Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. Tome 1. Les racines de la Belgique

Bruxelles, éditions Racine, 2000, 342 p.
Pierre Halen
p. 124-125
Référence(s) :

Jean Stengers, Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. Tome 1. Les racines de la Belgique. Bruxelles, éditions Racine, 2000, 342 p.

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Jean Stengers est un véritable essai, davantage peut-être qu’une étude strictement historique, nonobstant ses qualités, évidentes, de documentation et de méthode, sur lesquelles nous n’avons pas ici à nous attarder. S’il constitue un véritable essai, c’est qu’il s’insère dans les débats politiques du moment. Non qu’il prenne un parti quelconque dans la question de l’avenir des institutions politiques du Royaume, dont la réforme laisse d’aucuns insatisfaits. L’historien entend plutôt nous rafraichir la mémoire en établissant certains faits, de ceux que journalistes, éditorialistes et hommes politiques aiment à considérer à leur aise en fonction de leurs désirs plutôt qu’en fonction des réalités ; tant il est vrai que nous usons et que nous abusons du passé pour présenter nos projets et désidératas comme fondés par une nécessité historique, sinon par une nature éternelle dont le passé témoignerait. On nous a seriné par exemple, pour nous convaincre de fédéraliser davantage le Royaume, voire de le faire éclater, que la Belgique était un État « artificiel », composé de toutes pièces par les Puissances en 1830 et donc démontable, en quelque sorte, jusqu’à reconstituer les territoires « naturels » de la Flandre ou de la Wallonie. À l’inverse, un Pirenne entendait jadis faire remonter au Moyen Age l’existence et le fait unitaire de la nation. On nous a dit aussi (voir notamment la Brabançonne) qu’avant 1830 s’étaient succédé les « dominations étrangères ». Sur tout cela et d’autres choses, Jean Stengers propose une mise au point aussi claire et pondérée que précise. Pour l’essentiel, concernant ces trois points, il établit que le sentiment national n’est pas antérieur à l’époque bourguignonne mais qu’il est en revanche bien présent dès la Renaissance, la Principauté de Liège exceptée ; qu’il est actif politiquement dans la Révolution brabançonne et, ensuite, dans les évènements de 1830, évènements auxquels se rallièrent sans difficulté les Liégeois mais qui ne doivent rien à quelque complot de l’étranger ; enfin, que l’expression de « domination étrangère » convient mal pour décrire la situation politique des Pays-Bas du Sud avant le xixe siècle (p. 113).

2Quelques extraits, glanés au fil des pages : la Flandre n’est pas une réalité antérieure au Royaume, c’est un « sous-produit de la Belgique » (p. 24). Durant l’Ancien Régime, « la langue n’apparait jamais [...] comme un élément politique majeur de l’unité nationale » (p. 37). La langue a remplacé fonctionnellement, au xixe siècle, la religion... (p. 40). Les frontières du Grand-Duché de Luxembourg ne sont pas une survivance du Moyen Age, mais au contraire « le premier tracé sur la carte de l’Europe d’une conception strictement moderne » (p. 53). En 1830, « les Liégeois, devenant des Belges, devenaient aussi […] des Wallons » (p. 185)…

3Jean Stengers ne se contente pas de reprendre l’historiographie traditionnelle des faits : son projet est quelque peu aventureux puisqu’il s’agit de repérer le développement du « sentiment national ». Celui-ci, déjà difficile à analyser avec certitude pour le présent, comme en témoignent les nombreuses tentatives qui ont été faites, ne se discerne pas aisément dans le passé, du moins en ce qui concerne l’expression générale que purent en donner les populations : seuls les lettrés et les nantis ont laissé des traces écrites. Néanmoins, avec les précautions et les réserves qui s’imposent, l’historien arrive à ramener dans son filet, au fil des siècles et en diverses langues, de convaincants indices pour sa démonstration.

4Cela ne signifie nullement que les populations d’aujourd’hui seraient déterminées par l’histoire et empêchées de s’inventer, éventuellement, des destinées inédites. Il n’est en rien nécessaire de (se) mentir à propos du passé pour imaginer l’avenir ou pour se résoudre, sous la pression de facteurs nouveaux, à aménager les structures actuelles. J. Stengers montre notamment qu’à certains moments-clés, les destinées des régions concernées se sont infléchies en fonction de facteurs imprévus ou en partie aléatoires ; sans se prêter lui-même au jeu des « si » (qui le tente, p.e., p. 173), il a soin de montrer que rien, dans cette histoire, ne ressemble à un destin joué d’avance.

5Cette question du sentiment identitaire est, ajouterai-je, un lieu rêvé pour poser la question des relations entre la littérature et l’historiographie. On sait comme il est tentant, pour l’écrivain, de chercher dans le roman historique la fiction en forme de « racines identitaires » qui lui permette de nourrir valeurs et projets contemporains. On a vu aussi des auteurs jouer à réécrire l’histoire en fonction d’un « si » plus ou moins vraisemblable : l’histoire qui n’a pas eu lieu peut elle-même servir de « racines ». Enfin, on a vu des historiens fabuler de diverses manières... Il est tentant, dès lors, de songer à une réflexion collective sur le rapport inventif des lettres belges, y compris sur leur versant critique, avec le souvenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. Tome 1. Les racines de la Belgique », Textyles, 19 | 2001, 124-125.

Référence électronique

Pierre Halen, « Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. Tome 1. Les racines de la Belgique », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/988

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org