Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes-rendus

Sempoux (André), Guy Vaes romancier, l’effroi et l’extase

Avin, Éditions Luce Wilquin, 2006, coll. « L’œuvre en lumière »
Michel Otten
p. 128-129
Référence(s) :

Sempoux (André), Guy Vaes romancier, l’effroi et l’extase, Avin, Éditions Luce Wilquin, 2006, coll. « L’œuvre en lumière », 120 p.

Texte intégral

1André Sempoux analyse avec subtilité et finesse les péripéties majeures des romans complexes de Guy Vaes. Mais il ne se limite pas à cela. Guy Vaes a une philosophie du monde voire une théologie. Il suffit de lire Le Regard romanesque pour s’en convaincre.

2Examinons la lecture que propose André Sempoux de cette strate des œuvres que l’intrigue peut nous livrer.

3Pour Sempoux, le héros d’Octobre long dimanche (premier roman de Guy Vaes), Laurent Carteras, s’est exercé à sortir du temps et à ne vivre plus que dans le présent de l’espace, par le regard (p. 14) ; il troue l’espace pour trouver du temps à sa mesure (p. 16). Bref, Laurent est un évadé de l’Histoire. Et Sempoux de conclure que, pour Guy Vaes, « Histoire et identité ont toujours été bouffonneries tragiques » (p. 23). Ces deux concepts maudits reviendront plus tard encore dans l’analyse des œuvres suivantes.

4L’Envers est présenté, à juste titre, comme un roman investi d’un sujet à portée métaphysique. Broderick, le héros mort, revient de l’autre monde pour révéler que le Dieu créateur ne cesse de retoucher une création qui n’est jamais définitive. Son jeune ami Bruno finit par comprendre qu’il n’aura été que l’ébauche de Broderick, dans la recherche divine de la perfection. Ainsi, le temps n’existe pas. Il est une illusion humaine. En conclusion, Sempoux rapproche opportunément Bruno et Laurent, héros des deux premiers romans, car ils ont vu « leur âme saisie par un autre » (p. 31). Il nous semble donc que tous deux sont des doubles (dépossédés), thème traditionnel du roman fantastique.

5L’Usurpateur tourne autour du thème du « ravissement » qui reviendra encore chez Guy Vaes. (Ce ravissement, tel qu’il est décrit, aurait pu être rapproché des expériences de « mémoire affective » à l’œuvre dans le roman de Proust.) Cette fois, il n’y a plus de « doubles » au sens propre, mais les deux frères impliqués obscurément dans un viol sont dans une situation de rivalité inconsciente. Qui a « usurpé » la place de l’autre ? Le roman semble conclure, mais après de nombreuses hésitations.

6Les Apparences débutent par le rappel de « ravissements anciens » : l’image d’une femme a fasciné le narrateur. La poursuite de cette femme conduit celui-ci à une série d’identifications trompeuses et conclut finalement au leurre de toute identité. (On pense à Sylvie de Nerval où le narrateur croit retrouver la religieuse Adrienne dans la comédienne Aurélie, à cause d’une ressemblance physique troublante.) La conclusion douloureuse du roman détruit l’objet même de la quête : « J’avais composé une femme avec des emprunts faits à d’autres femmes. […] La vraie Raïssa était un hybride. » (pp. 370-371)

7Les Statèges reprennent les grands thèmes désenchantés de Guy Vaes. Le roman met en scène une peuplade africaine, les Agaméens ; les explorateurs qui les observent finissent par comprendre leur curieux comportement de somnambules : ils ont survécu aux abominations de la colonisation et n’ont transmis qu’un seul message : « refusez l’Histoire ».

8Les analyses d’André Sempoux ont donc mis en lumière les thèmes les plus tragiques de l’univers romanesque de Guy Vaes : l’Histoire, le temps, l’identité sont des illusions. L’existence est une catastrophe métaphysique. Mais cet essai ne se limite pas à cela. Avec subtilité, Sempoux a aussi noté des aspects secondaires mais néanmoins importants. Tels sont les développements sur le fantastique feutré de Guy Vaes : p. 12, 20-21, 31. Telles sont également les remarques sur l’humour qui pointe çà et là (p. 12, 36, 45, 46, 53) ou sur la féroce ironie qui stigmatise la bourgeoisie futile (p. 56). On a rarement souligné cela.

9Une copieuse bibliographie complète cet essai (livres et articles de Guy Vaes) suivie d’un cahier de photos où on reconnaît l’auteur avec divers amis. Enfin de superbes photos prises par l’auteur où le jeu du noir et du blanc fait merveille (Londres, Édimbourg, etc.) et cinq textes rares clôturent le volume. On ne peut souhaiter de meilleure introduction à l’univers secret d’un de nos plus grands romanciers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Otten, « Sempoux (André), Guy Vaes romancier, l’effroi et l’extase », Textyles, 34 | 2008, 128-129.

Référence électronique

Michel Otten, « Sempoux (André), Guy Vaes romancier, l’effroi et l’extase », Textyles [En ligne], 34 | 2008, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/273

Haut de page

Auteur

Michel Otten

ucl

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org