Navigation – Plan du site

Ambivalent journaliste. Edmond Picard et la presse

Cécile Vanderpelen-Diagre
p. 27-38

Texte intégral

  • 1 C’est du moins ce qu’affirme Guislain (Albert), « Edmond Picard, journaliste. Lecture faite par M. (...)

1L’infatigable polygraphe est souvent cité comme l’archétype de l’écrivain-journaliste ; n’aurait-il pas eu coutume de dire que s’il « n’avait pas exercé la profession d’avocat, [il] se serait fait journaliste »1 ? Il est vrai qu’il prit une large part à la vie journalistique de son temps. Fondateur avec d’autres avocats du journal libéral radical La Liberté (1865-1867) et de la revue artistique L’Art moderne, il tint une chronique dans Le Peuple (plus de 500 articles entre 1893 et 1907) et écrivit pour des dizaines de périodiques, toutes tendances et catégories confondues. Mais les biographes qui le qualifient de journaliste oublient souvent de citer sa pièce de théâtre Ambidextre journaliste (1904), impitoyable pamphlet contre les dérives de la profession. Est passé également sous silence le cortège d’insultes, quolibets et sobriquets qu’il déverse sur les « journaleux » à tous propos dans... les journaux.

  • 2 Voir Charle (Christophe), Naissance des « intellectuels » (1880-1900), Paris, Éditions de Minuit, c (...)

2Comme de nombreux autres hommes de lettres, Picard exerce massivement les activités d’une profession qu’il dénigre. Ce comportement s’explique évidemment par un contexte d’élargissement du champ intellectuel qui aboutit au renforcement de la hiérarchie à l’intérieur de ce champ2. Mais l’ambivalence de Picard ne s’explique pas seulement par la tension entre presse et littérature. Elle ne trouve tout son sens que si on la replace dans la lutte d’influence que se livrent les élites à la fin du xixe siècle afin de déterminer qu’elles sont les catégories socioprofessionnelles les plus légitimes pour représenter l’opinion publique. Dans cette compétition, journalistes, avocats, hommes politiques (en voie de professionnalisation), écrivains et intellectuels au sens large tiennent le haut du pavé. Coincé entre ces différentes fonctions, Picard ne peut toutes les embrasser avec la même implication. Pour comprendre ses choix, il faut reprendre les étapes de sa carrière d’homme public au regard du jugement social qui leur est contemporain.

L’art de la jurisprudence3

  • 3 Pour la carrière professionnelle de Picard et sa conception du droit, on lira : Coppein (Bart), « " (...)
  • 4 Martyn (Georges), « Evoluties en revoluties in de Belgische advocatuur », dans Politieke en sociale (...)
  • 5 Cité dans Bertrand (Louis), Histoire de la démocratie et du socialisme en Belgique depuis 1830, Bru (...)
  • 6 Ibidem, p. 148.

3Picard naît six ans après la Belgique, dans un pays baigné par l’idéologie libérale qui a proclamé la liberté de la presse comme l’un des points cardinaux de ses valeurs. Pour les constituants qui ont fait la démocratie parlementaire, la presse d’opinion est un forum de discussion, le complément nécessaire du débat parlementaire dans le dialogue avec l’opinion publique. Les juristes, par ailleurs largement surreprésentés à la Chambre des députés, ont pignon sur rue dans le domaine de l’imprimé. Ils sont longtemps les principaux fondateurs et animateurs des grands titres, habitués qu’ils sont à la pratique du débat et au jargon technique et administratif y attenant4 Picard ne déroge donc pas aux attendus de sa classe et de sa profession quand, alors qu’il est à l’aube de sa carrière, il participe avec d’autres avocats au lancement de La Liberté, feuille vouée essentiellement à la défense d’un élargissement du droit de vote, soit la révision de l’article 47 de la Constitution. Bien que très proche du mouvement socialiste naissant, elle s’en écarte cependant fondamentalement en ce qu’elle est anti-collectiviste. Bien que ces animateurs s’expriment sans ambiguïté pour une justice accrue en faveur des ouvriers, il ne s’agit pas de leur déléguer le pouvoir : « Lorsque l’initiative de la réforme est prise par le pouvoir, il s’opère une révision paisible, régulière et légale ; tandis que l’inertie des pouvoirs constitués oblige la nation à se soulever et à exécuter ses volontés par la force et la violence. »5 C’est dans le même esprit que Picard rédige le Manifeste des ouvriers, publié dans le supplément de La Liberté du 28 janvier 1866, se faisant le porte-parole du Comité ouvrier. Le manifeste insiste sur le fait que sa revendication pour la réforme électorale est pacifique. « Le peuple représente la force, et il sait ce qu’elle peut ; mais il ne la tirera pas du sommeil où elle repose chez nous depuis trente-cinq années. Il croit que le libre jeu de nos institutions peut tout donner à ceux qui savent mettre au service d’une conviction profonde, la volonté de lutter sans relâche, et de ne s’arrêter qu’après la victoire... »6 Peut-on imaginer plus bel éloge du système de la représentation parlementaire ?

  • 7 Picard (Edmond), Profession de foi politique, Bruxelles, Larcier, 1882, p. 6.

4Le style, le ton plus exactement, du périodique tient de l’art oratoire ; ses animateurs plaident pour la cause qu’ils défendent. Il ne s’agit pas d’informer le public mais, comme le dira Picard plus tard, de « combatt[re] par la plume [...] pour la mise en lumière et l’avancement des idées qui sont l’aliment même de la dignité nationale »7.

5En 1870, un groupe héritier de La Liberté formé de Charles Buls, Charles Graux, Léon Vanderkindere et Edmond Picard essaie de porter sur la scène politique la question de la révision de l’article 47. Après avoir essuyé une sérieuse défaite au poll de l’Association libérale, le groupe, moins Vanderkindere, se présente toutefois aux élections parlementaires. L’échec est cuisant : sur 9021 votants, il recueille 675 suffrages. Picard se présentera sans plus de succès en 1882, 1883 et 1884.

  • 8 Picard (Edmond), Confiteor, Bruxelles, Larcier, 1901, p. 164.
  • 9 Picard (Edmond), Profession de foi politique, Bruxelles, Larcier, 1882, p. 27.
  • 10 Picard (Edmond), Mon oncle le jurisconsulte. Scène de la vie judiciaire, Bruxelles, Larcier, 1884, (...)

6Dans le même temps, Picard fait son entrée en littérature. Les usages du barreau imprègnent profondément ces premiers pas puisqu’il fait des scènes judiciaires les thèmes de ses premières œuvres. L’art, revêtu d’une « dignité de puissance sociale »8, s’articule dans ses discours d’auto-justification au droit, source d’« harmonie d’où sortent l’honneur, la moralité, le caractère des hommes, toutes les vertus solides qui, en formant le citoyen à la probité, à la tolérance, à la justice, à l’esprit d’immolation, affermissent la patrie et sont l’aliment du bonheur »9. Mon oncle le jurisconsulte est construit comme un argumentaire pour montrer les aspects nécessairement complémentaires de ces deux arts. « Tâche, explique le sage jurisconsulte à son neveu, [...] d’avoir l’œil de l’artiste et l’œil du juriste. L’un te fera comprendre, l’autre te fera sentir. On peut être homme à la fois pour le Droit et pour l’Art. »10

  • 11 Aron (Paul), « Littérature judiciaire », dans Brogniez (Laurence), dir., Textyles, n° 31, Droit et (...)

7L’énergie que consacre l’avocat à concilier ces deux activités s’explique, comme l’a montré Paul Aron, par le désir de l’éminent avocat d’imposer sa profession et sa discipline comme l’un des ciments de la nation11. À l’heure où les ferments d’une Belgique artistique et littéraire digne de ce nom voient le jour, il est urgent de ne pas laisser la noblesse de plume faire ombrage à la noblesse de robe.

  • 12 Aron (Paul), « Émile Verhaeren, collaborateur à La Nation », dans Knabe (Peter-Eckhard) et Troüsson (...)
  • 13 Sauf pour Verhaeren, voir la collaboration de ces auteurs à La Réforme : De Paepe (Jean-Luc), « La (...)

8À ce stade, il n’est donc pas question d’ignorer la presse. Dans les années 1880, Picard s’y implique dans deux directions : la revue pour esthètes et les journaux d’opinion. En 1882, il fonde avec quelques amis L’Art moderne. Dans le même temps, il collabore régulièrement au National belge (1880-1884) et à La Nation (1885-1893). Ces dernières se veulent les tribunes d’un libéralisme radical qui, décidément, peine à se créer une clientèle. Héritiers du libéralisme né des Lumières, ces éphémères feuilles ont en partage trois credo : 1) les vertus de la raison et de l’enseignement qui la diffuse, 2) l’impératif d’instaurer le Suffrage universel et, 3) la nécessité d’améliorer la condition ouvrière, sans en passer toutefois par la dialectique matérialiste12. La représentation qu’elles ont de l’ordre social est fondamentalement libérale en cela qu’elle s’arrime dans la dynamique de l’encadrement. Cette rhétorique volontiers techniciste et intellectuelle est en congruence avec les convictions de nombreux écrivains qui collaborent à ces journaux, en même temps qu’à La Jeune Belgique : Émile Verhaeren, Max Waller, Georges Eekhoud, ou encore Albert Giraud13. En revanche, ces convictions peinent à convaincre tant la base du pilier libéral (les doctrinaires) que le peuple. Il n’est pas interdit de penser que c’est pour enfin trouver une voie d’entrée dans ce lectorat insaisissable que Picard tente sa chance dans le socialisme. D’autant que rien ne le retenait à l’Association libérale sous la bannière de laquelle il n’avait connu que des déboires.

Un Maelstrom qui suce, absorbe, résorbe quiconque s’en approche

9Picard entre de plain-pied dans le monde de la presse en 1893 lorsqu’il accepte d’assumer une chronique quotidienne dans Le Peuple. Cette année-là, il pose sa candidature de sénateur socialiste. Comme militant, il s’agit pour lui d’élargir la base du parti et de lui assurer de nouveaux cadres intellectuels, chargés de travailler à la propagande politique. Conscient qu’il doit investir ce champ, il ne le vit pas moins comme une contrainte, ce dont témoigneront les discours autojustificatifs qu’il écrira plus tard.

10La première attaque envers les journalistes date de 1890, dans L’Art moderne, dans un article non signé mais dont le style trahit l’auteur. On y découvre tous les reproches que Picard ne cessera d’adresser aux journalistes :

[...] ce qui certes, est exact, c’est qu’on ne peut impunément pratiquer quotidiennement cette fonction littéraire subalterne sans y altérer les meilleures qualités. L’obligation d’écrire à heure fixe, le drainage nécessaire et constant des idées et des formules, la facilité avec laquelle on se laisse aller à défendre moins ce qu’on pense et ce qu’on aime que l’opinion utile à la feuille qu’on sert, amènent l’épuisement et le dégoût de soi-même. [...].

  • 14 « Écrivains et journalistes », dans L’Art moderne, x, n° 41, 12 octobre 1890, p. 322.

Le corps vit alors de la plume, certes, mais l’intelligence a été tuée par elle. Ce spectacle est douloureux et pourtant c’est celui que nous offrent beaucoup d’hommes de talent, jadis formant les équipes de dix, de vingt journaux qui n’ont plus sur notre public la moindre influence politique ou artistique. Il est vrai que quelques exceptions confirment l’universel amoindrissement. Mais le journalisme (je risque une comparaison quelque peu ambitieuse) n’en est pas moins un Maelstrom qui suce, absorbe, résorbe quiconque s’en approche et ne rend à la surface que des malheureux bris, défigurés émasculés.14

11Voilà une prose qui contraste nettement avec la « profession de foi » dithyrambique sur les bienfaits du journalisme rédigée quelques années plus tôt ! C’est qu’entre-temps, trois évolutions majeures ont sérieusement modifié le paysage socioprofessionnel : la massification du journalisme, la différenciation entre la profession de journaliste et la formation juridique et enfin, la remise en question du rôle social des journalistes.

  • 15 Voir Van de Dungen (Pierre), Milieux de presse et journalises en Belgique (1828-1914), Bruxelles, A (...)

12L’extension du lectorat et les progrès techniques ont en effet amené une expansion inédite de la presse entre 1880 et 1890. Le secteur devient un énorme pourvoyeur d’emplois. Alors que précédemment cette activité était exercée en concomitance avec un métier plus stable (homme politique, professeur, avocat, homme de lettres), il est désormais possible d’en faire un métier à part entière. Il s’ensuit une croissance du nombre de journalistes. Beaucoup des nouveaux venus sont peu nantis en capital économique et scolaire et on parle d’un « prolétariat » intellectuel. D’une manière symptomatique, la formation en droit n’est plus une condition sine qua non d’accès à la profession15. Dans ces conditions, il est évident qu’on assiste d’une part à une dépréciation sociale du métier et d’autre part à une modification des références culturelles.

13Dans les années 1890, le discrédit qui pèse sur la profession atteint son zénith suite au scandale de Panama, qui éclabousse, en plus des milieux financiers et politiques, une partie de la presse qui s’est laissé corrompre par les investisseurs. Le judaïsme des financiers inculpés alimente en outre l’antisémitisme populaire. Picard prend la balle au bond et explique en 1892 dans sa Synthèse de l’antisémitisme :

  • 16 Synthèse de l’antisémitisme, Bruxelles, 2de édition, La Phalange-Julien Bernaerts, 1942, pp. 40-41.

Quand le Juif est journaliste, le journal est pour lui un moyen de lucre, et il l’exploite de toutes les façons. Il a le particulier talent qui consiste à découvrir les plus obscures passions et il les sait flatter, satisfaire, encourager, et du dévergondage de tous il fait sa gloire. Il sait être obscène et il sait être chauvin, tout à tour ; il exploite la populaire tendance à se retirer des hauts esprits qui effraient, et il met la langue à la portée des plus bas ; il remplace l’esprit par le calembour inepte, l’éloquence par la phraséologie, l’enthousiasme par l’épilepsie. Le journaliste alors ment, affole, dérègle, et quand les quotidiennes colonnes ne lui suffisent plus il s’installe au théâtre où il abêtit.16

  • 17 Voir Stengers (Jean), « La Belgique, un foyer de dreyfusisme », dans Dierkens (Alain), Duvosquel (J (...)

14L’affaire Dreyfus ne fait que confirmer Picard dans ses préjugés. Comme ses homologues, il accusera la presse d’abrutir les masses au nom des impératifs du sensationnel et des lois du marché. Cependant, alors que la grande majorité du Parti ouvrier et du champ littéraire belge sont partisans du capitaine, Picard fait cavalier seul avec Georges Rodenbach et son ami Jules Destrée17.

Ambidextre journaliste

  • 18 Il doit s’agir des Mœurs des Diurnales de Marcel Schwob, texte publié en 1903 sous le pseudonyme de (...)
  • 19 Picard (Edmond), Ambidextre journaliste, Bruxelles, Lacomblez-Larcier, 1904, p. 71.

15C’est dans ce contexte, somme toute très français, que Picard écrit sa comédie drame en cinq tableaux Ambidextre journaliste. Du reste, il l’avoue, il a puisé sa documentation dans des travaux français : « l’étude de Paul Pottier parue dans La Revue, sous le titre : le Prolétariat du Journalisme ; le livre de Loison-Bridet18, Le Diurnal ; l’article d’Émile Houziaux, La Publicité doctrinale, paru dans Le Peuple ». La pièce montre l’itinéraire d’un jeune avocat qui se lance dans le journalisme par idéalisme mais est bientôt happé par les travers de la profession, qui le conduit du chantage professionnel, au chantage érotique, politique, puis enfin financier, dans la vénalité la plus abjecte. Il n’est toutefois pas vraiment coupable. Dans la spirale infernale, il s’est laissé entraîner par un homme d’affaire-directeur de journal sans scrupule, Isaac Lazarou. Muet et complice, il assiste « à la dénaturation progressive de ce magnifique instrument, la Presse, de plus en plus aux mains étrangères et extravagantes d’Israël, le maniant avec son indestructible psychologie orientale, et qui proclame : « Ayons la presse, nous aurons le reste par surcroît. » Plus de journal sans son juif, rédacteur ou bailleur de fonds, ou sa juive, femme ou maîtresse d’un collaborateur dont elle dirige la mentalité ! »19 C’est Lazarou qui l’oblige à corrompre et à flétrir les plus nobles choses, parmi lesquelles la plus précieuse, la littérature.

  • 20 Ibidem, p. 99.

16Ce mouvement de la presse vers le journalisme de reportage rend inutile les emplois où se prélassait la rhétorique littéraire. Ce genre est en décadence. On veut maintenant du document ou de l’interview, des loteries, des faits romanesques ou sanglants, s’adressant non à l’intelligence des lecteurs, mais au mauvais goût, à l’amour du gain. L’inspiration des articles ne doit plus être cherchée dans le souci supérieur d’instruire, d’informer exactement, de contribuer à la défense des justes causes.20

  • 21 Ibidem, p. 102.

Que non pas Rédaction mais Réduction soit notre mot d’ordre et ne sacrifions plus à la Littérature ! (Plaisantant.) Pourquoi le Journalisme ne se séparerait-il pas de la Littérature comme le Protestantisme s’est séparé de Rome ? Ce sera notre manière de faire la Réforme et d’imiter Luther.21

  • 22 Picard (Edmond), « La Sainte égalité ! », dans Le Peuple, 13 mars 1904
  • 23 Picard (Edmond), « Polydore Tournebourne », dans Le Peuple, 4 mai 1904.

17Notons qu’à côté de l’incontournable femme rédemptrice, un seul personnage sort grandi de la pièce : le vieux reporter Polydore Tournebourne. Du haut de sa basse condition de prolétaire de la presse, il prévient l’ambitieux avocat contre les tripotages du milieu. Ce personnage n’est pas un inconnu pour les lecteurs de Picard. À notre connaissance, il fait son apparition sous sa plume dans Le Peuple au début de 1904. Au fil du temps, le métier de l’homme change : de vieux sage qui hante le Palais de Justice22, il devient « peintre et poète demi-castor » entretenu par un financier américain23, avant de devenir reporter-journaliste. Mais quel que soit son statut, il est l’énergumène, le double de son créateur, à la fois son bon et son mauvais génie. La plupart du temps, son géniteur le fait parler en dialogue avec lui-même. De tâcheron intellectuel dans Ambidextre, il devient enfin vieux briscard du journalisme dans le vaudeville satirique en un acte qu’édite Picard un an plus tard, Trimouillat et Méliodon ou la Divine amitié ! Ici, l’infériorité sociale du laborieux reporter est compensée par un don de prophétie, un cynisme qui n’est que lucidité. Il est vraisemblable que, dans cette deuxième pièce, Picard ait essayé de racheter le portrait trop chargé qu’il avait fait de la profession. Mais il est clair aussi qu’à ses yeux, seuls les exploités méritent la compassion...

  • 24 Picard (Edmond), Discours sur le renouveau au théâtre, Bruxelles, Larcier-Lacomblez, 1897.
  • 25 Blanchart (Paul), Firmin Gémier, préface de J. Paul-Boncour, Paris, L’Arche, 1954, p. 93.
  • 26 Picard (Edmond), Discours sur le renouveau au théâtre, op. cit.

18Quoi qu’il en soit, Picard ne cherche pas réellement la propagande ou la dénonciation. C’est bien l’art qu’il veut honorer et c’est à ses serviteurs qu’il s’adresse. D’une manière symptomatique, l’ouvrage est dédié à Georges Eekhoud, « au Descripteur puissant et compatissant des Misérables en qui il a vu non des coupables mais des victimes de l’impassible et énigmatique Nature ». Par cette dédicace en exergue, il inscrit l’œuvre dans un genre qui lui est cher et qu’il appelle le théâtre symbolique et transcendantal24. Par ailleurs, grâce au réseau social qu’il s’est construit dans le champ théâtral parisien, et tout particulièrement autour du Théâtre libre d’Antoine, il parvient à faire jouer Ambidextre au Théâtre royal d’Ostende le 19 août 1905 avec, dans le rôle principal le déjà célèbre Firmin Gémier. Celui-ci cherche alors à se construire une renommée internationale et travaille à se trouver des relais parmi les personnalités influentes de la vie culturelle et politique25. Outre sa reprise au Théâtre royal du Parc par la troupe de théâtre amateurs Thalie un an plus tard, la pièce connaît une autre forme de mise en scène due à son auteur lui-même : la lecture à haute voix par un seul orateur. Picard va ainsi lire son texte un peu partout, fier de ce procédé, qu’il appelle le monodrame, et qu’il avait déjà utilisé pour sa pièce Le Juré. De la sorte, une fois de plus, il allie littérature et plaidoirie26.

  • 27 Eekhoud (Georges), « Revue du mois », dans Mercure de France, xii, 1904, p. 801.
  • 28 « Rapport fait au nom du jury à M. le Ministre de l’Intérieur et de l’Instruction publique. Concour (...)

19Si à la sortie de la pièce quelques journalistes font grise mine, les critiques littéraires sont plutôt positifs. Tous s’accordent pour dire qu’il s’agit, non d’une charge contre les journalistes, mais d’une mise en garde contre la presse, les mœurs et la société. Après avoir fait la même réserve, l’ancien rédacteur de l’Étoile belge Georges Eekhoud « constate la valeur littéraire et l’intérêt vraiment dramatique de ces pages »27 dans le Mercure de France. Enfin, la plus haute consécration officielle belge de l’époque vient un an plus tard avec l’obtention du Prix triennal de littérature dramatique en langue française pour la période 1903 à 1906. À lire le rapport du jury - soit dit en passant composé essentiellement de journalistes -, on ne peut parler d’un enthousiasme débordant pour l’œuvre. De nombreuses réserves sont faites concernant le style. Faute de concurrents plus valables, l’assemblée a, semble-t-il, voulu récompenser ce « théâtre d’idées » qui rompt avec le « théâtre d’anecdotes », « représentation superficielle et futile d’une conventionnelle vie d’élégance et de vice plus ou moins parisiens » accusé d’envahir les salles de spectacles. D’autre part, plus qu’ Ambidextre, c’est toute une « production dramatique prolifique », que les jurés ont voulu récompenser28.

Ceci n’est pas du journalisme

20Ambidextre journaliste est écrit au moment où les activités journalistiques de Picard sont les plus intenses. Le texte accompagne en quelque sorte ses articles, dans lesquels il prend soin, inlassablement, de marquer sa distance avec la profession journalistique. Cette distance, il la souligne plus encore en 1907 dans un recueil des titres qu’il a publiés dans Le Peuple. Dans l’introduction de ces Mémoires d’un polémiste, il imagine une joute le confrontant à un journaliste. L’enjeu est clair : il s’agit de labelliser ses écrits sous l’estampille « littérature ».

Moi, au contraire, quand je me livre à cette occupation [écrire dans les journaux] je suis le caniche qui danse sur les pattes de derrière, attendant le moment béni de reprendre son équilibre normal de quadrupède.

  • 29 Picard (Edmond), Mémoires d’un polémiste. Quatorze ans de plume, articles parus dans Le Peuple, 189 (...)

Puis les sujets qu’il faut traiter dans ces « premiers-socialistes » sont assez différents tout de même des papotages dont on emplit les faits divers et les filets comme le chiffonnier remplit sa hotte.29

  • 30 Ibidem, p. v.

À lire, à revoir alors, tantôt vaguement, tantôt avec précision, par la pensée, les circonstances passagères qui suscitaient la verve, il m’a semblé que cette notation hebdomadaire des événements, des hommes, des faits, des œuvres, des choses avait des allures de « Mémoires » racontant, en des instantanés, les milieux où j’ai vécu une vie remuée, et peut-être remuante.30

  • 31 Voir Rosanvallon (Pierre), Le Peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en Fra (...)
  • 32 Chiffres tirés de Bertrams (Kenneth), Universités et entreprises. Milieux académiques et industriel (...)

21Vraisemblablement, l’énergie déployée par Picard pour distinguer son travail scripturaire vise également à donner une légitimité à sa parole en tant que guide de l’opinion. D’une certaine manière, il s’agit d’assigner à ses écrits un « supplément d’âme ». En cette fin du « long xixe siècle », en effet, les avocats sont tout aussi exposés que les journalistes à la vindicte populaire. Ces deux pôles historiques d’influence de l’opinion publique sont alors en train de perdre l’aura de porte-parole attitré du peuple que la démocratie parlementaire leur avait conférée. Tous deux voient leur fonction sérieusement remise en question avec l’émergence du socialisme et du développement des revendications ouvrières, lesquelles s’autonomisent peu à peu et créent leurs propres canaux d’expression dans l’espace public. L’affaire Dreyfus, qui comme on l’a vu, connaît de sérieuses secousses en Belgique, entérine la tendance. Le concept d’avocat-représentant ne va plus de soi. On reproche aux professionnels de la défense d’autrui de récupérer, voire de galvauder la parole du peuple31. Leur position sociale a de plus été profondément modifiée avec la massification de l’enseignement. Entre l’époque où Picard fit ses études et 1890, le nombre d’inscrits à l’Université a triplé. Alors que les étudiants en droit représentaient 35 % des effectifs en 1855, les facultés de médecine et de sciences en comptaient respectivement 24 et 8,5 %. Depuis, ce rapport de force a sensiblement changé. En 1890, la faculté de droit ne rassemble plus que 23,4 % du total d’étudiants, au bénéfice de celle de médecine qui en comptabilise désormais 29,8 % et surtout celle de sciences où on en dénombre 23,6 %32 ! En d’autres termes, les juristes ne peuvent plus se profiler comme les seuls détenteurs attitrés de diplômes professionnalisants. D’autres experts émergent.

  • 33 Stengers (Jean), « La Belgique, un foyer de dreyfusisme », op. cit., p. 366.
  • 34 Vandervelde (Émile), L’Etoile belge, 13 septembre 1899, cité par Stengers (Jean), « La Belgique, un (...)

22En Belgique, la presse socialiste souligne en outre le fossé qui sépare les ouvriers et les pauvres de la justice de classe33. Pour Edmond Picard et les autres notables convertis au socialisme, la difficulté de gagner la confiance des nouveaux électeurs est d’autant plus grande que, depuis 1893, le suffrage universel tempéré par le vote plural réactualise la ségrégation entre les strates sociales. Dans ces conditions, quelle casquette revêtir lorsqu’ils prennent la plume ? Picard choisit celle d’écrivain. Si elle lui coûte d’être taxé d’« esthète de revue » par Émile Vandervelde34, elle l’éloigne en tout cas de celles, plus dangereuses, de l’avocat et du journaliste.

  • 35 Picard (Edmond), « Ruziën in het huisgezin. Querelle de ménage », dans Le Peuple, 7 avril 1907.
  • 36 Voir Aron (Paul), Les Ecrivains belges et le socialisme (1880-1913), Bruxelles, Labor, coll. Archiv (...)
  • 37 Rosanvallon (Pierre), Le Peuple introuvable..., op. cit., Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 1 (...)
  • 38 Picard (Edmond), « Gauche, droite ! Gauche, droite ! », dans Le Peuple, 4 août 1907.
  • 39 Picard (Edmond), « Le luxe », dans Pandectes belges, 1907, lxxxxiii, p. 8.

23Mais la profonde aversion qu’éprouve notre homme à l’égard de la presse a des racines plus profondes, qui tiennent à sa formation et à son identité sociale et culturelle. Autant il peut se reconnaître dans les journaux de la Belgique libérale censitaire contre laquelle il combat, autant la presse à grand tirage, populaire et racoleuse, le fait sortir de ses gonds. La première est le principal vecteur d’une culture qui valorise le talent, la raison et les institutions ; le droit y est érigé en clé de voûte du bien-être social. La seconde cherche à mobiliser les foules, diffuse une éloquence de la démagogie et s’emploie à galvaniser les passions collectives. Ce sont deux mondes qui s’affrontent, plus exactement deux cultures politiques. La résistance de Picard face à l’éruption de la presse de masse laisse penser que son adhésion au socialisme s’est heurtée à la culture populaire qui s’y est attachée. Ce n’est pas un hasard s’il démissionne du Peuple en même temps que du Parti ouvrier belge. Depuis le début, le caractère fièrement individualiste et l’attitude de franc-tireur du jurisconsulte suscitent inimités et débats dans un parti qui exige de ses membres discipline à la doctrine et à l’institution. Pendant dix ans, ses contributions au Peuple sont émaillées d’exordes de la rédaction réagissant à ses sorties contre les « articles de Foi » de l’« Évangile » de Karl Marx35. Les raisons des désaccords entre l’indomptable sénateur et le parti sont connues : le nationalisme, l’antisémitisme, la colonie et le fonctionnement de la vie politique36. En bon libéral, Picard se sentait comme un poisson dans l’eau dans le jeu parlementaire censitaire, avant que les partis soient fixés. Le suffrage universel (même s’il est tempéré par le vote plural) transforme fondamentalement un paysage politique dans lequel le jurisconsulte se sent de moins en moins à l’aise. Désormais, il est avéré que les élus ne représentent plus la nation tout entière mais leur parti. Alors que, précédemment, les parlementaires étaient des notables qui prenaient la parole en leur nom propre, ils deviennent progressivement la voix de leur groupe parlementaire. Dorénavant, les partis sont des puissances régulatrices et organisatrices de la vie des assemblées. De la sorte, les débats deviennent plus organisés et plus lisibles, renvoyant à des positions plus aisément compréhensibles par les citoyens. Le suffrage universel met fin à l’homogénéité sociale, culturelle et linguistique des parlementaires. « Le représentant va ainsi progressivement changer de nature. Alors qu’il était considéré dans la doctrine première de la démocratie comme un homme de confiance, investi d’une mission d’intérêt générale qu’il devait chercher à réaliser librement, il se transforme en une sorte de mandataire, dépendant de ses électeurs et encadré par son parti. »37 Voilà une évolution à laquelle Picard ne pourra jamais s’adapter. Presque naïvement, il se récrie dans Le Peuple, « c’est stupide le degré d’asservissement avec lequel, en toutes occasions, on vote avec son parti, notamment au Sénat dont je suis provisoirement »38. La phrase paraît cinq jours avant qu’il prenne définitivement congé du Peuple et du Parti. Peu avant, il avait versé une goutte dans un vase déjà trop plein en faisant l’apologie du luxe39.

  • 40 Phénomène que les études sociologiques récentes ont pu chiffrer : Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’é (...)
  • 41 Picard (Edmond), Discours sur le renouveau au théâtre, op. cit., p. 62.
  • 42 Roussellier (Nicolas), « La culture politique libérale », dans Les Cultures politiques en France, P (...)

24L’homme de lettres apprend également beaucoup dans cette aventure politique. Fin observateur de la vie littéraire, Picard sent bien que désormais l’écrivain n’est plus forcément un homme de droit et que l’éloquence juridique ne suffit plus pour se faire entendre40. Il tente dès lors de s’adapter aux nouveaux médias, d’autant que son engagement en politique l’oblige à s’interroger sur les modes de diffusion de sa cause. Son premier coup d’essai concerne le théâtre, qu’il pense particulièrement indiqué pour répandre la « propagande des hautes et directoires idées, des Idées-forces », car « sa destination dominante est l’apostolat des foules »41. Mais il est bientôt obligé de constater que cette tentative n’est pas très concluante : ses pièces sont peu ou pas montées. Son investissement dans la presse n’est pas réellement un échec mais il ne parvient pas à s’en accommoder. Sa résistance face à ce mode d’expression démontre la force déterminante de l’habitus, ici celui de la bourgeoisie de robe libérale du premier xixe siècle. Comme l’écrit l’historien Nicolas Rousselier : « La presse populaire n’était ni par sa forme ni par son contenu adaptée à la culture politique libérale. »42

25Toutes tendances confondues, les écrivains du xxe siècle seront obligés, quant à eux, de s’adapter aux mass media. C’est cette obligation qui les différencie fondamentalement de leurs prédécesseurs.

Haut de page

Notes

1 C’est du moins ce qu’affirme Guislain (Albert), « Edmond Picard, journaliste. Lecture faite par M. Albert Guislain à la séance mensuelle du 9 octobre 1954 », dans Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, tome xxxii, n° 3, octobre 1954, p. 116.

2 Voir Charle (Christophe), Naissance des « intellectuels » (1880-1900), Paris, Éditions de Minuit, coll. Le sens commun, 1990.

3 Pour la carrière professionnelle de Picard et sa conception du droit, on lira : Coppein (Bart), « "Le droit qu’une partie de la nation n’a pas". Edmond Picard en de vermaatschappelijking van het recht in België tijdens het fin de siècle », dans Revue belge de philologie et d’histoire, 86, n° 2, 2008, pp. 375-409 et du même auteur, « Edmond Picard (1836-1924), avocat bruxellois et belge par excellence de la deuxième moitié du xixe siècle », dans Berneaudeau (Vincent), éd., Les Praticiens du droit du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Approches prosopographiques (Belgique, Canada, France, Italie, Prusse), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, pp. 225-237.

4 Martyn (Georges), « Evoluties en revoluties in de Belgische advocatuur », dans Politieke en sociale geschiedenis van justitie in België van 1830 tot heden. Histoire politique et sociale de la justice en Belgique de 1830 à nos jours, Heirbaut (Dirk), Rousseaux (Xavier), Velle (Karel), réd., Bruges, Die Keure/La Charte, 2004, p. 244.

5 Cité dans Bertrand (Louis), Histoire de la démocratie et du socialisme en Belgique depuis 1830, Bruxelles, Dechenne & Cie, 1907, tome 2, p. 78.

6 Ibidem, p. 148.

7 Picard (Edmond), Profession de foi politique, Bruxelles, Larcier, 1882, p. 6.

8 Picard (Edmond), Confiteor, Bruxelles, Larcier, 1901, p. 164.

9 Picard (Edmond), Profession de foi politique, Bruxelles, Larcier, 1882, p. 27.

10 Picard (Edmond), Mon oncle le jurisconsulte. Scène de la vie judiciaire, Bruxelles, Larcier, 1884, pp. 82-83.

11 Aron (Paul), « Littérature judiciaire », dans Brogniez (Laurence), dir., Textyles, n° 31, Droit et littérature, 2007, pp. 47-60.

12 Aron (Paul), « Émile Verhaeren, collaborateur à La Nation », dans Knabe (Peter-Eckhard) et Troüsson (Raymond), dir., Emile Verhaeren. Poète, dramaturge, critique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1984, pp. 135-143.

13 Sauf pour Verhaeren, voir la collaboration de ces auteurs à La Réforme : De Paepe (Jean-Luc), « La Réforme », organe de la démocratie libérale (1884-1907), Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, Cahiers 64, Paris-Louvain, Nauwelaerts, 1972.

14 « Écrivains et journalistes », dans L’Art moderne, x, n° 41, 12 octobre 1890, p. 322.

15 Voir Van de Dungen (Pierre), Milieux de presse et journalises en Belgique (1828-1914), Bruxelles, Académie royale de Belgique, classe des Lettres, 2005, p. 367.

16 Synthèse de l’antisémitisme, Bruxelles, 2de édition, La Phalange-Julien Bernaerts, 1942, pp. 40-41.

17 Voir Stengers (Jean), « La Belgique, un foyer de dreyfusisme », dans Dierkens (Alain), Duvosquel (Jean-Marie), et Vanthemsche (Guy), éd., Belgique, Europe, Afrique. Deux siècles d’histoire contemporaine. Méthode et réflexions, Bruxelles, Le Livre Timperman, 2005, pp. 359-376.

18 Il doit s’agir des Mœurs des Diurnales de Marcel Schwob, texte publié en 1903 sous le pseudonyme de Loyson-Bridet.

19 Picard (Edmond), Ambidextre journaliste, Bruxelles, Lacomblez-Larcier, 1904, p. 71.

20 Ibidem, p. 99.

21 Ibidem, p. 102.

22 Picard (Edmond), « La Sainte égalité ! », dans Le Peuple, 13 mars 1904

23 Picard (Edmond), « Polydore Tournebourne », dans Le Peuple, 4 mai 1904.

24 Picard (Edmond), Discours sur le renouveau au théâtre, Bruxelles, Larcier-Lacomblez, 1897.

25 Blanchart (Paul), Firmin Gémier, préface de J. Paul-Boncour, Paris, L’Arche, 1954, p. 93.

26 Picard (Edmond), Discours sur le renouveau au théâtre, op. cit.

27 Eekhoud (Georges), « Revue du mois », dans Mercure de France, xii, 1904, p. 801.

28 « Rapport fait au nom du jury à M. le Ministre de l’Intérieur et de l’Instruction publique. Concours triennal de littérature dramatique en langue française, période de 1903-1906 », Moniteur, 24 janvier 1907, pp. 378-381. Jury composé de Charles Tardieu, président, Georges Doutrepont, Eugène Gilbert, Lucien Solvay et Arthur Daxhelet, secrétaire-rapporteur.

29 Picard (Edmond), Mémoires d’un polémiste. Quatorze ans de plume, articles parus dans Le Peuple, 1893-1907, Bruxelles, Larcier, 1907, p. II.

30 Ibidem, p. v.

31 Voir Rosanvallon (Pierre), Le Peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 1998, pp. 266-283 et Charle (Christophe), « Le déclin de la république des avocats », dans Birnbaum (Pierre), dir., La France de l’Affaire Dreyfus, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 1994, pp. 56-86.

32 Chiffres tirés de Bertrams (Kenneth), Universités et entreprises. Milieux académiques et industriels en Belgique (1880-1970), Bruxelles, Le Cri, coll. Histoire, 2006, p. 31.

33 Stengers (Jean), « La Belgique, un foyer de dreyfusisme », op. cit., p. 366.

34 Vandervelde (Émile), L’Etoile belge, 13 septembre 1899, cité par Stengers (Jean), « La Belgique, un foyer de dreyfusisme », op. cit., p. 371.

35 Picard (Edmond), « Ruziën in het huisgezin. Querelle de ménage », dans Le Peuple, 7 avril 1907.

36 Voir Aron (Paul), Les Ecrivains belges et le socialisme (1880-1913), Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1997, pp. 111-115.

37 Rosanvallon (Pierre), Le Peuple introuvable..., op. cit., Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 1998, p. 283.

38 Picard (Edmond), « Gauche, droite ! Gauche, droite ! », dans Le Peuple, 4 août 1907.

39 Picard (Edmond), « Le luxe », dans Pandectes belges, 1907, lxxxxiii, p. 8.

40 Phénomène que les études sociologiques récentes ont pu chiffrer : Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain. Etudes socio-statistiques du sous-champ littéraire belge francophone de l’entre-deux-guerres, Liège, thèse inédite, Université de Liège, 2007, pp. 186-200.

41 Picard (Edmond), Discours sur le renouveau au théâtre, op. cit., p. 62.

42 Roussellier (Nicolas), « La culture politique libérale », dans Les Cultures politiques en France, Paris, Seuil, coll. Points Histoire, 2003, p. 82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Ambivalent journaliste. Edmond Picard et la presse », Textyles, 39 | 2010, 27-38.

Référence électronique

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Ambivalent journaliste. Edmond Picard et la presse », Textyles [En ligne], 39 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/95 ; DOI : 10.4000/textyles.95

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

FNRS - Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org