Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

t’Serstevens (Albert), Un apostolat. Suivi de « Un Apostolat d’Albert t’Serstevens. Misère de l’utopie », par Jean-Pierre Martinet, du « Prix Goncourt 1920 au jour le jour » et du « Dossier de presse sur Un apostolat »

Courbevoie, Édition Durante, 2002
Pierre Halen
p. 132-133
Référence(s) :

t’Serstevens (Albert), Un apostolat. Roman. Introduction d’Alfred Eibel. Suivi de « Un Apostolat d’Albert t’Serstevens. Misère de l’utopie », par Jean-Pierre Martinet, du « Prix Goncourt 1920 au jour le jour » et du « Dossier de presse sur Un apostolat ». Courbevoie, Édition Durante, 2002, 235 p., bibl. — ISBN 2-912400-35-X.

Texte intégral

1L’œuvre d’Albert t’Serstevens continue de refaire surface, même si cette exhumation est le fait d’éditeurs ou de collections de second rang. Le phénomène est d’autant plus remarquable que cette œuvre est pour le moins diverse et qu’elle n’est donc pas facilement réductible à une étiquette du genre de celles dont on fait les manuels. Le roman Un apostolat parut en 1919 et figura parmi les favoris du Goncourt 1920. Un dossier de citations tirées de la presse de l’époque en fait foi dans la présente réédition. L’écrivain n’obtint pas le Prix, qui alla à un certain Pérochon. L’année précédente, il était allé à Proust et, l’année suivante, il irait à René Maran pour Batouala : il y a des années « sans ».

2L’intérêt de Un apostolat n’est pourtant pas dans cette petite compétition parisienne. Le roman est le deuxième volume d’une trilogie : L’Homme seul, dont le premier avait paru en 1919 : Les Sept parmi les hommes, et dont le dernier paraitra en 1926 : Béni 1er, roi de Paris. C’est dans cet ensemble qu’il eût fallu le relire. Cela dit, la lecture même isolée d’Un apostolat mérite le détour : ce texte, qui ne cache pas sa filiation directe avec Bouvard et Pécuchet, est le récit d’une expérience collectiviste, entreprise avec enthousiasme par quelques jeunes gens radicaux, à la recherche d’une alternative et nourris de la lecture des penseurs utopistes. Inutile de préciser que l’expérience est un échec, et qu’elle laisse un goût saumâtre dans la bouche de son ultime protagoniste, le personnage de Pascal qui ne peut que conclure à « un tas de blagues ». En dessous de cet excipit, une note de bas de page, non signée mais datée de 1973, révèle au lecteur que « À dix-huit ans, attiré par les expériences sociales, t’Serstevens fonde avec quelques amis un phalanstère collectiviste, selon les idées de Fourier et de Kropotkine ». On n’en saura pas plus dans la préface ni dans l’essai de Jean-Pierre Martinet, qui semble être la simple reprise d’une brochure publiée au début des années 1970 en défense de t’Serstevens, écrivain « injustement oublié ». Le fait est que cet écrivain — il a 34 ans en 1920 — connait son métier et que son récit est bien enlevé : la phrase est courte, nerveuse, claire. Malgré la dimension satirique dont Flaubert a donné le modèle, et en dépit d’une apparente froideur dans la relation de l’hénaurme « délire logique » des jeunes gens, on perçoit aussi quelque chose d’un attachement et d’une nostalgie : ils vont à la jeunesse, bien sûr, par laquelle t’Serstevens sera toujours émerveillé, mais aussi à une certaine générosité contre quoi toutes les raisons du monde ne prévaudront jamais. Difficile, effectivement, de conclure au « grand écrivain réactionnaire ». Le fait d’avoir lui-même vécu une expérience semblable, autour de 1910, est sans doute ce qui permet à l’écrivain ce ton duplice, qui n’est peut-être, aussi bien, que l’écho de notre propre ambivalence devant les projets un peu fous mais espérants. Une citation de Pierre Mac Orlan (p. 228) exprime assez justement cette « pudeur ». Le préfacier rapproche du reste ceci des utopies maoïstes des années 1970. Pour le reste, en dépit des quelques aperçus très sensibles sur l’œuvre, qu’on lira dans l’essai de Martinet, le lecteur reste un peu sur sa faim : c’est à peine si nous apprenons, à un détour, que le roman avait d’abord paru dans la Revue de Paris.

3On notera enfin, notamment pp. 217, 218-219, des réactions plutôt xénophobes dans la presse à l’égard de t’Serstevens, réactions que les spécialistes des rapports « centre / périphérie » épingleront surement avec curiosité. Dans le même registre, on relèvera aussi que t’Serstevens s’est représenté lui-même dans son roman à travers Krabelinckx, peintre bruxellois dont le nom est tout un programme, et personnage toujours un peu en retrait par rapport à ses camarades anarchisants français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « t’Serstevens (Albert), Un apostolat. Suivi de « Un Apostolat d’Albert t’Serstevens. Misère de l’utopie », par Jean-Pierre Martinet, du « Prix Goncourt 1920 au jour le jour » et du « Dossier de presse sur Un apostolat » », Textyles, 23 | 2003, 132-133.

Référence électronique

Pierre Halen, « t’Serstevens (Albert), Un apostolat. Suivi de « Un Apostolat d’Albert t’Serstevens. Misère de l’utopie », par Jean-Pierre Martinet, du « Prix Goncourt 1920 au jour le jour » et du « Dossier de presse sur Un apostolat » », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/859

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org