Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Henri Michaux, le corps de la pensée

Textes réunis et présentés par Evelyne Grossman, Anne-Élisabeth Halpern et Pierre Vilar. Tours, Farrago, 2001
David Vrydaghs
p. 139
Référence(s) :

Henri Michaux, le corps de la pensée. Textes réunis et présentés par Evelyne Grossman, Anne-Élisabeth Halpern et Pierre Vilar. Tours, Farrago, 2001, 185 p.

Texte intégral

1Dirigé par des spécialistes de Michaux que l’on a déjà pu rencontrer dans la direction d’autres ouvrages collectifs consacrés au poète, ce volume est l’édition des actes d’un colloque qui s’est tenu les 17 et 18 mars 2000 aux universités Paris 7 et Paris 3. Y ont participé : Jean-Claude Mathieu, Pierre Vilar, Evelyne Grossman, Jérôme Roger, Michel Sandras, Anne-Élisabeth Halpern, Edoardo Costadura, Roger Dadoun, Marta Segarra, Olivier Gallet, Brigitte Ouvry-Vial, Robert Bréchon. Aux côtés de critiques confirmés de l’auteur (Mathieu, Dadoun, Bréchon), qui se sont jusqu’ici davantage intéressés au Michaux des années d’entre-deux guerres et aux problématiques du sujet et du langage, on voit apparaître une jeune génération de critiques intriguée par les rapports que Michaux entretient avec les savoirs. Certains de ces jeunes critiques sont déjà les auteurs d’études profondes dont les objets furent justement les savoirs présents dans l’œuvre (voir Le Laboratoire du poète d’A.-É. Halpern et Poésie pour savoir de J. Roger).

2Cette évolution des intérêts du personnel scientifique se lit dans le programme du colloque, où fut privilégiée la question des rapports entre pensée poétique et pensée théorique. L’œuvre de Michaux abonde en réflexions théoriques — que celles-ci touchent à la pratique de l’écriture, de la peinture et de la musique ou qu’elles prennent appui sur l’expérimentation des drogues. Quelques communications décrivent d’ailleurs les étapes de telles réflexions, de leurs premières formulations à leurs développements les plus importants. (Voir par exemple les articles de Jérôme Roger, « Malaise dans la pensée », et de Pierre Vilar, « Henri Michaux, mode et posture ».) Une des communications présentées développe une lecture particulièrement intéressante : à partir des textes où Michaux définit et justifie sa pratique littéraire, l’historien de la littérature Edoardo Costadura isole une posture récurrente chez Michaux, et liée à son refus de la littérature : celle du raté.

3D’autres communications abordent plus directement les grands textes de la drogue, qualifiés par certains d’essais (Jérôme Roger), par d’autres de « monographies poétiques et médicales à la fois » (Olivier Gallet), par d’autres encore de « journaux de bord » (Robert Bréchon). Nul besoin de rappeler que Michaux étudia pendant plus d’une décennie les effets produits par certains hallucinogènes (la mescaline, le haschich, etc.) Peut-être faut-il signaler qu’il s’agit d’un thème et d’une période désormais privilégiés par la critique. À part l’excellente étude d’Olivier Gallet, qui montre que Misérable Miracle entre en dialogue avec Les Paradis artificiels de Baudelaire, les articles qui s’attachent ici à ces thèmes apportent peu de pierres à l’édifice critique qui se bâtit maintenant depuis une décennie.

4Ce reproche que nous faisons vaut malheureusement pour une grande partie des communications présentées ici : peu d’entre elles développent en effet un argumentaire précis à partir d’une hypothèse de lecture séduisante. Nous pouvons encore stigmatiser deux défauts rencontrés dans la plupart des communications. Premièrement, l’étiquette générique est à peine prise en compte. Et lorsqu’elle l’est, elle est le plus souvent traitée comme une essence et non comme un ensemble de prescriptions structurelles et thématiques. Ensuite, le recours au terme « poétique » pour désigner le mode de penser à l’œuvre en littérature ne tient pas compte de la multitude de ces modes de penser, de même qu’il limite l’étude des apports des savoirs en littérature aux seuls effets poétiques que leur introduction dans un texte littéraire peut créer.

5Il reste cependant que certains articles valent la peine d’être lus. Outre les contributions d’E. Costadura et d’O. Gallet déjà mentionnées, il nous faut encore citer celle de J.-C. Mathieu. Celui-ci montre, à partir de la récurrence du motif de la chaise, qu’il y a chez Michaux une physique de la création : selon la position du corps, l’œuvre varie. Nous terminerons par un souhait : que l’on aborde désormais la question des savoirs chez Michaux en tenant compte de la variété des savoirs et des procédés d’écriture qui les rendent visibles dans les différents genres pratiqués par l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Vrydaghs, « Henri Michaux, le corps de la pensée », Textyles, 24 | 2004, 139.

Référence électronique

David Vrydaghs, « Henri Michaux, le corps de la pensée », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/830

Haut de page

Auteur

David Vrydaghs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org