction du poète Charles Conrardy, rentré invalide de guerre, et de Fernand A. Marteau. « Revue belge d’art et de littérature », elle avait pour but de permettre aux écrivains combattants de s’exprimer, et ils sont nombreux à y avoir collaboré (dont Maurice Gauchez, Marcel Wyseur, Marcel Paquot, Théo Fleischman, Herman Frenay-Cid, Lucien Christophe, Louis Boumal), ainsi que des écrivains émergents comme Franz Hellens. La première série (avril – septembre 1917) se clôt sur un numéro spécial consacré à Maurice Gauchez, déjà connu avant-guerre comme journaliste (au Matin d’Anvers), homme de revue (secrétaire de rédaction de La Société nouvelle de Fernand Brouez, 1907-1913), critique et écrivain. Engagé volontaire, au tempérament fougueux et au physique de colosse, il est souvent présenté comme une « incarnation » du poète-soldat belge, synthèse du wallon (originaire de Chimay) et du flamand (parfaitement intégré à Anvers). Bourreau de travail, il persévéra au front, tant dans la veine journalistique (correspondance de guerre pour Le Matin, chroniques dans Le Figaro, « Lettres à la Marraine » dans le quotidien Notre Belgique) que par ses livres (De la Meuse à l’Yser, La Glorieuse retraite) qui sont à la fois un témoignage direct sur les évènements et une célébration de la résistance héroïque de l’armée belge. Dans ses poésies (Les Rafales, Ainsi chantait Thyl), il tente d’exprimer autrement la complexité de l’expérience vécue. Profondément patriotiques, ces poèmes traduisent la souffrance du peuple belge tout entier (« Rafales de Flandres », « Rafales de Wallonie »), mais ne constituent ni une exaltation de la guerre, ni des poèmes de circonstance. « “La Patrie”, disait-il, on la porte dans son cœur mais on ne l’affiche pas dans ses vers comme une maîtresse élégante dans un bar de nuit : c’est de mauvais goût ! »32 Convaincu de la nécessité de mettre en valeur les productions belges – celles des jeunes y compris33 –, Maurice Gauchez jouera le rôle de grand rassembleur en fondant la revue Renaissance d’Occident en 1920, où il accueillera les anciens combattants34, mais aussi les « rescapés » des revues d’avant-garde dont il sera question plus loin (tels Neuhuys ou Koninckx). Après une interruption de dix mois, les Chants de l’Aube reparaissent d’août à décembre 1918 ; en janvier 1919, la rédaction se réinstalle à Bruxelles, renforcée par Julien Flament. Tout en restant un des lieux d’expression privilégié des écrivains combattants belges (commémoration de la guerre, hommage aux morts, publications posthumes, manifeste), la revue se tourne vers la France. En juin 1919, sous-titrée « Revue des marches du Nord », elle adopte avec prudence une position favorable au régionalisme35, salue la naissance de jeunes revues aux tendances nouvelles et s’exprime en faveur de la rénovation de l’enseignement artistique (en débat dans Au volant, Le Geste, Le Thyrse). En 1920, elle fusionne avec le Thyrse.

  • 36 Comme dans « Les parents pauvres » de Christophe (Cahiers de juillet 1918, n˚2, pp. 30-33), d’aille (...)
  • 37 Voir notamment Meylaerts (Reine), « La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l (...)

9À la suite de ce rapide tour d’horizon, on peut identifier différentes logiques de solidarités qui président à la création des revues du front. Outre les liens antérieurs à la guerre (tels les réseaux d’anciens étudiants : les fondateurs du Claque à fond sont des anciens de Charles Buls à Bruxelles ; Boumal, Paquot, Christophe sont diplômés de l’Université de Liège), la conception que les écrivains se font de la littérature peut servir de principe explicatif. Chaque écrivain combattant est avant tout un soldat, engagé avec toutes les forces nationales – rassemblées momentanément dans l’« Union sacrée » – dans la défense de la Patrie (au sens de territoire national). Certains attribuent pragmatiquement à la littérature une fonction de délassement et de soutien moral des troupes (Claque à fond). D’autres transposent l’« Union sacrée » au niveau littéraire et célèbrent la Patrie (au sens de construction historiographique et culturelle mythifiée) au moyen de thématiques unificatrices (union de tous les soldats belges dans le combat contre un ennemi commun, unité de la population du nord et du sud du pays dans un même martyre, etc.), d’explications essentialistes (âme belge), ou en adoptant un style particulier (écriture « belge »), mâtinant la langue française de néologismes ou d’emprunts au néerlandais (Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front). D’autres enfin (Les Cahiers) établissent une disjonction entre leur pratique littéraire et leur inscription dans l’histoire (qui leur impose, comme soldats belges, de combattre pour leur pays). Ils ne conçoivent pas faire œuvre en dehors de la sphère littéraire française dont ils tentent de « défendre et illustrer » la langue. S’ils suivent en cela des dispositions souvent antérieures à la guerre, il faut souligner que la situation particulière du front belge renforce celles-ci : toute relation épistolaire étant impossible avec la Belgique occupée, les échanges (acquisition de livres, recherche d’un éditeur, etc.) se font naturellement avec la France. Par ailleurs, puisque cultiver la langue française pour elle-même n’impose aucune thématique particulière, ils ne produisent pas de littérature de circonstance : certaines œuvres n’ont qu’un lien contextuel très lâche avec la guerre (comme la poésie amoureuse de Boumal – Le Jardin sans soleil – et de Paquot – La Joie d’aimer –) ; d’autres la prennent pour thème, mais en l’abordant sous un angle d’approche inédit, avec une grande liberté de ton qui met en évidence le recul critique des auteurs vis-à-vis de leur objet36. Il faut souligner la grande richesse de la réflexion et du travail littéraire au front, dans les limites des possibilités offertes par la censure militaire belge. Contrairement à un usage patriotique de la littérature, la conception d’une littérature belge « autonomisée » et faisant partie de la littérature française a pour corollaire une certaine distance vis-à-vis de l’actualité qui permet paradoxalement de développer des réflexions approfondies sur la guerre et ses conséquences. On remarquera que les deux positions qui se dégagent ici seront en débat pendant tout l’entre-deux-guerres37, la seconde triomphant dans le Manifeste du Lundi (1937), dont Robert Vivier est d’ailleurs signataire. Il serait sans doute excessif de voir dans la littérature du front la matrice exclusive des oppositions futures, mais il n’en demeure pas moins qu’elles se trouvent ici si précisément dessinées.

Revues d’immédiat après-guerre

10Pendant la guerre, nous avons vu que la littérature qui se publie en Belgique occupée – de manière clandestine ou avec l’autorisation de l’occupant – est globalement coupée de l’événement. À l’exception notable de Résurrection (profondément pacifiste, opportunément fédéraliste), c’est dans les revues littéraires du front que l’on trouve des échos discrets des questions politiques qui nous intéressent (actualité de la question flamande, réflexion sur les conséquences du conflit, dénonciation des ravages de la guerre). Après la guerre, c’est l’explosion dans la production de petites revues. Certaines, dont les rédacteurs se réunissaient pendant le conflit, n’attendaient que la fin de la censure pour paraître à nouveau. Dans la gestion de l’après-guerre, ces problématiques – jusqu’alors uniquement prises en charge par la « grande presse » clandestine – gagnent une partie des périodiques littéraires, et principalement ceux qui défendent l’idée de consommer la rupture constituée par la guerre afin de renouveler la société sous tous ses aspects (littéraire, artistique, mais aussi social et politique). Ceux-ci s’opposent aux partisans d’une « restauration » de la Belgique d’avant-guerre, soit un retour à l’état initial (tant au niveau politique qu’au niveau architectural par exemple). Les débats se cristallisent sur certains points : en ce qui concerne la politique intérieure, maintenir ou faire éclater l’« Union sacrée », régler la délicate question flamande (et celle de l’activisme), juger ou amnistier les pacifistes et ceux qui ont publié sous la censure ; au niveau international, fixer les modalités de la paix et du type de relation à entretenir avec l’Allemagne, apprécier l’impact de la révolution bolchevique.

  • 38 On a reproché à Eekhoud des déclarations ambiguës concernant le mouvement flamand et à Picard des d (...)
  • 39 Qui dirigera la Bataille littéraire (1919-1924) avec Alix Pasquier.
  • 40 Demain littéraire et social, première année, n˚1, janvier 1919, « Les Livres et les Revues », p. 29
  • 41 Denis (Frédéric), « Carnet noir », dans Demain littéraire et social, n˚1, janvier 1919, p. 7-10.
  • 42 Sur le rôle de médiateur de Colin, voir Roland (Hubert), La « Colonie » littéraire allemande en Bel (...)
  • 43 Paul Aron a bien montré comment la prise de position en faveur des auteurs ayant publié sous la cen (...)

11Pressé de briser le silence qu’il s’est imposé depuis quatre ans, le Thyrse publie dès le 22 novembre 1918 un numéro spécial qui contient des hommages à Émile Verhaeren, Prosper-Henri Devos, Camille Maubel, et s’ouvre sur un « Manifeste des écrivains belges » qui condamne tous ceux qui ont publié pendant l’occupation, et spécifiquement deux « maîtres » [Eekhoud et Picard]38 qui ne sont pas nommés. Les Chants de l’Aube réagissent dans leur numéro d’avril 1919, où Francis Miromal mentionne ce « manifeste personnel d’une haute inspiration mais aux idées contestables », en s’interrogeant sur la pertinence d’une telle condamnation, la question de la censure n’étant pour lui « pas résolue ». Une toute jeune revue exprime les mêmes réserves : Demain littéraire et social estime le signataire unique (Désiré-Joseph De Bouck39) « relativement peu qualifié » pour prendre la parole au nom des écrivains belges et exécuter ainsi sommairement « ceux qui ont publié ou fait jouer sous la censure »40. Cette nouvelle revue émane du petit groupe « Quand-même » qui publiait Les Jeunes pendant la guerre. Aimé Declercq, Léon Chenoy et Charles Alexandre signent le manifeste de son premier numéro (janvier 1919), où l’on trouve des échos de l’idéal rollandiste : « s’élever au-dessus de la discorde et de la mêlée », ne céder ni à l’enthousiasme ni à la haine que charrie la victoire, mais s’atteler à créer un monde nouveau, en canalisant dans ce but « toutes les jeunes énergies » (p. 1). Frédéric Denis y publie son « Carnet noir », où il développe une réflexion sans concession sur la politique intérieure : l’hypocrisie de la « trêve des partis », l’absence de contrôle parlementaire sur le gouvernement de Défense nationale pendant la guerre, l’actualité et l’ampleur de la question sociale, appelant une attitude plus radicale de la part du Parti ouvrier – qui a malencontreusement accepté de participer à la reconstitution nationale, soit à la « restauration du pouvoir de la bourgeoisie »41. Demain littéraire et social accueillera des collaborations de Tousseul, Habaru, Goffin, Casteels et saluera en mai 1919 la parution de L’Art libre, où l’écrivain et critique d’art Paul Colin ouvre ses colonnes aux figures de proues de l’internationalisme pacifiste – diffusant les manifestes de Romain Rolland et Henri Barbusse, avant d’accueillir les réponses du premier aux attaques du second –, tente de renouer les liens avec l’Allemagne42, et rompt une lance en faveur des écrivains poursuivis pour avoir publié dans la presse contrôlée par l’occupant43. Fin 1919, Demain fusionne avec Au Volant des frères Bourgeois, pour donner Le Geste (Action et critique), dont le troisième numéro est spécialement dédié à la défense de Georges Eekhoud. La conférence de combat (« Georges Eekhoud au pilori ») donnée par Raoul Ruttiens une vingtaine de fois à travers tout le pays, en février et mars 1920, y est publiée en intégralité.

  • 44 Haro ! fait suite à La Foi Nouvelle (Bruxelles, 20 février 1912 – février 1913), revue littéraire e (...)
  • 45 Tenuoc [alias Théodore Counet], « Procès politique », Haro !, n˚6, 20 septembre 1919.
  • 46 Articles pacifistes de Charles Plisnier, Frédéric Denis, Théodore Counet dans le n˚2, 20 juillet 19 (...)
  • 47 Tenuoc, « Bolchevisme », Haro !, n˚1 (5 juillet 1919) et suivants. Voir Lefebvre (Daniel), « Introd (...)

12Frédéric Denis, Maurice Casteels, Paul Colin collaborent par ailleurs à Haro !, revue pacifiste et anarchiste ouverte sur l’avant-garde internationale en 191344, qui reparaît en juillet 1919 et reprend le combat sur tous les fronts pendant cinq mois. Elle prend la défense de ceux dont l’attitude pendant la guerre est mise en cause (pacifistes, personnalités connues – Eekhoud – ou inconnues – Gilson, inspecteur général de l’enseignement musical en Belgique – des arts et des lettres) ; dénonce l’iniquité des procès des activistes flamands45 ; met en cause la paix injuste imposée à l’Allemagne46. Théodore Counet y publie le texte de conférences données clandestinement pendant la guerre47, sur la révolution bolchevique. Haro !, ouverte aux différents courants contestataires de l’époque (anarchisme, pacifisme, communisme), doit une grande part de sa force d’interpellation à la violence de ses illustrations (de la main de son directeur Albert Daenens, mais aussi d’importants représentants de l’avant-garde picturale : Léon Spilliaert, Rik Wouters, Charles Counhaye, Jozef Cantré, Frans Masereel, Frits Van den Berghe, Paul Joostens). Après une interruption de six mois pour cause de difficultés matérielles, trois numéros paraissent encore en mai et juin 1920, où il est notamment question des œuvres de Clément Pansaers (L’Apologie de la paresse et Le Panpan au cul du Nu Nègre).

  • 48 Voir Jespers (Henri-Floris), « Introduction », dans Neuhuys (Paul), Les Soirées d’Anvers. Notes et (...)
  • 49 Voir notre mémoire de dea, Approche sociologique de la revue littéraire. Étude des revues anversois (...)
  • 50 Ce que lui reprochera Paul Colin (voir Avermaete (Roger), L’Aventure de Lumière. Bruxelles, Arcade, (...)

13À Anvers, un groupe de jeunes intellectuels francophones qui se réunissaient pendant l’occupation (au sein de ce qu’ils nommaient romantiquement le « Cénacle »48) dans le but de fonder une revue dès la libération du pays se scinde en deux juste avant l’Armistice. Ceux groupés autour de Maurice van Essche (alias Dufresnoy) lancent La Drogue dès le 26 juillet 1919. Cette feuille hebdomadaire, qui se voulait « littéraire, théâtrale, politique, sociale », sera surtout politique. Elle adopte d’emblée un ton provoquant et prend pour cible une série de personnalités françaises (tant Barbusse que Clémenceau) et belges (tant Georges Eekhoud que Maurice Gauchez). Elle dénonce le patriotisme exacerbé, la politique de répression anti-allemande et le Traité de Versailles. En parallèle, elle est la seule à propager à Anvers les manifestes du mouvement « Clarté » parus dans L’Art libre peu avant, tels le « Manifeste des intellectuels combattants français aux intellectuels combattants du monde » (n˚2, 2 août 1919) et le manifeste de « Clarté » « Contre une paix injuste » (n˚3, 9 août 1919). Elle mentionne la création d’une section flamande du mouvement (l’Universeele Humanistische Vereeniging). Avec la fougue qui la caractérise, elle traite aussi de la question flamande, pour mettre en évidence la dimension sociale du problème, mais en reculant devant les conséquences logiques de l’application du programme flamingant, ne pouvant admettre l’abandon du français comme langue administrative. À la fin de l’été, La Drogue disparaît. Ses rédacteurs lancent alors Ça Ira (avril 1920 – janvier 1923), revue d’avant-garde où primera le côté littéraire et artistique. Concernant cette revue, nous avons pu montrer ailleurs49 que ses prises de positions radicales – et paradoxales, puisqu’elles sont exprimées en français – en faveur du mouvement flamingant (n˚1, avril 1920) ont principalement pour effet d’accentuer sa posture « révolutionnaire ». S’ouvrant au dadaïsme de Clément Pansaers, Ça Ira réalisera dans le domaine esthétique ce programme initial de radicalité absolue. La faction du « Cénacle » restée fidèle à Roger Avermaete publie dès août 1919 la revue moderniste Lumière (1er août 1919 – 28 février 1923). Des trois revues anversoises, cette revue artistique et littéraire est la plus représentative des idéaux de la Déclaration d’indépendance de l’esprit et du mouvement « Clarté ». Ceux-ci sont exposés et discutés dans la rubrique « La Société » par Roger Avermaete, Paul Colin, Victor Cyril, Renée Dunan, Marceline Hecquet. Attachée à la liberté de pensée, Lumière s’ouvre à des collaborateurs aux idées politiques très diverses, comme en témoigne le sommaire de son premier numéro, où Plisnier (« Siècle du poing levé ! ») voisine avec Charles Conrardy50. Internationaliste et humaniste, Lumière ne s’intéresse pas d’emblée aux questions de politique interne à la Belgique. Ce n’est qu’en mars 1920 (n˚8) qu’Avermaete décide de « vider le sujet brûlant de “la question flamande” », dans une synthèse remarquable de pondération et d’objectivité, concluant sur la nécessité de la séparation administrative.

  • 51 Vingt-huit anciens combattants signent ce manifeste, dont Herman Frenay-Cid, Jean-Jacques van Doore (...)
  • 52 Colin (Paul), L’Art libre, n˚1, 15 août 1919, p. 123.

14Signalons encore que certains combattants belges attentifs au mouvement pacifiste internationaliste ont jugé utile d’offrir une réponse coordonnée à l’interpellation de Barbusse (« Appel des intellectuels combattants français aux intellectuels combattants du monde »). En juillet 1919, une réponse négative – et argumentée – paraît dans Les Chants de l’Aube sous le titre de « Manifeste des intellectuels combattants de Belgique »51. Les signataires considèrent que cette « manifestation littéraire se réduit à une simple manœuvre politique qui, par ses sous-entendus tendancieux, se présente comme étant de la politique intérieure [française] » (p. 61). Ils énumèrent les autres raisons de ne pas y adhérer, rappelant que les seuls à s’être désolidarisés de l’Internationale de la pensée – qui existe, selon eux, depuis toujours – sont les quatre-vingt-treize signataires allemands de la très virulente Adresse aux nations civilisées. Par ailleurs, sans haine et sans désir de revanche, il leur est impossible d’oublier en quelques mois les massacres de civils, les villes rasées, les mensonges de la propagande allemande, les amis morts au combat. Enfin, ils n’ont tout simplement « plus foi en l’Unité morale de l’Europe, ni en l’Internationale de la Pensée ». Paul Colin se moquera violemment dans L’Art libre de ce qu’il présente comme une « excellente satire de la “pureté” belge », dont il cite les formulation les plus maladroites, « énormes balourdises d’une sympathique solennité ». Il pousse la férocité très loin en précisant qu’à son avis, le « point faible » est d’avoir signé d’une « vingtaine de noms imaginaires »52. Cette négation – symboliquement violente – de toute existence des écrivains combattants dans le champ intellectuel de l’époque est contredite par l’importance des commémorations au sein des revues littéraires. Qu’elles soient « du front » (Cahiers, Chants de l’Aube), institutionnalisées (Le Thyrse) ou « modernistes » (Demain littéraire et social, Lumière, La Lanterne sourde), les revues littéraires seront nombreuses à rappeler la mémoire et à publier les écrits des écrivains combattants, qu’ils soient morts ou revenus de la guerre.

15S’insérant entre les deux pôles identifiés plus haut (conception « unioniste » d’une littérature « nationale » versus conception plus autonomisée d’une littérature « de langue française »), les petites revues modernistes et pacifistes investissent une position intermédiaire et par bien des aspects inconfortable. Confrontées aux termes politiques des débats qui animent l’après-guerre, elles tentent de concilier autonomie de la littérature et recherche d’engagement. La Belgique ayant été occupée pendant la guerre, la question du pacifisme ne s’y pose pas exactement dans les mêmes termes qu’en France. Avant de pouvoir être considéré dans sa dimension d’idéal révolutionnaire (celui d’Henri Barbusse), le pacifisme en Belgique est suspect d’« embochement ». On rappellera que la seule revue pacifiste de la guerre (Résurrection) a paru sous contrôle allemand et que ce qui est surtout reproché aux pacifistes, c’est de s’être exprimé sous la censure. Dans une certaine mesure le problème est le même pour les flamingants : les conservateurs auront beau jeu, après la guerre, de contester toute légitimité à leur combat, en rappelant la compromission des activistes avec l’occupant. Quelles que soient les valeurs au nom desquelles elles prennent la défense de ces écrivains (autonomie de la littérature, défense de la justice ou adhésion au pacifisme internationaliste), les revues « de jeunes », soucieuses de participer au renouvellement de la société, viennent paradoxalement au secours de l’héritage du xixe siècle (à travers les figures d’Eekhoud et de Picard) et se retrouvent dans une position problématique par rapport au politique. Cela se traduit chez les plus radicales par une tendance à la provocation (La Drogue, Ça Ira, Haro !, L’Art libre) ; chez les plus modérées par une position de conciliation, une mise en retrait progressive du politique et un recentrement sur des débats plus strictement littéraires et artistiques (à Anvers, Lumière et à Bruxelles, l’ensemble Demain littéraire et social et Au Volant, qui donnent Le Geste). On constate qu’immédiatement après la guerre, l’espace des revues se structure autour de trois pôles qui seront en débat pendant tout l’entre-deux-guerres : celui de la « littérature belge » telle qu’elle est conçue au xixe siècle, qui trouve sa formulation institutionnelle dans la création de l’Académie en 1920 ; celui du choix de la France, dont l’expression emblématique sera le Manifeste du Lundi en 1937 ; et celui du modernisme, plus international, mais dont le rapport au politique est problématique.

Haut de page

Notes

1 À l’exception de la petite zone de la Belgique libre, derrière le front de l’Yser (de Nieuport à la frontière française).

2 Bertelson (Lionel), La Presse d’information. Tableau chronologique des journaux belges. Bruxelles, 1974, pp. 155-172. Un aperçu complet de la presse entre 1914 et 1918 y recense 67 journaux clandestins, 37 journaux parus à l’étranger et 86 titres censurés par l’occupant.

3 Aron (Paul) et Soucy (Pierre-Yves), Répertoire des revues littéraires belges de langue française de 1830 à nos jours. Bruxelles, Éditions Labor et Archives et Musée de la Littérature, 1998, pp. 199 et 210.

4 La Nouvelle Revue Wallonne. Littérature, art, sciences, tourisme (janvier 1918 – mars/avril 1919), mensuel, Paris. Dirigé par Paul Magnette et Oscar-Paul Gilbert. Il ne nous a pas été possible de la consulter.

5 Le Melon bleu (ULB, réserve précieuse) provient de la bibliothèque de Max Elskamp. Selon les témoignages, elle daterait de 1915-1916 et était tirée à 75 exemplaires (Jespers (Henri-Floris), « Introduction », dans Neuhuys (Paul), Les Soirées d’Anvers. Notes et essais. Anvers, Pandora, Cahier 5, pp. 17-20).

6 L’exemplaire de la revue Les Jeunes conservé à la bibliothèque royale (kbr III 64909 a) porte la mention manuscrite « 1915 » en couverture. Roland Beyen a cependant montré qu’elle n’était probablement pas antérieure à début 1916. (Beyen (Roland), Correspondance de Michel de Ghelderode. Tome I : 1919-1927. Bruxelles, Éditions Labor, « Archives du Futur », 1992, p. 395)

7 Reparaît sous le tire Le Flambeau, revue belge des questions politiques et littéraires, entre janvier 1918 et 1979. Dirigée à ses débuts par Henri Grégoire, Oscar Grosjean, Anatole Muhlstein. Pour coller au mieux à l’actualité, elle paraît sous la forme d’un quotidien du 13 au 16 novembre 1918, prenant position par rapport à la révolution des soldats allemands du 10 novembre à Bruxelles (voir Ephore [Henri Grégoire], « Notre Victoire – leur Révolution », Le Flambeau, 13 novembre 1918) et félicitant le parti ouvrier d’être resté en dehors de cette agitation.

8 Primavera. Œuvres littéraires des Jeunes (Bruxelles, 1917 – juin 1918), kbr III 46102 a.

9 L’Essor (kbr III 99859 b). Quatre petites brochures imprimées (20 mai – 20 août 1918), qui portent un numéro de censure, sont reliées sous cette cote avec trois brochures manuscrites (de 1917), probablement clandestines. Bien qu’elles portent le même titre, il n’est possible d’établir aucune relation entre ces deux revues.

10 Le Mont sacré (5 mai 1918 – septembre 1918), dirigé par Madame Gillion-Winandy et Mademoiselle Mariette Tilman, Bruxelles (kbr III 99639 b).

11 Sur Clément Pansaers et Résurrection, voir Roland (Hubert), La « Colonie » littéraire allemande en Belgique. 1914-1918. Bruxelles, AML Éditions / Éditions Labor, 2003, pp. 171-192.

12 Nous n’avons pas pu examiner la situation en Flandre, où la vie des revues est plus agitée, une fraction de la jeunesse flamingante ayant décidé de profiter des avantages de la politique de séparation administrative imposée par l’occupant. Les plus importantes revues activistes sont De Goedendag (25 numéros entre décembre 1915 et juin 1918), mensuel étudiant produit par Jong Vlaanderen et pionnier de l’expressionnisme littéraire flamand, auquel collabore Paul van Ostaijen et De Stroom (4 numéros entre juillet et octobre 1918), qui publie le manifeste « Ekspressionnisme in Vlaanderen » de Paul van Ostaijen et promeut les jeunes plasticiens Paul Joostens, Oscar et Floris Jespers. Voir Adriaens-Panier (Anne), « Les revues d’avant-garde en Belgique et leur combat, 1917 – 1929 », L’Avant-garde en Belgique 1917–1929. Bruxelles, Crédit Communal, 1992, pp. 161-166.

13 Bertrand (F.), La Presse francophone de tranchée au front belge, 1914-1918. Bruxelles, Musée Royal de l’armée d’Histoire militaire, 1971.

14 Journal militaire officiel, 1916, première partie, p. 187. Cité par Bertrand, La Presse francophone de tranchée au front belge, 1914-1918, op. cit., p. 33.

15 Bertelson (Lionel), La Presse d’information. Tableau chronologique des journaux belges, op. cit., p. 162.

16 Témoignage involontaire de Marcel Paquot sur ce point, dans son compte rendu de l’ouvrage de Bertrand (op. cit.) dans La Vie wallonne, tome 46, juin 1972, pp. 186-188.

17 Schaepdrijver (Sophie de), La Belgique et la Première Guerre mondiale. Bruxelles, pie-Peter Lang, 2004, pp. 191-211.

18 Deauville (Max), « Dans la mêlée », dans Romain Rolland et la Belgique. Bruxelles/Paris, À l’enseigne du Chat qui pêche, 1950, pp. 47-48.

19 Le terme « jas » désigne le simple soldat dans l’armée belge. Quant au titre, Le Claque à fond, il fait référence à l’expression « claquer à fond », vider à fond sa gamelle.

20 Massonnet illustre les œuvres de Boumal, Christophe, etc. Après la guerre, il réalisera le dessin de couverture de La Lanterne Sourde de l’ulb (1921).

21 Martial (V.-Vinicius) et Franken (Fritz), « Les écrivains belges et la guerre », dans Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front, 2e année, fascicule 6, n˚ de Noël 1917, p. 1.

22 [Note aux auteurs], dans Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front, 2e année, fascicule 6, n˚ de Noël 1917.

23 Franken (Fritz), « Union sacrée », dans Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front, n˚ de décembre 1917, pp. 30-31.

24 Sur l’histoire, le contenu et le rayonnement international des Cahiers, voir l’intéressante étude de Thiry (Marcel), « Les Cahiers du Front », dans La Revue générale, mars 1959, pp. 61-72.

25 Amis de jeunesse, Boumal et Christophe furent de l’aventure de Joyeuse (1910), qui fusionna en 1912 avec Flamberge d’Arthur Cantillon et Lucien Maréchal. Cette dernière deviendra la Revue franco-wallonne (mai – juillet 1914). Christophe, qui avait tissé un réseau de relations littéraires, recrutait des collaborateurs français pour ces trois revues. (Christophe (Lucien), Vivier (Robert), Les Cahiers publiés au front, Collection de la revue Le Thyrse, 1962, pp. 13-18)

26 On remarquera que Le Feu n’est pas reçu à l’époque comme un ouvrage pacifiste, mais comme le témoignage sincère d’un combattant. Par opposition au « bourrage de crâne », Le Feu apparaît comme « un livre hautement réconfortant » pour le soldat qui y trouve un témoignage « réaliste » et « de bonne foi » sur la « vérité sanglotante » de sa condition actuelle : sa détresse morale, mais aussi « tout ce qu’il sent en lui-même d’idéalisme latent, de foi et d’espoir toujours vivaces, de raisons réelles de n’être pas “défaitiste” ». La « sublime patience » du combattant et son « jusqu’auboutisme » s’y trouvent justifiés. (Hubaux (Jean), « Autour du Feu », dans Cahiers de juillet, 1918, pp. 19-23)

27 Principalement dans les ironiques « Propos d’un tondeur », où sont pris pour cible Loumaye, Cammaert, Piérard, Nothomb, Wyseur, etc. (amusants pastiches de ces derniers dans le n˚2, juillet 1918, pp. 53-55) ; et plus tard l’« âme belge et ses paladins » (n˚9, février 1919). Concernant l’Anthologie des écrivains belges de Louis Dumont-Wilden (Paris, Crès, 1918), Lucien Christophe épingle « la présence des plus parfaits spécimens de cette poésie de guerre, de ce lyrisme en béton armé qui n’est pas une des moindres catastrophes provoquées par la barbarie teutonne ». (« Le théâtre et la critique », dans Cahiers de Juillet 1918, n˚2, p. 43)

28 Sur la « nationalisation » progressive de Verhaeren, consulter Marx (Jacques), « Autopsie d’un poète national », dans Textyles, n˚ 11, 1994, pp. 21-34. Sur les nuances du discours « belliciste » de la propagande de guerre de Verhaeren, voir Allart (Claude), « La Panne entre Loyson et Rolland », dans Textyles, n˚11, op. cit., pp. 35-46.

29 Sénéchal (Cataline), La Littérature belge de langue française au service de la Patrie ?, mémoire de licence inédit, ulb, 2000, pp. 84-88. Voir aussi le témoignage de Christophe dans Christophe (Lucien), Vivier (Robert), Les Cahiers publiés au front, op. cit., pp. 9-11.

30 À partir de janvier 1919, dans sa chronique des livres, Lucien Christophe recherche inlassablement un témoignage qui rendrait parfaitement compte de l’expérience de la guerre, telle qu’elle a été vécue par les vrais soldats du front. Dans une étude attentive – et désopilante – d’Ainsi chantait Thyl, il tente patiemment de « sauver » ce qu’il y a de littérairement bon dans les vers inégaux de Gauchez (Cahiers de Juin 1919, n˚13, pp. 33-38).

31 « In Memoriam » (Louis Boumal et Georges Antoine) et « Sur la mort de quelques amis » (Léon Christophe, Léo Somerhausen, Paul Magnette), dans Cahiers de Décembre 1918, n˚7.

32 Cité par Somerhausen (Léon), « Maurice Gauchez. L’Homme », dans Les Chants de l’Aube. Londres, septembre 1917, p. 74.

33 Dès le début du siècle, comme en témoignent les trois tomes des Masques belges (Paris/Mons, édition La Société Nouvelle, 1907-1911) et son Anthologie des Poètes Nouveau de Belgique (Paris, Figuière, 1914).

34 Voir Deauville (Max), Maurice Gauchez et la Renaissance d’Occident, tiré à part, s.l.n.d. (aml ml 3482/3).

35 Il y est question de « ces provinces de Belgique et du Nord de la France qui furent un seul peuple » et de la défense du point de vue des « régionalistes, flamands et wallons, dans le cadre infrangible de la patrie unifiée ; […] désireux enfin, d’une amitié plus étroite avec cette France révélée par la guerre […] » (Flament (Julien), « Aux marches du Nord », dans Les Chants de l’Aube, juin 1919, pp. 49-50).

36 Comme dans « Les parents pauvres » de Christophe (Cahiers de juillet 1918, n˚2, pp. 30-33), d’ailleurs largement censurés. Quand ils auront passé de l’ombre à la lumière, pièce en un acte où Boumal évoque avec pudeur et inquiétude le retour du soldat au foyer, à la vie « normale » et studieuse qui fût la sienne, peut être lu comme une dénonciation sans appel du gâchis provoqué par la guerre dans les destins particuliers.

37 Voir notamment Meylaerts (Reine), « La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l’entre-deux-guerres », dans Textyles, n˚15, L’institution littéraire, Bruxelles, Le Cri Édition, 1998, pp. 17-32.

38 On a reproché à Eekhoud des déclarations ambiguës concernant le mouvement flamand et à Picard des déclarations pacifistes parues dans la presse censurée (Voir Aron (Paul), La Littérature prolétarienne en Belgique francophone. Bruxelles, Labor, 2006 [1995], p. 40 ; sur Eekhoud, voir aussi Lucien (Mirande), Eekhoud le rauque. Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1999, pp. 175-177). Eekhoud a par ailleurs été publié, en traduction allemande, pendant la guerre, dans la « série flamande » d’Insel-Verlag. (Voir Roland, La « Colonie » littéraire allemande en Belgique. 1914-1918, op. cit, pp. 192-200)

39 Qui dirigera la Bataille littéraire (1919-1924) avec Alix Pasquier.

40 Demain littéraire et social, première année, n˚1, janvier 1919, « Les Livres et les Revues », p. 29.

41 Denis (Frédéric), « Carnet noir », dans Demain littéraire et social, n˚1, janvier 1919, p. 7-10.

42 Sur le rôle de médiateur de Colin, voir Roland (Hubert), La « Colonie » littéraire allemande en Belgique. 1914-1918, op. cit., pp. 369-396 ; Aron (Paul), « Romain Rolland, Henri Barbusse et leurs amis belges : l’efficacité d’un réseau politico-littéraire », dans Frickx (Robert), Les Relations littéraires franco-belges de 1914 à 1940. Bruxelles, vub Press, 1990, pp. 29-54.

43 Paul Aron a bien montré comment la prise de position en faveur des auteurs ayant publié sous la censure rejoint celle de l’adhésion au mouvement « Clarté » et à l’internationale pacifiste (Aron (Paul), La Littérature prolétarienne, op. cit., pp. 35-41).

44 Haro ! fait suite à La Foi Nouvelle (Bruxelles, 20 février 1912 – février 1913), revue littéraire et anti-militariste où Albert Daenens, Paul Ruscart, Maurice Casteels luttaient « contre tous les faux artistes et les polichinelles de tout carton » (n˚11, décembre 1912). L’abandon du format « brochure » (La Foi Nouvelle) pour un format « journal » (Haro !) accentue la dimension combative de la revue.

45 Tenuoc [alias Théodore Counet], « Procès politique », Haro !, n˚6, 20 septembre 1919.

46 Articles pacifistes de Charles Plisnier, Frédéric Denis, Théodore Counet dans le n˚2, 20 juillet 1919.

47 Tenuoc, « Bolchevisme », Haro !, n˚1 (5 juillet 1919) et suivants. Voir Lefebvre (Daniel), « Introduction », dans Haro ! Une revue belge d’avant-garde 1913-1928. Mons, Le Renard découvert et Mundaneum, 1995, n.p.

48 Voir Jespers (Henri-Floris), « Introduction », dans Neuhuys (Paul), Les Soirées d’Anvers. Notes et essais op. cit., p. 27.

49 Voir notre mémoire de dea, Approche sociologique de la revue littéraire. Étude des revues anversoises modernistes et d’avant-garde Lumière (1919-1923) et Ça Ira (1920-1923), ulg, 2004.

50 Ce que lui reprochera Paul Colin (voir Avermaete (Roger), L’Aventure de Lumière. Bruxelles, Arcade, 1969, p. 28).

51 Vingt-huit anciens combattants signent ce manifeste, dont Herman Frenay-Cid, Jean-Jacques van Dooren, Charles Conrardy, Julien Flament, Constant Burniaux, Oscar et Marcel Thiry, Alfred Massonnet, V.-Vinicius Martial, Fernand-A. Marteau, Carlo de Mey, Maurice Gauchez, Marcel Wyseur, Isi Collin. On remarquera l’absence de Lucien Christophe et de Marcel Paquot, aisément explicable par le détachement des Cahiers vis-à-vis de l’événement. (Les Chants de l’Aube, quatrième année, n˚6, juillet 1919, pp. 61-64)

52 Colin (Paul), L’Art libre, n˚1, 15 août 1919, p. 123.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daphné de Marneffe, « La Grande Guerre des revues », Textyles, 32-33 | 2007, 54-71.

Référence électronique

Daphné de Marneffe, « La Grande Guerre des revues », Textyles [En ligne], 32-33 | 2007, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/294 ; DOI : 10.4000/textyles.294

Haut de page

Auteur

Daphné de Marneffe

Projet « ciel », Arc-ULg de la Communauté française, Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org