Navigation – Plan du site

Éric de Haulleville et le chant des sirènes

Claire Anne Magnès
p. 11-16

Texte intégral

« Haulleville se parle à lui-même, ou, dirait-on, se cherche pour se parler. »
(Robert Vivier)

1De la vie d’Éric de Haulleville, les livres disent peu de choses. Il naît à Bruxelles en 1900, obtient le diplôme de docteur en droit, devient secrétaire particulier d’Adolphe Max, bourgmestre de Bruxelles. Il effectue un séjour à Londres et plusieurs voyages en Europe ; il meurt en France, pendant l’exode, en 1941.

2Éric de Haulleville connaît et fréquente les poètes du Disque vert : Franz Hellens, Mélot du Dy, Odilon-Jean Périer auquel l’apparentent la fraîcheur et le lyrisme chantant. D’ailleurs, Périer lui dédie la « fable » Dans une tasse de thé (in Le Promeneur). En 1940, Haulleville fait partie du comité de direction des Cahiers du Journal des poètes que dirige Pierre-Louis Flouquet. On retrouve notamment dans cette équipe Franz Hellens et Mélot du Dy, ainsi que Georges Marlow (à qui sont dédiés deux poèmes de L’Anneau des années), Edmond Vandercammen, Robert Vivier, Fernand Verhesen...

  • 1 C’est l’édition que j’ai utilisée pour cet article et à laquelle renvoient les indications de page.
  • 2 Le Nouveau Dictionnaire des Belges, Le Cri/Legrain RTBF, Bruxelles, 1992.

3La première publication de Haulleville se fait à l’enseigne du Disque vert en 1923 ; le recueil Dénoûment (Livre poétique) compte surtout des poèmes en vers libres se termine par les proses des « Commentaires de Lamartine ». En 1930 paraît aux éditions de la Montagne, chez Gallimard, à Paris, Le Genre épique (Autobiographie), un ensemble de poèmes en prose qui obtient le Prix Picard l’année suivante. Le Voyage aux Iles Galapagos est publié par les Cahiers du Sud, à Marseille, en 19341. Couronné par le Prix Albert Ier en 1936, il est réédité cette année-là chez Grasset, à Paris. Réédité en 1989 à Bruxelles aux éditions Le Cri, il a été repris en 1993, chez le même éditeur, dans un volume comprenant l’ensemble de l’œuvre et publié dans la collection des « Évadés de l’oubli ». Titre moins connu : La Belgique vue de l’étranger, publié à Bruxelles en 1937 (éd. O.B.L.U.T.) et qui groupe des « jugements portés sur la Belgique par des hôtes de marques »2.

4C’est à Bruxelles également, dans les Cahiers du Journal des poètes, que paraît, en 1941, L’Anneau des années. Le volume, dit l’« Avertissement », réunit « presque toute l’œuvre en vers du poète » : beaucoup d’inédits mais aussi des poèmes – le choix en est précisé – repris à Dénoûment et au Genre épique, recueils alors déjà épuisés et introuvables. Une note, émouvante, signale que l’annonce de la mort du poète vient de parvenir aux éditeurs alors que le livre était sous presse. Pour cette raison, ils ajoutent à l’ensemble des poèmes en vers, le texte intégral de deux proses : « Tramontane sur son grand cheval (Mythologie en quatre parties) », qui avait paru dans Le Genre épique, et une nouvelle inédite : « Le peintre Émile Feu ». Le dernier paragraphe de l’« Avertissement » entrebâille la porte vers l’étrange : « Nous ajouterons que “L’Anneau des Années” qui devait paraître avant la guerre de 1939 fut avec des vers inédits, diverses ébauches et trois manuscrits de prose [...] perdus par les hasards de cette guerre dans les fossés d’Amiens. Il existait deux copies vagabondes de “L’Anneau des Années”. Ce fut l’une d’elles qui fut retournée à l’auteur. » Si les aventures du manuscrit sont moins exotiques que celles du vannier Gravier Bleu, on ne peut qu’être frappé par une forme de coïncidence dans l’inattendu et s’émerveiller du parcours d’un manuscrit perdu et retrouvé dans le temps troublé des années de guerre.

« Non, vraiment, je n’ai pas d’avis à donner dans l’affaire »3

  • 3 « Tramontane sur son grand cheval », poème cité.

5Contrairement à ce que suggère le titre et que pourrait appuyer l’écriture à la première personne, Le Voyage aux Iles Galapagos n’est pas un récit de voyage. « Roman », ainsi le catalogue-t-on dans les ouvrages qui étudient nos lettres. Cependant, en tête du volume, un « Avant-lire pour remplacer le “Prière d’insérer” » définit ainsi son genre littéraire : « Le Voyage n’est pas un roman poétique, mais un essai de poème romanesque, ou plus exactement une Comédie de l’esprit, celle que l’auteur avait déjà tentée dans son ouvrage “Le Genre épique” avec son poème “Tramontane sur son Grand Cheval” et qu’il avait appelée “Mythologie” ». Et d’ajouter en note : « Dans son premier ouvrage : “Dénoûment”, l’auteur visait déjà ce but avec “Les Commentaires de Lamartine” ».

6Poème, certes. La prose du Voyage est celle d’un poète. Lyrisme épique, profusion d’images, descriptions chatoyantes, élans du cœur, expression de l’amour ou de la douleur, émotion, interrogations sur le monde et sur soi... Mais poème « romanesque », car on trouve dans le Voyage, aventures, exotisme, amour, mystère, disparitions, tempêtes, figures inquiétantes, apparitions insolites, coïncidences inexplicables, solitude, poursuite inlassable d’une femme aimée, d’un idéal mal déchiffré.

7L’œuvre ne ressemble donc nullement à la relation réaliste d’une expédition dans un archipel du Pacifique. Récit surréaliste, tout à la fois épique et onirique, riche en épisodes irrationnels comme en indications exactes, le Voyage mêle et entrecroise les tons, les genres : ici poétique et lyrique – l’on songe à Lautréamont saluant le « vieil océan » –, là romanesque et extravagant – on pense à Fantômas qui fascina Ernst Moerman. Au terme il reste, à bien des égards, mystérieux pour le lecteur comme pour le narrateur. Celui-ci n’écrit-il pas, à l’avant-dernier chapitre : « Revenu dans mon pays, après plusieurs années d’un voyage dont je ne m’expliquais encore que le retour, l’aller me demeurant toujours inconnu [...] » (p. 177) ?

8L’« Avant-dire » offre des clés dont certaines ont la forme de questions. Sans doute n’ouvriront-elles pas toutes les portes. Elle se révèlent d’ailleurs plus efficaces quand on a terminé la lecture du Voyage. La comparaison avec la prose surréaliste de « Tramontane » peut à son tour aider à la compréhension. Mais, dit l’auteur, « il n’est pas nécessaire que tous pénètrent » dans le monde qu’entrouvre Doride par ses lettres énigmatiques, si mystérieusement reçues. Aux lecteurs, « assez d’enseignements et d’agréments [...] ont été abandonnés en chemin ».

« Îles inoubliables et sans nom » (Blaise Cendrars)

9L’histoire commence en mer, à bord d’un cargo. Le narrateur s’est embarqué un mois plus tôt pour se rendre aux îles Galapagos, parce qu’il a été « séduit par l’étrangeté de la phrase » du capitaine : « C’est rare qu’on s’y rende du Havre ». Il est vannier de son état, paisible, rêveur sans doute. On ne connaîtra de lui que son surnom : Gravier Bleu.

10Dès l’abord, la situation se révèle insolite. Comme en rêve, le jeune vannier – il ignore tout de la navigation – conduit le bateau. Il tombe, s’ouvre vilainement le front. Le voici incapable de bouger, de parler, paralysé comme on l’est en rêve. Il entend les marins, voit surgir sept îles Galapagos, assiste à un déferlement violent, se retrouve seul, échoué, perdu. A-t-il rêvé ? Est-ce maintenant qu’il rêve ? Il attend, il espère, il cherche l’explication de ces événements.

11Le besoin de comprendre des situations et des faits qui le dépassent, Gravier Bleu le vivra jusqu’au terme du voyage. Quand il rentre enfin chez lui, on lui donne – on lui assène plutôt – des explications qu’il ne demande pas, ou plus. Deux psychiatres, dont les avis s’opposent, démontent ses aventures et lui expliquent ce qui s’est passé, ce qu’il a cru, imaginé, rêvé, interprété, confondu, travesti... Commentaires réducteurs et caricaturaux de ceux que l’auteur nomme, dans l’« Avant-dire », « d’étroits et bouffons savants raisonneurs » à qui l’essentiel échappe. Tout au long du récit s’opère le balancement entre le réel et l’imaginaire, le probable et le faux, le possible et l’inadmissible, le vraisemblable et l’irréel. Gravier Bleu vit-il réellement ses aventures ou sont-elles le fruit de son imagination ? Est-il la proie d’illusions ? d’hallucinations ? Quand les événements se contredisent dans leur succession, auxquels faut-il ajouter foi ?

12À la question de la réalité, de la vérité des faits, s’en ajoute bientôt une autre : celle de la personnalité, de l’identité. « Est-ce moi ? », doublé de « Qui suis-je ? ». « Et si j’étais Doride ? », demande Rolla, qui propose ensuite : « Et si je devenais Doride ? ». La même interrogation se formule à la deuxième et à la troisième personne. Rolla disparue est-elle Rolande, Yolande, Lady Hawthorn ? Le capitaine Petersen est-il le capitaine Boutarel ? Et qui est Jack, auquel se superpose l’inquiétant Jack le Hibou ? Le problème de la personnalité se pose de manière aiguë à Gravier Bleu quand, après une longue navigation solitaire, il se retrouve parmi les hommes. Il apprend qu’on l’a découvert, délirant, au fond d’un canot, dans la baie de Macao. Sortant de l’hôpital où on l’a soigné, il lit dans un journal français qu’on a découvert, délirant, dans une barque au large de l’île d’Ouessant, un jeune homme que l’on a identifié comme le vannier Gravier Bleu. Victime d’une supercherie, celui-ci avait cru se rendre dans le Pacifique et n’avait pas dépassé les îles anglo-normandes.

13Perspective fascinante. Mise en abyme d’un personnage et d’une situation : « Impossible [...] d’avoir la moindre certitude sur ma réalité propre » (p. 126). Y a-t-il un usurpateur ? un vrai et un faux Gravier Bleu ? Le voyage n’a-t-il pas eu lieu ? Mais le narrateur Gravier Bleu se trouve à Macao, non au Havre. Macao qui, autre fait étrange, vit à l’heure du tremblement de terre de Lisbonne de 1755. Les aventures des deux Gravier Bleu offrent bien des similitudes : les perles exceptionnelles ramenées par des plongeurs de la mer de Chine, les noms des marins – que nous connaissions déjà par le premier chapitre —, la présence de Jack ou de Jack le Hibou, celle de Rolla...

14Tout vacille donc. Rien n’est stable : ni l’identité, ni le lieu, ni le temps. Aucune chose ne peut être affirmée avec certitude. « Mes aventures m’avaient instruit de l’impossibilité de faire coïncider la conscience que j’avais du monde extérieur avec celle que j’aurais dû avoir, semblait-il, si j’ajoutais foi aux circonstances vécues » (p. 131).

« L’aventure était un beau cygne capricieux et sauvage »4

  • 4 « Tramontane sur son grand cheval », poème cité.

15Comme elle emporte Tramontane, l’aventure mène Gravier Bleu. Rien, semble-t-il, ne prédispose le doux vannier à courir les océans. Il cède au hasard, à l’occasion, à une sorte de vacance intérieure pour s’embarquer sur La Glavane et se rendre aux Galapagos. L’aventure épouse ainsi la forme du voyage. Du Havre aux îles inconnues, de cet archipel jamais nommé à Macao, de la Chine à la Sibérie, des terres polaires à Paris, le voyageur parcourt le monde et connaît découvertes, accidents, intégration à la nature, soumission à ses lois.

16Au cœur – et j’emploie le mot à dessein – de l’aventure s’épanouit un amour rayonnant : amour partagé avec la belle Rolla, que Gravier Bleu découvre un matin, endormie sur son épaule. « Le monde a commencé avec nous-mêmes, le jour de notre rencontre. Rien d’autre n’existe dans notre vie que nous-mêmes » (p. 66). Ensemble ils inventent un langage, nomment les choses, observent la faune et la flore, construisent une cabane, développent, nouveaux Robinsons, une ingéniosité grandissante pour plier la nature à leurs besoins, à leurs goûts : chasser, pêcher, avec fronde ou filet, cuire du pain, perfectionner les travaux de vannerie, tirer des couleurs des lichens et des écorces, faire des poteries, dresser des obélisques... Au sein d’une nature luxuriante, ils sont Paul et Virginie adultes, dépourvus de naïveté, pleinement heureux. La disparition temporaire de Rolla, prisonnière d’un éboulement de roches pendant trois jours, permet à Gravier Bleu de mesurer à quel point le bonheur et la vraie vie s’incarnent en la jeune femme.

17Cependant, le vannier prend peu à peu conscience de ce que « l’amour n’absorbait pas toute vie individuelle ». Après un épisode des plus exotiques (arrivée de « sauvages » en pirogues, cérémonie en l’honneur de leur reine, danses et chants, décapitation de trois victimes) auquel est mêlé le mystérieux Jack, Rolla quitte Gravier Bleu, lui laissant un message d’adieu : « je suis dans la joie de te quitter quand je t’aime d’amour, avant que rien dans l’habitude ou dans la connaissance n’ait terni le souvenir que nous aurons de nous-mêmes, je veux dire : la présence perpétuelle de notre amour » (p. 100). Quelques années à peine avant le livre de Haulleville, un autre voyageur et poète, Blaise Cendrars, écrivait lui aussi dans les Feuilles de route (1924) : « Quand tu aimes il faut partir ».

18Dès lors, le voyage change d’aspect. Il a un but autre que lui-même : retrouver Rolla. Gravier Bleu entame une longue poursuite qui va le mener de latitude en longitude, de l’Équateur au Cercle polaire, du Pacifique à la Scandinavie. L’insaisissable jeune femme, dont il clame le nom et voit les traits dans les plus beaux des paysages, devient une figure de plus en plus mythique, une ombre qui s’évanouit.

19De même que le vannier a obéi au destin pour entamer son voyage, il cède à un signe pour rentrer en France. C’est là que, le temps ayant passé, il rédige ses souvenirs. « Mon histoire merveilleuse avait un sens pour moi et je l’écrivis pour qu’elle ait un sens pour d’autres » (p. 184). L’amour – celui que ni le capitaine Gulliver, ni Robinson Crusoé n’ont vécu – ne faiblit pas en lui. « Rolla, vous ne m’avez jamais quitté. De la terrasse au-dessus de la ville où j’écris mes mémoires, je ne vois pas une ville. Je vois courir sur une plage une jeune fille en robe noire qui ne se distingue pas de son ombre. Elle me donne du bonheur une promesse qui est en soi-même sa fin » (p. 178).

20À l’image de tant de poètes surréalistes, Éric de Haulleville exalte l’amour : le monde n’existe qu’à travers l’autre. « Si aux regards de l’un de nous existait l’univers, le monde avait une réalité pour chacun de nous. Seul cet autre était l’univers. [...] Que l’un eût perdu son compagnon, l’unique miroir et le témoin suffisant étaient détruits » (p. 52). D’autres femmes, aimées, aimantes surtout, croisent la route du vannier : sa cousine Berthe, compagne d’enfance ; Doride qui lui donne son nom de Gravier Bleu au temps de l’école ; Anita « aux yeux de pervenche trempée dans le lait » ; Faïté, tendre « sauvage » des îles ; Dolorès, la « fée en bandeaux blancs » de l’hôpital de Macao ; Poussière de Riz, « fleur sauvage et délicate » de Chine... Mais avec aucune il ne connaîtra l’éblouissement et la plénitude vécues avec Rolla.

21Les îles ne seront jamais identifiées. Par contre, la poursuite de Rolla conduit le voyageur à travers des régions réelles. Le narrateur décrit, avec lyrisme, villes et paysages ; évoque les mœurs des populations dont il partage l’existence ; nomme, à profusion, caps, rivières, ports ou détroits. J’aimerais montrer la poésie de ce parcours géographique. Mais je voudrais d’abord m’arrêter à une autre facette de l’aventure. Avec le voyage en terres inconnues ou lointaines, l’aventure intérieure dans l’éclat de l’amour, le rêve entraîne le lecteur dans son domaine mystérieux.

« ...ce rêve, que j’appellerai hiéroglyphique... » (Charles Baudelaire)

22Faut-il rappeler l’importance du rêve pour les surréalistes ? la fascination qu’exerce cette « seconde vie » sur Gérard de Nerval ? À vrai dire, à l’exception d’une seule, les aventures de Gravier Bleu ne se déroulent pas pendant son sommeil. Mais elles offrent souvent les apparences du rêve : par l’étrangeté des événements, des situations, des impressions, par la rupture d’avec la logique du réel.

23Les premiers chapitres, par exemple, présentent une succession de disparitions et de réapparitions, répètent des scènes similaires. Les matelots de La Glavane ont disparu en mer. Pourtant les voici, étrangement vêtus, creusant le sol de la colline. « Ils cherchent l’or », dit Jack qui, soudain, n’est plus là. En un autre endroit de l’île, Gravier Bleu revoit les marins qui bêchent, piochent. Jack est à nouveau présent. Exaspéré par son mutisme, le narrateur le secoue. Jack, « le corps d’une pièce comme s’il était de bois », glisse dans le vide où il se tue certainement. Mais nulle trace de lui ne s’aperçoit au fond du ravin.

  • 5 Dans le Dictionnaire des œuvres de Robert Frickx et Raymond Trousson, Tome I : Le roman. Paris-Gemb (...)

24Autre aspect propre au rêve : les détails saugrenus. Au chapitre V – que Paul Aron qualifie de « véritable «mise en scène» » du surréalisme5 – Gravier Bleu, caché derrière des buissons, écoute l’incroyable conversation d’excursionnistes mondains descendus d’un yacht. Après leur départ, il trouve dans une valise qu’ils ont abandonnée « tous les accessoires d’un bain de mer ». Il met le bonnet de caoutchouc, revêt le peignoir de tissu éponge. « Quand je débarquai plus tard à Macao, ce fut dans cet attirail » (p. 38). C’est le lendemain matin qu’il découvre Rolla endormie sur sa poitrine. Pour lui, elle a quitté le yacht. Elle porte la robe du soir avec laquelle elle s’était embarquée à Lisbonne et ne possède pour tout bagage que des cigarettes pour Gravier Bleu et une hache – qui se révélera bien utile ensuite pour bâtir leur cabane.

25Le rêve abolit le temps, permet une connaissance mystérieuse : le souvenir de Doride s’était effacé de l’esprit de Gravier Bleu depuis douze ans quand il aperçoit d’elle un signe gravé dans la roche, quand il reçoit son premier message. D’où viennent les lettres ? comment Doride les a-t-elle écrites ? comment sait-elle ce que fait et pense le vannier ? Mais bien au-delà de la petite camarade d’école, Doride devient celle qui enseigne « la Voie », qui possède la clé de l’énigme. Ce qui la concerne ne peut donc être que mystère.

26La logique dans l’illogisme, l’attitude semi-critique du narrateur face aux situations étranges et aux événements inexplicables s’apparentent, d’une certaine manière, aux aventures d’Alice au pays des merveilles (1865). Que l’on se rappelle, par exemple, les apparitions et disparitions du Chat de Chester, le féroce  « Qu’on lui coupe la tête ! » de la Reine de Cœur, la logique farfelue du Chapelier et surtout, le besoin qu’éprouve Alice d’expliquer ce qui lui arrive, ce qu’elle voit.

  • 6 Jean Gattégno, dans sa Préface à l’édition présentée et annotée par lui de : Carroll (L.), Alice au (...)

27Il n’est pas étonnant qu’en France, ce soient les surréalistes qui ont vu dans Alice bien plus que le chef-d’œuvre de littérature enfantine écrit par Lewis Carroll – alias Charles Dogson, mathématicien et logicien – pour les petites filles de Henry George Liddell. Aragon traduit La Chasse au snark (en 1929) et, analysant Alice, met en évidence les concepts d’absurdité et de subversion qui feront « désormais partie intégrante de toutes les analyses françaises de l’œuvre carrollienne »6.

28Si le caractère onirique du Voyage aux Iles Galapagos permet de rapprocher son auteur de Lewis Carroll, deux autres ouvrages majeurs de la littérature britannique viennent à l’esprit quand on lit Haulleville : le Robinson Crusoé de l’Anglais Daniel Defoe (1719) et Les Voyages de Gulliver de l’Irlandais Jonathan Swift (1726). J’ai cité Robinson en évoquant la vie du vannier et de Rolla dans l’île, l’inventivité qu’ils déploient pour adapter la nature sauvage. Un épisode du livre de Haulleville fait particulièrement songer à Gulliver : la seule aventure vécue en rêve par Gravier Bleu. Il débarque avec Rolla sur une terre où règne l’harmonie, découvre un royaume où « la population [est] active et sage » (pages 47 à 49). De plus, comme dans l’œuvre de Swift, le rôle de la mer est ici prédominant.

« J’avais la mer en moi, la mer éternellement autour de moi. Quelle mer ? Voilà ce que je serais bien empêché de préciser » (Henri Michaux)

29Les grands voyages de découverte des Temps modernes sont liés à la navigation. Certes on peut découvrir des régions vierges en explorant les continents mais l’apparition soudaine de terres inconnues, surgies au loin sur l’étendue marine, parle davantage à l’imagination. L’histoire, d’ailleurs, engendre la légende. Christophe Colomb devient un mythe littéraire. Et que dire de ces autres marins qui, avant que naisse Gulliver, se nomment Ulysse ou Sindbad ? L’essentiel du Voyage aux îles Galapagos est lié à la mer, même si la poursuite de Rolla se fera partiellement par voie terrestre et si c’est en avion que le narrateur rentrera à Paris.

  • 7 Le Petit Robert II signale en outre que c’est « à partir d’un séjour effectué [aux Galapagos] en 18 (...)

30Si des agences de tourisme proposent aujourd’hui la visite des Galapagos, on peut imaginer qu’entre les deux guerres, leur archipel apparaît comme un lieu mythique. À l’exotisme de ces îles et de leur nom, à leur éloignement, s’ajoutent l’étrangeté et le caractère unique de leur milieu naturel. Vers quelle destination plus chimérique aurait pu s’embarquer le vannier sédentaire ? Pourtant – rappelons-le – il part moins pour gagner les Galapagos que pour accompagner le capitaine dont l’a séduit la remarque « C’est rare qu’on s’y rende du Havre » (formule qui constitue d’ailleurs le titre du premier chapitre). Est-ce aux Galapagos qu’il est arrivé ? Rien n’est moins sûr, même pour lui, puisqu’il dit à Rolla : « Il ne me semble pas que nous habitions les Galapagos, les îles aux Tortues, as-tu traduit leur nom espagnol ? Nous n’avons pas vu de tortues » (p. 69). Îles imaginées, donc, nées d’un rêve de poète. Toutefois, le vingt-quatrième et dernier chapitre consiste tout entier en une longue description de Galapagos bien réelles. Présentées comme la dernière lettre de Doride, ces pages, superbement écrites, situent l’archipel, décrivent sa géographie, commentent sa végétation et sa faune, retracent son histoire et les effets de la colonisation, nomment ses visiteurs illustres, dont Charles Darwin (1808-1882)7.

31Les Galapagos sont donc à la fois rêve et réalité, terres imaginaires et lieux réels. Pour le narrateur et le lecteur, les îles du Voyage resteront, comme celles de Cendrars dans Feuilles de route, « inoubliables et sans nom ». Il n’en sera pas de même pour les autres régions. Dans sa lettre d’adieu, Rolla écrit qu’elle part en canot, mettant le cap sur le sud-ouest, et qu’elle gagnera bientôt la terre. Gravier Bleu équipe alors une embarcation et, malgré la tristesse de ses gardiens, la douleur de Faïté, quitte l’île où il a vécu heureux et se dirige, à son tour, vers le sud-ouest. En dépit d’obstacles innombrables, il navigue longtemps, se guidant sur le soleil ou les étoiles. Enfin, fiévreux, brisé de fatigue et d’émotion, il sombre dans l’inconscience. Il se réveille dans un lit d’hôpital à Macao.

32Désormais, la géographie du voyage sera précise. Gravier Bleu se promène dans la ville, décrit bâtiments et scènes de rue, fréquente les maisons de jeux, dépense avec des femmes l’argent gagné, connaît les bals interlopes, les fumeries d’opium. Exotisme haut en couleur, tout différent de celui des îles de feuilles et d’oiseaux !

33Mis sur la piste présumée de Jack et de Rolla, le narrateur – qui déjà avait cherché en vain à Hong Kong et à Canton – se rend à Shanghai puis parcourt une partie de la Chine. Il évoque « les montagnes sacrées habitées par les ermites », les rizières, les fleuves, les jonques sur le Yang-tse-Kiang, les caravanes des chameliers mongols, les jardins des pagodes... Un journal lui apprend que Rolla pourrait être en route vers le Pôle. Avec un ami russe, il part pour la Sibérie, remonte la Léna, gagne les Iles Liakhov, la Nouvelle-Sibérie, puis la Norvège et « le port le plus septentrional du monde », le Groënland, enfin. Il partage la vie des Lapons, des Esquimaux. Comme il l’a fait pour la Chine, il décrit, dans une langue très belle, les régions du grand Nord : splendeur et pureté des glaces, « ciel de crayon » de Laponie, fleurs de la toundra, couleurs somptueuses de l’aurore boréale : « Le feu, les bières, les vins et les acides, le soufre et le mercure coulent et ruissellent dans les arcs et les gerbes de lumière, tandis que les hautes arêtes de la banquise se colorent de lueurs rose, tandis que sur les champs de glace se couchent les froides ombres bleu foncé. Une longue écharpe d’émeraude est déroulée dans le ciel et brusquement ramenée. L’aurore boréale agite ses drapeaux comme des golfes de sang, d’or et d’absinthe » (p. 168).

34Il est vain de poursuivre davantage l’insaisissable Rolla. Gravier Bleu se sépare de son ami esquimau, gagne Copenhague, prend l’avion pour Paris. Avec l’épisode comique et grinçant des psychiatres, la relation du voyage s’achève. Non le livre. Il reste le chapitre inattendu consacré aux îles Galapagos de la réalité.

35Fusion du littéraire et de l’encyclopédique, union de l’imaginaire au réel, ce chapitre éclaire aussi (et ainsi) le sens de l’histoire de Gravier Bleu, « la voie qu’il fallait suivre et que nul n’avait suivie » (p. 184). Voie de la contemplation, du voyage immobile, intérieur, celui où l’on avance en soi dans une « solitude magnifique », celle-là même qu’exaltait Doride dans une de ses lettres : « Il n’y a pas de vide autour d’un homme, fût-il enfermé dans une cellule nue. Il n’y a de vide que dans le cœur de l’homme » (p. 108).

36Que signifie le Voyage, que sont les îles Galapagos ? Laissons Éric de Haulleville répondre à cette question :

37Les Galapagos sont un roc perdu où les escadres américaines, les manœuvres navales, n’ont pas fait fuir un lézard ou un oiseau. Elles sont abandonnées à qui veut les parer d’un manteau aussi coloré et changeant que le ciel lorsque le soleil le quitte, les Galapagos ou l’île de Pâques, ou quelles îles ?

Âpres et dénudées ou fleuries comme les Hawaï, disparaissez, Galapagos. [...]
Il suffit d’entendre les saules au long d’une rivière enfler le murmure du vent, le coup d’archet sorti d’un violon descendre d’une fenêtre ouverte sur la campagne, pour que l’homme fasse bon marché de cette terre stérile entraînée dans le mouvement des étoiles (pp. 190-191).

Haut de page

Notes

1 C’est l’édition que j’ai utilisée pour cet article et à laquelle renvoient les indications de page.

2 Le Nouveau Dictionnaire des Belges, Le Cri/Legrain RTBF, Bruxelles, 1992.

3 « Tramontane sur son grand cheval », poème cité.

4 « Tramontane sur son grand cheval », poème cité.

5 Dans le Dictionnaire des œuvres de Robert Frickx et Raymond Trousson, Tome I : Le roman. Paris-Gembloux, Duculot, 1988, p. 517.

6 Jean Gattégno, dans sa Préface à l’édition présentée et annotée par lui de : Carroll (L.), Alice au pays des merveilles. De l’autre côté du miroir. Traduction française de Jacques Papy. Paris, Gallimard, Folio classique, 1994, pp. 15-16.

7 Le Petit Robert II signale en outre que c’est « à partir d’un séjour effectué [aux Galapagos] en 1835 lors de son tour du monde, [que Darwin] établit sa théorie sur l’évolution. ». [Paul Aron précise, dans son article, les liens entre les deux textes - NdlR].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Anne Magnès, « Éric de Haulleville et le chant des sirènes », Textyles, 20 | 2001, 11-16.

Référence électronique

Claire Anne Magnès, « Éric de Haulleville et le chant des sirènes », Textyles [En ligne], 20 | 2001, mis en ligne le 18 juillet 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/887 ; DOI : 10.4000/textyles.887

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org