Navigation – Plan du site

La réception de la littérature de guerre en Belgique

Un fragile élan de réconciliation ?
Hubert Roland
p. 72-88

Texte intégral

  • 1 Grass (Günter), Mon Siècle. Traduit de l’allemand par Porcel (Claude) et Lortholary (Bernard). Pari (...)

1Dans Mon Siècle, son bilan littéraire du xxe siècle publié à l’aube du millénaire sous forme de cent textes brefs, Günter Grass évoque la Première Guerre mondiale à travers une conversation fictive entre Ernst Jünger et Erich Maria Remarque, échangeant leurs souvenirs d’antan au milieu des années 19601. Il aura fallu la médiation privilégiée de la narratrice, jeune collaboratrice d’un institut universitaire (et forte d’une aura de neutralité de par sa nationalité suisse), pour que les deux hommes acceptent enfin de répondre à l’invitation qui leur était adressée de se rencontrer dans l’hôtel « La Cigogne ».

  • 2 Cité et traduit d’après l’édition originale Grass (Günter), Mein Jahrhundert. Göttingen, Steidl, 19 (...)
  • 3 Ibidem, pp. 68-69.

2Dans une atmosphère teintée de nostalgie, et la qualité des vins suisses aidant, les deux alertes vétérans – Jünger (1895-1998) vient de fêter son 70e anniversaire tandis que Remarque (1898-1970) est dans sa 67e année – commencent par s’affronter cordialement dans une joute oratoire autour de leurs œuvres de guerre respectives et de la postérité de celles-ci. Tout tourne ici autour du paradigme opposant le nationalisme agressif vantant les vertus soldatesques des Orages d’Acier (1920) de Jünger et le pacifisme attribué au roman de Remarque À l’Ouest rien de nouveau (1929). Avec la distance ironique qu’on lui connaît, Grass exploite ici le décalage entre l’intention de ces ouvrages au moment où ils furent conçus et les aléas de leur réception. D’emblée Jünger cherche à mettre l’accent sur ce qui les rapproche plutôt que ce qui les distingue. Il provoque son interlocuteur en lui rappelant avec quelle émotion celui-ci a, lui aussi, brillamment évoqué « la force de la camaraderie soldatesque » qui devait porter ceux-ci jusqu’à la mort. Le lendemain, au petit-déjeuner, Remarque prend sa revanche et constate que, si son livre fut en effet bien davantage diffusé que les Orages d’Acier, il disparut du marché allemand, après avoir été brûlé en 1933, « tandis que votre hymne à la guerre est manifestement resté disponible à tout moment »2. Par la suite, les deux témoins sont invités à se souvenir à nouveau dans le détail des bestialités du front, en particulier de l’usage des gaz en 1917. Au moment de faire leurs adieux, les deux hommes restent toutefois sur un constat d’incompréhension mutuelle. Tandis que Jünger ponctue l’énumération précise de ses quatorze blessures de guerre et vingt cicatrices par le constat « Hat sich gelohnt ! » (« Cela en a valu la peine ! »), Remarque répond à la timide demande de dédicace de la narratrice par la devise : « Wie aus Soldaten Mörder wurden » (« Comment des soldats sont devenus des meurtriers »)3

  • 4 En août 2006, Grass, Prix Nobel de Littérature en 1999, a lui-même révélé qu’il était devenu membre (...)

3On constate aujourd’hui, à la lecture des mémoires de Grass En épluchant des oignons (Beim Häuten der Zwiebel), qui ont marqué la rentrée littéraire de l’automne 20064, à quel point le traitement ironique de cette matière a pu constituer une réaction de défense pour Grass. Au moment d’imaginer la rencontre entre les deux vétérans de guerre, il s’est en effet rappelé la visite rendue à la villa de Remarque le long du Laggo Maggiore, lorsqu’il fut de passage dans la région avec sa famille, au milieu des années 1960. Cette visite de courtoisie avait été marquée du sceau de la mauvaise conscience. Grass avait cherché à lancer la discussion partant du souvenir ambivalent qu’il gardait de ses lectures de jeunesse : une fascination pour le sentiment aventureux de la guerre et le culte viril de l’épreuve de vérité chez Jünger, mais aussi le jugement de Remarque du soldat meurtrier. Ce dernier ne concéda pas à son jeune collègue écrivain l’entretien de type confessionnel que Grass souhaitait sans doute et il orienta immédiatement la conversation sur sa collection de vases chinois et de vierges en bois sculptées.

  • 5 Grass (Günter), Beim Häuten der Zwiebel. Göttingen, Steidl, 2006, pp. 112-113. Ma traduction.

4S’inscrivant (à son insu ?) dans la longue tradition des autobiographies motivées par le souci de la confession, Grass établit au terme de cette scène un lien entre les deux conflits mondiaux du xxe siècle : « En regardant l’assiette argentée du Laggo Maggiore, je n’ai pas non plus avoué à Erich Maria Remarque que l’écolier de quinze ans s’était porté volontaire pour l’armée sous-marine ou pour les chars, et ce bien qu’il ait lu son livre, qui énonce à suffisance les manières courantes de mourir à la guerre. »5

  • 6 La narratrice des rencontres entre Jünger et Remarque finit d’ailleurs par insister sur le fait que (...)

5C’est donc sur un ton franchement amer que Günter Grass vient une nouvelle fois d’inscrire son œuvre dans le prolongement du siècle écoulé et de ses tragédies. Le premier conflit mondial rapproche ici deux générations d’écrivains (Grass est né en 1927) à travers le poids de l’histoire hérité depuis lors, mais aussi sur base d’un lien renforcé avec le présent6. Dès la fin des années 1920, comme nous allons à présent le voir, le débat idéologique alimenté par la littérature de guerre était en réalité déjà posé dans ces termes, et d’ailleurs personnalisé par les mêmes auteurs, Remarque et Jünger. Ce fut le cas aussi bien en Allemagne que dans les pays voisins, atténuant ainsi paradoxalement les questions de nationalisme et de haine de l’ennemi d’hier. Je tenterai d’illustrer que le sentiment de camaraderie et d’appartenance à « la génération du feu » transcende les frontières et unit les victimes de la guerre dans un même élan de compréhension mutuelle, que l’on défende a posteriori les valeurs héroïques ou qu’on les rejette. Dans un pays comme la Belgique, qui avait développé un sentiment anti-allemand particulièrement virulent et tenace dans les années d’après-guerre, la réception de la littérature de guerre publiée en Allemagne permit peut-être de dépasser la haine du « barbare » allemand, sans aller peut-être jusqu’à un mouvement de réconciliation véritable, qu’empêchera la nouvelle situation politique de 1933.

L’Allemagne barbare, d’un après-guerre à l’autre

  • 7 Voir Aron (Paul), La Littérature prolétarienne en Belgique francophone depuis 1900. Bruxelles, Labo (...)
  • 8 Voir la contribution de Laurence Brogniez à l’ouvrage collectif Beyen (Marnix), Draye (Greet) et Ro (...)

6Cela ne surprendra personne, l’image de l’Allemagne barbare empêche tout autre considération sur la culture et les gens de cette nation au lendemain du conflit. Les quelques intellectuels qui, comme Edmond Picard et Georges Eekhoud, tentent de nuancer le propos, sont irrémédiablement qualifiés de « traîtres » à la patrie, car ils brisent là un consensus social, qui n’entend pas encore faire œuvre de démobilisation7. Dans une publication à paraître bientôt, Laurence Brogniez montre par l’exemple de Camille Lemonnier que cette image négative de l’Allemagne n’est pas née après le conflit de 1914 mais qu’elle s’était déjà formée lors de celui de 18708. « L’Allemagne barbare » prend à ce moment le contre-pied des topoi unilatéralement flatteurs du xixe siècle : le pays des Dichter und Denker, l’Allemagne romantique dont on connaît la pérennité depuis Madame de Staël et l’Allemagne intellectuelle, à cause du rayonnement de ses universités.

7Par la suite, ces dernières images reprendront le dessus, jusqu’à la « trahison » d’août 1914, qui s’en ressentira d’autant plus vivement. On remarquera que, même en plein conflit, il était difficile pour l’ancienne génération de se défaire complètement de l’aura de l’Allemagne. Une homologie caractéristique englobant supériorité intellectuelle et supériorité militaire peut encore être perçue en coulisses, comme l’a bien illustré Sophie de Schaepdrijver sur base du journal de l’occupation… de Georges Eekhoud. Dans ce journal, qui n’était évidemment pas destiné à publication, Eekhoud fait se côtoyer des propos anti-allemands particulièrement virulents sous le choc des atrocités des premiers mois de la guerre, avec des relents de respect pour les valeurs allemandes qui offriraient une alternative intéressante à « l’égalitarisme » républicain. Le 11 mars 1915, suite à une conversation avec son ami le peintre Jakob Smits, Eekhoud avait en effet noté :

  • 9 Cité d’après de Schaepdrijver (Sophie), « An outsider inside : the occupation diary of Georges Eekh (...)

[N]ous sommes tombés d’accord pour louer l’admirable organisation militaire de l’Allemagne, en l’opposant à ce qui existait en France. Nous avons rendu hommage aussi à ce que leur esprit hiérarchique a de bon, à leur respect des supériorités intellectuelles, à leur sentiment et à leur reconnaissance des valeurs. Chez nous, comme aussi en France d’ailleurs, l’esprit démocratique est devenu bassement égalitaire. C’est le mépris de toute supériorité, surtout de toute intellectualité ! L’argent seul en impose. Le talent n’est admis que lorsqu’il impose de gros bénéfices… […] Cette guerre nous servira-t-elle de leçon ? Dans tous les cas nous avons bien des choses à apprendre des Allemands9.

  • 10 Voir l’introduction au dossier de Lope (Hans-Joachim) et Roland (Hubert) (dir.), Textyles, n˚24, Un (...)
  • 11 D’après l’expression de Camille Hanlet dans son exhaustif compte rendu sur les écrivains de guerre (...)
  • 12 Giraud (Albert), Le Laurier. Bruxelles, Oscar Lamberty, 1919, pp. 59 et 61. On remarquera que les g (...)

8Au lendemain de la guerre, la colère anti-allemande est toutefois vive, en particulier auprès de ceux qui s’étaient jadis distingués par leur germanophilie, pour les raisons que l’on vient d’évoquer. En Belgique, celle-ci avait par ailleurs largement contribué à alimenter le discours de construction identitaire sur « l’âme belge », fusion de romanisme et de germanisme10. Et ce n’est certainement pas un hasard si ce sont les meilleurs représentants de la génération symboliste, vecteurs par excellence du « mythe nordique », qui auront répandu une bile anti-allemande particulièrement agressive : Émile Verhaeren jusqu’à sa mort en 1916, Maurice Maeterlinck ou encore Albert Giraud, qui, au sortir du conflit, rédige les vers « satiriques et vengeurs »11 du Laurier. Le poème « Les deux Allemagnes » évoque la transition brutale entre la nation romantique par excellence (« Allemagne aux yeux bleus, aux claires tresses blondes, / Fille d’un ciel humide et de brume couvert, / Dans le désert ramu de tes forêts profondes / Assise au bord de l’eau sous ton grand manteau vert ! ») et celle qui a montré son vrai visage (« Mais, ô Vierge des bois, des lacs et des montagnes ! / Si tu gardes pour nous un reflet de beauté, / Nous savons à présent qu’il est deux Allemagnes : / L’une est un rêve et l’autre une réalité »)12.

  • 13 Voir encore Gille (Valère), La Victoire ailée. Sonnets. Bruxelles, Société des Bibliophiles et des (...)
  • 14 Cuvelier (Joseph), La Belgique et la guerre, vol. 2, L’invasion allemande. Bruxelles, Henri Bertels (...)

9Si cette poésie patriotique caractérise ceux qui vouaient une admiration sans borne à l’Allemagne littéraire13, l’amertume des milieux purement intellectuels n’est pas moins grande. Ainsi, Joseph Cuvelier n’hésite pas à le confesser dans le deuxième volume de La Belgique et la guerre en 1921, « nous aimions l’Allemagne, comme tant d’autres, et nous espérons que cet aveu nous vaudra l’indulgence de nos lecteurs qui furent atteints de la même maladie »14. La colère du monde intellectuel belge est vivement alimentée par un sentiment de préméditation attribué à la nation allemande dans son entièreté, comme si le rayonnement de la science allemande avait préparé et soutenu l’effort de guerre dès avant les hostilités. Ainsi Cuvelier interprète-t-il l’observation selon laquelle les quatre universités belges envoyaient leurs plus brillants éléments grâce à des bourses de voyage davantage vers l’Allemagne que vers la France :

  • 15 Ibidem, p. 7. 

Nommés à leur tour dans nos universités ou occupant des postes dans nos institutions scientifiques, nos jeunes docteurs, remplis d’admiration pour la science et la méthode allemandes, formaient de nouvelles générations de savants qui continuaient à se nourrir de la même pâture intellectuelle à la plus grande gloire de l’Allemagne.
À ceux qui leur montraient les dangers que nous faisaient courir le militarisme et l’impérialisme allemands, nos savants répondaient que les plus grands hommes de l’Allemagne avaient été des prédicateurs d’humanité, de fraternité universelle, épris d’un idéal de civilisation et de culture intellectuelle se développant sans trêve au milieu d’une paix définitive15.

  • 16 Pirenne (Henri), Ce que nous devons désapprendre de l’Allemagne. Gand, Vanderpoorten, 1922, p. 20.

10Le jugement d’Henri Pirenne sur la science allemande dans son discours « Ce que nous devons désapprendre de l’Allemagne » s’avère plus nuancé, dans la mesure où il ne peut être question « de rompre avec des méthodes adaptées aux nécessités mêmes de la science de notre temps et qui sont devenues le bien commun de tous les historiens. […] Prenons garde de substituer à une admiration excessive, un mépris qui serait bien autrement funeste et qui ferait aussi peu honneur à notre intelligence qu’à notre impartialité. »16 Le titre de son exposé est toutefois suffisamment univoque et le ton du discours de Pirenne peine à réfréner quelques accents sarcastiques dans la dérision des « jeunes gens » qui – d’ailleurs à l’instar et à l’instigation du maître – couraient « entendre et recueillir la bonne parole à Bonn, à Leipzig, à Munich, à Berlin » :

  • 17 Ibidem, p. 10.

Rentrés chez eux, ces jeunes gens proclamaient les mérites ineffables de l’école à laquelle ils venaient de s’initier. Leur langage était farci de mots allemands. Ils ne parlaient que d’Excursen, d’Antiquariats, de Regesten, de Forschungen. Dans leurs livres, ils se seraient fait scrupule de ne point mentionner la moindre thèse doctorale éclose outre-Rhin ; certains d’entre eux allaient jusqu’à mettre les imprimeurs à la torture en leur imposant des règles typographiques fraîchement importées de là-bas17.

  • 18 Voir la thèse de Duchenne (Geneviève), Esquisses d’une Europe nouvelle. L’européisme dans la Belgiq (...)

11Davantage que par son contenu même, le discours germanophobe ambiant est avant tout une question de formes, de ton et d’accents. Jusqu’au moment de la réception de la littérature de guerre, et dans l’attente de nouvelles recherches qui viendraient peut-être infirmer ce constat – notamment au moment du Traité de Locarno18 – l’heure de la démobilisation ne semble pas encore avoir sonné dans les milieux culturels et littéraires. La mise en forme littéraire de l’expérience du front en Allemagne et la grande diffusion de ces récits à l’étranger ouvriront une large discussion, qui dépassera à la fois l’intention initiale de leurs auteurs et la question des nationalismes.

Le dépassement de la guerre des nations

  • 19 Dans le chapitre 10 de La « colonie » littéraire allemande en Belgique 1914-1918. Bruxelles, Archiv (...)

12Comme j’ai pu le rappeler par ailleurs19, il importe de resituer la littérature de guerre allemande dans son contexte historique mais aussi génétique, pour l’appréhender de manière adéquate. Remarque ne conçut pas à l’origine À l’Ouest, rien de nouveau comme une œuvre engagée dans le sens du pacifisme, mais comme le récit d’une expérience individuelle et collective, qui aurait permis à sa génération de surmonter le traumatisme de la guerre, en garantissant une continuité entre celui-ci et la vie d’après-guerre. Ce n’est que dans le contexte de l’ascension national-socialiste que la littérature dite « défaitiste » de Remarque fut considérée comme contraire aux intérêts de la nation. Quant à l’éthique guerrière valorisée dans les Orages d’Acier et davantage encore dans les textes de guerre postérieurs de son auteur, on sait qu’il faut la comprendre dans le contexte d’un nationalisme agressif dont Jünger était revenu avant l’accession d’Hitler au pouvoir en 1933.

  • 20 Swennen (René), Les Trois Frères. Bruxelles, Labor, 2003 (« Espace Nord »), p. 56.
  • 21 Voir les considérations de Benoît Denis dans sa lecture de l’ouvrage, ibidem, pp. 219-221.

13Quelle que fût la position personnelle de Jünger par la suite, les valeurs prônées dans ses textes de guerre furent amplement véhiculées et donc partagées à l’époque en Allemagne et à l’étranger, comme le montre encore René Swennen dans Les Trois Frères (1987). Dans l’âpre rancœur consécutive au démembrement de l’Empire austro-hongrois et les difficultés de l’exil en Belgique, Franz, fils d’un officier noble de Trieste, trouve une consolation dans la carrière des armes et l’exaltation des qualités prônées dans les textes de Jünger, Ernst von Salomon et Henry de Montherlant, « le goût de l’effort et des actions viriles »20. Les auteurs ici invoqués incarnent au premier plan des valeurs de « résistance » : une résistance d’inspiration aristocratique contre la médiocrité de l’ordre politique et social bourgeois, le déclin de la civilisation matérialiste et la perversion de l’idéal de sacrifice par l’idéologie nazie21.

14Le nationalisme sous-jacent qui imprègne la vision du monde de cette littérature, s’il ne fait évidemment aucun doute, dépasse lui-même son propre cadre, en ceci qu’il y est question d’un modèle de valeurs dont la pertinence se veut universelle. À cet égard, la réception de la littérature de guerre allemande dans les revues belges de l’époque marque une forme de tournant au niveau de l’image de l’Allemagne en Belgique à la fin des années 1920. Elle indique clairement un déplacement des termes du débat, comme s’il fallait tirer de la guerre des enseignements quant à la contribution personnelle que chacun peut apporter à une société nouvelle, indépendamment de son appartenance nationale.

  • 22 Alsacien d’origine et titulaire de la chaire d’allemand à l’ULB, Beckenhaupt mourut à l’âge de cinq (...)

15Au moment de la vague des romans de guerre engagés, à la fin des années 1920, le propos national semble ainsi d’une certaine manière neutralisé. C’est bien le débat sur les valeurs qui anime la discussion, éclipsant par là la question allemande, au moment où des revues belges de différentes tendances rendront compte de la parution des œuvres de guerre de la fin des années 1920. C’est pour des raisons d’authenticité que le germaniste de l’Université Libre de Bruxelles Charles Beckenhaupt22 fit l’apologie du roman de Remarque À l’Ouest rien de nouveau dans la revue libérale Le Flambeau, alors même qu’il confessait son aversion contre les livres de guerre ordinaires, aussi bien d’Henri Barbusse que de Thomas Mann, parce qu’ils s’étaient révélés « soit bolchevistes, soit patriotards ». L’humanité et la sincérité de Remarque faisaient prendre conscience de l’immense détresse, de l’intime tragédie qu’avait représentée la guerre pour l’homme. Et Beckenhaupt de mettre l’accent sur les facteurs qui avaient préparé la jeunesse à la guerre : l’éducation, le mysticisme national, la « culture militante ». Chacun, en particulier mais pas uniquement la jeunesse allemande, se devait de prendre connaissance de cette « épopée du soldat inconnu allemand » :

  • 23 Beckenhaupt (Charles), « Un grand livre allemand sur la guerre », dans Le Flambeau, 1929/II, 12e an (...)

Il faut espérer que ce livre trouvera beaucoup de lecteurs. Il faut souhaiter qu’il soit lu en Allemagne, et surtout par la jeunesse allemande. Il faut espérer qu’il aide à développer, là-bas, surtout, un sentiment nouveau, un sentiment vraiment humain et qu’il révèle à ceux qui ne le connaissent pas ou qui jusqu’ici se sont refusés à le connaître, l’aspect vrai, l’aspect intime et inépuisable de la guerre23.

  • 24 Barzin (Marcel), « Contre E.M. Remarque », dans Le Flambeau, 1929/III, 1er décembre 1929, p. 369. L (...)
  • 25 Ibidem, p. 371.

16Mais le point de vue de Beckenhaupt n’était pas partagé par tous et Le Flambeau dut par la suite faire place à un débat interne sur ces questions. Il n’est pas décent pour Remarque de pleurer sur le sort de sa génération, postule quelques mois plus tard Marcel Barzin. Car il y va de l’horizon des valeurs sur lequel se déploie notre mode de vie : « Croyons-nous donc si peu à nos formes de civilisation que nous n’estimions pas qu’elles valent, parmi bien d’autres, ce sacrifice ? »24 Le prétendu pacifisme de Remarque ne peut se légitimer que par l’instinct de survie, il ne peut être élevé au rang de vertu, et « [l]’homme ne vaut que dans la mesure où il a un idéal auquel il est prêt à tout sacrifier ». L’humanité a besoin d’un tel idéal pour lequel il faut pouvoir risquer la guerre et le sacrifice, « [u]ne humanité qui n’en aurait plus, qui bornerait à satisfaire ses besoins et à fuir les douleurs ne serait plus qu’un triste troupeau sans grandeur »25.

  • 26 Der Kampf als inneres Erlebnis (1922) fut traduit à l’époque par Jean Dahel sous le titre La Guerre (...)

17L’argument de Marcel Barzin peut surprendre dans le contexte de l’après-guerre. Il manifeste implicitement une forme de compréhension pour la mobilisation allemande, puisque le mobile de la discussion concerne bien le point de vue de l’ennemi d’hier. Depuis la question nationale, un glissement a ainsi été opéré vers le domaine, pour ainsi dire « supranational », des valeurs de société. Dans le même registre, la discussion trouvera un prolongement dans la Revue catholique des idées et des faits, qui, en mars 1934 – plus d’un an après l’accession d’Hitler au pouvoir – choisira de publier un extrait de la traduction française d’un des textes les plus agressifs de Jünger sur « la guerre comme expérience intérieure »26. L’intitulé « Pacifisme » sous lequel paraît l’extrait traduit ne sert qu’à être renversé pour des raisons de morale religieuse, soutenues cette fois par des arguments de déterminisme aussi bien historique que biologique :

  • 27 Jünger (Ernst), « Pacifisme », dans Revue catholique des idées et des faits, 1933-1934/2, 23 mars 1 (...)

C’est principalement par la guerre que les grandes religions ont été dispensées, comme des biens communs, à toute la terre ; dans la guerre que les races les plus vigoureuses se sont élancées de leurs couches obscures vers la lumière, et c’est encore par la guerre que furent affranchis d’innombrables esclaves. La guerre, autant que l’instinct sexuel, est inhérente à la nature humaine ; elle est une loi naturelle ; nous ne pourrons jamais nous soustraire à sa fatalité. La considérer avec mépris serait s’exposer à n’être plus un jour qu’une proie facile pour elle27.

18La courte introduction précédant l’extrait de la traduction de Jean Dahel n’hésite pas à qualifier Jünger de précurseur du national-socialisme, mais se garde de qualifier l’ouvrage d’apologie de la guerre. Quoi qu’il en soit, on constate que, plus d’un an après la Bücherverbrennung du 10 mai 1933 – dans laquelle les œuvres de Remarque avaient été livrées aux flammes « contre la trahison littéraire du soldat de la Guerre mondiale, pour l’éducation du peuple dans l’esprit de la sincérité » – certains n’ont manifestement pas encore réalisé l’ampleur des changements en cours en Allemagne.

Fraternité universelle ou redressement moral

  • 28 Louis (Paul), « Un livre de guerre et de paix. À l’Ouest rien de nouveau », dans La Cité chrétienne(...)

19Dans les colonnes de La Cité chrétienne, le débat avait été posé dans les mêmes termes que dans Le Flambeau en 1929. Dans un premier temps, le point de vue de Paul Louis converge parfaitement avec celui de Beckenhaupt, avec même quelques accents internationalistes plus francs : « la guerre vue d’Allemagne, c’était la même chose que la guerre vue du côté des alliés, […] le soldat allemand, tout comme le soldat français, belge ou anglais, était un malheureux, engagé dans l’énorme tuerie sans grande réflexion… »28. Louis va jusqu’à témoigner son empathie avec le soldat allemand, « car nous avons vécu avec ces Allemands, nous avons vécu avec eux, et nous sommes parvenus à vivre quatre ans avec eux sans les connaître ». Il en appelle donc à la charité chrétienne et à la fraternité universelle, pour qu’en particulier le lectorat catholique engagé de la revue surmonte le ressentiment de l’après-guerre. Le fait que le livre de Remarque ait été imprimé en Allemagne à plus de 600 000 exemplaires montrerait un changement des mentalités dans le sens d’un pacifisme militant.

20Pour autant, Louis n’élude pas la question des valeurs, notamment celle de la gloire militaire, qu’il ne convient pas de rejeter, sous prétexte que la carrière militaire s’avérerait une nécessité. La défense de la patrie doit relever de la noblesse de l’âme, mais l’histoire montre qu’elle est rarement motivée par autre chose que l’ambition et l’orgueil. En ce qui concerne l’éducation des enfants, il propose de distinguer l’amour de la patrie de celui de la gloire militaire, et surtout de subordonner le premier à la haine de la guerre et à l’amour du prochain :

  • 29 Ibidem, p. 886. Le souci de l’éducation des enfants et des jeunes constitue un leitmotiv récurrent (...)

Donnons à nos enfants l’amour de la patrie. Il leur suffira pour être des héros le jour où elle sera vraiment menacée. Mais ne leur donnons pas le goût de la gloire militaire ; et donnons leur surtout l’horreur de la guerre et l’amour, non seulement de leur patrie, mais de tout le genre humain29.

  • 30 « Pour ou contre la guerre », dans La Cité chrétienne, 20 octobre 1929, pp. 1053-1054.
  • 31 Ibidem, p. 1055.

21D’emblée, une lectrice communique à la rédaction, dans le numéro suivant, sa volonté de se désabonner de La Cité chrétienne, une revue dont elle attendait la contribution active à « une oeuvre de relèvement religieux et national ». Offusquée par l’article en question, elle introduit un nouvel argument dans le débat, posant les valeurs morales et patriotiques comme la seule alternative au matérialisme ambiant, à la quête effrénée de l’argent dans l’économie et dans la politique30. Une mise au point de la rédaction suit immédiatement la lettre de cette lectrice, posant le constat que l’esprit nationaliste continue d’imprégner certains milieux catholiques, pour la plupart issus de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie. Prolongeant la discussion, notamment autour du concept de « guerre juste », la direction affiche en conclusion une forme de solidarité avec l’article de Louis : « chose curieuse, tandis que tout le monde est d’accord pour estimer qu’un médecin doit lutter contre la maladie ; et que les avocats et magistrats doivent aplanir les différends, on n’est plus d’accord pour estimer que l’officier doit lutter contre la guerre »31.

  • 32 Voir le texte de cette annonce dans Le Rouge et le Noir, 3e année, n˚3, janvier 1930.
  • 33 Deauville (Max), « Livres de guerre », dans Le Rouge et le Noir, 22 mai 1930. Un point de vue de fr (...)

22On le constate, le débat bat son plein et il convient à chacun de se positionner. On ne s’étonnera pas que la tribune de la revue Le Rouge et le Noir organise le 22 janvier 1930 une rencontre publique à ce sujet, dans le casino de la commune bruxelloise de Saint-Josse32. Il en restera peu de traces écrites, si ce n’est un article de Max Deauville, bienveillant à l’égard de la littérature de Remarque, dont la continuité avec l’esprit de Locarno est soulignée33. Pour clore ce panorama, épinglons le point de vue de l’éphémère revue de gauche Esprit du Temps (de Charles Plisnier et Albert Ayguesparse), dans laquelle André Wilfried fige en 1933 les catégories des auteurs de guerre « belliqueux » (Jünger, Schwaumwecker), « pacifiques » et « pacifiques constructeurs » (Hans Carossa, Fritz von Unruh, Ludwig Bauer). Ici aussi, on se plaît à relever que ce sujet important n’est plus à poser en termes nationaux, que l’ennemi n’est plus face à nous mais en nous car on aborde la question du développement et de la responsabilité de l’individu. Wilfried va jusqu’à surévaluer le poids de la production pacifique dans la littérature de guerre allemande, comme s’il voulait, dans un élan de générosité et un souci de rééquilibre, tourner la page du nationalisme allemand :

  • 34 Wilfried (André), « La littérature allemande d’après-guerre et la Paix », dans Esprit du temps, n˚3 (...)

On ne peut donc nier que, dans la grande majorité de ses meilleurs écrivains, la littérature allemande d’après-guerre soit nettement pacifique. Je me demande s’il est aucun pays où la production littéraire orientée contre la guerre ait été aussi abondante. Malheureusement, cette branche de l’activité pacifique allemande, pas plus que les autres, n’a trouvé au dehors ni l’accueil, ni l’écho qu’elle méritait. Prudence ou système ? La grande presse n’a jamais accordé l’honneur de ses titres et de ses articles sensationnels qu’au côté chauvin de l’activité d’outre-Rhin. Eût-on voulu étouffer le pacifisme allemand dans la conspiration du silence que l’on n’eût pas mieux fait34.

23Deux observations se dégagent donc assez spontanément de cette étude sélective de la réception de la littérature de guerre dans les revues belges francophones :

    • 35 Encore que Maurice Maeterlinck par exemple n’était pas encore disposé à renouer le contact avec son (...)

    La question du nationalisme spécifiquement allemand est clairement passée à l’arrière-plan, comme si elle s’avérait en fait subalterne. On pourrait peut-être en déduire, avec une grande prudence, qu’une forme de réconciliation avec l’ennemi d’hier n’est plus exclue, après une période de deuil d’une dizaine d’années35.

  • Les positions sont en revanche loin d’être figées et on se trouve dans un climat d’incertitude idéologique, qui est encore en passe d’évoluer en fonction de la situation politique internationale. Ce flottement se confirmera dans les années suivantes, certainement jusqu’à la guerre d’Espagne, qui contraindra à des positionnements tranchés.

La compassion par le théâtre

  • 36 Voir Aron (Paul), La Littérature prolétarienne en Belgique francophone depuis 1900, op. cit., p. 60 (...)

24S’il est à présent un domaine dans lequel un véritable esprit d’empathie fut encouragé, ce fut celui du théâtre prolétarien, dont l’objectif était de mettre le théâtre au service du prolétariat dans le cadre de la lutte des classes36. Fondé en 1925 par Albert Ayguesparse, ce mouvement nouveau reçut une véritable impulsion suite à la représentation en Belgique de la pièce Hinkemann, du dramaturge expressionniste allemand Ernst Toller, en décembre 1927. Mettant en scène le retour d’un soldat mutilé de ses parties génitales et ridiculisé par son épouse, cette pièce joua le rôle de catalyseur pour une nouvelle génération de dramaturges, appelant les jeunes à se mobiliser contre la souffrance humaine, si cruellement ravivée par le traumatisme de la guerre.

25L’importance de l’événement n’échappa pas à Max Deauville, qui en fit ressortir une interprétation avant tout humaniste, au-delà des clivages politiques :

  • 37 Deauville (Max), « Les Théâtres à Bruxelles », dans La Renaissance d’Occident, vol. 24, février 192 (...)

N’est-ce pas là l’histoire d’Hinkemann le drame de Ernst Toller, drame venu comme une lame de fond de la profondeur de la dernière guerre, apportant avec elle un cri si douloureux et si poignant que seuls ceux qui ont réellement vécu la grande tragédie du monde moderne en peuvent ressentir toute l’angoisse et toute la détresse, ce cri qui répète, lancinant, que la souffrance humaine est au dessus de tous les enthousiasmes, de toutes les Brabançonnes, des Wacht am Rhein, des défilés en armes, des révolutions sociales, des théories marxistes et de la puissance des soviets37.

  • 38 Ay. [Albert Ayguesparse] « Autour de Hinkemann », dans Mouvement, n˚1, avril 1928; reproduit dans R (...)

26Dans la revue Mouvement, Ayguesparse s’appuya sur l’esprit de la pièce de Toller pour exposer le programme du théâtre prolétarien. Il y est question d’une communio avec la communauté prolétarienne, ses objectifs et ses aspirations38. Le théâtre est conçu à la fois comme « machine de guerre contre la société capitaliste », mais aussi comme « l’expression dynamique d’un art robuste et humain ». S’étant émancipé de l’éthique désuète de l’« art social », il est porteur d’un nouveau projet porté par un élan collectif : « Par des moyens d’expression nouveaux et des pièces créatrices d’exaltation et de volonté, ce théâtre doit susciter chez le peuple cette foi collective si nécessaire aux grandes entreprises humaines. »

  • 39 De Man (Henri), Wir ! Ein sozialistisches Festspiel. Musik von Ottmar Gerster. Arbeiterjugend-Verla (...)

27On perçoit donc ici un nouveau glissement intéressant entre l’idée internationaliste d’une nécessaire fraternité entre toutes les victimes de la guerre et la formulation d’une nouvelle conscience collective de la classe ouvrière. C’est dans cette continuité immédiate que se situera la médiation particulière initiée par Henri De Man, qui, à cette époque, vit et travaille encore en Allemagne. S’intéressant au potentiel de mobilisation des esprits par l’expression de nouvelles formes théâtrales, il élabore le concept de Massenspiel/Festspiel, qu’il expérimentera en Allemagne. Dans la pièce Wir, qui sera montée à Francfort en 1932, il réhabilite la technique du chœur antique, incarnant à présent la conscience collective du prolétariat ; ce sont des travailleurs eux-mêmes qui chantent le texte et font de cet événement une grande fête socialiste39.

  • 40 Pierre Sauvage détaille les positions respectives par rapport à « l’énigme allemande » dans Sauvage(...)

28Dans la société en crise et en mutation du début des années 1930, il est de nouveau permis de s’intéresser à l’Allemagne et de se défaire de l’image de l’ennemi d’hier, même si le sujet reste extrêmement sensible. C’est à nouveau dans le cadre du débat sur les valeurs morales et l’éducation de la jeunesse, qui avait également été ouvert par la littérature de guerre, que la « génération de la crise » montre l’audace de chercher à s’informer « sans préjugés » sur la nature de la « révolution » de 1933 en Allemagne. Les dissensions internes à La Cité chrétienne, auxquelles participe le jeune Henry Bauchau, sont particulièrement révélatrices du désarroi ambiant, dans la quête d’alternatives à un modèle politique et social que l’on considère en crise. Après avoir enquêté, certains rédacteurs de la revue prendront fait et cause pour le régime national-socialiste, tandis que d’autres le rejetteront tout aussi clairement40.

29À la fin de l’année 1935, la rédaction organisa pour les amis de la revue un voyage d’étude en Allemagne, dans le souci de renforcer le dialogue pacifique entre les jeunesses des deux pays. Sous-estimant le soutien de la légation d’Allemagne dans la mise sur pied de cet événement, les protagonistes belges insistent sur le caractère « non-politique » de ces rencontres et postulent que les questions culturelles et morales se posent dans un souverain et illusoire détachement du nationalisme renaissant.

30Ce n’est pas le lieu ici de raconter l’histoire des rencontres belgo-allemandes de la jeunesse qui eurent lieu régulièrement par la suite et jusque dans l’immédiat avant-guerre, histoire qui doit d’ailleurs encore être écrite. On constatera toutefois que la page de la guerre semble à ce point tournée que la question militaire du réarmement est soigneusement écartée du nouveau discours sur « l’Allemagne communautaire » par la nouvelle génération, comme si celle-ci cherchait à se profiler autrement que celle de ses aînés, notamment par un éloquent silence relatif à la Grande Guerre. À cela s’ajoute que le souci absolu de préserver la paix s’impose comme la motivation essentielle de ces rencontres, ce qui contribue grandement à leur rayonnement.

Conclusion

  • 41 Ce détachement confine clairement à l’ordre de l’imaginaire chez Maeterlinck, comme le postule Chri (...)

31Au fond, la question de l’appartenance à une génération façonne clairement le rapport à la guerre des écrivains et intellectuels en Belgique francophone. Trois générations cohabitent dans le champ des années de l’entre-deux-guerres, véhiculant chacune des représentations spécifiques du conflit. Les aînés du symbolisme littéraire basculent soudainement, du fait de la guerre, d’un rapport d’idéalisation de l’Allemagne à un discours de propagande nationaliste qui brûle ce qu’on a adoré hier. On constatera le détachement de la virulence idéologique dont ils font preuve, par rapport à la réalité d’une guerre qu’ils n’ont pas faite41.

32Ce n’est bien entendu pas le cas de la génération des combattants, qui marque avant tout une sensibilité pour la communauté de destin de tous les soldats et dépasse ainsi le nationalisme de l’après-guerre. Soit on continue de faire l’apologie des valeurs du patriotisme, de l’éthique guerrière et de l’héroïsme du soldat, ceci présupposant dès lors le respect de l’adversaire. Soit ce sont les traumatismes du soldat ordinaire qui sont mis en avant, de même que la nécessaire compassion avec sa souffrance, quel que soit le camp auquel il ait appartenu. L’exemple de la réception de Hinkemann est éloquent à ce propos.

33Quant à la « génération de la crise », elle est avant tout en quête de nouveaux modèles de société. L’exemple des jeunes de La Cité chrétienne, qui demanderait à être comparé avec d’autres, témoigne d’une volonté manifeste de tourner la page de la guerre. Ce préalable permettrait de fonder un lien nouveau avec l’ennemi d’hier, entre autres de préserver la paix. Par là-même, les dangers inhérents à l’idéologie du nouveau régime se retrouvent gravement sous-estimés, à l’heure même où la Belgique accueille pourtant dans des conditions déplorables de nombreux exilés allemands déjà en danger de mort.

Haut de page

Notes

1 Grass (Günter), Mon Siècle. Traduit de l’allemand par Porcel (Claude) et Lortholary (Bernard). Paris, Seuil, 1999.

2 Cité et traduit d’après l’édition originale Grass (Günter), Mein Jahrhundert. Göttingen, Steidl, 1999, pp. 54-56.

3 Ibidem, pp. 68-69.

4 En août 2006, Grass, Prix Nobel de Littérature en 1999, a lui-même révélé qu’il était devenu membre de la SS à dix-sept ans, à la fin de la guerre, précédant ainsi la parution de son autobiographie, dans laquelle il revient sur ces événements. Cette révélation a, bien entendu, suscité une vive émotion, principalement en Allemagne, où Grass se présentait depuis ses débuts littéraires et son roman Le Tambour comme la « conscience » de la nation allemande (voir http://www.republique-des-lettres.fr/1275-gunter-grass.php).

5 Grass (Günter), Beim Häuten der Zwiebel. Göttingen, Steidl, 2006, pp. 112-113. Ma traduction.

6 La narratrice des rencontres entre Jünger et Remarque finit d’ailleurs par insister sur le fait que le premier a manqué de peu de passer le cap d’une seconde fin de siècle, donnant l’illusion qu’il aurait pu encore le faire (« Monsieur Remarque est mort cinq ans plus tard. Monsieur Jünger a manifestement l’intention de survivre à ce siècle. ») Notons que Jünger est décédé le 17 février 1998 (à l’aube de ses cent trois ans), ce que Grass a préféré ne pas mentionner au moment de la mise sous presse de l’ouvrage, paru en juillet 1999.

7 Voir Aron (Paul), La Littérature prolétarienne en Belgique francophone depuis 1900. Bruxelles, Labor, 1995, pp. 36-37.

8 Voir la contribution de Laurence Brogniez à l’ouvrage collectif Beyen (Marnix), Draye (Greet) et Roland (Hubert) (dir.), Deutschlandbilder in Belgien 1830-1940. À paraître en 2008 chez l’éditeur Waxmann, Münster.

9 Cité d’après de Schaepdrijver (Sophie), « An outsider inside : the occupation diary of Georges Eekhoud », dans Jaumain (Serge), Amara (Michael), Majerus (Benoît), Vrints (Antoon) (éd.), Une Guerre Totale ? La Belgique dans la Première Guerre mondiale. Nouvelles tendances de la recherche historique. Bruxelles, Archives Générales du Royaume, 2005, pp. 85-86. Eekhoud relativise d’emblée son propos en ajoutant dans la marge du texte : « Ceci soit constaté tout en nous rendant bien compte de toute l’iniquité de leur agression brutale et de toutes les atrocités qui l’ont accompagnée. »

10 Voir l’introduction au dossier de Lope (Hans-Joachim) et Roland (Hubert) (dir.), Textyles, n˚24, Une Europe en miniature ?, 2004.

11 D’après l’expression de Camille Hanlet dans son exhaustif compte rendu sur les écrivains de guerre (Les écrivains belges contemporains. Tome II. Liège, H. Dessain, 1946, p. 1163).

12 Giraud (Albert), Le Laurier. Bruxelles, Oscar Lamberty, 1919, pp. 59 et 61. On remarquera que les grandes figures de la culture allemande, comme Heine, Wagner et Nietzsche, sont ici dégagées de toute responsabilité, car ils furent jadis mécompris par leur propre société ; ainsi dans le poème « Les fils de Nietzsche » : « Regarde les salir l’idéal renié, / Divin Goethe ! Et dis-nous, génie humilié ! / Ce que tu penses d’eux et comment tu les nommes. » (p. 292)

13 Voir encore Gille (Valère), La Victoire ailée. Sonnets. Bruxelles, Société des Bibliophiles et des Iconophiles de Belgique, Robert Sand, 1921. Par contre, Glesener (Edmond), Le Chant des veuves. Liège, Imprimerie Bénard, 1921 constitue une exception intéressante au discours patriotique ambiant. Ces « contes » inspirés de la vie quotidienne sous l’occupation regorgent au contraire de figures parfaitement caractéristiques du stéréotype du « bon Allemand ». Dans le récit « En ménage », la veuve Tricot doit héberger chez elle l’officier Joachim Schmitz, qui se révèle « de bonne conduite et de mœurs irréprochables », se souciant de surcroît « dans le ménage autant d’ordre que de propreté » (p. 79). Dans « La truie », le soldat Ulrich Hoffmann, aux yeux d’un bleu pâle décoloré « pleins de douceur » (p. 99) ressent honte et dégoût d’avoir vu femmes, vieillards et enfants assassinés lors de l’incendie de Louvain. Dans le récit le plus surprenant du recueil, « Le viol », Marie Clairvaux et son prétendant Constant, désavoué par le père de Marie, imaginent une supercherie basée sur la nouvelle des nombreux viols de femmes par des soldats allemands dans la région. Constant reconnaîtra l’enfant du soldat allemand prétendument responsable de la grossesse de Marie et protégera généreusement celle-ci du déshonneur en l’épousant, normalisant ainsi sa propre paternité… On remarquera que les clichés idéalisés et négatifs s’entrechoquent dans ces textes, ainsi lorsque les Allemands incendient trois maisons du village, « afin sans doute d’y voir plus clair dans la nuit qui était fort sombre. Pour le surplus, ils se contentèrent de tuer un enfant sur les bras de sa mère et un paralytique dans son fauteuil. » (p. 153) De telles images sont bien plus caractéristiques de la propagande que du réalisme des récits de guerre à venir.

14 Cuvelier (Joseph), La Belgique et la guerre, vol. 2, L’invasion allemande. Bruxelles, Henri Bertels, 1921, p. 5. Ce volume est préfacé par Henri Pirenne.

15 Ibidem, p. 7. 

16 Pirenne (Henri), Ce que nous devons désapprendre de l’Allemagne. Gand, Vanderpoorten, 1922, p. 20.

17 Ibidem, p. 10.

18 Voir la thèse de Duchenne (Geneviève), Esquisses d’une Europe nouvelle. L’européisme dans la Belgique d’entre-deux-guerres (1919-1939). 2 vol., à paraître chez PIE-Peter Lang, Bruxelles, 2007 (coll. « Euroclio. Études et documents »).

19 Dans le chapitre 10 de La « colonie » littéraire allemande en Belgique 1914-1918. Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, 2003 (coll. « Archives du Futur »), pp. 237 sq.

20 Swennen (René), Les Trois Frères. Bruxelles, Labor, 2003 (« Espace Nord »), p. 56.

21 Voir les considérations de Benoît Denis dans sa lecture de l’ouvrage, ibidem, pp. 219-221.

22 Alsacien d’origine et titulaire de la chaire d’allemand à l’ULB, Beckenhaupt mourut à l’âge de cinquante-cinq ans dans le naufrage de l’Aboukir le 28 mai 1940. Ce bateau, qui emmenait des civils d’Ostende vers l’Angleterre, fut torpillé par un navire allemand (cf. la brochure ULB Résistante 1940-1945, éditée en 2005-2006 par le Cercle du Libre Examen). Beckenhaupt traduisit des œuvres des Romantiques allemands Joseph von Eichendorff et Achim von Arnim.

23 Beckenhaupt (Charles), « Un grand livre allemand sur la guerre », dans Le Flambeau, 1929/II, 12e année, n˚5, 1er mai 1929, p. 122.

24 Barzin (Marcel), « Contre E.M. Remarque », dans Le Flambeau, 1929/III, 1er décembre 1929, p. 369. Le philosophe et sénateur libéral Marcel Barzin (1891-1969) devint en 1949-1950 le doyen de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université Libre de Bruxelles.

25 Ibidem, p. 371.

26 Der Kampf als inneres Erlebnis (1922) fut traduit à l’époque par Jean Dahel sous le titre La Guerre, notre mère.

27 Jünger (Ernst), « Pacifisme », dans Revue catholique des idées et des faits, 1933-1934/2, 23 mars 1934, p. 20.

28 Louis (Paul), « Un livre de guerre et de paix. À l’Ouest rien de nouveau », dans La Cité chrétienne, 1928-1929, 20 août 1929, p. 882.

29 Ibidem, p. 886. Le souci de l’éducation des enfants et des jeunes constitue un leitmotiv récurrent dans la littérature de guerre elle-même. Il s’inscrit dans une préoccupation qui remonte aux dernières décennies du xixe siècle. L’auteur belge germanophone Peter Schmitz envisage cette question sous l’angle de l’antagonisme franco-allemand dans son roman de guerre méconnu, Golgatha (1937). Né à Eupen en 1887, Schmitz fait commencer son récit par les nombreuses et violentes tirades anti-françaises que le jeune Paul, son narrateur, doit subir sur les bancs de la classe, dans cette région que les aléas de l’histoire ont fait appartenir à la Prusse après le Congrès de Vienne et à la Belgique après le Traité de Versailles. La « glorieuse » guerre de 1870, voulue par Dieu, a enfin mis un terme à la prédominance française. Lorsqu’un jeune garçon français est hébergé chez sa tante, et qu’il appelle à la revanche de Sedan contre les « barbares », Paul se rend compte que le même discours est véhiculé par les instituteurs des deux camps, présentés a posteriori comme les fomenteurs du futur conflit mondial (voir Beck (Philippe), « Hassbilder als Propagandamittel. Die Darstellung Deutschlands und Frankreichs im ostbelgischen Kriegsroman Golgatha », dans Beyen (Marnix), Draye (Greet) et Roland (Hubert) (dir.), Deutschlandbilder in Belgien, op. cit.).

30 « Pour ou contre la guerre », dans La Cité chrétienne, 20 octobre 1929, pp. 1053-1054.

31 Ibidem, p. 1055.

32 Voir le texte de cette annonce dans Le Rouge et le Noir, 3e année, n˚3, janvier 1930.

33 Deauville (Max), « Livres de guerre », dans Le Rouge et le Noir, 22 mai 1930. Un point de vue de franche compassion avec les soldats allemands avait déjà été ouvertement affiché en 1929 par Robert Merget dans le « Périodique littéraire de la jeunesse belge » fondé un an plus tôt, La Revue Nationale : voir Merget (Robert), « À propos de ‘À l’Ouest rien de nouveau’ », dans La Revue Nationale, 1re année, n˚10, pp. 145-148. Merget y oppose « la manière de penser, de réagir » de Remarque et, d’autre part, de Dorgelès, Barbusse et Lekeux. Dans un numéro ultérieur, il tempère toutefois son enthousiasme, tout en montrant qu’il n’a pas renoncé aux catégories « nationales » dans son analyse des peuples en guerre. Il postule en effet que le livre de Remarque recherchait avant tout le succès, en particulier auprès des peuples ex-ennemis. Au contraire du livre Krieg de Ludwig Renn – évoquant pour sa part « la mentalité de l’Allemand », s’entend celui qu’on vit à l’œuvre à Dinant, Louvain et Tamines – Remarque ne livrerait pas un « témoignage allemand » (voir « Point de vue », dans La Revue Nationale, 2e année, n˚23, 15 octobre – 15 novembre 1930, pp. 367-368). Je remercie Philippe Beck de m’avoir transmis ces informations.

34 Wilfried (André), « La littérature allemande d’après-guerre et la Paix », dans Esprit du temps, n˚3, avril 1933, p. 195.

35 Encore que Maurice Maeterlinck par exemple n’était pas encore disposé à renouer le contact avec son fidèle traducteur Friedrich von Oppeln-Bronikowski, à qui il communiquait en 1927 : « Je devrais vous dire à mon tour, qu’il m’est pénible de vous écrire quand je pense à ce qui s’est passé en Belgique. » (Cité d’après le mémoire de licence de Duplat (Françoise), Friedrich von Oppeln-Bronikowski (1873-1936). Schriftsteller, Übersetzer, Publizist und Vermittler des französischsprachigen Literatur Belgiens, Université catholique de Louvain, 2000, p. 79.) La réconciliation entre les deux hommes finit par avoir lieu en 1935.

36 Voir Aron (Paul), La Littérature prolétarienne en Belgique francophone depuis 1900, op. cit., p. 60-62.

37 Deauville (Max), « Les Théâtres à Bruxelles », dans La Renaissance d’Occident, vol. 24, février 1928, p. 9.

38 Ay. [Albert Ayguesparse] « Autour de Hinkemann », dans Mouvement, n˚1, avril 1928; reproduit dans Rue des Usines, n˚ 6-7-8-9, automne 1981.

39 De Man (Henri), Wir ! Ein sozialistisches Festspiel. Musik von Ottmar Gerster. Arbeiterjugend-Verlag, 1932. Voir Brélaz (Michel), « Nous », dans Bulletin de l’Association pour l’œuvre d’Henri de Man, Genève, n˚13, novembre 1985, pp. 107-120. Suite au succès de la manifestation en Allemagne, De Man fit traduire la pièce en français et tenta de la faire monter dans le Borinage. Le Parti Ouvrier Belge ne le soutint pas dans le financement onéreux de cette entreprise (voir Devillez (Virginie), « Du mouvement de jeunesse au théâtre d’action : le chœur parlé et le Parti Ouvrier Belge », dans Rue des Usines, n˚ 34/35, Entre poésie et propagande. Charles Plisnier et les chœurs parlés en Belgique, printemps 1997, pp. 69-73). Toutefois, la performance de Francort n’était pas passée inaperçue. La revue L’Esprit nouveau, qui marqua les débuts de la collaboration entre Henry Bauchau et Raymond De Becker, en fit un compte rendu enthousiaste dans son édition d’avril 1933, en même temps qu’elle publiait une page du texte.

40 Pierre Sauvage détaille les positions respectives par rapport à « l’énigme allemande » dans Sauvage (Pierre), La Cité Chrétienne (1926-1940). Une revue autour de Jacques Leclercq. Paris-Gembloux/ Bruxelles, Duculot/ Académie Royale de Belgique, 1987, pp. 166-175. Voir aussi les considérations de Cécile Vanderpelen-Diagre sur l’état d’esprit de cette jeune génération de catholiques engagés en quête d’une « troisième voie » (Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. Bruxelles, Complexe/ Ceges, 2004, pp. 80sq).

41 Ce détachement confine clairement à l’ordre de l’imaginaire chez Maeterlinck, comme le postule Christian Lutaud, pour qui l’Histoire alimente et conforte l’univers poétique dans l’œuvre de celui-ci : « Elle continue à écrire l’œuvre de l’écrivain. Lequel n’interprète l’Histoire que pour y déchiffrer sa propre écriture, le visage de son œuvre. » (Lutaud (Christian), « Du Trésor des Humbles aux Débris de la guerre. Une interprétation “maeterlinckienne” de l’Histoire », dans Chikhi (Beïda) et Quaghebeur (Marc) (dir.), Les Écrivains francophones interprètes de l’Histoire. Entre filiation et dissidence. Bruxelles [e.a.], PIE - Peter Lang, 2006, pp. 160-161)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « La réception de la littérature de guerre en Belgique », Textyles, 32-33 | 2007, 72-88.

Référence électronique

Hubert Roland, « La réception de la littérature de guerre en Belgique », Textyles [En ligne], 32-33 | 2007, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/299 ; DOI : 10.4000/textyles.299

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

FNRS, UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org