Navigation – Plan du site

Conscience de la réalité et affinités entre le réalisme magique belge francophone et le Magischer Realismus

Hubert Roland
p. 41-52

Texte intégral

Ich fürchte mich so vor der Menschen Wort.
Sie sprechen alles so deutlich aus :
Und dieses heißt Hund und jenes heißt Haus,
und hier ist Beginn und das Ende ist dort.

Rainer Maria Rilke, Die Dinge singen höre ich so gern

  • 1 Plard (H.), « Les pays de langue allemande », dans Weisgerber (J.), éd., Le Réalisme magique. Roman (...)

1L’objectif de cette contribution est de mettre en lumière les affinités de quelques auteurs belges francophones représentatifs du réalisme magique avec le Magischer Realismus allemand, mieux défini que son homonyme belge grâce à une série d’études récentes1. En effet, au-delà des multiples définitions dont le terme a fait l’objet en Allemagne et ailleurs, il est intéressant de se pencher sur l’acception de ce terme en tant que « style narratif » (Erzählstil), que Michael Scheffel conçoit comme caractéristique d’une tendance des littératures de langue allemande dans les années 1920 à 1950. Aspirant à représenter la réalité sous forme de « synthèse », et alliant par là un réalisme très strict et une « magie » d’inspiration contemporaine, ce style narratif est caractérisé par les traits suivants, qui permettent entre autres de le distinguer du surréalisme :

  • sa vocation « réaliste » le fait se référer directement au monde contemporain ;

  • la structure narrative y est « close », c’est-à-dire qu’elle englobe tous les éléments dans un schéma avec un début et une fin ;

  • le monde relaté y est construit de façon homogène et il n’existe pas de conflit entre deux niveaux distincts de réalité, comme dans la littérature fantastique ;

    • 2 J’emprunte directement ces traits distinctifs à la notice sur le Magischer Realismus que Michael Sc (...)

    en revanche, il intègre de plain-pied une dimension « mystérieuse », s’opposant par là aux préceptes du réalisme traditionnel du XIXe siècle2.

  • 3 On vient toutefois de rééditer en Allemagne les œuvres complètes de Friedo Lampe, auteur très injus (...)

2Les auteurs représentatifs de ce courant littéraire sont nés pour la plupart au cours de la dernière décennie du XIXe siècle : Ernst Jünger, Hermann Kasack, Friedo Lampe, Elisabeth Langgässer ou l’auteur autrichien George Saiko. À l’exception de Jünger, et dans une moindre mesure de Kasack, leur notoriété littéraire ne s’étend pas au-delà des cercles de germanistes et elle n’a donc pas gagné le grand public3.

  • 4 L’ouvrage de référence de Scheffel sur le Magischer Realismus, s’il accorde une place de choix aux (...)

3Le grand avantage de la méthode de classification narrative proposée par Scheffel est bien sûr qu’elle peut être appliquée à une échelle plus grande que celle de l’Allemagne littéraire. Car au-delà des spécificités de l’histoire littéraire allemande, sur lesquelles nous reviendrons, il est permis de se demander si un ensemble de textes littéraires européens ne reflètent pas une semblable « conscience de la réalité », depuis les années 1920 jusque et y compris les premières années de l’après-guerre. Sur cet arrière-fond, nous nous proposons d’étudier les affinités du Magischer Realismus avec la production contemporaine de trois auteurs belges, Franz Hellens, Marie Gevers et Paul Willems4.

Emigration intérieure et « conscience dissociée »

4L’histoire de la littérature allemande du XXe siècle établit traditionnellement une césure en 1933 dans la périodisation qu’elle propose. Dans ce contexte, une place de choix est généralement réservée aux auteurs de l’exil, ceux qui quittèrent l’Allemagne national-socialiste pour écrire à l’étranger quelques-unes des œuvres les plus remarquables de la littérature de langue allemande. De façon générale, on tient donc Bertolt Brecht, les frères Mann, Alfred Döblin ou encore Anna Seghers pour les auteurs représentatifs de la culture allemande à l’époque, ceux qui tournèrent le dos à toute compromission avec le pouvoir en place et perpétuèrent ainsi les « valeurs de l’esprit ». Dans les années d’après-guerre, et suite à une polémique déclenchée par Thomas Mann à son retour, une vive discussion s’engagea quant au jugement à porter sur les auteurs qui n’avaient pas pris le chemin de l’exil et avaient continué à écrire, et de surcroît à publier, pendant les années du totalitarisme hitlérien.

  • 5 Cf. la notice sur la Innere Emigration dans le Metzler Literatur Lexikon. Stuttgart, Metzler, 1990, (...)
  • 6 Cf. Roland (H.) et Warland (G.), « Le roman à clef et son rapport à l’histoire. À la croisée des ge (...)

5Contre les accusations de Mann fustigeant ceux qui n’auraient pu produire que des œuvres « respirant le sang et la honte », d’autres plaidèrent donc pour le concept d’ « émigration intérieure » (innere Emigration), inauguré par Frank Thieß. On en référait ainsi à l’état d’esprit des auteurs qui se seraient efforcés de lutter « consciemment » et « de l’intérieur » contre la politique du « Troisième Reich ». Cette attitude de « résistance » n’est pas vraiment censée s’appliquer à ceux qui se retirèrent dans le silence ou se réfugièrent dans une production de nature foncièrement apolitique. Elle concerne ceux qui choisirent « l’opposition littéraire » par le biais du camouflage, misant sur la lecture entre les lignes et le déchiffrage de messages codés portant indirectement sur les événements contemporains. De tels « appels à la conscience » peuvent passer par la mise en scène du despotisme politique via le roman historique ou la fable politique atemporelle, ou encore à travers l’usage ambigu et polysème de la métaphore dans la poésie5. Quelques représentants importants de l’émigration intérieure furent Werner Bergengruen, Reinhold Schneider, Frank Thieß et Ernst Wiechert ; l’œuvre emblématique en est Sur les falaises de marbre (Auf den Marmorklippen) d’Ernst Jünger, publiée en 1939 et derrière laquelle beaucoup comprirent des allusions à la situation politique en Allemagne6.

  • 7 Barbian (J.-P.), Literaturpolitik im « Dritten Reich ». Institutionen, Kompetenzen, Betätigungsfeld (...)
  • 8 Barbian (J.-P.), op. cit., pp. 6-7.

6Il n’est pas étonnant que les auteurs du Magischer Realismus recoupent en bonne partie ceux de l’émigration intérieure. Et il faudrait travailler davantage sur les relations qui unissent ces deux courants : le principe d’une lecture à deux niveaux et d’une réalité « à double fond » a-t-il correspondu à une vision du monde propre et/ou a-t-il plus pragmatiquement été dicté par les impératifs de la censure politique ? Peut-on établir une distinction entre « littérature non national-socialiste » et « littérature anti-national-socialiste » et reconnaître par là l’existence d’une littérature « d’opposition » sous le « Troisième Reich » ? Pour un ensemble de raisons que les germanistes devraient encore élucider, l’historiographie de la littérature allemande n’a pas encore directement discuté ces questions. Elle s’est toutefois libérée, au cours des années, des jugements normatifs à l’emporte-pièce qui, consciemment ou inconsciemment, ont longtemps repris le verdict de Thomas Mann sans autre forme de réflexion. L’extraordinaire dynamisme qui caractérise les recherches sur la vie culturelle sous le national-socialisme ces vingt dernières années a enfin abordé ces questions délicates, largement occultées auparavant7. C’est ainsi que le mythe d’une « propagande totalitaire » savamment organisée par les services de Goebbels, idée reçue largement répandue, a pu être démonté ; le prétendu appareil de contrôle total et absolu de la vie artistique et littéraire, verrouillant toute marge de manœuvre pour les auteurs sur le plan idéologique, ne s’avéra pas d’une rationalité parfaite, ni d’une égale efficacité dans toutes les circonstances et à tous les moments8.

  • 9 Schäfer (H. D.), Das gespaltene Bewußtsein. Deutsche Kultur und Lebenswirklichkeit 1933-1945. Münch (...)

7En 1981 paraissait l’importante étude de Hans Dieter Schäfer consacrée à la « conscience dissociée » de la vie culturelle et de la réalité quotidienne en Allemagne entre 1933 et 1945. L’auteur y soutient la thèse d’une société allemande profondément marquée par une dissociation entre idéologie national-socialiste et mise en pratique de celle-ci et il défend que l’idée de cette dichotomie fut reprise sans autre forme de réflexion par la recherche de l’après-guerre. Il fallut attendre la fin des années 1960 pour que certains mettent en évidence les lacunes et les rivalités internes à l’appareil de propagande, qui furent source de dysfonctionnement et firent parfois échouer les tentatives de Gleichschaltung9. Ceci n’est pas l’endroit pour synthétiser les nombreux enseignements de l’ouvrage de Schäfer. Retenons-en toutefois quelques-uns, aptes à soutenir notre propos :

  • 10 Schäfer (H. D.), op. cit., p. 7.

8- S’il ne fait aucun doute que l’État national-socialiste entendait détruire la vie culturelle en tant que telle, comme espace de liberté d’expression fondamentalement indépendant, il faut cependant constater qu’il n’a pu que tolérer une sphère littéraire et artistique relativement autonome, pourvu qu’elle ne se mêle pas directement de politique et qu’elle ne remette pas en cause les fondements de l’État hitlérien. Une marge de manœuvre, en ce compris des possibilités de publier, a donc permis à une « jeune génération » d’écrivains « non nationaux-socialistes » de s’exprimer de façon limitée mais réelle10.

  • 11 Richard (L.), op. cit., p. 142. Richard précise avec justesse qu’il s’agit là d’un « faux prétexte (...)
  • 12 À titre d’exemple, Tout est réel ici de Paul Willems (1941) ou Paix sur les champs de Marie Gevers (...)

9- Ceci mène à remettre en question, comme le fait d’ailleurs Lionel Richard, le jugement qui a conduit à affirmer qu’aucun écrivain de valeur n’a pu s’exprimer sous le « Troisième Reich » et que tout livre publié dans ces conditions doit être considéré comme un témoignage d’inspiration nazie11. L’historiographie des Lettres belges a déjà implicitement avalisé ce constat, puisqu’elle reconnaît sans aucun problème certaines œuvres publiées sous l’occupation comme des œuvres importantes12.

10- Les écrivains « non nationaux-socialistes » ne sont pas sortis de nulle part et leur carrière ne s’arrête pas brutalement en 1945. Plusieurs auteurs réputés de l’après-guerre, en ce compris des écrivains de République Démocratique Allemande, firent leurs débuts dans les revues « indépendantes » de l’époque : Günter Eich, Hermann Kasack, Marie-Luise Kaschnitz, Hermann Lenz, etc. En toute logique, leur sensibilité littéraire fut imprégnée par les ébranlements socioculturels consécutifs à la crise de 1929, et ceci dans le sens d’un repli intérieur teinté de résignation et de paralysie face à la possibilité d’une action sur le monde. Foncièrement individualistes, la génération de ceux qui sont nés après 1900 et avant la Première guerre mondiale, développe une conscience du monde elle aussi basée sur la dissociation, comme l’écrivit Oskar Plett en 1948 :

  • 13 Plette (O.), « Die lebenden Generationen », in Prisma 3 (1948), H. 19/20, p. 42. Ma traduction. À p (...)

La génération d’avant-guerre (1911-14) a une tête de Janus. Il n’y a pas que leur regard, tourné à la fois vers l’histoire et vers l’avenir, qui soit dissocié. Elle est systématique et intuitive, très individualiste et en même temps ouverte aux grandes conceptions. Elle n’a pas d’idéaux mais beaucoup d’illusions13.

11Dissociée également, la nature du rapport à la communauté, à en croire le manifeste Jugend bekennt : so sind wir ! (La jeunesse confesse : ainsi sommes-nous !), publié à Leipzig par Frank Matzke en 1930 :

  • 14 Cité d’après Schäfer (H.D.), op. cit., pp. 7-8. Ma traduction.

nous nous rangeons en silence, également lorsque nous savons mieux et ressentons autrement. Mais c’est une subordination dans les domaines extérieurs, jamais dans le noyau de l’âme. Car celle-ci est toujours individuelle et étrange à la communauté, même si elle aspire aujourd’hui à elle14.

12La constance d’un état d’esprit semblable n’eut pas de mal à se maintenir après les bouleversements politiques qui allaient suivre. Car la première résistance est bien celle de l’esprit ; c’est elle qui dépasse les circonstances et survivra aux aléas du jour. L’argument principal des représentants de l’émigration intérieure est aussi celui de Franz Hellens, au moment où il relance Le Disque Vert sous l’occupation :

  • 15 Préface au n° 1 de la Nouvelle Série du Disque vert, 15 juillet 1941. Cité d’après le T.IV de la ré (...)

L’esprit ne perd jamais ses droits. Il ne peut les perdre, et ne saurait gagner ni à un abandon quelconque, ni à un silence prolongé. Nous dirons plus : c’est un devoir, pour l’esprit, de manifester sa continuité à travers les événements les plus contradictoires, au sein des crises économiques et morales, en dépit de tous les obstacles. Pourvu que cette activité se déploie en toute indépendance et avec la volonté de n’exprimer que le vrai et le beau15.

  • 16 Schäfer (H.D.), op. cit., pp. 12 et 18.
  • 17 Cf. Beck (U.), « Mehr und anders als erwartet: Zum Import französischer Literatur ins nationalsozia (...)

13– Un dernier tabou récemment levé dans les recherches allemandes concerne le rapport de la société national-socialiste à la littérature moderne et aux littératures étrangères. Outre que les débats sur l’Expressionnisme furent tolérés, dans une certaine mesure, du moins pendant les premières années du régime, et que les textes importants de l’Existentialisme français furent publiés et discutés dans les journaux et revues16, la société allemande ne fut jamais isolée de l’importation de littérature étrangère. Encore une fois, pourvu qu’un livre ne s’en prenne pas de front à la nature du régime, la marge de manœuvre était réelle17.

Magischer realismus et « fantastique reel »

  • 18 Cf. Plard (H.), op. cit., pp. 47-48.
  • 19 Cf. Scheffel (M.), op. cit., pp. 110-111.

14Les théoriciens du Magischer Realismus insistent sur l’« immanentisme » de celui-ci. À la fois patent et ancré dans les objets de la réalité concrète, le « mystérieux » fait bel et bien partie de celle-ci et ne renvoie pas à un horizon au-delà des choses. Il se tient caché derrière celles-ci, et il suffira de pouvoir adopter la perspective adéquate pour qu’il se révèle à travers elles18. Par opposition au surréalisme directement contemporain, le Magischer Realismus se distingue donc par l’absence de rupture entre le monde concret et un univers de visions oniriques ou autres, détaché de lui. Les secrets du monde sont directement accessibles et peuvent se révéler sous le mode chiffré à tout instant19.

  • 20 Cité d’après Klatte (G.), Wege zur Innenwelt. Träume im fiktionalen Prosawerk von Franz Hellens. Fr (...)

15On est évidemment frappé par la distinction très semblable qui sous-tend la théorie du « fantastique réel » de Franz Hellens, publiée en 1967 seulement, mais à laquelle l’auteur travaillait déjà au cours des années qui nous intéressent. Ainsi lit-on dans le Journal de Frédéric à la date du 5 février 1935 : « Le fantastique sort tout droit de l’homme : il n’abandonne jamais la réalité, il l’élargit. Le merveilleux au contraire renie la réalité, se moque des lois naturelles : ce sont les contes des mille et une nuits ou les histoires pour enfants »20. L’idée d’absence de rupture entre les différents niveaux de réalité, suggérant au contraire un échange étroit entre ceux-ci, trouve son expression encore plus nette dans l’essai « Retour du fantastique », qu’Hellens publie une première fois dans Le Mois de novembre/décembre 1935, à propos de la notion voisine de « fantastique intérieur » :

  • 21 Cité d’après Klatte (G.), op. cit., p. 36.

Ici, la réalité n’est pas transposée, avec tous ses éléments visibles et naturels, sur un plan surnaturel, elle est transformée, incorporée au surnaturel ; il se fait un va-et-vient entre ces deux régions extrêmes, va-et-vient si rapide et nécessaire, que le lecteur assiste au miracle d’une perpétuelle transsubstantiation21.

  • 22 Hellens (F.), Documents secrets (1905-1956). Histoire sentimentale de mes livres et de quelques ami (...)

16Ces idées seront reprises dans la préface des Nouvelles réalités fantastiques de 1941, ce qui témoigne d’une curieuse, et probablement fortuite, communauté de pensée avec certains auteurs de l’émigration intérieure et du Magischer Realismus. Nous verrons encore à quel point une importance primordiale est accordée ici aux questions de perspectives multiples sur une même réalité, permettant de saisir celle-ci sur des modes très différents. Car, pour citer Hellens une dernière fois, « le seul fantastique valable est celui de la vérité la plus ordinaire. Il suffit de grossir légèrement un objet, une figure, une forme quelconque, pour qu’ils nous apparaissent dans leur réalité féerique, c’est-à-dire différents et pourtant semblables à eux-mêmes ; à la fois plus rapprochés, et, je ne sais par quelle magie, plus éloignés de nous »22.

Plaisir des météores, perspective et ordre du monde

  • 23 Plard (H.), op. cit., p. 46.
  • 24 Jünger(E.), Le Cœur aventureux. Traduction d’Henri Thomas. Paris, Gallimard, 1969, pp. 32 et 37. No (...)

17La deuxième version du Cœur aventureux, publiée par Ernst Jünger en 1938 et traduite en français par Henri Thomas dès 1942, fut considérée comme représentative du Magischer Realismus par l’auteur, là où la première version de 1929 illustrait mieux pour lui le surréalisme23. À travers ce recueil de textes brefs, mêlant souvenirs, rêves, visions et considérations philosophiques, il est clair que Jünger cherche à saisir avec adéquation la structure secrète des choses, dans leur ordre à la fois immanent et caché. Dans cette quête-là aussi, les questions de perspective, de vision jouent un rôle fondamental. C’est dans le regard sur les choses et les événements que repose la magie, pas dans les événements eux-mêmes. Ainsi le texte parle-t-il de « plaisir stéréoscopique » (« Percevoir stéréoscopiquement, c’est découvrir dans un seul et même ton, deux qualités sensibles, et cela par un organe unique ») et de « raison panoramique » (« La raison souveraine ne vit pas dans l’une ou l’autre des chambres de l’univers, elle habite tout l’édifice. La pensée qui lui correspond ne procède point par vérités séparées et isolées, elle saisit la totalité cohérente, et son pouvoir ordonnateur repose sur la faculté de vision panoramique »)24. Pour assister l’homme dans cette quête, certaines figures magiques peuvent faire fonction d’adjuvant, comme le jardinier Nigromontan, qui détient le secret des images énigmatiques :

Il disait aussi que la surface recèle toujours, dans la variété de ses dessins, de secrets enseignements, de même que l’on conclut, d’après les herbes et les fleurs poussant en pleine terre, à l’existence des eaux cachées et des gîtes minéraux. Amener ces contacts entre le monde des sens et les courants profonds était l’une des tâches rayonnantes de l’homme (CA, p. 142).

18Dans les exercices qu’il enseigne, Nigromontan cherche à « provoquer ce choc qui nous saisit lorsque, dans une chose, nous découvrons à l’improviste une autre chose ». Car le monde est organisé à la manière d’une « image énigmatique » (« Vexierbild ») :

De tels exercices étaient destinés à montrer que le monde aussi dans son ensemble est composé à la manière d’une image énigmatique, que ses mystères s’étalent librement à sa surface et qu’il n’est besoin que d’une minime adaptation de l’œil pour contempler dans leur plénitude ses trésors et ses miracles. […] Il suffit aussi d’un instant de méditation pour découvrir la clé qui mène à des trésors où l’on pourrait puiser sa vie durant (CA, pp. 145-146).

  • 25 Gevers (M.), Plaisir des météores ou le livre des douze mois. Bruxelles, Jacques Antoine, 1978, pp. (...)

19C’est une préoccupation somme toute très semblable qui sous-tend la logique du Plaisir des Météores de Marie Gevers, œuvre également publiée en 1938. Car pour habiter le monde et le rendre vivable à travers le cycle des saisons, propos central de l’auteure, il convient de pouvoir le regarder, dans un mélange de précision par moments très exacte mais aussi d’ouverture à ses mystères. Ainsi en est-il par exemple des étoiles qui peuplent ce ciel « plein de génies, de fées et de héros » : « Plus vous les [i.e. les étoiles] regarderez, et plus il en viendra, et si vous persistez, elles vous attaqueront l’âme »25.

  • 26 Rodenbach (G.), Bruges-la-morte. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n° 37, 1986, p. 75.
  • 27 Ibid., p. 50.
  • 28 J’utilise le terme « fluide » à dessein car il rappelle la réception littéraire du mesmérisme à l’â (...)

20Il sera donc abondamment question dans cet ouvrage d’un échange intime entre l’homme et les choses de la nature, d’une rencontre permanente entre eux via les moindres recoins de celle-ci : « La vie des êtres humains est, depuis l’origine, toute mêlée à celle des plantes et des arbres. Les plus répandus d’entre les végétaux sont donc forcément les plus chargés de signification » (Météores, p. 52). Cette union sera tissée par un réseau secret de « correspondances », qui n’est pas sans rappeler les tendances néo-romantiques de la littérature Fin de Siècle, comme dans le cas des ressemblances et des analogies décrites par Georges Rodenbach dans le deuil que partage Hughes Viane avec la ville morte : « Muettes analogies ! Pénétration réciproque de l’âme et des choses ! Nous entrons en elles, tandis qu’elles pénètrent en nous »26. Chez Marie Gevers aussi, on pourrait parler de ce « sens de la ressemblance », qui « rattache par mille liens ténus les choses entre elles » et surtout « crée une télégraphie immatérielle » entre l’âme et ces choses27. Par exemple à travers la suggestion d’une sorte de fluide circulant entre l’homme et le monde : « Ah ! Des gouttes se détachent et tombent dans le creux de votre main… de l’eau de fin d’hiver ! Cette semence du printemps dans la paume, en sentez-vous germer la fraîcheur ? Un petit frisson montera le long des veines du poignet et cheminera jusqu’au cœur » (Météores, p. 29)28.

  • 29 Météores, respectivement pp. 17, 128, 57, 80.
  • 30 Cf. le passage sur l’équinoxe du printemps, Météores, p. 49.

21On ne compte pas dans le Plaisir des météores les images chimériques tissant une syntaxe comparative originale, dans laquelle des traits humains sont librement attribués aux éléments naturels (« les mains blanches de la gelée » ; « les lèvres mystérieuses du froid »), capables pour leur part de se livrer à des actions humaines (« Le ruisseau portera les messages du printemps au fleuve » ; le mois de juin « marche à tâtons parmi les arbres et les buissons »29). L’auteure n’hésite d’ailleurs pas à personnifier entièrement et à faire vivre un élément de la nature30.

  • 31 Cf. Katzmann (V.), Ernst Jüngers magischer Realismus. Hildesheim/New York, Georg Olms Verlag, 1975, (...)

22La recherche d’un réseau de « correspondances » n’est pas la seule qualité qui rapproche les œuvres de Gevers et de Jünger. Chez ce dernier, l’interaction permanente entre niveaux de la réalité aspire à une sorte de réconciliation entre le mode d’approche scientifique du monde, et celui qui relève de la mythologie, du rêve et de la « magie ». Cette volonté de synthèse semble vouloir gérer conjointement le double héritage positiviste et néo-romantique de la fin du XIXe siècle. Les deux « couches » de la réalité font davantage que se superposer chez l’auteur allemand ; elles interagissent en permanence31. Le regard de Jünger sur le monde dissèque les choses avec la clarté de l’homme de sciences, dans les descriptions bien connues qu’il donne des fleurs, des insectes et des cristaux. Quant au récit de Gevers, on remarquera qu’il est rythmé par les préceptes du « Mémorial du Naturaliste et du Cultivateur », livre du siècle passé, dont les annotations au crayon joignent le charme du poème et de la légende à une « sorte de précision mathématique » (Météores, p. 61). Par ailleurs, les deux auteurs sont fascinés par l’idée de transparence, qui permettrait de mettre à nu les structures et les liens entre surface et profondeur :

Or, la structure transparente est celle où profondeur et surface se montrent ensemble à notre regard. Elle s’observe sur le cristal, qu’on pourrait décrire comme un être capable aussi bien d’intérioriser sa surface que de tourner sa profondeur vers l’extérieur. Oserai-je formuler le soupçon que le monde, en son ensemble et dans ses détails, est formé à l’exemple du cristal, mais de telle sorte que notre œil ne peut le pénétrer que rarement sous cet aspect ? (CA, p. 14)
Supposons que la terre soit un élément transparent où, tout comme dans l’eau, nous puissions nous mouvoir. Nous verrions alors, dans le sol, la forêt des racines. Elles aussi ont leurs branches tordues, se divisent en ramures, se multiplient en cent et mille radicelles. […] Et si nous pouvions plonger dans le lac de la mort ? Nous y verrions sans doute foisonner les hommes qui furent nos racines, et dont nous avons reçu notre sève, notre vie et notre âme (Météores, pp. 131-132).

23Le jeu de la combinaison des associations ne s’oppose pas à la logique traditionnelle ; il l’intègre et lui donne un sens, en ralliant les parties au tout. Comme l’écrit Jünger, la « raison panoramique » (das kombinatorische Vermögen) « se distingue de la simple logique en ce qu’elle garde toujours le contact avec le tout et ne se perd jamais dans le détail » (CA, p. 32).

  • 32 Le récit Orage de Septembre (Septembergewitter) de Friedo Lampe offre un très bel exemple de ce gen (...)

24La littérature du Magischer Realismus excelle à varier les perspectives et marque d’ailleurs une prédilection pour les focalisations internes, qui pourront se succéder au cœur d’un même récit dans une sorte de mosaïque, dont la reconstitution fournira une vision globale32. Les points de vue individuels pourront ainsi être dépassés dans le but d’offrir une version vraisemblable de la vérité, tout en permettant aux personnages plus ou moins « déviants » de rester enfermés dans la leur ; évitant le contact direct avec la réalité, ces personnages n’en termineront d’ailleurs pas plus malheureux. L’épisode de l’incendie du clocher de l’église, glissé comme une entité autonome dans le récit des Météores, peut aussi être lu sur ce mode. Décidé à s’emparer de trois jeunes corneilles reposant dans un nid déposé sur une poutre à l’intérieur du clocher, le jeune gamin Verlinde met accidentellement le feu aux toiles d’araignée qui couvrent l’endroit. (Pendant qu’il cherche à s’éclairer avec une allumette, notons en passant que son ami Émile reste à la fois paralysé et fasciné par la vue panoramique qui s’offre à lui). L’incendie ne sera pas vraiment combattu, vu l’opportunité de voir le clocher vétuste de la communauté remplacé par un nouveau aux frais de l’assurance. Et la thèse de l’accident déclenché par un corbeau rentré dans le clocher avec les ailes en flammes, comme l’a « vu » la vieille Virginie (Météores, p. 85.), restera inscrite dans les annales de la tradition orale du village ; elle survivra aux aveux de Verlinde, dans un premier temps à son père, des années plus tard lors d’une soirée arrosée. Quant à la Compagnie d’assurance, qui « s’était décidée pour un « court-circuit » », elle en gardera l’idée… (Météores, pp. 86-87)

25Marie Gevers ne se plaît pas seulement à multiplier les points de vue sur un même événement. Elle aime aussi à faire se déplacer physiquement le focalisateur dans l’espace, pour renverser la perspective. Tantôt il s’agit d’Émile, qui contemple son univers d’en haut ; juste après il convient en revanche de « ramener notre taille à celle d’une fourmi » dans les prés de juin, pour s’engager dans la forêt des hautes herbes (Météores, p. 91). Encore une fois, une sorte de communication secrète et dynamique semble animer le monde horizontalement (pensons à la présence importante des vents) et verticalement : « Le sol, dans les bois, a reçu les feuilles mortes ; maintenant, la pluie aura pour mission d’en diluer les éléments, et de filtrer les sucs jusqu’aux racines… Ainsi l’arbre aérien rend-il à l’arbre souterrain l’essence même de son feuillage… » (Météores, p. 131). Pour l’homme, changement de perspective additionnel, la quête de l’absolu passe sans doute par le centre : « Tenons-nous au centre de tout, comme si nous étions la rose des vents, immobile, au commencement du monde » (Météores, p. 147).

  • 33 Cf. Skenazi (C.), Marie Gevers et la nature. Bruxelles, Palais des Académies, 1983.
  • 34 Cf. Dech (A.), « Felix Hartlaub. Zwischen Magischem Realismus und Neuer Sachlichkeit », in Delabar (...)
  • 35 L’auteure souligne. Tous les auteurs du Magischer Realismus ne donnent pas aux univers retirés un a (...)

26Nous ne nous attarderions pas tant sur cet aspect de l’œuvre de Marie Gevers - dont le Plaisir des météores ne fait qu’illustrer la continuité33 - s’il ne correspondait pas à une conscience de la réalité comparable chez plusieurs représentants du Magischer Realismus et de l’émigration intérieure. Ceux-ci également choisirent d’adopter une perspective spatio-temporelle qui transcende la réalité historique immédiate et lui survit : distance temporelle et mise en scène du statique, à travers lequel foisonne une vie invisible ; recours fréquent aux mythes comme mode d’explication du monde ou prédilection pour des univers clos, à la fois retirés et ordonnés, comme le motif de l’île34. Quel meilleur exemple d’un monde hors du temps, idyllique et ordonné, obéissant à ses propres règles, que celui du microcosme de Missembourg ? « La maison, le jardin, étaient mon univers, mon paradis - On ne disait même pas notre maison, notre jardin. L’absolu ne demande pas à être affirmé » (Météores, p. 62)35.

  • 36 Voir les considérations de Virginie Devillez dans son mémoire de licence L’influence de la crise de (...)
  • 37 Schäfer (H.D.), op.cit., pp. 22-24. L’auteur effectue un rapprochement avec la génération de l’époq (...)

27La mise en évidence des affinités de l’oeuvre de Marie Gevers avec la littérature du Magischer Realismus nous confirme dans l’hypothèse qui veut que cette dernière ne fait que recouper celle de l’émigration intérieure, sans s’assimiler à elle. Et il faudrait peut-être se poser la question de savoir si un courant esthétique européen ne se retranche pas dans une telle vision du monde, suite aux ébranlements socio-économiques de la crise de 1929-193236. Plongés dans l’incertitude et l’absence d’horizon, les jeunes (et moins jeunes dans le cas de Gevers, née en 1883) générations seraient peut-être en quête d’un « deuxième fond », à la fois plus vaste et plus restreint, ordonné et homogène dans sa totalité. Mélancolie et intériorité, rapport concret à la vie mais absence de conscience historico-politique caracté­riseraient cette tendance, parfois appelée « moderne Klassik » en Allemagne37.

  • 38 Voir le passage sur les « réserves de mai » (Météores, pp. 67-sq). L’absence de rupture est telleme (...)

28La comparaison entre les œuvre de Gevers et Hellens dans les années 1930 et la littérature du Magischer Realismus devrait être approfondie et nuancée, notamment sur le plan de certains motifs omniprésents (la présence intense des couleurs, le rôle important joué par la musique, etc.). Pour conclure provisoirement, insistons à nouveau sur la facilité du glissement entre le réel et l’irréel, voire sur la confusion entre la réalité concrète et une « magie » qui lui est inhérente, pourvu que l’œil averti puisse la saisir38.

Tout est réel ici : réalisme magique et réalité socio-politique

  • 39 Marc Quaghebeur retrouve le réalisme magique dans l’œuvre théâtrale de Willems, entamée après la li (...)
  • 40 Cf. notre article : Roland (H.) « Influences allemandes dans l’œuvre de Paul Willems », dans Lope ( (...)
  • 41 Willems(P.), Tout est réel ici. Bruxelles, Jacques Antoine, 1980, p. 51. Nous notons dorénavant cet (...)

29Une lecture du premier roman de Paul Willems Tout est réel ici, publié en 1941 aux Éditions de la Toison d’Or, sous l’angle du Magischer Realismus se situe dans la continuité de celle que nous avons proposée pour l’œuvre de Marie Gevers39 Les traits néo-romantiques en ressortent d’autant mieux que Willems fit pendant ces années la découverte du Romantisme allemand40. L’idée d’une dimension secrète aux choses, d’une aura qui « se tient derrière » elles (l’allemand parle de sich zurückhalten) en silence mais englobe leur surface dans une unité plus profonde trouve une expression claire dans le roman de Willems : « Dans les intervalles de la vie quotidienne s’étaient glissés des éléments qui passèrent d’abord inaperçus, mais qui prirent bientôt plus de poids […] et finirent par submerger notre vie »41 Comme dans les textes de Jünger d’avant-guerre, mais aussi dans le Château d’Argol de Julien Gracq (paru en 1938), l’espace est imprégné d’un lourd silence qui unifie les choses et les fait évoluer presque à leur insu : « L’air et l’eau étaient d’une immobilité de plus en plus tendue. Il y avait une lourde attente qui, naissant d’un sol brouillé, tombait en nappes sur le fleuve, longeait les bords, coulait au-dessus de la digue, et flétrissait les feuilles des arbres. Nous étions inquiets et abattus » (Tout est réel, p. 43).

  • 42 « [L]e réalisme magique, de nature métonymique, révélerait une relation nécessaire de contiguïté ou (...)
  • 43 Renvoyons encore au texte autobiographique de Willems « J’ai fait un voyage en Allemagne vers 1936  (...)

30Le rapport à la nature se fait aussi sur le mode des correspondances, suivant avec constance une logique métonymique propre au réalisme magique, comme le précise Jean Weisgerber42. Car c’est bien le monde qui se reflète en entier dans le microcosme des yeux de la jeune fille du conte de Jacques : « Ses yeux ! Si semblables à la mer. On y voyait les reflets du ciel, un horizon s’y perdait et les paillettes d’or qu’on y distinguait étaient le reflet et la lumière dans l’eau » (Tout est réel, p. 47)43. Il est vrai que, sur le plan des échanges symboliques entre l’homme et la nature, la dynamique de la métonymie en côtoie d’autres chez Willems. Une sorte d’union supérieure se réalise également sur le mode de la fusion, comme dans l’étreinte amoureuse entre Maman Suzanne et le vent d’ouest (Tout est réel, pp. 111-112). Comme dans la meilleure tradition romantique inspirée de Novalis, un double mouvement fait replonger l’homme au fond de lui-même pour retrouver les secrets de l’univers, en même temps qu’il contemple le monde extérieur pour y trouver son propre reflet. La force de ce dernier peut d’ailleurs se révéler plus puissante que la volonté humaine. Ainsi en est-il lorsque le jeune narrateur infirme crache avec colère sur le reflet de son visage : « L’eau troublée dispersa mon image, mais elle se reforma aussitôt, et me dit “Tu as beau cracher je serai toujours là, on ne peut se fuir soi-même, tu ne peux fuir ta jambe…” » (Tout est réel, p. 31).

31Dans le même ordre d’idées, on en revient encore et toujours à l’idée englobante d’unité, de totalité. La neige, qui donne son titre à la deuxième partie, « tenait déjà la ville sous sa domination en ramenant tout à son unité blanche » ; le vent et l’eau, eux aussi, « remplissent tout » et demeurent en même temps insaisissables (Tout est réel, pp. 39 et 123-124). Enfin, Willems veille également à mettre en évidence la complémentarité de la lumière et de la noirceur, réconciliant ces forces contraires et jouant de leurs contrastes à la manière de Novalis dans sa poésie et de Maeterlinck dans son théâtre. « Comment le noir peut-il engendrer la lumière ? », demande le narrateur (Tout est réel, p. 136). Jacques pour sa part, rejoignant la femme qui l’attend de l’autre côté de l’Escaut, avait besoin de la nuit pour repérer la lumière scintillante de la chambre de celle-ci, l’invitant à plonger au préalable dans les eaux noires du fleuve et à y risquer sa vie.

« Cultiver les contradictions »

32À la suite de Marie Gevers, et dans une communauté d’idées et de formes littéraires avec le Magischer Realismus, Paul Willems recherche également d’autres formes d’explications du monde. « Les mythes », qui donnent leur titre à la première partie de Tout est réel ici, ou une philosophie de la nature d’inspiration romantique, lui offrent des possibilités de transcender la réalité immédiate. Mais là où Gevers et le Jünger du Cœur aventureux ignorent la dimension politique et sociale ou cherchent à la mettre à distance en l’intégrant d’emblée dans un ordre supérieur d’inspiration métaphysique, Willems porte quant à lui un message direct sur l’individu et sur la société. Car on lira difficilement autre chose à travers l’incendie final de la maison qu’un message d’inspiration anti-capitaliste, teinté de scepticisme désespéré, lorsque le père, ignorant encore le sort de sa fille qui vient d’y périr, déclare que son argent « réparera tout très vite » (Tout est réel, p. 151).

  • 44 L’auteur souligne. L’idée du père qui « achète le printemps en automne » et fait venir quantité de (...)

33Le cheminement intellectuel du père illustre de façon exemplaire la perte successive d’idéaux par sa génération. Revenu de la religion mais aussi de l’anticléricalisme (« Il désirait une croyance bien ferme, lui servant d’unité de mesure, de poids et d’unité d’action. Il lui fallait croire pour agir »), il ne trouva pas d’horizon spirituel adéquat dans les sciences exactes, même s’il « adora quelque temps la loi de Newton » (Tout est réel, p. 104). Après avoir cru un temps en la force et le droit du plus fort (« Il acheta donc des haltères, viola des femmes, maltraita les domestiques, conclut d’audacieux contrats commerciaux et assista à des matches de boxe »), il sombra dans un noir découragement, avant de trouver un échappatoire dans l’argent : « Il comprit à ce moment que la commune mesure, le dieu qu’il avait cherché depuis si longtemps était l’argent. L’argent représente tout, pouvant se convertir en tout » (Tout est réel, pp. 105 et 109)44.

34Dans son rejet de la conception du monde matérialiste du père, Pierre choisit de prendre comme règle de conduite le hasard, l’indifférence, renonçant consciemment à « exiger du destin une certaine justice, une certaine équité » : « Mettre tous les hommes et tous les actes sur le même pied. Puissent la reine et une prostituée être un jour interchangeables ! Aujourd’hui je violerai ma fille, demain je lui donnerai le catéchisme… ». Le discours de Pierre se superpose à une apologie de la volonté, justifiant la condition du guerrier (« À quoi faut-il croire en somme ? À rien. Il n’y a pas d’acte beau en soi. Seule compte la volonté qui les anime »), elle-même en porte-à-faux par rapport à la tirade pacifiste qu’il vient de déclamer à son frère (Tout est réel, p. 79). Pierre donne en réalité lui-même la base de son argumentation, qui ne doit rien au hasard mais est le fruit d’un raisonnement longuement mûri : « Vois-tu, je suis arrivé à la conclusion qu’il faut cultiver les contradictions en soi. Croire et ne pas croire à la fois. Être et ne pas être » (Tout est réel, p. 74). Appliquée à la réalité dans son ensemble, cette aporie peut aussi englober les connotations néo-romantiques du discours sur les contraires, qu’il faut pouvoir réconcilier dans la quête d’une unité supérieure : « Oui, continuait Pierre, croire et ne pas croire à la fois. Contenir l’eau et le feu : ils ne se détruisent pas. La place ne manque pas. Ce n’est que dans l’espace limité de notre raison qu’ils se combattent… mais tout le reste est un vaste champ où ils peuvent se mouvoir sans nuire » (Tout est réel., p. 74).

35On se gardera bien entendu d’assimiler le point de vue de Pierre à celui de l’auteur sans autre forme de réflexion. L’argument livré par la bouche du personnage nous semble en revanche central pour aborder la conscience de la réalité qui est celle d’une génération d’intellectuels à l’époque. Le réalisme magique aspire à élargir la réalité immédiate pour l’intégrer directement dans un niveau plus profond, d’inspiration métaphysique, pour lui donner un sens dans un au-delà indépendant de la foi religieuse, sans lui être nécessairement opposé. Là où la littérature de Marie Gevers se présentait sur le mode foncièrement apolitique, le premier roman de Paul Willems vient nous rappeler que le politico-économique n’a pas nécessairement été amnésié, il a juste fait l’objet d’un changement de perspective.

Les contacts avec Ernst Jünger : une rencontre manquée

  • 45 Cf. Hervier (J.), « Aspects d’une réception : Ernst Jünger dans la perspective de la confrontation (...)
  • 46 L’hypothèse la plus courante pour expliquer le fait, en soi très surprenant, que les Falaises de ma (...)

36Une étude approfondie de la réception d’Ernst Jünger en Belgique francophone reste à faire. Tout donne cependant à penser que, de Marie Gevers à Henry Bauchau, en passant par Marcel Lecomte et René Kalisky, elle se situerait dans le sillage de la vague d’enthousiasme qui a caractérisé la réception française de la personne et de l’œuvre de Jünger45. Cette image globalement très positive, du moins au premier degré, fut spontanément relayée en Belgique francophone. Elle tranche sur la mauvaise réputation de l’auteur en Allemagne même, où les multiples controverses liées à sa personne eurent pour objets son attachement aux courants anti-démocratiques dans les années de la République de Weimar, le nationalisme agressif dont il fit montre à l’époque, l’esthétisation de la guerre et l’apologie du guerrier, qui lui valurent la complaisance silencieuse des milieux nationaux-socialistes46.

  • 47 Sa lettre du 28 avril 1944 et celle de Marie Gevers peuvent être consultées au département des manu (...)

37Un des points forts de la réception franco-belge de Jünger porte sur la composante esthétique de sa production littéraire des années 1930, que nous avons étudiée par le biais du Magischer Realismus. La lettre de Marie Gevers à l’auteur du 20 octobre 1942 est univoque à cet égard et illustre bien la « mise en perspective » dont il a été question ici. Témoignant de son admiration pour les Falaises de marbre et pour Routes et jardins, Gevers écrit : « Des livres comme les vôtres sont au-dessus des événements et des contingences ». Quant à Willems, il entreprit en avril 1944 un voyage à Paris, en compagnie de l’échevin du Grand Bruxelles Lode Claes, dans le but de rencontrer l’écrivain, officier d’occupation dans la capitale française47.

  • 48 Jünger note dans son second journal parisien qu’il reçut le 28 septembre 1943 un exemplaire du Plai (...)

38Cette double démarche de la famille de Missembourg se fit à sens unique et ne suscita pas un intérêt comparable chez l’auteur allemand48. Force est donc de constater que les affinités dont il a été question ici ne reposent pas sur des contacts immédiats avec Jünger ; la chronologie très rapprochée des livres comparés ne plaide pas non plus pour une influence directe du Cœur aventureux sur les œuvres des Belges. S’il faut donc défendre l’interprétation que nous avons proposée, cela ne pourra se faire que partant d’une communauté d’idées et d’une vision sur le monde, partagées par une génération d’auteurs d’Allemagne, de France et de Belgique dans les années 1930 et jusque dans les années d’après-guerre.

  • 49 Cf. Frickx (R.), « Quarante ans d’histoire vus par Franz Hellens dans le Journal de Frédéric », dan (...)
  • 50 Cf. Fincœur (M.), « L’édition en Belgique durant la seconde guerre mondiale », dans Leurs occupatio (...)

39L’historiographie des Lettres belges pourrait étudier de façon plus systématique la conscience politique (ou apolitique) de ces auteurs, selon nous non isolée de leur conception globale de l’existence et du monde. Entre amnésie et désenchantement, engagement anarchisant et compromissions, la place est grande pour la diversité. Les errances politiques de Franz Hellens, illustrant en quelques années les contrastes les plus extrêmes entre un communisme non réfléchi et une fascination passagère pour le national-socialisme, sont connues grâce au « Journal de Frédéric »49. Mais il faudra peut-être revenir sur l’influence du salon des époux Didier, qui véhiculèrent notamment les idées d’Henri De Man - dont Jünger fit également la connaissance pendant la guerre chez les Didier - et favorisèrent la collaboration entre certains intellectuels et des hommes politiques proches de l’ordre nouveau. On sait que la mise sur pied des Éditions de la Toison d’Or dans ce contexte favorisa la transmission des idées par le biais des réseaux informels d’intellectuels50. Au-delà des faits, nous pensons que les sphères des conceptions politiques et de la vision du monde philosophico-littéraire ne furent pas séparées de façon étanche mais qu’il convient d’en étudier avec nuances toute la complexité.

Haut de page

Notes

1 Plard (H.), « Les pays de langue allemande », dans Weisgerber (J.), éd., Le Réalisme magique. Roman, peinture, cinéma. Lausanne, L’Âge d’Homme, coll. Cahiers des avant-gardes, 1987, pp. 45-72. Malgré sa grande qualité, cet essai doit être complété par les études postérieures de : Kirchner (D.), Doppelbödige Wirklichkeit. Magischer Realismus und nicht-faschistische Literatur. Tübingen, Stauffenburg, 1993 ; et surtout de : Scheffel (M.), Magischer Realismus. Die Geschichte eines Begriffes und ein Versuch seiner Bestimmung, Tübingen, Stauffenburg, 1990. L’étude de van de Putte (C.), De Magisch-Realistische Romanpoëtica in de Nederlandse en Duitse Literatuur (Louvain-la-Neuve, Nauwelaerts/ Bureau du Recueil, 1979) offre un angle de comparaison très instructif entre le Magischer Realismus et le réalisme magique belge néerlandophone.

2 J’emprunte directement ces traits distinctifs à la notice sur le Magischer Realismus que Michael Scheffel a donnée au Reallexikon der deutschen Literaturwissenschaft (Vol. II: H-O; Berlin/ New York, Walter de Gruyter, 2000, pp. 526-527). Quelques éléments complémentaires y sont encore ajoutés : localisation imprécise dans le temps et l’espace, enchaînement incomplet des causes dans la présentation des événements, présence d’éléments morbides, « démonisation » des objets quotidiens, etc.

3 On vient toutefois de rééditer en Allemagne les œuvres complètes de Friedo Lampe, auteur très injustement oublié. Parfois associée au courant, en dépit de son plus jeune âge, Ilse Aichinger compte parmi les auteurs importants de la littérature de langue allemande d’après 1945.

4 L’ouvrage de référence de Scheffel sur le Magischer Realismus, s’il accorde une place de choix aux auteurs belges néerlandophones Johan Daisne et Hubert Lampo, ne mentionne en revanche aucun auteur belge francophone. Je tiens finalement à mentionner que ma réflexion sur ces questions doit beaucoup à la dynamique d’un séminaire sur le Magischer Realismus en contexte européen, que j’ai dirigé à la Philipps-Universität Marburg au semestre d’hiver 1999/2000, et dans le cadre duquel furent étudiées des œuvres de Jünger, Kasack, Lampe, Aichinger, Joachim Maass, Julien Gracq et Franz Hellens. Je remercie très sincèrement les étudiants qui y ont contribué.

5 Cf. la notice sur la Innere Emigration dans le Metzler Literatur Lexikon. Stuttgart, Metzler, 1990, p. 220.

6 Cf. Roland (H.) et Warland (G.), « Le roman à clef et son rapport à l’histoire. À la croisée des genres », dans Watthée-Delmotte (M.) et Dupas (J.-C.), sous la dir., Histoire/Fiction : tensions et convergences. Interférences littéraires, n° 2, Louvain-la-Neuve, e-Montaigne.com., parution imminente. Les Falaises de marbre, et derrière elles la personnalité de Jünger, alimentent depuis 1945 une polémique animée en Allemagne. Celui-ci fut qualifié par Thomas Mann et bien d’autres, de « Wegbereiter » (dont la traduction française « précurseur » rend mal l’idée de celui qui, littéralement, « prépare le chemin ») du national-socialisme, en raison des essais violemment nationalistes qu’il rédigea dans la deuxième partie des années 1920, non dénués d’un antisémitisme « argumenté sur le plan culturel » (Staub (N.), Wagnis ohne Welt. Ernst Jüngers Schrift « Das abenteuerliche Herz » und ihr Kontext. Würzburg, 2000, p. 252-sq). Même si Jünger ne répondit pas aux sollicitations dont il fit l’objet de la part du parti national-socialiste, il reste que son apologie du guerrier dans les Orages d’acier et autres textes de guerre d’une part, son esthétisation de la violence dans une sorte de « culte du feu et de la mort » (et qui caractérise encore les Falaises de marbre) d’autre part, lui ont attiré le reproche de s’être livré à une esthétique de type fasciste (cf. Martus (S.), Ernst Jünger. Stuttgart/Weimar, Metzler, 2001, p. 123-sq).

7 Barbian (J.-P.), Literaturpolitik im « Dritten Reich ». Institutionen, Kompetenzen, Betätigungsfelder. Frankfurt/M., Buchhändler-Vereinigung, 1993, p. 6. Cf. encore Richard (L.), Le Nazisme et la culture. Bruxelles, Complexe, 1988, pp. 105-sq.

8 Barbian (J.-P.), op. cit., pp. 6-7.

9 Schäfer (H. D.), Das gespaltene Bewußtsein. Deutsche Kultur und Lebenswirklichkeit 1933-1945. München/Wien, Carl Hanser Verlag, 1983, p. 114. Le terme allemand Gleichschaltung désigne la soumission des auteurs à l’idéologie et l’homogénéisation de toute production culturelle dans le contexte totalitaire.

10 Schäfer (H. D.), op. cit., p. 7.

11 Richard (L.), op. cit., p. 142. Richard précise avec justesse qu’il s’agit là d’un « faux prétexte pour éviter de poser les véritables problèmes ».

12 À titre d’exemple, Tout est réel ici de Paul Willems (1941) ou Paix sur les champs de Marie Gevers (1941). Cf. aussi la liste bibliographique d’œuvres belges de langue française publiées sous l’occupation dans : Junker (A.), La Belgique littéraire d’expression française et la deuxième Occupation allemande 1940-1944. Heidelberg, C. Winter, 1997, pp. 198-231.

13 Plette (O.), « Die lebenden Generationen », in Prisma 3 (1948), H. 19/20, p. 42. Ma traduction. À propos de la génération née au tournant du siècle, celle de Jünger et d’Aldous Huxley, Plette parle d’un regard « qui va de l’intérieur vers l’extérieur, du particulier au général », « presque exclusivement tourné vers l’individuel, même lorsqu’ils parlent du social ».

14 Cité d’après Schäfer (H.D.), op. cit., pp. 7-8. Ma traduction.

15 Préface au n° 1 de la Nouvelle Série du Disque vert, 15 juillet 1941. Cité d’après le T.IV de la réédition de Jacques Antoine, 1971, p. 493. Concernant le rapport ambivalent des écrivains belges à la communauté à cette époque, cf. Schurmans (F.), « La communauté émotionnelle des écrivains belges de langue française durant la guerre », dans Cahiers-Bijdragen (Centre de Recherches et d’Études Historiques de la Seconde Guerre Mondiale), n° 17, décembre 1995, pp. 129-164.

16 Schäfer (H.D.), op. cit., pp. 12 et 18.

17 Cf. Beck (U.), « Mehr und anders als erwartet: Zum Import französischer Literatur ins nationalsozialistische Deutschland », in Archiv für das Studium der neueren Sprachen und Literaturen, 152. Jahrg., 237. Bd., 1. Halbjahresbd. 2000, pp. 92-106. Dans la liste des auteurs francophones lus et diffusés sous le « Troisième Reich », on épinglera la troisième place de Charles De Coster, derrière Alexandre Dumas (père) et Jean Giono, prisé pour l’intensité du rapport des personnages à la nature et au sol ; notons encore la présence dans cette liste de Georges Simenon et Maxence van der Meersch (pp. 100-103).

18 Cf. Plard (H.), op. cit., pp. 47-48.

19 Cf. Scheffel (M.), op. cit., pp. 110-111.

20 Cité d’après Klatte (G.), Wege zur Innenwelt. Träume im fiktionalen Prosawerk von Franz Hellens. Frankfurt/M. [e.a.], Peter Lang, 1994, p. 263.

21 Cité d’après Klatte (G.), op. cit., p. 36.

22 Hellens (F.), Documents secrets (1905-1956). Histoire sentimentale de mes livres et de quelques amitiés. Paris, Albin Michel, 1958, pp. 272-sq. Cf. aussi la contribution de Benoît Denis à ce volume.

23 Plard (H.), op. cit., p. 46.

24 Jünger(E.), Le Cœur aventureux. Traduction d’Henri Thomas. Paris, Gallimard, 1969, pp. 32 et 37. Nous notons dorénavant cet ouvrage CA. Thomas traduit librement par « raison panoramique » les termes « das kombinatorische Vermögen » et « der kombinatorische Schluß ».

25 Gevers (M.), Plaisir des météores ou le livre des douze mois. Bruxelles, Jacques Antoine, 1978, pp. 18-19. Nous notons dorénavant cet ouvrage Météores.

26 Rodenbach (G.), Bruges-la-morte. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n° 37, 1986, p. 75.

27 Ibid., p. 50.

28 J’utilise le terme « fluide » à dessein car il rappelle la réception littéraire du mesmérisme à l’âge romantique. Cf. à ce propos Leonardy (E.) e.a., éd., Traces du Mesmérisme dans la littérature européenne du xixe siècle / Einflüsse des Mesmerismus auf die europäische Literatur des 19. Jahrhunderts. Bruxelles, Publications des Facultés Universitaires Saint-Louis, 2001.

29 Météores, respectivement pp. 17, 128, 57, 80.

30 Cf. le passage sur l’équinoxe du printemps, Météores, p. 49.

31 Cf. Katzmann (V.), Ernst Jüngers magischer Realismus. Hildesheim/New York, Georg Olms Verlag, 1975, pp. 20-22.

32 Le récit Orage de Septembre (Septembergewitter) de Friedo Lampe offre un très bel exemple de ce genre de construction.

33 Cf. Skenazi (C.), Marie Gevers et la nature. Bruxelles, Palais des Académies, 1983.

34 Cf. Dech (A.), « Felix Hartlaub. Zwischen Magischem Realismus und Neuer Sachlichkeit », in Delabar (W.) e.a., éd., Banalität mit Stil. Zur Widersprüchlichkeit der Literaturproduktion im Nationalsozialismus (Zeitschrift für Germanistik. Neue Folge. Beiheft 1), 1999, p. 260.

35 L’auteure souligne. Tous les auteurs du Magischer Realismus ne donnent pas aux univers retirés un aspect aussi rassurant que celui de Gevers, dans lequel les bergeronnettes qui ont choisi la boîte aux lettres pour y construire leur nid s’y réfugient de la pluie, du vent et du chat : « C’est qu’ils avaient été admis dans l’univers enclos d’une haie, fermé d’une grille, à l’intérieur duquel tout devenait nôtre, plein d’amour et de sécurité » (p. 63).

36 Voir les considérations de Virginie Devillez dans son mémoire de licence L’influence de la crise de 1929 sur les arts plastiques en Belgique. Université Libre de Bruxelles, Histoire contemporaine, 1995, pp. 146-sq.

37 Schäfer (H.D.), op.cit., pp. 22-24. L’auteur effectue un rapprochement avec la génération de l’époque Biedermeier, des Adalbert Stifter et Karl Immermann, désillusionnée entre autres par les idéaux déchus de la Révolution Française, ayant débouché sur les conquêtes napoléoniennes.

38 Voir le passage sur les « réserves de mai » (Météores, pp. 67-sq). L’absence de rupture est tellement évidente que le narrateur doit d’ailleurs nous rappeler explicitement le glissement : « Attention ! Nous sommes en train de quitter la réalité directe » (p. 91).

39 Marc Quaghebeur retrouve le réalisme magique dans l’œuvre théâtrale de Willems, entamée après la libération, mais il en suggère les germes dans Tout est réel et le fait se prolonger jusque dans le recueil de nouvelles La Cathédrale de brume de 1983 (Quaghebeur (M.), Lettres belges entre absence et magie. Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1990, pp. 109-sq).

40 Cf. notre article : Roland (H.) « Influences allemandes dans l’œuvre de Paul Willems », dans Lope (H.-J.), Neuschäfer (A.) & Quaghebeur (M.), éd., Les Lettres belges au présent. Frankfurt/M. [e.a.], Peter Lang, 2001, pp. 51-68.

41 Willems(P.), Tout est réel ici. Bruxelles, Jacques Antoine, 1980, p. 51. Nous notons dorénavant cet ouvrage Tout est réel.

42 « [L]e réalisme magique, de nature métonymique, révélerait une relation nécessaire de contiguïté ou de correspondance entre le réel quotidien et l’imaginaire, tandis que le surréalisme soulignerait, comme la métaphore, l’analogie entre ces termes jusqu’à vouloir en opérer la fusion » (dans Le Réalisme magique. Roman-peinture-cinéma, op. cit., p. 217).

43 Renvoyons encore au texte autobiographique de Willems « J’ai fait un voyage en Allemagne vers 1936 », où il est question des gouttes d’eau pendant aux aiguilles des sapins, « petits miroirs sphériques », dans lesquels se reflètent « un immense paysage, toute la forêt, le monde » (dans Le Monde de Paul Willems. Textes, entretiens, études rassemblés par P. Émond, H. Ronse et F. van de Kerckhove. Bruxelles, Labor, coll. Archives du Futur, 1984, p. 95).

44 L’auteur souligne. L’idée du père qui « achète le printemps en automne » et fait venir quantité de fleurs et de billes en verre dans la maison (pp. 107-108) n’est pas sans évoquer le comportement de Des Esseintes dans l’À Rebours de Joris-Karl Huysmans.

45 Cf. Hervier (J.), « Aspects d’une réception : Ernst Jünger dans la perspective de la confrontation franco-allemande », dans Images d’Ernst Jünger. Textes réunis par Danièle Beltran-Vidal. Berne [e.a.], Peter Lang, 1996, pp. 149-162. Pour la Belgique, voir par exemple le Journal de Bauchau (jour après jour. Journal 1983-1989. Bruxelles, Les Éperonniers, 1992, pp. 133-134) ou l’article donné dans Le Soir par Jacques De Decker le lendemain de la mort du poète (18 février 1998).

46 L’hypothèse la plus courante pour expliquer le fait, en soi très surprenant, que les Falaises de marbre échappèrent à la censure du régime, est liée à la possibilité d’une intervention personnelle d’Hitler, grand amateur des écrits de guerre de Jünger (Barbian (J.P.), op. cit., pp. 234-235).

47 Sa lettre du 28 avril 1944 et celle de Marie Gevers peuvent être consultées au département des manuscrits du Deutsches Literaturarchiv Marbach, où se trouvent les archives personnelles de Jünger (Nachlaß Ernst Jünger). À propos de Lode Claes, qui passa quelque cinq années en prison pour collaboration après la guerre, on lira la notice de Manu Ruys dans le vol. I de la Nieuwe Encyclopedie van de Vlaamse Beweging, Tielt, Lannoo, 1998, pp. 730-731.

48 Jünger note dans son second journal parisien qu’il reçut le 28 septembre 1943 un exemplaire du Plaisir des Météores de Marie Gevers, « une auteure que je ne connais pas ». Quant à la visite de Willems, le lecteur non averti aura peine à en retrouver la trace ; elle eut pourtant lieu le 29 avril 1944 : « Deux jeunes Flamands, Claes et Willem [sic] sont venus me parler ce matin. Nous nous sommes entretenus de l’Allemagne et de la France, dont ils voient plus clairement le rapport mutuel, depuis une position « à cheval » [en français dans le texte]. Nous parlons de la situation, des Maurétaniens, des deux littératures, en particulier de Léautaud, dont le « Passe-Temps » compte justement parmi mes lectures » (Jünger (E.), Sämtliche Werke. Bd. 3 : Tagebücher III. Stuttgart, Klett-Cotta, 1979, pp. 161 et 255 ; ma traduction).

49 Cf. Frickx (R.), « Quarante ans d’histoire vus par Franz Hellens dans le Journal de Frédéric », dans Lope (H.-J.), éd., L’Écrivain belge devant l’histoire. Frankfurt/M. [e.a.], Peter Lang, 1993, pp. 109-121.

50 Cf. Fincœur (M.), « L’édition en Belgique durant la seconde guerre mondiale », dans Leurs occupations. L’impact de la Seconde Guerre mondiale sur la littérature en Belgique. Études réunies par P. Aron, D. De Geest, P. Halen & A. Vanden Braembussche. Textyles-CREHSGM, 1997, pp. 31-46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « Conscience de la réalité et affinités entre le réalisme magique belge francophone et le Magischer Realismus », Textyles, 21 | 2002, 41-52.

Référence électronique

Hubert Roland, « Conscience de la réalité et affinités entre le réalisme magique belge francophone et le Magischer Realismus », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 15 août 2005, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/904 ; DOI : 10.4000/textyles.904

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

F.N.R.S. – Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org