Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

« Notre Congo / Onze Kongo ». La propagande coloniale belge : fragments pour une étude critique

[Catalogue de l’exposition]. Conception et réalisation : Françoise De Moor & Jean-Pierre Jacquemin. Textes : Jean-Pierre Jacquemin. [Bruxelles], CEC (Coopération par l’Éducation et la Culture), 2000, 85 p., ill., 21x26 cm.
Pierre Halen
p. 137-138
Référence(s) :

« Notre Congo / Onze Kongo ». La propagande coloniale belge : fragments pour une étude critique. [Catalogue de l’exposition]. Conception et réalisation : Françoise De Moor & Jean-Pierre Jacquemin. Textes : Jean-Pierre Jacquemin. [Bruxelles], CEC (Coopération par l’Éducation et la Culture), 2000, 85 p., ill., 21x26 cm.

Texte intégral

1L’association sans but lucratif CEC (Coopération par l’Éducation et la Culture), comme son nom l’indique, s’est donné une mission essentiellement éducative et pédagogique, au service d’une meilleure compréhension avec les hommes et les sociétés qu’on envisage dans l’optique d’une « coopération » : ceux et celles de ce Sud autrefois colonisé et dominé. Un des aspects importants de ce travail est la déconstruction des images et des discours qui, pendant des décennies, ont inculqué aux métropoles le sentiment, voire l’assurance, du bien-fondé de la domination. Et le fait est que, quarante ans après les indépendances africaines, il traine encore, dans les représentations européennes (mais peut-être aussi africaines), des images et des schémas anachroniques, qui gênent la formation des relations plus égalitaires, et pour tout dire plus intelligentes, qu’on souhaite. Ces relations peuvent-elles se mettre en place sans, à leur tour, s’imaginer ? Ce n’est pas sûr, et dès lors le besoin se fait sentir, davantage encore aujourd’hui en raison de la prégnance accrue des médias, cette « propagande inavouée » comme disait autrefois J.-M. Piemme, d’une éducation à l’image, et non seulement à telle série d’images.

2Cela dit, la présente publication est un album illustré (en noir et blanc), à la couverture souple, aussi clair que maniable. On y a reproduit tous les textes, ainsi qu’un choix d’images de l’exposition « Notre Congo / Onze Kongo ». Cette exposition est itinérante, et peut donc être installée en divers lieux (s’adresser : CEC : Rue Joseph II, 18, B-1040 Bruxelles). Le matériel est, pour l’essentiel, emprunté à une exposition antérieure, qui avait été présentée à l’Université de Bruxelles et à Lille, et qui avait pour objectif une comparaison entre les propagandes coloniales française et belge. Rappelons qu’auparavant, l’association CEC avait déjà monté l’exposition Congo-Zaïre 1885-1985 et participé, toujours dans le même esprit, à l’exhibition en Belgique de l’exposition Le Noir du Blanc (1991).

3L’expression « Notre Congo » ou « Onze Kongo » est particulièrement bien choisie pour désigner le discours colonial en Belgique. Rappelons d’abord qu’elle a parfois un sens surtout géographique, par différence sous-entendue avec le Congo « français » (qui serait alors « leur Congo ») : géographie déjà sentimentale, à vrai dire, puisque ce genre de détail fait apparaitre le très ancien réflexe national d’une différenciation volontaire vis-à-vis de la France. Mais l’expression, le plus souvent, a aussi un autre sens : celui d’une appropriation familière ou familiale qui, à la fois, constitue un « nous » national et rapproche de celui-ci, jusqu’à feindre de l’intégrer au sein de la famille, un espace qui n’est plus tout à fait un espace autre. La formule induit une forme de paternalisme et/ou de maternalisme, et n’est pas sans ambigüité. Si, historiquement, elle apparait dès la période de l’État Indépendant du Congo, son véritable déploiement date de la « reprise » officielle, elle aussi ambigüe du reste, du Congo par le Royaume de Belgique. Edmond Picard sera l’un de ses propagateurs, avec Notre Congo en 1909, qui sera traduit et publié en néerlandais dès 1910, année qui est aussi celle de la fondation du périodique louvaniste : Onze Kongo. On pourrait s’amuser à dresser la liste des nombreux titres d’ouvrages ou d’articles qui, jusqu’à 1960, reprennent la formule, éventuellement sous les variantes : « notre empire colonial », ou plus simplement « notre colonie ». Autre série de variantes, un peu différente tout de même : « Nos Noirs », « Onze Kongoleesche Bevolking ». Avec des applications dans le domaine des arts et de la littérature : un exposition se tient par exemple à Bruxelles en 1937, intitulée : Notre Congo peint par nos livres. Dans ce cadre général, le titre Notre Congo - Onze Kongo fait plus précisément référence, semble-t-il, à un « Album illustré de vignettes », diffusé par les Chocolats Jacques en 1948. Observons au passage que le titre français : Congo Belge. Portrait d’une société coloniale (1984) de l’essai de Hilde Eynikel avait perdu une partie de son sens par rapport au néerlandais : Onze Kongo. Portret van een koloniale samenleving (1983).

4Un fort bel album, sobrement présenté, et une jolie collection de documents où alternent des images déjà abondamment glosées, et d’autres moins connues, comme cette affiche : Alerte ! L’Allemagne veut prendre notre Congo (Katouka ! on ne passera pas !) de la fin des années 1930, qui évoque un moment généralement oublié de l’histoire coloniale. L’introduction rappelle les expositions antérieures et, un peu sur la défensive, tente d’éviter un malentendu en précisant que l’étude des images n’est en rien l’étude des faits, que les unes ne rendent pas compte des autres. Ceci, en réponse aux critiques émises par certains visiteurs des expositions antérieures, s’appuyant sur leur souvenir personnel des « réalités ». C’est peut-être simplifier beaucoup la question, et l’on peut s’interroger sur la possibilité, pour ce qui constitue en somme une représentation de représentations, d’échapper elle-même à la logique de la « propagande », quoi qu’il en soit des valeurs qui sont ici défendues et auxquelles il est difficile de ne pas adhérer. On sort bien entendu du sujet qu’un tel livre pouvait aborder. Un regret tout de même : le vocable de « civilisation », qui semble ici le point nodal de la critique adressée au discours colonial, est-il si condamnable en soi (cf. Textyles, n°14, 1997, pp.199-205) ? C’est davantage l’usage qui en est fait, et la perspective inégalitaire où il s’insère à l’époque coloniale, qui doivent être récusés, tandis que le mot lui-même, s’il était pensé, par exemple, comme incluant la valeur d’égalité, éclairerait le sens de cette exposition qui se destine à nous civiliser, et qui, en ce sens, fait bien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « « Notre Congo / Onze Kongo ». La propagande coloniale belge : fragments pour une étude critique », Textyles, 20 | 2001, 137-138.

Référence électronique

Pierre Halen, « « Notre Congo / Onze Kongo ». La propagande coloniale belge : fragments pour une étude critique », Textyles [En ligne], 20 | 2001, mis en ligne le 20 juillet 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/956

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org