Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Henri Moke à Barbara

Moke (Henri), Les Gueux de mer

Bruxelles, Académie royale de Langue et Littérature françaises, Collection Histoire littéraire, 2001, 443 p.
Marc Quaghebeur
p. 140
Référence(s) :

Moke (Henri), Les Gueux de mer. Bruxelles, Académie royale de Langue et Littérature françaises, Collection Histoire littéraire, 2001, 443 p.

Texte intégral

1Heureuse initiative que celle de l’Académie de republier le premier roman de Moke (1803-1862), introuvable depuis des décennies. Non seulement parce que Le Gueux de mer constitue un bon roman historique mais parce que ce récit, publié en 1827, laisse apercevoir, dès la période hollandaise, des indices non négligeables de constitution d’un champ littéraire spécifique ainsi que des éléments patents de la formation d’une conscience nationale.

2Tous les éléments de l’imaginaire croisé de l’Espagne noire et du Gueux, équivalent du Belge — dont De Coster poussera les ingrédients jusqu’au mythe — se trouvent déjà réunis dans ce livre écrit à une époque où, qui plus est, l’exhalation du Taciturne est celle de la dynastie régnante ou une douce invite à se souvenir de ses vertus. L’historien qu’est Moke réussit en outre dans cet ouvrage à créer des personnages attachants, plus proches certes de ceux qui sortiront plus tard de la plume d’un van Bemmel que d’un De Coster. Il donne même un portrait d’Albe qui n’exclut pas une part secrète, moins inhumaine qu’ à l’ordinaire.

3Dans son introduction, Raymond Trousson situe bien cette fiction dans le cadre du roman historique du xixe siècle, fournit les éléments connus de la carrière de Moke ; esquisse le rapprochement avec De Coster et laisse ouverte l’analyse interne du roman. Dommage que ce volume de la collection « Histoire littéraire » mette le titre au pluriel (Les Gueux de mer), en contradiction d’ailleurs avec le texte du préfacier ; ou qu’il omette le sous-titre du livre repris jusqu’ici La Belgique sous le duc d’Albe — indice, parmi d’autres mais clair, de ce qui se jouait dans les esprits des intellectuels des années 1820 installés au Sud des grands Pays-Bas mis en place par le Traité de Vienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Quaghebeur, « Moke (Henri), Les Gueux de mer », Textyles, 20 | 2001, 140.

Référence électronique

Marc Quaghebeur, « Moke (Henri), Les Gueux de mer », Textyles [En ligne], 20 | 2001, mis en ligne le 20 juillet 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/961

Haut de page

Auteur

Marc Quaghebeur

Archives et Musée de la littérature

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org