Navigation – Plan du site
Chroniques

La Chronique des Archives et Musée de la Littérature

Saskia Bursens et Vincent Radermecker
p. 112-114

Texte intégral

1En dépit d’une reconfiguration fastidieuse de la totalité du système informatique du Musée, l’institution se réjouit des avancées dans le dépouillement des fonds d’archives acquis récemment. Deux d’entre eux ont été l’objet de soins particuliers : les archives héritées de Suzanne Lilar et celles venues du Théâtre de l’Esprit Frappeur.

Les Archives Suzanne Lilar

  • 1 La « Miquette qui ne sera jamais une grande personne » dans la dédicace de Lilar au Divertissement (...)
  • 2 D’après l’expression de Colette Nys-Mzure, dans Indications, n° 3 (mai 1991), p. (ML 7553).
  • 3 Annie Le Brun, Suzanne Lilar ou l’amour-symbole, dans Le nouvel Observateur, n° 987 (7-13 octobre 1 (...)
  • 4 Idem.
  • 5 Suzanne Lilar, Une enfance gantoise, Paris, Grasset, 1976, p. 205 (MLA 4585).

2Suzanne Lilar… C’est d’abord Suzanne Verbist, la première femme avocate inscrite au Barreau d’Anvers en 1926, la femme d’Albert Lilar, avocat comme elle et futur Ministre de la Justice, la mère de la romancière Françoise Mallet-Joris et de l’historienne d’Art Marie Frédéricq1. C’est enfin, avec la maturité, la femme de théâtre (Le Burlador, Tous les chemins mènent au ciel, Le Roi lépreux, entre 1945 et 1950, soixante ans de théâtre belge, 1952), la romancière (Le Divertissement portugais, La Confession anonyme, 1960), l’essayiste (Le Journal de l’analogiste, 1954, Le Couple, 1963, À propos de Sartre et de l’amour, 1967, Le Malentendu du deuxème sexe, 1969) et la narratrice magicienne du « roman des origines »2 (Une enfance gantoise, 1976). Une œuvre et une vie, « cycliques », profondément liées, cohérentes, s’enrichissant mutuellement et dont la principale originalité est ce « va-et-vient continuel entre l’intelligence critique et l’intelligence sensible »3, ce « souci de court-circuiter ce qui est habituellement séparé ou même divergent »4, cet attachement à la relation et à l’analogie qui la situe « dans la famille unitive, celle des rassembleurs »5. Une personnalité multiple, fascinante dans sa démarche philosophique, attachante par la douceur qu’elle semble prodiguer autour d’elle, telle est la Suzanne Lilar qui se découvre peu à peu dans ce fonds riche et passionnant.

  • 6 En humanités, Lheureux et quelques amis, dont certains aideront à la fondation du théâtre, avaient (...)
  • 7 Conjointement à la cave du 28, rue Josaphat qui accueillera toujours des spectacles sauf en cas de (...)
  • 8 Quelques exemples de cet éclectisme : en 1963, La Cantatrice Chauve d’E. Ionesco ; en 1966, Les Deu (...)
  • 9 Madame de Sadede Yukio Mishima dans l’adaptation d’I. De Decker et la mise en scène d’A.-A. Lheureu (...)
  • 10 Citons, entre autres, au niveau du théâtre, la mise en scène conjointe avec J. Huisman de Lorenzacc (...)

3Précédemment, dans le n° 14 de Textyles, en 1997, paraissait une première et enthousiaste description du Fonds Lilar. Depuis, l’eau a coulé sous les ponts et le travail d’archivage a suivi son cours. Les 33 caisses de documents en tous genres (livres, revues, manuscrits, correspondances, photographies) légués par Françoise Mallet-Joris, ont laissé place à plus de 100 dossiers toilés et boîtes d’archives. Le tri des documents est pour ainsi dire terminé, leur dépouillement, en cours, faisant apparaitre de grands ensembles : 1. Les ouvrages de l’écrivain. 2. Ces mêmes ouvrages en traduction (dont quelques manuscrits). 3. Les éditions rares et précieuses. 4. Les articles et discours de Suzanne Lilar. 5. Une cinquantaine de manuscrits autographes ou dactylographiés (on retiendra ceux du Burlador, du Journal de l’analogiste, de La Confession anonyme, d’un « Journal » fragmentaire)6. Les nombreux « cahiers » à caractère autobiographique où Lilar consignait diverses réflexions et notes de lecture7. Les publications sur Suzanne Lilar8. Les dossiers de presse (relatifs à chacun de ses ouvrages et à son activité à l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises).9. De grands dossiers thématiques (sur la psychanalyse, la philosophie, les sciences, le féminisme, la sexualité…)10. De nombreux dossiers nominatifs, reprenant, selon les goûts et les préoccupations de Lilar, des textes de et/ou sur des personnalités aussi différentes que Simone de Beauvoir, Charles Moeller, Kafka, T.S. Eliot… 11. Enfin et surtout, un gigantesque ensemble de correspondances, composé de plus de deux mille lettres d’écrivains belges, français et étrangers. Depuis cette année, les lettres sont classées alphabétiquement par correspondant et une bonne moitié est déjà dépouillée ; elles forment, progressivement, une image fidèle et parfois surprenante de l’écrivain et de son oeuvre.

Saskia Bursens

Les archives du Théâtre de l’Esprit Frappeur

4Reçues il y a peu, les archives du Théâtre de l’Esprit Frappeur ont fait l’objet d’un préclassement et leur traitement est en cours. Ce théâtre, dont le nom plein d’humour rappelle un canular d’étudiants 6 a marqué le théâtre francophone de Belgique. Le premier, il a balisé la voie de ce qu’on appelle toujours le « Jeune Théâtre ». Moins peut-être par son répertoire que par le côté « aventure » des débuts. Fort de sa passion et d’une poignée de fidèles, son animateur, A.-A. Lheureux, a tenu, contre vents et marées, de 1963 à 1990, investissant plusieurs lieux 7 pour finalement, assailli de dettes, lâché par les pouvoirs publics, jeter l’éponge. Demeuré plus de dix ans au Résidence Palace dans des conditons d’ordre et de conservation peu optimales, les archives nous ont été cédées par Anny Moureau, la fidèle des débuts.

5Quelles furent les spécificités de ce théâtre ?

6Installée à ses débuts à Saint-Josse, dans la cave parentale du futur directeur, au 28 rue Josaphat, l’équipe a établi un rapport de proximité avec son public, rapport familial qui contrastait avec l’ambiance figée des théâtres en place. Au début, les récitals de Julos Beaucarne, de Zosso, de Gilbert Becaud firent l’essentiel de la programmation, le théâtre s’axant sur les pièces humoristiques d’un Ionesco, d’un Obaldia, d’un Feydeau, et même la seule pièce écrite par Picasso. Dès 1969, se marque le souci de créer des spectacles à sketches originaux en faisant appel à des humoristes de chez nous : Richard Olivier, André Burton, Pierre Sterckx, Jean-Luc Debattice… Depuis le début aussi, beaucoup de membres de l’équipe sont polyvalents : le directeur joue et met en scène ; certains sont chanteur et comédien ; d’autres, écrivain et acteur… Préférant les habits d’Arlequin aux smokings, A.-A. Lheureux refuse de se laisser enfermer dans un genre, comme de se laisser charmer par un auteur ou par un style d’auteur. À côté de la veine « humour », sont ainsi donnés des spectacles noirs, des classiques, des spectacles poétiques, des actes coquins… 8 Ce que l’équipe recherche, c’est le plaisir partagé dans l’instant et dans un lieu dont on exploite les mystères et les potentialités. Peu à peu toutefois, la marque du directeur se fera plus forte, notamment dans sa volonté de faire partager au public la quête d’infini d’un Mishima, d’un Pasolini au travers de la pièce de Kalisky, d’un Brel ou encore des anciens chevaliers du Graal à travers l’unique pièce de J. Gracq : Le Roi pêcheur 9 .

7Ce souci de parler directement au public, plus que d’approfondir l’univers de quelques grands poètes ou de quelques grands personnages de théâtre, se reflète dans la qualité des affiches. A.-A. Lheureux fait là œuvre de précurseur. Sans être grandes — budget oblige — les affiches, dues au début essentiellement à Robert Detheux, accrochent, et par leurs couleurs vives, et par le motif toujours suprenant — pensons au pied géant pour Les sept manières de traverser la rivière — et par la composition qui confond parfois haut et bas, objet animé et inanimé… À la fin des années 60, que ce soit au Rideau, au Parc ou au National, l’affiche calligraphiée « type » avec, en grand, les noms de l’écrivain, du metteur en scène et des vedettes primait encore.

8Ce soin est à mettre en parallèle avec le souci d’utiliser au mieux toutes les virtualités techniques du moment et du lieu. Que ce soit, dans la cave de Saint-Josse, une recherche constante de scénographie adaptée pour chaque spectacle, avec changement de position des spectateurs. Que ce soit, à Forest-National, l’utilisation, pour Phèdre, des possibilités techniques et acoustiques de l’immense salle — le son venait de derrière les spectateurs par une amplification micro. Que ce soit au Botanique ou, bien que dans une moindre mesure car Lheureux y travaille moins lui-même, au Résidence, la recherche technique a toujours mobilisé l’équipe.

9Cette volonté de toujours diversifier, innover, chercher, fut à la base, à l’Esprit Frappeur, d’expositions organisées en parallèle aux spectacles ou, plus tard, au Résidence, de concerts jumelant la programmation théâtrale. Ce souci motiva aussi la découverte d’auteurs belges : les créations les plus intéressantes à ce niveau furent La Bavure de J. Danois en octobre 1976 mise en scène par R. Simons, La Passion selon Pier Paolo Pasolini de R. Kalisky mis en scène par A.-A. Lheureux fin 1977-début 1978, L’Ephémère est éternel de M. Seuphor, pièce écrite en 1926 et mis en scène pour la première fois en juin 1979 par C. Confortès dans le cadre d’une année consacrée entièrement aux auteurs belges, ainsi que La Salle des Profs de L. Wouters, en 1983, mise en scène par Lheureux avec prolongations et reprises.

10On l’aura deviné, le fonds est aussi riche que désordonné, désordre encore accru du fait des déménagements successifs, du temps passé. À la correspondance habituelle d’un théâtre, à sa revue de presse, aux dossiers préparatoires aux productions et tournées (ici particulièrement étoffés), aux documents administratifs et comptables — certaines pièces manquent car des actions judiciaires sont toujours en cours —, s’ajoutent de nombreux tapuscrits, témoins de la passion de découvreur et d’adaptateur de Lheureux. Les documents d’information générale propres à tout directeur : dossiers sur des comédiens, des danseurs, des compagnies, répertoires, revues spécialisées sont en grand nombre. En outre, ont été conservés les documents préparatoires aux multiples activités annexes du directeur, comme membre de jury, postulant à la direction d’autres théâtres, professeur à l’IAD, à l’INSAS et à l’INFAC, conférencier, réalisateur de cinéma, metteur en scène de théâtre et d’opéra 10. D’autres documents attestent, de manière plus intime, de l’amitié de nombreuses personnes pour l’équipe ainsi que de la vie des lieux successivement ou conjointement occupés.

11Nous sommes particulièrement heureux d’avoir reçu ce fonds et de le rendre sous peu accessible aux chercheurs. Après l’invento­risation du fonds du théâtre du Parvis qui vient de se terminer, c’est tout un nouveau pan du « Jeune théâtre » qui s’ouvrira aux passionnés, pour des travaux d’autant plus intéressants qu’ils pourront être menés en parallèle avec des interviews de certains du moins des acteurs de l’époque.

Vincent Radermecker

Haut de page

Notes

1 La « Miquette qui ne sera jamais une grande personne » dans la dédicace de Lilar au Divertissement portugais (MLA 17055).

2 D’après l’expression de Colette Nys-Mzure, dans Indications, n° 3 (mai 1991), p. (ML 7553).

3 Annie Le Brun, Suzanne Lilar ou l’amour-symbole, dans Le nouvel Observateur, n° 987 (7-13 octobre 1983), pp. 80-81 (MLR 1296).

4 Idem.

5 Suzanne Lilar, Une enfance gantoise, Paris, Grasset, 1976, p. 205 (MLA 4585).

6 En humanités, Lheureux et quelques amis, dont certains aideront à la fondation du théâtre, avaient imaginé et mis au point un mécanisme démontable qui, le bâtiment de l’école étant sur pilotis, pouvait faire entendre trois coups à des moments évidemment choisis. Ils appellaient cela : l’esprit qui frappe. D’où le nom de « Théâtre de l’Esprit Frappeur ».

7 Conjointement à la cave du 28, rue Josaphat qui accueillera toujours des spectacles sauf en cas de travaux de rénovation, le TEF occupe successivement Forest-National, de 1973 à août 1975, puis Le Botanique, avec des autorisations officielles et sans salle adaptée, à partir de la saison 1976/1977. En 1984, la rénovation de ce lieu est terminée, mais à son grand désappointement Lheureux n’en a pas la direction générale. De 1987 à 1990, le TEF investit, sans subside en proportion, le Résidence Palace.

8 Quelques exemples de cet éclectisme : en 1963, La Cantatrice Chauve d’E. Ionesco ; en 1966, Les Deux Bourreaux de F. Arrabal ; en 1970, Dom Juan de Molière ; en 1971, La Nuit et le Moment de Crébillon Fils (création mondiale) ; en 1973, Les Sept Manières de traverser la rivière de L. de Boer dans une adaptation de J. Sigrid…

9 Madame de Sadede Yukio Mishima dans l’adaptation d’I. De Decker et la mise en scène d’A.-A. Lheureux, du 13/09/1976 au 23/10/1976 au Botanique. La Passion selon Pier Paolo Pasolini de R. Kalisky mis en scène par A.-A. Lheureux, du 09/12/1977 au 24/01/1978, par intermittence, à Lille, Genève, Bruxelles (au Botanique) et Liège, spectacle repris en 1981. Brel en mille temps, mise en scène par A.-A. Lheureux, au Botanique, de septembre à décembre 81, plus une tournée. Le Roi Pêcheur de J. Gracq, mis en scène par A.-A. Lheureux, du 25/10/1984 au 01/12/1984, au Botanique.

10 Citons, entre autres, au niveau du théâtre, la mise en scène conjointe avec J. Huisman de Lorenzaccio d’A. de Musset au National en 1969-70, celle de Le Rouge et le Noir adapté de Stendhal au Rideau en 1971 et, la même année, de La Dévoration de P. Van den Bosche au Parc…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saskia Bursens et Vincent Radermecker, « La Chronique des Archives et Musée de la Littérature », Textyles, 19 | 2001, 112-114.

Référence électronique

Saskia Bursens et Vincent Radermecker, « La Chronique des Archives et Musée de la Littérature », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/957

Haut de page

Auteurs

Saskia Bursens

Articles du même auteur

Vincent Radermecker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org