Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Ghelderode (Michel de), La balade du grand Macabre. Blancart-Cassou (Jacqueline) (éd.)

Paris, Gallimard, coll. Folio théâtre, 2002 [1952]
Isabelle Ost
p. 127-128
Référence(s) :

Ghelderode (Michel de), La balade du grand Macabre. Blancart-Cassou (Jacqueline) (éd.). Préface de Guy Gofette. Paris, Gallimard, coll. Folio théâtre, 2002 [1952], 234 p.

Texte intégral

1Décidément, Ghelderode se porte bien : voilà que Gallimard sort en 2002 une nouvelle édition, signée Jacqueline Blancart-Cassou, de La Balade du Grand Macabre, avec préface de Guy Goffette et dossier à l’appui.

2La préface, d’abord. Elle ne dément certes pas la joie impétueuse, outrancière qui émane de la pièce tout entière : pièce que Guy Goffette reconnaît comme la plus gaie, la plus ancrée dans le contexte d’une Flandre moyenâgeuse aperçue en songe par l’auteur, celle où la chair triomphe absolument, où le fumet des nourritures surabondantes et des tonneaux de vins se fait le mieux sentir. Assurément, la Balade est une farce comme on les aime, un « hymne à la vie peu commun ». Mais l’auteur de la préface n’est pas dupe : du rire « gros gras gris » du dramaturge, il perçoit toute l’ambivalence, la fragilité d’une victoire sur la mort qui ne s’avérera — nous sommes en 1934 — que trop éphémère. Et Ghelderode, visionnaire, ne peut l’ignorer…

3Dans l’intervalle, cependant, l’auteur aura magistralement réussi à célébrer un carnaval truculent et haut en couleurs — c’est « Breughel au théâtre », annonce le titre de la préface. Secoué par le « grand frisson », pris de vertige, le spectateur sera emporté dans le tourbillon de la prose ghelderodienne, cette « langue-matière », langue-peinture aux accents rabelaisiens, à laquelle Guy Goffette rend le plus bel hommage en rédigeant son texte sur le même ton, pour faire écho à cette fête des mots qui enivre bien plus que la boisson. Voilà « la digue de la phrase classique et bien française » rompue, le cadre étriqué d’un théâtre trop rationnel subverti par l’excès et la démesure ; débordé par cet écrivain qui a choisi de s’adresser d’abord à nos sens pour proclamer au monde sa vérité.

4Quant au dossier soigneusement établi par Jacqueline Blancart-Cassou, complet et instructif, il apportera au lecteur curieux des précisions sur la biographie de Ghelderode, ainsi que sur les origines historiques de la farce — laquelle s’enracine dans un folklore lointain, renouvelé par le talent des marionnettistes —, ses différentes versions et éditions successives. En outre, il est agrémenté d’un panorama des mises en scènes de la pièce, suivi d’intéressants commentaires et extraits d’articles à propos de ces créations ; d’une bibliographie choisie, qui reprend les principaux ouvrages critiques ; d’un appareil de notes qui viennent souvent préciser, à bon escient, le sens des multiples néologismes et archaïsmes dont l’auteur se régale ; enfin d’un résumé qui sauvera le lecteur égaré dans les circonvolutions débridées de ce grand carnaval.

5Soyons donc rassurés, admirateurs de ce Belge hors du commun : il n’est pas prêt de sombrer dans les oubliettes littéraires ! En témoigne cette édition d’une spécialiste de l’auteur, spécialiste pour qui La Balade « a encore un grand avenir devant elle » : qu’il suffise, pour s’en persuader, de compter le nombre de traductions et représentations à l’étranger de la pièce. Chez nous aussi, d’ailleurs : la Belgique n’oublie pas ses artistes les meilleurs. Récemment, les spectacles des Baladins du Miroir ainsi que du Théâtre Universitaire de Louvain-la-Neuve — auquel J.-P. Humpers réservait une critique élogieuse, dans le Bulletin de la Fondation — ont prouvé que les péripéties du Grand Macabre peuvent encore secouer d’un rire « hénaurme » notre Plat Pays…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Ost, « Ghelderode (Michel de), La balade du grand Macabre. Blancart-Cassou (Jacqueline) (éd.) », Textyles, 23 | 2003, 127-128.

Référence électronique

Isabelle Ost, « Ghelderode (Michel de), La balade du grand Macabre. Blancart-Cassou (Jacqueline) (éd.) », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/851

Haut de page

Auteur

Isabelle Ost

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org