Navigation – Plan du site

Groupe du Lundi

Le Centre de recherche sur l’Europe littéraire (CREL), animé par Éric Lysøe au sein de l’Université de Haute Alsace, organise à Mulhouse du 23 au 25 octobre 2003 un Colloque international autour de la question : Le Groupe du Lundi, mythe ou réalité ? Citons l’appel à communications : « On sait que, le 1er mars 1937, une vingtaine d’écrivains belges, réunis autour de Charles Plisnier et de Franz Hellens, signent le Manifeste du groupe du Lundi et, par ce geste, entendent affirmer leur volonté d’intégration à la culture française : «Les hasards de l’histoire, le voisinage, les relations spirituelles, le caractère éminemment universel et attractif de la culture française ont réduit au minimum, entre les littératures des deux pays, les nuances de la sensibilité». À l’heure actuelle, cette déclaration péremptoire se trouve systématiquement mise en avant par les historiens de la littérature. Beaucoup y voient une manifestation des tendances censément centrifuges qui animeraient la vie intellectuelle belge durant l’entre-deux-guerres et qui pousseraient les auteurs francophones à se faire reconnaître pleinement par les instances de consécration parisiennes. On peut se demander cependant s’il n’est pas excessif de donner une telle importance à ce document, quand on sait qu’il fut signé par des auteurs comme Franz Hellens ou Michel de Ghelderode, lesquels au lendemain de la réunion se déclaraient plus que jamais «Flamands». Que dire par ailleurs de Marie Gevers, autre signataire, dont l’œuvre s’inscrit indiscutablement sous le signe du régionalisme ? Comment comprendre encore que Robert Poulet, dont on pense parfois qu’il fut à l’origine du texte du manifeste, fasse paraître dans Le Point, bimensuel culturel alsacien publié à Colmar, en cette même année 1937, un article intitulé « État présent du Roman belge », où il met en avant l’œuvre de deux des signataires : Van Offel et Hellens ?… Ce sont autant de questions qu’aura à résoudre ce colloque qui vise à examiner l’histoire, l’activité du groupe ainsi que l’œuvre de ses 21 membres — Ch. Bernard, H. Closson, H. Dubois, P. Fierens, M. Gevers, M. de Ghelderode, E. de Haulleville, F. Hellens, P. Hubermont, A. De Kerchove, G. Le Roy, G. Marlow, Ch. Plisnier, R. Poulet, G. Pulings, M. Thiry, H. Vandeputte, H. Van Offel, R. Verboom, R. Vivier —, telle qu’elle s’est développée autour du Manifeste (entre 1935 et 1939), de manière à identifier les différentes stratégies de légitimation qui s’y expriment et nuancer ainsi, peut-être, une vision des choses pour l’instant par trop monologique. Les communications pourront aborder l’un des aspects suivants : 1) Approches historiques : antécédents et formation du Groupe du Lundi ; 2) Études d’ensemble : cohérence du groupe d’un point de vue sociologique, stratégique, esthétique… ; 3) Amitiés littéraires : relations entre divers membres du groupe ; 4) Monographies : analyse de l’œuvre d’un des signataires, notamment durant la période 1935-1939. » Renseignements auprès d’Éric Lysøe <E.Lysoe@uha.fr>

Première Guerre mondiale

L’Université Libre de Bruxelles, la Cinémathèque royale et le CEGES ont uni leurs efforts pour coorganiser un colloque consacré à la première Guerre mondiale : 14-18, une guerre totale ?, du 15 au 17 janvier 2003. Centrée sur les nouvelles recherches des historiens, cette rencontre a touché un certain nombre de réalités littéraires. Ainsi, on notera des communications sur le journal tenu par Georges Eekhoud pendant l’Occupation (Sophie de Schaepdrijver), sur « le patriotisme et la Belgique des militants wallons » (Chantal Kesteloot), sur la « rencontre des avant-gardes littéraires belges et allemandes » (Hubert Roland). Mais divers aspects généraux concernent forcément la littérature : les réactions des intellectuels face aux « atrocités allemandes », la position et les actions des exilés en Grande-Bretagne et ailleurs, les représentations de l’« incivisme » ou l’écriture de l’Histoire. Celle, avec un grand « H », de Pirenne, ou celle des « récits de fiction » (Madeleine Frédéric). Rens. : Serge Jaumain <sjaumain@ulb.ac.be>

Extrême-Orient

Organisé par l’équipe de recherche «Littérature et Extrême-Orient», un colloque international a été consacré, « en Sorbonne », du 6 au 8 février 2003, à La rencontre entre les religions d’Orient et d’Occident dans la littérature moderne. Au programme, on s’attendait à trouver le nom d’Henri Michaux, mais il n’y figurait pas. En revanche, une communication était annoncée, dévolue à Yourcenar (Dominique de Gasquet, « Chassés-croisés entre divinités asiatiques et occidentales ou le dialogue Yourcenar-Mishima ») et une autre, à Henry Bauchau (Olivier Ammour-Mayeur, « Mandala et parcours initiatique. Œdipe et le bouddhisme chez Henry Bauchau »). Le thème pourrait être retenu à l’avenir pour une étude spécifique des lettres belges ; on songe notamment, pour aujourd’hui, à Daniel De Bruycker, mais bien sûr aussi à la génération symboliste. Contact : <muriel.detrie@wanadoo.fr>.

Yourcenar

La Faculté des Lettres et le Centre de Symposiums, de Conférences et de la Francophonie Arcalia de l’Université Babes-Bolyai (Cluj-Napoca, Roumanie), en collaboration avec l’Université Lucian Blaga (Sibiu), le Centre Culturel Français de Cluj et la Société Internationale d’Études Yourcenariennes, organisent du 8 au 12 mai 2003 un Colloque international à l’occasion du Centenaire Yourcenar, intitulé Marguerite Yourcenar, citoyenne du monde. Cet évènement scientifique aura lieu dans le cadre des « 100 jours Marguerite Yourcenar » en Roumanie (mars-mai 2003) : conférences, tables rondes, expositions, spectacles yourcenariens dans plusieurs villes universitaires roumaines. (Communiqué par : Maria Capusan <mathaliaro@yahoo.fr>).

Simenon

Le Centre d’études Georges Simenon, de l’Université de Liège, a organisé du 19 au 22 février 2003 un colloque international intitulé Simenon et son siècle. Au programme figuraient : Lily Portugaels, « Les scoops de Georges Sim à La Gazette de Liége » ; Christian Delcourt, « L’ancrage liégeois dans le lexique simenonien » ; Anne Richter, « Les lectures de Simenon » ; Jean-Louis Dumortier, « Un monde de rejetés » ; Pierre Deligny, « Simenon épistolier » ; Éric Bordas, « Simenon ou le style de l’absence » ; Pierre Somville, « La méthode de Simenon-Maigret » ; Dominique Meyer-Bolzinger, « La méthode d’enquête du commissaire Maigret : une clinique inversée », Jean-Baptiste Baronian, « Et Madame Maigret dans tout ça ? » ; Abdelouahed Mabrour, « État(s) de l’écriture chez Simenon » ; Denis Collin, « La vraie naissance de Maigret » ; Christian Neys, « Simenon et la psychanalyse, une rencontre manquée ? » ; Salvatore Cesario, « Résultats d’une recherche » ; Paul Mercier, « Révolte adolescente, tentation anarchiste et libération des mœurs » ; Bernard Lahire, « Différences et contradictions culturelles chez Georges Simenon » ; Jacques Dubois, « Simenon et les «romanciers du réel» » ; Jean Louvet, « Georges Simenon, un personnage de tragédie » ; Jean-Paul Meyer, « À propos des adaptations de Maigret en B.D. » ; Jacques Lecarme, « Lecteur captif de Simenon sur un demi-siècle » ; Pierre Halen, « Simenon post-colonial et post-exotique : quelques aspects d’une position pas forcément militante », Léon Michaux, « Simenon et les gens d’en face » ; Gérard Cogez, « Le roman de l’homme délogé » ; Michel Carly, « Simenon, un certain regard sur l’Amérique de 1945 à 1955 » ; Michel Lemoine, « Le révolté des Dictées » ; Benoît Denis, « L’Histoire par allusion ». Avec la participation, également, pour des tables rondes, de Pierre Assouline, Alain Bertrand, Claude Menguy, Jean-Marie Klinkenberg, Danièle Latin, Jacques De Decker, Claude Gauteur, Denis Tillinac, Dick Tomasovic. Renseignements : <Danielle.Bajomee@ulg.ac.be>.

3e Journée d’études des chercheurs en littérature francophone de Belgique

Après les journées organisées à Liège (2001) et à Louvain-la-Neuve (2002), Textyles a accueilli le 13 février 2003, à l’Université libre de Bruxelles, chercheurs, doctorants et étudiants à l’occasion d’une troisième journée d’études.

Durant la matinée, quatre doctorants ont présenté le thème de leur recherche doctorale, ses enjeux et les problèmes rencontrés. Selon le principe des « répondants », initié lors de la journée de 2002, chacune des interventions a été suivie de la réaction d’un chercheur plus expérimenté, chargé de commenter le projet de thèse présenté, de suggérer des pistes de réflexion complémentaires et d’inviter tous les participants présents à intervenir. Comme l’année passée, l’objectif de cette matinée de travail était de mettre en contact les jeunes chercheurs avec leurs « aînés » et de susciter des contacts plus approfondis entre ceux qui étudient la littérature belge.

Quatre chercheurs, venus d’universités différentes, sont donc venus exposer l’état d’avancement de leur thèse devant une assemblée composée de membres du comité de rédaction de Textyles, de professeurs, de doctorants et d’étudiants belges et étrangers. Sylviane Goraj (UCL) a commenté le plan de sa thèse en voie d’achèvement sur Michaux. Son intervention, centrée sur la problématique « écriture de l’image/image de l’écriture », a été encadrée par Véronique Jago-Antoine (AML/Textyles). Geneviève Michel (U. Barcelone), qui a entrepris une thèse sur Paul Nougé, a mis en évidence la question de la réécriture que l’œuvre de cet écrivain soulève. Sa communication a été suivie d’un débat mené par Paul Aron (ULB/Textyles). Michel Fincoeur (KBR/ULB) a abordé les problèmes qu’implique l’étude de l’édition francophone belge sous l’occupation allemande. Son exposé, commenté par Laurent Demoulin (ULG/Textyles), n’a pas manqué de susciter de nombreuses questions, comme celle des sources, par exemple. Enfin, Isabelle Ost (UCL), a présenté les objectifs de sa recherche doctorale, consacrée à l’étude du concept de représentation théâtrale, à partir de quelques dramaturges clés du XXe siècle. Parmi ces auteurs, Michel de Ghelderode, déjà traité par I. Ost dans le cadre de son mémoire de licence, en relation avec une réflexion sur le grotesque. L’utilisation de cette notion de grotesque a suscité un débat parmi les participants, sous la conduite de Jean-Marie Klinkenberg (ULG), qui avait accepté de jouer le rôle de « répondant ».

Cette matinée a donc permis, par la confrontation de différents points de vues, de fructueux échanges entre les chercheurs, leurs « répondants » et l’ensemble des participants, réunis autour d’une table ronde où chacun était invité à prendre la parole.

L’après-midi, organisé également selon le principe de la table ronde, a été consacré à une réflexion autour du thème « La Belgique d’avant la Belgique », ce sujet impliquant toute une série d’interrogations qui occupent, depuis quelques années, un certain nombre de spécialistes de la littérature belge : existe-t-il une littérature « belge » avant 1830 ? Dans l’affirmative, peut-on à juste titre parler d’auteurs tels que Ruusbroec l’Admirable, Froissart, Marnix de Sainte-Aldegonde ou encore le Prince de Ligne comme de glorieux ancêtres, écrivains belges « avant la lettre » ? Quel est le rapport entretenu par les acteurs du champ littéraire d’après 1830 avec cet héritage ? Quelles étaient les caractéristiques de la vie littéraire avant l’indépendance ? L’autonomie de la Belgique modifie-t-elle radicalement les conditions de cette vie littéraire ? Comment s’est écrite l’histoire littéraire en Belgique ? Telles sont les questions qui ont été abordées, sous la présidence de Jean-Marie Klinkenberg, dans le cadre des exposés présentés au cours de cette table ronde.

Pour présenter ces différentes interventions, Laurence Brogniez (ULB/Textyles), romaniste, a proposé une introduction sous forme de réflexion sommaire sur les « vieilles » histoires de la littérature belge. En évoquant les essais des Van Hasselt, Potvin, Liebrecht, Gauchez, etc., elle a souligné l’importance de l’histoire littéraire comme instrument idéologique dans l’émergence du nationalisme et la constitution de l’« âme belge ». Elle s’est interrogée sur les « ancêtres » exhumés par une mémoire sélective, soucieuse d’annexer certains noms, flamands ou français, à un patrimoine littéraire dont l’unité, la cohérence, l’identité s’avèrent problématiques.

Benoît Beyer de Ryke (ULB), philosophe, a présenté une conférence sur « Ruusbroec, en son temps et dans les siècles », s’attachant à restituer cette figure mythique, récupérée et déformée par des écrivains comme Maeterlinck, dans sa vérité historique. Dans la première partie de sa communication, B. Beyer de Ryke s’est donc montré soucieux de situer Ruusbroec dans son époque et par rapport au courant dit de la mystique rhéno-flamande (en comparant, afin de mettre évidence les différences qui les séparent, Eckhart et Ruusbroec). Dans une seconde partie, il a évoqué sa postérité, avec ses temps forts, comme la fameuse « redécouverte » par Maeterlinck, elle aussi remise en perspective. Il est ressorti de l’exposé que le Ruusbroec revu et corrigé par les écrivains se démarque de façon assez significative du Ruusbroec réel.

Marnix Beyen (KUL), historien, s’est intéressé à une autre personnalité revendiquée par les écrivains du XIXe siècle : Marnix de Sainte-Aldegonde. C’est, entre autres, suite à ses recherches sur la figure de Thyl Ulenspiegel, que Marnix Beyen (qui porte un prénom dont le choix n’a pas été innocent !) a croisé la route de cet auteur du XVIe siècle. Dans le cadre de son exposé, il s’est interrogé sur les raisons qui ont poussé les écrivains du XIXe siècle à voir en Marnix un précurseur de la littérature belge, traçant une sorte de généalogie de la « naturalisation » de cette figure et de sa production littéraire. Marnix présente un cas particulièrement intéressant dans la mesure où cet écrivain bilingue a fait l’objet d’une double récupération, ayant été « adopté », surtout en raison son engagement protestant, dans le canon de la littérature néerlandaise des Pays-Bas avant même sa récupération par la Belgique, où le catholicisme a fait obstacle, du moins au sein d’une partie de l’intelligentsia, à sa reconnaissance. Dans les limites de sa conférence, Marnix Beyen a reconstitué les débats qui ont agité les milieux littéraires et politiques belges autour de cet écrivain, trop iconoclaste pour devenir une icône consensuelle autour de laquelle se seraient réunis les artisans de la « belgitude ».

Lieven d’Hulst (KUL), romaniste, s’est proposé d’ouvrir quelques pistes de recherches sur la période peu connue qui a précédé l’indépendance. Or, il s’avère que la production poétique de cette période (1815-1830), certes mince et faible par rapport à la production du romantisme français, présente un matériel digne d’être étudié dans la perspective de l’étude des genres, des formes et de leur stabilisation dans le champ belge. L’étude de ces textes, de leurs modes de publication et de diffusion, pourrait constituer un précieux témoignage sur la vie littéraire de ce temps, ses codes et ses spécificités. Au-delà des textes proprement dits, il serait intéressant de connaître les modes de constitution et de fonctionnement des groupes, cercles, académies, revues, etc. Des phénomènes tel que l’émergence d’une littérature féminine ou les débats concernant le statut de l’écrivain méritent également d’être étudiés en tenant compte de la production littéraire de ces années, souvent oubliées des histoires littéraires.

À partir de l’exemple du Prince de Ligne, Manuel Couvreur (ULB), romaniste, a abordé très concrètement la question de la nationalité. S’interrogeant sur la représentation que le Prince donne de sa propre identité dans ses nombreux écrits à consonance autobiographique, Manuel Couvreur a mis en évidence le caractère volontairement brouillé de cette conception. La fidélité de Ligne est celle d’un homme d’Ancien Régime : elle va à ceux au service de qui il met ses compétences d’homme de guerre. Mais il se voit également comme un véritable européen, et il incarne le pouvoir légitime aux yeux de ceux qu’il emploie dans ses propriétés situées en Ukraine actuelle, en Belgique ou en Allemagne. Il se réfère par ailleurs à plusieurs zones culturelles et à la langue française. On ne peut donc l’appréhender dans les termes actuels du débat sans risquer de graves anachronismes. C’est donc notamment par cette différence, par son altérité fondamentale, que le Prince de Ligne continue de nous poser des questions vivantes.

Ces différentes interventions devraient nourrir une future livraison de Textyles. Elles montrent que la formule de la Journée annuelle de Textyles correspond à une véritable demande de la part des chercheurs, et qu’elle répond à un besoin humain. Les personnes intéressées par la prochaine Journée, qui aura lieu en février 2004, peuvent d’ores et déjà prendre contact avec l’éditeur de la revue (Laurence Brogniez).

  • Revues.org