Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

L’Afrique centrale dans les littératures européennes. Études réunies et préfacées par Pierre Halen

Bremen, Palabres éditions, coll. Études francophones de Bayreuth, volume 3, 1999, 176 p.
David Vrydaghs
p. 138-139
Référence(s) :

L’Afrique centrale dans les littératures européennes. Études réunies et préfacées par Pierre Halen. Bremen, Palabres éditions, coll. Études francophones de Bayreuth, volume 3, 1999, 176 p.

Texte intégral

1Ces études de littérature comparée sont les versions retravaillées de communications présentées lors de deux journées à Bayreuth (juillet 1993) et à Bruxelles (mars 1994). Elles répondent à l’objectif suivant : mesurer l’horizon, dans une perspective identitaire, qui a participé de la constitution et de la configuration actuelle des littératures d’Afrique centrale. Les exposés portent sur des textes d’auteurs européens (principalement Belges et Italiens) et tentent, le plus souvent dans une dimension historique, de nuancer, voire de redéfinir ce que la critique connaît sous le nom de littérature coloniale.

2Dans les articles consacrés aux écrivains belges, Edmond Picard occupe une place importante. Paul Aron, comparant le récit de voyage de ce dernier (Congolie) aux productions de Victor Arnould et de Charles Buls, montre le rôle de médiateurs que ces hommes jouèrent dans le passage de considérations coloniales de la sphère politique à la sphère artistique. L’analyse s’imposait devant le fait étrange que l’État belge, à cette époque peu soucieux d’interférer avec le monde artistique, ait fait appel à des artistes novateurs et faiblement légitimés dans sa propagande coloniale. Curieux aussi que ces artistes, individualistes, aient accepté. Aron montre l’importance dans cette acceptation de la théorie des races. Les auteurs concernés se satisfaisaient de la politique humanitaire de l’administration de Léopold II étant donné que leurs conceptions raciales les empêchaient de souhaiter des droits comparables aux leurs pour les peuples africains. Aron insiste ensuite sur le statut particulier de ces médiateurs, ressortant aux registres littéraire et politique, qui leur permit de promouvoir des projets économiques dans des pratiques relevant d’un art d’avant-garde. Le second article consacré à Picard, dû à la plume d’Annick Vilain, apporte des informations supplémentaires quant à cette période mais est d’un potentiel explicatif nettement moins riche que l’exposé d’Aron.

3La communication de Véronique Porra porte sur la réévalution du rôle d’une nouvelle de Pierre Ryckmans, « Le lieutenant de la Ferté » (publiée dans le recueil Barabara), nouvelle qui se présente comme une réponse au roman Monsieur de la Ferté du Français Pierre Benoit. Le début de la démonstration s’attache à faire du roman de Benoit moins un texte sur l’Afrique que sur les relations franco-allemandes. Benoit semble souhaiter une union de ces deux grandes nations européennes par une aristocratie commune. Dans le texte de Ryckmans, l’Afrique semble jouer le même rôle de moyen, et non de fin, visant à une démolition de l’idéologie de Benoit. Il n’y est jamais question de concorde, mais d’hostilité entre les trois parties (les Allemands, les Français et les Africains). Il s’agit pour Ryckmans de montrer que l’Afrique ne peut porter le poids des alliances et des conflits entre Européens. Une telle lecture de la nouvelle permet ensuite à Porra de réévaluer la place de celle-ci dans le recueil Barabara. La nouvelle fait alors partie intégrante de l’élaboration d’une conception coloniale de l’auteur, et n’est plus seulement une attaque contre Pierre Benoit.

4Le texte de Pierre Halen, s’attachant à un cas particulier (la réception seconde des œuvres de Cornélus), interroge deux problématiques : (a) le statut de ce que l’on appelle encore aujourd’hui littérature coloniale ; (b) la pertinence idéologique d’une œuvre par rapport aux contraintes politico-morales du champ dans laquelle elle s’inscrit. Au travers des aléas d’une réception qui a tantôt privilégié l’aspect esthétique (pour faire de Cornélus un exemple du réalisme lyrique) et tantôt l’aspect éthique (pour en faire un pourfendeur de l’idéologie colonialiste) au détriment de l’œuvre elle-même, Pierre Halen met en doute l’existence d’un champ spécifique. Et il insiste sur la méconnaissance de cette littérature dans le chef même des critiques qui en parlent et la présentent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Vrydaghs, « L’Afrique centrale dans les littératures européennes. Études réunies et préfacées par Pierre Halen », Textyles, 20 | 2001, 138-139.

Référence électronique

David Vrydaghs, « L’Afrique centrale dans les littératures européennes. Études réunies et préfacées par Pierre Halen », Textyles [En ligne], 20 | 2001, mis en ligne le 20 juillet 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/958

Haut de page

Auteur

David Vrydaghs

FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org