Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Henri Moke à Barbara

André Baillon, Chalet I

Lecture et notes de Laurent Demoulin. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2001.
Maria Chiara Gnocchi
p. 143-144
Référence(s) :

André Baillon, Chalet I. Lecture et notes de Laurent Demoulin. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2001.

Texte intégral

1Ayant pris le relais de Jacques Antoine, les éditions Labor continuent la réédition, entamée en 1989, des principales œuvres d’André Baillon. En cette année 2001, septante-cinq ans après sa première parution, c’est Chalet I qui revoit le jour, suivi par une lecture de Laurent Demoulin. Plutôt que d’analyser ce texte en particulier, Demoulin entend retracer le double chemin de l’écrivain, celui de sa vie et celui, posthume, de sa fortune critique, afin de démasquer les « malentendus » qui ont éloigné le public d’un écrivain de génie qui mérite une bien autre attention.

2Le premier malentendu consisterait à considérer Baillon comme un écrivain populiste, alors qu’il n’a jamais été en rapport direct avec cette école, et que ses œuvres sont moins centrées sur la collectivité qui entoure le narrateur/personnage principal que sur son parcours individuel, d’homme et d’écrivain. L’origine de cette étiquette, explique Demoulin, est due en partie au sujet des premières œuvres de Baillon, mais elle est surtout la conséquence du cadre éditorial dans lequel la production de l’auteur s’inscrit (qu’il s’agisse des éditions Rieder ou des périodiques « de gauche » auxquels il a collaboré) et de la réception de celle-ci : par le public et la critique des années vingt, qui ont marqué leur prédilection pour des livres tels qu’Histoire d’une Marie et En sabots, et par la critique des décennies suivantes, qui n’a fait que reproduire les classements qu’une première école avait établis.

3C’est toujours dans le cadre littéraire — des années 1970 cette fois — que Demoulin trouve la racine d’un deuxième malentendu : la vague de l’antipsychiatrie et de l’« éloge de la folie » a conduit, en effet, à une redécouverte d’autres textes de Baillon (Un homme si simple, Chalet I, Le Perce-oreille du Luxembourg notamment) ainsi qu’à une relecture, quelque peu infléchie, de l’ensemble de son expérience (biographique et littéraire). Dans ce cas, Demoulin riposte que la « folie » mise en scène par Baillon n’a rien de romantique ni d’initiatique : elle a par contre un caractère essentiellement moral, et se présente par opposition à une « simplicité » incessamment recherchée. Là est la question véritable, et là se rejoignent les deux malentendus : la lecture populiste, résultat d’une interprétation réductrice de cette simplicité (thématique et formelle), et l’assimilation de Baillon aux « maîtres de la folie », confusion substantielle entre le désir — « être simple » — et le délire — qui le rend vain.

4D’accès aisé par un grand public, cette lecture a le mérite certain de s’intéresser à la fortune critique de Baillon moins sur le mode de la déploration que sur celui du questionnement. En conclusion, Laurent Demoulin souligne les points communs entre l’écriture de Baillon et deux tendances de la littérature contemporaine : le penchant pour l’écriture fragmentaire et le mode narratif de l’autofiction. Autant de raisons pour reconnaître à cet auteur mort en 1932 son épatante modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Chiara Gnocchi, « André Baillon, Chalet I », Textyles, 20 | 2001, 143-144.

Référence électronique

Maria Chiara Gnocchi, « André Baillon, Chalet I », Textyles [En ligne], 20 | 2001, mis en ligne le 20 juillet 2012, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/974

Haut de page

Auteur

Maria Chiara Gnocchi

Università di Bologna – Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org