Navigation – Plan du site
Chroniques

Pour une historiographie des Lettres francophones de Belgique. Bilans et pistes de recherche

p. 117-127

Créée au milieu des années 1980, Textyles, seule revue exclusivement consacrée aux lettres francophones de Belgique, a joué un rôle important dans le développement de ce domaine d’études, offrant aux chercheurs un lieu de publication, d’échanges et d’information sur le sujet. Il est donc apparu que cette même revue pourrait être le noyau d’une réflexion sur l’avenir et les orientations futures de la recherche en matière de lettres belges.

Le 5 février 2001 s’est tenue à Liège une première journée d’études sur l’histoire et l’historiographie de la littérature belge. Co-organisée par le Celifrab (ULg) et la revue Textyles, elle a voulu faire le bilan des travaux réalisés depuis une vingtaine d’années et tracer quelques pistes de recherches. Voici donc le compte rendu de cette réunion. Nous comptons organiser dorénavant une journée annuelle, au cours du mois de février.

Paul Aron (ULB) et David Vrydaghs (ULg)

Les moyens de la recherche : bilan et perspectives

En Belgique, le chercheur en littérature travaille généralement de manière indépendante. Il ne lie son activité ni à des instructions officielles – d’ailleurs inexistantes –, ni à des concours (du type de l’agrégation en France), ni à des programmes ou à des équipes de recherches structurées. Le choix de ses orientations dépend donc, d’une part, des suggestions d’un directeur de thèse et de la formation qu’il a reçue, d’autre part, des orientations qu’il décide de prendre en connaissance du corpus et de l’état de la question. Un peu plus expérimenté, il communique ses recherches au cours de colloques et les publie lorsque l’opportunité se présente. Les complicités humaines, les coups de cœur, les circonstances jouent un rôle déterminant dans ce dispositif institutionnel qui ne bénéficie ni de sources de subventions stables, ni d’une particulière légitimité sociale. Aussi peut-on qualifier le chercheur en littérature belge d’irrégulier de la recherche.

La plupart des travaux récents relèvent de deux catégories principales : les ouvrages d’ensemble, à vocation de découverte ou de réflexion sur un large corpus, et les analyses monographiques. Ces dernières peuvent sans doute se subdiviser en trois catégories : les ouvrages consacrés à un auteur, aux relations entre l’espace belge et un autre espace géographique et, enfin, à un mouvement d’ensemble (souvent défini de manière thématique). Un rapide regard sur vingt ans de travaux critiques permet de donner de nombreux exemples de chacune de ces catégories. À la première, je rattacherais : les Balises pour une histoire de nos lettres de Marc Quaghebeur (1982-1998), le Dictionnaire des œuvres coordonné par Raymond Trousson et Robert Frickx (1988-1994), Les avant-gardes et la tour de Babel. Interactions des arts et des langues publié par Jean Weisgerber (2000), Les Irréguliers du langage (1990) et le tout récent Littératures belges de langue française (1830-2000) édité par Christian Berg et Pierre Halen, sur lequel nous reviendrons. Par ailleurs, des collectifs ou des ouvrages ont été notamment consacrés à : De Coster, Maeterlinck, Van Lerberghe, Verhaeren, Rodenbach, Crommelynck, Ghelderode, Willems, Louvet, Kalisky, Nougé, Baillon, Gevers, Hellens, Bauchau, Mertens, Ayguesparse, Plisnier, Simenon, Michaux, Gilkin, Destrée, Dotremont, Yourcenar, Gevers, Rolin, Loreau, Thiry, Ray… pour les citer dans le désordre. Dans la catégorie des analyses de réception et d’influence, l’Italie, la France, la Pologne, l’Afrique centrale se taillent la part du lion. Mais l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, l’Espagne, le Québec, l’Europe centrale et orientale, la Russie ont également fait l’objet de travaux. On notera que la Hollande et l’Angleterre brillent par leur absence dans ce panorama, puisque seules quelques études très partielles leur ont été consacrées. Enfin, sur les plans thématique et littéraires, retenons entre autres : l’eau, le diable, la franc-maçonnerie, les questions identitaires, le fantastique, les chœurs parlés, l’exotisme, la collaboration et l’immédiate après-guerre d’une part, le symbolisme, le surréalisme, le théâtre-action, le fait bilingue, les revues littéraires et les contacts francophones de l’autre. Pour lacunaire qu’il soit, ce rapide tour d’horizon suggère deux commentaires. Il révèle d’abord qu’un grand nombre de publications sont le résultat de recherches collectives, en particulier de colloques. Ces ensembles sont, par définition, composites et de qualité inégale. Aucun processus de sélection a posteriori ne fixe la barre de l’exigence scientifique, ou même de l’information scientifique minimale. L’étendue de leur diffusion est limitée et souvent bornée à la sphère locale. Par ailleurs, les références majeures (comme par exemple le Dictionnaire des œuvres) se caractérisent par une mise de fonds one shot : il n’est généralement pas prévu de les actualiser ou de les corriger après publication. Seconde observation : la focalisation sur les « grands auteurs » est constante. Celle-ci peut être justifiée comme une phase historique de la recherche, mais elle laisse dans l’ombre toute une part de la réalité historique du fait littéraire en Belgique. Elle empêche les recherches « transversales » les plus originales : les index donnent ainsi par exemple les noms cités ; ils ne sont jamais thématiques. Un seul ouvrage tente d’organiser la matière (ou au moins le corpus publié avant 1950) en thèmes, en zones géographiques et en sujets : c’est celui de l’abbé Hanlet, qui est également le seul à prendre en compte une masse énorme d’auteurs et de textes. De nombreux jugements de valeur, datés et traditionalistes, déforcent hélas la valeur des deux volumes de l’abbé, mais leur consultation reste irremplaçable pour le chercheur. Or, ils sont désormais sont introuvables en librairie.

On voit donc que, malgré leur richesse, les travaux publiés depuis une vingtaine d’années sont loin d’être complets. Ils souffrent de leur atomisation, de leur isolement, de leur caractère non systématique. Ils ne peuvent être exploités transversalement et sont, pour une large part, dépourvus de liens les uns avec les autres. Ces lacunes se retrouvent, à des degrés variables, dans les autres instruments de recherches dont on dispose actuellement.

Bibliographies

Deux bibliographies se construisent en parallèle. L’Académie royale de langue et de littérature françaises assure la publication d’une bibliographie qui, sous la direction de Jacques Detemmerman, publie des volumes de grande qualité, au moins depuis le tome III. Toutefois le défaut de ces publications n’est pas tant leur rythme insuffisamment soutenu que la date retenue pour la fin du collationnement : 1960. Une partie des informations existe par ailleurs sous la forme de fiches manuelles complémentaires, qui ne sont pas disponibles dans le domaine public. De son côté, la revue Textyles publie depuis trois ans une bibliographie exhaustive des travaux scientifiques portant sur les lettres belges de langue française, qui fait autorité, mais qui est dépourvue d’investigation rétrospective. Le Livre et L’Estampe ou Archives et Bibliothèques de Belgique publient également des descriptions d’ouvrages originaux ou des catalogues de collection qui sont également très utiles. Enfin, certains recueils de mélanges offerts à des professeurs ou à des académiciens forment parfois des outils bibliographiques utiles.

Répertoire des sources

Les deux centres d’archivage spécialisés, les Archives et Musée de la littérature à Bruxelles, et les Archives et Musée de la vie flamande à Anvers possèdent des catalogues (parfois sur supports variés) dont on peut attendre l’informatisation rationnelle à moyen terme. Mais de très nombreux autres fonds subsistent dans des collections privées ou publiques. Qui sait que les archives d’Ernest Delève sont conservées à l’ULB, la correspondance Mockel-Demblon dans les archives de ce dernier à la section liégeoise du PS, une part des archives Malpertuis au cabinet des manuscrits de la KBR ou la correspondance entre Jean-Jacques Dwelshauvers et Romain Rolland aux Manuscrits français de la BNF ? Sans compter les fonds privés, dont certains sont accessibles, un vaste travail de collationnement serait donc à entreprendre. Un modèle existe, qui pourrait guider les chercheurs en littérature : le Répertoire des sources du féminisme en Belgique (1830-1993) par Els Flour, Catherine Jacques, Éliane Gubin et Leen Van Molle (Bruxelles, Ministère de l’Emploi et du Travail, 1993).

Internet

Commençons par préciser qu’une recherche sur Internet ne peut prétendre à l’exhaustivité, ni même à la non-contradiction. Cela non seulement à cause de la rapidité des développements de la toile, mais aussi et surtout suite à la fiabilité moyenne des outils de recherche que sont les moteurs (par exemple, si l’on fait la même recherche, avec le même moteur, à dix minutes d’intervalle, il arrive que les résultats soient différents).

Se servir d’Internet dans le cadre d’un travail scientifique demande donc que le chercheur pallie ces difficultés par une consultation fréquente du réseau, presque ininterrompue tout au long de la recherche entreprise. De plus, les sources doivent être constamment vérifiées. Internet n’en reste pas moins un moyen d’accès rapide à l’information et, nous allons le voir, pourrait s’avérer un moyen de stockage de l’information des plus importants.

a) Moteurs de recherche et mots-clefs

Une recherche sur Internet mobilise comme premier outil les moteurs, à moins que l’on ait des adresses précises ou des portails d’entrée (un site comme celui des Archives et Musée de la Littérature peut faire office de narthex). Pour qu’un moteur ait accès aux sites recherchés, il est nécessaire d’entrer des mots-liens. Or ceux qui nous ont servi pour notre recherche (« francophonie », « littérature belge », et pour une recherche spécialisée : « banque de donnée », « bibliographie ») n’ont pas fourni les résultats escomptés.

Un terme comme « francophonie » donne accès à des sites aussi variés que les Simpsons en français, la Maison de la Francité à Bruxelles, ou encore tout mouvement francophone politique ou de loisir (scouts et autres). Peu de sites concernent la littérature belge, et ceux-ci peuvent être également atteints par une recherche qui entre comme mot-clef « littérature belge ».

Si l’on considère maintenant les résultats obtenus à l’aide de ce second mot-clef, on peut dégager deux catégories de sites. Premièrement : ceux, et ce sont les plus nombreux, qui fonctionnent comme des maisons d’édition. Nous y trouvons bon nombre de nouvelles, de poésies, etc. Certes cette catégorie ne doit pas nous retenir maintenant. Signalons seulement qu’une étude sur la diffusion de la littérature belge sur le net a été réalisée à l’Université de Laval par Isabelle Tremblay et Nathalie Nadeau. Elles se sont attachées aux spécificités de cette production et constatent que « la Belgique francophone a développé une littérature quelque peu en marge, pour ne pas parler de paralittérature ». (Adresse de cet article : http://www.fl.ulaval.ca/cuentos/belgique.htm). Deuxièmement : ceux qui constituent un matériel pédagogique de premier ou second choix, cependant peu intéressant pour la recherche. Citons le site de la Médiathèque de la Communauté française de Belgique (http://www.lamediatheque.be), ou encore les sites des grandes encyclopédies comme Britannica (http://www.britannica.fr) ou l’Encyclopedia Universalis (http://www.universalis-cfl.fr). Quelques sites n’entrent pas dans ces deux catégories. Nous y avons découvert ce que nous appelions plus haut les « portails d’entrée », moyen plus économe et plus rentable que les moteurs de recherche. N’entendez pas par là que l’on peut se passer des moteurs de recherche, mais leur rôle doit être revu : rôle introductif, et de vérification. Pour une recherche approfondie, les liens hypertexte entre sites sont des outils plus utiles et mieux fourbis.

b) Un portail d’entrée intéressant : le site des Archives et Musée de la Littérature

Partons maintenant du site des Archives et Musée de la Littérature (http://www.aml.cfwb.be). Pourquoi celui-ci, précisément ? Les ALM représentent en Belgique le fonds documentaire le plus complet ; elles participent aux coopérations qui lient la Communauté française aux divers centres européens d’étude de la littérature belge francophone (Mulhouse, Bologne, Cáceres, Cadíz, Coimbra, Aachen, etc.). Leur site peut donc apparaître comme une entrée de choix sur la toile.

Si le site ne permet pas la consultation en ligne de documents, ses atouts dans le domaine de la recherche documentaire ne sont pas négligeables. Dès la page d’entrée, l’internaute peut choisir différents secteurs des Archives : Collections belges francophones, Collections internationales, Centres d’études belges à l’étranger, Publications et coproductions. De plus, depuis le texte de cette même première page, et grâce aux liens hypertextes, sont accessibles : le catalogue des revues des AML, ainsi que de nombreux renseignements sur la vie théâtrale. Cette partie du site fonctionne cependant plus comme vitrine que comme véritable outil de travail pour le chercheur. En revanche, il existe une fonction « recherche », accessible depuis la page d’accueil, qui permet d’accéder immédiatement à de nombreuses informations. L’utilité de ce site est donc de l’ordre de celle d’un catalogue de bibliothèque, avec un plus : l’information ne se limite pas aux seuls AML. En effet, une série de liens sont disponibles (certes pas par la fonction « recherche » ; c’est au chapitre « Agenda et liens » que nous les rencontrons). Nous allons suivre ensemble ces liens.

La personne qui voudrait comparer le catalogue des AML avec celui de la Bibliothèque royale peut le faire immédiatement : l’accès au site (http://www.kbr.be) est prévu par les AML. Le principe reste cependant le même : on peut certes se rendre compte de la documentation disponible, mais pas la consulter. À cet égard, la Bibliothèque Nationale de France possède, via le programme Gallica (http://www.gallica.bnf.fr), un outil enviable. Il s’agit d’une bibliothèque numérique. Cependant, la banque de données est faible en textes provenant de la littérature francophone de Belgique. Pour celle-ci, le chercheur consultera les bases de données propres à cette littérature, et accessibles depuis les AML. Il s’agit des bibliothèques électroniques Beltext et Bibel.

Beltext (http://www.francophonie.philo.ulg.ac.be) est dirigé par le liégeois Christian Delcourt. Cette base de donnée existe depuis maintenant 10 ans et est active dans trois domaines : la lexicographie (études sur le français de Belgique), les industries de la langue et les études littéraires. Dans cette troisième voie, Beltext poursuit deux objectifs : l’édition philologique de textes et, ce qui nous intéresse ici au premier plan, la constitution sur Internet d’une banque de données (cela, dans le cadre du projet Mémoire vive, qui rassemble des équipes de cinq pays de la francophonie : Belgique, donc, mais aussi Sénégal, Haïti, Québec et Tunisie). La consultation et l’utilisation de cette banque de données est libre à condition que figure la mention « texte établi par Beltext-Ulg et obtenu grâce au projet « Mémoire vive » (Agence intergouvernementale de la Francophonie) ». Les textes peuvent être obtenus sous trois formes : chercheur (il s’agit d’une édition philologique), lecteur (c’est le texte de la première édition), concordances (table permettant de retrouver un mot dans le contexte, de vérifier le nombre d’occurrences de ce mot, etc.) Un défaut, résorbable : cette banque de données est en cours de construction. Mais à raison de deux livres par semaine, les concepteurs du projet espèrent grossir le site rapidement.

  • 1 Nous devons cependant informer le lecteur que le développement de ce site est actuellement interrom (...)

Bibel (http://www.crel.univ-mulhouse.fr). Cette bibliothèque informatique est accessible depuis le site de Cibel, situé sur le serveur du Centre de Recherches sur l’Europe Littéraire (CREL) de Mulhouse. Le groupe Cibel rassemble les centres européens d’étude de la littérature francophone de Belgique. Il construit actuellement en ligne une bibliothèque électronique qui donnerait accès « aux principales œuvres belges du domaine public, dans une édition utile aux chercheurs ». Cette page est encore en cours de construction : les documents disponibles sont cependant clairement indiqués. Pour certains auteurs, comme Eekhoud ou Hellens, nous pouvons trouver, en sus des textes, une biographie illustrée, des bibliographies tant primaires que critiques, voire même des articles critiques (par exemple, sur la page Hellens, l’article « Les Mémoires d’Elseneur, une lecture » de Sonia Jouini). De Giraud, pour l’instant, n’est accessible qu’un texte court – et célèbre –, Le Contre-fa. Ce site n’est donc pas qu’une bibliothèque. Catalogues, bibliographies, études critiques s’y trouvent aussi. De plus, les liens qui nous amènent sur les sites des différents centres nous donnent accès à la liste des publications et des colloques de ces centres, ainsi qu’à des bibliographies spécialisées complémentaires1.

Notre recherche ne s’est pas cantonnée à ces sites. Malheureusement, les sites d’autres institutions culturelles importantes, comme l’Académie Royale de Langue et de Littérature Française (ARLLF), le Théâtre de la Monnaie, la Maison de la Francité, voire la Commission internationale des universités francophones (Ciuf) ne proposent pas de renseignements sur la littérature francophone de Belgique. Celle-ci serait-elle réservée aux centres d’études de la littérature belge et à la Communauté française ? Peu de sites indépendants du milieu universitaire présentent un réel intérêt. Ainsi, les sites consacrés à un auteur ne signalent son origine belge que pour la forme (c’est le cas de sites consacrés à Simenon, à Michaux – et c’est compréhensible – mais aussi à Jean Ray, à Verhaeren, etc. Seul Rodenbach s’affirme, dans le site qui lui est consacré, comme… brugeois). Un excellent site de recherche de documentations consacrées à des auteurs du monde entier (http://www.auteurs.net) fournit une maigre liste de sites sur des auteurs belges dans la recherche « francophonie ». Ce site reste cependant une référence, car à chaque adresse fournie est jointe une présentation détaillée du site (mentionnant notamment le modus operandi et les liens possibles). Le site consacré à Yourcenar y est particulièrement mal coté : en cause, la quasi-impossibilité de circuler sur ce site, qui ne propose que quelques renvois internes, et pratiquement aucun lien externe.

Perspectives

Les considérations qui précèdent suggèrent avant tout de multiplier les liens entre une série d’initiatives pour la plupart estimables, mais trop séparées les unes des autres. Une approche raisonnée de la documentation disponible pourrait déboucher sur un catalogue de lacunes à combler par priorité. Mais au-delà, et d’un point de vue plus intellectuel, il faut insister sur les axes de recherches encore insuffisamment explorés de nos jours. L’analyse institutionnelle, ébauchée dans le numéro 15 de Textyles, reste encore à ses débuts ; elle ne porte pas sur la période contemporaine, la seule qui, paradoxalement, ne pose pas de problèmes documentaires. L’étude de l’édition reste également en friche : seule la fin du XIXe siècle nous est connue par une série de monographies ; l’archivage de l’édition en Belgique francophone est inexistant, et les renseignements matériels (tirages, abonnements, comptes et droits d’auteurs) font généralement défaut dans les biographies des écrivains. Cette atonie contraste avec le dynamisme dont fait preuve, en France, ce secteur de l’histoire culturelle. Enfin, dernière piste qu’il convient d’évoquer ici : celle des « histoires parallèles », c’est-à-dire les domaines culturels en liaison avec la vie littéraire : histoire de l’opéra, du cinéma, du théâtre ou de la bande dessinée…

Autour de Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives

Une séance spéciale a été consacrée à la publication de l’ouvrage dirigé par Christian Berg et Pierre Halen (Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives. Bruxelles, Le Cri, « Histoire », 2000). Ceux-ci ont fait part de l’accueil que la presse mais aussi le public (interrogé par le biais d’un questionnaire) lui ont réservé. Jean-Pierre Bertrand a animé la discussion et fait état de ses impressions de lecture. Ce sont ces trois points de vue qui sont synthétiquement relatés ci-après.

Remarques de synthèse sur l’accueil qui a été réservé au livre (Ch. Berg – UIA)

Les lignes qui suivent tiennent compte à la fois des observations réunies sur la base d’un questionnaire adressé à tous les collaborateurs du volume, des réactions exprimées par certains utilisateurs (collègues et étudiants) et des commentaires publiés à ce jour dans la presse ou dans les revues.

Impressions globales

Jusqu’ici, nous n’avons pas enregistré de critiques vraiment négatives portant sur l’ensemble du livre, sur sa conception générale ou sur sa structure. Un article publié dans La Libre Belgique (24 mai 2000) le décrit comme « original et percutant », « substantiel et apéritif », d’une grande diversité topologique. Semble particulièrement apprécié le fait que, « pour une fois », on n’a pas joué le jeu qui consiste à satisfaire les équilibres entre familles politiques, confessionnelles ou régionales. Un consensus se dégage quant à la stratification chronologique du livre et quant à sa double articulation : histoire littéraire d’une part, problématiques particulières d’autre part. Les différences de style et d’approche des dix-neuf collaborateurs n’ont pas gêné outre mesure les lecteurs.

Le balisage des grandes orientations est généralement apprécié dans un volume qu’on estime, dans l’ensemble, bien équilibré, même si un certain nombre de critiques portent précisément sur la disproportion de l’espace accordé à certains chapitres (voir infra b.). On estime généralement que le premier chapitre (consacré à la période 1830-1870) apporte un nouvel éclairage sur la période des « balbutiements littéraires » en Belgique. De façon générale, la nouveauté de la mise en place sociologique et institutionnelle, qui étaie presque tous les chapitres panoramiques, est bien accueillie. Le foisonnement des soixante dernières années est « élégamment maîtrisé » estime le critique du Carnet et les Instants (n° 114, 15 sept.-15 nov. 2000). Dans la seconde partie, le chapitre consacré à « L’infrastructure éditoriale », aspect souvent passé sous silence dans les aperçus de ce genre, est particulièrement apprécié.

Défauts d’ensemble

En dehors des remarques portant sur des détails très localisés, que nous ne pouvons reprendre ici, le livre a suscité diverses critiques. Dans l’ensemble, il paraît encore trop « belgo-belge » : il a le défaut de présenter la littérature belge de langue française comme (trop) coupée du monde français, et même du monde en général. Le tableau synoptique, très touffu, ne fait que renforcer cette impression. C’est une critique à laquelle les directeurs du volume s’associent volontiers : c’est vrai que la dimension comparatiste n’est pas toujours présente, – en particulier dans les chapitres panoramiques – et que même le comparatisme intra-belge fait le plus souvent défaut.

Bon nombre de critiques portent sur les longueurs, les piétinements et les redites. Certains auteurs reviennent dans plusieurs chapitres, traités il est vrai sous des angles différents, ce qui n’empêche pas les chevauchements et les répétitions inutiles. On nous fait observer aussi qu’à cet égard le chapitre 5 (« Aperçu sur la fin de siècle ») se superpose en partie au chapitre précédent, même s’il offre une analyse parfois différente des mêmes phénomènes, ce qui le justifie en partie. Mais il est exact de constater que le dernier chapitre « panoramique » quitte la logique essentiellement chronologique de la première partie pour entrer dans celle, problématique, de la seconde partie de l’ouvrage.

Une autre observation, attendue celle-là, porte sur l’absence d’un chapitre particulier consacré à l’essai. Les arguments invoqués par les directeurs du volume pour écarter l’essai ne convainquent apparemment pas tout le monde « dans la mesure, nous fait observer l’un des collaborateurs, où ils renvoient à une conception autonomisante de la littérature, que le volume combat ou met en question par ailleurs ». Le choix de ne pas parler de l’essai laisse sur la touche, mis à part l’aumône de quelques lignes, Simon Leys et Raoul Vaneigem.

Remarques portant sur des chapitres particuliers

Il faudrait unifier et/ou réduire les chapitres 14 et 15 (« Littératures viatique et coloniale » et « Sensibilités post-coloniales »). Le chapitre 13 (« Littérature de jeunesse ») est plus orienté vers la vulgarisation théorique ; l’exposé général, par ailleurs très clair, y prend trop le pas sur le sujet même, à savoir la littérature de jeunesse belge et en Belgique. Le chapitre consacré à la chanson (chapitre 17) est trop long, trop descriptif et ne fait pas assez place à la dimension critique ; le chapitre sur la BD est très touffu : quelques intertitres supplémentaires seraient les bienvenus pour en baliser la lecture. Par ailleurs, un tel chapitre, très attendu, aurait gagné en force en étant plus développé. Une place devrait y être faite aux apports des nouvelles technologies dans le domaine de la production textuelle (on songe, notamment, aux expériences de Philippe Blasband ou à certaines initiatives prises dans le domaine de la bande dessinée).

Présentation matérielle du livre

Nous avons enregistré pas mal de remarques portant sur les « portraits légendés » d’auteurs, regroupés en fin de chapitre. En substance, on leur reproche d’être le plus souvent superflus ; ils redisent ce qui se trouve déjà dans le corps du texte et leur choix est limité, arbitraire, chose que signale aussi un de nos collègues français qui suggère qu’un regroupement en fin de volume, alphabétique ou chronologique, eût sans doute été une meilleure solution (mais cette formule présentait sans doute d’autres inconvénients). Ces portraits ont parfois un effet redondant par rapport au chapitre qu’ils sont censés représenter (par ex. au chap. 2 « Vers la reconnaissance internationale »), alors qu’ils sont complémentaires, de toute évidence, au chapitre 3 (« Des années folles à la drôle de guerre »).

Les illustrations sont souvent de mauvaise qualité et déparent le volume. La bibliographie n’est pas toujours uniforme (certains ouvrages apparaissent deux fois, sous des formes différentes) ; les bibliographies succinctes qui accompagnent les portraits offrent des lacunes évidentes. L’index, qui comporte près de 2000 noms, réserve quelques surprises dont certains s’étonnent : au petit jeu du comptage des occurrences, il révèle un « palmarès » où se classent, dans l’ordre décroissant du « top 10 », Maeterlinck, Verhaeren, Hellens, Quaghebeur, Lemonnier, Ghelderode, Michaux, De Coster, Simenon et ... Gide. Le critique du Carnet et les Instants y voit un l’indice d’un déséquilibre ou même d’un certain ostracisme : Pol Vandromme n’y est pas cité, Alexis Curvers n’y est cité qu’une fois, ce qui représente le « score » de Marc Aryan, d’Annie Cordy et du Grand Jojo.

Toujours à propos de la présentation matérielle du volume, certains (R. Delronche, dans Français 2000, numéro d’octobre 2000) regrettent le papier trop épais, une maniabilité réduite. Les marges sont irrégulières. L’un de nos collaborateurs signale que le livre ne peut être tenu ouvert, à n’importe quelle page, qu’en recourant à tout un système de poids et de cales… En tout état de cause, l’ouvrage est trop épais, trop complexe, trop touffu pour espérer qu’il soit employé par les enseignants du secondaire, qui cherchent avant tout des manuels très pratiques à appliquer directement en classe.

Style et langue

Quelques chapitres mériteraient d’être revus à cet égard ; une simplification du style et du vocabulaire s’impose dans certains chapitres afin d’en améliorer la lisibilité. L’application des « rectifications orthographiques » recommandées par « l’Association pour l’application des recommandations orthographiques » ne semble pas poser de gros problèmes, même si elle devrait être annoncée plus clairement au début du volume. Bon nombre de collègues français et belges semblent d’ailleurs ignorer l’existence même de ces recommandations – pourtant émises par le Conseil supérieur de la langue française – et nous ont donc suggéré, parfois avec un petit air condescendant, que nous devrions faire revoir l’orthographe du livre « par des spécialistes »… Certes, il reste de nombreuses scories dans le livre, mais nous avons la faiblesse de croire que nous suffirons à la tâche. Par ailleurs, certaines harmonisations typographiques s’imposent, en particulier dans les références bibliographiques.

Évaluation générale à Liège en février 2001 (P. Halen – U. de Metz)

Du point de vue de ses coordinateurs, l’ouvrage achevé répond sans doute en grande partie à ce qui avait été projeté, mais il laisse bien entendu encore à désirer. L’aspect pratique de la manipulation matérielle tout d’abord : on aurait dû avoir une formule de « hard back ». L’ensemble du dispositif graphique, le jeu des encarts et des illustrations, ne correspond pas à ce qui avait été souhaité et prévu ; ici aussi, c’est une question qui regarde directement l’édition elle-même. Un collaborateur professionnel spécialisé dans la mise en page et l’illustration aurait été bienvenu.

Dans l’ordre des contenus, la formule de la diversité semble satisfaisante. Elle appelle inévitablement des souhaits d’aller encore plus loin. Les rapports entre littérature et cinéma, par exemple, ou une articulation plus précise des « paralittératures » par rapport au secteur légitime, font défaut. À la réflexion, si une définition solide de l’essai, comme genre littéraire, n’est sans doute pas pour demain, en revanche un chapitre pourrait être consacré à l’histoire des idées et des débats, et un autre devrait être voué à la notion même de « belgité », dans son évolution tourmentée (« un regard sur l’objet ») ; l’historiographie, comme regard porté sur l’invention du passé à la fois dans la fiction et la spéculation, fait partie elle aussi de cette synthèse complémentaire qui paraît souhaitable. Pour appréhender l’essai, la suggestion a été faite de partir de « registres » (polémique, religieux…) et/ou d’une base sociologique. Enfin, l’idée selon laquelle la date de 1830 n’est pas indiscutable fait son chemin ; certains avancent la date de 1815 mais, à suivre un récent ouvrage de J. Stengers, il faudrait au moins remonter à la fin du XVIIIe siècle.

S’agissant de la diversité des points de vue, voire des styles, elle a effectivement le défaut de déboucher sur des lacunes dans l’appréhension, en dépit des efforts, parfois laborieux, qui ont été consentis pour homogénéiser davantage certaines collaborations : ceci concerne surtout certains chapitres dont l’approche est relativement « tendancieuse », en ce sens qu’ils ont tendance à ne donner qu’un aspect de l’objet envisagé.

Les délais, fort courts, qui ont été imposés à l’entreprise ont ainsi ouvert la porte, davantage que nous ne le souhaitions, à des collaborations individualisées, quand un travail d’équipe aurait sans doute applani certaines différences dans ce qu’elles ont de négatif pour l’utilisateur d’un « grand manuel ». Il en va de même pour certains franchissements de limites, non souhaités par nous.

L’extension revendiquée du chapitre 4 vers le 5, mal contenue par la date de 1990, est sans doute justifiée, avec le report du chapitre 5 non dans un axe historique, mais dans une troisième partie, d’état du domaine, où l’on aurait pu trouver aussi, s’il avait pu être mené à bien, le chapitre consacré aux perspectives de recherche actuelles. C’est à regret qu’il a finalement été abandonné, car il y a là un besoin, notamment pour nos collègues à l’étranger.

Impressions de lecture (J.-P. Bertrand – ULg)

Ce que la presse et les lecteurs ont indiqué, en termes de louanges et de réserves, se retrouve forcément, à des degrés divers, dans mon appréciation de l’ouvrage. Insistons d’abord sur une évidence : cette histoire de la littérature belge (je singularise le titre par trop pluriel de l’ensemble) était attendue, notamment pour fournir une synthèse construite de 170 ans de littérature et d’histoire. On s’étonnera cependant du ton peu engageant et réducteur, peut-être par excès de modestie, de l’avant-propos des auteurs du projet : c’est bien davantage qu’un « guide » qu’ils ont mis à la disposition du public et on voit mal pourquoi cette somme devrait se défendre de toute « prétention encyclopédique ». Preuve que l’attente n’est pas déçue, le livre fait parler de lui et soulève des questions.

Les questions que je voudrais ajouter à celles exprimées par la presse ou les lecteurs sont d’ordre méthodologique et conceptuel – je passe, en les partageant, sur la conception et la fabrication matérielle du livre, pour le moins peu esthétiques. L’ensemble des contributions est regroupé en deux catégories d’égale importance quantitative : « Histoire » d’un côté, « Perspectives » de l’autre. Sauf à se méprendre sur les termes, la seconde partie n’est pas une suite ou une ouverture à ce qui se résume dans la première, mais un changement de point de vue : l’histoire en cinq temps (selon une scansion qu’il aurait peut-être été bon de repenser et de mieux équilibrer) se trouve revisitée en treize questions qui problématisent à leur façon la production belge francophone. Treize questions quelquefois redondantes (notamment lorsque se pose le problème de la francophonie), mais qui reçoivent presque toutes un éclairage neuf : tout particulièrement l’européanéité, la « flandrité » (le mot est du rédacteur de ces lignes) et la « colonialité » de nos lettres offrent d’intéressantes et de déplaçantes ouvertures sur notre culture littéraire, notamment en décloisonnant notre regard trop souvent franco-francophones. Il y a là un ensemble de réflexions très vives qui, à elles seules, auraient pu fournir la matière de la seconde partie du livre, on aurait ainsi évité de lui ajouter les chapitres plus convenus sur les paralittératures, lesquels ressemblent trop à des « histoires belges » pour reprendre le mot d’un collaborateur.

C’est dire que les deux parties « Histoire » et « Perspectives » sont portées par un audacieux projet de reprendre sur nouveaux frais des problématiques anciennes et modernes. Projet réussi en bien des cas : pensons notamment à ce chapitre d’ouverture sur la production romantico-réaliste d’après 1830 qui repense de façon lumineuse la question de l’autonomisation que l’on rattache trop rapidement aux années 1880, comme si le boom littéraire de l’époque symboliste s’expliquait comme un sursaut sui generis. Pensons encore aux aperçus sur la période contemporaine qui bouclent cette histoire en donnant à la reconsidérer en amont. Mais projet atténué aussi dans son ambition, dans la mesure, et c’est difficilement évitable dans une entreprise collective, où l’on ne parle pas tout à fait le même langage d’un bout à l’autre du livre, même si l’on emploie parfois les mêmes mots. Ainsi la notion d’autonomie, présentée comme fédératrice dès l’avant-propos, est-elle soumise à un usage qui lui retire beaucoup de son efficace conceptuelle ; il en est de même de la notion de champ, trop métaphoriquement désignée pour appréhender n’importe quel phénomène de clôture – il n’y a guère d’intérêt à utiliser ces notions-là en dehors d’une véritable histoire sociale de la littérature, laquelle n’est manifestement pas l’horizon critique de tous les collaborateurs.

En gros, au-delà des intéressantes problématiques soulevées par ce livre qui fera date dans l’historiographie, il me semble pouvoir résumer mes impressions de trois manières. 1°) Une certain embarras dans le manque d’assurance du projet global, ce qui entraîne un curieux mélange de conventions et d’audaces, celles-ci se noyant malheureusement dans celles-là. 2°) Une réserve plus personnelle sur la conception supposée de l’histoire littéraire – et le titre pluriel du livre n’arrange rien à ce propos. En fait, le défaut de l’ensemble est d’offrir une vision trop éclatée de l’histoire de la littérature : sociale pour certains contributeurs, institutionnelle pour d’autres, purement littéraire selon d’autres encore, cette histoire reste encore par endroits trop chevillée à une procession des grands hommes et au cérémonial du calendrier. Ainsi la description des hommes et des œuvres, des mouvements et des écoles, en une suite de monographies (effet appuyé par la sélection des notices-auteurs à la fin de chaque chapitres), par ailleurs toujours très informées, renoue avec une conception assez positiviste de l’histoire littéraire). Cela peut conduire, par exemple, à des effets de surinterprétation quelque peu stéréotypés comme ceux que l’on retrouve dans l’examen des mouvements et écoles en regard de leur correspondant français : le réalisme, le naturalisme et surtout le symbolisme et le surréalisme d’ici sont tellement plus originaux et spécifiques que leurs grands frères parisiens. 3°) Enfin, on peut regretter l’absence dans cette histoire d’une approche des œuvres et des textes. Certes, il en est partout question, mais sans véritable relecture : comment dès lors faire de l’histoire de la littérature sans prendre en compte une histoire des poétiques qui donne aussi à comprendre les choix génériques, stylistiques, rhétoriques, etc. des œuvres en regard de l’évolution complexe du champ littéraire et des prises de position de ses agents ?

En somme, le mérite et la grande honnêteté de l’ouvrage coordonné par Christian Berg et Pierre Halen sont d’avoir tenté de rassembler ce qui se fait actuellement en matière d’histoire de la littérature belge. De là le caractère quelque peu hybride des voix qui se rencontrent quelquefois et se croisent souvent. Le pluriel du titre dit à sa manière l’ouverture et les limites du projet : « Littératures » avec -s, en lieu et place de cette « nouvelle Histoire des littératures belges » qu’appellent de leurs vœux les préfaciers, comme s’il fallait distinguer celles-ci de celle-là et comme si leur livre n’avait de sens qu’en regard d’un idéal de perfection.

Aurore Boraczek (ULg) : compte rendu de la table ronde : « la littérature francophone de Belgique : quelles méthodes pour quels objets ? »

La table ronde s’est attelée à la question suivante : « La littérature francophone de Belgique : quelles méthodes pour quels objets ? » Autour du Comité de rédaction de la revue Textyles – représenté par Jean-Pierre Bertrand et Benoît Denis –, cette table a réuni quatre jeunes chercheurs, à savoir Laurence Brogniez, Damien Grawez, Pierre Piret et Reine Meylaerts. Les interventions du public se sont par ailleurs multipliées au cours de la discussion.

Le débat a commencé sur la notion d’historiographie et, plus précisément, sur la définition de l’objet « Lettres francophones de Belgique ». L’hypothèse de travail proposée a été d’effectuer un bilan rapide des vingt dernières années de recherche dans le domaine de l’histoire littéraire belge. On constate en effet qu’il s’agit là d’un objet résistant qui, au fil de ces deux décennies, s’est encore complexifié. Car s’occuper de « littérature belge » conduit à renoncer aux modèles dominants de représentation de la littérature, puisque, ici, l’évidence de l’équivalence qui se pose entre nation et langue est sans cesse mise en doute. Les nombreux débats et hésitations portant sur la dénomination de l’objet « littérature belge » constituent un indice révélant cette incertitude. Mais, selon Marc Quaghebeur, les scrupules quant à l’appellation prennent parfois une ampleur exagérée : lorsque l’on parle de « littérature belge », chacun sait que l’on désigne exclusivement par cette expression la littérature francophone de Belgique.

La réflexion a donc également porté sur les enjeux méthodologiques qui sous-tendent la constitution de l’ensemble littéraire ainsi défini. D’après Damien Grawez, le statut de l’objet littéraire échappe si on n’établit pas prioritairement la vocation de l’ouvrage qui va en traiter, celui-ci peut en effet s’adresser à l’enseignement, à la promotion de notre culture à l’étranger ou encore à la recherche scientifique. Ces objectifs peuvent cependant converger à l’intérieur d’un seul projet. Une histoire scientifique au sens large doit, selon Marc Quaghebeur, s’assigner le but de rectifier les erreurs historiques et d’être un outil fiable et suffisamment fourni, de façon à ce que pédagogues et politiques puissent travailler (mais les scientifiques ne doivent en aucun cas se fonder sur les critères de ces derniers pour la concevoir).

Le problème des étiquettes critiques a ensuite été soulevé : Paul Aron a posé la question de savoir s’il faut reprendre les dénominations existantes en les re-précisant (selon une approche plus didactique) ou les réinventer (selon une approche plus scientifique) ? Deux perspectives ont émergé de la discussion. Pour les uns, dont Éric Lysøe, ces étiquettes ont un effet rétroactif sur la création ; il est dès lors indispensable de les réactualiser ou de les reformuler selon une dynamique d’adaptation aux fluctuations du champ, et ce, dans une intention d’autonomisation par rapport à la France. Car on s’est, jusqu’à présent, trop souvent fondé sur la définition parisienne, en fonction d’une méthode comparatiste peu satisfaisante, méthode due à un conformisme méthodologique et à la « rareté » des chercheurs impliqués dans ce domaine. Pour les autres, dont Jean-Marie Klinkenberg, il ne faut pas hypostasier cette terminologie, puisque ce métalangage revêt deux fonctions méthodologiques : tout d’abord, il sert des objectifs politiques et pédagogiques au sein de l’institution, et, ensuite, il structure le champ de production en créant un horizon d’attente. L’étude du métalangage et de l’image de la littérature francophone de Belgique à l’extérieur peut de la sorte éclairer sur l’instabilité des mouvements enregistrés dans le marché du lectorat potentiel.

Une autre piste de réflexion a été avancée, celle de la délimitation du champ. Paul Aron suggère de considérer l’ensemble des possibles historiques et de prendre en compte de façon extensive les trois paramètres constitutifs de toute histoire littéraire : le temps (commencer soit en 1815 pour la plupart, soit en 1830, soit en 80 a.c. pour Aron), l’espace (inclure toutes les régions, selon Aron) et la langue (toutes les envisager, selon Aron : le wallon, le français, l’italien, etc.). Ainsi, sans pour autant postuler l’unité de l’objet, il serait, d’après Benoît Denis, limitatif de ne considérer que la langue. L’on se doit de viser une histoire complète de l’ensemble du champ, certes plus complexe, mais également plus riche à instituer. Dans cette volonté « d’exhaustivité » et de compréhension globale du champ, Marc Quaghebeur et Jean-Marie Klinkenberg estiment nécessaire d’intégrer les zones périphériques de l’objet (telle la paralittérature, par exemple Brel et la chanson).

C’est pourquoi certains intervenants n’adhèrent-ils que partiellement à la conception du livre de Christian Berg et de Pierre Halen, jugée trop belgo-belge. Il conviendrait selon ces intervenants de revoir les limites de l’objet et de favoriser une approche interculturelle, afin, entre autres, de ne pas projeter des catégories politiques actuelles sur des objets antérieurs. Des comparaisons seraient à esquisser avec, notamment, la littérature et la culture flamandes (cf. les exemples du Lion des Flandres et de Thyl Ulenspiegel ; ou celui de l’avant-garde anversoise des années vingt). Les espaces géographique, culturel et linguistique des deux régions peuvent ou non se superposer selon les périodes : il n’existe pas de modèle monolithique. Il s’agirait donc d’établir, dans cette théorie de la littérature, la structuration globale de deux continuum : le franco-belge et le néerlando-belge. Mais d’autres participants, parmi lesquels Christian Berg, s’opposent à ce qu’ils désignent comme étant un « réflexe unioniste », car, à part peut-être entre 1830 et 1850, il a toujours régné une grande hétérogénéité entre les champs francophone et néerlandophone en Belgique. Le contexte historique des deux entités diffère totalement : si les littératures flamande et francophone progressent dans une même ère géographique, leurs revendications culturelles, sociales et politiques sont divergentes. On observe certes la présence de contacts et d’interactions, mais pas nécessairement d’évolution commune. Jean-Marie Klinkenberg ajoute que les francophones ont tendance à surévaluer les points de tangence reliant les champs afin de tenter d’affirmer qu’il existerait entre eux une loi de fonctionnement commune. Pierre Halen a conclu la discussion en déclarant que l’opposition « unionistes » versus « séparatistes » n’a pas de pertinence, puisque tout objet de recherche fonctionne à l’intérieur d’un contexte où il signifie, l’objectivité étant dès lors impossible.

Le débat s’est clôturé sur la suggestion de nouveaux objets de recherche propices à la mise sur pied d’équipes de travail. Il a été proposé d’établir collectivement :

  • « Une histoire sociale des formes littéraires en Belgique, selon les points de vue rhétorique, stylistique et poétique. » (Jean-Pierre Bertrand)

  • « Une histoire des écrivains belges qui ont une formation de juriste (cf. Picard, Destrée, Verhaeren, Rodenbach, Maeterlinck, Plisnier, Goffin, Thiry, Mertens, etc.). » (Jean-Pierre Bertrand)

  • « La montée en force des enseignants dans le personnel littéraire depuis l’après-guerre. » (Jean-Marie Klinkenberg)

  • « Un approfondissement de l’étude des rapports entre les champs littéraires belge et français, afin de remettre en question la typologie de l’historiographie française. » (Damien Grawez)

  • « Un recensement des rapports de filiations familiales existants entre nombre d’écrivains belges. » (Damien Grawez)

  • « Une étude des interactions entre les arts plastiques et la littérature en Belgique. » (Laurence Brogniez)

  • « L’inscription singulière de grandes œuvres dans l’histoire littéraire belge. » (Pierre Piret)

  • « Une évaluation de l’ensemble du personnel littéraire, “petits auteurs” compris (notamment entre 1820-1830). » (Benoît Denis)

  • « L’histoire de l’enseignement dans ses répercutions sur le champ littéraire belge : ses modes de fonctionnement, les canons qu’il diffuse et instaure, etc. » (Paul Aron)

  • « La mise en évidence des rapports entre le monde littéraire et la sphère catholique du pouvoir en Belgique. » (Marianne Michaux)

  • « L’histoire du mouvement romantique en Belgique dans la perspective d’une approche de la construction des mythes et du discours nationaliste. » (Marianne Michaux)

  • « L’histoire du romantisme social en Belgique et de son influence sur la littérature. » (Marianne Michaux)

  • « Une étude de la période d’avant 1830 (puisque son l’appareil littéraire survivra en partie à la révolution). » (Marianne Michaux)

  • « Une étude systématique des relations littéraires et intellectuelles nouées entre la Belgique et la France, mais aussi d’autres états européens, pendant ces cinquante premières années. » (Marianne Michaux)

Notes

1 Nous devons cependant informer le lecteur que le développement de ce site est actuellement interrompu. Nous ne savons pas quand il reprendra ses activités, s’il les reprend.

Haut de page
  • Revues.org