Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Belgique, Belle Étrangère. Le Lecteur

n°1, nouvelle série, 3e an., mai 1999, 253 p.
Laurence Brogniez
p. 123-124
Référence(s) :

Belgique, Belle Étrangère. Le Lecteur, n°1, nouvelle série, 3e an., mai 1999, 253 p.

Texte intégral

1Pour sa 30e édition, les Belles Étrangères, manifestation française qui invite chaque année à la découverte des littératures étrangères, a accueilli, du 3 au 13 mai 1999, une série d’écrivains belges, parmi lesquels Philippe Blasband, William Cliff, François Emmanuel, Jacqueline Harpman et Pierre Mertens. La revue Le Lecteur s’est associée à ce festival littéraire en consacrant un numéro à la littérature de Belgique. Ce volume, s’il accompagne les rencontres proposées dans le cadre des Belles Étrangères, ne se présente cependant aucunement comme l’exact reflet du programme : il constitue un tout autonome, avec sa cohérence propre. Ni anthologie, ni recueil d’études savantes, ce numéro propose quelques parcours à travers le champ belge. La première partie s’articule autour d’une série de regards rétrospectifs, d’évocations, de souvenirs. Samuel Brussel, le rédacteur (au nom prédestiné) de la revue, raconte son séjour à Bruxelles dans les années 70 comme une étape préliminaire à de plus lointains voyages, soulignant le caractère cosmopolite de la ville, « antichambre nécessaire à la compréhension du continent qu’[il] allai[t] découvrir » (p. 35). Si Tintin demeure un ambassadeur de choix auprès des lecteurs étrangers, les bandes dessinées de Benoît Peeters et François Schuiten proposent une autre image de la Belgique et, plus particulièrement, de sa capitale. Leur Brüsel interroge la mémoire architecturale de la ville et ses traumatismes. Dans un texte « Pour saluer Horta », Benoît Peeters rend hommage au célèbre architecte, trop souvent considéré comme un simple décorateur, analysant une carrière faite de succès et de revers, dont Bruxelles porte encore les traces. Si les réalisations tardives et « classiques » comme la gare centrale ou le palais des Beaux-Arts ont traversé le siècle, la Maison du Peuple, l’une de ses réalisations les plus abouties, reste un souvenir douloureux, inguérissable cicatrice au cœur d’une cité qui se trouve amputée d’une partie de son histoire. Dans un bref article consacré à Chantal Akerman, Vera Kotaji revisite certains lieux bruxellois à la lumière des films de la cinéaste tandis que Christian Bussy rappelle les signes distinctifs des surréalistes bruxellois, cousins très éloignés de leurs homologues français.

2La seconde partie du dossier reproduit une série de courts textes, proses et poèmes, destinés à offrir un aperçu des lettres belges au XXe siècle. Parmi les auteurs choisis, citons Paul Nougé, Marcel Mariën, Jean de Boschère, Marcel Broodthaers, Hugo Claus, Henry Bauchau, Liliane Wouters, Jean-Claude Pirotte. On pourrait souligner quelques absences. Le rédacteur en chef répond à cette objection : « Ceci n’est pas une anthologie ». L’ambition, modeste, « était de susciter, en images et en mots, un visage étonnant et inattendu d’un pays dont on découvre, chemin faisant, sous des aspects modestes, la forte personnalité et une vitalité artistique et intellectuelle qui nous pousse à y aller voir d’un peu plus près » (p. 7). Peut-on légitimement parler de « découverte » tout en parlant d’une « littérature belge retrouvée » (sous-titre du numéro) ? On est en droit de regretter que la plupart des textes présentés soient tous disponibles depuis longtemps grâce aux éditions de la Différence, Labor et Les Éperonniers. Le manque de matériel rare ou inédit aurait pu être comblé par une perspective plus nettement affirmée, un choix éditorial mieux argumenté et des notices explicatives. Si le but était de révéler des visages inconnus au lectorat français, la présence d’informations biographiques aurait été pleinement justifiée. On peut aussi relever quelques incohérences qui ruinent l’unité de l’ensemble. Si la variété des genres et des sujets relève d’une volonté de diversité, la faible présence des auteurs flamands peut surprendre. L’idée des organisateurs des Belles Étrangères de proposer au public français des auteurs venus des deux côtés de la frontière linguistique était intéressante. On regrettera que le contenu du Lecteur ne reflète pas ce bel équilibre. On s’étonnera par ailleurs de trouver au sommaire trois poèmes « bruxellois » d’Auden, textes qui trouveraient plus justement leur place au sein d’une anthologie thématique, consacrée aux images de la Belgique à l’étranger. Ce numéro n’atteint donc ni la richesse de La Belgique malgré tout (1980), ni l’homogénéité de Bruxelles, lieu commun (1989), dont certains textes sont d’ailleurs repris ici. Bien édité, agrémenté de belles photographies de Bernard Plossu, Marie-Françoise Plissart, Yves Auquier et Willy Kessels, il constitue tout au plus une agréable lecture. Dans cette perspective, l’objectif du Lecteur est pleinement atteint, fût-ce au risque que l’attendue « belle étrangère » se mue en insaisissable « belle infidèle ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Brogniez, « Belgique, Belle Étrangère. Le Lecteur », Textyles, 19 | 2001, 123-124.

Référence électronique

Laurence Brogniez, « Belgique, Belle Étrangère. Le Lecteur », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/985

Haut de page

Auteur

Laurence Brogniez

F.N.R.S./U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org