Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Francofonia, Studi e ricerche sulle letterature di lingua frances n˚ 41. Max Loreau. La quête de l’imprévisiblee

Bologne, Olschki Editore, automne 2001
Maria Chiara Gnocchi
p. 143-144
Référence(s) :

Francofonia, Studi e ricerche sulle letterature di lingua frances n˚ 41. Max Loreau. La quête de l’imprévisiblee, Bologne, Olschki Editore, automne 2001.

Texte intégral

1La revue italienne d’études françaises Francofonia a fêté ses vingt premières années par une livraison monographique consacrée au poète et philosophe belge Max Loreau. Pour ce numéro, dont la préparation a coïncidé avec la publication posthume de Genèses (Paris, Galilée, 2001, illustrations de P. Alechinsky), chercheurs, amis et disciples de Loreau ont été invités à approcher son œuvre par ses deux versants, pensée et poésie. Toutes rédigées en français, les interventions sont très hétérogènes quant à leur contenu. Robert Legros, Roland Hinnekens, Serge A. Claeys, Gérard Borde et Bruno Vancamp signent des essais spécifiquement philosophiques ; les commentaires d’Andrea Bedeschi et d’Henri Raynal sont plutôt tournés du côté de la littérature ; Lucien Massaert se concentre sur l’« objet peinture » ; Éric Clémens et Joseph Noiret écrivent des textes plus brefs, sur le mode du souvenir et de l’hommage. Francofonia publie également deux inédits de l’auteur, « Cerceaux » et « Tombe », dont Francine Loreau restitue la genèse. Introduit par Adriano Marchetti, directeur de la revue, auteur de diverses études sur Loreau et de quelques traductions de ses écrits en italien, le numéro se conclut par une bibliographie du poète-philosophe (livres, catalogues et plaquettes sur la peinture, articles divers, entretiens et correspondance) et par un choix de livres et d’articles qui lui ont été consacrés des années 1960 à nos jours. La section de la revue réservée aux comptes rendus s’ouvre par la recension des récentes parutions de ou au sujet de l’auteur.

2Depuis la mort de Max Loreau (1990), cette livraison de Francofonia est le troisième volume d’hommage qui lui a été rendu (signalons Max Loreau 1928-1990, Bruxelles, Lebeer Hossman, 1991, et Hommage à Max Loreau, numéro monographique de La Part de l’œil, n˚ 14, 1998). Dans sa contribution, Gérard Borde prend acte de cet intérêt qui se confirme, tout en remarquant que, du vivant de l’auteur, sans doute en raison de sa singularité et de son caractère novateur, l’œuvre de penser de Loreau n’a pas véritablement retenu l’attention de ses pairs, ni celle des critiques, davantage tournés vers les modes parisiennes. Mais « le silence qui a enveloppé la méditation solitaire de Max Loreau a été propice à l’écoute de cette parole vraie et à l’accueil de cette expérience de penser » (p. 101). En effet, l’ombre dans laquelle la pensée de Loreau a pris forme et consistance semble convenir particulièrement au mode de philosopher de l’auteur, dont l’œuvre suit un mouvement d’auto-façonnement exigeant le geste inaugural d’un retour sur soi. Intitulé « Traversée du commencement », l’article de Gérard Borde offre une belle synthèse de l’œuvre de penser de Loreau, en particulier de la phénoménologie du logos poïétique, qui constitue son noyau véritable et le plus original.

3Robert Legros affronte le premier, dans un long essai, la philosophie de Max Loreau (« La pensée du corps : une rupture avec la tradition du même »). Legros met l’accent sur la révolution que comporte la quête d’un « Autre Commencement », un retour à l’origine qui exige d’appréhender l’œuvre non pas comme un objet donné ou comme une représentation, mais en tant que création, et de penser l’origine comme geste, comme corps agissant plutôt que comme réalité préexistante (d’où la « rupture avec la tradition du même »). Dans cette perspective nouvelle, la perception n’est plus axée sur un donné, mais elle (re)devient sauvage, « itinérante » : Legros la définit comme une intentionnalité incarnée (p. 33). Cette approche caractérise tout aussi bien l’attitude de Loreau vis-à-vis des œuvres d’art, appréhendées non pas comme images, comme représentations ou produits, mais comme créations (R. Legros, p. 17), et des œuvres des grands philosophes qui l’ont précédé, dont il retient le dire en échappant aux dits (G. Borde, p. 102). Dans son essai « Parole et immanence », Bruno Vancamp souligne les points de convergence entre la recherche philosophique de Loreau, tournée vers la genèse, et sa recherche plus spécifiquement langagière et poétique : le geste de la profération, le mouvement de la parole qui jaillit, paraît en effet plus important que la parole elle-même. Serge A. Claeys analyse les études phénoménologiques de Loreau dans leur rapport avec quelques développements de la psychanalyse, en repérant de nombreux points de rapprochement (« Un Œdipe poétique »). Andrea Bedeschi offre un commentaire et un approfondissement plus spécifiquement littéraires du recueil Chants de perpétuelle venue (1977), à travers l’étude de la figure de l’alouette ; Bedeschi analyse les valeurs que l’alouette incarne dans la tradition littéraire (de To a Skylark de P. B. Shelley aux études sur l’élément aérien de Bachelard), ce qui lui permet de mieux inscrire cette figure symbolique dans la création philosophico-poétique qui est le propre des Chants.

4Les contributions de Roland Hinnekens, Lucien Massaert et Henri Raynal représentent une sorte de « visite guidée » à travers certaines œuvres de Loreau, appartenant à trois domaines différents : la philosophie, la critique d’art et la poésie. Hinnekens consacre son essai « Une phrase pour une logique de l’imprévisible » à la lecture de Cri. Éclat et phases (1973), et explique pourquoi ce livre peut être considéré comme le creuset du travail poétique et philosophique qui occupa l’auteur jusqu’à sa mort ; Massaert s’attache à Jean Dubuffet. Stratégie de la création (1973), en rappelant que la traversée de l’art opérée par Loreau « a constitué pour sa démarche de philosophe une sortie de l’ontologie traditionnelle y compris phénoménologique et l’a conduit à poser radicalement un nouveau mode de pensée » (« L’objet peinture », p. 35) ; sur un mode très personnel et tout à fait artiste, Henri Raynal parcourt les Chants de perpétuelle venue (1977), restitués dans leurs excès, dans leur puissance générative (« De nouveau je suis venu voir les Chants »).

5Le lecteur ne manquera pas de remarquer la diversité des voix par laquelle ce numéro de Francofonia se distingue, ce qui est à considérer comme une réussite. S’il est vrai que les intervenants abordent l’œuvre tant poétique que philosophique de Loreau, il faut dire que le mode d’approche s’apparente le plus souvent au questionnement philosophique qu’à l’analyse littéraire — mais c’est peut-être l’impression subjective d’une « littéraire » frappée, dans l’ensemble, par ce qu’elle connaît moins bien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Chiara Gnocchi, « Francofonia, Studi e ricerche sulle letterature di lingua frances n˚ 41. Max Loreau. La quête de l’imprévisiblee », Textyles, 24 | 2004, 143-144.

Référence électronique

Maria Chiara Gnocchi, « Francofonia, Studi e ricerche sulle letterature di lingua frances n˚ 41. Max Loreau. La quête de l’imprévisiblee », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/845

Haut de page

Auteur

Maria Chiara Gnocchi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org