Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Modernité de Maeterlinck – Denis Marleau

Alternatives théâtrales, n˚ 73-74, Juillet 2002
Pierre Piret
p. 138-139
Référence(s) :

Modernité de Maeterlinck – Denis Marleau. Alternatives théâtrales, n˚ 73-74, Juillet 2002, 112 p.

Texte intégral

1Le premier théâtre de Maeterlinck a été l’occasion, sinon le déclencheur, d’un certain nombre de ruptures dans l’histoire de la mise en scène et du jeu d’acteur. Récemment, deux spectacles présentés par le metteur en scène québécois Denis Marleau, Intérieur et Les Aveugles, fantasmagorie technologique, ont porté témoignage à la fois de l’actualité de cette œuvre, revisitée avec audace, et du défi qu’elle continue de représenter pour les metteurs en scène d’aujourd’hui. C’est autour de cette rencontre que s’articule le double dossier présenté par Alternatives théâtrales dans sa livraison de juillet 2002 : d’une part, celle-ci relate, au travers d’une série d’articles descriptifs et critiques, et photographies à l’appui, l’itinéraire artistique de Denis Marleau et le situe dans le théâtre québécois contemporain ; d’autre part, elle interroge la « modernité de Maeterlinck », c’est-à-dire, en l’occurrence, les innovations théâtrales auxquelles son œuvre a conduit depuis un peu plus d’un siècle.

2Béatrice Picon-Vallin analyse ainsi les deux mises en scène par Meyerhold de La Mort de Tintagiles et montre combien, à l’inverse de l’idée reçue selon laquelle le texte de Maeterlinck n’aurait servi que de prétexte, c’est la dramaturgie singulière de cette pièce qui a mené Meyerhold à rompre avec Stanislavski et à promouvoir la fameuse « convention consciente ». Marie-Christine Autant-Mathieu s’intéresse quant à elle à la réorientation que signifia pour Stanislavski la création de L’Oiseau bleu, réorientation peu perçue en France dès lors que la soi-disant « reproduction » du spectacle à Paris en 1911, à l’instigation de Georgette Leblanc, en trahit et l’esprit et la lettre. La suite du dossier est consacrée aux mises en scène contemporaines, à commencer par celle d’Intérieur, en 1985, par Claude Régy, qui sortit Maeterlinck de l’oubli (Arnaud Rykner). Sont également étudiées les mises en scène de La Mort de Tintagiles par le même Claude Régy en 1997 (Marie-Madeleine Mervant-Roux), de Pelléas et Mélisande par Julien Roy la même année (entretien du metteur en scène avec Sophie Creuz), d’Aglavaine et Sélysette par le même metteur en scène en 1993 (Marc Quaghebeur), de La princesse Maleine par Yves Beaunesne en 2001 (Yannic Mancel), des Aveugles par Arnaud Rykner la même année (Lionel Ruffel). Le dossier se clôt sur les deux spectacles de Denis Marleau : Intérieur, en 2001 (Christian Lutaud) et Les Aveugles, en 2002 (entretien du metteur en scène avec Louise Ismert).

3L’intérêt du dossier — et sa cohérence — tient au projet qui le régit : toutes ces contributions visent précisément à interroger le rapport qui existe entre la dramaturgie de Maeterlinck et les propositions de mise en scène qui prétendent en rendre compte. Sans pouvoir passer en revue l’ensemble des aspects abordés, il me semble que, de ce point de vue, ce dossier met en lumière deux traits essentiels, sur lesquels insistent la plupart des textes. D’une part, cette dramaturgie implique un travail fondamental sur l’espace scénique pour créer les conditions d’un jeu différent : Claude Régy insiste sur le fait qu’il « ne travaille pas sur la voix, ni sur le corps » (p. 77) et Arnaud Rykner montre que c’est le dispositif technique mis en place qui conduit les acteurs à modifier leur jeu ; il en va de même chez Julien Roy, qui part d’un espace abstrait, et chez Denis Marleau, qui dématérialise les murs. D’autre part, plus d’une contribution souligne l’intérêt qu’il y a d’en passer par les nouvelles technologies pour mettre en scène l’écriture de Maeterlinck. Au-delà de l’adéquation historique (soulignée par Denis Marleau, qui dit s’être inspiré des inventions pré-cinématographiques en vogue au temps où Maeterlinck écrivait son premier théâtre), c’est d’adéquation formelle qu’il s’agirait, les technologies nouvelles permettant de rendre compte de l’expérience perceptive très particulière qui configure ce premier théâtre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Piret, « Modernité de Maeterlinck – Denis Marleau », Textyles, 24 | 2004, 138-139.

Référence électronique

Pierre Piret, « Modernité de Maeterlinck – Denis Marleau », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/829

Haut de page

Auteur

Pierre Piret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org