Navigation – Plan du site

Bande dessinée alternative : mémoire et re-génération

Autour de l’exposition Alternative Chaos. Onafhankelijk Beeldverhaal in Wallonië en Brussel
Erwin Dejasse
p. 91-100

Texte intégral

1L’exposition Alternative Chaos. Onafhankelijk beeldverhaal in Wallonië en Brussel s’est tenue du 6 au 22 juin 2008 à la Galerie 27 à Haarlem, aux Pays-Bas. Cette exposition s’inscrivait dans le cadre du festival Stripdagen qui s’est déroulé, quant à lui, le week-end du 6 au 8 juin. Les organisateurs de la manifestation, en collaboration avec le cgri (Commissariat général aux relations internationales de la Communauté française), ont souhaité, pour cette édition, valoriser la bande dessinée issue de la Belgique francophone. Les visiteurs pouvaient notamment voir, à Haarlem, une exposition rendant hommage à l’Atomium, aux Schtroumpfs ou à Michel Vaillant. La volonté explicite du cgri et du commissaire général Jean-Marie Derscheid était de ne pas cantonner la manifestation dans une vision très convenue de la bande dessinée belge. Il était impératif de mettre en lumière les tendances incarnées par ces petits éditeurs que l’on nomme souvent indépendants ou, plus justement, alternatifs.

  • 1 Le résultat de cette rencontre est visible dans l’ouvrage Match de catch à Vielsalm, Bruxelles et V (...)

2Les Stripdagen ont donc présenté deux expositions mettant en lumière les réalisations nées dans ces structures éditoriales. La première, intitulée Match de Catch à Vielsalm, montrait des planches réalisées dans le cadre d’une résidence d’artistes, des collaborations entre des auteurs de bandes dessinées issus pour la plupart du collectif Frémok et des artistes handicapés mentaux œuvrant dans le cadre de l’atelier la Hesse à Vielsalm1. Les connexions entre celle-ci et Alternative Chaos étaient évidentes. Plusieurs créateurs étaient présents dans les deux expositions ; le visiteur ayant la possibilité d’appréhender une démarche artistique singulière dans une des deux manifestations et d’en apprécier le prolongement dans l’autre.

  • 2 Brain Produk (1994-1999), La Cinquième couche (depuis 1993), Détruitu (depuis 2003), L’Employé du M (...)

3Lorsque me fut confiée la tâche d’assurer le commissariat d’une grande exposition présentant l’ensemble de la production alternative en Wallonie et à Bruxelles, se posa immédiatement la question des limites de mon champ d’investigation. Il m’est très vite apparu évident que l’on ne pouvait justement rendre compte du phénomène si l’on s’en tenait aux ouvrages reliés. Il était impératif d’y intégrer aussi les fanzines et autres micro-éditeurs aux tirages souvent dérisoires. Il était également impossible de ne pas envisager les nombreux auteurs non belges qui résident ou ont longtemps résidé en Belgique et qui ont pleinement pris part à cette dynamique. Après de nombreuses recherches, j’ai arrêté une liste de nonante et un auteurs et décidé de mettre plus particulièrement en lumière dix collectifs, existant ou disparus, à l’apport déterminant2.

4La bande dessinée alternative ne constitue pas, à proprement parler, un mouvement, encore moins une école, mais une mouvance impossible à cerner en quelques traits. Polymorphe, elle est traversée par toute une série de courants, d’influences, de sensibilités très différentes, voire antithétiques. Pour matérialiser ce foisonnement, il était nécessaire de rompre avec la muséographie classique, de ne pas opter pour un agencement très sage où chaque éditeur ou courant se serait vu attribuer un espace parfaitement délimité. Le parti pris fut de jouer en permanence sur des confrontations, ne pas définir de sens de visite strict mais d’opter pour un cheminement aléatoire où le visiteur était invité à « faire son marché ». Après Le Pot belge puis Zone hétérogène, l’exposition fut finalement titrée Alternative Chaos, syntagme le mieux à même d’exprimer ce bouillonnement créatif caractérisé par son hétérogénéité foncière.

Questions de support

  • 3 Menu (Jean-Christophe), Plates-bandes, Paris, L’Association, coll. Éprouvette, 2005, 80 p.

5Toutefois, en dépit de cette hétérogénéité, tous les collectifs exposés partagent un très grand intérêt pour l’objet livre. Qu’il s’agisse d’opuscules ou d’ouvrages volumineux, ceux-ci sont généralement réalisés avec le plus grand soin. Avant les années 1990, l’auteur « se contentait » de fournir le contenu et laissait à son éditeur le soin de maquetter l’ouvrage. Les éditeurs alternatifs ont depuis lors cherché à se départir des formats habituels. Ici, pas de trace du fameux 48cc, l’album cartonné couleur qui caractérise le standard absolu de la production francophone, tant décrié par Jean-Christophe Menu3. Place à une remarquable variété en termes de formats, de papiers, de reliures, de techniques d’impression… La scénographie de l’exposition se devait, dès lors, de matérialiser cette incroyable créativité dans la conception formelle des livres : plusieurs centaines d’ouvrages de tailles et de factures très variables occupaient l’espace d’une pièce, suspendus sur des cordes comme du linge que l’on aurait mis à sécher.

  • 4 Une fraction de ce qui fut publié sur ce site est visible dans l’ouvrage 40 075 km, Bruxelles, L’Em (...)
  • 5 http://grandpapier.org

6Toutefois, la présence dans cette exposition de la maison d’édition bruxelloise L’Employé du Moi, particulièrement, nécessitait que l’on se penche également sur un autre phénomène qui s’est développé parallèlement à l’éclosion de la scène alternative : l’apparition de bandes dessinées en ligne. L’Employé du Moi – jouant sur l’interactivité propre à ce nouveau support, sur sa capacité de stockage quasi illimitée, sur la rapidité des délais de publication, sur la possibilité d’échanges immédiats entre auteurs et internautes, entre auteurs et auteurs… – a créé en 2005 le site Internet 40 075 km4 suivi par Grand Papier5, lequel était consultable dans l’exposition via un terminal informatique.

Un héritage encombrant

  • 6 Tout l’amour du monde, RTBF – La Première, 12 janvier 1997.

7Si la bande dessinée alternative belge francophone n’affiche pas véritablement de spécificité, elle vient inévitablement à la suite de la longue tradition de créateurs populaires issus des journaux Spirou ou Tintin, dont l’œuvre s’est épanouie, grosso modo, entre l’après-guerre et la fin des années 1960 : Hergé, Jijé, Franquin, Jacobs, Morris, Peyo… Ces auteurs ont imprégné en profondeur l’imaginaire collectif de tout un pays et leur renommée a rapidement dépassé les frontières de la Belgique, au point que la bande dessinée y est envisagée comme un patrimoine national au même titre que la bière ou le chocolat. Cet héritage explique largement pourquoi ce pays, plus que tout autre, est un territoire où – en quantité du moins – cette forme d’expression est omniprésente, notamment à travers les médias, l’enseignement et un grand nombre de manifestations d’intérêt très variable. Lors d’une émission de radio réalisée à l’occasion de la disparition d’André Franquin, Philippe Vandooren, alors directeur éditorial chez Dupuis, n’hésitait pas à déclarer que « les dessinateurs de cette époque inventaient tout. [Aujourd’hui,] il n’y a plus grand-chose à inventer. »6 Propos révélateurs qui, pris au pied de la lettre, reviennent à affirmer que cette génération de classiques a imposé ses canons de manière quasi définitive et que ceux qui leur ont succédé n’ont eu d’autre choix que de décliner sans fin ce qu’ont imaginé les maîtres.

8Considérons, en simplifiant quelque peu, que la bande dessinée d’auteur – entendue comme celle qui revendique un propos singulier, une esthétique indéfectiblement liée à la personnalité de son créateur – a connu deux phases marquées chacune par un renouvellement en profondeur des arsenaux formels, narratifs et thématiques. La première s’épanouit à la fin des années 1960 et durant la décennie suivante, en phase avec les mouvements contestataires nés de la contre-culture. La seconde apparaît à l’aube des années 1990 avec l’avènement de maisons d’éditions dites indépendantes ou alternatives. Or, si la Belgique francophone a pleinement accompagné cette seconde vague, elle a pratiquement ignoré la première. Les deux figures, qui, à partir de 1968, vont s’imposer durablement dans le paysage éditorial, sont les scénaristes Raoul Cauvin et Jean Van Hamme dont l’ambition n’a jamais été, loin s’en faut, de remettre en cause les usages de la bande dessinée. Je ne vois que Jodelle et Pravda de Guy Peellaert ou Sergent Laterreur de Touïs et Frydman – tous deux publiés par des éditeurs français – pour se situer en rupture nette avec la création « tous publics » de l’après-guerre. Alors que les États-Unis voient l’avènement de la presse underground et que paraissent, des revues comme Linus en Italie, Charlie mensuel, L’Écho des Savanes ou Métal Hurlant en France, Tante Lenny Presenteert ou Modern Papier aux Pays-Bas ou encore Garo au Japon, il n’y a eu, à ma connaissance, aucune expérience un tant soit peu comparable à Bruxelles et en Wallonie, où la production locale est demeurée cantonnée dans des formules largement éprouvées.

  • 7 Menu (Jean-Christophe), Plates-bandes, op. cit.

9Ceci contraste fondamentalement avec la radicalité de la mouvance alternative active depuis environ vingt ans sur ce même territoire. Sans prétendre donner une explication univoque, il est tentant d’y voir une forme de réaction face au poids d’une tradition qui a pu apparaître sclérosante à bien des égards. Toutefois, parmi les auteurs exposés, certains n’hésitent pas à mentionner Franquin, Hergé, Tillieux, Jacobs ou Macherot dans leur panthéon personnel. En effet, ce sont moins ces classiques qui apparaissent rédhibitoires que leurs suiveurs, ou la politique des grandes maisons d’éditions davantage à la recherche de modèles à reproduire que de choix esthétiques réellement novateurs. Il est symptomatique que, sur les nonante et un auteurs présents dans l’exposition Alternative Chaos, seule une petite dizaine a publié chez un éditeur traditionnel, et encore s’agit-il, à l’une ou l’autre exception près, d’expériences éphémères. On est bien loin, ici, du phénomène de récupération observé en France et justement décrit par Jean-Christophe Menu dans son essai Plates-bandes7. Dans leur majorité, ces créateurs sont-ils, d’ailleurs, véritablement « récupérables » ?

Aux origines d’une mouvance

10La petite centaine de créateurs présentés dans l’exposition Alternative Chaos ont investi un nombre considérable de collectifs et de structures éditoriales qui tous ne sauraient être mentionnés ici. L’histoire du courant alternatif en Wallonie et à Bruxelles est, elle aussi, extrêmement dense et mériterait qu’on lui consacre un épais volume. Je me bornerai, dès lors, à cerner ses origines. Il apparaît aujourd’hui évident que la création du collectif Moka a constitué une étape décisive. Créé en 1988, ses chevilles ouvrières, Alain Corbel (né en 1965) et Éric Lambé (né en 1966), sont deux étudiants de l’École supérieure des arts Saint-Luc à Bruxelles. Dans cet établissement, ils suivent les cours de Michel Céder, professeur d’analyse sémiotique, lequel – contrairement à Philippe Vandooren dont les propos sont cités plus haut – considère que la bande dessinée est un moyen d’expression largement sous-exploité. Il encourage ses élèves à rompre avec le ressassement perpétuel des formules, à dépasser les influences endogènes issues du neuvième art, à élargir leurs horizons en s’imprégnant d’autres traditions graphiques, d’autres modes d’expression. À cela s’ajoute la découverte de la création espagnole de la fin des années 1980, singulièrement des revues Madriz et Medios Revueltos, publications emblématiques de la Movida madrilène dirigées par le critique d’art et scénariste Felipe Hernández Cava (né en 1953). Celle-ci va profondément influencer la conception du premier et unique numéro de Moka (1989) : convocation des techniques picturales les plus diverses, volonté de se dégager du récit « classique » et balisé au profit d’une poésie dessinée, expression d’une réalité intérieure… La revue belge s’inspire également de ses aînées espagnoles dans sa volonté de confronter la bande dessinée à d’autres formes d’expression : photographie, poésie écrite, illustration…

  • 8 Thierry Van Hasselt (né en 1969), Vincent Fortemps (né en 1967), les jumeaux Denis et Olivier Depre (...)

11Si Corbel et Lambé sont des défricheurs, ils n’ont pas pour ambition de devenir éditeurs. Au début des années 1990, six jeunes dessinateurs8, également issus de Saint-Luc-Bruxelles, démarrent la structure qui deviendra Fréon (devenu aujourd’hui Frémok après sa fusion avec les Français d’Amok en 2001). Prônant une bande dessinée d’art et d’essai, ce collectif bénéficie de l’expérience Moka, partage la philosophie de cette dernière, la prolonge et lui donne une assise éditoriale en développant un véritable catalogue. Il est important de souligner que, d’emblée, tous ces créateurs vont concevoir des expositions parallèlement à la réalisation de publications. Se revendiquant de Breccia, Barbier ou Mattotti, ils travaillent sur les matières, privilégient la masse plutôt que le trait. L’usage de techniques picturales variées (monotype, gravure sur bois, fusain sur plaques de rhodoïd…) les rapproche inévitablement de la création plastique qui s’épanouit dans les galeries d’art. Exposer des planches de bande dessinée n’est plus une activité périphérique à la réalisation d’ouvrages mais fait partie intégrante de la démarche artistique du créateur. On va également retrouver cette tendance au sein de la Cinquième couche, maison fondée en 1993, à nouveau par des étudiants de Saint-Luc-Bruxelles.

  • 9 David Vandermeulen (né en 1968), Jean Bourguignon (né en 1972), José Parrondo (né en 1965), Phil (n (...)

12Parallèlement à ce courant poétique et pictural incarné par Moka et Fréon et, dans une certaine mesure, par la Cinquième couche, une autre tendance plus souterraine encore s’épanouit au sein de toutes petites structures éditoriales, de fanzines à l’existence souvent très brève, parfois œuvre d’un auteur unique ou de collectifs dont les membres changent régulièrement au gré des rencontres. Basés à Mons, Bruxelles et Liège, ces dessinateurs constituent peu à peu un groupe informel dont la plupart des individualités9 collaborent régulièrement ou de façon épisodique à la microstructure Brain Produk (1994-1999). Mus par une semblable philosophie « do it yourself », tous partagent un penchant pour l’humour régressif qui tend souvent à la crétinerie assumée, des références issues des incarnations les moins glorieuses de la culture populaire, un dessin généralement assez simple qui fonctionne avant tout comme une écriture. Leurs activités touchent aussi à la réalisation de petits films amateurs, de dessins animés, d’émissions de radio ou de soirées fondées sur des concepts délirants. Brain Produk se dissout en 1999 après un dernier délire : la publication de Piperón el Tostado, un faux album Panini de figurines autocollantes consacré à l’univers du catch.

Débordement des frontières

  • 10 « Érosion progressive des frontières », dans L’Éprouvette, n˚2, Paris, L’Association, 2006, pp. 129 (...)

13Brain Produk, comme Fréon en dépit d’approches résolument différentes, a largement dépassé le cadre strict de la bande dessinée pour aborder d’autres territoires créatifs. Cette tendance, présente dès les débuts, n’a pas cessé de se préciser au fil du temps au point que très peu d’auteurs présents dans Alternative Chaos ont fait de la bande dessinée leur domaine de création exclusif. Ce phénomène est d’ailleurs loin d’être spécifiquement belge et apparaît désormais comme une tendance de fond, au point que deux importantes revues critiques y ont consacré d’abondants dossiers10. Au moment de concevoir l’exposition, il m’est très vite apparu indispensable, pour donner au visiteur une juste vision de ce courant, de laisser une large place à ces « débordements ». On a pu y voir, entre autres, les films d’animation conçus par Thierry Van Hasselt, Gof (né en 1970) ou Benjamin Monti (né en 1983), les planches d’Aurélie William Levaux (née en 1981) côtoyaient ses créations sur vêtement, celles d’Olivier Deprez voisinaient avec une très grande photographie résultant d’une performance réalisée en collaboration avec des artistes plasticiens, les dessins d’Alexandre De Moté (né en 1979) occupaient les « espaces morts » du lieu (radiateurs, plafonds, minces surfaces entre deux fenêtres…) pour former une installation in situ où les différentes images composaient des narrations aléatoires…

  • 11 Voir Groensteen (Thierry), Système de la bande dessinée, Paris, Presses Universitaires de France, c (...)
  • 12 Collectif, Le Coup de grâce, Bruxelles, La Cinquième couche, 2006, 144 p.

14Cette interdisciplinarité n’est pas propre aux auteurs de bande dessinée mais caractérise aussi, plus que jamais, le travail de nombreux artistes issus de la création plastique actuelle. La Cinquième couche s’est plus particulièrement attelée à l’exploration des territoires situés à l’intersection entre le neuvième art et l’art contemporain. L’un de ses principaux animateurs, Xavier Löwenthal (né en 1970), déclarait, en 2007, lors de l’Université d’été de la bande dessinée à Angoulême, que la Cinquième couche envisageait comme étant de la bande dessinée tout ce qui relève de l’arthrologie11, notion très large englobant tous les types d’articulations susceptibles de se nouer entre plusieurs images. Par ailleurs, dans l’avant-propos de l’anthologie Le Coup de grâce, on peut lire : « On a envie d’articulations qui nous étonnent, de liens improbables, d’autres associations narratives. Les fonctions du récit nous ennuient et on suffoque. »12 Le titre de l’ouvrage est sans équivoque, il s’agit bien ici d’infliger le « coup de grâce » à ce qui apparaît encore aujourd’hui comme intrinsèquement lié à la pratique de la bande dessinée : la relation d’un récit.

  • 13 Galerie Plin Tub’, rue des Brigittines, n˚13 à 1000 Bruxelles.

15Parmi les réalisations montrées à Haarlem, une robe et des chaussures en papier étaient exposées devant une séquence narrative de dessins où figurait une petite fille portant semblables robe et chaussures, l’installation prolongeant la bande dessinée et réciproquement. L’auteure, Dominique van den Bergh (née en 1962), à l’inverse des noms mentionnés ci-dessus, est une créatrice issue de ce que l’on nomme communément l’art contemporain, venue dans un second temps à la bande dessinée. Alternative Chaos a également mis en évidence le travail mené par deux structures récentes dont la matrice originelle n’est pas la bande dessinée. Créé en 2004, Plin Tub’ est, d’abord, une galerie13 qui autoédite des livres, des disques et des sérigraphies. Héritiers du mouvement « graphzine », de Bazooka, d’Elles sont de sortie ou du Dernier cri, leurs créations largement infra-narratives ne convoquent que de manière ponctuelle les structures de récits et les codes habituels de la bande dessinée. On retrouve cette tendance chez les Liégeois de Détruitu. Ce collectif est d’abord une troupe de théâtre dont l’état d’esprit et la sensibilité se prolonge, depuis 2003, dans un fanzine où l’expérimentation graphique le dispute à la bande dessinée.

16Comme n’importe quel autre moyen d’expression artistique, cette dernière résiste à toute tentative visant à l’enfermer dans une définition normative. Inévitablement, on se retrouve confronté à des cas limites dont il devient vain de déterminer s’ils relèvent encore ou non du neuvième art. L’essentiel des enjeux mis en lumière par ces réalisations est sans doute ailleurs. Lorsqu’ils débordent des frontières de la bande dessinée pour concevoir une illustration, un objet en trois dimensions, une peinture, une photographie, un film, une installation, une performance… il ne s’agit généralement pas de violons d’Ingres. En abordant ces autres domaines de création, ils ne modifient pas leur système de pensée, leur sensibilité, leur « vision du monde ». Il s’agit pour chacun d’eux d’envisager la bande dessinée en tant que composante d’un projet artistique global.

Haut de page

Notes

1 Le résultat de cette rencontre est visible dans l’ouvrage Match de catch à Vielsalm, Bruxelles et Vielsalm, Frémok et La Hesse, 2009.

2 Brain Produk (1994-1999), La Cinquième couche (depuis 1993), Détruitu (depuis 2003), L’Employé du Moi (depuis 2000), Frémok (depuis 1992), Habéas Corpus (depuis 2001), Moka (1988-1993), Mycose Comix Factory (depuis 1999), Nos restes (depuis 2006) et Plin Tub’ (depuis 2004).

3 Menu (Jean-Christophe), Plates-bandes, Paris, L’Association, coll. Éprouvette, 2005, 80 p.

4 Une fraction de ce qui fut publié sur ce site est visible dans l’ouvrage 40 075 km, Bruxelles, L’Employé du moi, 2006, 592 p.

5 http://grandpapier.org

6 Tout l’amour du monde, RTBF – La Première, 12 janvier 1997.

7 Menu (Jean-Christophe), Plates-bandes, op. cit.

8 Thierry Van Hasselt (né en 1969), Vincent Fortemps (né en 1967), les jumeaux Denis et Olivier Deprez (nés en 1966), Jean-Christophe Long (né en 1968) et Olivier Poppe (né en 1968).

9 David Vandermeulen (né en 1968), Jean Bourguignon (né en 1972), José Parrondo (né en 1965), Phil (né en 1964), Jampur Fraize (né en 1964), Fifi (né en 1969), Eco (né en 1969), Pic Pic – André (Stéphane Aubier et Vincent Patar, tous deux nés en 1965)…

10 « Érosion progressive des frontières », dans L’Éprouvette, n˚2, Paris, L’Association, 2006, pp. 129-224. « Explosion transgressive des frontières », dans L’Éprouvette, n˚3, Paris, L’Association, 2007, pp. 215-432. « Loin de la planche à dessin », dans Neuvième Art, n˚15, Angoulême, Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, 2009, pp. 166-193.

11 Voir Groensteen (Thierry), Système de la bande dessinée, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Formes sémiotiques, 1999, pp. 25-28.

12 Collectif, Le Coup de grâce, Bruxelles, La Cinquième couche, 2006, 144 p.

13 Galerie Plin Tub’, rue des Brigittines, n˚13 à 1000 Bruxelles.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits © Dejasse
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Crédits © Dejasse
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Crédits © Dejasse
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1422/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Crédits © Dejasse
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1422/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Crédits © Dejasse
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1422/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Crédits © Dejasse
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1422/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erwin Dejasse, « Bande dessinée alternative : mémoire et re-génération », Textyles, 36-37 | 2010, 91-100.

Référence électronique

Erwin Dejasse, « Bande dessinée alternative : mémoire et re-génération », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1422 ; DOI : 10.4000/textyles.1422

Haut de page

Auteur

Erwin Dejasse

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org