Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Belgian Women Poets. An AnthologyLe Siècle des femmes. Poésie francophone en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg au XXe siècle

Traduction et presentation de Renée Linkhorn et Judy Cochran. Préface de Jean-Luc Wauthier. New York, Peter Lang, coll. Belgian Francophone Library, 2000. XXVIII + 479 p. │ Textes présentés par Liliane Wouters et Yves Namur. Bruxelles, Les Éperonniers, 2000, 352 p.
Christine Pagnoulle
p. 126-128
Référence(s) :

Belgian Women Poets. An Anthology. Traduction et présentation de Renée Linkhorn et Judy Cochran. Préface de Jean-Luc Wauthier. New York, Peter Lang, coll. Belgian Francophone Library, 2000, xxviii + 479 p.

Le Siècle des femmes. Poésie francophone en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg au XXe siècle. Textes présentés par Liliane Wouters et Yves Namur. Bruxelles, Les Éperonniers, 2000, 352 p.

Texte intégral

1Beaucoup d’attention, ces temps-ci, aux femmes dans la culture, aux femmes dans l’écriture. Mon souci de faire sauter les barrières et d’abolir les ghettos s’en offusque un peu. Pourquoi des anthologies de femmes-poètes ? La véritable reconnaissance ne serait-elle pas plutôt de garantir que leur œuvre soit présente à côté de celle de leurs collègues masculins ? Cette remarque s’applique tout particulièrement à l’anthologie publiée aux États-Unis, où la littérature francophone est encore mal connue, sans parler de la littérature francophone de Belgique. La préface de Jean-Luc Wauthier (vii-xiv) porte d’ailleurs sur la poésie belge francophone dans son ensemble, entre 1880 et 1980.

2Ceci dit, il s’agit de deux anthologies remarquables, et pourquoi bouder son plaisir ? Deux beaux livres aussi : tous deux offrent une typographie claire ; celui des Éperonniers, souple, a une couverture séduisante dans ses couleurs d’automne et des pages d’un blanc un peu cassé, celui de chez Peter Lang, solide, illustre (par deux fois) la double activité artistique de Monique Thomassettie, peintre et poète. Un index manque dans les deux cas. En son absence, les noms d’auteurs donnés en titres courants chez Lang sont bien utiles pour repérer rapidement l’écrivain recherché.

3Wouters et Namur ont choisi de présenter les poèmes quasi nus, rien que le nom de l’auteur, les dates de naissance et éventuellement de décès mentionnées une fois pour chaque auteur et, à la fin du volume, quelques repères bibliographiques. Linkhorn et Cochran font précéder chaque sélection d’une note biographique d’une à deux pages et d’une bibliographie présentée comme « sélective », mais en fait fort complète. Cette différence de présentation s’explique aisément. Dans un cas, il s’agit de faire découvrir un pan de culture difficilement accessible aux lecteurs d’outre-Atlantique ; dans l’autre, les lecteurs peuvent facilement se renseigner, s’ils ne connaissent déjà l’écrivaine. Wouters et Namur exhortent d’ailleurs leur lecteur (lectrice) : « qu’il lise ce travail dans la joie de rencontrer un poème plutôt qu’un nom ou un renom ».

4Le principe directeur est le même : donner à entendre, par ordre strictement chronologique, sans souci de regroupement par thème, par école, par technique. Comme l’anthologie américaine est bilingue en miroir, ce qui me semble de loin la meilleure façon de faire connaître des poèmes en traduction, le nombre de poètes repris y est évidemment nettement inférieur. Seules trois femmes poètes sur les 18 sélectionnées par Linkhorn et Cochran ne figurent pas parmi les 71 de l’anthologie de Wouters et Namur : Liliane Wouters elle-même, qui sans doute n’a pas voulu s’auto-représenter, et deux poètes dans la cinquantaine, Monique Thomassettie et Évelyne Wilwerth. Toutes deux écrivent souvent des textes plutôt narratifs et affectionnent la disposition non découpée en vers, mais ce sont là des traits que l’on retrouve chez certaines des auteures dans le recueil de Wouters et Namur.

5Chez les premières femmes-poètes, il arrive que les poèmes retenus soient eux aussi les mêmes, ainsi chez Marie Nizet, « La torche », chez Jean Dominique, « Chanson » et « Les enfants que j’instruis », chez Jeanine Moulin, « Le temps circulaire ». Plus loin, les choix divergent, et l’on peut supposer que les poètes en vie, consultés, aient préféré diversifier les textes offerts.

6J’aime la poésie charnue, concrète, qu’elle propose le bonheur simple d’un repas familial traversé de rires (Renée Brock, « Repas »), la création de l’argile sous les mains du potier (Lucie Spède) ou l’angoisse de la perte, de la solitude, de la mort, l’horreur des charniers. Mais la facilité, voire la vacuité, et la gratuité dans la recherche verbale m’indisposent. Ainsi aucune des images de Geneviève Bauloye dans les fragments de « L’étendue des prés » n’a pour moi le moindre pouvoir évocateur, et je m’interroge sur l’image suivante, dans « Juin soudain devenu royal » de Jacqueline Hertay : « entre les lèvres / et la cruche sonore / une belle tresse d’eau / vient clarifier le jour ».

7Certes le principe de l’ordre chronologique laisse peu de place aux choix personnels des auteurs. Pourtant, dans le cas de l’anthologie américaine, j’aurais préféré que la sélection s’arrête sur la langue muette, l’impossibilité des mots.

8Cette recension se doit de commenter les traductions proposées dans l’anthologie bilingue. Souvent, elles sont portées par une inspiration qui leur fait exprimer le sens / l’essence du poème traduit au-delà des équivalents suggérés par les dictionnaires, qui leur fait trouver la réplique exacte d’une expression idiomatique. Je vais en donner quelques exemples plus loin. Mais il arrive aussi (rarement) qu’elles glissent et dérapent sur l’un ou l’autre obstacle.

9Une erreur fréquente dans toute traduction, plus lourde encore dans la traduction de poésie, consiste à étoffer, à rajouter un mot parce qu’il semble appelé par le contexte. Dans le poème « Croix noires » de Renée Brock, les traductrices n’y ont pas résisté et ont ainsi à la fois affadi l’horreur et refusé l’ouverture de la réflexion. Quand elles traduisent les vers Les jolis morts de vingt-cinq ans / Qui ont la terre entre les dents / Les veines vides de leur sang / Et la semence plein le ventre » par The handsome dead, aged twenty-five, / Whose lips are now sealed with cold earth, / Whose veins are drained of their young blood / Whose loins are filled with wasted seeds (pp. 50-51), les adjectifs cold, young et wasted sont gênants et leur choix entraîne d’autres distorsions. Les lèvres scellées par de la terre froide, c’est après tout une image assez banale, alors que le poème leur fait mâcher la terre (with earth between their teeth ou, même, their teeth gnashing on earth ?) ; par ailleurs la semence qui pousse sur leurs corps peut être celle des fleurs, des graminées de ce jardin « sur le chemin de l’Ile-de-France », et donc nullement vaine ou gaspillée.

10La référence à l’ozone suggère a cracked layer pour « couche fissurée » (plutôt que a fissured surface) dans « J’ai connu un peintre… » de Thomassettie (pp. 376-367). Dans le dialogue avec le marchand de glace (Évelyne Wilwerth, pp. 398-399), « il lui servit » serait, me semble-t-il, mieux rendu par he sold her que par he brought her. Le mot chaff me paraît un peu léger, volatile, pour traduire « gangue » dans la partie du poème « La Péniche-Ferveur » (pp. 392-393) qui exprime l’étouffement, l’enfermement ; peut-être shell, passant du règne végétal au règne animal ?

11Quelques contre-suggestions encore. Le souci de dépouillement que disent les mots « j’atteins enfin l’épure » (pp. 396-397) ne serait-il pas mieux rendu par I finally reach starkness que par l’expression technique I reach the blueprint stage ? Deux passages perdent un peu de leur épaisseur dans des poèmes de Rose-Marie François. Les « initiales belles anglaises » sur la montre, c’est d’abord une référence au type de police, donc — plutôt que hinting of English glamourlight-faced monogram (qui introduit un autre jeu sur les mots) ; dans le poème sur le solstice / Orphée, Saint Jean est escamoté pour laisser place au tournant de l’année : The year turns away too (peut-être John turns away / and the year slides). Le poème de Nys-Mazure « Parti pris » (pp. 344-345) dit le choix du bonheur contre toutes les forces du malheur ; il me semble que les verbes utilisés dans les premiers vers pourraient être plus forts : « hurler au mal, à la nuit » suggère le loup, la chouette, et j’utiliserais howl pain, and night (plutôt que cry out), et au vers suivant : « Crier le temps etc. », je garderais scream au lieu de Condemn, qui est déjà de l’interprétation.

12On remarque, surtout dans les premiers poèmes, où la régularité de la forme joue encore un rôle important, que l’attention aux rimes et au rythme est quelque peu inconstante. La « Chanson de Mahéli » (Marie Nizet, pp. 4-5) chante bien, mais les premiers poèmes de Sodenkamp perdent leurs rimes en anglais (pp. 32-35), et chez Jean Dominique (« Les enfants que j’instruis »), certaines images sont déformées, privées de leur ancrage sans pour autant récupérer la régularité des rimes. La fin de la première strophe « me faire fête / de quelques vers perdus comme des sons de cor » est une allusion légère au poème d’Alfred de Vigny, sûrement pas à des vers du défunt instituteur, et dans la dernière strophe, c’est « leurs nuques puériles » que ses mains touchaient, les mots attirant l’attention du lecteur sur ce geste jadis fréquent de l’instituteur, qui pouvait provoquer chez l’élève ainsi choisi une véritable exaltation physique, de saisir le cou d’une pincement entre caresse et chiquenaude. Des mains qui touchent le visage, ce serait tout autre chose : là, de face, pas d’équivoque possible, c’est la caresse ou la gifle — donc pourquoi pas littéralement their childish napes ?

13Dans ce poème dont je voudrais faire le dernier exemple, « Ce que j’ai à te dire… » (pp. 378-379), de Marie-Clothilde Roose, les traductrices ont décidé que les savants, lorsqu’ils « cherchent en vain l’écriture » de la langue muette qui se profile dans le rien qui bée entre ciel et terre, tentent de l’écrire ; il me semble qu’ils en cherchent plutôt la trace écrite : A tongue whose / writing and  // translation / all scholars seek in vain.

14Mais par ailleurs, et en oubliant l’une ou l’autre faute de frappe comme at least (p. 397) pour at last, que de trouvailles, que de réussites ! La « bonne conscience » du poème de Wilwerth (« vos gentils géraniums et vos potiches de bonne conscience », p. 394), c’est bien self-righteousness, et l’« inconscience » dans le vers de Thomassettie « L’azur reflète l’inconscience des hommes » (pp. 376-377), c’est bien thoughtlessness. « Splendeur-les-Bains » en anglais, et surtout en anglais américain, ce sera Splendid-Springs (pp. 328-329) ; « l’angoisse suante » est magnifiquement rendue, en inversion thermique par chill of anguish (pp. 344-345), « dans mon sac » par up my sleeve (pp. 384-385). Le titre du poème de Thomassettie « Entends les contes », ce sera en effet Listen to the tales et non Hear the tales, car il s’agit de prêter l’oreille et de percevoir ce qui est vraiment dit. Parfois la transgression d’une transposition littérale répond à un souci sonore ; ainsi dans « Talisman », « l’arc levé d’un violon » devient the poised bow of a cello (pp. 336-337). Deux exemples encore de transposition particulièrement réussies (je pourrais en donner des dizaines) ; les deux derniers vers de « L’Étrangère » : « Sur son dos laineux / son souffle s’apaise » rendus par The fleece is soft to touch / and she regains her peace (pp. 368-369) ; dans les extraits de Wilwerth un substantif et deux relatives deviennent, dans une simplicité magistrale, trois infinitifs : « car je serai offerte à l’irruption du poème / qui me dilatera / qui me déchirera » est rendu par I’ll let the poem invade me / dilate me / tear me apart.

15Grand bonheur que de se plonger dans ces bouquets de mots parfois acérés, presque toujours vivifiants. Et pour conclure, allez donc lire la délicieuse « Recommandation » de Jeanine Moulin, « Ne le dites à personne, mais tenez-le-vous pour dit, il ne faut pas jouer avec les mots : qu’il s’agisse de demi-mots, de mots couverts ou de ceux qui veulent toujours avoir le dernier mot ». Savourez-la toute, ainsi que l’admirable traduction qu’en offrent Linkhorn et Cochran (pp. 86-87).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Pagnoulle, « Belgian Women Poets. An AnthologyLe Siècle des femmes. Poésie francophone en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg au XXe siècle », Textyles, 19 | 2001, 126-128.

Référence électronique

Christine Pagnoulle, « Belgian Women Poets. An AnthologyLe Siècle des femmes. Poésie francophone en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg au XXe siècle », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/989

Haut de page

Auteur

Christine Pagnoulle

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org