Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Henri Moke à Barbara

Geens (Vincent), Bula Matari. Un rêve d’Henri Storck

Crisnée, Éd. Yellow Now / Fonds Henri Storck / Côté cinéma, 2000, 125 p., ill., fac-similé (= Cahier Henri Storck, n°1)
Pierre Halen
p. 149-150
Référence(s) :

Geens (Vincent), Bula Matari. Un rêve d’Henri Storck. Crisnée, Éd. Yellow Now / Fonds Henri Storck / Côté cinéma, 2000, 125 p., ill., fac-similé (= Cahier Henri Storck, n°1)

Texte intégral

1Ce petit livre, le premier d’une collection de Cahiers à laquelle on souhaite le meilleur avenir, est consacré à un film... qui n’existe pas. Bula Matari est en effet resté en projet, après de longues années pendant lesquelles Henri Storck et sa société de production ont essayé de le voir aboutir. Ce projet d’une « grande épopée traitant de la volonté quasi universelle d’appropriation du monde » (p. 12) pose lui-même question : Storck est un cinéaste réputé progressiste, et l’on retient généralement de son œuvre, essentiellement documentaire, le film Misère au Borinage (1933), qui suffit souvent à le classer politiquement. Comment expliquer, dès lors, qu’il ait consacré tant d’années à nourrir la perspective d’un film dont l’intention était de fournir à la propagande coloniale belge une éclatante illustration ? La même question vaut pour « son ami surréaliste Camille Goemans », l’auteur du scénario, et d’une manière générale pour une partie de l’œuvre de Storck, notamment sous l’Occupation (cf. p. 97 sq.). Le sentiment qu’il y a là un paradoxe découle en réalité d’un présupposé contemporain, selon lequel le colonialisme, ses œuvres et ses pompes seraient décidément l’expression des sensibilités de droite, réactionnaires et impérialistes. Vincent Geens signale le problème, le déploie quelque peu mais s’en tient autant que possible à l’exploitation historienne des nombreuses archives laissées par Storck ; il signale toutefois la « souplesse idéologique » de celui-ci, et suggère qu’il reste marqué par un milieu d’origine peu révolutionnaire (p. 110). Les éléments du dossier, clairement exposés par l’auteur qui puise à loisir notamment dans la correspondance et dans les entretiens accordés par le cinéaste, apportent une partie de la réponse : Boula Matari est à la fois une affaire de gros sous et une ambitieuse étape que Storck aurait voulu franchir dans sa carrière de réalisateur. Les aspects budgétaires sont, on le sait, cruciaux dans toute entreprise cinématographique : le projet d’un grand film de propagande, à la gloire de la colonisation belge au Congo, avait de quoi rencontrer les attentes du Ministère des Colonies dans l’entre-deux-guerres, surtout après la grande exposition coloniale de Paris (1931) et l’Exposition universelle de Bruxelles (1935) : l’heure est à l’exaltation des « empires ». C’est pourquoi aussi le scénario épouse si bien le discours dominant, que peu alors remettent en question. Mais, de ce côté, et bien que les sollicitations de Storck et de son associé Le Vaux aient conduit le Ministère à constituer un « Fonds colonial de propagande économique et sociale » destiné à ce genre de financement, le projet n’aboutit finalement pas et ce sont des cinéastes concurrents, l’italo-américain Attilio Gatti et le belge André Cauvin, qui auront les faveurs des subventions. Restent néanmoins les espérances américaines, qui sont à la fois financières et artistiques : il s’agit de trouver aux États-Unis des partenaires à même de financer le projet tout en assurant à Storck un rôle de réalisateur-adjoint qui lui eût permis d’augmenter et de diversifier son expérience en direction d’un cinéma plus ambitieux. « C’est de ce trou de Belgique qu’il faudra partir et se faire un nom avec l’espoir qu’il franchisse un jour les frontières », écrit Storck dans une lettre à sa mère en 1935 (cité p. 15) : n’y a-t-il pas chez lui un peu de Léopold II ? Mais de l’autre côté de l’Atlantique, on tergiverse et finalement rien ne se fait, car ce projet tombe mal, au début de la Seconde Guerre mondiale : il est devenu difficile de songer à un paisible tournage en Afrique, et l’ensemble du secteur de la production est en crise, du fait de la perte de nombreux marchés.

2Mais ces aspects financiers et artistiques ne suffisent pas à dénouer l’apparente contradiction idéologique. Pour comprendre comment Storck cède à la rêverie congolaise, il faut remettre un tant soit peu en cause le présupposé que j’ai signalé, avec son dualisme schématique. Rappeler d’abord la prégnance du discours colonial dans la société belge du temps, moins d’ailleurs dans le chef des auteurs coloniaux qui sont parfois nuancés (Jadot, Salkin, Ryckmans...), que dans un certain discours appris et largement diffusé, celui de la mission civilisatrice et du « grand dessein » de Léopold II ; les suites de la Première Guerre mondiale ont en effet valu au Royaume colonisateur la reconnaissance de la Société des Nations, et, à l’interne, elles l’ont invité à voir dans sa vitrine nationale, au Congo, l’image à la fois de son unité et de sa vocation pacifique autant qu’industrieuse. Et le fait est que s’il y a, dans les intentions de Storck à propos de Boula Matari, une dimension « opportuniste », il y a aussi une dimension patriotique et anti-fasciste, renforcée par la rumeur qui attribue à Hitler la volonté de récupérer le Ruanda-Urundi et d’obtenir, au chantage, les régions minières du Congo (cf. pp. 21-25, 104).

3Il faut ensuite aller plus loin et nuancer le présupposé. Un Céline n’est pas progressiste du fait qu’il se fait le contempteur de l’Afrique coloniale française dans le Voyage au bout de la nuit. Un Ryckmans n’est pas réactionnaire quand il dénonce les abus concernant les déplacements de main-d’œuvre au Congo ou les idées reçues à propos des Africains dans ses articles de l’entre-deux-guerres. Le colonialisme, comme discours au 19e et au 20e siècle, n’a pas toujours été contesté par la gauche politique : il y a là une histoire qui ne se plie pas facilement à un dualisme simpliste. Et Storck ne se voulait-il pas le « témoin actif du siècle » (p. 26) ?

4Recommandons ce Cahier Henri Storck à tous ceux qui s’intéressent au cinéma : on y trouve le récit détaillé d’une entreprise qui, pour n’avoir pas abouti, exhibe pourtant les rouages, financiers et relationnels notamment, des indispensables structures de production, mais aussi la part de la malchance. À quoi tient le génie créateur d’un artiste qui, pour un peu, eût pu faire carrière à Hollywood, mais aussi courir le risque d’être rangé par la postérité parmi les soutiens idéologiques de la colonisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Geens (Vincent), Bula Matari. Un rêve d’Henri Storck », Textyles, 20 | 2001, 149-150.

Référence électronique

Pierre Halen, « Geens (Vincent), Bula Matari. Un rêve d’Henri Storck », Textyles [En ligne], 20 | 2001, mis en ligne le 20 juillet 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/999

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz / UIA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org