Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Willems (Paul), La Chronique du Cygne. Lecture de Ginette Michaux

Bruxelles, Labor, Coll. Espace Nord, 2001
Hubert Roland
p. 133-134
Référence(s) :

Willems (Paul), La Chronique du Cygne. Lecture de Ginette Michaux. Bruxelles, Labor, Coll. Espace Nord, 2001, 347 p.

Texte intégral

1On ne peut que se réjouir de la réédition chez Espace Nord du troisième roman de Paul Willems (après Tout est réel ici et Blessures), tombé dans l’oubli depuis sa parution chez Plon en 1949. Même si l’ouvrage ne connut qu’un succès tout relatif et si la critique l’a largement négligé (renvoyons toutefois à l’excellente analyse de Véronique Jago-Antoine dans le n°5 de Textyles, novembre 1988, pp. 23-42), il marque une étape importante dans la carrière de l’auteur, qui se lança par la suite dans la carrière théâtrale que l’on connaît, pour ne revenir à la forme narrative qu’en 1984.

2Dans la lecture très stimulante qu’elle donne de l’œuvre, Ginette Michaux nous convainc du caractère très abouti de celle-ci, notamment sur le plan de la construction narrative et du réseau complexe de correspondances qui unit l’ensemble des personnages mais aussi des lieux de ce récit épique, se doublant d’une fable d’inspiration métaphysique. À travers les innombrables « ramifications signifiantes » (p. 329) qu’elle met en lumière, elle démontre bien que « chaque personnage, chaque motif, est quasi littéralement l’écho ou le double d’un autre, ce qui produit un effet de désancrage de l’identité des sujets et de la stabilité des choses » (p. 320). Échos musicaux et jeux de miroir concernent aussi bien la lutte centrale, manichéenne uniquement en surface, du monde des villes et du monde des jardins, que la multitude de petits motifs secondaires, que l’auteur n’a décidément pas dispersés au hasard.

3Il devient ainsi limpide que les oppositions apparemment binaires ne résistent pas à une lecture attentive ; car la lutte impitoyable qui fait s’affronter les forces du Bien et du Mal (le combat entre deux conceptions de la vie et deux visions de la langue, pour le dire avec Ginette Michaux) se joue davantage à l’intérieur de chaque lieu et de chaque personnage, plutôt qu’elle ne les fait se dresser l’un contre l’autre. La dimension poétique de la fiction va ainsi de pair chez Willems avec la conviction que « [l]e vrai s’infiltre dans le faux, brouillant les pistes, approfondissant la signification par l’ambiguïté et par le paradoxe, montrant que le négatif est à l’œuvre partout, qu’aucune pensée ne pourra jamais être tenue pour bonne » (p. 326).

4Parmi les nombreuses pistes d’exploration ouvertes par la présente interprétation, il faudrait donc se pencher sur la vision du monde empreinte de résignation, qui sous-tend la poétique du réalisme magique, et étudier ses implications sur le plan éthique, voire idéologique. Car, en dépit du caractère moins désespéré de la Chronique par rapport aux romans écrits pendant la guerre (le récit apporte aux questions déjà travaillées dans ceux-ci « des solutions inédites non tragiques, où ne triomphent plus les forces du mal » ; p. 342), il n’est pas évident que la catastrophe mondiale soit restée sans incidence sur la genèse de l’œuvre. Si la sagesse du Cygne, dans la tradition romantique tout comme chez Willems, consiste à « attendre, pour s’envoler, que la nuit désespérante soit passée » (p. 336), c’est donc qu’il faut prendre son parti du fait que les ténèbres font partie intégrante de l’existence, ce qui relève d’un constat d’impuissance. Par ailleurs, la réflexion sur la langue poursuivie ici pourrait être discutée : si la polysémie poétique de rigueur dans le monde des jardins « suppose la mise en jeu de diverses significations pouvant être méditées à l’infini », est-elle vraiment compatible avec l’« usage précis d’une langue transparente » tel que prôné par Rousseau (p. 327) ? La langue peut-elle être à la fois une et multiple, tout en demeurant transparente ?

5Tout autre chose enfin : on ne comprend pas pourquoi l’éditeur, qui ne nous a pas habitués à de telles malversations, a voulu amputer le titre du roman de son article défini sur la page de couverture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « Willems (Paul), La Chronique du Cygne. Lecture de Ginette Michaux », Textyles, 23 | 2003, 133-134.

Référence électronique

Hubert Roland, « Willems (Paul), La Chronique du Cygne. Lecture de Ginette Michaux », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/860

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org