Navigation – Plan du site
L’écriture au prisme de la photographie
L’envers des apparences

Poésie et photographie dans l’œuvre de Claire Lejeune

Martine Renouprez
p. 115-128

Texte intégral

1Le 9 janvier 1960 à 11 heures du matin, Claire Lejeune vit une « expérience intérieure » fulgurante qui la brise et qu’elle ne cessera d’interroger. Elle parvient à la comprendre et à se restructurer en interprétant cet événement qui l’avait démantelée par le recours à l’analogie, à l’écriture et à la photographie.

Poésie

  • 1 Lejeune (Claire), La Geste [1966], Bruxelles, Labor, 1994.
  • 2 L’aspect classique de sa poésie renvoie à la définition émise par Platon, souvent cité par Claire L (...)
  • 3 « Dire. Proférer. Profaner. Obéir à l’ordre de dire, contre tout et contre tous et cependant pour t (...)
  • 4 Ibidem, p. 102.

2Le contexte imaginaire de la poésie de Claire Lejeune, tel qu’il s’explique dans La Geste en 19661, est à entendre dans le sens classique du poète visionnaire, inspiré car foudroyé2. Claire Lejeune a assez insisté elle-même sur sa condition préalable d’ignorante et d’analphabète pour que l’on puisse établir cette filiation de sa poésie comme Gedicht ou « dictée »3. La Geste est un étrange récit, à la fois poétique et autobiographique. Il livre des « scories » de l’événement fondateur, des aphorismes qui symbolisent les premiers balbutiements de l’écrivaine après son épreuve par le feu. Synthétiques et contradictoires, ils se veulent au plus proche de la lumière, du cœur de l’expérience : « J’ignore de la plus pure science. »4

  • 5 Lejeune (Claire), L’Atelier, Bruxelles, Le Cormier, 1979.

3Premier aphorisme qui porte sur cette ignorance et pourtant aussi sur un savoir originel qu’elle travaillera à déployer sans relâche. Elle symbolisera plus tard dans L’Atelier5 cette ignorance par la lettre X, signature de l’analphabète et de l’inconnu. Un anonymat qui lui tiendra toujours à cœur et qui va de pair avec le désir d’universaliser son expérience, d’où la nécessité de la disparition de l’énonciateur du texte, d’où aussi le caractère abstrait et tendant volontairement à l’abstraction de l’écriture à partir de ses essais : un véritable coup de force pour une œuvre qui se nourrit de l’expérience. Il s’agira de « se » dire, mais tout en imprimant un caractère impersonnel à l’écriture. Ce qui est le propre du genre essayistique.

  • 6 Voir Lejeune (Claire), L’Atelier, op. cit., p. 48-52 ; La Quadrature, chapitre de L’Issue, Bruxelle (...)

4C’est la première fois, dans La Geste, après la publication de La Gangue et le Feu en 1963, que Claire Lejeune relate son expérience poétique ; ce récit, par la suite, sera évoqué dans pratiquement tous ses essais6. Il se résume à ceci :

  • 7 Lejeune (Claire), La Geste, op. cit., p. 90.

Ce dimanche-là, j’étais distraitement occupée à remuer le pot-au-feu lorsque brusquement je fus immobilisée… D’un coup je me trouvai retournée, transportée au dedans de moi, fascinée par un miroir où venait d’apparaître ton visage, merveilleusement présent et précis, me donnant à m’éprouver moi-même comme présence blanche, comme absence de toi. Nous étions sur le miroir intimement épousés comme le sont les noirs et les blancs dans un négatif photographique. Nous étions tout. Rien n’existait plus que nous. En noir et blanc. La couleur avait déserté notre réalité.7

  • 8 Claire Lejeune se plaira à souligner sa condition d’origine, celle d’une femme qui n’était en rien (...)

5Le décor du récit est celui, banal, d’un femme au foyer qui accomplit les gestes machinaux du quotidien8, ce qui souligne le caractère inouï de l’événement mais indique aussi qu’il est à la portée de tout un chacun, à l’instar des poètes antiques, simples bergers soudainement investis d’une parole qui les transcende. Immédiatement, ce sont les recours au miroir et à la photographie qui lui permettent de visualiser l’état de fusion avec l’homme aimé, en termes de contraste et d’inversion. Si les oppositions présence / absence et blanc / noir soulignent la complémentarité des contraires, les métaphores de l’inversion (miroir, négatif) brouillent les identités et viennent souligner le renversement de perspective éprouvé par la narratrice (« je me trouvai retournée, transportée au dedans de moi »). L’image évoquée ici est déjà une abstraction du réel : les couleurs l’ont fuie et elle se réduit à une structure antagonique.

  • 9 « Mais le poète meurt de n’être pas reçu... » (Lejeune (Claire), La Geste, op. cit.)

6Au ravissement, succède cependant la déception9. La conscience de l’impossibilité de réaliser concrètement cette union parfaite et totale, la fusion rêvée avec l’amant, provoque un détachement, très platonicien, du monde sensible vers le monde des idées à partir du questionnement du sens de l’image :

  • 10 Ibidem.

Mon cœur se vida, pompé par mon esprit. Il ne fut bientôt plus qu’un tabernacle vide. L’amour me montait à la tête. Interdit en geste et en parole, il allait se faire idée, se faire Dieu. […] De quoi une image aussi belle pouvait-elle être le signe, sinon de la beauté ?10

7Cette question entraîne une dynamique intérieure qui ne sera plus que tension vers l’intelligibilité dans un mouvement en spirale (une ascension qu’elle symbolisera plus tard dans un mandala par la « base » et le « sommet » d’un triangle) vidant l’univers de sa matérialité pour éclairer l’esprit et le tourner vers l’amour absolu :

  • 11 Ibidem, p. 92.

Mon corps s’éteignait dans la mesure même où s’allumait mon esprit. Mon cœur se vidait. Mon sang s’allégeait. C’était de l’or en fusion qui coulait dans mes veines. Je n’aimais plus rien ni personne, j’adorais l’amour.11

  • 12 Ibidem, p. 98.

8Le monde physique, le corps, le rapport à l’autre s’immolent par le feu au profit d’une élévation spirituelle atteignant cet amour, détaché et indépendant du monde matériel. Le brasier intérieur n’est cependant pas sans conséquence sur l’équilibre mental de Claire Lejeune. Voyant son environnement immédiat s’annuler dans une « explosion de lumière », elle connaît la tentation du suicide. La prise de conscience du paradoxe inhérent à l’expérience vécue, « se donner la mort pour se prouver qu’on existe »12, sera ici salutaire.

  • 13 « Je savais seulement que je me perdais, au nom de je ne savais quel salut… / Non sans semer des ca (...)

9L’attention consciente maintenue lors de cette expérience mentale ne se départit cependant pas de la compréhension analogique que lui offre le processus photographique13. Car si elle accepte dans cette aventure le risque de la folie, c’est sans abandonner une certaine présence à soi. La photographie lui sert de fil d’Ariane et nous éclaire sur le sens de l’événement :

  • 14 Ibidem, p. 92.

Cette analogie que j’avais conçue entre l’image intérieure et le négatif photographique, j’allais l’entraîner avec moi, la développer, m’y accrocher. Elle allait devenir en moi l’unique lien existant entre la réalité extérieure et ma réalité intérieure, le témoin même du chemin parcouru. À mesure que mon attention se concentrait, l’image se surexposait. Le faisceau de ma pensée se rétrécissait, se condensait. Les deux pôles entre lesquels elle s’exerçait au départ, je et l’autre, le noir et le blanc, s’annulaient l’un par l’autre. Mon imagination était comme une pellicule photographique qui se serait exposée au soleil, à travers une loupe, jusqu’à prendre feu. Ma pensée se dévorait soi-même, lumière s’éclairant soi-même à vouloir retrouver sa source, jusqu’à la négation de sa propre existence.14

10Nous sommes tentés, pour faire sens, de rapprocher cette description du processus de méditation orientale qui propose au sujet de devenir l’observateur du comportement de sa propre pensée (« À mesure que mon attention se concentrait, l’image se surexposait ») jusqu’à la progressive abolition de celle-ci (« Le faisceau de ma pensée se rétrécissait, se condensait »).

  • 15 Voici la définition qu’en donne Roland Barthes : « le satori (l’événement zen) est un séisme plus o (...)
  • 16 « Ainsi me voici revenue à l’analogie-mère de ma pensée, la première venue à mon esprit, il y a vin (...)

11Une disparition de la pensée qui provoque l’annulation de toute opposition de soi au monde (« Les deux pôles entre lesquels elle s’exerçait au départ, je et l’autre, le noir et le blanc, s’annulaient l’un par l’autre ») jusqu’au satori15 (sa source) : « l’expérience immédiate du réel »16. La comparaison avec la photographie ne s’arrête pas à l’écriture : Claire Lejeune mettra techniquement en pratique dans sa chambre noire le processus décrit ci-dessus.

  • 17 Voir surtout : Lejeune (Claire), L’œil de la lettre, op. cit., p. 36-44 ; Âge poétique, âge politiq (...)
  • 18 Lejeune (Claire), Âge poétique, âge politique, op. cit., p. 17.
  • 19 Lejeune (Claire), L’Issue, Bruxelles, Le Cormier, 1980, p. 233.
  • 20 Lejeune (Claire), L’œil de la lettre, op. cit., p. 31.
  • 21 Lejeune (Claire), Le Livre de la sœur, op. cit., p. 83. Voir encore dans ce même ouvrage les pages  (...)
  • 22 Voir Lejeune (Claire), Mémoire de rien, Bruxelles, Le Cormier, 1972, p. 37-55 ; L’Issue, op. cit., (...)
  • 23 Lejeune (Claire), L’œil de la lettre, op. cit., p. 57.

12Avant d’y venir, soulignons que de nombreuses occurrences relatives à la photographie parcourent ce qu’elle nomme ses « essais poétiques ». Le lien qui unit poésie et photographie ne cesse d’y être rappelé17. Lors d’évocations autobiographiques d’abord : Claire Lejeune se souvient du choix « immédiat – quasi violent – » qu’elle avait fait d’un appareil photographique comme cadeau pour sa communion solennelle et de son refus d’une bibliothèque, préférence qui marqua ainsi dès son enfance une « passion de voir qui éclipserait à jamais celle de savoir »18. Ensuite, le vocabulaire technique de la photographie insémine le texte de métaphores filées en termes de « fixation », de « révélation », d’« exposition », de « point de vue », de « distance focale ». Prenons pour exemple ces quelques extraits : « le sentiment est fixateur, non révélateur »19 ; « la rétine s’impressionne quand elle s’expose, se surexpose ou se sous-expose »20 ou encore : « se réapproprier la mémoire de la distance focale entre paraître et être »21. Enfin des photographies sont insérées dans certains livres22, rappelant que sa pensée s’est élaborée entre poésie et photographie, entre des « graphies alphabétiques et analphabétiques »23.

Photographie

  • 24 « Je pressens combien cet appartement va m’être atelier. C’est dans cet esprit-là que je l’aménage  (...)
  • 25 « Ce que la Photographie reproduit à l’infini n’a eu lieu qu’une fois : elle répète mécaniquement c (...)
  • 26 « Imaginairement, la Photographie […] représente ce moment très subtil où, à vrai dire, je ne suis (...)
  • 27 Lejeune (Claire), L’œil de la lettre, op. cit., p. 36.

13Marquée par cette relation évocatrice, Claire Lejeune s’aménage une chambre noire en 1968 pour reproduire à loisir l’alchimie de l’image qui lui semble si proche de l’alchimie du verbe24. Car l’écriture comme la photographie est capable de ce prodige : pouvoir reproduire à l’infini l’événement unique et de lui conférer un sens25. Elles permettent toutes deux d’objectiver ce qui, un jour, a dépassé l’énonciatrice en reproduisant par artifice le devenir-objet dont elle fut victime ; par cette manipulation expérimentale du langage et de la photographie, elle advient elle-même à sa propre subjectivité. Roland Barthes explique que le photographe est conscient du processus morbide lié au figement de l’image dans la photographie26 ; c’est pourquoi sans doute jamais Claire Lejeune ne photographie de visages humains, mais « surtout des arbres, des plantes, des fleurs, des rivières, des stalactites et des stalagmites »27.

14Grâce à cette reproduction possible de l’expérience poétique, matière et esprit se comprennent l’une par l’autre :

  • 28 Ibidem, p. 37.

De ma pratique conjointe de la chambre noire poétique et de la chambre noire photographique s’inspira l’alchimie nourricière qui me tint lieu de médium à foyer double entre l’esprit et la matière.28

  • 29 Ibidem, p. 37-39.

15L’expérience physique pourra exprimer les « propriétés métaphysiques » de sa pensée, la « photosynthèse » devenant une « source de psychogenèse », la « découverte expérimentale du métamorphisme de l’image » nous éclairant sur « les sources et les structures élémentaires de l’imagination ». Ainsi la photographie participe-t-elle de la magie et de la voyance en tant que « laboratoire / oratoire »29.

  • 30 Lejeune (Claire), Âge poétique, âge politique, op. cit., p. 100.
  • 31 « Le laboratoire – l’indispensable chambre noire – où la pensée auto-générative révèle ses propres (...)
  • 32 Lejeune (Claire), L’Issue, op. cit., p. 167.

16La chambre dont ont besoin les femmes pour écrire, comme le pensait Virginia Woolf, acquiert chez Claire Lejeune une nouvelle dimension : cet espace de liberté se concrétise dans la « construction d’une chambre claire, d’une chambre noire, d’une chambre à soi dans la Maison du Père »30. Lieux d’éveil et de connaissance de soi31, mais aussi indispensables retraites. Si elle œuvre à sa libération, la chambre, dans La Geste, est aussi un espace fermé (« secrète tour », « prison »), huis clos nécessaire à la réflexion où s’élabore « l’opération d’abstraction »32 destinée à faire comprendre une expérience à la fois unique, intime, personnelle et universelle.

  • 33 C’est ainsi qu’elle nomme ses productions photographiques.

17La démarche photographique présente trois dimensions : la création, d’une part, d’autographismes, d’autre part, de photographismes33 ; elle est de plus le point de départ d’une réflexion sur la géométrie.

Autographismes

  • 34 « N’ayant plus d’existence, consentir à être comme, à être par analogie, à exister par procuration. (...)

18On ne peut comprendre le sens des autographismes de Claire Lejeune sans se rapporter à l’écriture, à sa forme et à ce qu’elle a pu dire de l’expérience poétique. Anéantie par le feu, Claire Lejeune s’en remet à l’écriture et à la photographie comme moyens analogiques34 qui lui permettront de se recréer et de se dire. Mais au sein de la destruction, tout est à réinventer ; l’écriture devient l’espace d’une nouvelle configuration du monde tandis que la photographie ne cesse de représenter l’expérience poétique. N’ayant pas nommé Dieu son accès à l’absolu, elle s’approprie un pouvoir de création qui rend inutile cette figure, lui donne des raisons de vivre et lui permet de naître à elle-même.

19Les autographismes sont créés à partir de spirales dessinées au crayon sur une feuille de papier blanc.

Spirale dessinée au feutre

Spirale dessinée au feutre

20Ces dessins en spirales, ces circonvolutions sont ensuite photographiés. Les interstices entre les méandres sont peints en couleurs, à la gouache ou au vernis et exposés comme tableaux, sous verre.

  • 35 « Spirale déroulée du fond de mon sommeil » (ibidem, p. 86).

21Ils ont aussi été photocopiés par Claire Lejeune et envoyés comme papier à lettre ou en cadeau avec un courrier. La spirale dessinée rapidement et directement à la main symbolise le vertige éprouvé dans l’ascension vers la lumière et l’abolition de toute dualité absorbée en un point central où coexistent les éléments contraires. « Spirale » est le premier mot du récit de la geste35, il revient dans le texte associé à l’élévation :

  • 36 Ibidem, p. 98.

Enfin, mon corps se sép ara de mon esprit : celui-ci s’élevait en spirale, quittant mon corps qui tombait dans un mouvement identique36.

22Un deuxième type d’autographisme consiste en la photographie du cliché négatif du dessin. Les interstices entre les sinuosités sont également peints. Dans ce cas, il évoque la sensation d’explosion qui suivit la montée en spirale.

23Spirale, élévation et explosion sont aussi reproduites dans la forme de l’écriture. La Geste mime dans sa composition ces deux composantes de la dynamique de l’expérience intérieure. Tout d’abord dans la découpe du temps du récit (De neuf heures à midi, midi, après-midi) qui marque les étapes d’une ascension et d’un renversement ; ensuite par un déroulement en spirale qui reprend inlassablement dans chacune des parties la totalité de l’expérience poétique à travers des fragments aux variantes modulées. L’aspect formel du discours répond ainsi au vertige éprouvé dans l’instant poétique ; quant à son contenu, il symbolise la destruction du monde sensible par l’abolition du sujet et de l’objet, et l’accès au sens par l’emploi du verbe à l’infinitif, dans des aphorismes tels que :

  • 37 Suivi de « Je ne sais pas pourquoi s’écrit en ce moment ma vie à l’infinitif… Si je me comprenais, (...)

Être, c’est écrire.37

24Infinitif : perfection, indivision, abolition des distances, inclusion de la différence, potentialité. Pour exister et faire œuvre, il faut cependant renoncer à ce pur infinitif, consentir à l’imperfection, s’exprimer à l’imparfait dans une langue inédite, encore à créer, au travers d’une nécessaire et vitale fragmentation qui symbolise le renoncement à dire la totalité du sens. Une pensée holistique doit nécessairement se déployer, céder à l’éclatement du sens, à la partition du vouloir-dire. Ainsi le discours fragmental qui caractérise les essais de Claire Lejeune trouve-t-il sa justification dans cet « arché-texte » qu’est La Geste.

Photographismes38

  • 38 On retrouvera l’essentiel de ce qui est développé dans cette section dans Renouprez (Martine), Clai (...)

25Reprenons l’extrait de La Geste déjà cité :

  • 39 Lejeune (Claire), La Geste, op. cit., p. 92. « Tout se passa comme si une pellicule photographique (...)

Le faisceau de ma pensée se rétrécissait, se condensait. Les deux pôles entre lesquels elle s’exerçait au départ, je et l’autre, le noir et le blanc, s’annulaient l’un par l’autre. Mon imagination était comme une pellicule photographique qui se serait exposée au soleil, à travers une loupe, jusqu’à prendre feu.39

  • 40 Ce que rappelle Roland Barthes : « Techniquement, la Photographie est au carrefour de deux procédés (...)

26Deux procédés distincts, l’un physique, l’autre chimique entrent en jeu dans la photographie40. Comme dans le phénomène physique de la concentration de l’image en un point dans l’appareil photo, la pensée de la narratrice se « rétrécit », se « condense ». C’est lors de l’action chimique de la lumière sur la matière – la pellicule – que celle-ci prend feu sous le coup du paroxysme, provoquant une annulation – momentanée – d’elle-même au centre du point focal et un renversement de perspective. La photographie lui donne encore les clés de l’entendement du nouveau point de vue de cette pensée qui l’habite :

  • 41 Ibidem.

À l’instant périlleux où je me suis rendu compte que mon sens propre devenait exactement opposé au « sens commun », j’ai pensé que si le négatif photographique donne une image inversée du monde, le positif la redresse. De même, existe-t-il dans l’imagination une inversion nécessaire entre la perception et l’impression, puis une inversion de cette inversion – une reconversion – entre l’impression et l’expression…41

  • 42 De Zitter (André) et Prioleaud (Jacques), Agrandir, Paris, Publications Photo-cinéma Paul Montel, 1 (...)
  • 43 Ibidem, p. 89. Les détails techniques de la solarisation et du contretypage ou technique du tirage (...)

27L’évolution mentale lors de l’expérience poétique est similaire au processus de révélation photographique. Mais la pensée, en outre, fut touchée par la lumière au moment de la « révélation », ce qui détruisit l’image. Cette destruction de l’image par le feu, Claire Lejeune s’efforce de la pratiquer dans l’écriture pour atteindre une abstraction qui devait rendre sa pensée universelle ou la plus commune possible, et dégager un sens au-delà du contexte, des événements et des formes visibles. Penchée sur ses cuvettes, elle reproduira dans les photos son illumination grâce au processus de solarisation qui consiste à « exposer un négatif, développé, mais non fixé, à une source lumineuse »42. Elle doublera cet effet de la technique du contretype « qui consiste à supprimer totalement la gamme des demi-teintes sur l’image pour ne conserver que la silhouette générale du sujet »43.

  • 44 Lejeune (Claire), L’Issue, op. cit., p. 153-170.

28Sans anéantir totalement l’image, le procédé de solarisation renvoie la représentation à une autre réalité imperceptible à l’œil nu. La lumière empêche les contrastes de s’accentuer, seules subsistent les limites de l’image ; elle n’est ainsi développée que dans sa structure et renvoyée à son abstraction. Par la photographie du négatif et la production d’un cliché négatif inversé, le contretype mime à son tour l’aventure mentale. Le processus répété rend possible l’avancée vers la forme la plus élémentaire qui soit. Les photographismes mettent ainsi en scène leur propre négation : ils résultent à la fois du cliché du négatif et d’une révélation positive de la photo solarisée. Ainsi, dans les photographismes de « Mémoire d’arbre et de chardon »44, les deux premières planches montrent les métamorphoses successives de l’image d’un chardon à chacune des étapes de sa désagrégation…

…pour aboutir à des formes cellulaires et, au dernier cliché, à une cellule, forme élémentaire presque régulière, cerclée d’un bord, ovule dont on ne sait s’il est plein ou vide…

…et qui semble rejoindre la forme géométrique de l’anneau de Mœbius ; en recopiant négatifs et positifs, on aboutit à une surface unique à la fois positive et négative, pile et face, toutes deux formant une unité paradoxale.

29Aux yeux de Claire Lejeune, la solarisation ou la lumière mentale sont iconoclastes : elles libèrent de l’image – des représentations – pour atteindre l’unité de toute chose. Le tracé de l’œuvre poétique ou photographique consistera à rendre compte du parcours pour y arriver en témoignant de l’expérience et en présentant le processus de création.

Photographie et géométrie

30À la dispersion des fragments produits à partir de l’expérience poétique, correspond leur cohérence interne. L’extrême attention de la conscience et le maintien de l’éveil consistent en une maîtrise de la dispersion et en une mise en ordre de l’activité mentale par une « organisation opérale ». Cette structuration ne s’effectue pas spontanément, mais résulte d’un effort. Le pivot de cet effort consiste en la création d’une forme géométrique que Claire Lejeune a dessinée et assimilée au mouvement même de sa pensée. Elle représente à la fois l’expérience poétique (l’élévation de la base au sommet, l’annulation dans le point, le passage au-delà du point et la descente inversée jusqu’à une nouvelle base) et la structure du mouvement analogique : A est à B ce que C est à D. C’est ce balancement dynamique qui se trouve au cœur de nombreux fragments. Le centre de la forme géométrique est le point qui n’est autre que la photographie du soleil. L’éclair de la pensée, quant à lui, surgit du rapprochement des éléments contraires par le biais de l’analogie.

Conclusion

31Si la première expression littéraire de Claire Lejeune, issue de l’expérience intérieure, fut la poésie, avec la publication de La Gangue et le Feu, le récit autobiographique de La Geste sera le creuset d’une longue série d’essais visant à assimiler l’extraordinaire présence à soi éprouvée le matin du 9 janvier 1960. Mais il ne lui suffira pas de rappeler l’événement ni de l’interpréter ; il ne lui suffira pas de parvenir à se comprendre dans l’incessante métamorphose de soi provoquée par les circonstances de la vie et par la création littéraire et artistique ; le filtre analogique construit pour se penser, à travers l’écriture et la photographie, s’appliquera aussi à comprendre le monde, à suggérer des solutions dans les situations d’urgence qui touchaient ses contemporains, à ménager des issues dans les impasses.

Haut de page

Notes

1 Lejeune (Claire), La Geste [1966], Bruxelles, Labor, 1994.

2 L’aspect classique de sa poésie renvoie à la définition émise par Platon, souvent cité par Claire Lejeune et qu’elle se plaira à contredire, car c’est essentiellement contre (et donc en lien avec) Platon que se développera sa pensée : « … les poètes ne sont autre chose que les interprètes des dieux, étant possédés chacun par celui dont il subit l’influence. C’est pour le démontrer que la Divinité a fait exprès de chanter le plus beau poème lyrique par la bouche du poète le plus médiocre » (Platon, Ion, Paris, Belles Lettres, 1989, 534e-535a, p. 37) ; cette croyance en une profération poétique de la parole divine disparaîtra avec l’avènement du christianisme pour resurgir au xvie siècle sous l’impulsion du néoplatonisme : « la parole divine devient la compétence d’un clergé, les prophètes se sont tus, le poète n’est plus la voix de Dieu. Aussi lorsque le xvie siècle reprend la théorie antique, ce n’est pas sans ambiguïté : les Néoplatoniciens, sous la caution de Platon, développent des thèses de la Cabale et des philosophies hermétiques ; ils appliquent l’idée d’inspiration divine à une littérature profane » (Abastado (Claude), Mythes et rituels de l’écriture, Bruxelles, Complexe, 1979, p. 50).

3 « Dire. Proférer. Profaner. Obéir à l’ordre de dire, contre tout et contre tous et cependant pour tous » (Lejeune (Claire), La Geste, op. cit., p. 85).

4 Ibidem, p. 102.

5 Lejeune (Claire), L’Atelier, Bruxelles, Le Cormier, 1979.

6 Voir Lejeune (Claire), L’Atelier, op. cit., p. 48-52 ; La Quadrature, chapitre de L’Issue, Bruxelles, Le Cormier, 1980, p. 29-115 ; L’œil de la lettre, Bruxelles, Le Cormier, 1984, p. 107-111 ; Âge poétique, âge politique, Montréal, L’Hexagone, 1987, p. 17-18 ; Le Livre de la sœur, Montréal – Bruxelles, L’Hexagone – Labor, 1993, p. 10, 21, 54-55, 61, 97 ; Le Livre de la mère, Avin, Luce Wilquin, 1998, p. 18-21, 26-30, 78, 249-250.

7 Lejeune (Claire), La Geste, op. cit., p. 90.

8 Claire Lejeune se plaira à souligner sa condition d’origine, celle d’une femme qui n’était en rien préparée à un destin littéraire : « Vingt-huit années d’écriture quotidienne pour intégrer la violence de cet orage initiatique dans le tissu de ma vie : celle d’une femme vouée dès son enfance à la vie domestique et à la maternité, et douée des vertus qu’il faut pour accomplir ces tâches. Je ne me suis jamais évadée de cette existence-là, mais je m’en suis souvent absentée pour me rejoindre moi-même où je me devais. Depuis l’orage qui marqua mon solstice d’été, je ne fus plus jamais fidèle qu’à la poésie, mue par un infini respect de l’étrangeté que j’incarne », Lejeune (Claire), Le Livre de la sœur, op. cit., p. 56.

9 « Mais le poète meurt de n’être pas reçu... » (Lejeune (Claire), La Geste, op. cit.)

10 Ibidem.

11 Ibidem, p. 92.

12 Ibidem, p. 98.

13 « Je savais seulement que je me perdais, au nom de je ne savais quel salut… / Non sans semer des cailloux blancs, sans dévider mon fil… » (ibidem, p. 91-92)

14 Ibidem, p. 92.

15 Voici la définition qu’en donne Roland Barthes : « le satori (l’événement zen) est un séisme plus ou moins fort (nullement solennel) qui fait vaciller la connaissance, le sujet : il opère un vide de parole » (Barthes (Roland), L’Empire des signes [1970], Paris, Seuil, coll. Points, 2007, p. 14).

16 « Ainsi me voici revenue à l’analogie-mère de ma pensée, la première venue à mon esprit, il y a vingt-quatre ans, pour signifier ce qui venait de me foudroyer : l’expérience immédiate du réel » (Lejeune (Claire), L’œil de la lettre, op. cit., p. 44).

17 Voir surtout : Lejeune (Claire), L’œil de la lettre, op. cit., p. 36-44 ; Âge poétique, âge politique, op. cit., p. 17-19 et p. 28 ; Le Livre de la sœur, op. cit., p. 54, 61, 91 ; Le Livre de la mère, op. cit., p. 99.

18 Lejeune (Claire), Âge poétique, âge politique, op. cit., p. 17.

19 Lejeune (Claire), L’Issue, Bruxelles, Le Cormier, 1980, p. 233.

20 Lejeune (Claire), L’œil de la lettre, op. cit., p. 31.

21 Lejeune (Claire), Le Livre de la sœur, op. cit., p. 83. Voir encore dans ce même ouvrage les pages 65, 80, 85, 88.

22 Voir Lejeune (Claire), Mémoire de rien, Bruxelles, Le Cormier, 1972, p. 37-55 ; L’Issue, op. cit., p. 9 ; le chapitre du livre intitulé « L’Analphabet », op. cit., p. 141-160 ; L’œil de la lettre, op. cit., p. 9 ; ainsi que le chapitre du livre intitulé « De mémoire d’arbre et de chardon », L’œil de la lettre, op. cit., p. 153-171. De nombreuses couvertures de la revue créée par Claire Lejeune et le Dr Moïse Engelson, les Cahiers internationaux de symbolisme, sont illustrées avec des photos de Claire Lejeune.

23 Lejeune (Claire), L’œil de la lettre, op. cit., p. 57.

24 « Je pressens combien cet appartement va m’être atelier. C’est dans cet esprit-là que je l’aménage […]. De multiples points de travail – écriture, photographie, peinture, cuisine, bricolage. […] Une buanderie à côté de la salle-de-bain s’est convertie en chambre noire » (Lejeune (Claire), L’Issue, op. cit., p. 238) ; voir aussi Lejeune (Claire), L’œil de la lettre, op. cit., p. 39 et 44 ; « Travailler avec les outils modernes dont nous disposons à nous réapproprier le secret de la création. Je me demande souvent ce qu’il serait advenu de mon expérience poétique avant l’invention de la photographie. » (Lejeune (Claire), Le Livre de la sœur, op. cit., p. 65)

25 « Ce que la Photographie reproduit à l’infini n’a eu lieu qu’une fois : elle répète mécaniquement ce qui ne pourra jamais plus se répéter existentiellement. » (Barthes (Roland), La Chambre claire. Note sur la photographie, Paris, Gallimard – Seuil, coll. Cahiers du cinéma, 1980, p. 15)

26 « Imaginairement, la Photographie […] représente ce moment très subtil où, à vrai dire, je ne suis ni un sujet ni un objet, mais plutôt un sujet qui se sent devenir objet : je vis alors une micro-expérience de la mort (de la parenthèse) : je deviens vraiment un spectre. Le Photographe le sait bien, et lui-même a peur […] de cette mort dans laquelle son geste va m’embaumer. » (Barthes (Roland), La Chambre claire, op. cit., p. 30)

27 Lejeune (Claire), L’œil de la lettre, op. cit., p. 36.

28 Ibidem, p. 37.

29 Ibidem, p. 37-39.

30 Lejeune (Claire), Âge poétique, âge politique, op. cit., p. 100.

31 « Le laboratoire – l’indispensable chambre noire – où la pensée auto-générative révèle ses propres images, son propre cinéma. » (Lejeune (Claire), Le Livre de la mère, op. cit., p. 245)

32 Lejeune (Claire), L’Issue, op. cit., p. 167.

33 C’est ainsi qu’elle nomme ses productions photographiques.

34 « N’ayant plus d’existence, consentir à être comme, à être par analogie, à exister par procuration. » (Lejeune (Claire), La Geste, op. cit., p. 100)

35 « Spirale déroulée du fond de mon sommeil » (ibidem, p. 86).

36 Ibidem, p. 98.

37 Suivi de « Je ne sais pas pourquoi s’écrit en ce moment ma vie à l’infinitif… Si je me comprenais, je cesserais d’être vraie. » (Lejeune (Claire), La Geste, op. cit., p. 129)

38 On retrouvera l’essentiel de ce qui est développé dans cette section dans Renouprez (Martine), Claire Lejeune, La poésie est en avant, Avin, Luce Wilquin, 2005, p. 46-54.

39 Lejeune (Claire), La Geste, op. cit., p. 92. « Tout se passa comme si une pellicule photographique exposée au soleil à travers une loupe s’était embrasée. » (Le Livre de la sœur, op. cit., p. 61)

40 Ce que rappelle Roland Barthes : « Techniquement, la Photographie est au carrefour de deux procédés tout à fait distincts ; l’un est d’ordre chimique : c’est l’action de la lumière sur certaines substances ; l’autre est d’ordre physique : c’est la formation de l’image à travers un dispositif optique. » (Barthes (Roland), La Chambre claire, op. cit., p. 23)

41 Ibidem.

42 De Zitter (André) et Prioleaud (Jacques), Agrandir, Paris, Publications Photo-cinéma Paul Montel, 1973, p. 90.

43 Ibidem, p. 89. Les détails techniques de la solarisation et du contretypage ou technique du tirage dur sont expliqués dans cet ouvrage.

44 Lejeune (Claire), L’Issue, op. cit., p. 153-170.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Spirale dessinée au feutre
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Autographisme
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2363/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Autographisme
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2363/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photographismes
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2363/img-4.png
Fichier image/png, 4,0M
Titre Photographismes
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2363/img-5.png
Fichier image/png, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Renouprez, « Poésie et photographie dans l’œuvre de Claire Lejeune », Textyles, 43 | 2013, 115-128.

Référence électronique

Martine Renouprez, « Poésie et photographie dans l’œuvre de Claire Lejeune », Textyles [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2363 ; DOI : 10.4000/textyles.2363

Haut de page

Auteur

Martine Renouprez

Universidad de Cádiz

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org