Navigation – Plan du site

Le récit de voyage en bande dessinée, entre autobiographie et reportage

David Vrydaghs
p. 139-148

Texte intégral

La question du genre

1Questionner la pratique d’un genre dans un médium donné, en l’occurrence celui de la bande dessinée, implique préalablement une interrogation du concept de « genre ». De nombreuses définitions du genre en général et des genres en particulier ayant déjà été proposées, il importe dans ce contexte de préciser quelle approche du genre sera privilégiée dans ces pages et ce que recouvrira pour nous l’appellation « récit de voyage ». On n’entrera pas pour autant dans les débats nombreux et complexes de la théorie des genres ; cela nous éloignerait trop de notre sujet.

  • 1 Schaeffer (Jean-Marie), Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Le Seuil, coll. Poétique, 1989 ; (...)

2Pour le dire rapidement, on adopte ici un point de vue « pragmatique » sur les genres, point de vue selon lequel prime leur valeur d’usage. On s’inscrit ainsi à la suite de Jean-Marie Schaeffer, d’Antoine Compagnon ou encore de Marielle Macé1. Cette dernière remarquait fort à propos que les genres – c’est-à-dire les différentes « espèces » génériques, non le genre comme concept – « n’impliquent pas que l’on sache ce qu’ils sont intrinsèquement » pour pouvoir les utiliser ou en parler. Macé étayait ensuite son affirmation par l’observation suivante :

  • 2 Macé (Marielle), Le Genre littéraire, op. cit., p. 15.

Les genres, en effet, ne sont pas d’abord des objets mais des supports d’opérations accomplies par les acteurs de la vie littéraire, des réalités plurielles vers lesquelles convergent des accords en perpétuelle évolution. Ils occupent une place médiane entre plusieurs échelles : entre la Littérature et les œuvres, entre un texte et une règle, entre plusieurs œuvres qu’associent un trait de ressemblance, de dérivation, de contrepoint, entre l’œuvre et le public, entre l’auteur et le lecteur, entre la diachronie et la synchronie, entre la mémoire et la perception, entre l’histoire et la théorie…2

3Pour le dire autrement, il est vain, dans une perspective pragmatique, de vouloir aboutir à une définition précise d’un genre particulier car toujours celui-ci, par quelque bout qu’on le prenne, échappe à une telle tentative. Il est bien plus rentable de se présenter devant lui sans définition préétablie, de recenser ses différents usages et d’analyser les débats dans lesquels il se trouve pris. Pour procéder de la sorte, il faut toutefois, on l’aura compris, que le genre étudié soit déjà nommé et repéré par d’autres, en particulier par ceux qui s’en servent régulièrement – auteurs, critiques, etc.

4La question de ce propos se voit ainsi précisée : on ne cherchera pas à tracer les contours du genre viatique en bande dessinée mais bien à observer comment ceux-ci sont tracés par les principaux acteurs. Cette perspective implique également de rendre compte des éventuels conflits de définition : en l’absence de modèle bien défini, de loi coulée dans le bronze, les auteurs proposent souvent leur propre définition d’un genre, quitte à éreinter explicitement ou de manière détournée celles des autres.

Récits de voyage, bandes dessinées de reportage et autobiographies : trois genres ou un seul ?

  • 3 Ces appellations génériques sont celles que l’on rencontre le plus souvent chez ceux, auteurs ou cr (...)

5Dès que l’on parle de récits de voyage en bande dessinée, ce sont en fait trois genres qui se voient pointés du doigt : l’autobiographie, la bande dessinée de reportage et le récit de voyage (parfois appelé « carnets de voyage »)3. La divergence de ces appellations suscite au moins deux commentaires.

6Elle est d’abord le signe d’un conflit de définition qui passe par l’établissement de différences, sur le plan de la valeur principalement, entre les productions ainsi nommées. La case suivante, extraite du Livret de phamille de Jean-Christophe Menu, est exemplaire de ce type de conflit.

Menu (Jean-Christophe), « USA 87 », dans Livret de Phamille, Paris, L’Association, 1995, planche 1

Menu (Jean-Christophe), « USA 87 », dans Livret de Phamille, Paris, L’Association, 1995, planche 1

© Menu – L’Association

7Dans ce récit autobiographique, Menu raconte son voyage aux États-Unis mais aussi – et surtout – la naissance d’une relation amoureuse, dont ce séjour constitue une étape importante. Dans la case reproduite plus haut, la référence à Loustal, ironique, sert surtout à marquer une distance avec le carnet de voyage traditionnel, dont cet auteur est devenu le spécialiste dans les années 1980. L’une des caractéristiques majeures du genre est, du moins dans l’esprit de Menu, l’exotisme. Cette prise de distance est encore renforcée par le fait que le paysage évoqué dans cette case n’est pas montré ; ce sont au contraire les personnages principaux du récit qui y sont mis en scène, manière de souligner que le récit est centré sur leurs vies plutôt que sur le pays qu’ils visitent. Le texte figurant sous la case achève de tourner en dérision l’exotisme supposé du carnet de voyage, puisque le décor urbain placé en arrière-fond de la case n’a pas été réalisé d’après nature mais grâce à « a picture book […] on [Miami Beach] “typical old ardeco architecture style” ».

  • 4 La notion de « graphiateur » désigne l’énonciateur graphique d’une bande dessinée selon Marion (Phi (...)

8Témoin de divergences dans l’appréhension des récits viatiques, l’existence de plusieurs appellations est aussi le signe, paradoxalement, de convergences (principalement formelles et thématiques) entre les productions ainsi nommées. Il faut en effet, pour qu’il y ait débat, qu’il y ait matière à débattre et, par conséquent, que ces appellations soient dans une certaine mesure interchangeables. À considérer les thématiques exploitées par les bandes dessinées contemporaines qui se revendiquent d’un de ces genres, on constate une série de régularités qui constituent, si l’on se représente les choses sous la forme d’ensembles mathématiques, les points d’intersection entre ces trois genres entremêlés. Ces convergences portent principalement sur deux points : l’abondance des réflexions méta-artistiques ; la présence quasiment obligatoire d’un narrateur-graphiateur représentant l’auteur4.

  • 5 Cette dimension métasémiotique est particulièrement sensible dans les récits « Cerisy » et « Mélo M (...)
  • 6 Baudoin, « Alexandrie, Alexandra », dans L’Association en Égypte, Paris, L’Association, 1999, p. 25
  • 7 De Heyn (Renaud), La Tentation, première partie, Bruxelles, La Cinquième Couche, 2002, pp. 40-41.

9Qu’ils soient ou non centrés sur la vie professionnelle de leurs auteurs, les récits autobiographiques en bande dessinée contiennent souvent des réflexions sur les spécificités du médium, ses avantages et ses inconvénients. Pour ne prendre que cet exemple, Livret de phamille, de Menu, qui se présente comme un recueil de récits autobiographiques, consacre plusieurs d’entre eux au rapport de l’auteur à la création5. Les bandes dessinées qui se réclament du reportage confrontent nécessairement leurs auteurs à la difficulté de raconter un événement réellement survenu. De ce fait, elles contiennent souvent une part de métadiscours où le reporter interroge ses outils narratifs et graphiques pour justifier devant le lecteur les options retenues pour lui transmettre des choses vues, entendues et ressenties. Ainsi, dans « Alexandrie, Alexandra », Baudoin fait brièvement état de sa méthode de composition qui alterne les dessins réalisés d’après souvenirs et les croquis pris sur le vif. Il justifie l’abandon de la technique du croquis lors de certains déplacements en raison de son incapacité à « reproduire autant de cris, de saleté, d’odeurs, d’humanité entraperçue, de vie »6. Un autre voyageur au long cours, Renaud De Heyn, interrompt parfois le récit de son voyage au Pakistan pour rappeler que « chaque dessin possède, hors champ, une histoire ». Le texte vient alors, dans La Tentation, combler le vide narratif résultant de l’aspect instantané du croquis7.

De Heyn (Renaud), La Tentation. Carnet de voyage au Pakistan (1re partie), Bruxelles, La Cinquième Couche, 2005, pp. 40-41

De Heyn (Renaud), La Tentation. Carnet de voyage au Pakistan (1re partie), Bruxelles, La Cinquième Couche, 2005, pp. 40-41

© De Heyn – La Cinquième Couche

  • 8 Löwenthal (Xavier), Lettres à Pauline, Bruxelles, La Cinquième Couche, 2003, p. 3.

10En revanche, les Lettres à Pauline de Xavier Löwenthal soulignent les limites des « maigres mots »8 que l’auteur a à sa disposition pour rendre compte de la luxuriance de la forêt du Honduras. Certes, l’auteur utilise peu le dessin en comparaison du texte dans cet ouvrage. Mais les « 95 vignettes » qui illustrent celui-ci ont pour fonction manifeste de clarifier la représentation que l’abondance des mots peine à produire. Par exemple, un dessin de la végétation tropicale figurant celle-ci à la façon d’une cascade accompagne le texte.

Löwenthal (Xavier), Lettres à Pauline. Récit d’un voyageur au pays des Indiens Tawahkas, Bruxelles, La Cinquième Couche, p. 66

Löwenthal (Xavier), Lettres à Pauline. Récit d’un voyageur au pays des Indiens Tawahkas, Bruxelles, La Cinquième Couche, p. 66

© Löwenthal – La Cinquième Couche

  • 9 Trondheim (Lewis), Approximativement, Paris, Cornélius, 1995, pp. 13-14.

11Dans ces trois genres, ce ne sont pas seulement les potentialités du médium qui sont interrogées, voire représentées ; c’est aussi la figure de l’auteur. Cette dimension autoreprésentative s’étend par ailleurs fréquemment au milieu de la bande dessinée. Plusieurs planches d’Approximativement, une des premières autobiographies francophones en bande dessinée, nous font ainsi pénétrer dans l’atelier que leur auteur, Lewis Trondheim, partage avec quelques pairs et mettent en scène leurs échanges – notamment sur des questions techniques9.

12De nombreux récits de voyage contemporains adoptent également cette manière de faire, malgré l’importance conférée au décor. Par exemple, le personnage de Renaud apparaît dans la plupart des cases de La Tentation de Renaud De Heyn, ce qui a pour effet d’éloigner cette bande dessinée de la présentation classique des carnets de croquis pour rejoindre la disposition de la plupart des bandes dessinées d’aventure.

De Heyn (Renaud), La Tentation. Carnet de voyage au Pakistan (1re partie), Bruxelles, La Cinquième Couche, 2005, p. 16-17

De Heyn (Renaud), La Tentation. Carnet de voyage au Pakistan (1re partie), Bruxelles, La Cinquième Couche, 2005, p. 16-17

© De Heyn – La Cinquième Couche

13Dans Lettres à Pauline, les vignettes qui parsèment le récit de Xavier Löwenthal représentent autant la forêt tropicale que l’auteur, figuré sous les traits d’un explorateur des xviie-xviiie siècles (on reviendra sur cette posture singulière).

  • 10 Il s’agit de Shenzhen (Paris, L’Association, 2000), de Pyongyang (Paris, L’Association, 2003) et de (...)
  • 11 Delisle (Guy), Shenzhen, op. cit., [n.p.].

14Il arrive aussi que l’auteur dessine les collègues avec lesquels il voyage ou ceux qui sont restés au pays. C’est par exemple le cas dans les récits de voyage du Québécois Guy Delisle, publiés d’abord à L’Association puis dans la collection « Shampooing » des éditions Delcourt10. Ayant séjourné dans plusieurs pays d’Asie pour y exercer le métier d’animateur, Delisle représente souvent cette profession, qu’il mette en scène son studio d’animation ou réfléchisse aux spécificités de ce métier et à ses apports possibles pour la création en bande dessinée, comme dans une planche de Shenzhen où son personnage estime que le métier d’animateur confère à celui qui l’exerce une connaissance du mouvement lui permettant d’acquérir « une finesse supplémentaire » dans ses dessins11.

Delisle Guy, Shenzen, Paris, L’Association, 2000, non paginé

Delisle Guy, Shenzen, Paris, L’Association, 2000, non paginé

© Delisle – L’Association

Spécificités du récit viatique

15Bien qu’on puisse identifier des convergences entre ces « genres » importants de la bande dessinée contemporaine franco-belge, il reste que trois dénominations différentes sont employées pour les désigner et parfois pour les opposer entre eux. En repérant dans la production contemporaine les spécificités du récit de voyage, c’est-à-dire les traits caractéristiques que ne semblent pas posséder les récits appelés autrement (autobiographie ou bande dessinée de reportage), on sera en mesure d’identifier les enjeux majeurs de ces conflits de définition.

  • 12 Par exemple, « Hatshepsout Blues », la contribution de Jean-Christophe Menu au collectif L’Associat (...)
  • 13 On lit ainsi, sous la plume de Vincent Bernière : « Joe Sacco fut pendant quelques années l’unique (...)

16La première spécificité remarquable du récit de voyage en bande dessinée tient aux modèles dont il se revendique. Cela apparaît surtout quand on le compare à la bande dessinée de reportage. Comme sa dénomination l’indique, le reportage dessiné rencontre souvent le journalisme d’investigation. Il est comme ce dernier centré sur la question de la représentation de faits d’actualité. Dans cette optique, il privilégie volontiers les sujets « chauds » (guerres, drames ou faits divers12) et repose, dans ses formes les plus abouties, sur un travail d’enquête similaire à celui que mènent les meilleurs journalistes : rencontre de témoins, enregistrements sur bandes magnétiques, photographies, prises de note, documentation, etc. Dans certains cas, l’auteur est d’ailleurs journaliste : on pense à l’américain Joe Sacco, considéré par certains comme l’inventeur du genre13, licencié en journalisme de l’université de l’Oregon depuis 1981.

17Les récits de voyage en bande dessinée obéissent en général à de tout autres règles. Les pays visités le sont le plus souvent pour des raisons intimes – ainsi le périple de Renaud De Heyn en Orient, dont il a seulement raconté le séjour au Pakistan, est né d’un rêve fait adolescent et d’une question qui le taraude, une « tentation » : celle de se convertir à l’Islam. Le voyage peut également, mais plus rarement, être la conséquence d’un hasard heureux, comme le laisse entendre Xavier Löwenthal en introduction à son recueil de lettres :

  • 14 Löwenthal (Xavier), Lettres à Pauline, op. cit., p. 3.

« Voudriez-vous m’accompagner au Honduras, dans la forêt humide, et enseigner la bande dessinée aux Indiens ? » J’ai rencontré Luz par hasard. Au bout de dix minutes, elle m’a fait cette incroyable proposition, comme on invite à prendre un café. J’ai répondu « oui » sans hésiter. On ne risquait pas de me le proposer une autre fois.14

  • 15 Ces modèles sont aussi graphiques, au sens où nombre de peintres ont accompagné les voyageurs d’anc (...)

18Ces récits ne s’inspirent généralement pas des techniques de l’enquête : souvent emplis de croquis pris sur le vif, ils rassemblent des impressions de voyage en une narration plus ou moins structurée, dont les modèles sont le plus souvent littéraires15. Chez Xavier Löwenthal, la référence au littéraire est d’autant plus sensible que les modèles de la correspondance amoureuse et du journal intime se joignent aux codes du récit de voyage. Par voie de conséquence, le texte prend souvent le pas, dans ce genre, sur le dessin. C’est patent chez Löwenthal puisque ses Lettres à Pauline prennent la forme d’un texte continu occasionnellement illustré par des vignettes. C’est moins apparent chez Renaud De Heyn, sauf à remarquer que le découpage classique en planches et en cases alterne régulièrement avec des reproductions de carnets de croquis assortis de notes manuscrites nombreuses chargées le plus souvent d’expliciter ce qui s’est produit hors champ.

  • 16 L’intrication du biographique et du viatique est en effet un mode de représentation privilégié dans (...)
  • 17 Sattouf (Riad), La Vie secrète des jeunes, Paris, L’Association, 2007 ; Retour au collège, Paris, H (...)

19La seconde spécificité remarquable du récit de voyage en bande dessinée réside dans sa confrontation avec un monde nouveau. Proche de l’autobiographie, dont il constitue souvent un sous-genre16, le récit de voyage présente néanmoins cette spécificité de mettre en scène un monde inconnu du voyageur – du moins le plus souvent et au départ. L’autobiographie est en revanche davantage centrée sur le quotidien. Le reportage, qui partage généralement avec le récit de voyage le fait d’être confronté à un ailleurs géographique et/ou culturel, n’en fait toutefois pas une spécificité : plusieurs bandes dessinées de reportage, et non des moindres, prennent pour sujet des lieux ou des événements que leurs auteurs connaissent bien. On pense ici aux travaux que Cabu a consacrés à Châlons, sa ville natale, ou encore aux reportages de Riad Sattouf sur la jeunesse parisienne qu’il croise tous les jours en rue17.

Enjeux et conflits autour de ces étiquettes

20Ce relevé succinct des chevauchements et des lignes de tension entre ces trois « genres » permet de dresser un portrait du récit de voyage contemporain en bande dessinée et de faire apparaître les débats dans lesquels il se trouve engagé.

  • 18 Groensteen (Thierry), La Bande dessinée. Mode d’emploi, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2007, (...)

21Ses spécificités (modèle littéraire, ailleurs géographique et/ou culturel) sont régulièrement prises pour cible afin d’en faire un repoussoir de la bande dessinée de reportage, dont Thierry Groensteen soulignait l’expansion : « le reportage dessiné est un genre en vogue depuis quelques années et qui semble promis à un certain développement »18. Face à l’écriture journalistique et au graphisme réaliste du reportage, le récit de voyage apparaît en effet comme doucement suranné et encourt régulièrement le reproche de se complaire dans un exotisme daté (c’était le sens, on s’en souvient, de la référence ironique de Menu au travail de Loustal dans Livret de phamille). Cet aspect daté peut néanmoins, lorsqu’il est assumé, renouveler en partie le genre. Ainsi, dans Lettres à Pauline, la représentation ironique de l’auteur en explorateur de l’ancien régime, et non par exemple en aventurier moderne ou en militant alter-mondialiste, fait signe à la fois vers l’époque dorée du genre viatique (les xviie et xviiie siècles) et en souligne le caractère passé, voire dépassé.

Löwenthal Xavier, Lettres à Pauline. Récit d’un voyageur au pays des Indiens Tawahkas, Bruxelles, La Cinquième Couche, p. 40

Löwenthal Xavier, Lettres à Pauline. Récit d’un voyageur au pays des Indiens Tawahkas, Bruxelles, La Cinquième Couche, p. 40

© Löwenthal – La Cinquième Couche

22Enfin, l’association fréquente du récit de voyage avec l’autobiographie, genre contemporain par excellence, redynamise fréquemment le genre, notamment en l’ouvrant à une réflexion métasémiotique de qualité. Bref, si le genre viatique peut à l’occasion servir de contre-exemple à des positionnements génériques et graphiques d’avant-garde, il a encore un bel avenir devant lui.

Haut de page

Notes

1 Schaeffer (Jean-Marie), Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Le Seuil, coll. Poétique, 1989 ; Compagnon (Antoine), Cours de théorie de la littérature : la notion de genre, 2001, (http://www.fabula.org/compagnon/genre.php) ; Macé (Marielle), Le Genre littéraire, Paris, GF Flammarion, coll. Corpus, 2004.

2 Macé (Marielle), Le Genre littéraire, op. cit., p. 15.

3 Ces appellations génériques sont celles que l’on rencontre le plus souvent chez ceux, auteurs ou critiques, qui traitent de ces genres.

4 La notion de « graphiateur » désigne l’énonciateur graphique d’une bande dessinée selon Marion (Philippe), Traces en cases, Louvain-la-Neuve, Académia, 1993. Elle a été reprise par Jan Baetens pour désigner l’énonciateur principal du genre autobiographique en bande dessinée. Voir Baetens (Jan), « Autobiographies et bandes dessinées », dans Belphégor, vol. 4, n˚1, novembre 2004, (http://etc.dal.ca/belphegor/vol4_no1/articles/04_01_Baeten_autobd_fr.html).

5 Cette dimension métasémiotique est particulièrement sensible dans les récits « Cerisy » et « Mélo Mimolette Blues ».

6 Baudoin, « Alexandrie, Alexandra », dans L’Association en Égypte, Paris, L’Association, 1999, p. 25.

7 De Heyn (Renaud), La Tentation, première partie, Bruxelles, La Cinquième Couche, 2002, pp. 40-41.

8 Löwenthal (Xavier), Lettres à Pauline, Bruxelles, La Cinquième Couche, 2003, p. 3.

9 Trondheim (Lewis), Approximativement, Paris, Cornélius, 1995, pp. 13-14.

10 Il s’agit de Shenzhen (Paris, L’Association, 2000), de Pyongyang (Paris, L’Association, 2003) et de Chroniques birmanes (Paris, Delcourt, 2007).

11 Delisle (Guy), Shenzhen, op. cit., [n.p.].

12 Par exemple, « Hatshepsout Blues », la contribution de Jean-Christophe Menu au collectif L’Association en Égypte, est consacré à l’attentat qui frappa les touristes de Louxor en décembre 1997, au moment du séjour de l’auteur.

13 On lit ainsi, sous la plume de Vincent Bernière : « Joe Sacco fut pendant quelques années l’unique représentant d’un genre qu’il avait lui-même créé. » (Bernière (Vincent), « La bd sur le terrain », dans Neuvième Art, n˚7, janvier 2002, p. 47.)

14 Löwenthal (Xavier), Lettres à Pauline, op. cit., p. 3.

15 Ces modèles sont aussi graphiques, au sens où nombre de peintres ont accompagné les voyageurs d’ancien régime et ont contribué par leurs croquis aux relations de voyage de ces derniers. (Je remercie Laurence Brogniez de m’avoir signalé cette piste lors de la discussion ayant suivi ma communication.)

16 L’intrication du biographique et du viatique est en effet un mode de représentation privilégié dans certaines œuvres marquantes de la bande dessinée contemporaine en langue française : le Livret de phamille de Jean-Christophe Menu inclut de nombreux récits de voyage, de même que les Carnets de bord de Lewis Trondheim (L’Association, 2001-2003, quatre volumes parus) et les carnets de Joann Sfar (cinq volumes parus à L’Association de 2002 à 2005 et quatre volumes chez Delcourt depuis 2007). Les récits de voyage de Guy Delisle proposent autant une approche des villes étrangères où il a vécu quelque temps qu’une autobiographie classique (voir en particulier Chroniques birmanes, Paris, Delcourt, coll. Shampooing, 2007).

17 Sattouf (Riad), La Vie secrète des jeunes, Paris, L’Association, 2007 ; Retour au collège, Paris, Hachette, 2005.

18 Groensteen (Thierry), La Bande dessinée. Mode d’emploi, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2007, p. 187.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Menu (Jean-Christophe), « USA 87 », dans Livret de Phamille, Paris, L’Association, 1995, planche 1
Crédits © Menu – L’Association
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre De Heyn (Renaud), La Tentation. Carnet de voyage au Pakistan (1re partie), Bruxelles, La Cinquième Couche, 2005, pp. 40-41
Crédits © De Heyn – La Cinquième Couche
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Löwenthal (Xavier), Lettres à Pauline. Récit d’un voyageur au pays des Indiens Tawahkas, Bruxelles, La Cinquième Couche, p. 66
Crédits © Löwenthal – La Cinquième Couche
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre De Heyn (Renaud), La Tentation. Carnet de voyage au Pakistan (1re partie), Bruxelles, La Cinquième Couche, 2005, p. 16-17
Crédits © De Heyn – La Cinquième Couche
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1427/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Delisle Guy, Shenzen, Paris, L’Association, 2000, non paginé
Crédits © Delisle – L’Association
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1427/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Löwenthal Xavier, Lettres à Pauline. Récit d’un voyageur au pays des Indiens Tawahkas, Bruxelles, La Cinquième Couche, p. 40
Crédits © Löwenthal – La Cinquième Couche
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1427/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Vrydaghs, « Le récit de voyage en bande dessinée, entre autobiographie et reportage », Textyles, 36-37 | 2010, 139-148.

Référence électronique

David Vrydaghs, « Le récit de voyage en bande dessinée, entre autobiographie et reportage », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1427 ; DOI : 10.4000/textyles.1427

Haut de page

Auteur

David Vrydaghs

Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org