Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Revues

p. 131-134

Bulletin de la Fondation « Ça Ira »

Les Bulletins de la Fondation « Ça Ira » continuent de livrer des détails intéressants sur la vie et l’œuvre de Paul Neuhuys et de quelques-uns de ses amis. En une grosse vingtaine de pages, la quatrième livraison (n°4, 4e trim. 2000) se fait l’écho des réactions suscitées par la parution d’un recueil de Paul Neuhuys : Dada ! Dada ? Les rédacteurs glanent en outre divers comptes rendus publiés, in illo tempore, dans la presse belge et spécialement anversoise. On passe d’une chose à l’autre, mais cette fois ci une place importante est laissée à Paul Joostens. Le n°5 (1er trim. 2001) reprend, entre autres matières, un hommage rendu en 1936 par Paul Neuhuys à Odilon-Jean Périer. Sauf, en préambule, un écho réservé à un essai de Jozef Deleu sur l’existence aux frontières, l’essentiel du numéro est voué à l’auteur des Indifférents, dont on évoque entre autres les relations ambiguës avec les surréalistes. H.-Fl. Jespers précise utilement que les signatures de Burssens, Haulleville, Hooreman et Van Ostaijen figurant sur le tract « Quelques turpitudes… » du 6 octobre 1926 ont été apposées abusivement par Nougé.

Au sommaire du numéro 6, un article consacré en 1938 par Paul Neuhuys à la Descrittitione di tutti i Paesi Bassi, publié par Lodovico Guicciardini en 1567 ; de là, les rédacteurs s’étendent sur l’auteur italien, sur son livre et sur l’image amoureuse qu’il donna au xvie siècle de la Belgique, sur la « lotharingite aigüe » que connut Neuhuys dans les années 30 et qui l’amena à reprocher à Franz Hellens son « fétichisme de la langue ». Le reste, en détails colorés sur les années d’après-guerre, nous entraine de Paul Joostens à Gustave Van de Woestijne en passant bien sûr par Paul Neuhuys. Rappelons qu’on peut adhérer à la Fondation comme membre adhérent ou protecteur, ou comme institution (50, chaussée de Vleurgat, 1050 Bruxelles). <ca.ira@belgacom.net>
P.H.

Francofonía

Elle mériterait depuis longtemps une maquette graphique un peu moins sévèrement « scientifique », mais on ne lui en veut pas trop : la revue « francophone » du département d’études françaises de l’Université de Cadiz est fidèle au rendez-vous avec un neuvième numéro (millésimé 2000), riche en articles et en comptes rendus variés. Le thème retenu cette fois-ci (l’altérité) est un peu rebattu, mais cela importe moins, à vrai dire, que la constance avec laquelle on ouvre ici les horizons littéraires, à peu près également, vers toutes les zones francophones. On notera en particulier trois études sur des œuvres belges : celles de Neel Doff, de Pierre Mertens et d’Amélie Nothomb. Une riche rubrique de comptes rendus montre la multiplicité des curiosités qui se manifestent en Espagne, notamment vers les littératures du Sud. On s’abonne : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz. Apartado de Correos 439. E-11002 Cadiz. Rédaction : <francofonia@uca.es>
P.H.

Chiens perdus

Le Centre de l’Édition et de l’Imprimé contemporains (Cédic) de l’Université libre de Bruxelles publie un bulletin intitulé [Chiens perdus], expression d’argot journalistique du xixe siècle qui désigne une copie supplémentaire destinée à boucher un trou. De fait cette publication, principalement destinée à refléter les activités du centre dans la collecte de documents et la production d’inventaires raisonnés, rendra de nombreux services aux chercheurs. Les collections de l’ULB comportent plus de 10 000 ouvrages consacrés au livre et à l’imprimé, dont, notamment, les bibliothèques de Marcel Marïen, de Michel de Ghelderode ou de Gustave Vanwelkenhuyzen qui intéressent de près l’histoire de la littérature belge. (Renseignements : M. Jacques Hellemans, Bibliothèques de l’ULB, CP 180, av. F. Roosevelt, B-1050 Bruxelles. <cedic@ulb.ac.be>)
P.H.

Francophonie vivante

La dernière livraison du Bulletin de la Fondation Charles Plisnier pour l’année 2000 est particulièrement riche en notes variées sur la langue, la culture et les lettres. On y trouve de nombreux comptes rendus et recensions, outre un article d’une belle ampleur, consacré aux émigrants belges au Canada : les « Wallons de la Saskatchewan » auraient-ils gardé quelque habitude linguistique de leurs origines ? Pour le reste, des échos réservés à la réédition de l’Œuvre poétique de Plisnier, à telle synthèse sur les parlers « endogènes » en Wallonie ou sur le français en Tunisie... et même à la revue Textyles. Un éclectisme de bon aloi.

La deuxième livraison de la revue en 2001 publie notamment un bel hommage — qui est aussi une biographie — à Georges Sion par Claire-Anne Magnès. Par ailleurs, Paul Delsemme poursuit, à propos des Dames de volupté cette fois, son étude de la langue de Lemonnier. De « férin » à « quérimonie », de « mérétrice » à « se vespériser », l’étendue du vocabulaire de l’auteur prouve sa fréquentation assidue de Bescherelle et son goût pour les néologismes. On oublie trop souvent que les grands créateurs belges de la fin de siècle s’attachèrent notamment à renouveler la langue littéraire : en montrant que plusieurs mots forgés par Lemonnier précèdent, parfois de longtemps, les attestations retenues par les lexicographes français, Paul Delsemme fait assurément œuvre d’érudition utile. (On s’abonne pour 850-fb/an (4 numéros) en s’adressant à la Fondation : 15, pl. Van Meenen, B-1060 Bruxelles)
P.H.

Nord’

La sympathique Revue de critique et de création littéraires du Nord / Pas-de-Calais s’est toujours montrée très ouverte aux régions voisines, belges en l’occurrence, y compris d’ailleurs aux régions flamandes lorsque l’occasion s’en est présentée. La proximité géographique avec la revue Septentrion est peut-être aussi une sorte de cousinage. Pour lors, Paul Renard et son équipe publient un numéro spécial (n°36) consacré à La Poésie belge francophone du surréalisme à nos jours. Les noms de Nougé, Dotremont, Lambersy, Cliff se détachent d’un sommaire qui comporte aussi des apports panoramiques. A signaler dans le même numéro, une étude de H. Klüppelholz à propos de Crommelynck. (On peut s’adresser à la rédaction : <christine.aubry@univ-lille3.fr>. Ou : Société de Littérature du Nord, Rue Caumartin, 73, F-59000 Lille).
P.H.

L’Arbre à Paroles

La revue de la Maison de la Poésie se tend un miroir : le thème qu’elle a retenu pour son numéro 110 (novembre-décembre 2000) est Paroles d’arbre(s). C’est que l’« arbre a parole », comme l’assure Francis Chenot dans sa présentation, et qu’à la langue de bois, on peut aussi répondre par la « langue du bois ». Jeu de mot qu’il ne faut prendre à la légère : sur ce bel ensemble de poèmes est descendu comme un esprit de simplicité et de paix.

Le n°111 (janvier-février-mars 2001) est intitulé D’une rive l’autre. Divers poètes ont brodé sur ce thème assez vague et accueillant ; à signaler notamment une amusante petite suite de Karel Logist sur Ostende. À noter ensuite : un panorama de la poésie tunisienne par Éric Brogniet, et de nombreux comptes rendus. Au sommaire du n°112 (avril-mai-juin 2001), un salut tout d’abord à la mémoire de Georges Linze dont un vers est brandi comme un drapeau en couverture : « le bord de l’infini nous longe ». C’est dire que le programme des nombreux inédits, en français ou en traduction française est au moins aussi varié que d’habitude. Un salut aussi à l’adresse de Cécile Miguel, décédée cette année. Rens. et abonnements : Maison de la Poésie d’Amay. B.P. 12. B-4540 Amay, <m.poesie.amay@skynet.be>
P.H.

Les Cahiers du Ru

(Institut Valdôtain de la Culture, 59, Grand Eyvia, I-11100 Aoste).

Études francophones

La seconde livraison des Études francophones, revue du CIEF, pour l’année 2000 nous arrive avec quelques mois de retard (février 2001), mais avec son content de matières : une dizaine d’études substantielles, suivies d’une vingtaine de compte rendus qui ne le sont pas moins, et qui portent sur l’ensemble du domaine littéraire francophone, œuvres de création comprises. S’il est question de son passé colonial dans le panorama un peu convenu du roman zaïrois qui constitue l’un des articles, la Belgique n’y est représentée que par une étude consacrée par Michel Hallot à Occupe-toi d’homélies d’André Blavier. Elle n’est pas du tout représentée dans le numéro suivant (vol. XVI, n°1), pourtant tout aussi copieux et varié à la fois ; on y trouve un dossier consacré à la « Bulgarie francophone » (notamment le secteur de la traduction), suivi d’un porte-feuille d’articles sur des sujets variés, de Colette à Assia Djebar, de la grammaire scolaire à la littérature régionale. On ne saurait assez inciter les lecteurs et autres chercheurs « belgisants » à s’intéresser davantage à ce périodique, si important en ce qui concerne l’Amérique du Nord et par ailleurs d’une bonne tenue. De même, on ne saurait assez inciter les éditeurs, diffuseurs et autres promoteurs des lettres belges à envoyer quelques-uns des titres dont ils devraient assurer la publicité à l’adresse de Jean Levasseur (Études francophones : B.P. 43331 Lafayette, LA 70504-331. Rédaction des comptes rendus : Jean Levasseur, Université Bishop’s, Lennoxville, Québec Canada J1M 1Z7). Courriel : <Amelinckx@louisiana.edu>
P.H.

Cahiers francophones

Publiés à Pécs en Hongrie et à Vienne en Autriche, les Cahiers francophones d’Europe centre-orientale proposent une neuvième livraison, datée de 1998. Elle est consacrée aux Anciens Canadiens et nouveaux Québécois, et se propose comme un Hommage à Gaston Miron. On y trouve notamment une contribution de Werner Lambersy. On y annonce aussi le 5e colloque de l’Association, qui aura lieu à Strasbourg à la fin mai 2001. Ce volume de 208 p. est diponible notamment à la Librairie Wallonie-Bruxelles (46 rue Quincampoix - F-75004 Paris).
P.H.

Cahiers internationaux de symbolisme

Sous un titre quelque peu chargé : Utopies du lieu commun. Le mythe comme lieu commun de la tradition et de la création. Saint Georges et le dragon, les CIS (n°95-96-97, 2000) publient les actes du colloque organisé en mai 2000 par le Ciephum de l’Université de Mons-Hainaut. On y traite de l’utopie littéraire aussi bien que de l’utopie politique, du saint-simonisme et des millénarismes, de la Cité mondiale d’Otlet et de Jules Verne, et bien sûr aussi de Saint Georges, « figure étonnante du christianisme », lointain descendant d’Héraklès. A noter, une communication de Myriam Watthée-Delmotte : « Heurs et malheurs du mythe dans le parcours d’écriture de Henry Bauchau » (Rens. <http://www.umh.ac.be/ciephum>)
P.H.

Yourcenar

Le 21e Bulletin de la Société Internationale d’Etudes Yourcenariennes a paru en décembre 2000. Il apporte sa moisson d’articles, une douzaine consacrés à l’auteur des Mémoires d’Hadrien, les informations courantes sur la société internationale, et quelques comptes rendus. Rens. : Rémy Poignault, SIEY, Rue Couchot, 7 - F-72200 La Flèche ou <http://www.artsci.wustl.edu/~siey>
P.H.

Lettres et cultures de langue française

La Revue de l’Association des Écrivains de langue française (n°26, 1er semestre 2001), après avoir comme chaque année passé en revue les prix littéraires décernés par l’Association, réserve un large écho à une table ronde consacrée au « métier d’écrivain à l’aube du xxie siècle », à laquelle participèrent, le 21 mars 2001, une brochette d’auteurs francophones. On y évoque ensuite le Val d’Aoste et la « Syrie francophone » (le sujet n’est pas commun ; il est lesté d’une bibliographie), la littérature pour la jeunesse, le Maroc colonial, etc. (Rens. : Adelf, 14, Rue Broussais, - F-75014 Paris).
P.H.

Plus de Courrier du C.I.E.P.

Nous ne recevions plus le Courrier du Centre International d’Études Poétiques. La revue L’Arbre à paroles, citant Fernand Verhesen, l’infatigable animateur poétique, nous apprend que le Courrier a renoncé à paraitre « à la suite de récentes décisions prises par la direction des Archives et Musée de la Littérature », à l’enseigne duquel il était logé. Mais n’y avait-il d’autre enseigne que celle-là ? Problème de finances ? on ne sait. Mais on le regrettera, ce Courrier substantiel et ouvert, qui avait peu de concurrents dans ce délicat domaine de la poésie et de son commentaire.
P.H.

Cahiers de linguistique et de littérature

On annonce la naissance d’une nouvelle revue au Maroc, à Fès plus précisément : les Cahiers de Linguistique et de Littérature. Leur ambition est d’aborder des problématiques linguistiques et littéraires à travers différentes perspectives, brisant ainsi le clivage conventionnel entre linguistique et littérature, d’une part, et littérature et sciences humaines, de l’autre. Ce périodique se déclare autonome, insistant la lecture anonyme qui sera faite des contributions proposées. La table des matières du premier numéro comporte des sujets très variés, de Voltaire à Giono pour l’espace français, de à Mongo Béti à Ben Jelloun pour l’espace francophone, avec quelques ouvertures vers les récits de voyage ou la littérature orale. Le sommaire du second numéro, prévu pour novembre 2001, annonce autant de variété : on y relève plus spécialement, par Anne-Marie Prévot : « Les formes linguistiques de l’insularité ou la dépossession accomplie dans Un homme obscur de M. Yourcenar », par Mireille Brémond : « Promenades dans le labyrinthe : Thésée de Gide et Qui n’a pas son Minotaure ? de Yourcenar » et, par Emin Özcan : « L’espace dans La Salle de bain de Jean-Philippe Toussaint ». La troisième livraison aura pour thème : « Récit, poésie et visions du monde » (ceci tient lieu d’appel à contributions..). On attend aussi des propositions pour un numéro spécial « Littératures maghrébines », ce qui parait curieux parce que ces dernières étaient déjà plutôt bien représentées dans les deux premiers sommaires. Rens. : <cahierslinglitt@yahoo.fr>
P.H.

  • Revues.org