Navigation – Plan du site

Remember ! La bande dessinée belge francophone et la guerre de 1940-1945

Roland Baumann
p. 171-185

Texte intégral

  • 1 Voir Bernard (Henri), Gheysens (Roger), La Bataille des Ardennes. L’ultime Blitzkrieg de Hitler (dé (...)
  • 2 L’ouvrage a été publié en trois volumes aux éditions de L’Association. Une partie des pages du prem (...)

1Les bandes dessinées représentant la Seconde Guerre mondiale constituent un genre mineur dans la bd belge et ne font que rarement référence aux évènements de 1940-1945 dans notre pays. Parmi ceux-ci, la bataille des Ardennes s’est imposée, dès 1945, comme le grand moment de la lutte contre les armées de Hitler en Belgique1. Liées à cette mémoire combattante, La Bataille des Ardennes (1984) de Willy Vassaux et Dix de der (2006) de Didier Comès sont inspirées par la mémoire familiale de leurs auteurs. Il s’agira de mesurer ici en quelle proportion ces bandes dessinées de guerre ont pu répondre au « devoir de mémoire », tout en confrontant cette contribution aux représentations de la Première Guerre dans le neuvième art franco-belge. Cette analyse ne peut faire l’économie d’autres bd francophones qui laissent suggérer un regain d’intérêt récent pour le second conflit mondial. La Guerre d’Alan par Emmanuel Guibert (1997-2008)2, récit graphique novateur dans son approche de la mémoire combattante, nous confronte à la réalité intime du conflit et à sa restitution par le biais de la biographie. Enfin, Spirou, le journal d’un ingénu (2008) d’Émile Bravo, et Le Groom vert-de-gris (2009) de Yann et Schwartz témoignent d’un « retour sur le passé » qui, tout en s’inscrivant dans la nostalgie de la ligne claire, brisent une série de tabous propres à la bd belge des soixante dernières années. Ces ouvrages rompent clairement avec le traitement « historique » et les pratiques artistiques réservés jusqu’ici à l’évocation de la guerre de 1940-1945.

Remember Bastogne !

  • 3 Des civils désemparés errent dans une grand rue de Bastogne. L’horizon rougeoyant évoque les bombar (...)
  • 4 Tirée à 2 000 exemplaires numérotés, cette publication comporte les trois timbres, oblitérés du cac (...)
  • 5 Voir Groensteen (Thierry), Un objet culturel non identifié, Angoulême, Éditions de l’An 2, 2006, pp (...)

2L’émission spéciale par la Poste belge de la série de timbres Remember Bastogne (2004), illustrée par Grzegorz Rosinski à l’occasion du soixantième anniversaire du début de l’offensive allemande, le 16 décembre 1944, témoigne des rapports, à la fois populaires et étroits, tissés entre bd et philatélie belges, mais elle révèle aussi les ambivalences du devoir de mémoire dans notre pays. En parallèle à l’émission de ces trois timbres qui nous montrent des images emblématiques de la bataille3, le Centre Belge de la Bande Dessinée a publié en collaboration avec la Poste, le mini-album Rosinski à l’avant-poste4. Auteur de la biographie contenue dans et album, Jean Auquier, interroge Rosinski sur sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale. Évoquant d’abord l’héroïsme de la résistance polonaise, occulté par le communisme, et ignoré à l’Ouest, le dessinateur belge d’origine polonaise dénonce l’anti-américanisme primaire de nombreux jeunes européens et leur absence de mémoire : « Sans les Américains, que serait devenue l’Europe ? Cette série de timbres est un double hommage à l’Amérique et à la Belgique où la bataille s’est déroulée. » Le devoir de mémoire invoqué par Rosinski étonne néanmoins de la part d’un dessinateur qui, notamment à travers la série Thorgal, a longtemps participé à la vogue de l’heroïc fantasy, à ses récits magiques et guerriers, caractérisés par leur médiévisme et leur absence d’ancrage historique, voire géographique5.

  • 6 Voir Levy (Paul), Les Heures rouges des Ardennes, Bruxelles, Éditions Nouvelles, 1946, pp. 71-72.
  • 7 Ainsi, « Le sacrifice des défenseurs de Bütgenbach, de Saint-Vith et de Bastogne rejoint dans l’his (...)
  • 8 Voir Fincoeur (Michel) et Lambeau (Frans), « Bande dessinée », dans Aron (Paul) et Gotovitch (José) (...)
  • 9 Tramson (Jacques), « La Seconde Guerre mondiale en bandes dessinées : mémoires du conflit, conflit (...)
  • 10 Voir Pasamonik (Didier), Regards croisés de la bande dessinée belge, catalogue de l’exposition aux (...)

3L’offensive des Ardennes a été perçue d’emblée comme « la grande bataille d’occident » assurant la victoire finale des Alliés6. L’historiographie militaire et la mémoire des vétérans américains, tout comme le souvenir local et les sentiments de reconnaissance des Belges envers les « combattants de la Liberté » ont contribué à son statut quasi mythique7. La bataille des Ardennes – et en particulier la défense de Bastogne – est aussi le principal, et quasiment le seul, épisode de la Seconde Guerre mondiale dans notre pays à être représenté en bande dessinée. En bd, comme de façon plus générale dans les lettres belges, la guerre et l’Occupation ont favorisé l’essor d’éditeurs belges et de créateurs autochtones8. Il fallut donc attendre la Libération et le début de l’après-guerre, remarque Jacques Tramson9, pour voir apparaître l’évocation héroïque de la guerre en uniforme et celle de la Résistance dans la bd franco-belge. Pour de nombreux dessinateurs la guerre représente « une simple variété du récit d’aventures ». En général, ces bd patriotiques se soucient peu de réalisme documentaire. Dès 1948, alors que les tirages du Journal de Spirou et de Tintin explosent littéralement, ce patriotisme marqué s’estompe dans la presse destinée à la jeunesse. Les débuts de la guerre froide, puis le « pacte du silence » qui permet à la Belgique en crise d’oublier la question royale, ne favorisent pas l’évocation des événements de 1940-1945 dans les bandes intégrées aux publications pour jeunes. Celles-ci manifestent toujours une forte identité catholique, elles se veulent consensuelles et vont jusqu’à pratiquer une politique éditoriale d’abandon identitaire pour mieux s’imposer sur le marché français10.

  • 11 Interview de Willy Vassaux par l’auteur, 4 septembre 2008. Né en 1945, fils d’un pilote de chasse a (...)
  • 12 Lepage (Pierre) et Vassaux (Willy Harold), Nuts ! Bastogne, La bataille des Ardennes, Bruxelles, Éd (...)
  • 13 Pour ce projet, Vassaux collabore avec Jules Metz, ancien de la raf et de la Force Aérienne belge. (...)
  • 14 Les planches originales de Vassaux étaient en noir et blanc. L’auteur souligne qu’il a accepté à co (...)

4Soucieux de répondre au devoir de mémoire envers les soldats américains11, Willy Vassaux publie aux éditions du Lombard, en 1984 – l’année du quarantième anniversaire de l’offensive allemande –, la bande dessinée Nuts ! La bataille des Ardennes12. En préface, le ministre Louis Olivier, souligne que la bande dessinée, mode d’expression au « développement insoupçonné », se devait de consacrer un ouvrage complet à l’un des plus importants faits d’armes de la Seconde Guerre mondiale, « le dernier grand sursaut de l’ennemi avant la capitulation ». Pour conclure, le ministre souligne la nécessité de transmettre le souvenir de tous ceux qui sont tombés pour notre liberté. Nuts ! est un véritable succès commercial. Dix ans plus tard, néanmoins, à l’heure du cinquantième anniversaire de la Libération, Le Prix de la liberté, bd dans laquelle Vassaux veut raconter, au complet, l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, voit sa publication interrompue13. Enfin, si Nuts ! vient d’être réédité, en grand format, noir et blanc – une co-publication de l’auteur et du Sinocc Cultural Group, association chinoise de promotion culturelle14 –, la diffusion de cette réédition semble limitée aux séances de dédicaces organisées, de-ci de-là, le plus souvent à l’occasion de commémorations locales, en particulier dans la province du Luxembourg...

  • 15 Toland (John), Bastogne. La dernière offensive de Hitler, Paris, Calmann-Lévy, 1962.

5Les planches de Nuts ! témoignent du souci de la précision documentaire dans la représentation des uniformes, de l’armement et des portraits de tous les grands protagonistes de la bataille. Commençant son ouvrage par le débarquement en Normandie, Vassaux met en scène Hitler, préparant sa revanche, reproduit de nombreuses cartes des opérations et donne de la grande bataille cette vision d’État-major, propre à la plupart des récits classiques d’histoire militaire. Dans leur récit de l’offensive, Willy Vassaux et Pierre Lepage, son scénariste, suivent souvent le best-seller du journaliste américain John Toland15. Centrée sur la représentation des faits d’armes, de la panoplie guerrière utilisée dans la bataille et d’anecdotes connues, le tout ponctué de belles vignettes d’aviation, cette bande dessinée historique veut séduire par l’accumulation d’éléments narratifs et visuels tirés du récit traditionnel de l’offensive tel qu’il s’est construit dans les années 1950 et 1960.

Lepage (Pierre) et Vassaux (Willy-Harold), Nuts ! Bastogne, La bataille des Ardennes, Bruxelles, Éditions du Lombard, coll. Histoires de l’histoire, 1984

Lepage (Pierre) et Vassaux (Willy-Harold), Nuts ! Bastogne, La bataille des Ardennes, Bruxelles, Éditions du Lombard, coll. Histoires de l’histoire, 1984

© Vassaux

  • 16 Comès (Didier), Dix de der, Tournai, Casterman, 2006.
  • 17 Comme le déclare Comès à Philippe Tomblaine dans Comès (Didier), Dix de der, Paris, Magnard/Casterm (...)

6À cette vision d’en haut de la bataille par Vassaux s’oppose la vision d’en bas de Dix de der16. La dernière bande dessinée de Comès s’impose comme un conte graphique relatant le sacrifice d’un seul combattant américain. Centré sur « l’histoire incroyable » vécue par un soldat novice – « le Bleu » – ce « conte de guerre », en noir et blanc, associe le réalisme documentaire (en particulier dans la représentation des armes et uniformes) au « fantastique surréaliste “à la belge” »17. Sorte de no man’s land entre la civilisation en ruines et l’univers inquiétant de la grande forêt germanique, le décor de la curieuse confrontation entre « le Bleu » et ces revenants prêts à tout pour trouver le quatrième partenaire de leurs parties de cartes, évoque une Belgique des confins, à l’identité complexe, hantée par les fantômes de deux guerres – la terre natale de l’auteur. L’ironie cinglante des corbeaux, « fantômes charognards » d’un curé et de son sacristain, souligne l’absence d’intervention divine dans le théâtre fantasmagorique d’une guerre monstrueuse. C’est Noël, deux enfants jouent à la guerre, lui en soldat, elle en infirmière. Victimes de la destruction de leur village par l’aviation américaine, ces petits revenants évoquent le prix payé par les populations civiles dans la libération de l’Europe ainsi que ces images d’enfants héros et martyrs surabondantes dans les illustrés pour jeunes durant la période 1914-1918. Pas de miracle, ni de happy end, pour ce conte de la nuit du réveillon de 1944, illuminée par les explosions des obus et des grenades, tandis que la musique d’une fanfare fantôme, suivie d’un petit pas de Totentanz accompagnent la tuerie finale. Signe de vie et de renaissance au cœur de l’hiver, l’arbre de Noël miniature envoyé au « Bleu » d’Amérique, par sa mère, ne servira qu’à enjoliver sa sépulture, dans ce « coin pourri » des Ardennes belges enneigées.

  • 18 Schoentjes (Pierre), et Theeten (Griet), « Entretien avec Didier Comès, Xavier Hanotte et Raoul Ser (...)
  • 19 Ambrose (Stephen E.), Frères d’armes, op. cit., pp. 536-540.

7Né en 1942, Didier Comès, alias Dieter Herman, est un enfant de la guerre18. Ses oncles et ses grands-parents ont servi dans l’armée allemande, de même que son père, envoyé en Russie et aussi son frère. Il grandit de plus dans une ambiance militaire, à proximité du camp d’Elsenborn. Selon Comès, nous vivons dans une époque de non-mémoire : aujourd’hui, pour que les jeunes se posent des questions il faut qu’ils soient choqués par des jeux vidéos ou un film de guerre aux images fortes, tel Band of Brothers (Frères d’armes) ! Cette célèbre série télévisée réalisée en 2001 par Tom Hanks et Steven Spielberg d’après le livre de l’historien Stephen E. Ambrose19, évoque les grandes batailles pour la libération de l’Europe (Normandie, Bastogne, etc.) à travers les histoires individuelles des soldats de l’Easy Company, unité d’élite du 506e régiment parachutiste de la 101e division aéroportée us. Une « histoire vraie » qui, à travers sa volonté de représentation réaliste des effets du combat et des expériences personnelles des soldats, met en valeur la fraternité combattante et le véritable « esprit de corps » unissant ces hommes qui, au départ, n’avaient rien en commun et que la guerre a réuni. La défense de Bastogne est un épisode marquant du livre et de la série télévisée. Dix de der raconte pourtant tout le contraire : un jeune soldat inexpérimenté, seul dans son trou d’homme, victime d’une guerre implacable et que seuls les actes secourables de revenants tentent d’arracher à l’inéluctable destin. Sourbrodt, le village d’origine de Dieter Herman, au nord de Malmédy et de Bütgenbach, se trouve sur la ligne de front lors de la bataille d’Elsenborn dans laquelle la résistance américaine arrête les Allemands dès le début de l’offensive. On sait aussi le prix payé par les habitants de Malmédy lors des bombardements de la ville par l’aviation alliée. Le martyre de l’Ardenne fait partie de son histoire, mais, Comès n’évoque pas de lieux précis. Dix de der réduit le paysage et la topographie à quelques éléments (un calvaire, des collines boisées et un village dévasté) que l’on serait bien en peine de situer sur une carte. Bref, aucun véritable lieu de mémoire, plutôt un décor de théâtre. Les gis du conte de Noël macabre de Comès sont des parachutistes, pareils aux vétérans de l’Easy Company, mais l’indifférence et le cynisme qu’ils manifestent au « Bleu » contrastent avec la fraternité d’armes immortalisée par Ambrose dans son adaptation télévisuelle.

  • 20 Tomblaine (Philippe), « Présentation, notes, questions et après-texte », dans Dix de der, op. cit., (...)
  • 21 Denéchère (Bruno), Révillon (Luc), 14-18 dans la bande dessinée. Images de la Grande Guerre de Fort (...)
  • 22 Tomblaine (Philippe), « Présentation, notes, questions et après-texte », dans Dix de der, op. cit., (...)

8La bd de Comès vient d’être rééditée dans la nouvelle collection « Classiques & Contemporains – Bande dessinée » des éditions Magnard, en collaboration avec les éditions Casterman. Philippe Tomblaine, auteur de l’appareil pédagogique (présentation, notes, questions et après-texte) encadrant l’édition intégrale de la bd, souligne les parallèles avec La Guerre des tranchées de Jacques Tardi, « archétype contemporain de la bande dessinée documentaire engagée »20. Co-auteur d’une monographie récente sur les images de la Grande Guerre, Luc Révillon a interrogé Tardi sur sa vision des conflits21. L’historien cite les grands thèmes présents dans l’œuvre de guerre de Tardi : violence, horreur, négation de l’héroïsme, antimilitarisme et anticléricalisme contribuent à représenter le combattant comme victime. Hostile aux commémorations officielles, Tardi ne prétend pas faire de l’histoire et encore moins dessiner « la Grande Guerre racontée aux enfants ». « Passeur de mémoire », son intérêt pour la guerre de 1914-1918 vient de son vécu, à travers les récits de son père, prisonnier de guerre durant la Seconde Guerre mondiale et le souvenir de son grand-père, combattant à Verdun. Dans son analyse, Révillon met en valeur la démarche idéologique de Tardi qui s’inscrit dans la tradition des idées pacifistes de l’entre-deux-guerres, dessine « la guerre à la guerre ». C’est dans une démarche analogue de dénonciation, que la réédition de Dix de der, destinée au milieu scolaire, présente l’œuvre de Comès. Mettant en valeur ses qualités formelles et historiques, Tomblaine souligne la portée éthique et citoyenne de cette fable tragique qui dénonce la folie de la guerre et la cruauté, ou l’inconscience, des combattants22.

Une « autre » bd de guerre

  • 23 Guibert (Emmanuel), La Guerre d’Alan, Paris, L’Association, coll. Ciboulette, 2000-2008, 3 vol.
  • 24 Guibert a terminé sa trilogie huit ans après la disparition d’Alan. Celui-ci est décédé huit mois a (...)

9Tandis que dans la foulée de Tardi, on assiste à une multiplication des bandes dessinées représentant la guerre de 1914-1918, un auteur français nous transmet la mémoire de l’un de nos libérateurs, un gi qui avait « vingt ans en 1945 ». Publiée en trois volumes par L’Association, La Guerre d’Alan par Emmanuel Guibert23 ne concerne aucunement la bataille des Ardennes et n’incarne pas une « vraie » bande dessinée de guerre ! Le « héros » de cette étonnante biographie dessinée, Alan Cope, originaire de Californie, part à la guerre, mais arrive trop tard sur le champ de bataille pour participer activement à la libération de l’Europe. Débarqué en France le 19 février 1945, le jour de son anniversaire, Alan subit son « baptême du feu » alors que la guerre se termine : dans une campagne allemande, entre le Rhin et Pilsen, son auto blindée tire à la mitrailleuse sur un ennemi invisible... Bref, il n’a presque rien vu de la guerre. Guibert nous livre un récit graphique raconté à la première personne24. Témoignage d’un soldat ordinaire, dépourvu de scènes d’action, d’héroïsme et de sang versé pour notre liberté...

  • 25 Voir la planche reproduite dans le cahier couleur de ce numéro.
  • 26 Guibert (Emmanuel), La Guerre d’Alan, op. cit., vol. 1, 2000, p. 7.

10La Guerre d’Alan nous livre la réalité intime de la Seconde Guerre mondiale. On suit Alan depuis son appel sous les drapeaux, à travers les différentes phases de son instruction militaire et ses déplacements d’un camp militaire à un autre. On découvre ses amitiés, sa correspondance avec la famille, les particularités des armes qu’il apprend à manier, les principes de conduite d’un char sur le terrain de manœuvres, etc. Alan nous fait vivre les journées confuses de la capitulation allemande à Pilsen et à Prague, en mai 1945. Il fait ensuite découvrir au lecteur l’Allemagne occupée et son retour en Californie. Revenu en France pour faire de la céramique, Alan y réintègre l’armée américaine pour travailler comme civil. Il part ensuite rejoindre l’Allemagne, lorsque les bases américaines ferment en France pour s’établir en rfa. En fin de parcours, nous retrouvons Alan, retraité, installé en France avec sa femme depuis 1975, et se préoccupant beaucoup d’un couple d’amis allemands, rencontrés dans l’Allemagne vaincue, mais depuis longtemps émigrés au Mexique. Il les retrouve, au crépuscule de sa vie. « La guerre ? C’est ainsi. », conclut Alan au terme d’un récit essentiellement axé sur l’humain et les rencontres personnelles25. Guibert dessine en effet la mémoire de son personnage. Cinq ans d’amitié, « des centaines de lettres et de coups de fil, de cassettes ». Guibert précise qu’il se documente peu et ne prétend pas faire œuvre d’historien. Il affirme son empathie avec son « sujet » et n’a « pas peur d’inventer » : « Bien sûr, je n’ai pas fait la guerre, mais j’ai eu un arrière-grand-père au Chemin des Dames, un grand-père à Dunkerque, un père en Algérie. La guerre n’est jamais loin de quiconque. »26 Micro-histoire et véritable épopée de la transmission de mémoire, La Guerre d’Alan nous fait vivre par procuration la vie quotidienne d’un jeune soldat ordinaire. Alan a échappé aux horreurs du conflit, mais toute sa vie semble s’être déroulée à l’ombre de la guerre.

Guibert (Emmanuel), La Guerre d’Alan. D’après les souvenirs d’Alan Ingram Cope. Tome 1, Paris, L’Association, 2000, p. 26

Guibert (Emmanuel), La Guerre d’Alan. D’après les souvenirs d’Alan Ingram Cope. Tome 1, Paris, L’Association, 2000, p. 26

© Guibert – L’Association

Les nouvelles aventures de Spirou et Fantasio dans la guerre de 1939-1945

11Quasi absente du panorama de la bd belge francophone, l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique se trouve soudain au cœur de débats bédéphiles à la suite de « l’invention » successive d’un Spirou « ingénu » ancré dans la réalité politique de son temps, puis d’un groom « résistant » ! Ces deux dernières aventures de Spirou et Fantasio, prépubliées dans l’hebdomadaire, sont sorties ensuite en album dans une « série parallèle » créée par les éditions Dupuis. Confiant à un auteur (ou un duo d’auteurs) la réalisation d’un album unique, cette série de one shots favorise l’expression de visions personnelles de Spirou et contribue à la pérennité d’une série classique dont ces œuvres d’auteur enrichissent l’univers mythique. Le personnage de Spirou appartient à Dupuis, ce qui favorise cette démarche éditoriale singulière, proche des pratiques de la bd américaine.

  • 27 Bravo (Émile), Spirou, le journal d’un ingénu, Marcinelle, Dupuis, coll. Une aventure de Spirou et (...)
  • 28 Pasamonik (Didier), « Émile Bravo et Spirou : Du bon usage de la nostalgie », site Mundo-BD.fr, (ht (...)
  • 29 Voir http://www.highlightzone.de/comic/peng.html

12Le septantième anniversaire du Journal de Spirou aura ainsi été l’occasion d’une surprenante réinvention de son héros de papier par Émile Bravo dans Spirou, le journal d’un ingénu27. Parisien de racines espagnoles, proche des auteurs de la « nouvelle bande dessinée » française tout en pratiquant un style référentiel fidèle à la ligne claire, Bravo fait revivre le groom Spirou inventé par le dessinateur breton Rob-Vel, alias Robert Velter, en 1938, mais avec une volonté manifeste d’intégrer ce vénérable héros de la bd belge aux réalités de la politique européenne en 1939 : guerre d’Espagne, question juive, purges de Staline, neutralité belge, invasion de la Pologne et début de la Seconde Guerre mondiale. Bravo associe ces faits historiques à la fiction d’une négociation secrète entre diplomates polonais et envoyé nazi à la solde de Heydrich ! Didier Pasamonik28 souligne le propos mémoriel de l’album qu’il associe à l’œuvre pionnière d’Yves Chaland et conclut sa critique élogieuse en notant que Bravo rend hommage à ses prédécesseurs et « éclaire de façon pertinente des pans sensibles de notre histoire ». L’édition allemande du Journal d’un ingénu Porträt eines Helden als Junger To – a remporté, le 11 juin 2009, le prix du meilleur album européen au festival de Munich29.

Bravo (Émile), Une Aventure de Spirou et Fantasio. Spirou. Le journal d’un ingénu, Marcinelle, Dupuis, 2008, no 4, p. 6

Bravo (Émile), Une Aventure de Spirou et Fantasio. Spirou. Le journal d’un ingénu, Marcinelle, Dupuis, 2008, no 4, p. 6

© Bravo – Dupuis

Bravo (Émile), Une Aventure de Spirou et Fantasio. Spirou. Le journal d’un ingénu, Marcinelle, Dupuis, 2008, no 4, p. 7

Bravo (Émile), Une Aventure de Spirou et Fantasio. Spirou. Le journal d’un ingénu, Marcinelle, Dupuis, 2008, no 4, p. 7

© Bravo – Dupuis

  • 30 Yann, Schwartz (Olivier), Le Groom vert-de-gris, Marcinelle, Dupuis, coll. Une aventure de Spirou e (...)
  • 31 Du n˚3697 (18 février 2009) au n˚3704 (8 avril 2009). Ces livraisons hebdomadaires sont en partie a (...)
  • 32 Parmi ce mélange de références historiques et d’allusions propres à l’histoire éditoriale de Spirou(...)
  • 33 Scénariste du Groom vert-de-gris, Yann souligne qu’à son arrivée en Belgique il s’est étonné du dés (...)
  • 34 En juillet 2009, Dupuis avait vendu 85 000 copies de l’album de Bravo et 65 000 du Groom vert-de-gr (...)

13Enfin, la dernière aventure de Spirou et Fantasio nous transporte dans le passé oublié de Bruxelles, ville occupée30 ! Prépublié dans Spirou31 puis sorti en album, Le Groom vert-de-gris, dessiné par Olivier Schwartz sur un scénario de Yann, aborde les réalités historiques de l’Occupation en 1942-1944 avec le ton de la comédie et l’intrigue propre au récit d’aventures. La Gestapo a réquisitionné le Moustic Hôtel où travaille Spirou qui porte donc l’uniforme de groom couleur « vert-de-gris ». Employé aux archives du journal Le Soir, « volé » par l’occupant, Fantasio, fait le « zazou » et cache des aviateurs alliés. Fil rouge du récit, un « rayon de la mort », dont la Gestapo finit par s’emparer, décime en plein vol les escadrilles nazies. Spirou, de son nom de code « écureuil wallon », transmet à la Résistance les informations qu’il récolte au Moustic Hôtel. Manipulé par la Gestapo, il attire les résistants dans un piège, mais échappe aux policiers nazis grâce à Audrey, adolescente juive, au baiser troublant... Le récit, tout en rebondissements, est truffé de références historiques. Celles-ci visent autant la période trouble de l’Occupation que l’univers mythique et éditorial propre à Spirou ou Tintin32. Elles ressuscitent une série de réalités marquantes du conflit : la déportation des juifs, l’existence du réseau Comète ou du camp de Breendonk, l’activité des collaborateurs, la libération de Bruxelles, les femmes tondues, l’exploit de l’aviateur Jean de Sélys Longchamps qui, le 20 janvier 1943, mitraillait le siège de la Gestapo, avenue Louise... Dans la foulée du one shot de Bravo, cette bd « pour tous » tire de l’oubli une période de notre histoire nationale qui fait cruellement défaut à l’univers belge du neuvième art33. Réinvention des origines de Spirou et Fantasio et étonnant retour sur le passé, ces contributions constituent de plus un succès d’édition34.

Schwartz (Olivier) et Yann, Une Aventure de Spirou et Fantasio. Le groom vert-de-gris, Marcinelle, Dupuis, 2009, no 5, p. 31

Schwartz (Olivier) et Yann, Une Aventure de Spirou et Fantasio. Le groom vert-de-gris, Marcinelle, Dupuis, 2009, no 5, p. 31

© Schwartz et Yann – Dupuis

14Ce Spirou « vert-de-gris» a cependant suscité la polémique, s’attirant notamment la critique de Joann Sfar sur son blog, puis de Didier Pasamonik35. Sfar, très incisif, met en parallèle l’album de Bravo avec celui de Yann et Schwartz : « deux façons post-modernes de jouer avec les souvenirs d’enfance » – Bravo utilise la grammaire des bandes dessinées classiques et la met à l’épreuve de sentiments et d’intrigues complexes et actuelles. Soulignant l’humanisme de Bravo, Sfar dénonce les « fascinations moches » de Yann. La rencontre de Spirou et d’Audrey, la petite juive à l’étoile, lui donne le « sentiment de toucher du doigt un vrai antisémitisme » ! Sfar a par la suite précisé son propos36 : la saveur de l’album consiste à mélanger « les clichés inoffensifs des illustrés pour enfants et la réalité du deuxième conflit mondial », mais il juge inacceptable que les mêmes codes simplistes qui ridiculisent les nazis, les réduisant à des méchants stéréotypés, servent aussi à représenter les victimes de la barbarie. Selon lui, l’image d’Audrey dans sa mansarde, la petite juive à l’étoile qui espère un baiser de Spirou, jette « un voile de guimauve sur une réalité atroce » et fait donc obstacle au souvenir du vrai drame, celui du génocide. La polémique déclenchée par Sfar semble révélatrice des tabous qui entourent la figure du déporté racial, victime par excellence de la Seconde Guerre mondiale, mais plutôt absent de la bd francophone. Un sujet difficile à représenter dans des publications « tous publics ». Et pourtant, des atrocités sont bien présentes dans ce dernier Spirou. On y trouve le supplice de la baignoire, on rit (?) lorsque Spirou liquide une escouade de motards ss qu’il fait griller comme de vulgaires saucisses (« le hot-boche »)... Mais on ne voit pas Breendonk. « L’enfer de Breendonk » n’était pas un simple atelier de cireurs de bottes, comme en témoignent les œuvres graphiques de survivants du camp, tels Jacques Ochs et Wilchar, alias Willem Pauwels37. Sachant le nombre de groupes scolaires francophones qui, chaque année découvrent avec effroi ce mémorial de l’horreur, le « séjour » de Spirou à Breendonk inspiré par un humour de caserne désuet doit surprendre certains jeunes lecteurs. S’agit-il là d’une volonté de faire contraste avec cette fascination de l’horreur qu’inspirent parfois certains guides du mémorial de la déportation politique à leurs jeunes visiteurs ?

  • 38 Bravo (Émile), Spirou, le journal d’un ingénu, op. cit., p. 33.
  • 39 Deligne (Michel), Velter (Robert), 1938... L’âge d’or ! La naissance de Spirou, Bruxelles, Éditions (...)

15Avant Audrey, cette « Anne Frank bruxelloise » dont s’irrite Sfar, c’est de Kassandra Stahl, née à Dantzig, de père allemand et de mère polonaise « juive de surcroît » que s’éprend ce Spirou « réinventé ». Agente du Komintern, cette petite juive, au « pouvoir international »38 (« judéo-bolchévique » ?) évoque l’imagerie antisémite de l’entre-deux-guerres ! Un détail peut-être aussi troublant que le baiser d’Audrey, mais que Sfar ne relève pas... Rappelons que les premières aventures de Spirou dessinées par Rob-Vel participaient de cet antisémitisme populaire. Le groom espiègle y triomphe de deux des « vilains » – le kidnappeur David Goldman et le cinéaste véreux Isaac Godsak39 –, sinistres individus, dont les nez crochus confirment « le patronyme sémite ». Précisons que le Spirou de Rob-Vel n’est pas du tout engagé dans la société de son temps : très vite le contexte bruxellois de ses aventures fait place aux grands voyages et à l’exploration de mondes exotiques.

  • 40 Voir Sojcher (Frédéric), La Kermesse héroïque du cinéma belge, Paris, L’Harmattan, 1999, vol. 1, p. (...)
  • 41 Son film Les Croix de l’Yser (1928) sorti à l’occasion du dixième anniversaire de l’Armistice conte (...)

16Périls du ton de la dérision lorsque l’on évoque une histoire douloureuse ? Cette « polémique vert-de-gris » évoque la sortie du film de Gaston Schoukens, Un soir de joie (1955)40, parodie de l’un des plus mémorables actes de résistance à Bruxelles sous l’Occupation : la sortie du « Faux Soir » par le Front de l’Indépendance (fi) le 9 novembre 1943. Ce canular patriotique utilisant contre l’occupant l’humour et la dérision se termine mal pour certains de ses auteurs, arrêtés et déportés. Cinéaste commercial à la production prolifique, Schoukens en fait une comédie bruxelloise à happy end, provoquant la colère des résistants dont Fernand Demany, chef historique du fi41.

17Au-delà de sa critique, Sfar met toutefois en valeur la profonde originalité de la bd de Schwartz et Yann, dans laquelle il voit une bd « résistante » dans la tradition française de la bande dessinée de Marijac, Les Trois Mousquetaires du maquis, publiée après la Libération dans l’hebdomadaire Coq Hardi : bd résistante aux accents de farce, qui ridiculise les Allemands et dont on retrouve plus tard l’esprit dans Astérix. Alors qu’aujourd’hui, en France, la figure du résistant (Guy Moquet, le groupe Manouchian...), qui semblait frappée de déshérence, est l’objet d’un regain d’intérêt dans les commémorations et les écoles, comme au cinéma et à la télévision, l’invention de Spirou et Fantasio en résistants belges, contribuera peut-être à ébranler dans notre pays une tradition d’amnésie historique qui frappe directement l’évocation de la Seconde Guerre mondiale. Elle incite du moins à un retour sur le passé, celui de la ligne claire aux débuts de l’âge d’or de la bd franco-belge et des années obscures de l’Occupation.

Haut de page

Notes

1 Voir Bernard (Henri), Gheysens (Roger), La Bataille des Ardennes. L’ultime Blitzkrieg de Hitler (décembre 1944 – janvier 1945), Paris-Gembloux, Duculot, 1984 ; Engels (Émile), 1944 -1945. La campagne des Ardennes, Bruxelles, Racine, 2004.

2 L’ouvrage a été publié en trois volumes aux éditions de L’Association. Une partie des pages du premier volume est parue dans la revue Lapin (L’Association), entre 1997 et 1999. La parution en album s’est échelonnée sur les années 2000, 2002, et 2008.

3 Des civils désemparés errent dans une grand rue de Bastogne. L’horizon rougeoyant évoque les bombardements de la ville assiégée (timbre de 0,44 €). Deux infirmiers militaires américains soignent un enfant blessé sur lequel se penche sa mère, pietà ardennaise toute de noir vêtue. Derrière eux, un tank Sherman et un groupe de soldats émergent de la fumée des combats (timbre de 0,55€). Sur le troisième timbre (0, 65€), une file de soldats marchent dans un sous-bois, tandis qu’à l’avant-plan, un gi monte la garde, le fusil dressé (cette figure de soldat est reprise sur le cachet spécial philatélique).

4 Tirée à 2 000 exemplaires numérotés, cette publication comporte les trois timbres, oblitérés du cachet spécial. Entièrement consacrée au dessinateur de Thorgal, elle comporte sa biographie illustrée, deux histoires, scénarisées par Jean Van Hamme et André-Paul Duchâteau, ainsi qu’une série d’illustrations tirées de l’univers de Thorgal.

5 Voir Groensteen (Thierry), Un objet culturel non identifié, Angoulême, Éditions de l’An 2, 2006, pp. 86-88. Rosinski est né en 1941, à Stalowa Wola, en Galicie. Il a dix ans et habite Wroclaw (Breslau, avant 1945) lorsqu’il découvre l’univers de la bande dessinée dans les pages de Vaillant, l’hebdomadaire français mythique né de la résistance communiste. Certes, à ses débuts, en Pologne, Rosinski illustre des romans de guerre et réalise quelques bd sur la Seconde Guerre mondiale, mais depuis sa rencontre avec Jean Van Hamme, en 1976, son œuvre s’inscrit surtout dans l’imaginaire et l’univers intemporel du mythe. Elle entretient très peu de rapports avec la mémoire de la Seconde Guerre mondiale et avec sa propre enfance.

6 Voir Levy (Paul), Les Heures rouges des Ardennes, Bruxelles, Éditions Nouvelles, 1946, pp. 71-72.

7 Ainsi, « Le sacrifice des défenseurs de Bütgenbach, de Saint-Vith et de Bastogne rejoint dans l’histoire celui des héros de Verdun, de la Somme et de l’Yser », selon de Fer (André), Tonnerre sur l’Ardenne, Gouvy, Franck/Gamma, 1984, p. 38. Pour l’historiographie militaire américaine, c’est « la plus grande bataille de la Seconde Guerre mondiale sur le front de l’Ouest, et la bataille la plus importante jamais livrée par l’armée des États-Unis » (Ambrose (Stephen E.), Frères d’armes, Paris, Albin Michel, 2002, p. 297).

8 Voir Fincoeur (Michel) et Lambeau (Frans), « Bande dessinée », dans Aron (Paul) et Gotovitch (José), éds., Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, Bruxelles, André Versaille, 2008, pp. 62-65.

9 Tramson (Jacques), « La Seconde Guerre mondiale en bandes dessinées : mémoires du conflit, conflit de mémoires », dans Bonnet (Véronique), éd., Conflits de mémoire, Paris, Karthala, 2004, pp. 135-146.

10 Voir Pasamonik (Didier), Regards croisés de la bande dessinée belge, catalogue de l’exposition aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (27 mars - 28 juin 2009), Bruxelles, Snoeck, pp. 11-21.

11 Interview de Willy Vassaux par l’auteur, 4 septembre 2008. Né en 1945, fils d’un pilote de chasse américain, basé à Florennes durant la bataille des Ardennes, Vassaux est fasciné depuis la petite enfance par les bandes dessinées d’aviation (en particulier les aventures de Buck Danny). Professeur de dessin, il collabore aux histoires complètes du journal Tintin à partir de 1975. Le dessinateur précise qu’il avait déjà réalisé les 16 premières pages de Nuts ! avant de commencer à travailler chez Tintin : « à l’époque les histoires de guerre n’intéressaient personne en Belgique. Les jeunes vivaient une époque de pacifisme et ne voulaient pas entendre parler de guerre ». À l’approche du quarantième anniversaire de la bataille des Ardennes, l’éditeur Raymond Leblanc, originaire de Neufchâteau, s’intéresse à la bd de Vassaux sur la bataille et sort l’album Nuts ! aux éditions du Lombard. Prépublié dans les quotidiens Vers l’Avenir et Het Laatste Nieuws avant de paraître en album, en version française, anglaise et néerlandaise, Nuts ! est ensuite réédité en deux volumes chez des éditeurs indépendants, Hélyode, en 1991, et bhp, en 1999.

12 Lepage (Pierre) et Vassaux (Willy Harold), Nuts ! Bastogne, La bataille des Ardennes, Bruxelles, Éditions du Lombard, coll. Histoires de l’histoire, 1984.

13 Pour ce projet, Vassaux collabore avec Jules Metz, ancien de la raf et de la Force Aérienne belge. En 1993, Labor sort le premier tome (Le Prix de la liberté. À l’assaut des démocraties), retraçant le conflit depuis l’invasion de la Pologne jusqu’au bombardement de Pearl Harbor. Préfacé par Arthur Haulot, l’ouvrage s’adresse aux jeunes, les exhortant à assurer la pérennité du « Prix de la Liberté » payé par les résistants au nazisme en 1940-1945. Labor renoncera finalement au projet en dépit de quatre autres volumes prévus et prêts à être publiés (interview de Willy Vassaux par l’auteur, 4 septembre 2008).

14 Les planches originales de Vassaux étaient en noir et blanc. L’auteur souligne qu’il a accepté à contrecœur leur publication en couleurs par les éditions du Lombard et lors des rééditions successives.

15 Toland (John), Bastogne. La dernière offensive de Hitler, Paris, Calmann-Lévy, 1962.

16 Comès (Didier), Dix de der, Tournai, Casterman, 2006.

17 Comme le déclare Comès à Philippe Tomblaine dans Comès (Didier), Dix de der, Paris, Magnard/Casterman, 2009, p. 84.

18 Schoentjes (Pierre), et Theeten (Griet), « Entretien avec Didier Comès, Xavier Hanotte et Raoul Servais », dans Roland (Hubert) et Schoentjes (Pierre), éds., Textyles, n˚32-33, 14-18 : une mémoire littéraire, 2007, 32-33, pp. 177-195 ; Pasamonik (Didier), Regards croisés de la bande dessinée belge, op. cit., pp. 110-119 ; interview de Comès par Philippe Tomblaine, dans Comès (Didier), Dix de der, op.cit., 2009, pp. 84-87.

19 Ambrose (Stephen E.), Frères d’armes, op. cit., pp. 536-540.

20 Tomblaine (Philippe), « Présentation, notes, questions et après-texte », dans Dix de der, op. cit., pp. 79-80.

21 Denéchère (Bruno), Révillon (Luc), 14-18 dans la bande dessinée. Images de la Grande Guerre de Forton à Tardi, Turquant, Cheminements, coll. La bulle au carré, 2008, pp. 35-95.

22 Tomblaine (Philippe), « Présentation, notes, questions et après-texte », dans Dix de der, op. cit., 2009, pp. 4-6, 64-87.

23 Guibert (Emmanuel), La Guerre d’Alan, Paris, L’Association, coll. Ciboulette, 2000-2008, 3 vol.

24 Guibert a terminé sa trilogie huit ans après la disparition d’Alan. Celui-ci est décédé huit mois avant la parution en 2000 du premier livre de son récit dans lequel il raconte sa préparation militaire aux États-Unis, entre 1943 et 1945.

25 Voir la planche reproduite dans le cahier couleur de ce numéro.

26 Guibert (Emmanuel), La Guerre d’Alan, op. cit., vol. 1, 2000, p. 7.

27 Bravo (Émile), Spirou, le journal d’un ingénu, Marcinelle, Dupuis, coll. Une aventure de Spirou et Fantasio par... (album n˚4), 2008.

28 Pasamonik (Didier), « Émile Bravo et Spirou : Du bon usage de la nostalgie », site Mundo-BD.fr, (http://www.mundo-bd.fr/?p=603), consulté le 22 avril 2008.

29 Voir http://www.highlightzone.de/comic/peng.html

30 Yann, Schwartz (Olivier), Le Groom vert-de-gris, Marcinelle, Dupuis, coll. Une aventure de Spirou et Fantasio par... (album n˚5), 2009.

31 Du n˚3697 (18 février 2009) au n˚3704 (8 avril 2009). Ces livraisons hebdomadaires sont en partie accompagnées d’une page de rédactionnel documentaire (mis en page sur papier à en-tête de la Gestapo), définissant les institutions allemandes et les nombreux acteurs de cette aventure résistante, ainsi que d’un « petit lexique bruxellois». Ce dossier documentaire de 4 pages n’a pas été repris dans l’album.

32 Parmi ce mélange de références historiques et d’allusions propres à l’histoire éditoriale de Spirou, on notera également dans le Journal d’un ingénu (op. cit., p. 6), l’évocation du club des « Amis de Spirou », créé par Dupuis en 1938 afin de renforcer l’attrait du Journal de Spirou et d’assurer au périodique un succès durable.

33 Scénariste du Groom vert-de-gris, Yann souligne qu’à son arrivée en Belgique il s’est étonné du désintérêt pour l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, tant de la part du public que du monde de la bd. Yves Chaland partageait son intérêt pour ce sujet occulté. Pour le cinquantième anniversaire de Spirou, Chaland et Yann ont présenté chez Dupuis le projet d’un album évoquant les origines du groom et sa rencontre avec Fantasio, situant l’action sous l’Occupation. Publiés après la mort de Chaland, dans un ouvrage d’inachevés, le synopsis et quelques planches de ce Spirou « vert-de-gris», témoignent de ce projet avorté et inspireront à Bravo son « ingénu ». Voir Baumann (Roland), « Les aventures de Spirou et Fantasio en 39-45 », La Revue Nouvelle, avril 2009, vol. 64, n˚4, pp. 93-96.

34 En juillet 2009, Dupuis avait vendu 85 000 copies de l’album de Bravo et 65 000 du Groom vert-de-gris, un indéniable succès, en particulier pour le volume de Yann et Schwartz, sorti deux mois auparavant (communication à l’auteur de Jocelyne Vanderlinden, attachée de presse Dupuis, 29 juillet 2009).

35 Sfar (Joann), « Les nazis c’est sympa ?» , Le Petit Monde de Joann Sfar, nouvelles du 11 mai 2009 (http://www.toujoursverslouest.org/joannsfar/blog.php?p=19) ; Pasamonik (Didier), « Spirou et Fantasio : Une polémique vert-de-gris », ActuaBD.com, consulté le 11 juin 2009. Au terme d’une longue analyse, Pasamonik dénonce la désinvolture avec laquelle la BD de Schwartz et Yann traite les faits historiques

36 Sfar (Joann), « Nouvelles du 13 juin 2009 », http://www.toujoursverslouest.org/joannsfar/blog.php?p=20.

37 Voir http://www.breendonk.be/fr/.

38 Bravo (Émile), Spirou, le journal d’un ingénu, op. cit., p. 33.

39 Deligne (Michel), Velter (Robert), 1938... L’âge d’or ! La naissance de Spirou, Bruxelles, Éditions Curiosity, 1975, p. 113 (reproduction du numéro du journal paru en février 1940 !) ; Deligne (Michel), Velter (Robert), Gillain (Joseph), La Deuxième Guerre mondiale et toujours... Spirou, Bruxelles, Éditions Curiosity, 1975, p. 12 (numéro du 14 novembre 1940).

40 Voir Sojcher (Frédéric), La Kermesse héroïque du cinéma belge, Paris, L’Harmattan, 1999, vol. 1, p. 131.

41 Son film Les Croix de l’Yser (1928) sorti à l’occasion du dixième anniversaire de l’Armistice conte l’histoire de soldats français ! Cette stratégie commerciale visait à vendre le film en France (voir Sojcher Frédéric, La Kermesse héroïque du cinéma belge, op. cit., p. 102).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lepage (Pierre) et Vassaux (Willy-Harold), Nuts ! Bastogne, La bataille des Ardennes, Bruxelles, Éditions du Lombard, coll. Histoires de l’histoire, 1984
Crédits © Vassaux
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Guibert (Emmanuel), La Guerre d’Alan. D’après les souvenirs d’Alan Ingram Cope. Tome 1, Paris, L’Association, 2000, p. 26
Crédits © Guibert – L’Association
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1437/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Bravo (Émile), Une Aventure de Spirou et Fantasio. Spirou. Le journal d’un ingénu, Marcinelle, Dupuis, 2008, no 4, p. 6
Crédits © Bravo – Dupuis
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1437/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Bravo (Émile), Une Aventure de Spirou et Fantasio. Spirou. Le journal d’un ingénu, Marcinelle, Dupuis, 2008, no 4, p. 7
Crédits © Bravo – Dupuis
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1437/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Schwartz (Olivier) et Yann, Une Aventure de Spirou et Fantasio. Le groom vert-de-gris, Marcinelle, Dupuis, 2009, no 5, p. 31
Crédits © Schwartz et Yann – Dupuis
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1437/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Baumann, « Remember ! La bande dessinée belge francophone et la guerre de 1940-1945 », Textyles, 36-37 | 2010, 171-185.

Référence électronique

Roland Baumann, « Remember ! La bande dessinée belge francophone et la guerre de 1940-1945 », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1437 ; DOI : 10.4000/textyles.1437

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org