Navigation – Plan du site

Le publiciste de la Belgique hollandaise : entre écrivain et journaliste

Valentin Saint Jean
p. 17-26

Texte intégral

1Dans les décennies qui précèdent l’indépendance de la Belgique, la fonction de l’homme de lettres est difficile à définir parce qu’il n’est guère encore dévoué à une seule conception de la littérature. Celui que l’on peut alors appeler polygraphe ou littérateur est un mélange d’écrivain (essentiellement poète et dramaturge), de journaliste et d’érudit (en particulier dans les recherches historiques). Nous nous intéresserons ici surtout à la figure du publiciste, autrement dit au littérateur lorsqu’il choisit le support de la presse pour s’exprimer, et donc au genre des articles qu’il publie dans la presse. Cet homme de lettres, issu de l’aristocratie ou de la bourgeoisie, bénéficie généralement à l’époque de revenus qui lui viennent essentiellement de ses rentes ou d’une pension accordée par le souverain. S’il fait de la littérature, c’est par goût et rarement par nécessité. La formation littéraire qu’il a reçue à l’école lui colle bien souvent à la peau et il aime entretenir sa rhétorique en composant des vers et en analysant ceux des autres.

  • 1 Voir l’Annuaire de l’Académie royale de Belgique, Bruxelles, 1889, p. 452.
  • 2 R., « Mélanges politiques et littéraires », dans Le Journal de Bruxelles, lundi 16 juillet 1821, p. (...)

2Depuis la fin du xviiie siècle, la presse connaît un essor non négligeable ; le nombre de journaux augmente considérablement dans les premières décennies du siècle suivant. Sous l’Empire, la presse est muselée par Napoléon tant en France qu’en Belgique. Après 1815, le régime hollandais est davantage favorable à la liberté d’expression, du moins au cours des premières années. Les idées libérales pénètrent massivement en Belgique, notamment par le biais de littérateurs français bonapartistes venus chercher refuge dans le royaume des Pays-Bas. Dès 1816, certains de ces proscrits poursuivent à Bruxelles la rédaction du Nain Jaune réfugié, un journal d’opposition au gouvernement de Louis xviii D’ailleurs, dès le début de la période hollandaise, près de la moitié des rédacteurs participant aux journaux des régions belgiques sont des Français. À cette époque, l’homme de lettres prend conscience du rôle politique qu’il peut jouer et il se sert de la presse pour véhiculer ses idées. Il signe ses articles, s’invente un pseudonyme ou choisit parfois de rester anonyme. Les souverains se méfient des publicistes et cela vaut tant pour Guillaume Ier dans le royaume des Pays-Bas que pour Louis xviii en France. Dans Le Journal de Bruxelles, un rédacteur qui signe R. (sans doute l’abbé Rioust1) déclare : « Il faut sans doute des journaux d’opposition parce que du choc des opinions jaillissent les lumières ; mais oseraient-ils dire qu’ils se sont proposé ce but utile, les écrivains qui, importunés par la sagesse des bons principes, se jettent dans des personnalités dégoûtantes, et forcent par leurs ineptes lazzis le sourire de la pitié ? »2 Ce genre de reproche a pu être adressé à un grand nombre d’écrivains de l’époque qui se passionnent pour les combats politiques et ne se servent de leur plume que pour rédiger des pamphlets. L’autorité politique est consciente que les mots constituent une arme redoutable capable de détruire la réputation ou les actions politiques des grands hommes.

  • 3 Voir Van Turenhoudt (E.), Un philosophe au pouvoir, Louis de Potter 1786-1859, Bruxelles, 1946.
  • 4 Voir Harsin (P), Essai sur l’opinion publique en Belgique de 1815 à 1830, Charleroi, Éditions de la (...)

3L’écrivain peut donc devenir un opposant dangereux pour le gouvernement, comme s’avère l’être Louis de Potter (1786-1859) à la fin des années 1820. En 1828, de Potter est enfermé aux Petits-Carmes à Bruxelles pour avoir écrit un article virulent dans Le Courrier des Pays-Bas ; il ne tarde pas à devenir le symbole de l’unité des libéraux et catholiques belges contre l’occupant hollandais3. D’autres opposants politiques sont punis pour leur audace : c’est le cas de l’abbé de Foere (1787-1851). L’abbé de Foere, défenseur du catholicisme et de la langue néerlandaise, exprime sans détours ses idées dans sa revue politique Le Spectateur belge, ce qui lui vaut la prison en 18174

  • 5 Voir Quetelet (Auguste), Notice sur G-J-A baron de Stassart, Bruxelles, Hayez, 1854.
  • 6 Thielemans (Marie-Rose), Goswin, baron de Stassart, 1780-1854, politique et franc-maçonnerie, Bruxe (...)
  • 7 J. B. V., « Hermès Romanus ou Mercure latin, 1re année, tomes 1 et 2 », dans Le Mercure belge, Brux (...)

4Bien qu’il provienne d’un milieu très aisé, l’homme de lettres qui travaille pour un journal peut choisir ce métier pour des raisons financières. Marie-Rose Thielemans explique que le baron de Stassart5 (1780-1854) est bien heureux d’obtenir une place de journaliste au lendemain de la défaite de Napoléon car ses finances sont alors menacées6. Le publiciste ne s’intéresse pas uniquement à des sujets traitant de littérature ; il marque bien souvent un intérêt évident pour les questions d’ordre politique. Certains littérateurs regrettent d’ailleurs que la politique puisse éclipser autant la littérature ; ainsi un certain J. B. V. s’exclame : « on se perd dans le vague de mille conjectures, au lieu de s’attacher à la solidité des préceptes de la poésie ou de l’éloquence ; on quitte les muses et les essais de leurs prosélytes pour lire d’obscurs pamphlets que chaque semaine voit naître et mourir »7.

La littérature dans la presse quotidienne et périodique : généralités

5Dans le rôle que la presse joue en matière de littérature, il convient de distinguer l’apport des journaux quotidiens de celui des revues littéraires. Bien qu’il soit d’usage que les journaux quotidiens consacrent une page à la littérature tous les deux ou trois numéros, ils n’accordent pas aux lettres une place aussi significative que peuvent le faire les revues.

  • 8 C. M., « Les classiques et les romantiques », dans Le Courrier des Pays-Bas, dimanche 24 avril 1825 (...)
  • 9 S. a., « Feuilleton du 16 août 1821 », dans Le Journal de Bruxelles, jeudi 16 août 1821, p. 1.
  • 10 Voir Quetelet (Auguste), Notice sur Édouard Smits, Bruxelles, Hayez, 1852.
  • 11 Voir Lebrocquy (P), Souvenirs d’un ex-journaliste (1820-1841), Bruxelles, Géruzet, 1842.
  • 12 Froment (Charles), Poésies, Bruxelles, Galaud et Lejeune fils, 1826.
  • 13 J. B. V., « Hermès Romanus ou Mercure latin, 1re année, tomes 1 et 2 », dans Le Mercure belge, Brux (...)
  • 14 Ibidem, p. 101.

6Puisque les rédacteurs de journaux sont le plus souvent membres de sociétés littéraires ou auteurs de l’un ou l’autre ouvrage, il va de soi qu’ils portent un certain intérêt à l’art littéraire. Prenons les exemples de deux quotidiens bruxellois : Le Courrier des Pays-Bas et Le Journal de Bruxelles. Dans Le Courrier des Pays-Bas, lorsqu’on parle de littérature, on le fait au travers de critiques sur les livres qui paraissent ou de débats littéraires. Ainsi, un certain C. M. publie en 1825 un article intitulé « Les classiques et les romantiques »8, à une époque où cette querelle littéraire ne peut plus être évitée. Ce type d’article permet bien entendu de deviner les goûts littéraires des rédacteurs du journal en question : ainsi ce quotidien jadis opposé au romantisme s’ouvre vers 1825 à ce même mouvement. Notons que, dans Le Courrier des Pays-Bas, les articles ne sont presque jamais signés. Dans Le Journal de Bruxelles, la rubrique qui s’intéresse aux lettres porte le titre de « Mélanges politiques et littéraires » ; on y trouve aussi bien des critiques d’ouvrages que des réflexions sur la politique ou la littérature. Il arrive que le journal livre à ses lecteurs des extraits d’un ouvrage ; ainsi en 1821 Le Journal de Bruxelles publie sous le titre de « feuilleton » des passages de l’Épître à sa sainteté le pape vii9, une création d’Édouard Smits10 (membre de la Société de littérature de Bruxelles). Les rédacteurs de ce quotidien sont notamment Philippe Lesbroussart (1781-1855) dont nous parlerons plus loin et Charles Froment11 (1797-1846). Ce dernier est un déserteur de l’armée française réfugié en Belgique ; il s’intègre dans différents milieux littéraires et publie en 1826 un recueil de poésies où se confirme son talent pour les muses12. Nous n’allons pas énumérer les nombreux journaux quotidiens paraissant en Belgique à cette époque puisqu’il existe deux revues qui sont vouées au monde des lettres et qui nous intéressent davantage pour notre sujet. Dans l’une de ces revues, Le Mercure belge, J. B. V. résume la différence que l’on peut constater entre les quotidiens et les périodiques dans leur rapport aux lettres. Il écrit : « Les journaux et les écrits périodiques servent, dans la république des lettres, à rapprocher les hommes isolés par des causes locales, en leur fournissant les moyens de se communiquer leurs pensées les plus intimes sur leurs affections les plus chères. »13 Mais il ajoute : « Je suis bien éloigné cependant d’attribuer aux feuilles quotidiennes, en général, cette influence et ces prérogatives. Il en est qui, totalement ouvertes à la politique, n’accordent qu’à regret une entrée aux dissertations littéraires. »14

Deux revues pour soutenir et encourager les lettres

  • 15 Voir Quetelet (Auguste), Notice sur Philippe Lesbroussart, Bruxelles, Hayez, 1855.
  • 16 Voir Quetelet (Auguste), Notice sur Frédéric-Auguste-Ferdinand-Thomas, baron de Reiffenberg, Bruxel (...)
  • 17 Voir Quetelet (Auguste), Notice sur Louis-Vincent Raoul, Bruxelles, Hayez, 1849.
  • 18 [An.], « Avis », dans Le Mercure belge, Bruxelles, Weissenbrugh, tome vii, 1819, p. 473.
  • 19 Voir Trousson (Raymond), Antoine-Vincent Arnault (1766-1834). Un homme de lettres entre classicisme (...)
  • 20 Voir De Seyn (Eugène), Dictionnaire des écrivains belges, Bruges, Excelsior, 1930, tome n, p. 1500.

7La première de ces deux revues à voir le jour est Le Mercure belge, créée en 1817 à Bruxelles par les littérateurs Philippe Lesbroussart (1781-1855), Frédéric Reiffenberg (1795-1850) et Louis-Vincent Raoul (1770-1848). Les principaux rédacteurs de ces revues font, pour la plupart, partie d’une société littéraire et publient des articles dans l’un ou l’autre journal quotidien. Parmi ces publicistes, il y a d’abord les trois créateurs du Mercure belge. Lesbroussart, poète et professeur dans l’enseignement secondaire, s’intéresse beaucoup à la politique et affiche une timide inclination pour la littérature des romantiques. Professeur dans un athénée dès 1805, il connaît un long parcours d’enseignant avant de donner le cours d’histoire au Musée des sciences et des lettres de Bruxelles en 182715. Reiffenberg est un jeune poète prometteur à l’époque où il crée la revue. Conservateur à la bibliothèque de Bruxelles en 1821, il devient l’année suivante professeur de philosophie à l’université de Louvain. Après sa nomination à l’Académie de Bruxelles (1823), il emploie surtout son temps à ses recherches historiques16. Le parcours de Reiffenberg est un exemple parfait de la multitude d’emplois que peut exercer l’homme de lettres du début du xixe siècle, ainsi que des différents choix qu’il peut faire dans sa pratique de la littérature. Ainsi, entre 1815 et 1830, Reiffenberg donne d’abord la priorité à l’imagination avant de lui préférer l’érudition. Raoul est, quant à lui, Français et obtient ses lettres de naturalisation au royaume des Pays-Bas en 1816. Fervent défenseur de la littérature classique, c’est un des meilleurs traducteurs des poètes anciens. Dès son arrivée en Belgique, il est nommé professeur de rhétorique à l’athénée de Tournai ; grâce à l’appui de Guillaume ier, il ne tarde pas à devenir professeur à l’Université de Gand (1818)17. En 1819, on annonce que Le Mercure belge « paraîtra, à l’avenir, sous les auspices de MM. Arnault (A. V.), ex-académicien ; le baron Bory de St-Vincent, correspondant de la première classe de l’Institut de France ; [...] Paridaens (F.) ; Quetelet (A.) ; [...] »18. Parmi les proscrits français bonapartistes venus chercher refuge à Bruxelles, certains jouissent d’une réputation évidente dans la littérature néoclassique. Antoine-Vincent Arnault (1766-1834) a créé à la fin du xviiie siècle quelques tragédies qui ne sont pas passées inaperçues sur les théâtres parisiens. À son arrivée à Bruxelles, il fréquente les littérateurs de sa patrie d’exil et collabore au Mercure belge (sa participation à la revue est occasionnelle mais il publie aussi quelques articles dans des quotidiens du pays)19. Bory de Saint-Vincent (1778-1846) est plus connu comme naturaliste et géographe. Ferdinand Paridaens (1785-1851) et Adolphe Quetelet (1796-1874)20 proviennent des régions belgiques et publient assez régulièrement des poésies de type néoclassique ; notons que Quetelet ne va pas tarder à devenir un scientifique reconnu.

8La seconde revue naît un an plus tard, en 1818, à Gand, sous le nom des Annales belgiques des arts, sciences et de la littérature. Il est à noter que si Le Mercure belge est dès sa création essentiellement consacré à la littérature, Les Annales belgiques parlent quant à elles davantage d’art et de sciences. Lorsqu’elles intègrent Le Mercure belge en 1821, Les Annales voient grossir le nombre de pages abordant la littérature. On retrouve dans cette seconde revue une grande partie des collaborateurs du Mercure belge (comme Lesbroussart, Raoul et Quetelet) ainsi que des signatures du type de N. ou T. Les Annales belgiques cessent de paraître en 1825, laissant ainsi les régions belgiques dépourvues de revues littéraires jusqu’aux années qui suivront l’indépendance.

9Rappelons pourquoi les deux revues littéraires dont nous venons de parler peuvent avoir une fonction importante dans le monde culturel de cette époque. Sous le régime de Napoléon, la littérature est muselée et on lui préfère nettement les arts et les sciences ; Guillaume ier ne change que faiblement cette situation. On comprend aisément que le travail de l’homme de lettres n’est pas facilement récompensé, même lorsqu’il flatte abondamment la politique du souverain hollandais. Pour trouver un écho à ses créations, le littérateur peut heureusement compter sur des supports tels que les revues littéraires. Celles-ci ont le mérite de mentionner et de critiquer les travaux des sociétés littéraires existant à cette époque ainsi que les œuvres personnelles de nombreux polygraphes. De plus, les revues littéraires permettent à l’homme de lettres d’y publier des poésies ou autres créations. Elles sont en quelque sorte le principal moyen de visibilité pour le littérateur qui tente de se faire un nom. Le parcours d’un auteur commence souvent par une publication personnelle et celle-ci peut lui permettre de devenir membre d’une société littéraire (comme celles de Bruxelles, de Liège ou de Gand). Ensuite, la critique de ces différentes créations verra le jour grâce aux publicistes qui en rendront compte dans les revues littéraires. Ainsi, l’homme de lettres qui se fait publiciste en écrivant dans la presse analyse le travail de ses semblables. Enfin, il faut insister sur le fait que les revues littéraires permettent à la littérature française de rester prédominante dans nos régions malgré les mesures progressives prises par Guillaume ier pour en diminuer l’influence.

  • 21 Le Mercure belge, Bruxelles, Weissenbrugh, tome I, 1817-1818, préface.
  • 22 Les Annales belgiques des sciences, des arts et de la littérature, Gand, Houdin, tome i, 1818, préf (...)
  • 23 [An.], « Avant-propos », dans Le Mercure belge, Bruxelles, Weissenbrugh, tome v, 1818, p. 3.
  • 24 Ibidem, p. 4.
  • 25 Les Annales belgiques des sciences, des arts et de la littérature, Gand, Houdin, tome 1, 1818, préf (...)
  • 26 Les positions de ces revues dans les débats littéraires du temps ont été étudiées par Charlier (Gus (...)

10Comment les rédacteurs présentent ces revues à leurs lecteurs ? Le Mercure belge est publié par Weissenbrugh, imprimeur du Roi (situé rue du Musée à Bruxelles) ; on lit dans la préface que cette revue « paraît toutes les semaines » et que « le prix de l’abonnement est de 14 fr pour trois mois, 27 fr pour six mois et 50 fr pour l’année »21. Il est impossible de savoir combien la revue compte d’abonnés, mais on peut se douter qu’ils ne sont guère nombreux. Dans la préface des Annales belgiques, on lit qu’elles « paraîtront douze fois par an, à un jour indéterminé de chaque mois [...] au prix de 24 francs par an pour la ville de Gand, de 28 francs pour les autres endroits du Royaume et de 32 francs pour l’étranger »22. Dans le cinquième tome du Mercure belge (en 1818), les rédacteurs annoncent les buts que se fixe la revue : « Les collaborateurs du Mercure belge, en publiant cet ouvrage périodique, se proposaient de suivre les progrès de la littérature en Belgique, non sans se permettre quelques excursions sur les terres de nos voisins [...] et de réconcilier quelques esprits prévenus avec une langue qui, si elle n’est pas la langue générale des Belges, n’en mérite pas moins de fixer leur attention. »23 La revue tient à analyser les œuvres « nationales » en langue française et précise qu’elle n’ignorera pas les créations en langue néerlandaise. On lit également que « le Mercure sera partagé, comme par le passé, en quatre grandes divisions. La première, sous le titre Poésie, renfermera les vers français, hollandais, flamands, grecs et latins qui nous seront adressés [...]. La partie intitulée Sciences et Arts comprendra l’analyse raisonnée des meilleurs ouvrages publiés dans la Belgique, en français, en flamand, en hollandais, ou dans les langues anciennes, ainsi que les productions les plus marquantes du Parnasse français. La littérature classique sera surtout l’objet de notre sollicitude. »24 Dans Les Annales belgiques, les publicistes expliquent leur projet dès le premier numéro : « La littérature [...] comprendra dans notre ouvrage ce qu’il est convenu d’appeler la littérature ancienne, grecque et latine, en ce sens que cette branche se rattache à l’enseignement actuel ou à la culture des Lettres, et ce qui forme la littérature Belgique de nos jours. »25 On peut dire que Les Annales belgiques, au départ aussi classiques que Le Mercure belge, ne sont plus au milieu des années 1820 insensibles aux changements littéraires déjà bien en cours26.

Quels articles et quelles sensibilités ?

  • 27 P. R. D., « Spectacles de province », dans Le Mercure belge, Bruxelles, Weissenbrugh, tome vm, 1819 (...)
  • 28 Le Mercure belge, Bruxelles, Weissenbrugh, tome I, 1817-1818, préface.
  • 29 Ibidem.

11Dans Le Mercure belge, on lit presque uniquement des articles qui traitent de littérature, exceptée la rubrique politique (rédigée par Lesbroussart). Il y a des comptes rendus de diverses pièces de théâtre qui se jouent sur les scènes des régions belgiques. On lit en 1819 que l’un des projets du Mercure belge « serait donc de donner à l’avenir des Bulletins, sous la rubrique du présent article, si, toutefois, ils parviennent à correspondre, dans chaque ville jouissant d’un spectacle, avec quelqu’amateur qui veuille bien leur transmettre les notes nécessaires à ce genre de travail »27. Encore plus nombreuses sont les critiques d’ouvrages qui paraissent et que les rédacteurs estiment important de signaler. Les travaux menés à l’Académie des Sciences et Belles-Lettres de Bruxelles ou dans diverses sociétés littéraires font eux aussi par moments l’objet d’analyses poussées. Et parmi les auteurs étrangers dont on analyse les œuvres, il y a notamment Delille, Mme de Genlis, Arnault, Chateaubriand, Mme de Staël, ainsi que Lamartine ou Byron. L’aspect ludique n’est pas absent de la revue puisque l’on trouve des jeux tels que des énigmes ou des charades. Parfois, une rubrique « nécrologie » fait son apparition et annonce les décès de personnages connus. Le Mercure belge permet également de publier des créations littéraires inédites telles que des œuvres écrites par les rédacteurs ou par des abonnés qui les leur ont fait parvenir. Des poésies de certains membres de sociétés littéraires (de Liège ou de Gand) paraissent dans la revue sans avoir été d’abord publiées dans un almanach quelconque ; ces pièces servent donc uniquement à alimenter les créations littéraires de la revue. Il est précisé dès la première livraison que « les livres, gravures, etc, que l’on voudra faire annoncer dans Le Mercure ; les poésies et articles que l’on désirera y faire insérer, doivent être adressés, franc de port, à M. Weissenbrugh, imprimeur du Roi, à Bruxelles »28. À titre d’exemple, nous souhaitons énumérer les différents articles de la première livraison du Mercure belge (parue en 1817) afin d’avoir une idée plus précise du type de lecture que la revue propose. Dans ce premier numéro, on trouve : « Poésie » (une épître composée par Raoul), « Énigme, charade, logogriphe » (jeux par J. B. V.), « Littérature » (analyse de Germanicus, nouvelle tragédie d’Arnault, par Raoul), « Coup d’œil sur les progrès des Lettres en Belgique, depuis César jusqu’à nos jours » (histoire littéraire par F., sans doute Reiffenberg), « Art dramatique » (analyse de pièces jouées sur le théâtre royal de Bruxelles, par J. B. V.) et « Politique » (nouvelles du monde, par Lesbroussart)29. Les Annales belgiques proposent des articles similaires ; la rubrique Poésie rassemble des créations de littérateurs et la rubrique Belles-lettres ou Littérature analyse les ouvrages qui paraissent.

12La littérature que l’on trouve dans ces revues est essentiellement néoclassique et peu ouverte aux innovations romantiques. La poésie, genre littéraire le plus utilisé dans ces revues, fait honneur aux anciens en reprenant les formes héritées des poètes grecs et latins. Ainsi fleurissent les fables, les odes, les épigrammes, les épîtres ou les élégies. Néanmoins, rappelons que Les Annales belgiques font paraître quelques créations qui sont davantage dans l’air du temps et que l’on pourrait qualifier de préromantiques. Clavareau et Lesbroussart s’essaient après 1820 à des poésies de type mélancolique ; les publicistes s’interrogent sur les œuvres de Lamartine et encensent le talent de lord Byron. Bien que les goûts soient occupés à changer, il faudra encore quelques années pour que la Belgique s’ouvre véritablement au romantisme.

Quelques conclusions sur les rapports entre presse et littérature

  • 30 Masoin (Fritz), Histoire de la littérature française de Belgique de 1815 à 1830, Bruxelles, Académi (...)
  • 31 Michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », dans Berg (Christian) et Halen (Pierr (...)

13Les connexions entre la littérature et la presse sont fréquentes à l’époque qui nous intéresse. Le publiciste n’est pas seulement un journaliste, il est aussi un homme de lettres ; faire paraître une poésie ou une critique d’ouvrage dans la presse est pour lui une chose naturelle. Il sait fort bien que la petite partie de la population qui lit les journaux s’intéresse à ces jeux littéraires qui rappellent les exercices de rhétorique donnés à l’école. Bien que les revues existent déjà, l’absence d’identité nationale explique le fait qu’elles n’occupent pas encore une position aussi importante que les revues de l’après 1830. Malgré le rôle non négligeable qu’une revue comme Le Mercure belge joue en matière de diffusion littéraire, on ne peut que donner raison à Fritz Masoin lorsqu’il écrit que cette même revue fut « libérale en politique » mais « rétrograde en littérature »30. La politique inonde les journaux et les combats entre idées libérales et catholiques prennent nettement plus de place que les débats littéraires. Les publicistes sont avant tout rodés à la critique du monde politique ; s’ils publient des créations littéraires, ils se préoccupent peu de leur caractère novateur. Cependant, il ne faut pas généraliser de façon abusive puisque les revues littéraires ne font pas de la politique leur sujet principal. Le Mercure belge est certes une revue littéraire classique mais il n’ignore pas les nouveaux noms de la littérature et n’hésite pas à analyser les ouvrages d’écrivains qui se situent entre la vague néoclassique et le romantisme (Chateaubriand, Mme de Staël ou Mme Desbordes-Valmore). Les Annales belgiques ouvrent elles aussi la voie aux nouvelles tendances mais la revue n’a pas le temps de servir la cause d’un romantisme épanoui. Quoi qu’il en soit, la revue littéraire est le meilleur support pour signaler les créations des auteurs « belges » et aider ceux-ci à percer. Et si la revue n’a pas encore l’importance qu’elle aura après 1830, sa seule existence est une preuve de l’éveil intellectuel qui s’opère dans les régions belgiques au cours des deux décennies qui précèdent l’indépendance. Marianne Michaux écrit que, dès les années 1830, les revues prennent le pas sur les sociétés littéraires et permettent aux écrivains de faire preuve de créativité et de renouveler la littérature nationale31.

14Rappelons que l’auteur « belge » qui espère être lu doit faire face à la concurrence sérieuse imposée par la contrefaçon des ouvrages étrangers ; de même le publiciste sait fort bien que les revues littéraires françaises possèdent elles aussi des lecteurs au sein des régions belgiques. Puisque la revue souhaite notamment promouvoir la littérature nationale, elle tente d’accorder une place importante aux créations des hommes de lettres « belges ». Au cours de ces années, la « littérature nationale » est bien difficile à définir mais le projet est en tout cas explicite. Il convient de préciser que les critiques d’ouvrages étrangers restent nombreuses et témoignent également de l’intérêt des publicistes belges pour les créations en diverses langues. Il n’est pas simple de définir l’homme de lettres à une époque où son parcours est si varié et son statut si confus. Si on se centre simplement sur le publiciste, on cerne davantage le personnage puisqu’on le situe uniquement dans le cadre de la presse. Mais n’oublions pas que ses écrits dans la presse ont notamment pour but de révéler les autres types de travaux réalisés par les littérateurs. Avant que l’écrivain ne puisse se consacrer à une forme particulière de littérature et qu’il devienne possible de définir bien plus aisément sa « profession », le littérateur des premières décennies du xixe siècle se fond dans les nombreux milieux et les nombreuses approches de la littérature. Il peut exister en publiant des poésies et des pièces dans des almanachs (le littérateur), en rédigeant des articles dans les journaux et les revues (le publiciste), en professant ses savoirs dans un athénée ou dans une université (le professeur), ou encore en entrant à l’illustre Académie (le savant).

15Nous avons vu que le nombre de Français présents dans les réseaux littéraires de Belgique est impressionnant. Ce phénomène d’influence culturelle s’opère aussi bien dans les journaux que dans les sociétés littéraires ou dans les athénées et universités. La langue française garde en Europe le prestige qu’elle a connu au xviiie siècle et la littérature de France continue de captiver les esprits. Les exilés français accentuent encore le goût que les hommes de lettres « belges » ont pour leur littérature, notamment en publiant des recueils de poésies ou en produisant une bonne partie des articles de journaux. Outre l’aspect purement littéraire, ces exilés communiquent aux publicistes « belges » leur talent pour la raillerie. En critiquant sans détours la politique menée en France, ils offrent un apprentissage efficace à la presse d’opposition « belge » qui se forme au cours des années 1820.

  • 32 Harsin (Pierre), Essai sur l’opinion publique en Belgique de 1815 à 1830, op. cit., p. 20.
  • 33 Voir Wils (E.) « Le concept de nation à la veille de la révolution belge (août 1829-juillet 1830). (...)
  • 34 Ibidem, p. 101.
  • 35 Voir Hasquin (Hervé) et Verhulst (Adriaan), dir., Le Libéralisme en Belgique : deux cents ans d’his (...)

16Compte tenu de la période à laquelle nous nous situons, nous ne pouvons éviter de terminer cet article par quelques mots sur le discours nationaliste belge au travers de la presse. Dès 1815, les deux revues politiques que sont Le Spectateur belge et L’Observateur belge expriment un sentiment que l’on pourrait presque qualifier de « patriotique belge ». Selon Harsin, L’Observateur belge, de tendance libérale, serait « même unioniste avant la lettre »32. Certains publicistes sont bien entendu dans la seconde moitié des années 1820 les porte-parole des idées libérales (parfois indépendantistes) : Lesbroussart, de Potter, Quetelet, Rogier, etc. Si certains quotidiens (comme La Gazette des Pays-Bas) sont aux mains du gouvernement hollandais et font l’éloge de sa politique, d’autres deviennent les représentants d’une presse d’opposition redoutable33. Ainsi Le Belge et Le Courrier des Pays-Bas n’ont pas peur de critiquer les actions du gouvernement, pas plus que le quotidien liégeois Le Mathieu Laensberg34. Il est certain que la révolution belge se nourrit en 1830 des idées politiques que la presse donne à lire depuis la seconde moitié des années 1820. À nouveau, l’influence de la France est indéniable : les catholiques s’inspirent des idées progressistes de Lamennais, les libéraux admirent Constant et certains se rejoignent dans les théories des doctrinaires de Royer-Collard35. Il est donc impossible de nier le rôle joué par les publicistes belges et français dans la montée du sentiment indépendantiste belge et dans la mise en place des premières institutions nationales après 1830.

Haut de page

Notes

1 Voir l’Annuaire de l’Académie royale de Belgique, Bruxelles, 1889, p. 452.

2 R., « Mélanges politiques et littéraires », dans Le Journal de Bruxelles, lundi 16 juillet 1821, p. 4.

3 Voir Van Turenhoudt (E.), Un philosophe au pouvoir, Louis de Potter 1786-1859, Bruxelles, 1946.

4 Voir Harsin (P), Essai sur l’opinion publique en Belgique de 1815 à 1830, Charleroi, Éditions de la Terre wallonne, 1930, p. 22.

5 Voir Quetelet (Auguste), Notice sur G-J-A baron de Stassart, Bruxelles, Hayez, 1854.

6 Thielemans (Marie-Rose), Goswin, baron de Stassart, 1780-1854, politique et franc-maçonnerie, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2008, p. 511.

7 J. B. V., « Hermès Romanus ou Mercure latin, 1re année, tomes 1 et 2 », dans Le Mercure belge, Bruxelles, Weissenbrugh, 1817, tome 1er, p. 101.

8 C. M., « Les classiques et les romantiques », dans Le Courrier des Pays-Bas, dimanche 24 avril 1825, p. 3.

9 S. a., « Feuilleton du 16 août 1821 », dans Le Journal de Bruxelles, jeudi 16 août 1821, p. 1.

10 Voir Quetelet (Auguste), Notice sur Édouard Smits, Bruxelles, Hayez, 1852.

11 Voir Lebrocquy (P), Souvenirs d’un ex-journaliste (1820-1841), Bruxelles, Géruzet, 1842.

12 Froment (Charles), Poésies, Bruxelles, Galaud et Lejeune fils, 1826.

13 J. B. V., « Hermès Romanus ou Mercure latin, 1re année, tomes 1 et 2 », dans Le Mercure belge, Bruxelles, Weissenbrugh, tome I, 1817-1818, p. 100.

14 Ibidem, p. 101.

15 Voir Quetelet (Auguste), Notice sur Philippe Lesbroussart, Bruxelles, Hayez, 1855.

16 Voir Quetelet (Auguste), Notice sur Frédéric-Auguste-Ferdinand-Thomas, baron de Reiffenberg, Bruxelles, Hayez, 1852.

17 Voir Quetelet (Auguste), Notice sur Louis-Vincent Raoul, Bruxelles, Hayez, 1849.

18 [An.], « Avis », dans Le Mercure belge, Bruxelles, Weissenbrugh, tome vii, 1819, p. 473.

19 Voir Trousson (Raymond), Antoine-Vincent Arnault (1766-1834). Un homme de lettres entre classicisme et romantisme, Paris, Honoré Champion, 2004.

20 Voir De Seyn (Eugène), Dictionnaire des écrivains belges, Bruges, Excelsior, 1930, tome n, p. 1500.

21 Le Mercure belge, Bruxelles, Weissenbrugh, tome I, 1817-1818, préface.

22 Les Annales belgiques des sciences, des arts et de la littérature, Gand, Houdin, tome i, 1818, préface.

23 [An.], « Avant-propos », dans Le Mercure belge, Bruxelles, Weissenbrugh, tome v, 1818, p. 3.

24 Ibidem, p. 4.

25 Les Annales belgiques des sciences, des arts et de la littérature, Gand, Houdin, tome 1, 1818, préface.

26 Les positions de ces revues dans les débats littéraires du temps ont été étudiées par Charlier (Gustave), Le mouvement romantique en Belgique (1815-1850), Bruxelles, arllf, 2 vol. , 1948-1959.

27 P. R. D., « Spectacles de province », dans Le Mercure belge, Bruxelles, Weissenbrugh, tome vm, 1819, p. 214.

28 Le Mercure belge, Bruxelles, Weissenbrugh, tome I, 1817-1818, préface.

29 Ibidem.

30 Masoin (Fritz), Histoire de la littérature française de Belgique de 1815 à 1830, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, lxii, 1902, p. 271.

31 Michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », dans Berg (Christian) et Halen (Pierre), dir., Littératures belges de langue française : histoire et perspectives (1830-2000), Bruxelles, Le Cri, 2000, p. 22.

32 Harsin (Pierre), Essai sur l’opinion publique en Belgique de 1815 à 1830, op. cit., p. 20.

33 Voir Wils (E.) « Le concept de nation à la veille de la révolution belge (août 1829-juillet 1830). Une analyse du discours des journaux », dans Bruneel (Claude) et Bernard (Bruno) (éd.), Les Prémices de l’identité belge avant 1830 ?, Bruxelles, a.g.r., 2006, p. 102.

34 Ibidem, p. 101.

35 Voir Hasquin (Hervé) et Verhulst (Adriaan), dir., Le Libéralisme en Belgique : deux cents ans d’histoire, Bruxelles, Delta, 1989, pp. 32-33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Saint Jean, « Le publiciste de la Belgique hollandaise : entre écrivain et journaliste », Textyles, 39 | 2010, 17-26.

Référence électronique

Valentin Saint Jean, « Le publiciste de la Belgique hollandaise : entre écrivain et journaliste », Textyles [En ligne], 39 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/92 ; DOI : 10.4000/textyles.92

Haut de page

Auteur

Valentin Saint Jean

Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org