Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Millot Catherine, Abîmes ordinaries

Paris, Gallimard, coll. « L’Infini », 2001
David Vrydaghs
p. 140-141
Référence(s) :

Catherine Millot, Abîmes ordinaires. Paris, Gallimard, coll. « L’Infini », 2001, 154 p.

Texte intégral

1« Voici ma vie la plus secrète ». C’est ainsi que commence cet autoportrait, destiné à explorer quelques moments de la vie de Catherine Millot — à ne pas confondre avec Catherine Millet —, moments rares où « le monde se vida ». L’analyse de ces quelques moments se présente comme une « ascèse, une quête mystique » (p. 15). Celle-ci ne se mène pas en solitaire, par la seule introspection, mais prend appui sur la psychanalyse lacanienne d’une part — Millot a longtemps consulté Lacan, qui voyait dans l’expérience de celle-ci une manifestation de la Gelassenheit [= laisser être, sérénité] décrite par Maître Eckhart — et sur divers écrits d’autre part — comme ceux de Koestler, Tolstoï et… Henri Michaux.

2L’auteur consacre peu de pages à Michaux. Elles sont d’un intérêt mineur pour la recherche. Elles renseignent néanmoins sur l’une des façons dont on peut lire, aujourd’hui, les écrits sur la drogue, qui occupèrent le poète pendant plus de 20 ans. Michaux est d’abord convoqué au titre de « grand investigateur de l’indicible ». La faculté la plus louée chez lui est celle de la rigueur dans l’examen, conjointe à la clarté et à la richesse de l’exposé. Michaux est en effet « capable de vous faire une classification à la Linné des espèces d’extase » (p. 31). Il est donc convoqué ici non pas tant pour ces expérimentations mais pour la qualité du langage qu’il a su conférer au compte rendu de celles-ci. Un autre intérêt du travail de Michaux réside, pour Millot, dans l’égale attention que celui-ci a portée à la folie et à la pensée ordinaire. Plusieurs pages de Misérable miracle (1955) insistent en effet sur l’idée que les drogues donnent accès non seulement aux dérèglements de l’esprit mais également, par comparaison, aux états normaux du penser. Cette attention portée aux états normaux fait dire à Millot, citant Michaux, que « l’homme est un être à freins ». Sans cesse il se surveille, se contrôle, etc. La « découverte » est certes un peu mince — on s’en était déjà rendu compte ailleurs. Comme la lecture que Millot fait de Michaux : davantage paraphrase que lecture critique. Il est cependant intéressant de voir que Michaux est préféré à d’autres écrivains des drogues pour les divers aspects de son œuvre mentionnés ici : il apparaît, pour les explorateurs de l’infini d’aujourd’hui, comme le guide le plus sûr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Vrydaghs, « Millot Catherine, Abîmes ordinaries », Textyles, 24 | 2004, 140-141.

Référence électronique

David Vrydaghs, « Millot Catherine, Abîmes ordinaries », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/832

Haut de page

Auteur

David Vrydaghs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org