Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Analele Universitatii Bucuresti, « Signé H. M. »

Textes rassemblés et présentés par Laurent Rossion, Bucarest, Editura Universitatii Din Bucureti, 2001
David Vrydaghs
p. 140
Référence(s) :

Analele Universitatii Bucuresti, « Signé H. M. ». Textes rassemblés et présentés par Laurent Rossion, Bucarest, Editura Universitatii Din Bucureti, 2001, 110 p.

Texte intégral

1En 1999, Henri Michaux aurait eu 100 ans. À l’occasion de ce centenaire, le Département d’Études françaises de l’Université de Bucarest, en collaboration avec le CGRI de la Communauté française de Belgique, organisa un semestre d’études consacré à l’œuvre d’Henri Michaux, qui s’acheva avec la tenue d’une journée d’études où Marc Quaghebeur et Radu Toma prononcèrent chacun une conférence.

2Ce numéro spécial « Michaux » de la revue Analele Universitatii Bucuresti reprend certains des textes prononcés lors de ces journées. L’ensemble peut paraître hétérogène, ce que souligne d’ailleurs Laurent Rossion dans son introduction. Il n’en demeure pas moins représentatif d’une tendance assez présente actuellement dans les études consacrées à Michaux : l’historicisation de l’auteur. Contre le mot célèbre de Gide (Michaux « a su demeurer parfaitement inactuel », dans Découvrons Henri Michaux, Paris, Gallimard, 1941, p. 10), plusieurs articles et études de la dernière décennie tendent à inscrire davantage l’œuvre de Michaux autant dans l’histoire littéraire que dans l’histoire socio-politique. C’est encore le cas dans ce volume : qu’on songe à la conférence de Marc Quaghebeur, qui montre combien le jeune Michaux connaissait bien la Belgique littéraire de la fin du xixe siècle et du début du xxe, qui s’attache également à dégager, à partir de la lecture des textes que Michaux consacra aux peintures de René Magritte, ce qu’il y a chez cet écrivain de spécifiquement belge. Qu’on pense aussi à la conférence de l’historien de la littérature Radu Toma, qui compare les textes de Michaux à ceux de différents modernes et s’attache ainsi à mettre au jour l’adhésion de Michaux à une conception moderne de l’individu et de l’homme.

3Ce numéro vaut également par les articles suivants, précieux pour l’historien. L’un est le récit bien documenté d’une amitié belgo-roumaine : celle qui lia pendant plus de vingt ans Michaux à Cioran. L’autre est une étude de la réception de l’œuvre de Michaux en Roumanie. Connue, traduite et commentée depuis le milieu des années 1960, cette œuvre semble avoir été surtout appréciée pour ses contenus libertaires, angoissés et révoltés : preuve que les lectures politiques de Michaux ne sont pas loin !

4Enfin, quelques articles traitent, plus classiquement, des thèmes majeurs de l’œuvre : ses monstres, son combat contre les signes, les rapports que l’écriture entretient avec la peinture, enfin le rythme de la langue poétique. Ces articles sont dans l’ensemble bien argumentés, et recèlent quelques hypothèses de lecture plus qu’intéressantes. Au futur lecteur d’y aller voir…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Vrydaghs, « Analele Universitatii Bucuresti, « Signé H. M. » », Textyles, 24 | 2004, 140.

Référence électronique

David Vrydaghs, « Analele Universitatii Bucuresti, « Signé H. M. » », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/831

Haut de page

Auteur

David Vrydaghs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org