Navigation – Plan du site

Présentation

Paul Aron
p. 7-15

Texte intégral

  • 1 Wilde (Oscar), « Le critique artiste », dans Intentions, Paris, 10/18, p. 116.

1On connaît la phrase célèbre d’Oscar Wilde : la différence entre littérature et journalisme, c’est que « le journalisme est illisible et que la littérature n’est pas lue »1 Cette citation illustre parfaitement la distinction, qui s’installe au xixe siècle, entre deux pratiques de l’écrit imprimé souvent jugées et perçues comme incompatibles, et pour cela concurrentes. Balzac avait déjà caractérisé cette antinomie, dans les Illusions perdues, en montrant son héros Lucien pris entre deux voies, celle, lente et semée d’embûches, du « cénacle » littéraire de Lucien d’Arthez, et celle, plus aisée et offrant des bénéfices immédiats, que représente le journaliste Étienne Lousteau.

  • 2 Exemples : Ohollet (Roland), Balzac journaliste, Paris, Klincksieck, 1983 ; Mitterand (Henri), Zola (...)

2Au xxe siècle, la distinction entre presse et littérature est encore devenue plus nette, du fait des catégories mises en place par l’enseignement, qui ont relayé les représentations autonomistes de la « littérature pure ». De surcroît, la distinction entre les disciplines académiques a largement entériné ce clivage. Aux historiens, la presse sert de source privilégiée ; les « médiologues » ou les spécialistes de l’histoire de la presse ont tendance à en faire une « chasse gardée », qui se traduit par l’idée qu’existerait un discours journalistique « spécifique ». Les spécialistes de la littérature, de leur côté, ont mis l’accent sur le livre imprimé, sur sa genèse et sur sa composition. La presse n’est généralement consultée que dans le cadre d’une recherche sur la réception des œuvres ou sur l’existence de variantes (dans le cas d’une première publication dans un journal). Ainsi, la plupart des grands reporters-écrivains, comme Joseph Kessel ou Albert Londres, les chroniqueurs comme Pascal Pia ou Albert Camus, ne sont pas pris en compte, pour cette part de leur activité, dans les histoires littéraires françaises. Le rôle majeur de la presse dans la promotion des écrivains ou dans leur légitimation est également mis à l’écart au profit des médias plus « nobles » que sont les revues spécialisées. Seules quelques biographies magistrales ont mis en lumière ce que Balzac ou Zola doivent au journalisme, mais dans une perspective exclusivement monographique2.

3Or, cette séparation de principe entre littérature et journalisme est essentiellement affaire de discours et de représentations, mais elle ne résiste guère aux faits : sitôt en effet qu’on cesse de considérer les seules œuvres consacrées ou les seuls auteurs canonisés (et le discours critique qui les escorte) pour prendre en compte l’ensemble de la production littéraire d’une époque, on s’aperçoit que les frontières entre les sphères littéraire et médiatique s’estompent ou deviennent poreuses, et cèdent la place à un continuum de pratiques difficilement séparables.

4Non seulement nombre d’écrivains ont pratiqué ou pratiquent le journalisme comme un « second métier » qui leur procure un revenu permettant la poursuite de leur activité proprement littéraire ; mais surtout, la plupart des écrivains ont eu affaire avec la presse, soit pour y manifester des prises de position « extra-littéraires » (engagement politique, par exemple), soit pour y « parler littérature », c’est-à-dire diffuser une certaine image de la littérature ou de leur œuvre. Considérée dans son tout-venant, la production littéraire laisse également apparaître des catégories de textes, souvent minorisées, dont l’appartenance aux sphères littéraire ou médiatique n’est pas claire : on pense bien sûr à tous les avatars littéraires de l’écriture journalistique du fait divers, aux recueils de chroniques parues dans la presse, mais aussi aux formes littéraires du reportage, au roman d’actualité, à certaines formes de biographie, etc.

  • 3 Thérenty (Marie-Ève), « Pour une histoire littéraire de la presse au xixe siècle », dans khlf, 2003 (...)

5Dans un article programmatique paru en 2003, Marie-Ève Thérenty a insisté sur l’intérêt qu’il y aurait à écrire une « histoire littéraire de la presse au xixe siècle »3. Pour elle, en effet, la presse n’est pas seulement un relais de l’activité littéraire ou le lieu d’un investissement professionnel pour nombre d’écrivains, mais un univers de mots largement inspirés par des « matrices littéraires ». Avec son équipe de recherche, elle a depuis largement balisé ce domaine. La mise en scène de l’information, les billets d’humeur, le reportage, l’interview même apparaissent ainsi comme des genres dont la poétique se met en place en littérature avant de devenir des pratiques typiquement journalistiques. Et, en sens inverse, les nécessités de saisir le réel, de dire l’événement ou le document humain, qui sont les raisons d’être de l’écriture journalistique, font retour dans les œuvres littéraires qui les répercutent ou les ignorent de manière significative.

  • 4 Notamment dans la collection des monographies des Cahiers cihc parues chez Nauwelaerts. On notera t (...)
  • 5 Bartier (John), Libéralisme et socialisme au xix" siècle, Bruxelles, Éditions de l’ulb, 1981 ; sart (...)
  • 6 Trousson (Raymond), Charles De Coster, journaliste à l’Ulenspiegel, Bruxelles, Éditions du Centre d (...)
  • 7 Par exemple : Slachmuylders (Constant), Georges Rency, romancier, critique littéraire, journaliste, (...)
  • 8 J’ai jadis étudié un aspect de son œuvre journalistique : « Émile Verhaeren, collaborateur à la Nat (...)
  • 9 Jorge Gil (Samuel), Rodenbach journaliste : Lettres parisiennes (1878-1879) : étude et texte, Mémoi (...)
  • 10 Van Den Dungen (Pierre), « Un milieu de femmes de lettres francophones au tournant du siècle », Sex (...)
  • 11 Gémis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives, ul (...)
  • 12 Voir Simenon journaliste, Cahiers Georges Simenon, n° 4, 1990 ; Simenon (Georges), Les Obsessions d (...)
  • 13 Delcourt (Marie), Chroniques du journal Le Soir, préface de Michel Grodent, Bruxelles, arllf, 2004. (...)
  • 14 Fréché (Bibiane), Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960), Bruxelles, Le Cri, 20 (...)

6Dans cette perspective, l’histoire littéraire belge a encore du pain sur la planche. La presse belge a fait l’objet d’inventaires précis et variés4, et la « petite presse » du xixe siècle a notamment été étudiée en profondeur par les historiens John Bartier et Francis Sartorius5. Mais la plupart des rédacteurs des petits journaux, souvent éphémères, de l’époque étaient des réfugiés français du Second Empire, et Charles De Coster est le seul écrivain belge dont l’œuvre journalistique est bien connue6. Quelques travaux complètent l’information, pour ce qui est de Georges Eekhoud7, Émile Verhaeren8, Georges Rodenbach9 ou, très partiellement, Camille Lemonnier. Ils sont, disons-le tout net, pour la plupart anciens et trop factuels, trop marqués aussi par la hiérarchie traditionnelle des genres. Pierre Van den Dungen a étudié quelques femmes de lettres au tournant du siècle10, et Vanessa Gemis complète l’information par un chapitre de sa thèse consacré aux femmes journalistes actives entre 1920 et 196011. Au xxe siècle, seul Georges Simenon a fait l’objet de travaux quasi exhaustifs12. Robert Poulet ou Marie Delcourt ont vu leur production journalistique partiellement détaillée ou rééditée13. Bibiane Fréché a insisté sur la présence journalistique de quelques personnalités importantes de l’institution littéraire, comme Georges Sion, Jean Tordeur ou Bodard dans Le Soir dans son ouvrage sur le champ littéraire belge après 194514, mais ce bilan reste manifestement partiel.

7Or l’intrication étroite du littéraire et du journalistique est particulièrement intéressante dans le cas d’un ensemble littéraire faiblement institutionnalisé comme l’est celui de la Belgique francophone. D’une part, les effets classants des discours sur la littérature s’y manifestent plus discrètement, mais surtout, les interactions entre les univers politique, médiatique et littéraire apparaissent comme constitutives de la vie culturelle belge. Ainsi, la progressive apparition du mythe de l’« âme belge », dont le rôle est crucial dans la constitution de l’espace littéraire, est inconcevable en dehors du cadre politique national qui le justifie et des formes médiatiques qu’a prises sa divulgation. De même, l’activité des périodiques artistico-littéraires, essentielle au développement de l’activité littéraire, relève aussi, en large part, de la sphère médiatique. Que dire enfin de ces personnalités qui, depuis l’origine, incarnent de façon quasi officielle la littérature en Belgique, notamment par leur fonction de chroniqueur ou de critique dans les grands journaux ? On pourrait ainsi multiplier les exemples qui touchent à la fois au personnel et à la structure de l’institution littéraire belge, mais il importe également de se pencher sur les productions et les modèles d’écriture dont certaines procèdent : ainsi, la collaboration de Lemonnier au Gil Blas parisien, journal spécialisé dans un « naturalisme à sensation », l’incite à provoquer son lecteur ; de même, les reportages de Mathieu Corman ou ceux, bien plus connus, de Georges Simenon, sont des lieux importants de leur travail de « romanciers du réel ».

  • 15 Bertelson (Lionel), Dictionnaire des journalistes-écrivains de Belgique, Bruxelles, Section bruxell (...)

8Préalable à toute investigation d’ensemble, il s’agit d’identifier les acteurs de la vie médiatico-littéraire belge. Le Dictionnaire des journalistes écrivains de Bertelson15 reste à cet égard un outil précieux, mais sa fiabilité est parfois discutable. Les catégories mises en présence, celle d’écrivain et celle de journaliste, se caractérisent en effet par des définitions floues et subjectives. Le journaliste est-il celui qui écrit de temps à autre dans un journal (auquel cas nombre d’hommes politiques doivent être considérés comme journalistes), celui qui rédige de temps à autre des billets d’humeur, celui qui est rétribué par un quotidien ou celui qui collabore à un périodique (hebdomadaire, bimensuel ou mensuel) ? Et l’écrivain se définit-il par la reconnaissance de ses pairs, par la publication à compte d’éditeur, ou par sa participation à la vie littéraire ? Les cas particuliers sont ici légion, et toute définition d’ensemble trouvera toujours son exception. Reste que, pour avancer, il importe de se mettre d’accord sur des caractéristiques générales.

9La présente livraison de Textyles propose à cette fin une recherche bibliographique menée par Ingrid Mayeur dans le cadre de l’Action de recherche concertée (ARC) de I’TJLB « Presse et littérature ». Il s’agit d’un inventaire des écrivains qui ont eu une activité journalistique professionnelle ou semi-professionnelle, principalement dans la période 1920-1960. En l’occurrence, les critères retenus sont pragmatiques : le monde de la presse est celui des périodiques non spécialisés dans le domaine littéraire : radio, quotidiens et hebdomadaires. Le journaliste est celui qui peut faire état d’une collaboration suivie à ces organes. Et l’on considère comme écrivain toute personne qui a publié un ou plusieurs ouvrages identifiés comme littéraires soit par leur inscription dans un genre canonique (poésie, théâtre, roman) soit parce que les anthologies et les histoires littéraires l’ont ou les ont retenu(s). L’importance quantitative de cette liste ne manquera pas de surprendre : elle révèle à quel point l’histoire réelle de la vie littéraire en Belgique nous est encore méconnue.

10Bjôrn-Olav Dozo développe le même problème en l’abordant sous un angle à la fois statistique et théorique. Peut-on, se demande-t-il, sur la base d’une banque de données comme celle du Collectif interuniversitaire d’étude du littéraire (CIEL), construire la figure du journaliste-écrivain ? La catégorie même lui semble difficile à manier, et il la remplace par une autre, plus large, celle des « professions de l’information, des arts et du spectacle », particulièrement bien représentée dans le corpus puisqu’elle recouvre environ le tiers des activités professionnelles recensées des écrivains. Mais cette activité reste souvent occasionnelle. De là certainement son déficit d’identité, et une caractérisation faible. On peut ainsi noter que rares sont les écrivains qui sont connus ou reconnus à la fois comme grands journalistes et comme grands auteurs. Leurs pratiques de publication et de sociabilité sont rarement distinctives. Ainsi, au lieu de marquer leur différence avec les autres écrivains, les écrivains-journalistes apparaissent-ils plutôt dans une sorte de moyenne, comme des écrivains finalement assez ordinaires. Faut-il pour autant renoncer à approfondir le sujet ? Au contraire, me semble-t-il, ce constat peut faire office d’appel d’air et attiser des recherches nouvelles. De même que les historiens ont depuis longtemps renoncé à privilégier l’étude des grands de ce monde, les historiens de la littérature ont tout intérêt à s’intéresser au vaste domaine des professions mixtes et aux écritures difficiles à classer.

11Presque inévitablement, la présente livraison de Textyles se révèle dès lors essentiellement tournée vers l’avenir. L’enquête devrait commencer dès les premières années de la Belgique indépendante, comme le montre bien l’article de Valentin Saint-Jean. À cette époque, les rôles ne sont pas partagés. L’écrivain est un publiciste, le publiciste s’exprime dans la presse, et il participe indifféremment à l’opinion publique et à la vie littéraire. Le plus souvent, la littérature est alors un simple transfert de l’habitus scolaire des élites : on publie des vers ou on énonce des goûts sans guère remettre en question les valeurs constituées. On observera, comme le souligne l’auteur, que les émigrés français sont nombreux : attirés par les réformes scolaires du régime français, ou fuyant ensuite leur pays pour des raisons politiques, ils constituent une force agissante dont l’ampleur n’a sans doute pas été mesurée à l’aube de l’indépendance de la Belgique. Parmi eux, assez paradoxalement, se recrutent quelques-uns des auteurs les plus enclins à célébrer la nation belge. Le journaliste-écrivain devient alors un des agents les plus importants de la formation d’une opinion publique locale.

12Ce n’est donc pas un hasard si les personnalités qui veulent influencer leur temps ne peuvent faire l’économie d’un investissement personnel dans le monde de la presse. Le cas de l’avocat Edmond Picard, dont traite Cécile Vanderpen-Diagre, est révélateur. Homme politique, avocat, animateur de la vie culturelle et mécène, il écrit dans de nombreux journaux. Il collabore au National belge (1880-1884) et à La Nation (1885-1893), puis au Peuple, dont il rédige régulièrement les éditoriaux. Mais son statut de grand bourgeois souffre d’être confondu avec la plèbe d’un journalisme en pleine expansion. D’autant que les outrances et les effets de manche de l’homme de robe en font un personnage aisément caricaturable, pour le plus grand plaisir de la presse. Lorsque celle-ci s’impose dans le débat public comme une « faiseuse d’opinion » dont on ne peut plus ignorer la puissance, elle entraîne une perte d’influence des grandes personnalités indépendantes dont est Picard. L’avocat consacre alors plusieurs articles et deux pièces de théâtre au monde des journalistes dont il dénonce le « mauvais goût » ou le pouvoir. Cet homme qui se voulait toujours à l’avant-garde et qui affichait son souci de la nouveauté en tous domaines trouve ici sa limite : il ne participera pas à la médiatisation généralisée de la vie publique.

  • 16 Voir : Thielemans (Paul), Caroline Popp, journaliste et romancière, Mémoire en philologie romane, u (...)

13Si la professionnalisation du journalisme est un des facteurs qui influence la perception négative d’Edmond Picard, elle joue également un rôle dans le cas des femmes écrivains. Une des premières à avoir exercé une responsabilité de directrice de publication d’un journal, est Caroline Boussart-Popp (1808­1881) qui avait fondé le Journal de Bruges au milieu du xixe siècle, mais qui avait conscience de sacrifier sa vie d’écrivain à son métier de journaliste16. Un certain nombre de femmes ont tenté ce genre de double carrière. Mais leur identification même reste difficile, parce que, comme l’explique Vanessa Gémis, elles cumulent différents facteurs de « brouillages identitaires ». Comme les hommes, mais à plus forte dose, leurs trajectoires sont rendues confuses par l’usage de pseudonymes, l’emprunt du nom du mari, un statut financier très variable ainsi que, et c’est sans doute l’essentiel, une légitimité peu ou mal reconnue. Le cas de Marguerite Van de Wiele en témoigne : elle échappe difficilement au piège des rubriques consacrées à la condition féminine, à l’enfance ou encore à la vie quotidienne, lesquelles engendrent peu de notoriété et peu de reconnaissance. Les conditions sociales expliquent sans doute dans ce cas le cercle infernal qui condamne cette écrivaine à ne pas émerger dans notre histoire littéraire.

14Au xxe siècle, le rôle de la presse s’impose dans maints aspects de la vie littéraire. Le reporter est devenu une des icônes du siècle - pensons à Rouletabille ou à Tintin - et la profession offre des perspectives séduisantes aux jeunes gens qui veulent mener une vie aventureuse. Un héritier de la meilleure noblesse belge comme Charles d’Ydewalle ne s’y trompe pas, qui s’engage dans le grand reportage après avoir achevé des études de droit. Il inverse ainsi en quelque sorte le mouvement qui était celui d’Edmond Picard. Dès lors, le problème qui se pose à lui est de manifester dans un média nécessairement orienté vers le grand public les qualités d’écriture et le ton propre à son habitus mondain. Son incarcération momentanée au camp de Miranda, en compagnie de nombreux ressortissants européens qui fuient le régime nazi, est le prétexte d’un reportage brillant, Geôles et Bagnes de Franco, qui sera publié en 1946 aux Éditions libres de Bruxelles. L’ouvrage révèle une sorte de mise en scène de soi, un exposé de l’ethos de son auteur, entre vocation esthétique et mission informative. Le franquisme est loin d’être épargné par les traits sarcastiques que lui décoche l’auteur. Il en ressort que le statut du reporter a désormais suffisamment d’autorité pour autoriser un regard tout personnel sur les événements, même si ce regard préfigure celui que les gouvernements belges d’après-guerre porteront sur un pays « normalisable ».

15Un autre aspect, lui aussi à peine abordé par l’histoire littéraire, est celui de la critique d’art. On sait que les écrivains belges ont entretenu, et entretiennent encore, des liens soutenus avec le monde des arts plastiques, par le biais du commentaire, de l’imprégnation imaginaire ou de la transposition de thèmes, de formes ou de références. Mais parallèlement aux « écrivains d’art », et sans doute aussi à d’autres périodes que celles où ils furent actifs, la figure du critique d’art dessine un autre modèle de relation au monde de la peinture. Ce qui se joue est alors la question de sa professionnalisation, et donc la reconnaissance publique du rôle social spécifique qu’il entend exercer. Cette dimension médiatique convoque à nouveau le monde de la presse, où s’énoncent les débats en cours et se réalisent les avancées ou les défaites stratégiques. Comme le montre Valérie Nahon, la trajectoire de Charles Bernard illustre parfaitement ces enjeux. Même s’il sera reconnu comme écrivain et admis comme tel à l’Académie, l’homme préférait se présenter modestement comme un journaliste engagé dans la défense d’un art « vivant » et l’illustration de l’expressionnisme flamand. Ses liens avec les galeries d’art, qui elles-mêmes montent alors en puissance, lui permettent de revendiquer une autonomisation de la critique d’art, laquelle à son tour tendra à disqualifier le rôle des écrivains dans la promotion des artistes peintres. Cette redistribution des rôles est un facteur essentiel dont il faut tenir compte quand on veut comprendre le fonctionnement du champ culturel en Belgique.

16Un autre aspect de l’importance de la presse est son impact sur l’institution littéraire belge. Bibiane Fréché revient ici sur les relations entre les collaborateurs du journal Le Soir et le monde des écrivains. On pourrait filer à leur sujet la métaphore des « liaisons dangereuses », non pour signaler un risque quelconque, mais pour mettre en lumière le jeu des séductions et des changements de rôles qui est lié aux réseaux ainsi créés. La petite équipe des chroniqueurs littéraires du journal organise les us et coutumes de la « camaraderie » littéraire locale, dont les relais académiques et institutionnels (grâce au prix Rossel notamment) assureront la pérennité. On lui doit sans doute la définition de l’esthétique néoclassique et psychologisante qui domine après la guerre, une méfiance certaine à l’égard des engagements politiques, et un manque d’intérêt pour les innovations formelles. Très différent est évidemment le monde de la presse communiste. Dans l’article qui résume les apports de sa thèse de doctorat, Laurence Van Nuijs montre que l’éphémère puissance du PCB a eu deux incidences notables sur la vie littéraire. Elle s’est traduite par un conformisme critique qui jugeait les œuvres à l’aune d’une vision simpliste du monde, opposant les « ennemis » du monde ouvrier aux écrivains dont l’œuvre était censée faciliter l’avènement du socialisme. Cette critique « engagée » a été relayée par un petit groupe de jeunes écrivains qui ont tenté d’entrer en littérature par le biais de leur engagement politique. Dans leur cas, malgré l’échec de leur tentative, il est intéressant de constater que le vecteur de la presse a été le moyen privilégié de faire connaître leurs positions.

17Ces contributions dessinent, parfois en creux, ce qu’apportera une meilleure connaissance des relations entre presse et littérature en Belgique. L’étude du champ littéraire ne peut en effet être envisagée du seul point de vue des revues et des ouvrages qui s’en réclament explicitement. Elle met en valeur une circulation des personnes et une logique des réseaux qui est en soi significative. Mais elle suggère aussi, pour des travaux ultérieurs, que l’on envisage comme littéraires les genres qui s’épanouissent dans le monde du journal : la critique (d’art et des lettres), les reportages, les billets d’humeur, ainsi que les nouvelles ou les feuilletons qui n’ont pas été repris en volume. L’histoire littéraire nationale a pris du retard dans ce domaine, si on la compare avec les avancées historiographiques françaises. Mais c’est sans doute là un effet indirect de la faible légitimité de la vie littéraire d’un pays périphérique. Une comparaison avec la situation de la Suisse romande suggère en effet de nombreux parallèles. Daniel Maggetti passe en revue les divers aspects que pourrait prendre une approche systématique des relations entre le champ de la presse et le champ littéraire de son pays. Ce survol pose aussi des questions théoriques qui nous concernent au plus haut point lorsqu’elles portent sur les effets de lecture induits par la forme de la publication (dans la presse ou dans le livre) et sur l’intériorisation par un auteur de faits d’actualité traités en différents lieux de sa production littéraire.

  • 17 On lira à son sujet la notice que lui consacre Bibiane Fréché, dans la Biographie nationale, vol. 8 (...)

18Deux articles, hors dossier, complètent la thématique journalistique. La chronique des AML est consacrée à Edmond Kinds, avocat et écrivain, bien oublié aujourd’hui, mais qui fut un agent non négligeable de la vie littéraire belge d’après-guerre17. Antifasciste, il collabore à l’hebdomadaire bruxellois Combat et on lui doit aussi quelques reportages, dont « Spitzberg, les vacances de l’aventure » (dans Point de vue images du monde), fragment d’un livre demeuré inédit et dont le titre aurait été : Voyage aux pays du soleil de minuit.

19Hors dossier également, mais abordant une problématique assez proche, l’article de Francis Mus étudie en effet l’image de la Russie dans quatre revues littéraires belges (Lumière, La Nervie, Variétés et Le Disque Vert) qui apparaissent comme de bons vecteurs d’une réflexion littéraire (mais aussi, inévitablement, politique) sur le pays de la Révolution. L’auteur montre le jeu assez subtil qui se construit entre relations personnelles et intérêt documentaire, valorisation nationaliste et éloge de la différence.

20On le constate : riche et varié, ce dossier est avant tout programmatique. Il vise à montrer que la vie littéraire est un ensemble complexe dans lequel interviennent des textes de tous types. Certains ont été considérés comme littéraires, d’autres ont été oubliés parce que relevant de la seule actualité. Les saisir de façon conjointe tend à renouveler le corpus et donc à déplacer des frontières : cela me paraît être le rôle de ceux qui croient que la littérature est une matière vivante et non le reliquaire des beautés défuntes.

Haut de page

Notes

1 Wilde (Oscar), « Le critique artiste », dans Intentions, Paris, 10/18, p. 116.

2 Exemples : Ohollet (Roland), Balzac journaliste, Paris, Klincksieck, 1983 ; Mitterand (Henri), Zola journaliste, Paris, Armand Colin, 1962 ; Brix (Michel), Nerval journaliste, Namur, Presses universitaires de Namur, 1986. Pour le xxe siècle, entre autres : La Revue des lettres modernes, François Mauriac 6, Un écrivain journaliste, Minard Distribution, 12/2003 ; Qaizergues (Pierre), Apollinaire journaliste, Paris, Lettres modernes, 1981.

3 Thérenty (Marie-Ève), « Pour une histoire littéraire de la presse au xixe siècle », dans khlf, 2003/3, vol. 103, pp. 625-635 et du même auteur : Mosaïques : être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, Champion, 2003 ; La littérature au quotidien : poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, 2007.

4 Notamment dans la collection des monographies des Cahiers cihc parues chez Nauwelaerts. On notera toutefois que ces inventaires ne donnent pas les noms des principaux collaborateurs des journaux, et ne constituent par conséquent qu’une première indication pour les chercheurs.

5 Bartier (John), Libéralisme et socialisme au xix" siècle, Bruxelles, Éditions de l’ulb, 1981 ; sartorius (Francis), Tirs croisés. La petite presse bruxelloise des années 1860, Tusson, Éditions du Lérot, 2004.

6 Trousson (Raymond), Charles De Coster, journaliste à l’Ulenspiegel, Bruxelles, Éditions du Centre d’Action Laïque, 2007.

7 Par exemple : Slachmuylders (Constant), Georges Rency, romancier, critique littéraire, journaliste, Mémoire en philologie romane, ulb, 1959 ; Verstraeten (Céline), La Collaboration de Georges Eekhoud au quotidien bruxellois /’Étoile belge. Etude de son rôle de critique musical, Mémoire de licence en Langues et littératures romanes, ulb, 2007. Delaunois (Jean-Marie), Vie et combat de José Streel (1911-1946) : journaliste et écrivain, Mémoire de licence en histoire, ucl, 1990 ; Bonet (Marie-Noëlle), Jacques Mesnil : journaliste et critique d’art, Paris, Université de la Sorbonne, 1968.

8 J’ai jadis étudié un aspect de son œuvre journalistique : « Émile Verhaeren, collaborateur à la Nation, organe libéral-progressiste », dans Knabe (Peter-Eckard) et Trousson (Raymond) (éds.), Emile Verhaeren, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 1984, p. 135-144. L’édition des Œuvres complètes devra dans doute compléter ces informations.

9 Jorge Gil (Samuel), Rodenbach journaliste : Lettres parisiennes (1878-1879) : étude et texte, Mémoire de licence philologie romane, ulg, 1997 ; Rodenbach (Georges), Les Essais critiques d’un journaliste, Choix de textes précédés d’une étude par Paul Gorceix, Paris, Champion, 2007.

10 Van Den Dungen (Pierre), « Un milieu de femmes de lettres francophones au tournant du siècle », Sextant, n° 11, 1999, pp. 135-166 ; « Parcours singuliers de femmes en lettres », Sextant, n° 13-14, Liber amico/arum Andrée Despy, 2000, pp. 189-209. Voir aussi la thèse du même auteur : Milieux de presse et journalistes en Belgique (1828-1914), Bruxelles, Académie royale, Mémoires de la classe des lettres et des sciences morales et politiques, 2005.

11 Gémis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives, ulb, 2008-2009.

12 Voir Simenon journaliste, Cahiers Georges Simenon, n° 4, 1990 ; Simenon (Georges), Les Obsessions du voyageur, édité par Benoît Denis, Paris, La Quinzaine littéraire-Louis Vuitton, 2008.

13 Delcourt (Marie), Chroniques du journal Le Soir, préface de Michel Grodent, Bruxelles, arllf, 2004. Delaunois (Jean-Marie), Dans la mêlée du XXe siècle. Robert Poulet, le corps étranger, préface de Jean Vanwelkenhuyzen, Erpe, Éditions De Krijger, 2003.

14 Fréché (Bibiane), Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960), Bruxelles, Le Cri, 2009.

15 Bertelson (Lionel), Dictionnaire des journalistes-écrivains de Belgique, Bruxelles, Section bruxelloise de l’association générale de la presse belge, 1960.

16 Voir : Thielemans (Paul), Caroline Popp, journaliste et romancière, Mémoire en philologie romane, ulb, 1949 et Biette (Cécile), Caroline Popp, première journaliste belge (1808­1891). Contribution à l’histoire de la condition féminine en Belgique, Mémoire de licence, ucl, 1987.

17 On lira à son sujet la notice que lui consacre Bibiane Fréché, dans la Biographie nationale, vol. 8, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Présentation », Textyles, 39 | 2010, 7-15.

Référence électronique

Paul Aron, « Présentation », Textyles [En ligne], 39 | 2010, mis en ligne le 25 mai 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/88

Haut de page

Auteur

Paul Aron

FNRS - Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org