Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Benoit-Dusausoy (Annick), Fontaine (Guy) et Devoldere (Luc), Marguerite Yourcenar. Une enfance en Flandre

Paris, Desclée de Brouwer, 2002
Laurent Demoulin
p. 141
Référence(s) :

Benoit-Dusausoy (Annick), Fontaine (Guy) et Devoldere (Luc), Marguerite Yourcenar. Une enfance en Flandre. Préface de Philippe Beaussant. Photographie de Louis Monier. Paris, Desclée de Brouwer, 2002, 144 p., ill.

Texte intégral

1Marguerite Yourcenar. Une enfance en Flandre tient d’abord de ce que les libraires appellent un « beau livre », c’est-à-dire du livre d’art, tant sont soignées les photographies de Louis Monier. Le texte, pour sa part, est consacré aux liens qui se sont établis entre Marguerite Yourcenar et la Flandre. Ces liens sont de deux natures : ils concernent à la fois la vie et l’œuvre, ou plutôt une partie de la vie — l’enfance —, et une part de l’œuvre, la part tardive, réunissant, sous le titre générique de Labyrinthe du monde, les livres Archives du Nord, Souvenirs pieux et Quoi ? L’éternité. Mais s’il est question ici de la Flandre en général et de ses habitants, l’attention se concentre sur un domaine précis traversé par la frontière franco-belge, le Mont-Noir, qui contient la maison d’enfance de la romancière, transformée aujourd’hui en résidence d’écrivains.

2Bien que toutes les citations appellent de scrupuleuses notes de fin d’article, l’ouvrage est, dans son ensemble, plus littéraire que critique. Il donne d’abord la parole à l’écrivain français Philippe Beaussant, qui, en guise de préface, raconte les circonstances inattendues de sa rencontre avec l’œuvre de Marguerite Yourcenar. Signés conjointement par Annick Benoit-Dusausoy et Guy Fontaine, les textes qui suivent s’ouvrent sur une longue promenade dans le domaine de la Villa du Mont-Noir. Les descriptions de lieu alternent avec des évocations de l’enfance de l’écrivaine et avec des citations tirées de ses livres, de ses entretiens ou de sa correspondance. Dans l’article suivant, c’est la genèse et l’écriture du Labyrinthe du monde, cette trilogie familiale, qui est commentée, de nouveau en ayant recours à de larges extraits de son œuvre et de sa correspondance. Ensuite, les deux auteurs se penchent sur le rapport particulier que Marguerite Yourcenar entretenait avec la religion : sa foi devait plus à l’influence de son père qu’à la Flandre catholique. L’avant-dernier texte, plus directement autobiographique, est dû à Luc Devoldere. Il repère les traces flamandes de L’Œuvre au noir et s’attache aux différents séjours de Yourcenar en Flandres, particulièrement à Bruges, où elle aimait rencontrer une religieuse du couvent anglais. Enfin, Annick Benoit-Dusausoy et Guy Fontaine reprennent la plume pour évoquer les ravages causés par les guerres sur le Mont-Noir et les efforts de Yourcenar à la fin de sa vie pour faire de la propriété une réserve naturelle comparable au Zwin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Demoulin, « Benoit-Dusausoy (Annick), Fontaine (Guy) et Devoldere (Luc), Marguerite Yourcenar. Une enfance en Flandre », Textyles, 24 | 2004, 141.

Référence électronique

Laurent Demoulin, « Benoit-Dusausoy (Annick), Fontaine (Guy) et Devoldere (Luc), Marguerite Yourcenar. Une enfance en Flandre », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/835

Haut de page

Auteur

Laurent Demoulin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org