Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Correspondance de Michel de Ghelderode. Tome VI : 1946-1949. Édition établie, présentée et annotée par Roland Beyen

Bruxelles, Labor, coll. Archives du Futur, 1999
Anthony Glinoer
p. 126-127
Référence(s) :

Correspondance de Michel de Ghelderode. Tome VI : 1946-1949. Édition établie, présentée et annotée par Roland Beyen. Bruxelles, Labor, coll. Archives du Futur, 1999, 656 p.

Texte intégral

1L’après-guerre ou les premiers frémissements de la « ghelderodite » parisienne. L’après-guerre ou la fin du conflit entre Ghelderode et l’administration communale qui l’emploie et ne lui pardonne pas d’avoir collaboré à Radio-Bruxelles durant l’Occupation. Tels sont les deux leitmotive dont se fait l’écho le sixième tome de la correspondance de l’écrivain, toujours choisie et annotée avec une grande rigueur par Roland Beyen.

2Le processus de réhabilitation de Ghelderode hante ses lettres durant toute l’année 1946 : dès la fin de 1945, sa révocation par la commune de Schaerbeek a été annulée par le gouvernement ; il est définitivement réhabilité en mars 1946, mais il lui faudra encore attendre plusieurs mois — qu’il passe chez sa sœur au Coq-sur-Mer — avant de voir sa situation se régulariser complètement.

3Durant ce temps, les premiers frémissements d’un intérêt parisien se font sentir : la jeune comédienne Catherine Toth s’enthousiasme pour ses pièces et prépare les premières représentations. En juin 1947 enfin, Ghelderode voit deux de ses pièces, Hop signor ! et Le Ménage de Caroline, jouées dans la capitale française. La critique est globalement hostile, mais au fil des années, avec Escurial et Fastes d’Enfer principalement, le succès vient, et quelques voix s’élèvent pour saluer le théâtre ghelderodien : « Entre «les idées» de Sartre et «le style» de Montherlant, écrit ainsi René Barjavel cité par R. Beyen, vient enfin se dresser une sorte de volcan d’où jaillit, bouillonnante et sulfureuse, la lave incandescente du théâtre ». Et Arthur Adamov écrit à Ghelderode le 4 décembre 1949 : « Votre théâtre vit, bouge, il s’y passe quelque chose, la même chose qui se passe en chacun de nous, et que nous nous devons de reconnaître, et que seule la peur nous empêche de reconnaître ». Malgré « les chaînes de silence que d’épais crétins avaient forgées pour [l]’emprisonner » (lettre à Robert Guiette du 3 avril 1948), Ghelderode, avec le triomphe parisien entretenu par les bagarres entre adeptes et adversaires, la publication chez Gallimard et, bientôt, la préface de Sartre, tient la revanche qu’il réclamait depuis la Libération.

4Comme à l’accoutumée, les lettres de Ghelderode ne révèlent rien sur son œuvre. Sa correspondance est surtout éclairante quant à son complexe de persécution, qui prend la forme de plaintes et de récriminations inlassablement répétées à ses quelques correspondants réguliers. À chaque occasion, il condamne les cléricaux, les communistes, les académies, les politiques et tous ceux qu’il croit vouloir entraver son « brutal et inopiné passage de l’obscurité au grand jour » (lettre au docteur De Winter du 27 décembre 1949). Durant toute la période de l’après-guerre, Ghelderode se voit en « indésirable », alors même qu’il touche la reconnaissance du doigt. Ghelderode ou la malédiction de ne pas être maudit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Glinoer, « Correspondance de Michel de Ghelderode. Tome VI : 1946-1949. Édition établie, présentée et annotée par Roland Beyen », Textyles, 23 | 2003, 126-127.

Référence électronique

Anthony Glinoer, « Correspondance de Michel de Ghelderode. Tome VI : 1946-1949. Édition établie, présentée et annotée par Roland Beyen », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/850

Haut de page

Auteur

Anthony Glinoer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org