Navigation – Plan du site
Les passeurs

Georges Khnopff ou la reconversion cosmopolite de l’homme de lettres

Clément Dessy
p. 47-67

Texte intégral

Georges Khnopff

Georges Khnopff

Réserve précieuse de l'Université libre de Bruxelles

1Lorsqu’elle évoque le peintre Fernand Khnopff, la critique omet souvent de citer son prénom. Elle entretient ainsi une confusion tenace avec un autre Khnopff beaucoup moins connu, Georges, le frère de l’artiste. Né le 7 septembre 1860 à Grembergen, Georges Khnopff est le cadet de deux ans de Fernand. Comme ce dernier, il reste imprégné de l’atmosphère de Bruges, où sa famille a vécu entre 1861 et 1866 avant de s’installer à Bruxelles.

  • 1 Cf. notamment Delsemme (Paul), Teodor de Wyzewa et le Cosmopolitisme littéraire en France à l’époqu (...)
  • 2 Lenoir (Andrée), Georges Khnopff. Un esthète oublié, Mémoire [Travail de fin d’études], Université (...)
  • 3 Busine (Laurent), « To Sir Edward Burne-Jones from Fernand Khnopff », dans Fernand Khnopff 1858-192 (...)

2Les origines des Khnopff, quand elles peuvent être attestées, fournissent assez de prétextes au peintre et au poète pour se réclamer d’un « cosmopolitisme »1 européen, terme alors privilégié. Les ascendances viennoises et portugaises de la famille sont attestées2 et l’on se souviendra que Fernand Khnopff faisait état des mystérieuses origines anglaises de sa famille3.

  • 4 Lenoir (Andrée), op. cit., pp. 43-47.
  • 5 Les dénonciations atteignent leur paroxysme dans La Jeune Belgique dans deux articles (Max Waller, (...)

3On ne peut cependant superposer les trajectoires des deux frères, celle de l’artiste peintre et celle de l’homme de lettres, qui évoluèrent selon des voies à tel point inverses que si, à ses débuts, la poésie de Georges devança peut-être en notoriété la peinture de Fernand (du moins dans les milieux littéraires), sa cote ne tarda pas à s’effondrer. Figurant parmi les initiateurs et défenseurs du vers libre en Belgique, Georges Khnopff, après être apparu comme un espoir fulgurant de la jeune génération poétique, fut rapidement accusé par la revue Lutèce en décembre 1884, d’avoir pillé l’œuvre de Paul Verlaine4. La Jeune Belgique le défendit tout d’abord pour ensuite se détourner de lui et l’éreinter sur la base de ces mêmes allégations. En effet, le passage de Georges Khnopff à L’Art moderne d’Edmond Picard a été vécu comme une trahison par La Jeune Belgique et son directeur, Max Waller. En 1887, ce dernier reprit donc à son compte les accusations de plagiat afin de ternir la réputation littéraire du poète5.

  • 6 Cet état d’esprit du poète est évoqué dans une lettre d’Albert Mockel à Émile Verhaeren (Liège, [18 (...)
  • 7 Lenoir, op. cit., pp. 142-147.
  • 8 Georges Khnopff comme Georges Dwelshauvers, professeur à l’Université libre de Bruxelles, furent fo (...)

4Échaudé, Georges Khnopff, figure type de l’esthète mondain réticent à laisser imprimer ses vers6, s’enferme dans une tour d’ivoire toute fin de siècle en refusant désormais de livrer au public le moindre texte. Musicien et wagnérien fervent, il tente d’organiser des concerts aux ambiances intimistes et élitistes, en fondant en 1894 la « Société des Nouveaux concerts », mais cette entreprise vire au fiasco financier malgré la participation de Franz Servais et de Richard Strauss7. Afin de poursuivre son activité au sein des milieux artistiques, Khnopff s’adonne dès l’été 1893 à des travaux de traduction et de correspondance étrangère pour des périodiques. Voué aux gémonies au cours de la Première Guerre mondiale pour avoir assisté à une soirée wagnérienne organisée par l’occupant8, il disparaît dans l’indifférence publique, renversé par un tram bruxellois le 13 novembre 1927.

La traduction dans l’avant-garde symboliste

  • 9 Wilfert-portal (Blaise), « Cosmopolis et l’homme invisible. Les importateurs de littérature étrangè (...)
  • 10 Ibid., pp. 42-44.

5Comparant le parcours et les profils de traducteurs vers la langue française sur une période comprise entre 1885 et 1914, Blaise Wilfert-Portal évoque le partage global en deux groupes de ceux qu’il nomme des « importateurs » de littérature étrangère (au lieu de « traducteurs », qui semble se restreindre aux auteurs d’une simple opération linguistique)9 ; le premier de ces groupes se rassemble autour du monde académique et le second autour de l’avant-garde littéraire symboliste10.

  • 11 Nous n’avons pas effectué le relevé systématique de toutes les traductions de Khnopff contenues dan (...)

6L’évolution de Georges Khnopff, de poète à « importateur », reflète l’existence d’une dynamique de traduction propre aux revues symbolistes. Vis-à-vis de ce phénomène, il faut aussi prendre en compte la superposition d’ensembles nationaux. En effet, Khnopff débute ses activités de traduction dans des revues littéraires belges d’avant-garde avant de trouver des opportunités au sein de leurs homologues parisiennes. Après 1905, il semble revenir vers des revues belges moins avant-gardistes telles que La Belgique artistique et littéraire ou La Revue de Hollande. Enfin, dans une dernière phase de sa carrière, au cours de l’entre-deux-guerres, il aura l’occasion de publier plusieurs traductions dans une revue généraliste comme La Revue bleue11.

  • 12 Lettre à André Gide, Bedeghem-Saint-Martin, 11 juillet 1899. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques (...)
  • 13 « Puis, je crois que Khnopff se leurre absolument. Une préface de moi ne fera rien prendre ni à Oll (...)
  • 14 Lettre d’Henri de Régnier à Georges Khnopff, Paray-le-Monial, 21 septembre 1893. Bruxelles, AML, n° (...)

7Khnopff a essentiellement bénéficié d’un réseau de contacts littéraires parmi les symbolistes pour s’imposer dans les revues parisiennes, ainsi que le montre sa correspondance adressée notamment à Henri de Régnier ou à André Gide. Il fait part à ce dernier de ses motivations : « Je veux éviter les dangers du journalisme et les fatigues des leçons (dont j’ai particulièrement souffert à Londres) : ne pourriez-vous me donner une petit coup d’épaule. Notez que je ne parle pas : argent, ce qui me répugne, mais que je sollicite un renseignement quant aux démarches à faire pour m’en procurer en rémunération de travaux touchant plus ou moins à l’art (traductions, correspondances, etc.) »12 Khnopff recherche aussi la caution d’écrivains confirmés en demandant par exemple une préface pour mieux placer ses ouvrages chez un éditeur, ainsi que le révèle Joris-Karl Huysmans, sollicité en vain pour le recueil de contes Een Koning d’Ary Prins. Huysmans s’en ouvre à l’écrivain néerlandais en lui expliquant l’inutilité, d’après lui, d’un tel procédé13. Lorsqu’il débute dans la traduction, à l’été 1893, alors qu’il se trouve à Londres, Khnopff écrit à Régnier afin de savoir à quelles revues il pourrait s’adresser pour publier ses travaux. Cependant, son correspondant, de son propre aveu, est peu au fait de ces questions14. L’amateurisme apparent de Khnopff et le fait qu’il s’adresse à des écrivains non experts en matière de traduction, comme Régnier, démontrent un certain tâtonnement du poète dans l’accès au « métier » de traducteur, encore faiblement institué alors.

  • 15 Leblanc (Cécile), « Stuart Merrill : itinéraire d’un cosmopolite », dans Revue Silène, publié le 7 (...)
  • 16 Lettre à Karl Boès, Munich, 6 mars 1901. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° bêta 977 (...)

8Le réseau d’écrivains convoqué par Khnopff fut vraisemblablement constitué à partir de 1884 grâce à son éphémère notoriété de poète. Celle-ci semble avoir quelque peu perduré puisqu’elle laisse des traces auprès d’entrants plus tardifs dans le champ littéraire, comme Gide. Le poète symboliste d’origine américaine, Stuart Merrill15, a par ailleurs constitué un intermédiaire important dans les projets menés par Georges Khnopff ; c’est lui qui a communiqué la traduction de la Maison des grenades d’Oscar Wilde à Karl Boès, directeur de la revue et des éditions La Plume16, et qui a vraisemblablement introduit Khnopff à la revue L’Ermitage.

  • 17 Cf. Wilfert-portal, « Cosmopolis et l’homme invisible… », op. cit., p. 37. Khnopff écrit au directe (...)

9Le foisonnement des revues littéraires constitue une véritable alternative à l’édition d’ouvrages complets à la fin du XIXe siècle. La bibliographie (non exhaustive) rassemblée en fin d’article montre combien le rôle de Georges Khnopff aurait pu apparaître considérablement réduit si l’on ne tenait compte de ses traductions publiées en revue, celles-ci en constituant la part essentielle. Les parutions en revue pouvaient en certains cas se révéler plus lucratives pour le traducteur que l’édition d’un volume. Même en ce dernier cas, des publications préalables en revue garantissaient une meilleure rentabilité du travail effectué17.

  • 18 Lettre à Michael Georg Conrad, Munich, 23 juin 1902. Munich, Münchner Stadtbibliothek/Monacensia.
  • 19 Lettre d’Henri Buriot, Moulins, [s. d.]. Munich, Münchner Stadtbibliothek/Monacensia.
  • 20 Lettre à Michael Georg Conrad, Bernried, 1er juillet 1902. Munich, Münchner Stadtbibliothek/Monacen (...)

10Khnopff semble considérer son lien avec des revues littéraires d’avant-garde comme l’un de ses atouts. Alors qu’il sollicite un droit de traduction auprès de l’écrivain naturaliste allemand Michael Georg Conrad, il énumère les multiples revues parisiennes auxquelles il a contribué (et non les belges !) pour le convaincre18. Conrad sollicite de son côté conseil à ce sujet auprès de l’un de ses contacts français, Henri Buriot, professeur d’allemand et traducteur, qui lui décrit Khnopff non comme un « professionnel » de la traduction mais comme un « amateur »19. Khnopff ne se défend guère concernant ses éventuelles compétences linguistiques, mais avance ses atouts sur un autre plan : « Je peux vous assurer que par ma collaboration aux revues dont je fais partie je m’adresse au public tout spécial qui fera le succès de votre œuvre à Paris. »20 Il se présente explicitement comme un traducteur qui émarge du circuit restreint du champ littéraire et dont le lectorat serait le seul à même de reconnaître l’œuvre de Conrad.

  • 21 Cf. Lettre n° 215, dans Huysmans, Lettres inédites à Arij Prins 1885-1907, op. cit., p. 384.

11On observera que la plus grande part des travaux entamés par Georges Khnopff se compose de nouvelles extraites isolément ou reprises en recueil. Le placement de textes brefs, mais indépendants, s’avérait moins contraignant pour une revue et permettait une publication ultérieure en recueil, parfois chez les maisons d’édition attachées à ces revues : ce fut le cas pour la parution des Portraits imaginaires de Walter Pater aux éditions du Mercure de France ou de La Maison de Grenades d’Oscar Wilde chez La Plume. Enfin, les textes brefs se soumettent plus aisément à plusieurs publications comme la nouvelle « Wakefield » de Nathaniel Hawthorne parue dans Le Mercure de France en 1897 et dans La Société littéraire en 1904. D’après Joris-Karl Huysmans, l’édition de recueils de nouvelles ou de contes ne devait pas être simple. Il en fait part à Ary Prins : « La vérité est que les nouvelles ne se vendent pas et que les éditeurs sont peu chauds à les imprimer, quelque [sic] soit le nom – sauf alors chez des éditeurs de grand luxe, tirant à petit nombre et ayant surtout des illustrations car alors les bibliophiles prennent, non pour la prose, mais pour l’image. »21 Cette ambivalence de la nouvelle, aisément publiable en revue, mais plus difficilement éditée en volume, explique sans doute la répartition des travaux de Khnopff.

  • 22 Quatre d’entre elles sont conservées à la réserve précieuse de l’Université libre de Bruxelles. Je (...)
  • 23 Docteur en philologie germanique, figure de proue du Mouvement flamand, Camille Huysmans (1871-1968 (...)

12La nouvelle inspire le traducteur qui en rédige lui-même plusieurs22. Khnopff ne délaisse toutefois pas le roman : il fait paraître Le petit Johannes (Klein Johannes) de Frederik van Eeden en feuilleton dans La Plume en 1903, avec la collaboration de Camille Huysmans23.

  • 24 Delsemme (Paul), Teodor de Wyzewa…, op. cit., pp. 201-232.
  • 25 Wilfert-Portal (Blaise), « La place de la littérature étrangère dans le champ littéraire français a (...)

13Blaise Wilfert-Portal a montré que, si la publication d’œuvres traduites n’a pas augmenté au cours des années 1890, le nombre de nouveaux auteurs traduits a crû durant cette période. L’étal des librairies se serait diversifié en termes de nouvelles œuvres inconnues, ce qui conduisit aux conflits nationalistes sur la question du cosmopolitisme en 189524. Les avant-gardes symbolistes auraient, selon lui, utilisé à leur profit le potentiel déstabilisateur de ces afflux de nouveaux noms étrangers auprès des lecteurs français25. C’est dans un rôle de découvreur « audacieux » que Khnopff a tenté de se réserver une place en important des nouvelles via le circuit restreint du champ littéraire.

Le statut du traducteur, entre précarité et liberté d’initiative

  • 26 Comme il le fait souvent, il lui propose en échange le partage de sa rémunération en deux parts éga (...)
  • 27 Cet argument semble être un leitmotiv des rapports entre les traducteurs et les éditeurs français. (...)
  • 28 Trois lettres à Hermann Hesse, Bruxelles, 23 février, 1er et 19 mars 1924. Deutsches Literaturarchi (...)

14En étudiant la correspondance de Georges Khnopff, on constate rapidement que ce dernier possède une véritable autonomie, dans le sens où la moindre initiative n’émane souvent que de lui-même. Il fait fonction d’intermédiaire entre les éditeurs et les auteurs traduits, comme on peut l’observer à travers l’exemple du projet inabouti de traduction de Majestät, ein Königsroman (1902) de Michael Georg Conrad. Khnopff contacte l’auteur afin de solliciter les droits à la traduction26 et communique ensuite lui-même à Conrad le contrat de l’éditeur Félix Juven. Malheureusement, bien que le manuscrit semble achevé pour pouvoir être soumis en octobre 1903, Juven estime la première partie « illisible » et « trop longue pour le public parisien »27. Avec l’accord de l’auteur, Khnopff s’octroie l’autorité d’effectuer des coupes réductrices dans le texte qui ne convainquent pas l’éditeur. C’est lui-même encore qui annonce l’abandon du projet par l’éditeur qui ne croirait plus aux chances d’aboutir du projet. Khnopff promet à Conrad de chercher lui-même un autre éditeur (qu’il n’a vraisemblablement jamais trouvé puisqu’aucune version française de ce roman n’a jamais paru, alors que le travail de traduction semble avoir été mené à son terme). En 1924, il écrit encore à Hermann Hesse afin de traduire son recueil Knulp, composé de trois contes, mais cette tentative n’aboutit pas28.

15Khnopff propose donc ses travaux, ne manquant jamais l’opportunité d’évoquer de nouvelles idées. À peine conclut-il son contrat avec le directeur de La Plume, Karl Boès, pour Oscar Wilde qu’il soumet déjà d’autres propositions :

  • 29 Lettre à Karl Boès, Bernried, juin 1902. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° bêta 977 (...)

Discutez avec M. Henry Boucher 13 rue d’Aqueneau les conditions pour les contes de Housman ; il est bien entendu que le manuscrit hollandais ne fera point de tort à ceux-ci. Pour votre collection internationale je puis vous donner des œuvres scandinaves (Lie, Kielland, etc.) très intéressantes, de l’anglais exquis (W. Pater) et de l’allemand fort curieux et inconnu ; nous verrons cela peu à peu n’est-ce pas...29

  • 30 Lettre à Stijn Streuvels, Bruxelles, 11 avril 1927. Anvers, Letterenhuis, dossier n° 126658.

16Malgré cette liberté, la traduction d’auteurs méconnus conduit trop fréquemment à des refus. Des exemples concrets illustrent la précarité du travail et la longue durée d’aboutissement des projets. Khnopff traduit l’œuvre du Norvégien Jonas Lie depuis 1896 et propose dès 1901 à Karl Boès la publication du recueil Trolls, tout lui en suggérant la parution en revue d’une des nouvelles qui compose l’œuvre, « La ferme à l’ouest dans les Montagnes bleues ». Or, ce dernier texte ne paraît finalement que bien plus tard, en 1927, dans La Revue bleue. Dans les années 1920, le traducteur recycle en fait des travaux effectués quelques décennies plus tôt. Il traduit aussi le Flamand Stijn Streuvels dès 1903, mais ne reprend contact avec l’auteur qu’en 1927 afin de publier le recueil Zonnetij chez Stock. Le traducteur explique à ce moment à Streuvels combien, deux décennies plus tôt, la défaveur de la langue néerlandaise auprès des Français avait desservi le projet de publication30. Les textes de Ary Prins, également traduits dès 1902, ne sont publiés dans La Revue de Hollande qu’en 1916.

17Des manques de rentrées financières récurrents sont aussi à l’origine de multiples initiatives. Khnopff supplie littéralement Boès d’accepter ses projets, en le prenant à témoin d’une détresse accentuée par les problèmes de santé d’un de ses fils :

  • 31 Lettre à Karl Boès, Munich, 16 mars 1901. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° bêta 97 (...)

Croyez bien, cher confrère, que le métier de traducteur n’est pas plus agréable que celui d’éditeur et j’y aurais dès longtemps renoncé, vraiment, si je n’avais la responsabilité d’un enfant qui a été fort malade et dont la convalescence exige des dépenses assez lourdes : je préfère essayer de trouver des ressources dans ma connaissance de plusieurs langues plutôt que de sombrer dans le journalisme31.

18La question de la situation financière de Georges Khnopff n’a pas pu être tranchée. Nous savons que son père, Edmond Khnopff, était un magistrat fortuné, mais peu généreux. Toutefois, l’héritage important, transmis à son décès, aurait dû mettre Georges à l’abri du besoin dès 1900 (cette même année où son frère entame la construction de sa somptueuse maison-atelier, à l’orée du Bois de la Cambre, à Bruxelles).

  • 32 Lettre à Karl Boès, Munich, 16 mars 1901. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° bêta 97 (...)
  • 33 Lettre à Karl Boès, Munich, 30 mars 1901. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° bêta 97 (...)

19En ce qui concerne les rémunérations, celles-ci restent modestes. Cela ne surprend guère si l’on prend en compte le fait que Khnopff adresse ses traductions à des revues symbolistes comme La Plume. Le capital symbolique que lui préserve son appartenance au pôle restreint du champ littéraire l’aide à accepter un revenu financier moins gratifiant. Une lettre à Karl Boès l’explique nettement : l’éditeur ne pouvant accéder aux exigences de Khnopff (qui se situent entre 300 et 350 francs32), le traducteur accepte un compromis financier « par égard pour la situation de la revue »33

La transposition textuelle

  • 34 Wilfert-Portal, « Cosmopolis et l’homme invisible… », op. cit., p. 36.
  • 35 Ibidem.

20Blaise Wilfert-Portal remarque que l’accès à la traduction entre 1885 et 1914 n’impose pas une connaissance aiguë de la langue source des textes. Il ajoute que « nombre de traducteurs s’adjoignaient ainsi les services d’un “naturel” de la langue, comme le prolifique Ernest Jaubert […] qui traduisit un nombre considérable de textes russes […] sans connaître un mot de russe »34. A fortiori dans le circuit restreint du champ littéraire, la sociabilité et le capital symbolique peuvent suppléer au manque de compétences linguistiques, comme nous l’avons déjà vu. Toutefois, le manque de connaissance linguistique menace la qualité des travaux et leur fidélité au texte source35.

21La compétence linguistique n’imposant pas une spécialisation des traducteurs, il n’est pas rare de les voir travailler à partir de plusieurs espaces linguistiques différents. Georges Khnopff multiplie ainsi les casquettes et effectue ses traductions à partir de l’anglais (britannique et américain), du néerlandais (ainsi que du flamand), de l’allemand, du norvégien et du danois ! Il se pose de cette façon comme un intermédiaire par rapport à l’ensemble des langues germaniques. Progressivement, sans que nous puissions établir une date charnière déterminante, les traductions de l’anglais s’estomperont pour laisser place progressivement au néerlandais et, enfin, à l’allemand.

  • 36 « Je connais plusieurs langues, vous le savez peut-être, et je puis, de la sorte, convenir de préfé (...)
  • 37 Lettre de Franz Servais, [s. l.], 31 mai 1890. Bruxelles, Archives et Musée de la littérature, n° 3 (...)

22Georges Khnopff argue d’une connaissance importante des langues étrangères à la différence d’autres agents36. Certes, ses séjours en Angleterre et son ouverture à la culture germanique lui confèrent une compétence indéniable, mais elle est loin d’être exemplaire. Par exemple, à en croire la correspondance du compositeur belge Franz Servais, Khnopff ne semble pas suffisamment maîtriser la langue anglaise pour se passer d’un « dictionnaire de poche » dans les rues de Londres37. Un autre indice, peut-être mineur, mais néanmoins révélateur : Khnopff adresse toutes ses lettres en français, même aux auteurs néerlandophones ou germanophones… dont il est pourtant censé connaître la langue, puisqu’il sollicite le droit de les traduire !

23La réception de ses travaux révèle très tôt des lacunes dues à une traduction jugée « trop littérale ». Dans son étude sur les traductions françaises d’œuvres anglaise, George H. Ely décrit Khnopff en des termes peu flatteurs :

  • 38 Ely (George H.), « French and English », dans Macmillan’s Magazine, vol. 83, n° 496, février 1901, (...)

M. Georges Khnopff, it must be confessed, is not a very successful translator. His knowledge of our idiom is scanty, his style groping and painful. He seems to have trusted overmuch to his dictionary, and even to have used that carelessly. Sebastian von Storck, Mr. Pater tells us, “made light of his distress,” and M. Khnopff forthwith writes, “turned his distress into flame.” The somnolent old Duke of Rosenmold used to “nod early” at his council-board, and the translator is himself caught napping when he renders, “se contentait d’un signe de tête, bien vite.” “The very walls” of the re-decorated salon at Valenciennes, says the quaint diarist in “A Prince of Court Painters,” “seem to cry out : — No ! to make delicate insinuation, for a music, a conversation, nimbler than any we have known” ; and M. Khnopff, mistaking altogether the correction by the way, assures us that the walls cry out “Non !” This is a pardonable slip, perhaps, for which Mr. Pater must share the blame with M. Khnopff ; but when the translator appears to understand by “Dresden china” a miniature Chinese Empire set in the heart of Dresden, we are forced to rub our eyes and ask what set him upon so tricky a work as translating English. Such a downright misunderstanding seems to imply a numbness of intelligence, an easy self-satisfaction which go far to justify the general contempt in which translations are held. But, glaring errors apart, M. Khnopff too often distorts, slightly in appearance, but vitally in fact, his author’s meaning. “The great world” is to him le grand univers, where Mr. Pater clearly meant le beau monde ; “unsatisfying” becomes insatisfait, “intently” becomes intentionellement ; “headiness” is completely obscured in candeur. What is even more unfortunate than verbal weaknesses such as these, the whole savour of his style is exotic. Mr. Arthur Symons had said of Mr. Pater’s prose in this book that it “smacked of the French soil” ; and a French critic quickly retorts that the translator, moulding his work with scrupulous exactitude to the letter of his original, has succeeded in destroying every trace of its Gallic quality38.

  • 39 Brugmans (Linette), Correspondance André Gide-Arnold Bennett. Vingt ans d’amitié littéraire, cité d (...)
  • 40 Pater (Walter), Style, cité dans Ely, op. cit., p. 258.

24Les maladresses semblent ici évidentes. Néanmoins, à une époque où nombre de traducteurs ignoraient la langue source des textes sur lesquels ils travaillaient, la compétence de Khnopff n’est pas plus mauvaise que celle d’André Gide, qui traduisit de l’anglais dans les années 1910, alors qu’il écrivait peu avant à Edmund Gosse qu’il ne maîtrisait pas cette langue39. Je pense notamment que la fidélité excessive de Khnopff aux constructions syntaxiques de la langue source est aussi liée à sa volonté de ne pas « galliciser » le texte, lui qui n’avait pas craint, dans ses poèmes, de prendre des libertés à l’égard de la langue en promouvant, à ses dépens, le vers libre en Belgique. Devant l’ampleur du problème, Ely se demande d’ailleurs si Khnopff n’aurait pas suivi trop à la lettre une recommandation de Pater lui-même, issue de son essai Style, où le Britannique s’affligeait de ce que les traducteurs ne tenaient pas assez compte du « all-important vocabulary », du caractère à ses yeux essentiel des choix lexicaux. Pater expliquait qu’il était en fait possible de traduire Platon « by an exact following, with no variation in structure, of word after word »40.

  • 41 Wilde (Oscar), « Un prince heureux », dans L’Ermitage, 12ème année, vol. 22, mai 1901, p. 358.
  • 42 Ibid., p. 359-360.
  • 43 Wilde (Oscar), Le Prince heureux et autres contes, traduit par François Dupuigrenet Desroussilles, (...)
  • 44 L’Ermitage, op. cit., p. 360.
  • 45 La Pléiade, op. cit., p. 146.
  • 46 L’Ermitage, op. cit., p. 362.
  • 47 La Pléiade, op. cit., p. 149.

25Ce souci de fidélité lexicale pourrait expliquer nombre d’aberrations dans la traduction du conte « Un prince heureux » d’Oscar Wilde où Khnopff traduit par exemple unpractical par le néologisme impratique41 ! Il conserve des anglicismes flirter avec le vent42 pour traduire flirting with the wind (au lieu de minauder43 dans la traduction de La Pléiade), home44 (au lieu de demeure45), hall au lieu de Grand Salon. Les structures de phrase sont parfois également maintenues dans Autour de son cou est une chaîne de jade pâle vert46 pour Round his neck is a chain of pale green jade (au lieu de Autour de son cou, il y a une chaîne de jade vert pâle47).

  • 48 Lenoir, op. cit., p. 150. Nous soulignons.

26La volonté manifeste et consciente (qu’il serait naïf de toujours prendre pour de l’incompétence) de préserver des constructions et un lexique germaniques intervient pour une part dans le rôle que s’attribue Khnopff en tant qu’importateur de littérature étrangère : celui de renouveler la langue française par des influences cosmopolites aux dépens d’une culture nationaliste. On constate d’ailleurs les nombreuses contributions de Khnopff à des revues internationalistes comme La Société nouvelle, L’Européen ou encore Le Magazine international (qui annonçait vouloir « créer à Paris un centre d’internationalisme »). Cela expliquerait en tout cas plus aisément certaines conceptions du traducteur qui, quand il ne se plaignait pas de son travail, pouvait écrire à Pol de Mont, poète flamand et directeur du Musée des Beaux-Arts d’Anvers, vers 1900 : « Vous savez que je suis musicien en même temps que poète et traducteur artiste »48.

Des choix de traduction ciblés

27Malgré ses plaintes récurrentes à l’égard du travail de traducteur et le rôle « alimentaire » qu’il lui octroie, Georges Khnopff n’opère pas sa sélection des textes à traduire de façon aléatoire. Au contraire, en dépit de la multiplication des aires linguistiques traduites, il se spécialise dans certains genres et tendances littéraires avec une prédilection pour la nouvelle. Khnopff se constitue un profil de traducteur esthète et joue la carte tout indiquée du Belge situé au carrefour de la romanité et la germanité.

  • 49 Le mois suivant, dans le Gil Blas, Paul Ginisty renvoie laconiquement le lecteur désireux d’obtenir (...)
  • 50 Cf. Robichez (Jacques), Le Symbolisme au théâtre. Lugné-Poe et les débuts de l’Œuvre, Paris, L’Arch (...)
  • 51 Celui-ci avait déjà été révélé par l’étude suivante : Bigeon (Maurice), Les Révoltés scandinaves, P (...)
  • 52 Cf. Delsemme (Paul), « Le cosmopolitisme littéraire à l’époque de Paul Gérardy à travers La Société (...)
  • 53 Cette correspondance, signalée par Andrée Lenoir en 1960 aux Archives et Musée de la littérature à (...)

28Il détermine très tôt sa prédilection pour des auteurs nordiques. Sa traduction, en 1893, d’un article anglais intitulé « Henrik Ibsen et Björnstjerne Björnson » d’Alec Tweedie (repris en bibliographie), semble avoir été remarquée par la presse à grand tirage49. Il se tourne cependant vers d’autres auteurs que ces deux dramaturges, que le Théâtre de l’Œuvre de Lugné-Poe avait révélés à Paris aux cercles symbolistes50. Il s’intéresse à un Norvégien méconnu de cette génération d’écrivains scandinaves, Jonas Lie51, et donne plusieurs traductions de ses contes à la revue française L’Ermitage (« Hans de Sjøholm et le sorcier finnois » paraît en trois parties), aux revues belges Le Réveil (« Sang finnois ») et Le Coq rouge (« Isaac et le pasteur de Brönö »). Il traduit aussi le Danois Holger Drachmann (« Le Vaisseau de l’Église ») dans la revue belge d’inspiration cosmopolite La Société nouvelle52. La correspondance avec Pol de Mont mentionne le nom de cet auteur et énonce plusieurs autres projets « scandinaves », dont des traductions de Björnson53.

  • 54 Cf. Huysmans, Lettres inédites à Arij Prins 1885-1907, op. cit., p. 381, note 1.

29Khnopff s’intéresse aussi aux auteurs flamands et néerlandais dont l’introduction en France ne semble pas avoir été aisée vers 1900. Ayant achevé la traduction de Een Koning (Un Roi) d’Ary Prins en mai 1902, il espérait publier le recueil chez Ollendorff, mais le volume ne parut jamais. Selon Prins, la cause de cet échec viendrait de ce que les Pays-Bas n’auraient pas adhéré à la Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques54. Ces mêmes difficultés affectent l’œuvre de Stijn Streuvels que Khnopff ne parvient à placer chez Stock qu’en 1927. Le traducteur évoque enfin auprès de Pol de Mont ses difficultés à publier sa traduction de Frederik van Eeden chez un éditeur parisien (elle paraît finalement en feuilletons dans la revue La Plume). Il donne enfin plusieurs nouvelles du Néerlandais Louis Couperus.

30Du point de vue thématique, une préférence pour le fantastique ou l’idéalisme dans les nouvelles sélectionnées se manifeste si l’on songe à Oscar Wilde, Jonas Lie, Laurence Housman, Nathaniel Hawthorne, etc. Un intérêt « pictorialiste » peut également être relevé. Les traductions des Portraits imaginaires de peintres écrits par Walter Pater ou du conte fantastique des Portraits prophétiques de Hawthorne (racontant le talent d’un peintre à prédire l’avenir par son art) sont significatives.

  • 55 Ibidem, p. 193-194, note 7 et De Graaf (Jacob), Le Réveil littéraire en Hollande et le naturalisme (...)
  • 56 « Les pays orientaux, le passé barbare avec ses cruautés bestiales, ses batailles féroces, ses conf (...)
  • 57 Paul Delsemme explique que Khnopff évite la « littérature à implications sociales » dans ses contri (...)

31Ce dernier point révèle aussi un penchant pour une écriture très visuelle. Les contes fantastiques de Jonas lie se caractérisent par une grande quantité de descriptions visuelles, tandis que ceux d’Ary Prins recourent abondamment aux couleurs, qu’il s’agisse d’Une exécution, de Sainte Marguerite, de Dragamosus ou d’Harold. La critique a montré l’ancrage pictural de ces textes de Prins dans l’œuvre des peintres allemands et flamands55. Fasciné par le Moyen Âge, l’écrivain néerlandais puise son inspiration dans la lecture de Flaubert et de Huysmans56. Ces choix du traducteur peuvent être mis en relation avec les options picturales symbolistes de son frère Fernand57.

Le tropisme anglais

32On ne peut penser l’activité de Georges Khnopff sous la seule étiquette de traduction, sans risquer d’occulter les enjeux et motivations d’un esthète cosmopolite. Il apparaît qu’il s’agissait moins pour lui de s’acquitter d’une opération de transposition textuelle que de se voir reconnaître comme un véritable « passeur » de cultures.

  • 58 Lettre de Fernand Khnopff à Paul Schultze-Naumburg, reproduite dans Delevoy (Robert L.), De Croës ((...)

33Parmi les traductions effectuées par Georges Khnopff, nombre d’entre elles concernent des auteurs anglais (Wilde, Housman, Rudyard Kipling, H.G. Wells, Olive Schreiner) ou américains (Hawthorne). Le tropisme des Khnopff pour l’Angleterre est un fait connu. Fernand écrit : « Je ne suis pas Anglais, mais il y a eu des alliances anglaises dans ma famille, pendant le XVIIIe siècle ; à Bruges et à Bruxelles je me suis souvent trouvé dans des milieux anglais mais je ne suis allé la première fois en Angleterre qu’en 1891 »58.

  • 59 Lettre à Stuart Merrill, Bruxelles, mai 1891. Bruxelles, AML, n° 2189.
  • 60 Le Mouvement littéraire, t. I, n° 4, p. 29 et n° 3, p. 23.

34Comme son frère, Georges effectue plusieurs séjours (parfois brefs) en Angleterre, notamment entre mai 1890 et le début de l’été 1891. Il envisage de s’y installer définitivement : « Avec Bayreuth c’est Londres qui m’a le plus ému ; j’y ai ressenti des impressions magnifiques ; j’y ai vu des œuvres que vous aimeriez aussi puisque vous les aimez les quattrocentistes ; j’espère m’établir définitivement là à partir de septembre et d’ici à un an ou deux écrire des poésies en anglais et aussi de la musique spéciale (car je suis, surtout, musicien). »59 La volonté d’écrire en anglais n’aboutit apparemment qu’à la parution de deux poèmes en français, intitulés en anglais : « Memory », dédié à Madox Brown, et « White soul »60. Ce séjour, qui devait être permanent, débute à la fin de l’été 1891 et prend fin au dernier trimestre de 1893.

  • 61 Khnopff (Georges), « Lettres anglaises », dans La Revue blanche, t. VI, février 1894, n° 28, pp. 18 (...)

35Khnopff ne dédaignait pas les fonctions de correspondant étranger pour une revue. Il avait sans doute cherché à obtenir une fonction similaire à celle qu’occupait au Mercure de France Henry Davray, dont la rubrique consacrée aux « Lettres anglaises » était très appréciée. C’est dans cet esprit qu’il faudrait situer l’expérience éphémère d’une chronique de « Lettres anglaises » de Georges Khnopff à La Revue blanche des frères Natanson en 189461.

L’orientation allemande et la musique

  • 62 Sa correspondance avec Stijn Streuvels atteste de son retour à Ixelles en 1922 (Anvers, Letterenhui (...)

36À partir de 1899, Khnopff s’installe à Munich et vivra de longues années en Allemagne62, bien qu’il effectue encore des séjours à Bruxelles. Le lien entre son tropisme anglais et sa nouvelle résidence bavaroise se concrétise à travers son activité, jusqu’à présent méconnue, de correspondant pour la revue britannique The Studio (cf. bibliographie des travaux reprise en fin d’article). Entre janvier 1896 et juin 1901, il rend compte des événements artistiques et notamment des expositions de la Sécession de Munich. Son frère Fernand, qui fut, pour sa part, le correspondant étranger pour la Belgique de 1894 à 1919 dans cette même revue, l’a sans doute introduit parmi les chroniqueurs (de même qu’il a sans doute servi d’intermédiaire à Pol de Mont qui fut chargé de rendre compte des manifestations anversoises).

  • 63 Lettre de Franz Servais à Georges Khnopff, [s.l.], 7 mars 1894. Bruxelles, AML, n° 3286/10.
  • 64 Lenoir, op. cit., p. 143.
  • 65 Lettre de Franz Servais à Georges Khnopff, [s.l.], 7 mars 1894. Bruxelles, AML, n° 3286/10. Servais (...)

37Les traductions allemandes de Georges Khnopff se concentrent sur la correspondance de Richard Wagner. Franz Servais semble avoir été le premier, en mars 1894, à suggérer à Khnopff d’effectuer des traductions à partir de l’allemand63. Servais, qui avait vraisemblablement introduit Khnopff auprès de la famille Wagner64, propose ce travail qu’il a lui-même refusé par manque de temps et explique que Victor Wilder, précédent traducteur en français des œuvres de Richard Wagner, « gagnait, paraît-il beaucoup à ce jeu et depuis sa mort, les éditeurs sont très embarrassés »65.

  • 66 Lettre à Stuart Merrill, Bruxelles, mai 1891. Bruxelles, AML, n° 2189.
  • 67 Khnopff (Georges), « La Kobold de Siegfried Wagner au Stadt-Theater de Hambourg », dans Musica, n°  (...)

38Wagnérien fervent, Khnopff se rend à Bayreuth chaque été. Même après 1900, il recommande aux éditeurs et aux auteurs de lui adresser leur correspondance à Bayreuth plutôt qu’à Munich pendant le festival. Il va jusqu’à veiller sur les réservations de ses amis, dont Stuart Merrill, auprès duquel il affiche sa proximité avec la famille du compositeur, affirmant tenir ses informations de « Siegfried Wagner lui-même »66. Il rédige aussi plusieurs articles sur ce dernier et le théâtre de Bayreuth dans la revue Musica67.

  • 68 Cf. la correspondance de 18 lettres adressées à Michael Georg Conrad, conservée à la Münchner Stadt (...)
  • 69 Le Roi Vierge, roman de Catulle Mendès (1880), témoigne également de l’intérêt des wagnériens pour (...)
  • 70 Lettre à Michael Georg Conrad, Bruxelles, 17 juin 1903. Munich, Münchner Stadtbibliothek/Monacensia

39Le projet de traduction de Majestät, du Munichois Michael Georg Conrad, s’inscrit dans le cadre de cette « wagnéromanie »68, puisque le roman s’attache à la vie de Louis II de Bavière, le principal mécène de Wagner, qui finança la construction du Palais des festivals (Festspielhaus) de Bayreuth69. Khnopff, prenant du retard dans son travail pour cause de maladie, signale à l’auteur vouloir achever la traduction « de telle sorte qu’elle paraisse pour la date de l’inauguration du monument Wagner à Berlin »70 en octobre 1903. L’éditeur pressenti, Félix Juven, publie d’ailleurs la traduction des lettres de Richard Wagner à Théodore Uhlig, Guillaume Fischer et Ferdinand Heine.

  • 71 Deux cartes postales à Cotta’sche Buchhandlung, Bruxelles, 20 janvier et 18 mars 1916. Deutsches Li (...)
  • 72 Cf. Delsor (Henry), « La propagande allemande jugée par les Allemands. II. La haine contre l’Anglet (...)

40On a vu que son penchant affirmé pour la culture allemande provoquera la mise au ban de Georges Khnopff en Belgique pendant la Première Guerre mondiale. Sa germanophilie semble avoir dépassé la seule wagnéromanie puisqu’il contacte les éditeurs allemands Cotta, à Stuttgart, afin de préparer une édition française du livre England. Seine staatliche und politische Entwicklung und der Krieg gegen Deutschland [L’Angleterre. Son évolution nationale et politique et la guerre contre l’Allemagne] d’Eduard Meyer, égyptologue et assyriologue, et signataire du Manifeste des 93 qui démentait les accusations d’exactions commises par les soldats allemands en Belgique occupée71. Publié en 1916, ce livre est une violente critique de l’Angleterre. Il s’agit d’une littérature de propagande, qui n’a d’ailleurs pas suscité que des enthousiasmes en Allemagne même72. Ce projet de traduction n’aboutit pas, mais il montre le degré atteint par la germanophilie de Georges Khnopff durant le conflit ; ce qui provoqua une prise de distance de la part de son frère.

41Georges Khnopff a pu acquérir une réputation en tant que traducteur. La longue durée de son activité dans ce domaine et la diversité des revues dans lesquelles il a publié en témoignent. Dans certains cas, le nom du traducteur fut même substitué à celui de l’auteur du texte au sommaire. Ainsi, dans La Belgique artistique et littéraire, en 1909, le nom d’Holger Drachmann est indiqué entre parenthèses à la fin du conte traduit, tandis celui de Khnopff domine et est le seul à apparaître dans la table des matières. La revue devait considérer que son lectorat se porterait davantage sur le nom du traducteur que sur celui de l’auteur.

  • 73 Eells (Emily), « ‘Influence occulte’ : the Reception of Pater’s Works in France before 1922 », dans (...)
  • 74 Ibidem, p. 89.

42Khnopff s’attribue un rôle de découvreur, de chasseur en terres littéraires méconnues. L’originalité comme la beauté des « trouvailles » aurait pu lui conférer une légitimité au sein de l’avant-garde s’il était parvenu à ses fins. Cela a échoué en de nombreux cas ainsi que nous l’avons vu. Certes, la première traduction en langue française de l’œuvre de Walter Pater lui est due73, mais l’ouvrage de Pater semble être passé inaperçu, nonobstant quelques influences que l’on ne peut que déduire implicitement chez Marcel Proust (qui préférait ouvertement Ruskin à Pater74) et Marcel Schwob.

  • 75 Dumont-Wilden, « Une exécution à Bruxelles », op. cit.
  • 76 Caractéristique qu’il partage avec son frère Fernand Khnopff, féru du mouvement esthétique et de la (...)
  • 77 M. Pouvillon, cité dans Maurice Barrès, « La querelle des nationalistes et des cosmopolites », Le F (...)

43Le profil et l’identité du traducteur qui « se pique d’esthétisme transcendantal »75 en disent long cependant sur le « cosmopolitisme » fin de siècle que Khnopff souhaitait incarner76, soumis à ce lieu commun français qui voulut, un temps, croire à la définition suivante : « L’âme européenne, mais c’est l’âme belge ! »77

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie des traductions et chroniques de Georges Khnopff78

Ouvrages traduits

1899 – Pater (Walter), Portraits imaginaires, introduction d’Arthur Symons, Paris, Mercure de France.

1902 – Wilde (Oscar), La Maison des grenades, Paris, La Plume (deuxième édition avec préface d’Henri de Régnier, Paris, Henri Jonquières et Cie éditeurs, coll. « At home », 1924) (Contes : « Le jeune roi », « L’anniversaire de l’infante », « Le pêcheur et son âme », « L’enfant étoile »).

1903 – Wagner (Richard), Lettres à Théodore Uhlig, Guillaume Fischer, Ferdinand Heine, préface de Henri Boucher, Paris, Félix Juven.

1905 - Wagner (Richard), Journal et lettres à Mathilde Wesendonck (1853-1871), 2 vol. , Berlin, Alexandre Duncker.

1907 – Symons (Arthur), Portraits anglais, Bruges, Arthur Herbert Ltd. (La partie « Walter Pater » seulement).

1908 – Wagner (Richard), Lettres de famille, [Prof. Dr. Georges Khnopff], précédées d’une autobiographie, Bruxelles, André Norz.

1921 – Correspondance échangée entre Goethe et Carlyle, Paris, Librairie française.

1928 – Streuvels (Stijn), L’août (« L’août », « Dans l’eau », « Dimanche d’été », « Repos du soir »), Paris, Stock.

1928 – Wagner (Richard), Lettres à Hans de Bülow, préface du professeur Jean Chantavoine, Paris, G. Crès.

Traductions publiées en revues

1893 – Rose (F. -W.), « Je suis le châtiment », extrait d’un roman anglais, introduit et traduit par Georges Khnopff, La Société nouvelle, mai, pp. 700-706 (extrait de « I will repay », 1892).

1893 – Rossetti (William Michael), « Dante-Gabriel Rossetti », La Société nouvelle, juillet, pp. 32-42 (Étude biographique empruntée à l’introduction de l’édition des œuvres poétiques de D.G. Rossetti : Londres, Ellis et Elvey, 1891).

1893 – Tweedie (Ethel Brillana), « Henrik Ibsen et Björnstjerne Björnson », La Société nouvelle, septembre, pp. 319-337 (Article emprunté au Temple Bar Magazine, août I893).

1893 – Gribble (Francis), « Blood Feud » (en Floride), L’Indépendance belge, 29 octobre.

1893 – Alden (W. L.), « Une nouvelle ornithologie », L’Indépendance belge, 12 novembre.

1893 – « L’Histoire des Trois Ours », conte anglais, L’Indépendance belge, 17 décembre.

1894 – Wilde (Oscar), « Le Jeune Roi », La Société nouvelle, février, pp. 153-164.

1894 – Couperus (Louis), « Une petite âme », Revue des revues, 11 juin.

1894 – Wilde (Oscar), « Le pêcheur et son âme », La Société nouvelle, juillet-août, pp. 85-100 ; septembre, pp. 295-309.

1895 – Drachmann (Holger), « Le Vaisseau de l’Église », traduit du danois, La Société nouvelle, n° CXXI, janvier, pp. 105-113.

1895 – Wilde (Oscar), « L’Enfant à l’étoile », La Nervie, janvier, p. 166 ; février, pp. 188-192 ; mars, pp. 213-216 ; avril, pp. 227-230.

1895 – Lie (Jonas), « Den Fremsynte (le visionnaire) ». Troisième partie. Chapitre Ier. À la maison », traduit du norvégien, Le Magazine international, n° 2, avril, pp. 84-86.

1895 – Gosse (Edmund), « Walter Pater », La Société nouvelle, n° CXXVI, juin, pp. 766-777 (Traduction de l’article paru dans la Contemporary Review, décembre 1894).

1895 – Housman (Laurence), « L’Oiseau vert », La Société nouvelle, n° CXXIX, septembre, pp. 384-388 (Extrait de A Farm in Fairy Land, Londres, 1894).

1895 – Kielland (Alexandre-L.), « La Tombière », Le Magazine international, traduit du norvégien, n° 4, novembre, pp. 238-241.

1895 – Pater (Walter), « Denys l’Auxerrois », La Société nouvelle, novembre, pp. 617-626 ; décembre, pp. 776-782.

1896 – Lie (Jonas), « Sang finnois », traduit du norvégien, Le Réveil, avril, pp. 225-241.

1896 – Lie (Jonas), « Isaac et le pasteur de Brönö », traduit du norvégien, Le Coq rouge, t. II, n° 1, mai, pp. 27-32.

1896 – Lie (Jonas), « Hans de Sjöhölm et le sorcier finnois », L’Ermitage, vol. 12, mai, pp. 285-294 ; juin, 372-377 ; juillet, pp. 35-39.

1896 – Andersen (Hans Christian), « I. – Le livre muet, II. – Du rempart », traduit du danois, Le Magazine international, deuxième année, n° 6, mai, pp. 153-156.

1896 – Couperus (Louis), « Majesté » (fragment), L’Aube, première année, n° 4, juillet, pp. 52-53.

1896 – Stevenson (R. L.), « Le Club du Suicide », Le Réveil, juillet-août, pp. 41-52 ; septembre, pp. 115-124 ; octobre, pp. 186-193 ; novembre-décembre 1896, pp. 291-305.

1896 – Hawthorne (Nathaniel), « Les Portraits prophétiques », L’Ermitage, vol 13, novembre, pp. 287-295 ; décembre, pp. 366-370.

1897 – Hawthorne (Nathaniel), « Wakefield », Mercure de France, vol. 21, n° 87, mars, pp. 481-489.

1897 – Wairen (Stodard), « Joé de Lahana », L’Ermitage, vol. 14, avril, pp. 245-251 ; mai, pp. 321-329.

1898 – Symons (Arthur), « Walter Pater », Mercure de France, vol. 25, n° 98, février, pp. 450-462.

1898 – Jacobsen (J.-P.), « Niels Lhyne [extrait] », traduit du danois, L’Humanité nouvelle, deuxième année, t. I, vol. II, p. 50-53.

1898 – Pater (Walter), « Sébastien Van Storck », Mercure de France, vol. 27, n° 103, juillet, pp. 42-70.

1898 – Kipling (Rudyard), « Les enfants du zodiaque », L’Ermitage, vol. 17, juillet, pp. 29-37 ; août, pp. 81-93.

1898 – Wilde (Oscar), « L’enfant-étoile », Revue libre (suite de L’Art libre), première année, n° 5, 1er novembre, pp. 66-69 et n° 7, 15 novembre, pp. 87-91.

1898 – Wells (H. G.), « Le Trésor dans la Forêt », La Revue indépendante, décembre, pp. 11-14 ; janvier 1899, pp. 53-55.

1898 – Van Eeden (Frédérik), « Le Petit Jean », traduit avec Camille Huysmans, L’Humanité nouvelle, troisième année, t. I, vol. IV, pp. 416-431.

1899 – Hansson (Ola), « Chansons du jeune Ofag », L’Ermitage, vol. 18, mai, pp. 375-380.

1899 – Lie (Jonas), « Le poisson enchanté », La Vogue (deuxième série), t. II, n° 5, 15 mai 1899, pp. 115-117.

1899 – Pater (Walter), « Botticelli », La Vogue (deuxième série), t. IV, n° 10, 15 octobre 1899, pp. 5-12 (« extrait de « The Renaissance » (Macmillan and Cie édit. London et New-York), édition de 1893 »).

1900 – Couperus (Louis), « Petites énigmes », L’Ermitage, vol 20, 11ème année, janvier, pp. 65-78 ; février, pp. 147-51.

1900 – Couperus (Louis), « Une petite âme », La Vogue (deuxième série), t. V, 15 février, pp. 73-78 et 15 mars, pp. 180-186.

1900 – Hawthorne (Nathaniel), « Monsieur du Miroir », L’Ermitage, n° 10, octobre, vol. 21, 11ème année, pp. 298-315.

1900 – Schreiner (Olive), « Dans une chapelle en ruines », L’Humanité nouvelle. Revue internationale, 4ème année, t. I, vol. VI, pp. 137-141.

1900 – Quincey (Thomas de), « Essai sur l’assassinat considéré comme une art », La Vogue (deuxième série), t. VIII, 15 décembre, pp. 145-158.

1901 – Quincey (Thomas de), « Essai sur l’assassinat considéré comme une art » (fin), La Vogue (deuxième série), t. IX, 15 janvier 1901, pp. 13-33. (avec notes du traducteur)

1901 – Wilde (Oscar), « Un prince heureux », L’Ermitage, 12e année, vol 22, mai, pp. 358-372.

1901 – Wilde (Oscar), « Le Jeune roi », La Plume, 13e année, n° 292, 15 juin, pp. 427-434.

1902 – Baumbach (Rudolph), « La Légende de la Marguerite », L’Ermitage, 13e année, vol. 24, mai, pp. 380-384.

1902 – Wilde (Oscar), « L’Enfant-étoile », La Plume, 14ème année, n° 311, 1er avril, pp. 429-436.

1902 – Wilde (Oscar), « L’anniversaire de l’Infante », La Plume, 14ème année, n° 312, 15 avril, pp. 485-495.

1902 – Wilde (Oscar), « Le pêcheur et son âme », La Plume, 14ème année, n° 314, 15 mai, pp. 606-627.

1902 – Haspels (M.G.T.), « U.K. 282 », L’Européen, n° 17, 29 mars jusqu’au n° 22, 3 mai.

1902 – Wagner (Richard), « Deux lettres inédites de Richard Wagner », Musica, n° 3, décembre, p. 42.

1903 – Eeden (Frederik van), « Le petit Johannes », traduit avec Camille Huysmans, La Plume, 15ème année, du 15 janvier au 1er octobre.

1903 – Streuvels (Stijn), « Dimanche », Petit bleu, 27 septembre.

1904 – Hawthorne (Nathaniel), « Wakefield », La Société littéraire, novembre, pp. 19-26.

1905 – Prins (Ary), « Une exécution », Vers et Prose, t. III, 7 novembre, pp. 136-140.

1905 – Streuvels (Stijn), « La Veillée de Noël », La Belgique artistique et littéraire, t. I, n° 3, décembre, pp. 370-378.

1905 – Wagner (Richard), « Lettres de Paris et de Vienne, 1859-1862, à Mathilde Wesendonk », Revue de Paris, 1er mars - 1er mai.

1907 – Housman (Laurence), « L’homme qui avait tué le coucou », La Belgique artistique et littéraire, t. IX, n° 27, décembre, pp. 357-363.

1909 – Drachmann (Holges), « Doublé le Cap Horn », traduit du danois, La Belgique artistique et littéraire, t. XVI, n° 47, août, pp. 133-141.

1911 – Wagner (Richard), « Lettres à des Amies », Revue bleue, 49e année, n° 3, 15 juillet, pp. 65-70.

1911 – Lie (Jonas), « L’attirance », La Belgique artistique et littéraire, t. XXV, décembre, n° 75, pp. 258-271.

1913 – « Correspondance entre Goethe et Carlyle », La Revue bleue, 24 mai, pp. 641-646 ; 31 mai, pp. 673-680.

1913 – Wagner (Richard), « Lettres… à sa famille », Grande revue, 10 novembre, pp. 5-38.

1916 – Prins (Ary), « Trois contes » (« La Grande Armée », « Un Roi », « Harold »), La Revue de Hollande, t. II, mai, pp. 1270-1309.

1916 – Prins (Ary), « Dragamosus », La Revue de Hollande, t. III, n° 2, août, pp. 163-194.

1916 – Prins (Ary), « Dragamosus (suite et fin) », La Revue de Hollande, t. III, n° 3, septembre, pp. 257-277.

1918 – Prins (Ary), « Sainte Marguerite », La Revue de Hollande, t. V, n° 2, février, pp. 106-122.

1923 – Mann (Heinrich), « L’Europe, état suprême », Europe, revue littéraire mensuelle, t. II, n° 6, 15 juillet, pp. 129-149.

1923 – Westheim (Paul), « Georges Grosz et le « vérisme » allemand », Europe, revue littéraire mensuelle, t. II, n° 8, 15 septembre, pp. 495-501.

1927 – Lie (Jonas), « La ferme à l’Ouest dans les Montagnes bleues », La Revue bleue, 65éme année, n° 6, 19 mars, pp. 167-171.

1927 – Hüttenbrenner (Anselm), « Souvenirs de contemporains sur Beethoven », La Revue bleue, 65ème année, n° 7, 9 avril, pp. 196-198 ; n° 8, 16 avril, pp. 236-239.

1927 – Wagner (Richard), « Lettres… à sa femme [Minna] », Revue de Paris, 1er octobre, pp. 526-563.

« Studio-talks » pour The Studio

« Munich », t. VI, n° 34, janvier 1896, p. 251.

« Munich », t. VII, n° 35, février 1896, p. 53.

« Munich », t. VII, n° 36, mars 1896, p. 119.

« Munich », t. VII, n° 37, avril 1896, p. 181.

« Munich », t. VII, n° 38, mai 1896, p. 248.

« Munich », t. VIII, n° 39, juin 1896, pp. 50-52.

« Munich », t. VIII, n° 40, juillet 1896, pp. 119-122.

« Munich », t. IX, n° 43, octobre 1896, pp. 65-66.

« Munich », t. X, n° 47, février 1897, p. 58.

« Munich », t. X, n° 49, avril 1897, pp. 200-201.

« Munich », t. XII, n° 57, décembre 1897, pp. 194-196.

« Munich », t. XVI, n° 71, février 1899, pp. 63-64.

« Munich », t. XVI, mai 1899, pp. 284-288.

« Munich », t. XVII, n° 75, juin 1899, pp. 56-57.

« Munich », t. XVII, n° 78, septembre 1899, p. 278.

« Munich », t. XVIII, n° 81, décembre 1899, pp. 203-205.

« Darmstadt », t. XIX, n° 83, février 1900, pp. 63-69.

« Munich », t. XIX, n° 84, mars 1900, pp. 136-137.

« Munich », t. XXI, n° 92, novembre 1900, pp. 138-140.

« Munich », t. XXI, n° 94, janvier 1901, pp. 276-278.

« Munich », t. XXIII, n° 99, juin 1901, pp. 52-55.

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment Delsemme (Paul), Teodor de Wyzewa et le Cosmopolitisme littéraire en France à l’époque du Symbolisme, 2 vol. , Bruxelles, Presses de l’Université libre de Bruxelles, coll. « Travaux de la Faculté de Philosophie et Lettres », 1967.

2 Lenoir (Andrée), Georges Khnopff. Un esthète oublié, Mémoire [Travail de fin d’études], Université libre de Bruxelles, 1961, pp. 14-15. La critique universitaire s’est peu intéressée à Georges Khnopff. Le seul travail mené à son sujet correspond à ce remarquable travail de fin d’études d’Andrée Lenoir, présenté en philologie romane, à l’Université libre de Bruxelles. L’auteure, aujourd’hui disparue, a pu rencontrer Hubert Khnopff, le fils du poète, ainsi que Fritzi Forster, dernière compagne de Georges Khnopff.

3 Busine (Laurent), « To Sir Edward Burne-Jones from Fernand Khnopff », dans Fernand Khnopff 1858-1921, catalogue de l’exposition tenue à Bruxelles, Salzbourg et Boston, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, 2004, pp. 45-52.

4 Lenoir (Andrée), op. cit., pp. 43-47.

5 Les dénonciations atteignent leur paroxysme dans La Jeune Belgique dans deux articles (Max Waller, « Le Pillage », La Jeune Belgique, t. VI, 1887, p. 359 et Albert Giraud, « L’incident Khnopff », La Jeune Belgique, t. VI, novembre 1887, p. 372) qui vont jusqu’à comparer des extraits de Verlaine avec des textes de Khnopff.

6 Cet état d’esprit du poète est évoqué dans une lettre d’Albert Mockel à Émile Verhaeren (Liège, [1888], Bruxelles, Archives et Musée de la littérature (AML), FS XVI 148/834 ML).

7 Lenoir, op. cit., pp. 142-147.

8 Georges Khnopff comme Georges Dwelshauvers, professeur à l’Université libre de Bruxelles, furent fortement réprouvés pour avoir assisté à un concert organisé par les Allemands au Théâtre de la Monnaie en avril 1915 (cf. Dumont-Wilden (Louis), « Une exécution à Bruxelles », dans La France de Demain, 29 avril 1915 et Gustav Mayer, Als deutsch-jüdischer Historiker in Krieg und Revolution 1914-1920 : Tagebücher, Aufzeichnungen, Briefe, édité et introduit par Gottfried Niedhart, Munich, Oldenbourg, 2009, pp. 359-360). Je suis reconnaissant à Hubert Roland de m’avoir précisé cette information. Pour plus d’informations sur cette période, on lira Roland (Hubert), La « colonie » littéraire allemande en Belgique 1914-1918, Bruxelles, Labor/Archives et Musée de la Littérature, coll. « Archives du Futur », 2003.

9 Wilfert-portal (Blaise), « Cosmopolis et l’homme invisible. Les importateurs de littérature étrangère en France, 1885-1914 », dans Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 144, septembre 2002, n° 4, p. 34.

10 Ibid., pp. 42-44.

11 Nous n’avons pas effectué le relevé systématique de toutes les traductions de Khnopff contenues dans cette revue.

12 Lettre à André Gide, Bedeghem-Saint-Martin, 11 juillet 1899. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° gamma 288 (1).

13 « Puis, je crois que Khnopff se leurre absolument. Une préface de moi ne fera rien prendre ni à Ollendorff, ni au Mercure, il faudrait, en tout cas, s’en assurer avant. » Cf. Lettre n° 215, dans Huysmans (Joris-Karl), Lettres inédites à Arij Prins 1885-1907, publiées et annotées par Louis Gillet, Genève, Droz, 1977, p. 384.

14 Lettre d’Henri de Régnier à Georges Khnopff, Paray-le-Monial, 21 septembre 1893. Bruxelles, AML, n° ML 2580/9.

15 Leblanc (Cécile), « Stuart Merrill : itinéraire d’un cosmopolite », dans Revue Silène, publié le 7 juin 2010, url : http://www.revue-silene.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=149. (consulté le 21 janvier 2014).

16 Lettre à Karl Boès, Munich, 6 mars 1901. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° bêta 977/1. Georges Khnopff lui dédie la traduction du recueil en 1924.

17 Cf. Wilfert-portal, « Cosmopolis et l’homme invisible… », op. cit., p. 37. Khnopff écrit au directeur de la revue La Plume, Karl Boès : « J’attends de vos nouvelles pour régler avec vous les conditions : vous pourriez publier préalablement un des contes “L’Infante” [d’Oscar Wilde] par ex. dans la Plume. » (Lettre à Karl Boès, Munich, 6 mars 1901. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° bêta 977/1). Georges Khnopff revient et insiste sur cette suggestion dans les lettres suivantes.

18 Lettre à Michael Georg Conrad, Munich, 23 juin 1902. Munich, Münchner Stadtbibliothek/Monacensia.

19 Lettre d’Henri Buriot, Moulins, [s. d.]. Munich, Münchner Stadtbibliothek/Monacensia.

20 Lettre à Michael Georg Conrad, Bernried, 1er juillet 1902. Munich, Münchner Stadtbibliothek/Monacensia.

21 Cf. Lettre n° 215, dans Huysmans, Lettres inédites à Arij Prins 1885-1907, op. cit., p. 384.

22 Quatre d’entre elles sont conservées à la réserve précieuse de l’Université libre de Bruxelles. Je tiens à remercier ici la gentillesse et la sollicitude que m’ont témoignées les responsables de cette dernière lors de la réalisation de cet article.

23 Docteur en philologie germanique, figure de proue du Mouvement flamand, Camille Huysmans (1871-1968) deviendra professeur à l’Université libre de Bruxelles. Membre du P.O.B. (Parti Ouvrier Belge), il sera Premier ministre de 1946 à 1947. Il est l’auteur de plusieurs études consacrées à l’œuvre de Charles De Coster.

24 Delsemme (Paul), Teodor de Wyzewa…, op. cit., pp. 201-232.

25 Wilfert-Portal (Blaise), « La place de la littérature étrangère dans le champ littéraire français autour de 1900 », dans Histoire & mesure, vol. XXIII, n° 2, 2008, p. 98.

26 Comme il le fait souvent, il lui propose en échange le partage de sa rémunération en deux parts égales. La correspondance avec Stijn Streuvels montre le même fonctionnement (cf. lettres à Stijn Streuvels, 1927. Anvers, Letterenhuis, dossier n° 126658).

27 Cet argument semble être un leitmotiv des rapports entre les traducteurs et les éditeurs français. Blaise Wilfert-Portal et Thomas Loué ont mis en évidence un cas similaire de « censure informelle » à travers l’exemple de Gabriele D’Annunzio avec son traducteur Georges Hérelle et le directeur de la Revue des Deux Mondes, Ferdinand Brunetière (cf. Loué (Thomas) et Wilfert-Portal (Blaise), « D’Annunzio à l’usage des Français. La traduction comme censure informelle (fin du XIXe siècle) », dans Ethnologie française, vol. XXXVI, n° 1, 2006, pp. 101-110).

28 Trois lettres à Hermann Hesse, Bruxelles, 23 février, 1er et 19 mars 1924. Deutsches Literaturarchiv Marbach.

29 Lettre à Karl Boès, Bernried, juin 1902. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° bêta 977/6.

30 Lettre à Stijn Streuvels, Bruxelles, 11 avril 1927. Anvers, Letterenhuis, dossier n° 126658.

31 Lettre à Karl Boès, Munich, 16 mars 1901. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° bêta 977/2.

32 Lettre à Karl Boès, Munich, 16 mars 1901. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° bêta 977/2.

33 Lettre à Karl Boès, Munich, 30 mars 1901. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° bêta 977/3.

34 Wilfert-Portal, « Cosmopolis et l’homme invisible… », op. cit., p. 36.

35 Ibidem.

36 « Je connais plusieurs langues, vous le savez peut-être, et je puis, de la sorte, convenir de préférence à maint autre. » (Lettre à André Gide, Bedeghem-Saint-Martin, 11 juillet 1899. Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, n° gamma 288 (1)).

37 Lettre de Franz Servais, [s. l.], 31 mai 1890. Bruxelles, Archives et Musée de la littérature, n° 3286/6.

38 Ely (George H.), « French and English », dans Macmillan’s Magazine, vol. 83, n° 496, février 1901, p. 258.

39 Brugmans (Linette), Correspondance André Gide-Arnold Bennett. Vingt ans d’amitié littéraire, cité dans Wilfert-Portal, « Cosmopolis et l’homme invisible… », op. cit., p. 36.

40 Pater (Walter), Style, cité dans Ely, op. cit., p. 258.

41 Wilde (Oscar), « Un prince heureux », dans L’Ermitage, 12ème année, vol. 22, mai 1901, p. 358.

42 Ibid., p. 359-360.

43 Wilde (Oscar), Le Prince heureux et autres contes, traduit par François Dupuigrenet Desroussilles, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1996, p. 146.

44 L’Ermitage, op. cit., p. 360.

45 La Pléiade, op. cit., p. 146.

46 L’Ermitage, op. cit., p. 362.

47 La Pléiade, op. cit., p. 149.

48 Lenoir, op. cit., p. 150. Nous soulignons.

49 Le mois suivant, dans le Gil Blas, Paul Ginisty renvoie laconiquement le lecteur désireux d’obtenir un « croquis familier » de l’intimité d’Ibsen aux « notes de M. Georges Khnopff », sans toutefois donner de références exactes ni davantage d’informations (cf. Ginisty (Paul), « Ibsen chez lui », dans Gil Blas, 14 novembre 1893, p. 2).

50 Cf. Robichez (Jacques), Le Symbolisme au théâtre. Lugné-Poe et les débuts de l’Œuvre, Paris, L’Arche, 1957.

51 Celui-ci avait déjà été révélé par l’étude suivante : Bigeon (Maurice), Les Révoltés scandinaves, Paris, L. Grasilier, 1894, pp. 35-56.

52 Cf. Delsemme (Paul), « Le cosmopolitisme littéraire à l’époque de Paul Gérardy à travers La Société nouvelle, revue internationale (1e série, 1884-1897) », dans Autour de Paul Gérardy. Médiateurs et médiations littéraires et artistiques à l’époque du symbolisme entre l’Allemagne, la Belgique et la France, études présentées au colloque de littérature comparée de Liège (19-21 mars 1980), publiées par Jean-Marie d’Heur et Armand Nivelle, Liège, 1984, pp. 101-120. Paul Delsemme a republié cette étude, sous le titre « La Société nouvelle, revue internationale », dans ses Grands courants de la littérature européenne et les écrivains belges de langue française, préface de Charles Bertin, Bruxelles, Émile Van Balberghe Libraire et Bibliothèques de l’Université Libre de Bruxelles, 1995, pp. 45-64.

53 Cette correspondance, signalée par Andrée Lenoir en 1960 aux Archives et Musée de la littérature à Bruxelles, est aujourd’hui introuvable. Elle comportait quinze lettres et fournissait vraisemblablement de précieux renseignements sur les activités de traducteur de Khnopff. Nous ne pourrons donc ici nous fonder que sur des informations de seconde main. Cf. Lenoir, op. cit., p. 153.

54 Cf. Huysmans, Lettres inédites à Arij Prins 1885-1907, op. cit., p. 381, note 1.

55 Ibidem, p. 193-194, note 7 et De Graaf (Jacob), Le Réveil littéraire en Hollande et le naturalisme français, Amsterdam-Paris, H. J. Paris-A. Nizet et M. Bastard, 1938, p. 84.

56 « Les pays orientaux, le passé barbare avec ses cruautés bestiales, ses batailles féroces, ses conflits de races et de religions, serait pour lui, ainsi qu’il le fut pour Flaubert ou Huysmans, un monde mystérieux et fantastique d’une beauté infiniment poétique. Pour peindre cette vie cruelle et sanglante il use de procédés qu’il paraît avoir soigneusement étudiés chez ses maîtres. Dragamomus, récit de l’invasion des Barbares, rappelle par l’évocation des couleurs et des sons celle des Tartares, dans À Rebours, fragment que Prins avait dit beaucoup admirer. » (De Graaf, op. cit., p. 84).

57 Paul Delsemme explique que Khnopff évite la « littérature à implications sociales » dans ses contributions à la revue La Société nouvelle, (cf. « Le cosmopolitisme littéraire à l’époque de Paul Gérardy à travers La Société nouvelle, revue internationale (1e série, 1884-1897) », op. cit., pp. 101-120.

58 Lettre de Fernand Khnopff à Paul Schultze-Naumburg, reproduite dans Delevoy (Robert L.), De Croës (Catherine), Ollinger (Gisèle), Fernand Khnopff, Bruxelles, Lebeer-Hossmann, 1987, p. 25.

59 Lettre à Stuart Merrill, Bruxelles, mai 1891. Bruxelles, AML, n° 2189.

60 Le Mouvement littéraire, t. I, n° 4, p. 29 et n° 3, p. 23.

61 Khnopff (Georges), « Lettres anglaises », dans La Revue blanche, t. VI, février 1894, n° 28, pp. 188-190. Cette chronique resta sans suite.

62 Sa correspondance avec Stijn Streuvels atteste de son retour à Ixelles en 1922 (Anvers, Letterenhuis, dossier n° 126658).

63 Lettre de Franz Servais à Georges Khnopff, [s.l.], 7 mars 1894. Bruxelles, AML, n° 3286/10.

64 Lenoir, op. cit., p. 143.

65 Lettre de Franz Servais à Georges Khnopff, [s.l.], 7 mars 1894. Bruxelles, AML, n° 3286/10. Servais stigmatise par ailleurs le travail de ce traducteur : « Je n’use pas beaucoup de la traduction de Siegfried. Il s’agit de reconstituer la phrase chantée continuellement surchargée et je ne sais combien de croches et d’anicroches, – sacré Wilder ! le pire ennemi de Wagner n’aurait pu mieux s’y prendre. » (Lettre de Franz Servais à Georges Khnopff, Schloss Balmoral, 4 juillet 1889. Bruxelles, AML, n° 3286/5.)

66 Lettre à Stuart Merrill, Bruxelles, mai 1891. Bruxelles, AML, n° 2189.

67 Khnopff (Georges), « La Kobold de Siegfried Wagner au Stadt-Theater de Hambourg », dans Musica, n° 19, avril 1904, p. 302 et « La “première pierre” de Bayreuth », dans Musica, n° 23, août 1904, pp. 355-358. Il donne une troisième chronique à cette revue : « Le 83ème festival rhénan à Aix-la-Chapelle », dans Musica, n° 48, septembre 1906, p. 142.

68 Cf. la correspondance de 18 lettres adressées à Michael Georg Conrad, conservée à la Münchner Stadtbibliothek/Monacensia à Munich.

69 Le Roi Vierge, roman de Catulle Mendès (1880), témoigne également de l’intérêt des wagnériens pour Louis II de Bavière.

70 Lettre à Michael Georg Conrad, Bruxelles, 17 juin 1903. Munich, Münchner Stadtbibliothek/Monacensia.

71 Deux cartes postales à Cotta’sche Buchhandlung, Bruxelles, 20 janvier et 18 mars 1916. Deutsches Literaturarchiv Marbach. À propos du Manifeste des 93, voir également la contribution d’André Deridder à ce volume.

72 Cf. Delsor (Henry), « La propagande allemande jugée par les Allemands. II. La haine contre l’Angleterre », dans Le Mercure de France, t. CXIII, n° 424, 16 février 1916, pp. 586-595.

73 Eells (Emily), « ‘Influence occulte’ : the Reception of Pater’s Works in France before 1922 », dans The Reception of Walter Pater in Europe, edited by Stephen Bann, Londres, Thoemmes, coll. « The Athlone Critical Series : the Reception of British Authors in Europe », 2004, pp. 93-106. Khnopff envisageait aussi de traduire Marius the Epicurean (cf. Lenoir, op. cit., p. 153).

74 Ibidem, p. 89.

75 Dumont-Wilden, « Une exécution à Bruxelles », op. cit.

76 Caractéristique qu’il partage avec son frère Fernand Khnopff, féru du mouvement esthétique et de la Sécession, qui était introduit auprès des milieux artistiques londoniens, viennois et munichois.

77 M. Pouvillon, cité dans Maurice Barrès, « La querelle des nationalistes et des cosmopolites », Le Figaro, 4 juillet 1892.

78 Cette bibliographie des traductions n’est pas exhaustive et d’autres nombreux travaux de Georges Khnopff doivent encore être repérés. Elle ne reprend pas les premières publications poétiques de l’écrivain dans les revues belges de même que les quelques articles publiés dans La Revue blanche et dans Musica qui sont cités en notes infrapaginales de l’article.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Georges Khnopff
Crédits Réserve précieuse de l'Université libre de Bruxelles
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2535/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Dessy, « Georges Khnopff ou la reconversion cosmopolite de l’homme de lettres », Textyles, 45 | 2014, 47-67.

Référence électronique

Clément Dessy, « Georges Khnopff ou la reconversion cosmopolite de l’homme de lettres », Textyles [En ligne], 45 | 2014, mis en ligne le 26 juin 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2535 ; DOI : 10.4000/textyles.2535

Haut de page

Auteur

Clément Dessy

F.R.S.-FNRS – Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org