Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Baillon (André), Un Homme si simple

Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2002
Laurent Demoulin
p. 125-126
Référence(s) :

Baillon (André), Un Homme si simple. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2002, 233 p.

Texte intégral

1André Baillon (1875-1932) a un point commun avec les Beatles : les fans n’arrivent pas à se mettre d’accord quand il s’agit de désigner les meilleurs titres. Certains admirateurs de l’écrivain préfèrent En sabots, d’autres Délires ou Le Perce-oreille du Luxembourg, mais, en général, les suffrages se partagent entre Histoire d’une Marie et Un Homme si simple, que Labor réédite aujourd’hui.

2Paru pour la première fois en 1925 chez Rieder, Un Homme si simple a été écrit par Baillon à la suite d’un internement à la Salpêtrière. Il est constitué de cinq « confessions » dans lesquelles le narrateur raconte comment et pourquoi il a été amené à l’hôpital psychiatrique. L’originalité (et la modernité) du récit tient dans le fait que chaque confession reprend l’explication presque à zéro : plutôt que de se suivre chronologiquement, elles se complètent psychologiquement et moralement. La première ne « confesse » que des soucis avouables, tandis que la quatrième touche aux sujets les plus brûlants…

3Choisi par Jacques Antoine pour ouvrir, en 1975, la collection « Passé Présent », ce roman était devenu difficile à acquérir, même s’il se trouve toujours sur le catalogue des Éperonniers. La nouvelle édition est établie à partir de l’édition originale de 1925. Si des corrections ont été réalisées (coquilles, ponctuation…), les manuscrits intermédiaires et les épreuves conservés aux Archives et Musée de la Littérature n’ont pas nécessité de variantes, comme l’explique une note en fin d’ouvrage. La préface de Marie de Vivier, qui accompagnait le roman en 1975, n’est pas reproduite ici, mais y figure le prière d’insérer écrit par Baillon à l’intention des critiques littéraires de son temps. Ce document est particulièrement intéressant car, en une page, s’y exprime un mélange paradoxal de naïveté et de lucidité comme Baillon aimait en concocter. L’auteur déclare avec candeur que l’histoire de son personnage « est un peu spéciale » (p. 191) et, en même temps, il commente la proximité éventuelle de son livre et des théories des surréalistes et de Freud, qu’il n’ignorait donc pas, contrairement à ce qu’ont supposé certains critiques. Par ailleurs, dans cette courte note, Baillon met lui-même le doigt sur un des aspects les plus caractéristiques et les plus attachants de son œuvre, son caractère pragmatique au sens linguistique du terme : « Ainsi que mes autres ouvrages, [ce livre] est un acte — comme le serait un examen de conscience ou une confession » (p. 191).

4Dans une lecture pleine de sagacité, Maria Chiara Gnocchi démonte avec pertinence la façon dont s’accomplit cette mise en acte de l’écriture : elle analyse en effet les liens que le narrateur établit avec son interlocuteur. Mais elle ne s’y attarde pas, car sa lecture a le mérite d’aborder le roman de nombreuses façons, notamment en résumant les apports antérieurs et en renvoyant à l’article de référence concernant ce roman, « Logique du double dans Un Homme si simple », que l’on doit à Ginette Michaux et qui est paru, cela va sans dire, dans Textyles (dans le n°6 en 1989). Maria Chiara Gnocchi envisage ainsi l’aspect autobiographique du texte, commente sa réception, établit des rapprochements avec les autres romans de l’auteur (notamment avec une œuvre de jeunesse, Le Pénitent exaspéré), réfléchit au caractère spéculaire de l’écriture qu’elle met en relation avec « la logique du double » en question... Son apport le plus personnel consiste cependant à étudier la part spirituelle de ces « confessions » : le thème de la simplicité, présent dès le titre, a en effet de nombreux échos avec la spiritualité chrétienne, notamment avec la pensée de saint Augustin. Maria Chiara Gnocchi ne se limite pas sur ce point à une approche thématique, la quête de la simplicité ayant chez Baillon une répercussion directe sur le style.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Demoulin, « Baillon (André), Un Homme si simple », Textyles, 23 | 2003, 125-126.

Référence électronique

Laurent Demoulin, « Baillon (André), Un Homme si simple », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/834

Haut de page

Auteur

Laurent Demoulin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org