Navigation – Plan du site

Université de Bordeaux 3

Gaildraud (Philippe), Paul Nothomb. Histoire d’une vie, histoire d’une œuvre. Thèse en littératures française, francophone et comparée. Sous la direction de M. Paul Gorceix. Université de Bordeaux 3 – Michel de Montaigne, 368 p. Soutenance : 10 janvier 2002.

La thèse de M. Gaildraud suit d’assez près le plan d’une classique présentation en « vie et œuvre ». Son objet est novateur : il n’existait pas, à ma connaissance, de thèse en littérature sur ce sujet. C’est un objet intéressant à divers égards, et potentiellement riche de perspectives aussi bien littéraires qu’historiques et politiques, mais également religieuses, philosophiques et morales. La personnalité, controversée sur certains points au moins, de Paul Nothomb, son long parcours existentiel à travers, notamment, la Guerre d’Espagne et la Seconde Guerre mondiale, plus tard l’exploration exégétique de la Genèse, sont des matières qui intéressent forcément l’historien et le critique.

Quant à la méthode ici mise en œuvre, qui ne fait guère l’objet de questionnement, elle consiste essentiellement en une présentation des ouvrages publiés, avec de nombreuses citations. À chaque fois, on y ajoute un aperçu des échos réservés par la presse, y compris lors des rééditions récentes. L’interprétation générale est largement commandée par le point de vue de Paul Nothomb lui-même, qui a été longuement interrogé par M. Gaildraud « sur une période temporelle d’environ six années », ce dont des enregistrements, écrit-il, font foi. Les citations de la presse semblent provenir d’un dossier de coupures, beaucoup n’étant pas exactement référencées.

Ce travail présente d’importantes faiblesses de langue, de méthode et de documentation. Le point de vue essentiellement empathique n’a pourtant pas que des désavantages, puisqu’il rapporte du moins le point de vue de l’écrivain. On attend à présent une analyse critique de cette source, et la confrontation tant avec les documents historiques qu’avec d’autres points de vue, spécialement bien sûr pour période de la guerre et de l’occupation. Inévitablement, la partie biblique des réflexions de Paul Nothomb devra faire l’objet d’un examen spécifique et autorisé, puisqu’elle relève de l’exégèse. Cela n’exclut pas la possibilité d’une hypothèse synthétique sur cette œuvre, qui s’étend des années 30 aux années 90. À approfondir aussi, et à traiter de manière spécifique, le motif de l’action et de l’engagement, si caractéristique de l’entre-deux-guerres, qui semble avoir déterminé un rapport commun à la langue et à la narration chez des écrivains comme Malraux et Saint-Exupéry, écrivains-aviateurs et chercheurs de « voies » plus ou moins royales à travers leur siècle bouleversé et violent. Ph. Gaildraud, à propos de cette période, participe utilement à l’étude d’une époque dont la plupart des acteurs sont aujourd’hui décédés et qui, par là, entre définitivement dans l’histoire littéraire (Pierre Halen).

Université Alexandru Ioan Cuza (Roumanie)

Bobu (Dragos), Le rôle de l’ennemi dans les romans d’Amélie Nothomb. Mémoire de licence, 2002. Prom. prof. Petruta Spanu.

Musat (Georgiana), Stylistique de l’analogie dans Bruges-la-Morte de Georges Rodenbach. Mémoire de licence, 2002. Prom. prof. Petruta Spanu.

Université de Rabat

Oufrid (Ben Hammou), L’esthétique théâtrale de Michel de Ghelderode, un univers baroque. 18 mai 2002.

  • Revues.org