Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Rolin (Dominique), Dulle Griet. Lecture de Beïda Chikhi

Bruxelles, Labor, coll. Espace nord, 2001 [Paris, Denoël, 1977]
Jeannine Paque
p. 142-143
Référence(s) :

Rolin (Dominique), Dulle Griet. Lecture de Beïda Chikhi. Bruxelles, Labor, coll. Espace nord, 2001, 317 p. [Paris, Denoël, 1977].

Texte intégral

1Ici, comme dans la plupart de ses romans, Dominique Rolin entreprend de débusquer l’histoire, sans paroles sinon les siennes, de ses parents. À sa manière, c’est-à-dire avec le parti pris avoué, revendiqué de parler d’elle. À partir de la mort du « vieil homme », son père, elle réitère la quête de ses origines et met en train l’écriture de son propre roman commencé, il y a plus de soixante ans, « par la faute d’un homme et d’une femme ». Certes, elle tire de sa mémoire mille et un visages de ses parents, mais elle ne peut se débarrasser de la souffrance et d’une vague culpabilité d’être là que par une révolution, une prise à bras le corps de sa vie. Elle s’empare de l’existence même de sa famille pour la faire sienne et l’enfanter : en accoucher « comme on défèque », avec ce que cela suppose d’horreur et de jouissance. C’est alors qu’elle aligne son pas sur celui de Dulle Griet l’enragée, vierge destructrice devenue patronne des accouchées et figure emblématique d’un tableau de Brueghel : un médium iconique efficace et un instrument d’analyse incomparable. Ce retour symbolique aux origines consiste à tout recommencer afin de comprendre et exposer en douze pas l’envers du parcours accompli. Entreprendre le roman familial, c’est revivre les choses autrement, par l’imagination et le fantasme. On s’étonnera toujours du contraste, omniprésent dans les écrits de Rolin : elle qui si souvent peut exprimer la joie de vivre, en dire et redire le plaisir exaltant, revient obsessionnellement sur son regret d’être née et sur ce qu’elle appelle sa rage. Cette rage avec laquelle elle rejette en bloc le poids de l’hérédité, la transmission inévitable d’une génération à l’autre et surtout de mère à fille. Mais c’est cette même rage qui la conduit à produire sans cesse et qui nourrit si généreusement ses textes.

2Dans sa Lecture, Beïda Chikhi met remarquablement en évidence les aspects de ce travail de (re)construction/destruction, un travail jeune, qu’elle qualifie à juste titre de « vivant, méthodique, équilibré, expérimenté, moderne ». Douze parties, « douze pas » organisent la progression de ce travail, plus spatiale que temporelle. La recomposition est aléatoire et s’agglomère à partir de sensations accidentelles ou de mots déclencheurs. C’est dire combien l’écriture elle-même est au centre de ce travail et se confond avec l’objet de la quête. Rien n’y échappe, ni « la prolifération métaphorique », ni « l’exubérance lexicale », sans compter l’oscillation continuelle entre passé et présent, la fixation obstinée sur un fragment incertain qu’entraîne un jeu innocent ou pervers sur le signifiant dont la commentatrice montre le possible vertige. À questionner ses origines, à ressasser sa filiation, Rolin joue à « arpenter la vie des mots », s’inventant une philologie de fantaisie et s’arrogeant ainsi une autorité sur un lexique dont elle use à plaisir pour conjurer la réalité. Ce travail sur la langue, ainsi patiemment mis à jour par Beïda Chikhi, permet de saisir le savoir-faire et donc le savoir d’une femme qui parvient à déjouer l’obsession de la mort par son potentiel de vie autonome, par l’écriture. C’est avec ses livres, en effet, qu’elle peut opposer aux pesanteurs génétiques un contre-pouvoir qui n’exclut ni le regret ni la souffrance, mais qui libère une énergie nouvelle, celle de précipiter son vécu et ses fantasmes dans l’ensemble baroque d’un roman complet que concrétisera le désir. Sur la voie de la délivrance — c’est le dernier mot de son texte — la romancière pourra repartir de zéro selon sa décision, autant de fois et selon autant de modalités qu’elle le voudra. Et (s’)écrire à l’infini.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeannine Paque, « Rolin (Dominique), Dulle Griet. Lecture de Beïda Chikhi », Textyles, 24 | 2004, 142-143.

Référence électronique

Jeannine Paque, « Rolin (Dominique), Dulle Griet. Lecture de Beïda Chikhi », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/842

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org