Navigation – Plan du site

Bulletin de la Fondation « Ça Ira »

La 12e livraison du Bulletin (4e trim. 2002) est centrée sur une double question : celle du maniérisme et celle de la « poésie concrète ». Le point de départ est la publication récente de textes de Jean Molinet ; de là, c’est-à-dire des rhétoriqueurs de la fin du Moyen Age et du Duché de Bourgogne, on rejoint sans trop de peine l’œuvre de Paul Neuhuys, dont on connait le penchant fantaisiste et ludique. C’est l’occasion pour les chroniqueurs de la revue de brasser l’histoire, anversoise et européenne dirons-nous, d’un certain nombre d’avant-gardes poétiques au xxe siècle, y compris bien entendu en langue néerlandaise. Rappelons qu’on peut adhérer à la Fondation comme membre adhérent ou protecteur, ou comme institution (50, chaussée de Vleurgat, 1050 Bruxelles – <ca.ira@belgacom.net>).

Archipel

La revue anversoise d’Alain Germoz a dix ans ! Et pour cet anniversaire, elle propose un numéro 20 bien dans la ligne de son esprit d’ouverture et de dialogue. On y évoque d’abord, à propos et autour de Patrick Roegiers, la Belgique. Mais, après quelques autres contributions littéraires, dont des poèmes en traduction juxtaposée, on y lira surtout une petite anthologie de poètes de la guerre du Vietnam, avec ici aussi des textes en traduction juxtaposée, de l’anglais et du vietnamien. On ne peut que souhaiter longue vie à Archipel, belle revue littéraire s’il en est, de qualité constante et d’esprit européen. Revue indépendante, aussi bien, se gaussant des frontières et des théories, mais non d’une certaine éthique, plus que jamais nécessaire sans doute. Il ne lui manque peut-être qu’une adresse électronique... Correspondance : A. Germoz, Jan Van Rijswijcklaan, 7, bte 2. B-2018 Antwerpen.

Francofonía

La onzième livraison de Francofonía est entièrement consacrée à la littérature africaine, y compris dans les rubriques de varias et de comptes rendus (où l’on s’éloigne tout de même un peu vers les Antilles et le Maghreb). Le dossier, volumineux, analyse de nombreuses Figures de la mère dans la littérature africaine, de Senghor à Beyala. Absents, en partie faute de relais efficaces dans leur ancienne Métropole, le Congo, le Rwanda et le Burundi. Rien, donc, sur les lettres belges, sauf l’idée d’y creuser un jour aussi l’imaginaire littéraire familial... On s’abonne : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz. Apartado de Correos 439. E-11002 Cadiz. Rédaction : <francofonia@uca.es>

Francophonie vivante

Dans son n°3 (septembre 2002), Francophonie vivante fait une large place aux championnats d’orthographe, et en profite pour saluer la mémoire de Joseph Hanse, qui aurait eu 100 ans le 5 octobre 2002. Outre les chroniques habituelles (arts, langue française, francophonie, almanach wallon), on lira avec intérêt un article consacré à la rencontre entre le peintre Tytgat et Michel de Ghelderode, autour du Jeu de Marie la misérable, par Brigitte Twyffels. Michel Voiturier consacre une note à Gaston Compère et, dans la foulée, on trouve des réflexions d’Ariane François-Demeester sur la littérature fantastique et son écriture. La dernière livraison pour l’année 2002 (n°4, décembre 2002) de la revue publiée par la Fondation Charles Plisnier commence par rendre un vibrant hommage à la personnalité et à l’œuvre de Charles Bertin, qui fut l’un de ses fondateurs en 1954, et qui en resta jusqu’en 2001 l’un des administrateurs. Bertin n’est pas seulement l’auteur d’une œuvre littéraire importante, il assura aussi la postérité de celle de son oncle, Charles Plisnier, et de celle de Marcel Thiry, dont il préfaça encore récemment les Grandes proses chez Actes Sud. La suite de ce numéro multiplie les échos et les comptes rendus, touchant la langue et la francophonie (sommet de Beyrouth), la littérature et les arts plastiques. (On s’abonne pour 850-fb/an (4 numéros) en s’adressant à la Fondation : 15, pl. Van Meenen, B-1060 Bruxelles)

L’Arbre à Paroles

Les psys comme Christiane Olivier et bien d’autres encore ont attiré notre attention, ces dernières années, sur ce fait de civilisation : en Occident, on n’a cessé, depuis un siècle, de déstabiliser la figure paternelle, jusqu’à la vider parfois de sa substance. On l’a fait avec de bonnes intentions et pour de bons motifs, mais peut-être aussi avec un acharnement inconsidéré qui, entre autres, complique beaucoup les processus d’identification qui sont sur le chemin des adolescents. Qu’en reste-t-il ? La revue de la Maison de la Poésie d’Amay L’Arbre à Paroles consacre son numéro 118 (octobre-novembre-décembre 2002, Au nom du père) à diverses évocations personnelles de la figure paternelle, souvent saisie sur sa fin, dans sa vieillesse et son impuissance, quand il n’est plus que tendresse, ou l’objet de regrets. Mais cette fin du père, du moment qu’on la parle, n’est plus tout à fait une fin. Avec des poèmes, entre autres, de Francis Tessa, Nadine Simal, Serge Wellens... (Abonnement ordinaire : 1000-fb pour 4 numéros - m.poesie.amay@skynet.be)

Les Cahiers du Ru

Toujours aussi alertes et décidément réactionnaires, les Cahiers du Ru font la part belle à la littérature et à la création, notamment par un appréciable renfort iconographique, mais, aussi bien, aux réflexions sociétaires, humaines, et donc aussi politiques. Le ton est délibérément voltairien, les idées souvent aussi, et le moins qu’on puisse dire est qu’on ne s’ennuie pas à la lire. Le plaisir, en somme, et certaine manière d’être spirituel, est chaque fois au rendez-vous. On épinglera notamment dans le n°40 (hiver 2002-2003) une intéressante étude consacrée à la correspondance entre Blaise Cendrars et Robert Guiette, et à la peu ordinaire amitié qui lia les deux hommes. Charles Bertin, en participant au « jeu du paradis », est également à l’honneur, de même que Gaston Compère pour Anne de Chantraine. On ne s’abonne pas, parait-il, mais, pour recevoir la revue, on peut se faire membre de l’Institut Valdôtain de la Culture, 59, Grand Eyvia, I-11100 Aoste (31 euros pour trois numéros).

Maurice Carême

Fondation Maurice Carême, le bulletin de l’Établissement d’utilité publique du même nom, continue de paraitre : daté de septembre 2002, un n°48 reprend comme à l’accoutumée toutes les informations relatives à la postérité du poète, y compris des éphémérides riches de ces nombreux micro-évènements qui, accumulés, attestent d’une vitalité bien réelle. Ce numéro est lesté d’un long article de Jeannine Burny : « L’humanisme dans l’œuvre de Maurice carême : Entre deux mondes (1970) ». (Av. Nellie Melba, 14, B-1070 Bruxelles. <jeannine.burny@coditel.be>)

Ponti / Ponts

Nous avions salué ici, à l’occasion de son premier numéro, la naissance de la revue Ponti / Ponts, vouée aux « langues, littératures et civilisations des pays francophones » et publiée par l’Università degli Studi à Milan, avec le soutien du Centre culturel français. Voici que parait le deuxième numéro, toujours dans la même présentation, élégante, audacieuse (les couleurs de la couverture) et claire pour ce qui est des contenus. Un fort beau volume, donc, avec un portefeuille d’études consacré aux Bestiaires — où l’on pourra lire un article de L. Demoulin sur E. Savitzkaya, un autre sur Senghor, entre autres — et une suite de rubriques, ouvertes aux observations linguistiques comme au folklore. Une section de textes inédits (un peu maigre, encore que proposant des poèmes du belge Paul Mathieu, et peut-être inutile), et une autre, fort bien garnie celle-là, de comptes rendus, répartis en « secteurs » (Maghreb, Québec, etc.) clôturent l’ensemble. Beaucoup d’éditeurs et d’institutions ont semble-t-il réagi au premier numéro en envoyant des ouvrages, ce qui explique l’ampleur et la richesse de ces recensions. La Belgique y est bien représentée, avec un tiers de l’espace réservé aux francophonies européennes (les deux autres tiers sont occupés par Aoste et par la Suisse). Attention, pour s’y retrouver : les ouvrages généraux, dans la mesure où leurs matières sont découpables, sont analysés partie par partie à l’intérieur des sections géographiques. De façon tout aussi inhabituelle, mais cela ne me parait pas appeler d’objection, des comptes rendus sont parfois voués à un seul article. On ne saurait donc assez recommander aux uns et aux autres (auteurs, éditeurs, critiques, lecteurs) de s’adresser à Ponti / Ponts. Le courrier concernant la rédaction peut être adressé à <liana.nissim@unimi.it> ; les commandes et abonnements : aux éditions Cisalpino, via B. Eustachi, 12, - I-20129 Milano, <cisalpino@monduzzi.com> ; réduction aux abonnements pour cinq ans).

Études françaises

Revue de l’Université de Montréal, les Études françaises en sont à leur 38e année. Le n°3 de cette année 2002 est consacré à la Renaissance et plus spécialement à la composition des recueils de textes à cette époque : Le simple, le multiple : la disposition du recueil à la Renaissance. Rien n’y concerne explicitement le domaine des lettres belges, mais la réflexion qui se trouve à l’arrière-plan, au sujet de l’émergence de l’auteur, intéresse tout historien de la littérature, de même que tout théoricien du texte sera intéressé par la question du lien entre un ensemble et ses éléments. On trouve la revue Études françaises à la Librairie du Québec à Paris (Rue Gay-Lussac, 30, 75005 Paris) ou chez l’éditeur, les presses de l’Université de Montréal <pum@umontreal.ca>.

  • Revues.org