Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Henri Moke à Barbara

Michaux (Henri), À la minute que j’éclate. Quarante-trois lettres à Herman Closson

Éditées et présentées par Jacques Carion. Postface de Christian Bussy. Bruxelles, Didier Devillez éditeur, 1999, 74 pp.
David Vrydaghs
p. 146-147
Référence(s) :

Michaux (Henri), À la minute que j’éclate. Quarante-trois lettres à Herman Closson. Éditées et présentées par Jacques Carion. Postface de Christian Bussy. Bruxelles, Didier Devillez éditeur, 1999, 74 pp.

Texte intégral

1Est éditée ici la première correspondance connue d’Henri Michaux. La plupart des lettres reprises dans ce volume sont en effet antérieures aux premiers échanges avec Franz Hellens et Robert Guiette. Les premières lettres datent de la rhétorique de Michaux (1917-1918) et de ses années passées à Dunkerque et autres ports dans l’attente souvent d’un embarquement (1920-1922). Viennent ensuite des lettres datant de l’époque des premières contributions au Disque vert d’Hellens et des premières publications de Michaux (il est ainsi question des Rêves et la jambe, publié fin 1923 aux Éditions Ça ira !).

2La correspondance avec Closson, compagnon d’études de Michaux ayant ensuite connu une carrière de dramaturge, est d’un intérêt triple pour le critique. Elle vient d’abord compléter utilement les correspondances avec Hellens et Guiette au temps du Disque vert et des premiers écrits de Michaux. Ensuite et surtout, Michaux ne cesse de parler des observations qu’il peut faire, et bien plus de son mode d’observation. Disséquant les mécanismes de sa propre pensée, analysant ses lectures nombreuses, Michaux nous fait voir : « Objectivement, il reste que c’est plutôt maigre en fait de connaissances mais combien supérieurement assimilé ! Où et quand puis-je te faire [comprendre barré] voir sous l’écaillure de ces mots… » (p.17). Cette correspondance autorise que soit retracé un véritable parcours intellectuel, et éclaire les premiers textes de Michaux, remis à l’honneur dans la critique suite à leur réédition récente en Pléiade (1998) et dans la collection Poésie/Gallimard (2000). Enfin, les relations que Michaux entretient avec la France et la Belgique constituent une part importante de ces lettres : « La France et la Belgique sont pays de nègres dont sortent une ou deux oasis : les grandes villes. » (p.32) S’y manifeste le goût immodéré pour Paris (et pour Londres, accessoirement). Et pourtant Michaux se promène dans toute la France et la Belgique, expérimentant leurs possibilités.

3Les quarante-trois lettres de ce mince recueil avaient été déchirées par Michaux, qui ne supportait pas que Herman Closson puisse accorder de l’importance à « ces minables papiers dunkerquois » (p.71). Heureusement pour les critiques des photocopies en avaient été faites, et les voilà maintenant éditées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Vrydaghs, « Michaux (Henri), À la minute que j’éclate. Quarante-trois lettres à Herman Closson », Textyles, 20 | 2001, 146-147.

Référence électronique

David Vrydaghs, « Michaux (Henri), À la minute que j’éclate. Quarante-trois lettres à Herman Closson », Textyles [En ligne], 20 | 2001, mis en ligne le 20 juillet 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/982

Haut de page

Auteur

David Vrydaghs

FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org