Navigation – Plan du site
Chroniques

Colloques

p. 117-118

De la traduction

Le Parlement de la Communauté française de Belgique s’intéresse à la traduction littéraire : il a patronné, le 2 septembre 2000, au Château de Seneffe, une journée d’études consacrée à cette question. On y a consacré du temps à la vieille question d’une littérature belge de langue française vs littérature francophone de Belgique, avant de céder la parole à divers écrivains traduits et à de nombreux traducteurs. Rens. Service des Relations publiques du Parlement de la Communauté française, Mme Paquet, Rue de la Loi, 6, B-1012 Bruxelles.

Nouvelles de Belgique et de Suisse

L’hypothèse de travail qui consiste à comparer les deux domaines francophones helvétique et belge avait déjà donné lieu, notamment, à un colloque sur les identités littéraires, à l’initiative de Paul Gorceix. Elle est reprise en France, avec un projet de colloque international qui doit se tenir les 18 et 19 octobre 2001 à l’Université de Lyon-3. On cible cette fois le genre particulier de la nouvelle, avec la double arrière-pensée que ce genre pourrait à la fois être pratiqué différemment en Suisse et en Belgique, et pour une autre part, identiquement dans ces deux pays par différence avec le reste de l’espace francophone. Renseignements : <hilsummireille@easynet.fr> et <longre@univ-lyon3.fr>.

Figures de l’entre-deux-guerres

Le 2ème Congrès des « franco-romanistes » allemand, qui s’est tenu à Dresde du 25 au 27 juillet 2000 sous le signe des francophonies, avait tenu à accueillir une « section belge ». Le thème retenu — L’autre modernité : avant-gardes et modernismes en Belgique francophone durant l’entre-deux-guerres — ouvrait la réflexion sur un pan encore peu étudié de la créativité des années 20 et 30. Après une allocution d’ouverture par Marc Quaghebeur, on y a entendu des communications consacrées à Franz Hellens (B. Denis), Eric de Haulleville (P. Aron), Camille Poupeye (P. Piret), Marguerite Yourcenar (A. Rieger), Paul Colin (H. Roland), Robert Vivier (A. Neuschäfer), Gaston-Denys Périer (P. Halen). À noter que, dans d’autres sections, Sylvia Schreiber a parlé de Henri Michaux et de Christian Dotremont, et Jacques Dubois, de la poésie de Guy Goffette, William Cliff, Eugène Savitzkaya et Jean-Pierre Verheggen. Par ailleurs, Marc Lits a donné une conférence sur la littérature sérielle, qui a fait la part belle aux séries policières d’hier et d’aujourd’hui.

Simenon et le cinéma

Le Centre d’Études Simenon de l’Université de Liège a organisé, en présence de M. John Simenon, fils de l’auteur, et de Denys de la Patellière, réalisateur, les vendredi 27 et samedi 28 octobre 2000, un colloque intitulé Simenon à l’écran. Faut-il rappeler que Georges Simenon est un romancier qui compte parmi les plus lus dans le monde, les plus traduits, mais sans doute aussi parmi les plus adaptés au cinéma (une soixantaine de long-métrages, sans parler des centaines de téléfilms, principalement consacrés aux Maigret) ?

Simenon s’est pendant longtemps méfié du cinéma et fut déçu par des adaptations qui ne lui apportèrent ni succès critique, ni succès commercial. Pourtant, de l’avis des cinéphiles et des analystes de films, une vingtaine d’œuvres intéressantes ont été tirées de ses livres pour le grand écran : La Nuit du carrefour, La Tête d’un homme, Maigret tend un piège, L’Affaire Saint Fiacre, Les Inconnus dans la maison, Le Voyageur de la Toussaint, Panique, etc. Le colloque entendait questionner et la force de la littérature et les dispositifs de ses métamorphoses filmiques. Équilibre périlleux, sans doute, et réussites rares. Certes. Il avait pour but d’ouvrir une réflexion sur les raisons qui ont poussé maints cinéastes, toutes esthétiques et toutes époques confondues, à « s’adapter » aux thèmes, aux ambiances, au « ton » Simenon. Il entendait aussi redéfinir l’adaptation, non pas comme ce « plus » qui s’ajouterait à l’œuvre littéraire, mais comme cet « autre » qui en émane. [communiqué]

Littératures pour la jeunesse

L’Institut Charles Perrault, localisé à l’Université de Paris 13, organise à Eaubonne un colloque intitulé Perspectives contemporaines du roman pour la jeunesse, les 1-2 décembre 2000. Un autre sur La réappropriation littéraire des contes, les 3 et 4 mars 2001. Il publie des ouvrages relatifs au domaine. Les chercheurs, enseignants et étudiants intéressés par le domaine sont invités par ailleurs à se signaler, dans la perspective de la publication d’un Annuaire de la recherche et de la critique en littérature de jeunesse. Contact : <imagecom@club-internet.fr>

  • Revues.org