Navigation – Plan du site

Paul Colin et la réception de l’expressionnisme en Belgique francophone dans l’entre-deux-guerres1

Hubert Roland
p. 33-45

Texte intégral

  • 1 Je remercie Virginie Devillez et Fabrice van de Kerckhove pour leur aide dans la préparation de cet (...)

1Le jugement général porté dans l’historiographie nationale sur la personne de Paul Colin illustre bien le mauvais souvenir laissé par celui qui incarna sous la deuxième occupation la collaboration à la fois la plus franche et la plus sournoise avec le régime allemand national-socialiste. Cette réalité historique incontournable a quelque peu éclipsé les qualités que beaucoup trouvaient à Colin avant la guerre. Personnalité dite « douée » et « influente », intellectuel polyvalent et organisateur né, Colin joua un rôle non négligeable dans la vie intellectuelle belge de l’entre-deux-guerres, principalement dans les domaines de la critique littéraire et de la critique d’art. Après avoir dressé une rapide esquisse de l’homme et de son œuvre, à défaut d’une biographie qui n’a jamais été établie, nous insisterons sur sa médiation de l’expressionnisme allemand et des avant-gardes en provenance d’Outre-Rhin, dont il est un des seuls connaisseurs réels en Belgique francophone à l’époque. D’autre part, nous chercherons à illustrer comment Colin, après bien d’autres, actualise le discours d’une Belgique « d’entre-deux », fusion de romanisme et de germanisme, discours qui se plaît à mettre la culture allemande en valeur, comme contrepoids à une culture française perçue comme menaçante pour le monde intellectuel belge. Colin cultivera à l’extrême les ambivalences de ce discours nationaliste relativement inoffensif au départ, avant de le faire en fin de compte basculer dans la compromission que l’on sait.

2Une mise au point sur Colin s’imposait surtout parce que ses idées jouirent d’une grande diffusion, par le biais des différentes revues qu’il anima. Davantage encore, ses qualités d’organisateur lui permirent de rassembler autour de lui une bonne partie des intellectuels belges francophones. L’histoire des lettres belges ne saurait plus passer sous silence la carrière d’un intellectuel représentatif, attaché à une tradition belge incarnée avant lui par Picard ou Pirenne, et qui rassembla en outre toutes ses énergies en vue de la faire reconnaître à l’étranger.

De la fin de siècle au rollandisme : une « génération sacrifiée »

  • 2 Avermaete (R.), « Paul Colin », dans Biographie nationale, t. xxxv, sup. 7. Bruxelles, Bruylant, 19 (...)
  • 3 Cité d’après Aron (P.), « Romain Rolland, Henri Barbusse et leurs amis belges : l’efficacité d’un r (...)

3Dans la littérature secondaire, on s’en tient généralement à une date de naissance erronée de Colin, véhiculée au départ par une notice de Roger Avermaete dans la Biographie nationale. Colin n’est pas né en 1890 mais le 22 octobre 1895 dans la commune de Saint-Josse2. Ce détail biographique a son importance, d’autant plus que l’erreur fut probablement voulue par l’auteur lui-même, dans une volonté de brouiller les pistes. Car on imagine mal qu’à l’âge de quatorze ans, il ait assisté en 1909 aux leçons de philosophie des professeurs Wundt et Berger à Iéna et à Munich, comme il l’affirme dans une lettre à J.-R. Bloch du 22 janvier 1922...3 On n’accordera donc qu’une confiance toute relative aux parcelles d’information biographiques concernant la période antérieure à celle de « Clarté ». En 1914, Colin décroche en revanche la candidature en Philosophie et Lettres à l’Institut Saint-Louis. Peu après, il aurait été réformé pour cause de myopie.

  • 4 Colin (P.), « Les Carnets du Hérisson : Dreyfus et nous », dans Cassandre, 26 janvier 1935, p. 7.

4Dans Les Carnets du Hérisson, chronique régulière qu’il publia dans sa revue Cassandre à partir de 1934, il évoque ses années de jeunesse, la conscience d’un idéal de justice et de démocratie que sa génération aurait incarnée à l’échelle de l’Europe. La perception des choses dont il fait montre à ce moment est celle d’une jeunesse dont l’esprit idéaliste aurait été brutalement freiné dès avant la guerre, à cause de l’hypocrisie de la génération de leurs parents. Colin n’explique dès lors le dénouement positif de l’affaire Dreyfus que par des motifs opportunistes étrangers à l’amour de la justice. Cet événement, et d’autres avec lui, est présenté comme illustrant un violent conflit de générations : « Nous avions pleuré de tendresse dans le giron de nos aînés en écoutant un programme, un code aussi grandiose. Hélas, dès avant nos vingt ans, l’idylle était emportée par la tempête, et nos meilleures certitudes s’effondraient »4.

  • 5 Colin (P.), « Les Carnets du Hérisson : Georges Sorel et les grandes illusions », dans Cassandre, 2 (...)

5Cette perception de la réalité, qui est celle de Colin en 1935, et qui , selon lui, aurait été celle de sa génération avant-guerre, évoque un enthousiasme idéaliste fiévreux et débridé des cercles estudiantins, cruellement déçu par la faute des aînés. Dans l’amertume du moment, les jeunes se seraient collectivement tournés vers des maîtres spirituels aptes à donner un fonds argumentatif de nature théorique à leur désenchantement : Georges Sorel et ses Réflexions sur la violence ou Charles Maurras bien entendu. Mais parmi les écrits influents de l’époque reviennent également les noms de Taine, Renan et Barrès5.

  • 6 Archives et Musée de la Littérature, FS X 290/1. Le titre d’« attaché scientifique » n’existait pas (...)

6On connaît malheureusement très mal les activités de Colin pendant la guerre. D’après Georges Marlier, futur chroniqueur d’art dans Cassandre, il aurait travaillé aux Musées des Beaux-Arts de Bruxelles sous la direction de l’historien d’art Fierens-Gevaert. C’est également ce que Colin affirme dans sa lettre du 10 juillet 1919 à van de Velde, dans laquelle il fustige l’esprit nationaliste de la Belgique d’après-guerre. Fierens-Gevaert l’aurait « fait travailler pour lui pendant les quatre années de guerre au Musée » comme « attaché scientifique », avant de le faire licencier en deux heures le jour de l’armistice, en raison des convictions pacifistes de Colin6.

  • 7 Cf. Martin (P.), op.cit., pp. 10-11.
  • 8 Au cours de ma recherche doctorale consacrée à la « colonie » littéraire allemande en Belgique en 1 (...)
  • 9 Texte de la conférence publié sous forme de brochure par la suite : Colin (P.), La Vertu d’héroïsme (...)

7Les allégations de La Gazette du 20 mai 1932, selon lesquelles Colin aurait vécu la guerre à Bruxelles « sous l’occupation de la seule vie intellectuelle allemande »7, ne sont pas vérifiables8. En revanche, il est clair qu’en février 1918, Colin s’est détaché de ses mentors intellectuels d’avant-guerre pour se tourner vers le pacifisme internationaliste des Romain Rolland et André Suarès. C’est ce qui ressort de la conférence qu’il consacra le 25 de ce mois au « Lyceum » de Bruxelles (rue du Berger) à « La vertu d’héroïsme et M. Romain Rolland »9.

  • 10 Renvoyons à Aron (P.), La littérature prolétarienne en Belgique francophone depuis 1900. Bruxelles, (...)

8Cet événement marque le début de la période militante de Colin pour un idéal de pacifisme cosmopolite et d’internationalisme sous la banière de « Clarté ». L’histoire du Mouvement « Clarté » – qu’on ne confondra pas avec la revue homonyme – a été racontée ailleurs10. La naissance de ce mouvement européen se situe dans le sillage du pacifisme de Romain Rolland pendant la guerre, et plus largement dans une tradition européenne qui, depuis l’Humanisme, associe esprit intellectuel, reconnaissance de la vérité, amour du prochain et quête de justice. Attaché par-dessus tout à son devoir d’intellectuel indépendant de toute organisation, Rolland ne se joignit toutefois pas, en fin de compte, aux fondateurs de cette « Ligue de solidarité des Intellectuels pour la victoire de l’internationalité » en mai 1919.

9On sait que la figure de proue du mouvement fut Henri Barbusse, l’auteur remarqué du Feu. Jusqu’en 1921, la devise d’une « Internationale de l’Esprit » et la volonté de mener à des changements sociaux par la conviction et l’« Internationale de l’Esprit » suffirent, tant bien que mal, à mobiliser les énergies dans différents pays européens : les noms de Paul Vaillant-Couturier, Wilhelm Herzog ou René Schickele restent attachés à la brève histoire du mouvement. En 1921, celui-ci ne parvint pas à surmonter ses tensions internes et une aile radicale se rattacha à la IIIe Internationale, tandis que sa fraction pacifiste et idéaliste persista dans son refus de la violence et de la dépendance politique. Colin s’aligna sur la position de ces derniers et quitta lui aussi le mouvement.

Colin et l’Allemagne nouvelle

  • 11 Cf. Escoyez (P.), Une revue internationaliste : L’Art libre (1919-1923). Mémoire de licence, Univer (...)
  • 12 Colin (P.), La Belgique après la guerre. Rome, Casa Editrice Rassegna Internazionale, [1920-1921], (...)
  • 13 Cf. les deux lettres de Rilke à Colin, masquant un refus poli, AML, ML 5465/1 et 2.
  • 14 Colin (P.), Allemagne 1918-1921. Paris, Rieder, 1923.

10C’est dans le contexte de « Clarté » que Colin fit la connaissance des idées intellectuelles et artistiques de l’Allemagne nouvelle. Dans un premier temps, le jeune Colin se révéla le principal relais et animateur du mouvement en Belgique, notamment par le biais de sa revue L’Art libre11. Son dévouement à la cause internationaliste s’avère généreux et inlassable. Seul parmi tous, il cherche à réintégrer l’Allemagne dans le concert des nations. Il œuvre, dans ses publications, contre l’esprit du Traité de Versailles, qu’il qualifie de « plus grand moment d’iniquité de l’histoire contemporaine »12. Il multiplie les contacts avec les intellectuels allemands susceptibles de rejoindre le mouvement et tente par exemple – mais en vain – d’y faire adhérer Rainer Maria Rilke13. Colin voyage aussi dans l’Allemagne d’après-guerre. Il publie les impressions de ce séjour dans une publication instructive14. Il n’hésite pas, dans un climat des plus hostiles, à donner Outre-Rhin une série de conférences au service d’une hypothétique réconciliation, comme le raconte Kasimir Edschmid dans ses souvenirs :

  • 15 Edschmid (K.), Lebendiger Expressionismus. München-Wien-Basel, Verlag Kurt Desch, 1961, p. 364.

Lorsque nous parvinmes à la salle de conférence, il y avait là trois ou quatre cents jeunes gens, qui voulaient manifester – contre Colin. La salle était bondée et électrisée. Je le présentai sur le podium comme un avocat de l’Allemagne. Tumulte. [...] Le simple fait qu’il s’exprime en français, car il ne maîtrisait pas couramment l’Allemand, suffit à déclencher le vacarme. Dehors, les garçons excités criaient : « Faites la peau au Belge, ce maudit porc latin »...15

11En Belgique même, Colin bénéficie de peu d’alliés. Sans que ceux-ci s’impliquent davantage dans le mouvement, il peut toutefois compter sur le soutien moral de Georges Eekhoud ou d’Edmond Picard. En Allemagne par contre, il contribue à l’importante revue de René Schickele : Die weißen Blätter, avec entre autres une « chronique française ».

  • 16 Cf. Reynebeau (M.), Dichter in Berlijn. De ballingschap van Paul van Ostaijen (1918-1921). Groot-Bi (...)
  • 17 Cf. Toussaint (N.), « Contacts des peintres et graphistes belges avec la revue Der Sturm », dans Le (...)

12« Clarté » ne fut donc qu’un feu de paille mais côtoya quelques tentatives isolées de renouer le dialogue belgo-allemand au cours de ces années, comme la fortune d’un Paul van Ostaijen, ayant fui la Belgique en octobre 1918 pour les milieux artistiques berlinois16. Ou encore, dans les milieux des avant-gardes picturales, les contacts de Marthe Donas, Jozef Peeters ou Pierre-Louis Flouquet avec la revue et la galerie d’Herwarth Walden : Der Sturm17. Parmi les pacifistes indépendants, il faut encore mentionner le peintre Frans Masereel, particulièrement apprécié des milieux intellectuels allemands.

Entre internationalisme et nationalisme

  • 18 Annonce de la création d’Europe dans le dernier numéro de L’Art libre, juin 1922, p. 85. À propos d (...)

13Dans l’immédiat, le discours de « Clarté » s’épuise et ne trouve pas l’écho espéré, même si la fin de la revue L’Art libre en 1923 est suivie par la fondation d’Europe, à l’heure où Colin s’installe à Paris. Cette revue se présente comme la poursuite de la même entreprise, avec d’autres moyens et d’autres ambitions. Il ne s’agit à présent de rien de moins que de « créer et maintenir en vie la grande revue de culture internationale qui a toujours manqué à l’Extrême-Occident de langue française »18. La direction de cette nouvelle revue est assurée par Colin et le Français René Arcos, pour le compte des éditions Rieder, spécialisées dans l’édition de textes pacifistes.

  • 19 Cf. Colin (P.), « La réforme de l’enseignement », dans L’Art libre, 15 novembre 1919, p. 186.
  • 20 Idem, « L’esprit de révolte », dans L’Art libre, décembre 1921, pp. 186-187.

14Fin 1924, le Belge quitte le comité de rédaction de la revue, dont il n’approuve pas l’orientation marxiste. Cet incident coïncide avec la fin de son engagement pacifiste, qui demeure foncièrement individuel. Colin n’entend recevoir de leçon de personne et il résiste viscéralement à toute idéologie collective qui entendrait marquer le mouvement de son empreinte. De manière globale, pour Colin seule la « révolution morale » ou « intérieure » pourrait toucher durablement les esprits et les mentalités. C’est ainsi qu’il fait des propositions concrètes pour lutter contre le patriotisme ou les injustices du capitalisme dans le domaine de l’enseignement, où il faudrait selon lui revoir de fond en comble l’enseignement de l’histoire19. Des traits anarchisants trouvent leur expression dans sa conception de l’« esprit de révolte », qu’il faudrait cultiver avec méthode chez l’individu, contre la tutelle morale de l’église ou celle de la famille. Voilà le seul chemin qui permettrait de libérer l’individu de « l’esprit chrétien, synthèse de l’asservissement » et de « l’impérialisme des parents » : « Si l’homme a su s’affranchir de la tyrannie familiale de droit divin, et de la morale sacro-sainte, il ne devra pas faire de grands efforts pour réfuter les sophismes et les conventions de la vie publique »20.

15Cet amalgame entre des domaines d’action divers illustre bien l’argumentation désordonnée de l’auteur, surtout quand on y ajoute son penchant manifeste à la provocation. Son discours politique ne pouvait donc que s’épuiser à la longue mais son retrait (temporaire) de la vie publique et de la politique l’aidera à mieux se consacrer à son projet majeur, bien plus cohérent et structuré celui-là. Dès 1919 en effet, Colin fonde avec Robert Mélot du Dy une collection littéraire intitulée les Cahiers indépendants. Y paraîtront, outre son unique roman, d’inspiration autobiographique : Le Cadran solaire, des œuvres d’auteurs reconnus comme Franz Hellens (Nocturnal) et Iwan Gilkin (Le Roi Cophétua). Inspiré par le modèle des Cahiers de la Quinzaine de Charles Péguy, Colin entend servir un objectif majeur : promouvoir les écrivains belges dans leur pays et à l’étranger, susciter des conditions qui stimuleraient en Belgique un climat propice à la création artistique. Publiée à la suite du Cadran solaire, l’annonce suivante est révélatrice de ce dessein :

  • 21 Colin (P.), Le Cadran solaire. Bruxelles, Éd. des Cahiers indépendants, 1919, pp. 301-302.

La « littérature belge », les « écrivains belges »... Ces mots, nous les avons prononcés maintes fois; mais, avouons-le, nous n’avons témoigné jusqu’ici, à notre littérature et à nos écrivains, qu’un amour excessivement platonique. C’est ainsi que beaucoup d’auteurs belges ont dû s’expatrier ou, tout au moins, se faire éditer au dehors. Cet état de choses ne peut plus durer. Il y va de notre dignité. Il faut qu’un contact plus intime s’établisse entre le public de chez nous et les écrivains de chez nous ; qu’il y ait dans notre pays, ainsi que partout ailleurs, de véritables entreprises d’éditions littéraires, permettant au poète, au conteur, au romancier de travailler dans une atmosphère propice aux belles œuvres21.

  • 22 AMRBAB, Papiers Fierens-Gevaert.

16L’objectif des Cahiers indépendants nous ramène aux activités de Colin pendant l’occupation et à son rapport avec Fierens-Gevaert. En effet, Les Cahiers doivent sans doute être rapprochés de la création de la « Ligue Belge d’Expansion artistique », dont Fierens-Gevaert fut le premier président du Comité Directeur, et dont on trouve le registre des procès-verbaux dans les archives des Musées Royaux des Beaux-Arts, tenu à partir du 10 janvier 1917. Lors de la séance du 09/11/1917, le Comité Directeur patronna la mise sur pied d’un nouveau groupe, « L’Art Indépendant », dont le but était « d’encourager les jeunes artistes de talent en leur achetant des œuvres et en encourageant le public à fréquenter leurs expositions ». Ce nouvel organisme, dont les délégués artistiques étaient Colin, Paul Fierens et Robert Mélot, devint une section de la Ligue22.

  • 23 Colin (P.), La Belgique après la guerre, op.cit., p. 13.

17Un lien existe donc dès le départ entre les convictions intimes de Colin et son souci de promouvoir avant tout la culture de son pays. C’est dans un même rapport d’amour-haine pour la France qu’il se lance dans une lutte politico-culturelle de reconnaissance de la Belgique. D’une part, il s’en prend, encore et toujours, au triomphalisme de l’« esprit de Versailles ». Il appelle, rappelons-le, le traité de paix « le plus grand moment d’iniquité de l’histoire contemporaine »23. Au cours des négociations qui ont mené à cette injustice, les diplomates belges ont selon lui manqué une occasion historique, qui ne se représentera pas. Au lieu de se contenter de la passivité qui fut la leur, ils auraient pu emmener les petites nations et défendre des thèses originales avec un certain panache :

  • 24 Ibid., p. 16.

La voix de la conciliation, de l’honnêteté, de la réconciliation qu’on attendait d’eux, ils ne la firent pas entendre. Ils se turent avec obstination sur toutes les questions des origines de la guerre qui étaient cependant si liées avec celles de la conclusion24.

  • 25 Ibid., pp. 13 et 16.

18Concernant cette question des origines de la guerre, les diplomates belges auraient dû, contre la France et ses alliés, défendre la thèse « de la responsabilité partagée – dont les documents belges sont la plus irréfutable preuve ». Au lieu de cela, la Belgique s’est cantonnée dans le rôle du martyr dans lequel l’avait enfermée dès le départ l’Entente, qui pendant toute la guerre l’a « promené[e] [...] sur ses bras, comme une mendiante exhibe un enfant malade, pour exciter la pitié du monde ». La nation belge est donc demeurée une victime du début à la fin, alors qu’elle aurait pu retrouver une certaine fierté en fondant à Versailles un « syndicat des petites nations »25. Le lien est donc évident, à travers ce concept de fierté, entre le projet littéraire et éditorial de Colin, et les ambitions politiques qu’il voudrait voir incarner au niveau international par les politiciens belges.

Le projet de Cassandre

  • 26 Consulter à ce propos les lettres de Colin à Henry van de Velde, Archives et Musée de la Littératur (...)

19Retiré de la vie publique, après l’épisode d’Europe, notre homme poursuit son combat à un autre niveau. Il est mêlé de plus près aux activités de la Galerie Giroux, position qu’il conservera jusqu’en 193126. Il se lance alors dans une carrière de critique et d’historien d’art, généralement considérée comme brillante. Les signes annonciateurs d’un retour en force se multiplient. En 1932, il fait partie du comité organisateur de l’exposition « 100 ans d’art belge », qui doit avoir lieu en Allemagne, et déclenche une polémique dans la presse belge. Suite à la nouvelle politique culturelle du régime national-socialiste après la prise de pouvoir par Hitler, cette exposition n’aura pas lieu. L’année suivante, il devient Directeur de la Nouvelle Société d’Édition, dont l’objectif reste de promouvoir les œuvres d’art belges, afin de mieux endiguer l’influence française en Belgique. Enfin il publie l’ouvrage Belgique carrefour de l’Occident, essentiel pour comprendre les multiples facettes de son personnage. Dans le style polémique qui demeure le sien, il commence, dans l’introduction du livre, par revenir sur son amertume des années d’après-guerre et reprend le ton des espoirs déchus d’une jeune génération de prétendus idéalistes. À nouveau la petite et la grande histoire sont présentées selon les termes d’un conflit de générations :

  • 27 Colin (P.), Belgique carrefour de l’Occident. Paris, Rieder, 1933, p. 14.

Je raconterai une histoire : « Il y avait une fois une promotion de jeunes hommes que l’incurie et les fautes de leurs parents et de leurs maîtres précipitèrent dans la mort. » Ce ne sera pas une joyeuse histoire, mais on saura pourquoi quelques rescapés eurent la conviction que leurs ennemis n’étaient pas les gens d’en face, vêtus de gris, de kaki ou de bleu horizon, mais les vieillards qui avaient envisagé, voulu ou préparé le cataclysme. Et on saura aussi pourquoi ils éprouvèrent le désir désespéré de soulever contre les théories, les pratiques et les espoirs de ces aînés, la conscience universelle27.

20Telle fut l’origine – réelle ou feinte – du désenchantement : la rancœur nourrie à l’égard de la société, clé éventuelle pour interpréter le comportement politique ultérieur de Colin. Sur le plan des initiatives littéraires en revanche, l’heure n’est certainement pas au découragement. Que du contraire. Car, en décembre 1934, Colin concrétise son plan le plus ambitieux en fondant la revue Cassandre. Hebdomadaire belge de la vie politique, littéraire et artistique. Son objectif consiste à vouloir rassembler toutes les énergies pour devenir l’organe éditorial belge de référence, dans un esprit toujours inspiré de celui des Cahiers indépendants. Au départ, Cassandre se veut une revue foncièrement pluraliste. Pendant les deux premières années de son existence, pas moins de 280 personnalités belges de la culture et de la politique y signeront l’un ou l’autre article.

  • 28 Le mémoire de licence de Hubin (C.), Les débuts de « Cassandre » (décembre 1934-décembre 1936). Ess (...)

21Mentionnons dans cette liste Roger Avermaete, Raymond Brulez, Constant Burniaux, Max Deauville, Marie Gevers, Robert Goffin, Constant Malva, Georges Marlier, Charles Plisnier (qui y publie Faux Passeports), Georges Rency, Lucien Solvay, Stanislas André Steeman, Robert Vivier et le collaborateur le plus proche de Colin, Robert Poulet. Certains noms de prestige relèvent le premier numéro, en annonçant leur soutien et collaboration : Henri Pirenne, Camille Huysmans, Albert Mockel, Franz Hellens et Paul-Émile Janson. Une dédicace de Maurice Maeterlinck, comparant la voyante Cassandre de la Grèce antique avec la « Cassandre d’aujourd’hui », pèse également de tout son poids28.

  • 29 Voir la lettre qu’elle adresse à Martin (P.), Cassandre, op.cit., p. 363. Les Marais furent ensuite (...)

22Cassandre se veut donc une revue de promotion de la culture belge – et ceci, non seulement par le biais de noms prestigieux, mais également en offrant un tremplin aux jeunes auteurs qui ne recevraient pas leur chance à Paris. Dominique Rolin y publiera une première fois Les Marais. Elle ne cachera jamais la dette morale dont elle est redevable à Colin29.

  • 30 Supplément du n°1 de Cassandre, 1934, p. 1.

23Le rapport de l’éditeur de Cassandre à la France demeure ambivalent. Car l’objectif de sa revue consiste avant tout à lutter contre « la dénationalisation systématique de notre public », partout où celle-ci se manifeste dans les différents domaines de la vie intellectuelle : livres scolaires, universités, monde du théâtre, librairies... Il ne s’agit pas de nier l’aura inévitable de la nation française, « prestige basé sur dix siècles de chefs-d’œuvre et de gloire ». D’autant qu’à l’époque, l’alliance politique avec la France reste « la seule sauvegarde politique de la Belgique ». Mais amitié et alliance ne peuvent être confondus avec « vassalité intellectuelle ». Il convient donc de réagir avec la vigueur nécessaire contre « une emprise qui finit par menacer l’esprit même de notre nation »30.

24La priorité principale de Cassandre reste littéraire : publication de textes inédits d’auteurs établis ou non, dans les genres littéraires les plus divers, avec toutefois une certaine préférence pour la littérature régionale, et d’une chronique régulière des informations importantes dans le domaine de la culture. Le début du déclin de la revue s’amorcera au moment où son programme littéraire se verra éclipsé par la polémique politique, celle-là même qui mènera Colin à sa perte.

Polémique, déclin et collaboration

  • 31 Dans La Belgique après la guerre (op.cit., p. 33), l’influent Neuray était qualifié de « journalist (...)
  • 32 Hubin (C.), op.cit., pp. 49-51.

25Avec le recul, on ne se défait pas de l’impression que Colin a, dès le départ, entretenu un rapport de nature opportuniste avec le monde politique, dans le but de servir ses projets. Il est difficile de faire la part des choses entre son arrivisme effréné et ses convictions politiques réelles. S’il semble clair que ses préférences, dans les années de Cassandre, sont plus marquées à droite qu’elles ne l’étaient à l’époque de « Clarté », son ralliement à un collaborationisme actif ne survient qu’en 1940. Au départ, il semble que la revue soit l’aboutissement d’un projet du journaliste de La Nation belge Fernand Neuray, avec qui Colin s’était réconcilié31. Cette complicité se ressent au niveau d’une couleur politique globale de Cassandre, rassemblant une majorité de collaborateurs issus de l’entourage de Neuray, qu’on qualifierait de « conservateurs », indépendamment du clivage religieux propre au monde politique belge. Toutefois, le pluralisme restera de mise dans la revue jusqu’en 1937. Certaines voix hostiles à la démocratie, en provenance du maurassisme ou du rexisme, se font bien sûr entendre. On trouve toutefois aussi, dans la revue, les voix des représentants de la social-démocratie comme Camille Huysmans. La publication de la brochure de Robert Poulet : La Révolution est à droite suscite, quant à elle, une polémique sous forme d’un forum de discussion32.

  • 33 Martin (P.), « D’une croisade à l’autre ou la paix à tout prix. Analyse du regard porté par le jour (...)
  • 34 De Borle (J.), op.cit., pp. 68-69.
  • 35 Martin (P.), Cassandre, op.cit., pp. 37ff.

26Un tournant décisif , eu égard au pluralisme relatif des débuts, s’opère après la formation du cabinet Van Zeeland en mars 1936. La revue devient en effet la tribune d’une virulente campagne de presse de Colin contre Van Zeeland, dont le cabinet est censé incarner une « dictature de gauche ». Une fois encore, il est probable qu’il faille chercher dans l’opportunisme de Colin la raison de ce revirement soudain. Cassandre se débat en effet dans des difficultés financières, dont elle se redresse grâce à Gustave Sap, l’adversaire politique de Van Zeeland. Difficile de distinguer cet opportunisme des convictions changeantes de Colin, éventuellement séduit par le projet de réunir avec Sap une « Union des Droites », qui pourrait « réunir les »meilleurs éléments» du rexisme, du nationalisme flamand et du parti libéral pour déstabiliser la coalition Van Zeeland vue comme une émanation du Front Populaire »33. Lors de la campagne électorale bruxelloise de 1937, opposant Van Zeeland à Degrelle, Colin n’apporte pas son soutien à ce dernier. Cassandre recommande l’abstention34. Colin n’adhère d’ailleurs pas au mouvement rexiste et entretiendra toujours un rapport d’amour-haine envers son meneur. Ceci ne l’empêche toutefois pas d’être séduit par la tentation anti-démocratique; Colin se méfie par principe des coalitions à plusieurs partis, qui morcellent le pouvoir et permettent de diluer la prise de responsabilité réelle. Pour la Belgique, il souhaite un régime politique basé sur un pouvoir exécutif fort et centralisé. Ces convictions entraînent la démission collective de nombreux collaborateurs (Plisnier, Avermaete, Burniaux etc.) et le déclin de la revue. À partir de là, elle devient la revue d’un seul homme35.

  • 36 Cf. Schurmans (F.), « Les débuts du Nouveau Journal sous l’occupation (1940-1941). Analyse critique (...)

27La fin de l’histoire est mieux connue mais mérite d’être resituée. Peu avant la seconde invasion allemande, Colin demeure le fervent adepte d’une position ultraneutraliste, dont l’objectif principal consiste à ne pas entraîner la Belgique dans un conflit dont elle ne veut pas, et pour lequel elle ne porte pas la moindre responsabilité. Ainsi rédige-t-il avec Robert Poulet, Marc Eemans, Georges Marlier, Paul Neuhuys et quelques autres le Manifeste pour la neutralité belge, contre l’éternisation de la guerre européenne et pour la défense des valeurs de l’esprit, publié dans Cassandre le 30 septembre 1939 (sous le titre « La Belgique et la guerre »). La rhétorique de ce texte n’est pas sans rappeler celle de la période pacifiste du mouvement « Clarté » et son humanitarisme intellectualisant. On y condamne les atrocités d’une guerre qui entraînerait toute la civilisation européenne à sa perte. Colin espère encore voir la Belgique, « carrefour de l’Occident », jouer le rôle de trait d’union entre les grandes puissances impérialistes. À en croire le témoignage de Poulet, ce manifeste – soutenu en coulisses par d’importants membres du gouvernement belge comme Hubert Pierlot et Paul-Henri Spaak – serait à l’origine de l’ultime projet éditorial de Colin, le fameux Nouveau Journal, organe ouvertement collaborationiste36.

  • 37 Ibid., p. 39. Cf. aussi le mémoire de licence de Heerbrant (J.-P.), »Cassandre» 1940-1944. Universi (...)

28En mai 1940, la parution de Cassandre est suspendue. Colin, considéré comme suspect par les autorités, est contraint de séjourner pendant trois mois dans un camp d’internement en France. Ce n’est qu’à l’heure de son retour qu’on peut parler de collaboration ouverte, franche et consciente. Le tournant idéologique est net. Toutes ses énergies serviront désormais l’occupant nazi : la reprise de Cassandre en octobre 1940 (et jusqu’août 1944) et Le Nouveau Journal, dont le premier numéro, paru également en octobre, présente les fondements idéologiques. On y lit que l’avenir appartient au fascisme, qu’il faut par conséquent lutter pour l’abolition de la démocratie parlementaire et défendre le principe de la solidarité nationale. Sur le plan de la politique belge, il convient de mettre à l’écart les problèmes linguistiques pour favoriser la conscience nationale et permettre au pays de trouver sa place dans le système économique du Reich, condition sine qua non de sa survie37.

  • 38 Gérard-Libois (J.) & Gotovitch (J.), L’an 40. La Belgique occupée. Bruxelles, Bruxelles, 1971, p. 3 (...)

29Colin fait partie de l’entourage immédiat de Degrelle. Il partage de nombreux intérêts avec lui mais ne devient pas membre de Rex. Caporal de la « Légion Wallonie » en revanche, il dénigre toutefois Degrelle dans l’ombre. De même, il est proche de la SS mais ne s’intéresse pas ouvertement aux théories racistes. En janvier 1943, il adhère au discours de Degrelle soutenant l’intégration de la Wallonie à l’Empire Germanique – ce qui entraîne la rupture avec Poulet, soucieux par-dessus tout de l’indépendance de la nation belge38. Le 14 avril 1943, il est assassiné par le jeune résistant Arnaud Fraiteur, incident qui provoquera des troubles dans Bruxelles occupée.

Quelques constantes chez l’homme

  • 39 Conway (M.), Collaboration in Belgium. Léon Degrelle and the Rexist Movement 1940-1944. New Haven (...)

30Un travail plus approfondi sur Colin devrait permettre d’identifier si son revirement est lié aux circonstances ou si, plus probablement, le mal germait depuis de nombreuses années. Sa fuite en avant est généralement expliquée par son opportunisme acéré, sa volonté de se frayer un chemin parmi les personnalités influentes comme par sa rancœur vis-à-vis de l’intelligentsia belge qui n’aurait pas reconnu ses talents à leur juste valeur. Avec l’historien Martin Conway, il faut également remarquer que les convictions premières de Colin (tout comme celles de Poulet) sont jusqu’au dernier moment « neutralistes » et réalistes, dans le but désespéré de tenir la Belgique hors du conflit. Suite à la polarisation qui déchire le pays en patriotes pro-Alliés et en une minorité de collaborateurs, ces thèses n’ont plus de raison d’être. Leurs défenseurs se retrouvent bien involontairement des prophets without a cause39. Mis au pied du mur et contraint de choisir un camp, Colin choisit celui du pouvoir.

  • 40 Colin (P.), « À la veille d’un centenaire : Le gêneur Edmond Picard », dans Cassandre, 14 novembre (...)
  • 41 Idem, « Les Carnets du Hérisson : Frank Wedekind ou la leçon d’indépendance », dans Cassandre, 16 j (...)

31Un facteur d’explication parmi d’autres repose, selon nous, dans la psychologie de l’homme. Une première constante de son argumentation, qui concerne aussi son discours « belgiciste », est un attachement souverain à la liberté et à l’indépendance. Son individualisme exacerbé et anarchisant s’accompagne d’un penchant certain à la provocation et au plaisir de l’insoumission. Colin aime bousculer et gêner, il revendique d’ailleurs une tradition belge incarnée jadis par Edmond Picard40. Même devise qui fut celle de l’écrivain allemand Frank Wedekind, pour qui notre homme n’a jamais caché son admiration41.

  • 42 Idem, La Belgique après la guerre, op.cit., pp. 6-7.
  • 43 Ibid., pp. 111-112.

32Dès le départ, les contradictions du discours de Colin constituent une base pour ses essais. Il pourrait bien s’agir là d’une stratégie consciente dans l’argumentation, qui permet de toujours laisser la porte ouverte au contraire de ce qui est affirmé à l’avant-plan. À l’époque de sa veine pacifiste, celle de La Belgique après la guerre, celle qui s’en prend aussi bien à l’esprit de Versailles qu’aux atrocités allemandes commises pendant l’occupation, on se demande à quel point la logique de guerre est effectivement remise en cause. Colin ne considère-t-il pas ces derniers événements comme des « accidents terribles mais inévitables en temps de guerre, – et qui font partie intégrante même de l’essence de la guerre »42 ? Tension identique entre un discours unitariste et celui qui voit dans la Belgique un « dogme officiel », motivé par la « raison d’État »43.

33L’authenticité jusqu’à l’auto-destruction, érigée quasiment jusqu’au statut du martyr qui meurt pour une cause, tel est par ailleurs un des thèmes majeurs du curieux roman d’inspiration autobiographique : Le Cadran solaire, que Colin aurait rédigé entre août 1918 et mars 1919. Paul Surmont, le protagoniste principal de ce roman, qui se joue peut-être sous la première occupation allemande sert probablement de modèle à Colin. Disciple du vieux professeur de philosophie de l’Université de Louvain Georges Puget, qui s’active pour organiser sa succession à son profit, Surmont prépare, au début du roman, une conférence de prestige qu’il doit prononcer à Bruxelles. Elle doit lui permettre de communiquer les résultats de ses recherches à un public d’initiés. Au dernier moment toutefois, il ne tient pas le discours attendu mais improvise une conférence des plus polémiques, au cours de laquelle il démonte les thèses de son vieux maître. Amer, ce dernier s’imagine que Surmont a reçu une offre plus intéressante de l’Université de Bruxelles et renie pour cela le pilier catholique dont il est issu. Surmont rejette cette interprétation avec véhémence et plaide désespérément la quête d’« authenticité » pour expliquer son revirement. Il ne pouvait plus feindre de croire aux thèses de Puget et bâtir sa vie sur ces préceptes. Sa conception de la vie est tout autre, comme il l’explique plus tard dans le roman :

  • 44 Colin (P.), Le Cadran solaire, op.cit., p. 124.

Au fond, la vie a du bon. Vivre, avec toutes les erreurs, les faux pas, les outrances, les affolements que cela entraîne, vivre dans le sens le plus péjoratif de ce verbe, vivre, c’est-à-dire se mettre en dehors des conventions et n’obéir qu’à soi-même, qu’à ses impulsions, qu’à son tempérament, c’est la meilleure école, c’est la façon la plus sûre de se faire un caractère, de se construire une âme solide et originale44.

  • 45 Ibid., p. 212.

34La vie sentimentale de Surmont se déroule selon un schéma comparable. C’est en effet pour les mêmes raisons qu’il quitte son épouse Maud, pour vivre pendant quelques mois une passion avec Francine, une amie de celle-ci. Dans une conversation entre Maud et le Professeur Puget, ce dernier constate : « Il [Paul Surmont] n’acceptera jamais la vie qu’on lui offrira. Il aura toujours soif de vérités, de sensations, d’expériences nouvelles et toujours il se détruira lui-même pour se rebâtir imparfaitement »45.

35C’est dans le radicalisme politique de gauche que Surmont trouve la solution de la fuite en avant à laquelle il aspire. Son ami Voiron l’introduit dans les milieux du Parti Ouvrier Belge. Suite à une grève qui secoue la région de La Louvière, Surmont et quelques membres radicaux du Parti, dont Joseph Jacquemotte, cherchent à déclencher une révolution. Celle-ci s’en prend d’une part à l’exploitation du capitalisme, mais d’autre part aussi à la social-démocratie belge établie, suspecte de s’être compromise avec celui-ci. Elle est représentée dans le roman par Émile Vandervelde, Joseph Wauters et Jules Destrée. La révolution sera tuée dans l’œuf par le manque de conviction d’une masse hésitante à recourir à la violence et par les forces de l’ordre. Surmont, quasi orphelin d’une cause désespérée, périra bien entendu en martyr, d’une balle perdue tirée par un gendarme.

36Cette fuite en avant annonce peut-être, sur le plan psychologique, celle de Colin en 1940. Là où l’impasse dans laquelle il s’est enfermée lui-même ne lui offre plus de porte de sortie à cause des circonstances nouvelles, Surmont accélère sa propre perte mais conserve son indépendance et son authenticité jusqu’à la fin. En chemin, il a développé une vision du monde fondamentalement nihiliste, ancrée dans un manque de confiance élémentaire envers la nature humaine. En témoigne le manque de foi en l’action révolutionnaire même qu’il cherche à accomplir, comme il le confesse à son ami Voiron :

  • 46 Ibid., p. 282.

Moi, je ne crois pas à ce bonheur énorme né d’un changement aussi minime que celui d’un gouvernement. Supposez que nous arrivions à nos fins. Vous vous imaginez que Jacquemotte, que vous, que moi, nous dirigerions le pays mieux que de Broqueville ? Si vous croyez ça, vous êtes un fameux jobard !46

  • 47 Ibid., p. 283.

37Aveu confirmé un peu plus loin dans la même conversation par une conception pessimiste de l’humain, teintée de mépris des autres et de mépris de soi : « [c]’est la nature humaine qu’il faudrait changer. Nous ne valons pas plus cher qu’eux. Nous sommes aussi méprisables qu’eux »47. Il s’agit peut-être là, suggérons-nous, d’une clé partielle mais réelle, dont il faudrait tenir compte dans une analyse globale et plus approfondie du parcours et des errances de Colin.

Colin et l’expressionnisme

38L’ouvrage Allemagne (1918-1923), publié chez Rieder en 1923, alimentait, on l’a vu, une certaine polémique dans le climat nationaliste de la Belgique d’après-guerre. Nul doute que la démarche de Colin en elle-même (se déplacer en Allemagne, se faire l’avocat de la société allemande et de ses artistes) participait également de son sens inné de la provocation. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit là d’un des seuls ouvrages qui, non seulement en Belgique mais dans l’ensemble du monde francophone de l’époque, témoigne de connaissances réelles du mouvement expressionniste allemand. Il convient donc d’en resituer l’importance et d’esquisser la compréhension qu’a Colin de ce mouvement. Elle nous semble décisive dans la perception qu’on a pu avoir en Belgique et en France de l’expressionnisme.

39Colin remet en place une série d’idées, de façon relativement claire et didactique, conscient du fait, comme il l’explique en 1920 dans la revue Clarté, que l’expressionnisme est un « mouvement amorphe ». De façon relativement claire et didactique, Colin remet en place une série d’idées à ce sujet. Comme il l’explique en 1920 dans la revue Clarté, il est conscient du fait que l’expressionnisme est un « mouvement amorphe » ; En dépit de son caractère désordonné, il lui trouve un premier dénominateur commun dans son caractère anti-réaliste :

  • 48 Cité d’après Richard (L.), D’une apocalypse à l’autre. Paris, Union générale d’éditions, 1976 (10/1 (...)

Son principe [celui de l’expressionnisme] consiste à vouloir adapter l’atmosphère psychologique et les moyens d’expression aux nécessités, aux tendances et aux conquêtes contemporaines. Par là les jeunes auteurs visent à un art plus complet, plus solide, plus essentiel, et répugnant le réalisme ils ont recours à toutes les richesses de la symbolique et même de l’abstraction. Ils veulent fixer des traits essentiels des couplets éternels, et ils refusent de se passionner pour les détails de l’existence48.

  • 49 Colin (P.), Allemagne (1918-1921), op.cit., p. 262. Colin souligne

40Allemagne rassemble la plupart des contributions critiques que Colin avait déjà données dans L’Art libre. Au cours de ces années, il constitue un corpus d’artistes et d’auteurs représentatifs de l’expressionnisme, auxquels il restera fidèle jusque tard dans les années 1930. Sa conception du mouvement est celle d’un « mouvement social », dans lequel la littérature et l’art interagissent en permanence avec la société. Avec pertinence, il insiste sur l’appareil « logistique » qui accompagne les œuvres d’art. L’expressionnisme est un mouvement global, qui ne concerne pas seulement les artistes-créateurs, mais intègre aussi les directions de musée, la critique d’art, les metteurs en scène... La devise centrale du commentaire peut valoir comme définition de l’expressionnisme : « c’est un art basé sur l’expression des objets, cherchée dans le cerveau ou le cœur de l’artiste et réalisée par la déformation. On désosse, on désarticule tous les moyens d’expression, pour donner à l’expression même sa spontanéité »49.

41Cette insistance sur les aspects collectifs, orientés vers la société dans la quête d’un renouveau artistique et spirituel global, nous semble avoir influencé pendant longtemps la réception de l’expressionnisme dans les milieux francophones. Mais le mouvement avait de bien multiples facettes. Il en est une que Colin écarte consciemment. Là où on considère généralement la poésie comme le genre le plus adéquat aux « éruptions » expressionnistes et comme son canal d’expression privilégié, Colin néglige ce genre littéraire dans le mouvement. Dans Allemagne, il ne mentionne que deux poètes, Theodor Däubler et Else Lasker-Schüler. Aucune trace donc de la lyrique d’avant-guerre, celle des Georg Heym, Georg Trakl ou Ernst Stadler, pas plus que celle de Benn pendant la guerre, lui aussi complètement ignoré. Pas de Jakob van Hoddis, ni d’August Stramm, poètes pourtant consacrés ; seule la poésie humanitaire de Johannes Robert Becher est mentionnée en marge.

  • 50 Ibid., pp. 181-182. Rappelons que, par rapport aux deux autres revues majeures de l’expressionnisme (...)
  • 51 Ibid., pp. 108 et 250-251.

42En vérité, Colin ignore sciemment les aspects proprement esthétiques de l’expressionnisme et il choisit de ne pas évoquer ces lourds et stériles débats, notamment ceux de la revue Der Sturm, dont il évoque la « cérébralité tyrannique ». À propos de la galerie de peinture « Der Sturm », liée à la revue, Colin parle d’ailleurs de « mouvement épuisé et vieilli »50. Il se plaît à répéter qu’à tous les niveaux, dans le roman, dans le théâtre et la mise en scène, dans les mentalités, « L’expressionnisme est un mouvement social »51. Les auteurs qu’il commente le plus volontiers sont d’ailleurs deux de ses compagnons de route de « Clarté » : Kasimir Edschmid et l’Alsacien René Schickele, éditeur de la revue Die weißen Blätter. Parmi les précurseurs du courant, il accorde une place de choix à Heinrich Mann et à Frank Wedekind. On apprend encore que les « maîtres » du théâtre expressionniste sont Carl Sternheim, Georg Kaiser et Walter Hasenclever. Pour incarner la « révolte contre le réalisme », il rappelle que le metteur en scène joue un rôle irremplaçable :

Le décor ne doit plus rien « représenter». On lui confie le soin de créer une atmosphère. Il isole l’action. Il est donc capable d’assurer, ou du moins d’affermir, le succès d’une pièce, et le régisseur partage avec l’auteur la responsabilité.

43Dans ce contexte, une place de choix doit être accordée aux couleurs, dont la force d’expression se doit de redevenir un vecteur prioritaire. À propos de la mise en scène de la pièce de Sternheim, La Marquise d’Arcis, inspirée de Diderot, par Gustav Hartung, Colin écrit après une représentation :

  • 52 Ibid., pp. 251 et 253.

Sur de grands rideaux de couleurs vives, oranges ici, violets là, l’action se détachait crûment : comme de grandes marionnettes, les acteurs portaient des costumes voyants, d’immenses perruques rousses et vertes, tout l’accoutrement d’un xviiie siècle expressionniste, où les modes traditionnelles se cambraient dans des tons violents52.

44Parmi les autres noms importants de l’expressionnisme vu par un Colin qui fait la part belle à la prose et au théâtre, mentionnons encore : Gustav Landauer, Ernst Toller, Franz Werfel, Gustav Meyrink, Max Brod et Alfred Döblin. Colin insiste sur la double activité, littéraire et plastique, d’Oskar Kokoschka et Ernst Barlach. Enfin, il relève l’importance de ces personnalités qui garantissent, par le mécénat et le commerce d’art, une place aux arts d’avant-garde dans la société : Paul Cassirer, le Comte Kessler et Walther Rathenau.

  • 53 Cf. Martin (P.), Cassandre, op.cit., pp. 315ff.

45On remarquera enfin que Cassandre continuera à faire la part belle au même corpus des artistes d’avant-garde, à une époque où le IIIe Reich le considérait comme un « art dégénéré ». L’heure est encore pour la revue au pluralisme idéologique, même si Georges Marlier, entre autres rédacteur de la chronique « Lettres allemandes », penche plutôt pour les thèses de l’Allemagne nouvelle. L’un et l’autre témoigneront plus tard d’une certaine fascination pour l’art monumental de la propagande nazie53.

« Belgique carrefour de l’Occident », entre romanité et germanité

  • 54 Cf. Dumoulin (M.), « La Belgique entre la France et l’Allemagne », dans Leonardy (E.) & Roland (H.)(...)

46On l’aura compris, dans l’approche globale des cultures de l’Europe occidentale, l’importance que Colin confère à l’Allemagne sert également de contrepoids à l’importance jugée démesurée de la culture française en Belgique. En ce sens, Colin s’inscrit dans une tradition de l’écriture de l’histoire antérieure à la guerre et même au xxe siècle. Il perpétue cette tradition belge, qui consiste à considérer sa propre culture comme un mélange d’influences romanes et germaniques. Le discours de la « terre-d’entre-deux » est en effet devenu un topos diffusé par les intellectuels belges. A la suite de Picard et de Godefroid Kurth, Pirenne parlait de « fusion de romanisme et de germanisme, [...] fusion de civilisation ni française ni allemande mais tenant de la civilisation de la France et de celle de l’Allemagne » 54. Colin perpétue cette tradition et lui donne un tour quelque peu plus nationaliste et agressif; c’est ainsi qu’on peut voir dans le motif de la « Belgique carrefour de l’Occident » une variante actualisée de la « Belgique terre d’entre-deux » :

  • 55 La Belgique après la guerre, op.cit., p. 137. Pascal Martin (« D’une croisade à l’autre », op.cit., (...)

Entre l’Allemagne, dont dépend depuis toujours sa prospérité économique, la France, avec laquelle elle entretient d’actives relations intellectuelles, et l’Angleterre, qui la contraint à l’existence, et contrôle sa neutralité politique, elle [la Belgique] est le terrain idéal d’une compénétration et d’une collaboration internationales. Je dirai plus : je dirai que la Belgique n’a aucune raison d’être si elle ne pratique pas avec passion une politique d’internationalisme à tous les points de vue. Sur son sol, population germanique et population latine vivent côte à côte et même fusionnées55.

  • 56 Colin (P.), Belgique carrefour de l’Occident, op.cit., pp. 24-25.

47Lorsqu’il systématise à nouveau cette thématique en 1933 – elle englobe les aspects économiques, politiques et intellectuels des cultures d’Europe occidentale –, on sent poindre, au-delà des métaphores ordinaires pour caractériser la réalité belge (« Belgique, miroir de l’Europe », « terre d’expériences », « pays querelleur et généreux », « pays mal centralisé »...56), un discours racial lié à la flore et à la terre. Là où jadis Colin croyait à « l’esprit européen », il évoque à présent « la réalité européenne », les « fleurs précieuses » et « nuances infinies » de la « presqu’île d’Europe » :

  • 57 Ibid., pp. 22-23.

Je ne crois plus à l’esprit européen qui remplacerait toute cette végétation tumultueuse par une fleur de serre artificielle et pâle. Je ne crois plus à l’esprit européen qui supprimerait la solidarité et les alliances spontanées. Je ne crois plus à l’esprit européen, géométrie, architecture, principe de tristesse et de mort. Je crois à la terre européenne, à la beauté de ses plaines, à l’opulence de ses fleurs. Je crois à l’unité européenne dans ses nécessités animales et dans la pulsation de ses artères. Je crois au peuple européen dans la vaste collaboration qui s’organise du Danube à la Manche pour cultiver le froment, tisser la laine et extraire le charbon. Je crois à l’esprit latin et à l’esprit germanique, nobles conclusions de races différentes et de cerveaux hantés par des rêves différents. Je crois à la nécessité d’une Europe solide et à celle de centres nombreux de vie sentimentale et intellectuelle, nouant entre eux mille liens, mais affirmant, sans se compénétrer, leur autonomie réciproque57.

  • 58 Ibid., p. 9. Hellens écrit : « Le Belge est un peu dans la position d’un homme qui se trouverait de (...)

48Tout comme Franz Hellens, Colin utilise dans l’ouverture de son livre la métaphore du « balcon » : « Les livres entassés autour de moi sont comme la balustrade d’un balcon, et du haut de ce balcon, je regarde la presqu’île d’Europe »58. Cette rhétorique-là aussi trouva à s’adapter aux impératifs de l’occupant, mettant à nu une fois encore les ambivalences d’une certaine modernité littéraire et d’un humanitarisme pacifisant détaché de la réalité socio-politique.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Virginie Devillez et Fabrice van de Kerckhove pour leur aide dans la préparation de cet article et pour les documents qu’ils m’ont fournis.

2 Avermaete (R.), « Paul Colin », dans Biographie nationale, t. xxxv, sup. 7. Bruxelles, Bruylant, 1970, col. 140-145. Cette erreur est corrigée par Pascal Martin dans son mémoire de licence inédit : Cassandre. Hebdomadaire belge de la vie politique, littéraire et artistique (2 vol.). Université catholique de Louvain, Histoire contemporaine, 1985, p. 5.

3 Cité d’après Aron (P.), « Romain Rolland, Henri Barbusse et leurs amis belges : l’efficacité d’un réseau politico-littéraire », dans Frickx (R.), Les Relations littéraires franco-belges de 1914 à 1940. Bruxelles, VUB Press, 1990, p. 34.

4 Colin (P.), « Les Carnets du Hérisson : Dreyfus et nous », dans Cassandre, 26 janvier 1935, p. 7.

5 Colin (P.), « Les Carnets du Hérisson : Georges Sorel et les grandes illusions », dans Cassandre, 2 février 1935, p. 7. Cf. aussi le premier chapitre du mémoire de licence : De Borle (J.), Paul Colin. Figure de proue de l’entre-deux-guerres. Katholieke Universiteit Leuven, Philologie Romane, 1979.

6 Archives et Musée de la Littérature, FS X 290/1. Le titre d’« attaché scientifique » n’existait pas en 1914 pour désigner les employés des « Musées Royaux de Peinture et de Sculpture de Belgique », dénomination officielle de l’institution à l’époque. En outre, les Archives des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique (AMRBAB) ne contiennent pas de dossier consacré à Colin. En revanche, on trouve trace de lui dans les papiers Fierens-Gevaert relatifs à la création d’une Ligue belge d’expression artistique (voir ci-dessous, note 22).

7 Cf. Martin (P.), op.cit., pp. 10-11.

8 Au cours de ma recherche doctorale consacrée à la « colonie » littéraire allemande en Belgique en 1914-1918 et aux contacts belgo-allemands sous l’occupation (Die deutsche literarische « Kriegskolonie » 1914-1918. Beitrag zur Geschichte der deutsch-belgischen Literaturbeziehungen 1900-1920. Bern [e.a.], Peter Lang, 1999. Adaptation en langue française revue et augmentée à paraître au premier semestre 2002 dans la collection « Archives du Futur »), je n’ai pas rencontré le nom de Colin dans ce contexte direct. Ceci n’exclut pas la possibilité que des contacts aient pu être noués.

9 Texte de la conférence publié sous forme de brochure par la suite : Colin (P.), La Vertu d’héroïsme et M. Romain Rolland. Bruxelles, Maurice Lamertin, 1919.

10 Renvoyons à Aron (P.), La littérature prolétarienne en Belgique francophone depuis 1900. Bruxelles, Labor, 1995, pp. 35ff et à Leonardy (E.), « Die internationale Debatte um den Pazifismus im Rahmen der Clarté-Bewegung 1919-1921. Beiträge aus Frankreich, Deutschland und Belgien » dans Idem & Roland (H.), éd., Die deutsch-belgischen Beziehungen im kulturellen und literarischen Bereich / Les Relations culturelles et littéraires belgo-allemandes 1890-1940. Frankfurt/M. [e.a.], Peter Lang, 1999, pp. 155-189.

11 Cf. Escoyez (P.), Une revue internationaliste : L’Art libre (1919-1923). Mémoire de licence, Université catholique de Louvain, 1986. Du côté flamand, les adhérents du mouvement se rassemblèrent à Anvers autour du tout jeune Herman van den Reeck, bientôt abattu par un policier à Anvers lors d’une manifestation interdite des Éperons d’Or.

12 Colin (P.), La Belgique après la guerre. Rome, Casa Editrice Rassegna Internazionale, [1920-1921], p. 13.

13 Cf. les deux lettres de Rilke à Colin, masquant un refus poli, AML, ML 5465/1 et 2.

14 Colin (P.), Allemagne 1918-1921. Paris, Rieder, 1923.

15 Edschmid (K.), Lebendiger Expressionismus. München-Wien-Basel, Verlag Kurt Desch, 1961, p. 364.

16 Cf. Reynebeau (M.), Dichter in Berlijn. De ballingschap van Paul van Ostaijen (1918-1921). Groot-Bijgaarden, Globe/De Prom, 1995.

17 Cf. Toussaint (N.), « Contacts des peintres et graphistes belges avec la revue Der Sturm », dans Leonardy (E.) & Roland (H.), op.cit., pp. 221-245.

18 Annonce de la création d’Europe dans le dernier numéro de L’Art libre, juin 1922, p. 85. À propos d’Europe, voir le dossier constitué par Racine (N.) et Trebitsch (M.) dans le numéro 86/87 de la revue Lendemains (22. Jahrg., 1997), pp. 93ff.

19 Cf. Colin (P.), « La réforme de l’enseignement », dans L’Art libre, 15 novembre 1919, p. 186.

20 Idem, « L’esprit de révolte », dans L’Art libre, décembre 1921, pp. 186-187.

21 Colin (P.), Le Cadran solaire. Bruxelles, Éd. des Cahiers indépendants, 1919, pp. 301-302.

22 AMRBAB, Papiers Fierens-Gevaert.

23 Colin (P.), La Belgique après la guerre, op.cit., p. 13.

24 Ibid., p. 16.

25 Ibid., pp. 13 et 16.

26 Consulter à ce propos les lettres de Colin à Henry van de Velde, Archives et Musée de la Littérature FS X 290.

27 Colin (P.), Belgique carrefour de l’Occident. Paris, Rieder, 1933, p. 14.

28 Le mémoire de licence de Hubin (C.), Les débuts de « Cassandre » (décembre 1934-décembre 1936). Essai d’analyse de contenu (Université catholique de Louvain, Histoire contemporaine, 1980) contient en annexe une série de notices biographiques des collaborateurs à la revue de ces années-là. .

29 Voir la lettre qu’elle adresse à Martin (P.), Cassandre, op.cit., p. 363. Les Marais furent ensuite publiés chez Robert Denoël, toujours avec le soutien de Colin.

30 Supplément du n°1 de Cassandre, 1934, p. 1.

31 Dans La Belgique après la guerre (op.cit., p. 33), l’influent Neuray était qualifié de « journaliste taré, renégat du parti catholique ». Le revirement est donc spectaculaire et Colin collaborera d’ailleurs régulièrement à La Nation belge de 1933 à 1940 (Martin, Cassandre, op.cit., p. 30).

32 Hubin (C.), op.cit., pp. 49-51.

33 Martin (P.), « D’une croisade à l’autre ou la paix à tout prix. Analyse du regard porté par le journal Cassandre sur les événements d’Espagne », dans Revue Belge d’Histoire Contemporaine, XIX, 1988, 3-4, p. 397.

34 De Borle (J.), op.cit., pp. 68-69.

35 Martin (P.), Cassandre, op.cit., pp. 37ff.

36 Cf. Schurmans (F.), « Les débuts du Nouveau Journal sous l’occupation (1940-1941). Analyse critique du témoignage de Robert Poulet », dans Textyles, n°15 (L’institution littéraire), 1998, pp. 34ff.

37 Ibid., p. 39. Cf. aussi le mémoire de licence de Heerbrant (J.-P.), »Cassandre» 1940-1944. Université Libre de Bruxelles, 1980 ; et De Bens (E.), De belgische dagbladpers onder Duitse censuur (1940-1944). Antwerpen/Utrecht, De Nederlandsche Boekhandel, 1973, pp. 349-362.

38 Gérard-Libois (J.) & Gotovitch (J.), L’an 40. La Belgique occupée. Bruxelles, Bruxelles, 1971, p. 316.

39 Conway (M.), Collaboration in Belgium. Léon Degrelle and the Rexist Movement 1940-1944. New Haven & London, Yale University Press, 1993, p. 160.

40 Colin (P.), « À la veille d’un centenaire : Le gêneur Edmond Picard », dans Cassandre, 14 novembre 1936, p. 3. Le titre de la chronique de Cassandre : « Les Carnets du Hérisson » n’est pas sans rappeler le « porc-épic », emblème de Picard.

41 Idem, « Les Carnets du Hérisson : Frank Wedekind ou la leçon d’indépendance », dans Cassandre, 16 janvier 1937, p. 7.

42 Idem, La Belgique après la guerre, op.cit., pp. 6-7.

43 Ibid., pp. 111-112.

44 Colin (P.), Le Cadran solaire, op.cit., p. 124.

45 Ibid., p. 212.

46 Ibid., p. 282.

47 Ibid., p. 283.

48 Cité d’après Richard (L.), D’une apocalypse à l’autre. Paris, Union générale d’éditions, 1976 (10/18), pp. 189-190.

49 Colin (P.), Allemagne (1918-1921), op.cit., p. 262. Colin souligne

50 Ibid., pp. 181-182. Rappelons que, par rapport aux deux autres revues majeures de l’expressionnisme : Die Aktion et Die weißen Blätter, Der Sturm se distingue par sa prédilection pour les débats esthétiques.

51 Ibid., pp. 108 et 250-251.

52 Ibid., pp. 251 et 253.

53 Cf. Martin (P.), Cassandre, op.cit., pp. 315ff.

54 Cf. Dumoulin (M.), « La Belgique entre la France et l’Allemagne », dans Leonardy (E.) & Roland (H.), op.cit., pp. 15ff.

55 La Belgique après la guerre, op.cit., p. 137. Pascal Martin (« D’une croisade à l’autre », op.cit., p. 404) utilise l’expression « nationalisme d’entre-deux ».

56 Colin (P.), Belgique carrefour de l’Occident, op.cit., pp. 24-25.

57 Ibid., pp. 22-23.

58 Ibid., p. 9. Hellens écrit : « Le Belge est un peu dans la position d’un homme qui se trouverait debout sur un balcon et dominerait, de cet endroit, une large étendue. Il lui est impossible de regarder devant lui, autour de lui, sans apercevoir la variété des pays qui l’environnent. [...] Il lui faut à tout prix franchir ses limites étroites... » (repris par Paul Gorceix dans Hellens (F.), Un balcon sur l’Europe. Choix de textes critiques établi et présenté par P.G. Bruxelles, Labor, 1992, pp. 11-12). « Les Quatre points cardinaux » est aussi le titre d’une chronique de Cassandre, dans laquelle on parle des quatre voisins français, allemand, hollandais et anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « Paul Colin et la réception de l’expressionnisme en Belgique francophone dans l’entre-deux-guerres », Textyles, 20 | 2001, 33-45.

Référence électronique

Hubert Roland, « Paul Colin et la réception de l’expressionnisme en Belgique francophone dans l’entre-deux-guerres », Textyles [En ligne], 20 | 2001, mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/912 ; DOI : 10.4000/textyles.912

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

F.N.R.S. – Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org