Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Petit (Susan), Françoise Mallet-Joris

Amsterdam-Atlanta, Rodopi, Collection Monographique Rodopi en Littérature Française Contemporaine, n˚ XXXVII, 2001
Jean-Michel Pochet
p. 144-146
Référence(s) :

Petit (Susan), Françoise Mallet-Joris. Amsterdam-Atlanta, Rodopi, Collection Monographique Rodopi en Littérature Française Contemporaine, n˚ XXXVII, 2001, 158 p.

Texte intégral

1Voici un titre parfaitement autoréférent, excepté pour la langue, puisque ce livre est écrit en américain dans une langue agréable et accessible. C’est, en fait, après le Françoise Mallet-Joris de Becker et Lucille Frackman (Boston, Twayne, 1985), le deuxième livre sur cette écrivaine à paraître en Amérique alors qu’il n’en existe pas en Europe — si l’on excepte un Dossier datant de 1976 publié par Monique Detry (Grasset). Susan Petit aime son sujet, elle nous promène entre la vie et l’œuvre (et chez Mallet-Joris on sait combien l’une et l’autre sont des catalyseurs réciproques). Ce n’est donc pas ce qu’il est convenu d’appeler sur le Vieux Continent « une biographie à l’anglo-saxonne », expression souvent condescendante.

2Madame Susan Petit est professeur de français au College San Mateo en Californie. Elle a déjà publié un Michel Tournier’s Metaphysical Fictions en 1991, participé à de nombreux ouvrages collectifs (e. a. avec Sexual alimentary and elementary Michel Tournier’s Answer to Freud) et a écrit des articles tant comme critique que comme pédagogue. Elle est également traductrice.

3Françoise Mallet-Joris est un livre court — comme le veut la collection qui l’accueille : « une série d’études critiques, concises et cependant à la fois élégantes et fondamentales, consacrées aux écrivain/e/s français/es d’aujourd’hui et dont l’œuvre témoigne d’une richesse imaginaire et d’une vérité profonde ». Il faut souligner que sur les 37 titres parus, pas moins de 13 sont consacrés à des auteures, comme Marie Cardinal (par Colette T. Hall) ou Joyce Mansour (par Bettina Knapp). Côté auteurs, il y a Céline, Des Forêts ou Queneau (par Carol Sanders).

4Françoise Mallet-Joris est dense quant à la forme (il est composé en corps 9 sur 38 lignes), mais également quant au fond, qui se répartit en sept chapitres (« Une vie en lettres », « Un apprentissage », « Fiction d’indépendance », « Biographie et autobiographie », « Fiction ou découverte de soi », « Mères et mystiques », « Le problème du mal »).

5Le chapitre 3 s’intéresse d’abord à L’Empire céleste, qui, grâce au Prix Fémina en 1958, est une étape dans la vie de Mallet-Joris : « Avec L’Empire céleste, Les signes et les prodiges, et Trois âges de la nuit, Mallet-Joris explore les responsabilités adultes et établit une relation depuis la vie physique vers la vie spirituelle, quoiqu’on y trouve peu sur la relation parent-enfant. » (p. 44).

6Suivra une auto/bio-graphie, Les Personnages, « un roman biographique », et Marie Mancini, « une biographie romanesque » (p. 50). Susan Petit souligne que Mallet-Joris n’a pas voulu écrire une biographie « sur une vie donnée en sachant déjà (la fin) sans les découvertes et l’imprévu que réserve un personnage de roman ». Après des œuvres plus clairement biographiques, comme Jeanne Guyon, la romancière donne « un contrepoint avec trois autobiographies dans lesquelles elle essaie de se mettre en phase avec ce que signifie être un personnage public dont la célébrité est basée sur une activité privée » (p. 56). Lettres à moi-même « est une autobiographie spirituelle qui ne livre que peu de l’information que l’on trouverait dans une biographie tout court [en français dans le texte] ».

7Paru début 2001, l’ouvrage de Susan Petit n’a pu faire état (dans son quatrième chapitre) de La double confidence, sorti fin 2000 chez Plon. Il est cependant nécessaire de l’évoquer ici car ce livre est un « hommage, geste d’amitié à travers le temps, à Marceline Desbordes-Valmore, qui m’obsédait. [….] Faire vivre l’envie de deux petites filles flamandes [Marceline Desbordes-Valmore est née en 1786 à Douai, en Flandre française], elle et moi, dire l’importance pour elle, pour moi, de sa mère, de la mienne » (4e de couverture). Mais, lors d’une interview (dans Le Soir, 7 décembre 2002), quand Pascale Haubruge lui demande « Pourquoi ne pas avoir écrit directement une autobiographie ? », elle répond : « Mon problème en la matière est que je n’ai aucune mémoire des dates. Je me souviens de scènes, de gens, mais je n’ai pas le sens de la chronologie ».

8Susan Petit note par ailleurs que Mallet-Joris serait prête à écrire en anglais, à écrire une BD ou pour la télévision, si c’était une condition nécessaire pour atteindre le public ou gagner de l’argent (p. 57). Mais ce n’est pas si simple « je pourrais dire que mon sujet, c’est moi-même devant ce livre [Lettre à moi-même] ainsi les efforts pour choisir un sujet devient le sujet » (p. 58).

9En outre, Susan Petit nous apprend que « toutes ses œuvres majeures ont été traduites en anglais. Mais, à partir de Allegra, plus aucun roman ne fut traduit, parce que Mallet-Joris souffre d’un double désavantage : ses livres sont presque tous longs, et les honneurs qu’elle a reçus l’ont essentiellement éliminée comme candidate pour l’avenir » (p. 76) C’est donc pour des raisons commerciales que Mallet-Joris séduisit l’édition anglo-saxonne, et que pour ces mêmes raisons, elle fut abandonnée.

10Il aurait été utile de joindre la bibliographie des traductions anglaises des livres de l’écrivaine. Certaines sont signalées, mais, lorsqu’un titre apparaît en anglais dans le corps de l’ouvrage de Susan Petit, on ne sait si l’ouvrage a été traduit (on le devine lorsque la traduction du titre est littéraire comme House of lies pour Les Mensonges, mais on ne dispose d’aucun indice dans le cas d’une traduction littérale). Une liste claire mentionnant le nom du traducteur, anglais ou américain, et l’année de parution aurait été utile pour donner au lecteur francophone (canadien ou européen) un aperçu de la réception anglo-saxonne de Mallet-Joris.

11Peut-être aurait-il fallu également faire relire l’ouvrage par un francophone pour corriger, par exemple, une « ruputure » (p. 22), « Je ne suis pas schizoprène/ça me gène… » (p. 69), ou le célèbre peintre « Chardon » (p. 11), et « Dutroux, le “chauchemar” de Charleroi ». Et par un Belge pour supprimer le « II » accolé à l’Ordre de Léopold (dont Françoise Mallet-Joris est chevalier) et mettre une majuscule à son collègue académicien Jacques De Decker.

12Terminons en citant le préfacier, Michael Bishop : « Alors que de nos jours, tant d’œuvres de fiction montrent soit des victimes, soit des psychopathes, ou refusent de représenter le monde sous une forme reconnaissable, les travaux de Mallet-Joris fournissent un stimulant, bien que provoquant, et des voies cohérentes pour nous appréhender nous même ainsi que notre condition humaine. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Pochet, « Petit (Susan), Françoise Mallet-Joris », Textyles, 24 | 2004, 144-146.

Référence électronique

Jean-Michel Pochet, « Petit (Susan), Françoise Mallet-Joris », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/846

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org