Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Bertrand (Jean-Pierre), Biron (Michel), Denis (Benoît) et Grutman (Rainier), Histoire de la littérature belge francophone. 1830-2000

Paris, Fayard, 2003
Bibiane Fréché
p. 102-103
Référence(s) :

Bertrand (Jean-Pierre), Biron (Michel), Denis (Benoît) et Grutman (Rainier), Histoire de la littérature belge francophone. 1830-2000. Avec la collaboration de David Vrydaghs. Paris, Fayard, 2003, 671 p.

Texte intégral

1Organisée autour de cinquante événements clefs liés à la vie littéraire belge, la dernière Histoire de la littérature belge se donne à lire suivant un schéma inhabituel. Dans une introduction rondement menée, les concepteurs de l’ouvrage s’en expliquent. L’identité et la définition de la littérature belge, qui s’inscrit dans un autre contexte que l’État nation unilingue (la France ou l’Allemagne, par exemple), ne vont pas de soi. En découlent une foule de problèmes méthodologiques, comme le nom à donner à cette littérature : littérature belge de langue française ou littérature française de Belgique. D’où d’ailleurs un clin d’œil et une petite provocation par un titre à double fonds, Histoire de la littérature belge ou Histoire de la littérature belge francophone, selon que la couverture soit ouverte ou fermée. Le terme littérature belge ne tient d’ailleurs pas que de la provocation puisqu’il s’oppose parfaitement — comme l’indiquent les directeurs de la publication — à la littérature pratiquée dans le Nord du pays et communément appelée littérature flamande.

2Ces problèmes méthodologiques liés à la littérature belge francophone supposent une multiplicité de points de vue, que les auteurs pensent particulièrement bien reflétés par la méthode des dates-repères, que Denis Hollier pratique dans sa New History of French Literature (1989). Les cinquante chapitres de l’ouvrage sont donc construits autour de cinquante événements — scrupuleusement choisis — relevant de la vie littéraire stricto sensu ou de l’histoire politique et sociale (vu les constants croisements entre le littéraire et le sociopolitique). Chaque essai possède son autonomie et sa logique propres, mais des renvois vers des contributions portant sur le même thème ou sur l’évolution de ce dernier sont proposés en fin d’article. Grâce à ces liens, le lecteur peut se forger ses propres synthèses et voir émerger les lignes de force de la littérature belge, même si cette dernière n’est pas présentée de manière traditionnelle. Ce système interactif permet une lecture aléatoire et moderne de l’ouvrage, et pour peu, le lecteur se croirait internaute, navigant d’une page à l’autre au gré des liens créés. Mais l’arme est à double tranchant. Les différentes méthodes d’analyse mises en œuvre dans les contributions peuvent désarçonner le lecteur, même s’il est vrai aussi qu’elles enrichissent le propos et entrouvrent la porte des points chauds, encore en discussion, de la littérature belge.

3Pour s’y retrouver, le lecteur peut avoir recours à un triple index (des noms, des œuvres et des thèmes ou notions) et à un tableau synoptique de l’histoire de la Belgique et des littératures belge et française. Avec les renvois en fin de chapitre, ils assurent la cohérence de l’ouvrage. Le lecteur peut bien sûr regretter de ne pas voir apparaître dans l’index des noms les phénomènes Carême ou Vernes, ou les Hubert Juin, Georges Thinès ou Jean Sigrid, mais il a été prévenu dans la préface. Les auteurs y expliquent que l’étude des grandes tendances de la littérature implique que les écrivains ne soient pas tous abordés systématiquement, sans que ces omissions supposent un quelconque jugement de valeur. Pour alléger la bibliographie rassemblée en fin de volume, chaque chapitre est complété des principales références critiques liées au thème étudié.

4Pour revenir au contenu de l’ouvrage, le premier chapitre porte sur le dernier mois précédant l’indépendance de l’état belge. Il montre que les questions qui se posent aujourd’hui encore en littérature belge sont nées dès avant l’avènement de la Belgique : « La littérature belge existe-t-elle ? » ; « Les Belges sont-ils des lecteurs sous-développés ? » ; etc., et que le monde politique a toujours été intimement lié au monde littéraire. Il complète et illustre donc agréablement l’introduction.

5Les chapitres suivants démontrent que les auteurs n’innovent pas seulement dans la structure de leur livre. Ils ouvrent également l’Histoire de la littérature belge à des réalités qui n’y avaient pas ou peu de droit de séjour antérieurement. Ainsi, la contrefaçon est intégrée comme élément à part entière de la vie littéraire belge au XIXe siècle. Des rapports sont établis avec le champ littéraire français mais aussi avec le champ flamand, souvent sous-représenté dans ce type d’histoire littéraire. L’histoire des trois grandes maisons d’édition de la fin du XIXe siècle (Lacroix, Kistemaeckers et Deman) est explorée, même si on regrette que les créneaux paralittéraires du XXe ne soient, quant à eux, pas entièrement décrits (la bande dessinée et le policier trouvent place dans l’ouvrage mais le fantastique, qui aurait pu être abordé sous l’angle de Marabout et de Vernes notamment, n’apparaît pratiquement pas). Place est faite par contre au réseau d’édition grammaticale du Bon Usage et de ses dérivés. On apprécie l’étude des rapports entre la littérature et les arts (chanson, musique, peinture, cinéma) et même si le dernier chapitre, consacré au film Rosetta, peut surprendre dans une histoire littéraire, on comprend qu’il est destiné à montrer que la culture de la Belgique francophone est à la mode en France et en phase d’autonomisation en Belgique. Le livre recèle encore beaucoup d’autres thèmes intéressants : la littérature et le féminisme (Les Cahiers du Grif) ; l’institution littéraire ; la littérature coloniale ; les rapports entre littérature et immigration ; les questions de la collaboration intellectuelle durant la Seconde Guerre mondiale (à travers l’histoire du prix Rossel de 1942) et de la liberté de l’intellectuel (par l’assignation en référé de Pierre Mertens pour Une Paix royale) ; etc.

6Cette nouvelle Histoire de la littérature belge propose donc une autre histoire de la littérature belge (francophone). Dans l’introduction, les concepteurs de l’ouvrage synthétisent de manière remarquable les différentes recherches historiographiques menées sur la littérature belge depuis la création de l’état belge, et laissent entrevoir leur préférence pour une analyse sociologique et institutionnelle de la littérature. L’analyse du XIXe siècle est remarquable de cohérence, celle du XXe est un peu plus inégale, les contributions d’un haut niveau d’analyse côtoyant des textes un peu plus faibles (on pense par exemple à l’étude du surréalisme qui n’a pas été poussée à fond). Mais, dans l’ensemble, le livre donne une vision moderne et dynamique de la littérature belge francophone, en intégrant les acquis méthodologiques et thématiques des recherches récentes. Une histoire belge d’un grand sérieux, donc, destinée avant tout au public ciblé des spécialistes littéraires et des universitaires de second cycle en Lettres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bibiane Fréché, « Bertrand (Jean-Pierre), Biron (Michel), Denis (Benoît) et Grutman (Rainier), Histoire de la littérature belge francophone. 1830-2000 », Textyles, 25 | 2004, 102-103.

Référence électronique

Bibiane Fréché, « Bertrand (Jean-Pierre), Biron (Michel), Denis (Benoît) et Grutman (Rainier), Histoire de la littérature belge francophone. 1830-2000 », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/737

Haut de page

Auteur

Bibiane Fréché

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org