Navigation – Plan du site
Figurations de la vie littéraire

Du « Nouveau Roman » au « nieuwe journaal »

La fabrication de la posture chez Paul de Wispelaere
Matthieu Sergier
p. 93-107

Texte intégral

L’auteur n’est jamais que le témoin, le garant de sa propre absence dans l’œuvre où il a été joué ; et le lecteur ne peut jamais que porter à nouveau ce témoignage.
Giorgio Agamben, Profanations, 2006 [2005], p. 91.

  • 1 Citons notamment : « Paul de Wispelaere, écrivain dialectique », trad. du néerlandais par V. Cuziol (...)
  • 2 On peut mentionner ici, Bousset (Hugo) [intro. et choix], Prose flamande d’aujourd’hui, trad. du né (...)
  • 3 De Wispelaere (Paul), trad. Par Charles Franken, L’Alphabet calciné. Journal 1990-1991, Bordeaux, L (...)

1Paul de Wispelaere (1928) fait partie de ces rares écrivains flamands qui peuvent s’enorgueillir d’avoir largement contribué à la propagation des lettres et de la pensée françaises en Flandre, tout en témoignant d’une volonté de mieux se faire connaître en francophonie. Dès 1984, la revue belge francophone Septentrion, entièrement dédiée à l’image culturelle de la Flandre et des Pays-Bas en francophonie, s’est mise à consacrer à intervalles réguliers des articles à l’écrivain brugeois1. Ce même intérêt à mieux faire connaître de Wispelaere se retrouve dans des recueils de textes littéraires flamands contemporains à destination d’un public francophone2, ainsi que dans le choix de l’éditeur belge Francis Dannemark de faire traduire en français l’un des journaux personnels de de Wispelaere, Het verkoolde alfabet (1992)3.

  • 4 Vervaeck (Bart), éd., Paul de Wispelaere. De moderne roman, Gent, Acadmia Press, 2011.

2En tant que critique littéraire cette fois, de Wispelaere a été actif dans les années 1960 et 1970 sur le plan des enjeux littéraires à l’échelle internationale, à une époque où la majorité de la Flandre littéraire peinait encore à sortir d’une littérature régionaliste qui, sous l’impulsion du mouvement flamand, se souciait avant tout de son propre épanouissement. L’œuvre critique de de Wispelaere se répartit en une dizaine d’ouvrages, dont la majeure partie fut publiée au cours des années 1960 et 1970. Dans les décennies qui suivirent parurent régulièrement des recueils réunissant ses essais critiques. Le dernier en date, sorti en 20114 sous la direction de Bart Vervaeck, reprend des critiques parues entre 1965 et 1979 dans le quotidien hollandais Het Vaderland et met en exergue le rôle déterminant joué par de Wispelaere dans l’introduction de la modernité au sein de la prose de Flandre et des Pays-Bas.

  • 5 Cette posture n’a jamais vraiment changé au cours des décennies. Encore récemment, dans l’ouvrage q (...)
  • 6 Il s’agit en particulier des ouvrages Het perzische tapijt (1966), Met kritisch oog (1967) et Facet (...)
  • 7 Je souhaite ici esquisser un bref portrait de de Wispelaere qui tente de rendre compte de sa « post (...)

3Si, au fil des décennies, les affinités littéraires de de Wispelaere se sont encore davantage internationalisées, c’est avant tout en tant que fervent propagateur de l’existentialisme français, du structuralisme et particulièrement du Nouveau Roman qu’il aura marqué l’histoire de la littérature5. Si cette image auctoriale est fondée, Bart Vervaeck a démontré que, dans son innovation critique6, Paul de Wispelaere aura été bien plus sartrien et bien moins structuraliste qu’il ne le prétendait rétrospectivement, par exemple dans Tekst en context (1992). Pour le reste, l’historiographie littéraire7 se souvient avant tout de Paul de Wispelaere comme d’un membre de la rédaction de nombreuses revues littéraires et comme d’un auteur et critique littéraire nuancé qui, intentionnellement, ne pratique pas de séparation nette entre les genres. Les éléments autobiographiques y croisent allègrement l’essai et la fiction. Ce brouillage des frontières s’observe aussi dans la façon dont sa prose abolit les oppositions traditionnelles (nature / culture, mythe / histoire, conservatisme / progrès…), préférant mettre en évidence l’ambivalence qu’elles recèlent. Néanmoins, de Wispelaere ne poussera pas ses expérimentations littéraires aussi loin que certains de ses contemporains, comme Willy Roggeman ou Ivo Michiels, dont la prose est sous-tendue par un questionnement sur la compétence scripturaire générateur d’un défi posé à l’acte de lecture. Enfin, l’anticonformisme de de Wispelaere se retrouve aussi dans ses prises de position idéologiques qui témoignent d’un rejet radical de l’autorité religieuse et politique.

4Il est intéressant de confronter la posture de Paul de Wispelaere critique à la mise en scène de la fonction auctoriale dans son journal d’écrivain Paul-tegenpaul (1970), qui couvre les années 1969 et 1970. Si la mise en contraste des ethè respectifs permet de nuancer l’inscription de l’écrivain, en tant que personnage public, au sein d’une trajectoire institutionnelle bien déterminée, ce travail comparatif permet en outre de mesurer la représentativité de l’ouvrage – dans sa singularité générique – à l’égard des convictions poétologiques défendues par de Wispelaere dans ses écrits critiques.

  • 8 Meizoz (Jérôme), La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, Genève, Slatkine, 2011, p.  (...)
  • 9 Meizoz (Jérôme), La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, op. cit., p. 87.

5On entendra ici le terme ethos dans l’acception circonscrite que lui donne Jérôme Meizoz, pour qui « l’éthos est inféré de l’intérieur d’un discours et ne peut inclure une conduite sociale […]. [L’]ethos s’origine sur le versant discursif, alors que la posture naît d’une sociologie des conduites »8. Dans le cadre de cet article, on envisagera donc l’ethos comme une construction strictement textuelle, et la posture comme la manière dont un auteur « se positionne singulièrement, vis-à-vis du champ littéraire, dans l’élaboration de son œuvre »9.

Paratopie et idéologie

  • 10 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Co (...)
  • 11 Ibidem, p. 85.
  • 12 Ce positionnement paratopique se trouve repris dans certains titres de de Wispelaere, où se trouve (...)

6L’écrivain, selon l’analyse de Dominique Maingueneau, ne dispose pas d’un espace clairement défini. Il témoigne plutôt d’une paratopie : il est « quelqu’un qui n’a pas lieu d’être (aux deux sens de la locution) et qui doit construire le territoire de son œuvre à travers cette faille même »10. Cette faille s’avère véritablement la condition de la création littéraire, puisque l’œuvre se nourrit de cette « impossibilité [de l’écrivain] de s’assigner une véritable place »11. En effet, celui-ci doit rendre des comptes à la fois à l’espace littéraire et à la société. Cette appartenance paratopique se trouve mise en scène dans le premier journal de de Wispelaere12. Elle concerne avant tout des prises de position idéologiques tranchées qui, par effet de ricochet, définissent la posture de l’écrivain tant par son positionnement au sein d’un champ littéraire clairement balisé qu’à l’égard d’une certaine représentation de la société à laquelle il appartient malgré lui. L’alter ego de l’écrivain y exprime un profond dégoût pour une classe politique corrompue, monarchie incluse, dont le conservatisme aveugle révèle l’influence d’une Église catholique trop occupée à manipuler et à museler ses fidèles brebis pour s’intéresser à leurs véritables aspirations. Sa colère fulmine lorsque cette tripartite idéologique (royauté, pouvoir religieux et classe politique), au travers des médias, vient se mêler prétentieusement au champ littéraire, comme c’est le cas lors du décès de l’écrivain flamand Stijn Streuvels (1871-1969) :

  • 13 « Ce que la communauté chrétienne flamande, l’évêque et le roi ont honoré chez [Streuvels], je l’ai (...)

Wat de christen Vlaamse gemeente, bisschop en koning om [Streuvels] hebben gehuldigd, heb ik altijd als een onbegrijpelijke vernedering voor hem beschouwd. […] Wat de Vlaamse kranten ter gelegenheid van zijn dood over hem hebben gepubliceerd, is beschamend en uitermate tekenend voor het niveau van onze dagbladpers. […] Van een werkelijk begrip voor Streuvels’ schrijverschap, of een intelligente evaluatie ervan, geen spoor. (p. 22)13

7Indirectement, de Wispelaere vient ainsi s’inscrire dans une frange spécifique du champ littéraire flamand des années 1960 et 1970, où l’on retrouve d’autres personnalités, majoritairement de gauche. Y figurent des noms prestigieux tels qu’Hugo Claus (1929-2008) et Louis Paul Boon (1912-1979) et d’autres plus marginaux comme Jan Emiel Daele (1942-1978). Tous ces écrivains rejettent l’autorité politique et religieuse précisément du fait de la perméabilité de la frontière censée les séparer. Paul de Wispelaere se fait le défenseur du droit à un espace de création en marge des dictats sociétaux. On pourrait y lire un plaidoyer en faveur d’une légèreté paratopique. Chez lui, l’artiste devient funambule. Il s’éloigne de la masse, ose la différence et contribue ainsi à un mieux-être sociétal :

  • 14 « L’homme joueur, danseur, poète, l’homme dans ses moments d’inutilité et d’extase, dans ses moment (...)

De spelende, dansende, dichtende mens, de mens in zijn ogenblikken van nutteloosheid en extase, in zijn momenten van sterk verhoogd evenwichtsgevoel en van creativiteit, heft op alle mogelijke manieren zijn voeten op om aan zijn staat van plompe tweevoeter te overstijgen. Men kan er slechts een voorteken in zien : de realistische apen die lachten met de eerste, vruchteloze pogingen van de homo erectus, zijn nog steeds apen, hoogstens met uitroeiing bedreigde gorilla’s. (p. 59)14

  • 15 À la suite de sa fusion avec le Rijksuniversitair Centrum Antwerpen et les Universitaire Faculteite (...)
  • 16 Il suffit pour s’en convaincre de visionner ses entrevues d’écrivains sur www.cobra.be, qui ne manq (...)

8Il n’empêche que de Wispelaere est aussi journaliste, notamment au service de la chaîne publique de télévision qui porte à cette époque le nom de brt (p. 115). En outre, à partir de 1972, il devient professeur au sein d’une université fraîchement inaugurée, l’Universitaire Instelling Antwerpen15, cependant très progressiste. Agissant ainsi, il continue en quelque sorte à participer – mais pas nécessairement à se conformer – à la société qu’il dénonce au travers de ses écrits. Si les interventions télévisées et le professorat n’impliquent pas forcément un conformisme béat, loin s’en faut16, ils témoignent sans aucun doute du positionnement paratopique de de Wispelaere.

La mise en scène de soi comme écrivain et critique

9La façon dont l’auteur, dans ses écrits biographiques, procède à la mise en scène de soi influence son image publique. Paul de Wispelaere apparaît tout d’abord comme un auteur dont les écrits se nourrissent tant de sa propre expérience existentielle que de ses filiations artistiques. On y rencontre des dizaines d’intellectuels, d’écrivains et de peintres tels que Michel Seuphor, Paul Valéry, Mondrian ou Hans Robert Jauss. Il y veille aussi sur l’interprétation de sa fiction (p. 14). Sa figure d’auteur se retrouve ainsi entourée d’un réseau artistique et intellectuel contemporain qui ignore toute frontière spatiale ou linguistique.

10C’est à la mise en scène de soi en tant que critique littéraire que le narrateur accorde le plus de soin. L’ouvrage consacre près d’une vingtaine de pages à ce qui différencie le lecteur du critique littéraire. Celui-ci est non seulement un lecteur insatiable, mais aussi un écrivain (p. 94) capable de repérer dans le texte certaines constructions qui, pour la plupart des lecteurs, passeraient inaperçues (p. 90-91). Pour le critique, la lecture implique une série de questionnements obsédants qui pointent vers sa propre écriture à venir (p. 95) et qui empêchent l’abandon libre au plaisir du texte (p. 95) : renvois intertextuels, problématiques d’ordre narratologique, rapports au genre, battements entre réalité et fiction (p. 92), etc. Autre différence notoire avec le lecteur ordinaire : le champ littéraire est ainsi configuré que critiques et auteurs s’y croisent régulièrement. Ces rencontres ont une influence certaine sur l’écrit critique, ne serait-ce qu’en raison de toute une série de rancunes réciproques qui se forgent au fil des années (p. 96).

  • 17 L’ironie concerne ici très probablement le plagiat dont l’avait accusé l’écrivain Piet van Aken (19 (...)
  • 18 « Toute ressemblance accidentelle est par principe exclue. »
  • 19 « Soudainement, je m’aperçois que depuis de nombreuses années je ne lis quasiment plus d’ouvrages s (...)

11Le lecteur attentif remarquera par ailleurs que Paul-tegenpaul recèle toute une série de rapports d’identifications plus ou moins évidents entre le narrateur et ses modèles littéraires. Le texte renferme un réseau de filiations intellectuelles dont on peut se demander parfois s’il ne s’agit pas aussi de jeux stylistiques permettant au narrateur et à son personnage alter ego de se hisser à la hauteur d’un modèle intellectuel admiré afin de lui dérober une part de son capital symbolique. On lit à de nombreuses reprises le constat de convictions littéraires communes. À la page 33, l’alter ego de de Wispelaere remarque qu’il s’est fait plagier par son contemporain allemand Peter Handke. Il ajoute ironiquement17 : » iedere toevallige gelijkenis is principieel uitgesloten » (p. 33)18. L’ouvrage contient également des associations plus subtiles. Ainsi, il est possible de reconnaître dans l’incipit un renvoi à l’une des épigraphes empruntées à Roland Barthes. Le texte principal commence par les mots suivants, où se trouve problématisé le besoin d’écrire engendré par la lecture : « Opeens besef ik dat ik sinds vele jaren haast nooit meer een boek lees zonder de bedoeling of de noodzaak erover te schrijven. » (p. 7)19 Or, l’épigraphe barthésienne, dans Critique et vérité (1966), est celle-ci : « Lire, écrire : d’un désir à l’autre va toute littérature. Combien d’écrivains n’ont écrit que pour avoir lu ? Combien de critiques n’ont lu que pour écrire ? » Ainsi la figure de de Wispelaere se trouve-t-elle mise en scène, partageant les mêmes préoccupations que Barthes. Lorsqu’il ajoute un peu plus loin que lecture et écriture représentent pour lui une véritable addiction à l’égard de laquelle la liberté n’est qu’une modalité de la mort (p. 7), on peut y reconnaître une allusion à une autre épigraphe, cette fois-ci de Jean-Paul Sartre : « Celui-là est orgueilleux ; il écrit pour vivre. »

  • 20 « Cette oscillation continue entre renoncement et besoin, entre absolutiser et relativiser, est pou (...)

12Le jeu de mise en scène de soi concerne encore une autre épigraphe, empruntée au philosophe et diariste suisse Henri-Frédéric Amiel : « J’ai essayé de biffer en moi la vie subjective, je n’ai pu que la tromper et l’étourdir. J’ai tenté de m’impersonnaliser, de me réfugier dans la seule pensée, dans l’existence théorétique [sic], et toujours le besoin pratique d’aimer, d’agir, de posséder, d’être heureux, d’être homme et non pas seulement pur esprit, revient me tourmenter. » On y retrouve le rapport précédemment évoqué entre vie et addiction. La réflexion soulevée par Amiel se trouve à nouveau traitée en pages 149 et 150 pour aboutir au constat suivant, où se confondent la pensée d’Amiel et celle du narrateur : « Die voortdurende schommeling tussen onthechting en behoefte, tussen verabsoluteren en relativeren, is voor mij een spiegel van zelfherkenning. »20

13Un dernier exemple, à l’aide d’un autre diariste de renom. Lorsque l’alter ego de de Wispelaere consulte le Journal de Kafka, sa lecture le fait buter constamment sur la même phrase :

  • 21 « Heute nichts geschrieben. Idée d’un ouvrage qui ne consisterait qu’en la répétition infinie de ce (...)

Heute nichts geschrieben. De gedachte aan een boek dat louter uit een eindeloze herhaling van deze zin zou bestaan en de authentieke expressie van een gekweld schrijven zou zijn. (p. 144)21

  • 22 « Ce sera une journée remplie d’aversion pour l’écriture, je le sais déjà. »

14La description de la journée suivante dans le journal de de Wispelaere, est entièrement placée sous le signe de l’écriture impossible : « Het wordt een dag vol weerzin tegen het schrijven, dat weet ik nu al. » (p. 145)22 Par ce biais, la figure de de Wispelaere, sans que le journal ne le mentionne littéralement, rejoint celle de l’écrivain tiraillé, telle que le narrateur la retrouve dans le Journal de Kafka. Notons que, non sans ironie, la journée en question se trouve être la plus détaillée et la plus longuement décrite de tout l’ouvrage. Dès lors, s’il dépeint l’impossibilité d’écrire, le contenu se trouve parallèlement contredit par une forme qui témoigne d’une prolixité certaine.

Ces contradictions qui nous composent

  • 23 « ce journal d’écrivain ».
  • 24 « Tous les journaux personnels, publiés du vivant d’un auteur ou trouvés après sa mort sous la coue (...)
  • 25 « Le premier anniversaire du décès de mon père. »
  • 26 « Une des rares soirées chez Willy et Annie. »
  • 27 Lejeune (Philippe ) & Bogaert (Catherine), Un journal à soi. Histoire d’une pratique, Paris, Textue (...)

15Il est possible d’attribuer le dualisme identitaire qui marque l’ethos de Paul de Wispelaere à la dynamique contradictoire qui sous-tend l’ensemble de son œuvre. Ainsi par exemple, l’ouvrage Paul-tegenpaul peut être considéré comme un journal d’écrivain qui contredit son appartenance générique. Si la couverture n’annonce aucun genre, le grand titre mentionne « Paul-tegenpaul. 1969-1970 » et le rabat évoque « dit schrijvers-dagboek »23. De même, l’épigraphe empruntée à l’écrivain néerlandais Remco Campert affirme le genre diariste, tout en s’interrogeant sur sa nature : « Alle dagboeken, gepubliceerd bij het leven van een schrijver of na zijn dood zo goed als persklaar onder het matras van zijn maîtresse gevonden, zijn dagboeken geschreven in de stijl van een dagboek. »24 Quant aux fragments qui composent l’ouvrage, ils ne sont pas datés, même si certains débutent par une mention temporelle, parfois très vague, comme « De eerste verjaardag van de dood van mijn vader » (p. 11)25 ou deux pages plus loin : « Eén van de zeldzame avonden bij Willy en Annie. » (p. 13)26 Tout en questionnant le genre et l’ambiguïté qu’il entretient, Paul-tegenpaul ne répond donc pas à la définition canonique donnée par Philippe Lejeune au journal personnel : « une série de traces datées »27. Les fragments reflètent une ambivalence analogue : les réflexions d’ordre poétologique s’y mêlent aux détails intimistes issus de la vie strictement privée dévoilés sans pudeur aucune. L’autobiographie y entrelace l’affabulation, la fiction, l’essai et la théorie littéraire.

  • 28 C’est notamment de cette façon que de Wispelaere lit Claude Simon. Voir Vervaeck [Bart], Paul de Wi (...)
  • 29 « La mise en forme littéraire de cette opposition. » Vervaeck (Bart), « Literatuur als structuur en (...)
  • 30 Ibidem, p. 100.
  • 31 Ibidem, p. 94.

16Paul-tegenpaul fait fi de toute logique hégémonique, oublie la rationalité28 et met plutôt en évidence les contradictions auxquelles est soumise la condition humaine, ce qui ne l’empêche pas de mettre en scène – nous l’avons vu – un jeu de filiation aux ramifications parfois subtiles qui pointe vers une structure maîtrisée. Paul de Wispelaere constitue un plaidoyer en faveur d’une prose qualifiée de « moderne » qui trouve son inspiration dans la pensée de Sartre et dans le Nouveau Roman. Elle part du constat de la contingence à laquelle sont soumises la conscience humaine et l’expérience du réel. Le réel est tel qu’il est « pour soi », tandis que l’accès au réel « en soi » demeure impossible. Il n’y a pas d’échappatoire à cette alternative. Le roman moderne représente pour de Wispelaere « de literaire vormgeving van die tegenstelling »29. En lieu et place de l’illusion réaliste du roman traditionnel, de Wispelaere prône un réalisme honnête, respectueux de l’impossibilité de l’accès à toute connaissance objective du réel, où l’authenticité ne peut être trouvée au-delà de l’aveu de la fiction30. La création coïncide chez lui avec la destruction d’une acception de la réalité qui en fait ressurgir une autre : l’œuvre d’art autonome, différente de la réalité première dont elle se fait par conséquent la négation31. C’est en adoptant cette perspective que le lecteur est probablement le plus à même d’interpréter le titre du journal : Paul-tegenpaul. Il suggère une disputatio, où un pôle, « Paul », se retrouve aussi dans l’autre – « tegen » signifie « contre » – tout en ne l’excluant pas. Ainsi, la complexité de l’individu se trouve-t-elle affirmée par la diversité des perspectives auxquelles celui-ci se trouve soumis, tout comme c’est le cas chez de nombreux représentants du Nouveau Roman. Notons au passage que le genre du journal, par son caractère autobiographique et morcelé, se prête merveilleusement à l’exercice : l’identité s’y trouve étalée, différée, voire éclatée, au fil des pages, au gré de la fragmentation qui régit les entrées. Dès lors, rien n’empêche l’auteur de donner libre cours à la contradiction, volontairement ou non. Cette démarche se trouve ratifiée dans Paul-tegenpaul où, d’un paragraphe à l’autre, la narration hésite dans l’auto-désignation, tantôt à la première personne du singulier et tantôt à la troisième. Ces fragments identitaires confirment, chacun, la diversité de visages possibles dont se compose l’ethos de Paul de Wispelaere. Ainsi, l’ouvrage contredit l’achèvement de l’ethos. Ce choix conscient pour la multiplicité contradictoire, le narrateur l’associe à ce qu’Anatole France appelait « la volupté de l’intelligence » (p. 36) :

  • 32 « C’est une attitude qui m’autorise à souhait à me dédoubler, voir à la fois le pour et le contre d (...)

Het is een houding die mij toelaat mij naar hartelust te ontdubbelen, van alles en iedereen tegelijk het pro en het contra te zien, mij achtereenvolgens op verschillende en tegengestelde standpunten te plaatsen, met mijzelf te dialogeren, uiteenlopende personages in mij te laten opstaan. (p. 36)32

17Viennent s’ajouter de nombreux passages autoréflexifs qui mettent en exergue, par leur scénographie, la modernité de la prose de de Wispelaere. Le passage suivant met en scène un jeu de miroirs entre l’alter ego de l’auteur regardant par la fenêtre la campagne environnante, tout en se voyant réfléchi par cette même fenêtre, assis dans son bureau, espace de lettres par excellence. La frontière entre le réel et la représentation littéraire se fait floue. En bruit de fond, Gerda, la compagne de l’écrivain, entonne un chant à l’éloge du sexe de l’écrivain :

  • 33 « Je ne peux pas m’empêcher de regarder : dans la fenêtre, je me vois assis, c’est à la fois une fe (...)

[I]k kan mezelf het kijken niet beletten : in het raam zie ik mij zitten, het is een doorzichtige ruit en een zwarte spiegel tegelijk : op de achtergrond de lichtzoom van het dorp, op een nachtelijk decor van bomen geprikt, op de voorgrond ikzelf, acteur en toeschouwer, als een borstbeeld uitstekend boven de schrijftafel, […] omsingeld en ingesloten door stapels papieren en boeken, verstard – uit het dolle leven klinkt haar stem, niet bereid om toe te geven : het is een liedje over mijn kloten, die smaken naar paddestoelen en onrijpe noten. (p. 54-55)33

18La réflexion sur le rapport complexe entre littérature et réalité se trouve ainsi ramenée au niveau des instincts vitaux, rappelant l’épigraphe tirée d’Amiel. Le jeu de miroirs se poursuit lorsque le narrateur rappelle le rôle prédominant joué par Flaubert dans l’introduction de la modernité dans la prose :

  • 34 « Flaubert est à la prose ce que son contemporain Baudelaire était à la poésie : le début de la con (...)

Flaubert is voor het proza wat zijn tijdgenoot Baudelaire was voor de poëzie: het begin van het moderne artistieke bewustzijn dat zichzelf als in een spiegel wantrouwig gadeslaat. Zich zien schrijven en weten dat men zichzelf ziet schrijven. Vandaar de angstige twijfel aan de authenticiteit, want geen enkele herinnering, geen enkel denkproces, geen enkel woord ontsnapt nog aan de dubbelzinnigheid van de reflexie. (p. 134)34

  • 35 « Le paradoxe, la contradiction, c’est la langue même. »

19La métaréflexion qui accompagne tout geste d’écriture a un impact sur le statut accordé à la langue. Conformément aux convictions poétologiques de de Wispelaere, la langue façonne le réel tout en le détruisant, comme si s’ajoutait au plaisir du texte l’incessant rappel du geste d’écriture qui le fonde et qui vient détruire l’illusion autant qu’il la crée. L’écriture permet de questionner la prétendue cohérence du réel. Elle en isole certains traits et leur accorde une autonomie sur papier (p. 118). Les combinaisons nouvelles, par leur caractère inattendu, interrogent à la fois leur propre authenticité et la véracité du réel. « De paradox, de tegenstrijdigheid, is de taal zelf », lit-on à la page 3535.

La mise en scène de soi comme diariste

  • 36 Si la pratique du journal d’écrivain expérimental semble populaire dans les années 1960, les expéri (...)
  • 37 Sergier (Matthieu), « Vlaamse dagboekexperimenten en de jaren 1960 (en daarna). Enkele zijdelingse (...)

20Que Paul de Wispelaere se profile comme diariste expérimental peut être relié à la popularité de ce genre parmi les écrivains expérimentaux des années 1960 et 1970 : Ivo Michiels (1923-2012) – que l’on peut citer ici parmi les précurseurs –, Jan Emiel Daele (1942-1978), René Gysen (1927-1969), Marc Insingel (1935), Daniël Robberechts (1937-1992), Willy Roggeman (1934), Julien Weverberg (1930) et Jan Walravens (1920-1965) sont tous associés à la mouvance expérimentale de la prose d’après-guerre et se sont tous essayés de près ou de loin au genre diariste36. Dans un article précédent, j’ai tenté de démontrer que cette popularité générique s’expliquait tant par des raisons socioculturelles que par des raisons philosophiques37. Historiquement, le journal personnel a toujours été considéré comme un genre subversif pratiqué par les minorités, les opprimés, les marginaux, ceux dont l’identité se trouvait menacée par le discours dominant. Parallèlement, le genre offre beaucoup de liberté, tant en ce qui concerne son contenu – on peut y écrire, voire y rapporter ce que l’on veut, la seule contrainte étant la forme bidimensionnelle et le format papier – que par sa forme dont la seule contrainte est limitée à la datation et la discontinuité. Pour le reste, le diariste jouit d’une liberté inconditionnelle, qui cadre parfaitement avec l’époque contestataire des années 1960 où il est « interdit d’interdire ». L’ethos de Paul de Wispelaere rejoint ainsi une posture que nous avons analysée précédemment : celle d’un écrivain inscrit dans un réseau d’artistes contemporains, contestataires et expérimentaux. Remarquons par ailleurs que les écrits critiques de de Wispelaere mettent en avant ces mêmes écrivains en les intégrant dans sa conception de la prose « moderne ». Paul de Wispelaere fonctionne en quelque sorte à la fois comme l’un de leurs représentants (bien davantage comme penseur que comme prosateur) et comme leur porte-parole.

  • 38 « Je pense, fasciné : il ne peut pas mourir, il est le Survivant. »
  • 39 « Je le ramasse et vois que Gerda, à l’arrière, a écrit à l’encre mauve : Et nous ferons de chaque (...)

21Enfin, il s’agit de se demander si la contestation typique des années 1960 telle qu’elle fut vécue par de Wispelaere ne s’assortit pas, dans son écriture, d’une insatisfaction quant à l’expérience d’un certain régime d’historicité. Insatisfaction en ce qui concerne l’histoire telle qu’elle fut vécue à laquelle pourrait s’associer une préoccupation de la mortalité. En ce sens, le journal fonctionne comme genre par excellence pour mettre le temps au défi : le diariste respecte le temps du calendrier, l’écoulement imperturbable du temps dont l’horizon n’est autre que la mort, mais en même temps, c’est bien le diariste qui, par sa pratique, façonne un temps singulier. On a observé que Paul-tegenpaul ne respectait pas le temps du calendrier ; le déroulement chronologique s’y trouve clairement substitué par le temps de la composition. Les entrées du journal demeurent vagues. Le lecteur attentif remarque que les premières pages évoquent le topos du mois de septembre, avec son ensoleillement descendant et l’endormissement progressif de la nature qui rappellent subrepticement la mortalité de l’homme. Cependant, ce sont ces mêmes souvenirs qui font revivre le passé dans le présent, où il sera détruit par le geste d’écriture qui l’immortalise tout en soulignant son caractère factice. Ainsi, le décès de l’écrivain Ed Hoornik le 3 mars mène à toute une série de situations qui remettent en question sa mortalité, et donc la temporalité eschatologique : cinq semaines après leur dernière rencontre à l’occasion d’une entrevue sur les plateaux de la brt, le narrateur visionne, au lendemain du décès de Hoornik, la retransmission télévisée de l’entretien : « Ik denk, gefascineerd : hij gaat niet dood, hij is de Overlevende. » (p. 117)38 Lorsqu’il prend des notes relatives à l’acceptation de la mort telle qu’Ed Hoornik l’explique à la télévision, le carnet lui tombe des mains. « Ik raap het op en zie dat Gerda in paarse inkt op de achterkant geschreven heeft : Et nous ferons de chaque jour toute une éternité d’amour, que nous vivrons à en mourir. G. Moustaki. » (p. 118)39 Encore un jour plus tard, le 6 mars, le narrateur reçoit dans sa boîte aux lettres une invitation de la part de son éditeur Meulenhoff :

  • 40 « Date : 25 février. À cause de la grève de la poste bruxelloise, il a mis tant de temps à me parve (...)

Datum: 25 februari. Door de staking in de Brusselse post is hij zo lang onderweg geweest.
« Aan de vrienden van Ed Hoornik. Op 9 maart wordt Hoornik zestig… Ter gelegenheid van die zestigste verjaardag nodigen redactie en uitgevers van De Gids zijn vrienden uit hem zaterdag 7 maart tussen 5 en 7 uur te komen feliciteren in de receptiezaal van zijn uitgever. »
En onderaan, eigenhandig eraan toegevoegd met blauwe balpunt: je komt toch, Paul?
(p. 118)40

  • 41 « Tout événement et toute expérience n’ont lieu qu’une seule fois, mais c’est justement pour cette (...)

22Ce passage contribue à construire la posture d’un écrivain qui refuse de reconnaître le caractère linéaire du temps, préférant le défi par le biais de la pratique scripturale. Dans l’écriture diariste telle que la pratique de Wispelaere, la mort n’empêche pas le défunt de continuer à vivre au travers de toute une série de détails qui font ressurgir le passé. Les convictions poétologiques de de Wispelaere nous apprennent qu’il ne s’agit pas ici d’une forme de nostalgie, puisque toute résurgence du passé s’accompagne d’une destruction qui entérine son caractère révolu. Cette attitude par rapport au passé ne changera guère vingt-deux années plus tard, lorsque de Wispelaere publiera son second journal, Het verkoolde alfabet (1992) : « Alle gebeurtenissen en ervaringen zijn volstrekt eenmalig, maar juist om die reden moeten ze in de herinnering blijven voortbestaan. De herinnering is het domein waar het voorbije als voorbij, het verlorene als verloren en het onbereikbare als onbereikbaar moeten worden bewaard. Dat is haar paradoxale functie. » (p. 72)41

Conclusion

  • 42 Vandevoorde (Hans), « Le nouveau journal in de Nederlandse literatuur. De experimentele encyclopedi (...)

23La confrontation de la posture de l’écrivain Paul de Wispelaere à la figuration auctoriale telle qu’elle se trouve mise en scène dans le journal Paul-tegenpaul (1970) permet d’explorer trois ethè majeurs. Tout d’abord l’ethos d’un écrivain adoptant consciemment un positionnement singulier que nous avons qualifié, selon Maingueneau, de « paratopique ». Chez de Wispelaere, cette paratopie se caractérise par une littérature critiquant fermement le conservatisme de l’idéologie sociétale dominante. Vient ensuite l’ethos du critique littéraire, auquel l’ouvrage accorde une place toute particulière. Moyennant des constructions stylistiques d’une complexité variable, cet ethos se trouve associé à toute une série de noms prestigieux (Barthes, Sartre, Amiel, Kafka…) et met en place un réseau de filiations artistiques où l’alter ego auctorial occupe une place de choix. Enfin, l’ethos de de Wispelaere diariste fait percevoir le rôle prépondérant du journal personnel dans son œuvre, tant par ses affinités avec le contexte socioculturel contestataire des années 1960 et 1970 que par son illustration des convictions poétologiques que de Wispelaere a défendues au long de sa carrière. Si l’on considère la représentativité du journal de de Wispelaere par rapport à son approche de la prose « moderne », on remarque que Paul-tegenpaul se trouve principalement déterminée par la construction de l’ethos et par la singularité de la pratique du journal personnel. Par son choix d’un genre littéraire où l’expérimentation va davantage de soi que dans d’autres formes littéraires, de Wispelaere s’allie à une posture certes moins osée que celle adoptée par le Nouveau Roman, mais son traitement du genre aura largement contribué au renouveau du journal d’écrivain d’après-guerre, au point que d’aucuns se demanderont quelques décennies plus tard s’il n’y avait pas lieu de parler d’un « nouveau journal », en écho au Nouveau Roman42.

  • 43 « Je dois d’abord m’arrêter un moment, elle tient l’appareil devant son œil gauche, me vise, je sui (...)
  • 44 L’image rappelle fortement la couverture de la première édition de Paul-tegenpaul où l’on voit Paul (...)

24La diégèse de Paul-tegenpaul se clôture par une photo de de Wispelaere prise par sa partenaire Gerda : « Ik moet eerst even stilstaan, zij houdt het toestel voor haar linkeroog, neemt mij in het vizier, ik ben een plaatje. Langzaam loop ik op haar toe. » (p. 172)43 Le figement de la photo qui capture l’image de l’alter ego de l’écrivain se trouve immédiatement contrebalancé par le mouvement qu’entame le personnage en direction du photographe. Peut-être pour se montrer sous un autre angle ? De plus près ? De trop près ? Pour perdre la vision d’ensemble ? Comme si de Wispelaere s’échappait toujours du cadre dans lequel on tente de le capturer, laissant « autre » chose derrière lui, laissant libre cours à la destruction à laquelle s’était assortie la construction scripturaire de son portrait44. Comme si assigner sa place à l’auteur revenait à céder sa place à l’autre. Comme si pointer l’auteur revenait à le poinçonner, le creuser. Non, on ne sera pas parvenu à l’encadrer.

Haut de page

Notes

1 Citons notamment : « Paul de Wispelaere, écrivain dialectique », trad. du néerlandais par V. Cuziol, dans Septentrion, vol. 13, n° 3, Rekkem, décembre 1984, p. 37-39 ; Buyck (Paul), « La littérature et son étude en Flandre : Paul de Wispelaere », trad. du néerlandais par J. Fermaut, dans Septentrion, vol. 17, n° 4, Rekkem, 1988, p. 77-78 ; Musschoot (Anne Marie), « Prix triennal des Lettres néerlandaises attribué à Paul de Wispelaere », trad. du néerlandais par W. Devos, dans Septentrion, vol. 28, n° 1, Rekkem, mars 1999, p. 84-86. ; Musschoot (Anne Marie), « Paul de Wispelaere. Écrire sa vie », dans Septentrion, vol. 23, n° 1, Rekkem, 1994, p. 36-39 (http://www.dbnl.org/tekst/_sep001199401_01/_sep001199401_01_0008.php, consulté le 20 août 2013).

2 On peut mentionner ici, Bousset (Hugo) [intro. et choix], Prose flamande d’aujourd’hui, trad. du néerlandais par Albert Bontridder, Bruxelles/Paris, La longue vue/La pie sur le gibet, 1988 ; Venaille (Franck) [préface] & Musschoot (Anne Marie) [introduction], Littérature en Flandre : 33 auteurs contemporains, Bordeaux, Le castor astral, coll. Escales du Nord, 2003.

3 De Wispelaere (Paul), trad. Par Charles Franken, L’Alphabet calciné. Journal 1990-1991, Bordeaux, Le Castor astral, coll. Escales des Lettres, 2006.

4 Vervaeck (Bart), éd., Paul de Wispelaere. De moderne roman, Gent, Acadmia Press, 2011.

5 Cette posture n’a jamais vraiment changé au cours des décennies. Encore récemment, dans l’ouvrage qu’il a consacré à Paul de Wispelaere, Bart Vervaeck explique à propos de l’intérêt de de Wispealere pour le Nouveau Roman : « Over dat onderwerp heeft Paul de Wispelaere een groot aantal toonaangevende essays gepubliceerd, die allemaal getuigen van zijn grondige kennis van het fenomeen. Genuanceerd, kritisch en enthousiast informeerde hij het Nederlandstalige literaire veld over deze belangrijke Franse vernieuwing. Samen met Hector-Jan Loreis, die in 1967 een op het existentialisme gerichte studie over de nouveau roman publiceerde, werd Paul de Wispelaere op die manier de Vlaamse gatekeeper van de nouveau roman. » / « Paul de Wispelaere a écrit un nombre important d’essais majeurs sur le sujet. Tous témoignent de sa connaissance approfondie du phénomène. De façon nuancée, critique et enthousiaste, il a informé le champ littéraire flamand de cette importante innovation française. Avec Hector-Jan Loreis, qui publia en 1967 une étude d’orientation existentialiste portant sur le Nouveau Roman, Paul de Wispelaere devint ainsi le défenseur flamand du Nouveau Roman. » (Vervaeck [Bart], Paul de Wispelaere. De moderne roman, op. cit., 2011, p. 8)

6 Il s’agit en particulier des ouvrages Het perzische tapijt (1966), Met kritisch oog (1967) et Facettenoog (1968).

7 Je souhaite ici esquisser un bref portrait de de Wispelaere qui tente de rendre compte de sa « posture ». Je me limite dès lors à une synthèse des sources biographiques et historiographiques les plus couramment utilisées en littérature néerlandaise : Van Bork (Gerrit Jan) et Verkruijsse (Pieter Jozias), éd., De Nederlandse en Vlaamse auteurs van middeleeuwen tot heden met inbegrip van de Friese auteurs, De Haan, Weesp, 1985, (http://www.dbnl.org/tekst/bork001nede01_01/bork001nede01_01_1463.php, consulté le 26 août 2013) ; Brems (Hugo), Altijd weer vogels die nesten beginnen. Geschiedenis van de Nederlandse literatuur 1945-2005, Amsterdam, Bert Bakker, 2006 ; Van Aken (Paul), « Paul de Wispelaere », dans Zuiderent (Ad.), Brems (Hugo) & Van Deel (Tom), éd., Kritisch literair lexicon, Den Haag, Martinus Nijhoff, november 1999. Mentionnons par ailleurs la monographie dirigée par Spinoy (Erik), Mythe en geschiedenis. De wereld van Paul de Wispelaere, Brussel, vubPress, 2003.

8 Meizoz (Jérôme), La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, Genève, Slatkine, 2011, p. 86-87. Je ne souhaite pas m’étendre ici sur le débat terminologique qui entoure les concepts de posture et d’ethos. Si elle se révèle particulièrement passionnante, cette discussion déborde l’objet de la présente contribution. Les frontières parfois opaques qui séparent les deux notions et d’autres notions apparentées ont fait l’objet de l’article : Sergier (Matthieu), « Wachten op de androgyn. Paratopie, scenografie en ethos aan de hand van Jan Emiel Daele Een placenta, De achtervolgers en De moedergodinnen », à paraître dans Sergier (Matthieu), Vandevoorde (Hans) & Van Zoggel (Marc), éd., Cahier voor literatuurwetenschap, numéro spécial, Over de auteur, Gand, Academia Press, coll. Ginkgo, n° 6, 2014.

9 Meizoz (Jérôme), La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, op. cit., p. 87.

10 Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, coll. U, 2004, p. 85.

11 Ibidem, p. 85.

12 Ce positionnement paratopique se trouve repris dans certains titres de de Wispelaere, où se trouve exprimée la difficulté de trouver un lieu à soi : Een eiland worden (1963), Tussen tuin en wereld (1978), Mijn huis is nergens meer (1982).

13 « Ce que la communauté chrétienne flamande, l’évêque et le roi ont honoré chez [Streuvels], je l’ai toujours considéré comme une humiliation pour lui. […] Ce que les journaux flamands ont publié sur lui à l’occasion de sa mort est honteux et extrêmement représentatif du niveau de nos quotidiens. […] Aucune trace d’une véritable compréhension ou d’une véritable évaluation de l’écriture de Streuvels. »

14 « L’homme joueur, danseur, poète, l’homme dans ses moments d’inutilité et d’extase, dans ses moments de sensation élevée d’équilibre et de créativité, lève de toutes les façons possibles ses pieds afin de dépasser son état de bipède lourdaud. On ne peut qu’y voir un présage : les singes réalistes qui se moquèrent des premières tentatives infructueuses de l’homo erectus, sont restés singes, au mieux des gorilles menacés d’extinction. »

15 À la suite de sa fusion avec le Rijksuniversitair Centrum Antwerpen et les Universitaire Faculteiten Sint-Ignatius Antwerpen en 2003, la uia devint l’actuelle Universiteit Antwerpen.

16 Il suffit pour s’en convaincre de visionner ses entrevues d’écrivains sur www.cobra.be, qui ne manquent pas d’originalité.

17 L’ironie concerne ici très probablement le plagiat dont l’avait accusé l’écrivain Piet van Aken (1920-1984) dans la revue De Periscoop après sa lecture de Scherzando ma non tropo (1959) et de Een eiland worden (1963).

18 « Toute ressemblance accidentelle est par principe exclue. »

19 « Soudainement, je m’aperçois que depuis de nombreuses années je ne lis quasiment plus d’ouvrages sans l’intention ou la nécessité d’écrire à leur propos. »

20 « Cette oscillation continue entre renoncement et besoin, entre absolutiser et relativiser, est pour moi un miroir de l’auto-reconnaissance. »

21 « Heute nichts geschrieben. Idée d’un ouvrage qui ne consisterait qu’en la répétition infinie de cette phrase et serait l’expression authentique d’une écriture tourmentée. »

22 « Ce sera une journée remplie d’aversion pour l’écriture, je le sais déjà. »

23 « ce journal d’écrivain ».

24 « Tous les journaux personnels, publiés du vivant d’un auteur ou trouvés après sa mort sous la couette de sa maîtresse, prêts à l’impression, sont des journaux rédigés dans le style du journal. »

25 « Le premier anniversaire du décès de mon père. »

26 « Une des rares soirées chez Willy et Annie. »

27 Lejeune (Philippe ) & Bogaert (Catherine), Un journal à soi. Histoire d’une pratique, Paris, Textuel, 2003.

28 C’est notamment de cette façon que de Wispelaere lit Claude Simon. Voir Vervaeck [Bart], Paul de Wispelaere. De moderne roman, op. cit., 2011, p. 33.

29 « La mise en forme littéraire de cette opposition. » Vervaeck (Bart), « Literatuur als structuur en existentie. De romanpoëtica van Paul de Wispelaere », dans Spinoy (Erik), éd., Mythe & Geschiedenis, op. cit., p. 93.

30 Ibidem, p. 100.

31 Ibidem, p. 94.

32 « C’est une attitude qui m’autorise à souhait à me dédoubler, voir à la fois le pour et le contre de tout et de tout le monde, me placer successivement à des points de vue différents et opposés, dialoguer avec moi-même, laisser se lever en moi des personnages divers. » Que l’ambivalence soit un choix de vie, le narrateur le confirme à la page 124 : « Voor de boeiende, niet zelden geniepige, soms beklemmende, allicht wel decadente ervaring van ambivalente situaties heb ik ook in het leven zelf een voorkeur. De dialektische beweging van binden en losmaken vormt er meestal het patroon van. » « Dans la vie aussi, ma préférence va vers l’expérience passionnante, fréquemment sournoise, parfois oppressante, très probablement décadente de situations ambivalentes » (p. 124).

33 « Je ne peux pas m’empêcher de regarder : dans la fenêtre, je me vois assis, c’est à la fois une fenêtre transparente et un obscur miroir : en arrière-fond l’orée éclairée du village, épinglée sur un décor nocturne boisé, à l’avant-plan moi-même, acteur et spectateur, tel un buste qui dépasse du pupitre, […] entouré et enfermé par des piles de papiers et d’ouvrages, figé – sa voix me parvient depuis la vie folle, pas disposée à céder : c’est une chanson sur mes couilles, qui goûtent les champignons et les noix vertes. »

34 « Flaubert est à la prose ce que son contemporain Baudelaire était à la poésie : le début de la conscience artistique moderne qui se contemple dans un miroir avec méfiance. Se voir écrire et savoir qu’on se voit écrire. De là le doute angoissant de l’authenticité, parce qu’aucun souvenir, aucune chaîne de pensées, aucun mot n’échappe encore à cette ambivalence de la réflexion. »

35 « Le paradoxe, la contradiction, c’est la langue même. »

36 Si la pratique du journal d’écrivain expérimental semble populaire dans les années 1960, les expérimentations littéraires avec la prose, elles, débutent dès les années 1950. Pour une vue d’ensemble, je renvoie à Vervaeck (Bart), « Vlaams experimenteel proza in de jaren vijftig », dans Spiegel der letteren, vol. 48, n° 4, 2006, p. 403-426.

37 Sergier (Matthieu), « Vlaamse dagboekexperimenten en de jaren 1960 (en daarna). Enkele zijdelingse bedenkingen », dans Kiedron (Stefan), éd., Neerlandica Wratislaviensia, numéro spécial, Literatuur en cultuur uit de Lage Landen, Wroclaw, Wydawnictwo Universytetu Wroclawskiego, vol. 20, p. 147-158. Je renvoie aussi à l’article introductif de Sergier (Matthieu) & Vanderlinden (Sonja), éd., Interférences littéraires / Literaire interferenties, vol. 9, numéro spécial, Le Journal d’écrivain. Les libertés génériques d’une pratique d’écriture, novembre 2012, p. 7-14.

38 « Je pense, fasciné : il ne peut pas mourir, il est le Survivant. »

39 « Je le ramasse et vois que Gerda, à l’arrière, a écrit à l’encre mauve : Et nous ferons de chaque jour toute une éternité d’amour, que nous vivrons à en mourir. G. Moustaki. »

40 « Date : 25 février. À cause de la grève de la poste bruxelloise, il a mis tant de temps à me parvenir. “Aux amis de Ed Hoornik. Le 9 mars, Hoornik aura soixante ans… À l’occasion de ce soixantième anniversaire, la rédaction et les éditeurs de De Gids invitent ses amis le samedi 7 mars entre 5 et 7 heures à venir le fêter dans la salle de réception de son éditeur.” Et en bas, écrit de sa propre main au stylo bleu : tu viendras, Paul, n’est-ce pas ? »

41 « Tout événement et toute expérience n’ont lieu qu’une seule fois, mais c’est justement pour cette raison qu’ils doivent continuer à exister dans le souvenir. Le souvenir est le domaine où ce qui est révolu est conservé comme étant révolu, ce qui est perdu comme étant perdu et ce qui est inatteignable comme étant inatteignable. C’est là sa fonction paradoxale. »

42 Vandevoorde (Hans), « Le nouveau journal in de Nederlandse literatuur. De experimentele encyclopedische roman : tussen archief en autofictie », dans Studia Germanica Gandensia Libri, Gand, 2009, p. 43-56 ; Vandevoorde (Hans), « “Het leven is niet goed.” Jan Biorix als exponent van “le nouveau journal” », dans Bernaerts (Lars), Vandevoorde (Hans) & Vervaeck (Bart), éd., Jan Walravens en het experiment, Gent, Academia Press, 2011, p. 199-213.

43 « Je dois d’abord m’arrêter un moment, elle tient l’appareil devant son œil gauche, me vise, je suis un cliché. Lentement, je la rejoins. »

44 L’image rappelle fortement la couverture de la première édition de Paul-tegenpaul où l’on voit Paul de Wispelaere de face portant un grand cadre qui montre une jeune femme dans un décor végétal. Là aussi, l’auteur est caché, rendu quasiment invisible, il échappe à l’encadrement de la couverture par le biais d’un autre cadre, comme si la représentation artistique empêchait l’accès à la personne réelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Sergier, « Du « Nouveau Roman » au « nieuwe journaal » », Textyles, 46 | 2015, 93-107.

Référence électronique

Matthieu Sergier, « Du « Nouveau Roman » au « nieuwe journaal » », Textyles [En ligne], 46 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/2583 ; DOI : 10.4000/textyles.2583

Haut de page

Auteur

Matthieu Sergier

Université Saint-Louis-Bruxelles & Université catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org