Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Keller (Monika), La Réforme de l’orthographe. Un siècle de débats et de querelles │ Muller (Charles), Monsieur Duquesne et l’orthographe. Petite chronique française (1988-1998)

Paris, CILF (Conseil International de la Langue française), 1998, 198 p.
Pierre Halen
p. 130-131
Référence(s) :

Monika Keller, La Réforme de l’orthographe. Un siècle de débats et de querelles. Paris, CILF (Conseil International de la Langue française), 1999, 195 p., index

Charles Muller, Monsieur Duquesne et l’orthographe. Petite chronique française (1988-1998). Dessins d’Olivier Haenel. Paris, CILF (Conseil International de la Langue française), 1998, 198 p.

Texte intégral

1Le Conseil international de la Langue française (11, rue de Navarin, F-75009 Paris), s’inventant un rôle d’éditeur pour diffuser ses réflexions à propos du devenir de l’objet dont il a la responsabilité, propose deux ouvrages qui passionneront tous ceux qui s’intéressent, non seulement à la langue française, mais aussi à ses représentations et aux pouvoirs qui déterminent son évolution. Ou plutôt, en l’occurrence, qui imposent à tous les locuteurs son absurde stagnation depuis le début du xixe siècle.

2Tous deux proposés dans une présentation un peu austère, ces deux livres ont des contenus très différents. Le Siècle de débats et de querelles qu’étudie Monika Keller dans La Réforme de l’orthographe est un sérieux travail d’historien, publié en allemand en 1991 (Ein Jahrhundert Reformen der französischen Orthographie. Geschichte eines Scheiterns (1886-1991). Tübingen, Stauffenburg Vg.). L’idée de le mettre à la disposition du public de langue française est évidemment excellente, d’autant que les qualités de cette étude sont remarquables, de précision documentaire et de clarté. Acteurs, revues, institutions, publications, niveaux (in)décisionnels sont parfaitement exposés. Leur intrication donne aussi à penser à propos de ce qui se passe, un peu plus loin, dans les institutions qui pèsent sur l’attribution de la valeur littéraire. Au passage, le rôle des linguistes belges est ainsi évoqué (p. 144) : « Hanse, Grevisse et Goosse sont tous trois belges. C’est un phénomène connu que les Belges qui, dans leur pays, défendent le français contre le flamand, tiennent davantage que les Français à la norme, et pratiquent une intense culture du langage, ce qui est bien le cas ici » (il s’agit de la reprise par André Goosse d’une position par laquelle Joseph Hanse, en 1977, s’opposait à l’arrêté ministériel « Haby », dit « de tolérances »). Les positions belges évoluent toutefois après 1990, mais on n’entre pas ici dans le détail de la configuration locale.

3L’essai de Monika Keller s’en tient aux faits, et on peut le regretter, car il est difficile de n’avoir pas constamment à l’esprit, en le lisant, l’affrontement des forces d’inertie et de progrès dans des milieux intellectuels qui finissent par donner d’eux-mêmes une image assez lamentable. À commencer par l’Académie française, décidément incompétente et bête, incohérente et servile à l’égard de quelques aboyeurs du Figaro. Mais les intellectuels de gauche sont encore pires, en un sens, puisque leur attachement crispé à des formes graphiques passéistes autant qu’absurdes et néfastes pour l’apprentissage, même oral, de la langue est contradictoire avec un certain nombre de valeurs proclamées. En réalité, et c’est cette dimension sociologique qui manque à l’essai de Monika Keller, la gauche et la droite proclamées comptent assez peu, en France surtout, en comparaison avec la défense commune du pouvoir intellectuel par ceux qui en disposent, entre autres les agrégés et les normaliens. Les absurdités orthographiques fonctionnent donc exactement comme un jargon, qui sert à n’être pas compris par les autres : elles servent à faire échouer le plus grand nombre dans le parcours d’obstacles de la réussite, donc à sélectionner l’élite para-aristocratique dont l’État a besoin pour son fonctionnement. Ceci, alors même qu’on ne cesse de brandir le slogan d’une égalité « républicaine » et que, en pure perte bien entendu, chaque nouveau Ministre de l’Éducation nationale sacrifie à la coutume d’imposer une nouvelle réforme de l’enseignement. La responsabilité est grande, à cet égard, des éditeurs d’un dictionnaire comme le Robert ou d’un journal comme Le Monde, qui ont entre leurs mains le véritable pouvoir sur la langue : alors que la graphie de toutes les autres langues européennes évolue et s’adapte, avec des réformes concertées comme pour le néerlandais et l’allemand, les formes sclérosées de l’orthographe française découragent de plus en plus d’étudiants étrangers... et nationaux. Mais ne cherchons pas seulement du côté du Normalien et du sixième arrondissement les inerties et les hypocrisies : en Belgique aussi, on trouve assez de ces amateurs de modernité qui sont prêts à tout pour la défense d’un petit chapeau décoratif sur abime, mais non sur cime. Qu’on ne nous dise pas que cette subtile différence sert à nous enseigner l’histoire de la langue : la connaissance du latin, indispensable à cet égard, se perd et, de toutes manières, combien de locuteurs se soucient aujourd’hui de cette histoire ?

4Le second ouvrage, dû à Charles Muller qui est aussi l’éditeur du précédent, a une forme a priori plus plaisante, puisqu’il se propose comme une suite de séquences dialoguées, dont on joue à nous dire qu’elles auraient été enregistrées à la terrasse d’un café, dans un petite bourgade de France. Les intellectuels du coin s’y retrouvent pour parler de la langue française, dans un contexte où l’on annonce une possible « réforme » de l’orthographe. Il y a là Monsieur Duquesne, retraité, lecteur du Figaro et représentant du conservatisme, d’un conservatisme qui, dans son cas, n’exclut pas la réflexion. Le libraire, l’instituteur, le journaliste, plus des parents ou des amis de passage complètent le personnel. On en profite donc pour faire le tour d’une impressionnante série de problèmes orthographiques et, heureusement, de solutions pratiques : que font réellement l’instituteur, le journaliste, dans leurs nécessaires choix ? quelles sont les adresses utiles pour se renseigner ? Il y a aussi les problèmes sans solution, dont il faut bien s’accommoder puisque les locuteurs n’ont pas été protégés, depuis un siècle et demi, par les soi-disant responsables de l’évolution de la langue. La lecture de ces dialogues est instructive et parfois drôle : on en apprend beaucoup sur l’histoire des mots, des expressions et des graphies. On apprend notamment que cette histoire est loin d’être cohérente ou d’aboutir à un entendement cohérent. Mais l’exploration de la vieille bâtisse labyrinthique est une promenade distrayante. Les guides sont des gens fort convenables, aussi instruits que pondérés ; à peine se permettent-ils d’ironiser devant tel ou tel absurde aménagement. C’est peut-être un peu l’ironie du désespoir : les hommes de bon sens, vraiment dévoués au bien commun et disposés à sortir du conformisme moutonnier, sont sans doute, en la matière, trop peu nombreux. En ce sens, l’échantillon des personnages n’est guère représentatif, et l’on ne peut s’empêcher de rêver à ce que serait une version un peu plus « réaliste » de ces dialogues : on serait vite dans les parages de Ionesco, mais il est vrai que les explications linguistiques qui font la saveur de bien des passages de ce livre seraient alors moins vraisemblablement amenées.

5Question à se poser, une fois les deux livres refermés : appliquaient-ils les propositions de réforme adaptées en 1990 ? Ceux qui n’y ont pas expressément regardé ne le savent sans doute pas, tant il est vrai qu’au fond, ces « aménagements » étaient peu de chose. Presque un symbole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Keller (Monika), La Réforme de l’orthographe. Un siècle de débats et de querelles │ Muller (Charles), Monsieur Duquesne et l’orthographe. Petite chronique française (1988-1998) », Textyles, 19 | 2001, 130-131.

Référence électronique

Pierre Halen, « Keller (Monika), La Réforme de l’orthographe. Un siècle de débats et de querelles │ Muller (Charles), Monsieur Duquesne et l’orthographe. Petite chronique française (1988-1998) », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 09 août 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/993

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org