Navigation – Plan du site
Chroniques

Échos

p. 119-121

Feuilles d’Acanthe

Les éditions de l’Acanthe poursuivent, à Namur, leur entreprise de salut par la poésie... et par l’impression soignée de volumes qui se suivent sans se ressembler. Elles nous ont envoyé un nouveau recueil d’Yvon Givert : Soudain ce fut dimanche, un autre de Luc del Cor, intitulé Granité. Incontestablement à part, le « Journal d’une femme athlétique » qui a pour titre Éros androgyne et pour auteur Nathalie Gassel, se consacre à la scrutation des corps en diverses positions et autres lieux érotiques ou charnels. C’est, nous dit-on, de la prose poétique, ou encore, un « premier livre-monstre » (aux éditions de l’Acanthe, 28, Rue de la Jachère. B-5021 Namur).

Figures

La belle collection « Graphiti », publiée aux éditions luxembourgeoises Phi, propose, en coédition avec les Écrits des Forges à Québec, un recueil d’Yves Namur intitulé Figures du très obscur, qui a reçu le prix de la Biennale Robert Goffin (2000). Le poète s’y affronte aux figures du paradoxe, l’obscurité pouvant être lumineuse et la lumière, obscure, comme chacun sait. C’est qu’il « faut aller vers ce très loin de l’être » et, en somme, accueillir le mystère sans le dénaturer : le Très-Haut ou le Très-Bas ne sont après tout que des images. (Éditions Phi, B.P. 66, L-6401 Echternach).

« Dans l’acception active de ce mot décrié »

Les éditions de la Différence ont publié, en avril 2000, un beau recueil de Jean Tordeur, reprenant des poèmes dont les éditions originales remontent à 1949 pour les plus anciens, à 1964 pour le plus récent. Dans une note additionnelle, l’auteur (on doit le supposer) commente brièvement certains éléments, dont ce titre de Conservateur des charges, qui était déjà celui du recueil paru chez Seghers en 1964. La belle clarté de beaucoup de poèmes est un héritage dont feront leur bien nombre de lecteurs d’aujourd’hui. (Collection Clepsydre, 303 p.).

Les propos d’un chroniqueur

Jacques De Decker avait publié autrefois des Septantrionaux qui dressaient une sorte de bilan de la créativité littéraire en Belgique francophone pour la période concernée. Chez Luce Wilquin cette fois, il signe une nouvelle compilation de ses chroniques du journal Le Soir, consacrée cette fois aux deux dernières décennies, à l’exception du théâtre. Cela s’appelle La Brosse à relire. Littérature belge d’aujourd’hui. Et c’est aussi un peu la brosse à reluire tout de même, à cause du genre et en fonction de la position institutionnelle de l’auteur. Ce n’est pas un livre d’histoire, nous prévient-on, parce que bien des œuvres importantes ont pu être évoquées par des collègues du même journal. Et puis, plus simplement, parce que ce n’en est pas ! Les sections sont organisées par écrivain, ils sont ainsi vingt-deux à voir réédités les comptes rendus successifs ou les entretiens que leur a consacrés l’auteur.

Poèmes

Michel Cliquet a publié récemment deux recueils. L’un, d’un petit format carré agréablement mis en page, s’intitule Le Vide, la plainte, et parait aux éditions Chantepleure ; l’autre, plus abondant, Entre l’âme et le fil, comporte des « poèmes de saisons » et est publié à Paris aux éditions Caractères, avec une préface de Marcel Hennart.

Adieux

À la mort de Gropius en 1935, Alban Berg écrit son concerto pour violon « à la mémoire d’un ange ». C’est sa dernière œuvre achevée. Longtemps après, Marc Dugardin et Lucien Noullez se parlent et ils écoutent le concerto. « De cette écoute sont nées deux séries de poèmes, rassemblés dans un livre […] Une façon de cristalliser tous les adieux du monde […] » (Communiqué). Rens. aux éditions de l’Ours, Bld de la Révision, 27, 1070 Bruxelles ; on peut se procurer l’ouvrage en versant 380+60-fb au compte 000-0942462-10, avec la mention « adieux ».

Revoilà Dada

Le Bulletin de la Fondation Ça Ira (n° 3, 3e trim. 2000), dont sont rédacteurs Luc et Thierry Neuhuys ainsi que Henri-Floris-Jespers, annonce la parution d’un choix de poèmes (1920-1977) de Paul Neuhuys, intitulé Dada ! Dada ?, établi, traduit en néerlandais et postfacé par Henri-Floris Jespers. On peut commander l’ouvrage en s’adressant à la Fondation Ça Ira (50, chaussée de Vleurgat, 1050 Bruxelles). Cette livraison du Bulletin est essentiellement composée de comptes rendus assez développés dans le domaine des avant-gardes en Belgique ; on peut adhérer à la Fondation (même adresse, bien entendu).

Plisnier poète

Les éditions de l’Académie royale, après avoir publié l’œuvre poétique complète de Marcel Thiry, présentent officiellement ce 5 octobre 2000, en trois volumes également, les poésies complètes de Charles Plisnier, autrefois éditées par Labor en un volume. L’édition débute avec Élégies sans les anges : on n’a donc pas retenu les trois plaquettes publiées par l’auteur avant sa 25e année et plus tard reniées par lui, si tant est qu’un tel reniement soit possible.

Paul Dermée

Nous écrivions dans un comte rendu récent que Paul Dermée n’a guère été étudié en Belgique. M. Victor Martin-Schmets, dont les travaux sont bien connus de nos lecteurs, nous signale aimablement qu’il prépare une édition des Œuvres complètes de cet auteur méconnu, qui devrait paraître dans un an ou deux. Nous l’attendons avec impatience.

À l’abri du roumain ?

Huguette de Broqueville a présenté au Théâtre-Poème, ce 16 novembre 2000, la traduction roumaine d’un roman — La Passion selon Alexis — dont elle indique par une curieuse note manuscrite (sur le carton qui invitait à la présentation) qu’elle « n’ose le publier en français ». Note qui suggère beaucoup de choses et qui en dit peu, mais on en saura plus un jour sans doute. En attendant, on se contentera des indications que fournit un critique roumain à propos d’un lien avec l’œuvre de Sade, du sexe comme « voie vers la connaissance du moi », enfin d’un texte qui serait « un des plus importants de la littérature européenne du siècle ».

Fenêtres sur rue et sur jardin

Les éditions « CFC », dans leur belle collection « La ville écrite », publient un très beau petit livre intitulé Fenêtres, ni dedans, ni dehors. Le texte, dispersé en fragments, est dû à Alain Bosquet de Thoran. les photographies en noir et blanc sont l’œuvre d’André Janssens. les secondes ont inspiré le premier, de sorte que l’on a entre les mains un « dialogue entre un poète et un jardinier », ce dernier n’étant pas le photographe, mais le second personnage du récit. L’ambigüité peut demeurer : au fond, le plasticien, le poète, le jardinier, c’est aussi un même rapport aux signes que l’être ordonne en sa parole sur le monde. (CFC éditions 2000, 102 bld de Waterloo, B-1000 Bruxelles).

Quelques sites à visiter

Pour les professeurs de français spécialement, quelques adresses de sites à visiter. Des sites franco-français tout d’abord : <www.lettres.net> s’intéresse aux questions d’éducation, d’étude et d’enseignement de la langue française, avec de nombreux liens vers des sites plus littéraires, pédagogiques ou institutionnels (bibliothèques, musées, ministères...) ; forum international de discussion entre profs de français. Des ressources semblables auprès de <www.culture.fr>, site du Ministère de la Culture et de la Communication. Sur Yahoo, des sous-rubriques sont à signaler : <fr.fc.yahoo/com/l/litterature.html> et <fr.fc.yahoo.com/t/theatre.html>. Voir aussi, plus orienté vers la recherche, le moteur Aleph <recherche.fabula.org>, avec des indications de colloques et d’autres liens vers des écrivains.

Les pédagogues qui utilisent directement l’Internet pour des recherches avec des élèves peuvent être aidés aussi par la « Cellule Français et informatique », en se rendant sur <users.skynet.be/ameurant/francinfo/motcle.html>, ceci pour des conseils pratiques concernant les investigations surfantes. Autre adresse belge à ne pas oublier de consulter : <www.cfwb.be>, le site du Ministère de la Communauté française. (Source : Editions Van In)

Écritures migrantes

Les éditions du Cerisier publient, dans leur collection « Faits et gestes », le premier roman de Malika Madi : Nuit d’encre pour Farah. L’histoire est touchante, le point de vue de l’auteur est pénétrant ; en somme, on est, loin de tout folklore « ethnique » et des slogans bien-pensants, aux prises avec les réalités des hommes et des femmes aujourd’hui. Dommage qu’on continue à laisser des maladresses dans les textes pour les rendre plus « vrais » : ce n’est pas nécessaire. À recommander : Éditions du Cerisier, 20, rue du Cerisier, B-7033 Cuesmes.

Il pleut des livres de poche

Mode, ou adaptation pertinente à un marché qui évolue, on ne sait trop encore, mais le fait est que la série patrimoniale des éditions Labor, Espace Nord, a fait des émules. Les éditions de l’Académie ont suivi les premières, avec deux séries dont le profil était nettement patrimonial lui aussi. Les éditions Ancrage, plus récemment lancées, comptent vingt titres déjà à leur catalogue, où voisinent les inédits et les rééditions (d’ouvrages belges pour la plupart), avec une prédilection pour les auteurs contemporains. Voilà que les éditions Le Cri se mettent à leur tour au format de poche, avec neuf titres publiés à la fois en novembre 2000. Ils se répartissent en sous-collections vouées respectivement au patrimoine romanesque, aux essais littéraires, à la littérature contemporaine. Deux volumes de Rodenbach, Le Carillonneur et L’Arbre, un de Maeterlinck, La Sagesse et la destinée, dans la première. Deux ouvrages d’Albert Dasnoy, et un de Micheline Van der Beken consacré à Zola, dans la deuxième. Thilde Barboni, Jean-Louis du Roy et Xavier Deutsch (Victoria Bauer !) se partagent la troisième.

  • Revues.org